lundi, 03 décembre 2012

Remarque sur notre temps présent 2)!

     Les évènements politiques français sont, actuellement, des plus passionnants : c'est son paysage qui, devant nos yeux, se chamboule radicalement.


Deux crises concomitantes viennent nous le montrer, celle  déterminant qui, de messieurs Copé ou Fillon prendra la direction de l'U.M.P. et celle ayant trait à la fermeture, au moins partielle, des aciéries Gandrange et du désaccord de fait au sein même du gouvernement et lors, du P.S..


Allons donc plus loin en ayant toujours à l'esprit,  comme fil rouge, les réactions possibles de nos élites quand surviendra la faillite de l'économie mondiale telle qu'elle existe à présent.


Mais avant cela il est important de dire qu'il est pour le moins fantastique que ce soit maintenant, peu de temps avant que ce cataclysme ne débute, qu'il nous soit montré une telle désunion à l’intérieur de ce qui est convenu d'appelé « les deux principaux partis de gouvernement » :


L'U.M.P., après qu'un certain nombre de centristes faisant parti de la droite dite orléaniste ait pris son indépendance sous la forme de l'U.D.I., se scinde de nouveau, soit de fait, soit symboliquement, révélant le véritable fossé existant entre la droite orléaniste et la droite légitimiste dont le F.N. est le représentant le plus extrême ;


Debout la république, dernier et seul représentant, minoritaire, de la droite bonapartiste, risque bien de se révéler être, avec le temps, l'unique bénéficiaire de ce combat fratricide ;


Le P.S. aussi subit des tensions sécessionnistes entre son aile droite très proche en réalité de l'U.D.I. dans une optique, certes, plus sociale et sociétale de type socio-libéral et son aile gauche se montrant très proche, dans son approche de ce que doit être une organisation sociale, du front de gauche et c'est la fermeture de hauts-fourneaux qui nous montre à quel point ces deux antagonismes se font de plus en plus béance ;


Les écologistes, de son centrisme originel, suit son attraction naturelle en se gauchisant continuellement pour, à terme, remplacer les mouvements d'extrême-gauches et, ce, jusqu'à faire émerger des sensibilités semblables à ce que furent l'anarchisme ancien.



Les événement des dernières semaines nous montrent la fragilité intrinsèque de l'U.M.P et du P.S., aucun des deux (même si l'U.M.P. change de nom et de forme comme à son habitude) ne se remettront de ces épisodes et nous pouvons, dès à présent, spéculer sur leur survie du-moins en tant que parti politique de premier ordre.


Au-delà des adhérents, ce sont tous les électeurs qui se sentent trahi et qui, pire que tout, ont compris cette faiblesse, cette immense faille et ce ne sera pas l'U.D.I. qui pourra, à droite, refermer cette terrible meurtrissure.


Je ne sais pas quelle tournure cela prendra surtout si nous nous retrouvons devant la ruine effective du néolibéralisme, de nos banques et de nos porte-monnaies.


Dors et déjà et parce que ces partis politiques ont montré leur plus que faiblesse, leur déficience, ils sont pensés comme pire qu'impuissance, inconsistance.


Cela est grave, très grave, plus aucun d'entre-eux deux et tous ceux œuvrant en leur sein ne peuvent se permettre le moindre écart mais ils en feront, peut-être de bien pis.


Nous vivons l'histoire en direct, certains d'entre nous la feront, messieurs Copé, Fillon, Hollande et Ayrault ont pris des risques incommensurables sans, peut-être, en être réellement conscient tout simplement parce qu'ils ne comprennent pas combien les temps ont changé et beaucoup sont dans leur cas, dans l'Union-Européenne, notamment.


Et ce sera au mieux l'euro, au pire l'Union-Européenne qu'ils entraineront dans leur chute.


A ce moment là, qu'aucun d'entre eux n'en accusent quiconque, il n'en seront que les seuls responsables, mais le comprendront-ils ?


THEURIC

 

03:09 Écrit par theuric | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire