Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Effondrement économique: j'ai presque tout dit!

    En ce qui concerne l'état de notre monde et ma perception de notre proche avenir je n'ai, que je vous le dise, plus grand-chose à rajouter, dans l'ensemble,  j'ai fais le tour et dorénavant ne vois qu'un résumé pour seule résolution.

    Quasiment tous mes textes précédents portent ainsi sur un imminent effondrement économique majeur que j'ai tenté d'étudier au mieux, il est vrai qu'en tant que simple amateur j'ai pu, çà et là, faire quelques erreurs de jugement, de perception, mais dans l'ensemble je suis sûr de mon fait: dans l'ordre ou le désordre les effets de cet effondrement de l'économie globalisée se passeront tels que je les ai préalablement décrits.

    Je n'ai pas écrit tout cela pour faire joli ou pour embellir mon égo, mais juste parce que je perçois cela comme étant logique, évidence de logique, et, surtout, pour tenter de mettre en garde, de prévenir le plus grand nombre de gens possibles de se qu'il se passera dans notre proche futur.

    Je ne me fais pas d'illusion, le nombre de mes lecteurs ne peut qu'être restreint, mais je ne connais plus le nombre de ceux-ci depuis que Hautetfort n'offre plus directement de statistiques mais a délocalisé ces décomptes vers d'autres entreprises internet, or je n'ai pas compris comment les activer.

    Au-delà de ce petit ennui qui, à bien y regarder, n'est pas de grande importance, le trait commun de notre époque reste, quoi qu'il en soit, ce long obscurantisme naturellement doublé d'un aveuglement persistant, qui empoisonne les esprits depuis tant de décennies,  jusqu'au bon siècle.

    Ce sont ces deux pôles d'un même état de fait, soit une perte importante de nos repères civilisationnels, et, ce, à toutes les échelles de la hiérarchie sociale et dans presque toutes les nations du monde, qui nous ont mené là où nous en sommes dès à présent, ceci lié à une foudroyante accélération de ce processus depuis 2008 au moins.

    Les causes en sont nombreuses, j'en ai étudiées quelques-unes, comme le traumatisme majeur dû aux deux guerres mondiales ou les fabuleuses évolutions de nos technologies, d'autres ne furent pas abordées ou de manière rapide, tel que la surpopulation mondiale ou notre refus plus ou moins inconscient d'une incroyable modernité future, perceptible dans la science-fiction, par exemple.

    Dès maintenant, nous percevons bien que tout part dans des directions paraissant discordantes, bizarres, aléatoires, sans réel grand sens apparent, mais, au milieu de ce fatras, peuvent s'observer des lignes directrices dont l'existence n'est due qu'à ce que chaque dimension des sociétés humaines, économique, politique, scientifique, artistique, manufacturière, religieuse et j'en passe, obéissent toutes à des principes qui, si ils ne sont pas compris et suivit ne peut que conduire l'acteur et/ou la société donné à des impasses, voire à des catastrophes, eux mêmes prévisibles.

    C'est cela, entre autre, que j'ai tenter de discerner dans ce blogue: ce que nous pourrions appeler les "principes sociaux", certes, en ébauche, n'ayant pas en moi les divers outils analytiques, scientifiques et/ou philosophiques qui m'aurais permis d'aller plus loin dans mes réflexions.

    Néanmoins, partant de cette hypothèse, les événements se suivent et se suivront avec la logique implacable qui sied à toute bonne tragédie, parce qu'il s'agit bien déjà d'une tragédie en marche.

    Et rares en sont et seront les acteurs ayant conscience qu'ils ne font et ne feront qu'être menés que par la suite des événements, sans jamais saisir que leurs décisions ne sont et ne seront, en réalité, non pas agissement et actions pesées et soupesées, mais seulement réactions réflexes aux stimulus extérieurs.

    Nous ne sommes pas encore arrivés au bout de l'accélération événementielle telle que nous pouvons en percevoir déjà, au jour le jour, le défilement débridé et les péripéties nationaux, européens et internationaux ne feront bientôt que se suivre à un rythme tel que, sous peu, il nous deviendra compliqué d'en comprendre la trame.

    Cette accélération a, pour origine, de nombreux facteurs facilement identifiables, pour l'instant en leurs débuts, intimement liée aux germes même de cette plus que crise:

    -prochain effondrement économique majeur, bien sûr, accompagné de la disparition des États-Unis-d'Amérique et de l'Union-Européenne/euro;

    -effondrement idéologique en cours de ce que nous pourrions appeler la doctrine capitaliste néolibérale, dernier rejeton du dual capitalisme/communisme du XX° siècle, ceci fut précédé de la disparition des idéologies précédentes: fascismes, capitalismes, sociales-démocraties et communismes, ceci dès l'entrée des années 90 (même si nous avons le sentiment du contraire);

    -lié, égarements idéologiques multiples, divers et illusoires;

    -enjeux géostratégiques de première importance, logiquement proches des deux canaux des passages Atlantique/Pacifique, Suez dans l'immédiat, Panama plus tard;

    -fractionnement des puissances régionales, pour l'instant restreint aux seuls B.R.I.C.A., dû à l'affaiblissement continuel de l'empire U.S., puis aux nouveaux conflits latents entre ces cinq grands;

    -commencement du prochain retour en force des pays européens sur la scène internationale (oui, je sais, cela semble improbable);

    -processus de renaissance musulmane, européenne néo-chrétienne et peut-être bouddhiste;

    -potentiels scientifique non ou peu exploré, surtout en science fondamentale, comme en science de l'univers ou de l'évolution;

    -technologies informatiques envahissantes peu ou pas collectivement comprises, pas toujours fiables ni réellement contrôlées, socialement et individuellement;

    -pollutions multiples et de toutes sortes, là encore peu comprises et peu maitrisées, que ce soit technologiquement que philosophiquement;

    -différents blocages d'évolutions technologiques, sensible en informatique et téléphonie;

    -crise essentielle de l'énergie provenant autant du début de raréfaction des ressources que de la difficulté de faire repartir une réelle réflexion en science fondamentale;

    -retour, en Europe, des nationalismes, ce processus fait parti des faits essentiels à comprendre;

    -acculturation plus ou moins prononcé des peuples et des nations suivant leur histoire et l'ancienneté de leur modernisation;

    -effondrement démographique en Europe et au Japon ainsi que démographie abondante dans le reste du monde (plus de 7 300 000 000 habitant la Terre).

    Pour l'essentiel, ce sont ces conjonctures qui mènent actuellement le monde et qui se poursuivront jusqu'à ce que nous arrivions à en apprivoiser les tendances déstabilisatrices et déstructurantes.

    Cela ne pouvant que dire que nous devrons faire face à de grandes catastrophes sur plusieurs décennies, là encore, si j'affirme cela ce n'est pas par plaisir mais par simple esprit de logique.

    Observez cette liste qui,  j'insiste là-dessus, ne concerne pas seulement les français, les européens ou les occidentaux, mais bien toutes les populations mondiales, et vous ne pourrez pas ne pas percevoir combien, après une réflexion historique rapide, cela ne pourrait pas ne pas nous conduire aux pire des chaos.

    Or, il est toutefois possible d'en restreindre, ou pour le moins de tenter d'en restreindre les effets si le plus grand nombre possible de personnes, pas seulement au sommet de la pyramide hiérarchique, prennent conscience de ce qui nous secoue en ce moment.

    Je comprends que je me retrouve là à la limite des illusions utopistes, mais dans la situation devant laquelle nous nous retrouvons d'ores et déjà et au vu de l'écoute limité à laquelle je ne peux que m'attendre, c'est là mon seul point d'action possible: ce court billet et tous les précédents.

    Mais, pour cela, je vais devoir, pour un temps, mettre ce blogue en un relatif sommeil pour que de nouveaux lecteurs puisse découvrir ce libellé.

    Comme je l'ai écrit plus haut, tout le reste de mes réflexions sur ce sujet crucial se trouvent ici, je sais mes rédigés nombreux, souvent complémentaires, traitant naturellement de toutes sortes de thèmes,  mais aussi, parfois, pas trop bien écrits.

    Et je pense qu'ils inspireront certains d'entre-vous, là est l'essentiel.

     

     

    THEURIC