Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

France: objet de tous les désirs.

Certes, cet objet de tous les désirs ne montre pas des appâts bien appétissants.

Ce pays, notre pays, souffre tout autant que ses voisins des appétits voraces de ceux qui se doivent de se débarrasser au plus vite de leurs dollars devenus inutiles d'être parvenus à moins de valeur que celle du plus vil des papiers.

Ce pays, aussi, suit autant que tous les autres de la terre, de l'est à l'ouest, du nord au sud, la plus terrible des courbes descendantes d'une industrie mondiale fermant toutes ses portes, d'un transport et commerce international en ralentissement constant et du terrifiant appauvrissement des peuples.

Ainsi que la lente et terrifiante explosion/implosion des infinies bulles spéculatives gangrénant la joyeuse et heureuse globalisation.

Il suit aussi, notre pauvre pays, les absurdes mésaventures d'un euro déficient, destructeur d'avoir été conçu, sur ordre expresse d'un empire U.S. ce jour agonisant, par une nomenclature autant orgueilleuse que sotte.

Il chavire de ses banques aux aboies, à la banqueroute au bord des lèvres, aux coffres vides, aux patrons ayant joué et perdu à des jeux d'agent dont ils ne comprenaient rien d'un 2008 irrationnel, pitres ayant voulu devenir plus américain que les américains, marionnettes insanes d'un Capitole et d'une Maison-Blanche aux noirs desseins de leur angoisse de voir disparaître leur divin empire et leur pauvre nation.

Et que dire de cette Union-Européenne de plus en plus honnie de ses pleins pouvoirs sur notre pays exsangue de ne pouvoir que suivre à la lettre ses perverses, destructrices et ruineuses recommandations, Union-Européenne elle-même s'affolant de l'état déplorable de cet empire de l'au-delà de l'Atlantique, son maître, son créateur, ayant montré sa fin prochaine par son Trump élu, moins pire des pires candidats d'une Clinton délirante, dangereuse et néfaste.

DSC_9561.JPG

D'un personnel politique français soit acheté autant que vendu à l’Encan à celles des nations payant au mieux, soit corseté de cette débile idéologie néolibérale s'évanouissant devant ses yeux.

Sauf d'un Asselineau et son parti U.P.R., le seul de ceux-là ayant quelques écoutes de l'électeur, aussi d'avoir cette intégrité nécessaire pour que notre cher pays se débarrasse définitivement de toutes intrusions étrangères et de nos édiles insanes.

Quand à Mélenchon et son P.G., tout autant intègre que miséreux, n'arrive pas à comprendre sa position d'idiot utile dans cette lutte dantesque mais masquée que se livrent tant de gouvernements et de banques pour contrôler la France et son peuple ou de les aider à le libérer de tant emprises.

Qui sont ces pays achetant à l'encan nos entreprises, richesses, élites et édiles?

La liste en est facile à définir: U.S.A., Canada, Russie, Inde, Arabie-Séoudite, Qatar, Allemagne, Grande-Bretagne, Union-Européenne, B.C.E., Goldman Sachs, Rothschild, P.N.B.Paribas, Crédit-Agricole, plus quelques autres que j'ai pu oublier.

Ce qui, ma foi, fait bien  du monde au portillon.

N'oublions pas la désindustrialisation mondiale en cours ne pouvant que mener à un dantesque effondrement économique, d'une ampleur inconnue à ce jour et aux effets démesurés.

PICT0168.JPG

Je l'ai déjà écrit, la France se situe dorénavant en une position géostratégique centrale, mais qui saisi cela aujourd'hui.

 

Monsieur Hollande?

Homme soumis, il ne gouverne pas, il obéit.

Le pauvre, combien je le comprends, lui qui jamais n'aurait dû se retrouver à ce poste en cette époque si complexe et dangereuse, poussé en cela par sa danseuse dérisoire, Madame Trierweiler, il est maintenant rejeté et méprisé par tous.

Comme lui je suivis d'antan de ces conseilles foireux et déraisonnables ne me menant qu'au bord de désastres, de quoi seule ma naïveté me sauva.

Comme lui j'obéissais, en réflexe pavlovien, aux injonctions sèches de celui ou celle que je me représentais comme mon supérieur, ou simplement au sévère haussement de ton du moindre des quidams.

Comme lui je précédais les désidératas de ceux auxquels je me considérais  soumis, allant jusqu'à vouloir montrer que je marchais mieux qu'eux dans leurs propres pas.

Jusqu'au jour où je compris que ma soumission était la réaction inconsciente, enchevêtrée et violente de deux émotions primaires acquises au fil du temps: la colère et la peur.

Le jour où je compris que quand l'une de ces deux émotions n'a plus lieu d'être,P1000027.JPG toute soumission disparaît.

Mais ce jour là je compris aussi que la haine avait d'origine deux émotions toutes autant inconscientes, enchevêtrée et violente: la colère et le dégoût, c'est pourquoi la soumission peut si facilement se transmuter en haine.

Mais contrairement à lui, jamais je ne me suis amusé du malheur de quiconque, aidant même, quand je le pouvais, mon semblable dans ses difficultés.

Pauvre homme, quelle souffrance dut être son enfance...

 

Alors, qui comprend la position géostratégique et géopolitique centrale de la France et de sa banqueroute prochaine parmi ceux voulant prendre la suite de notre président de la République, de gouverner la France?

 

Commençons par la pseudo-droite, le mol totalitarisme bleu:

Autant gaullistes que moi je suis curé, Les Républicains de Pacotille, en de joyeux drilles, se pavanent et se vantent de leur éclats bien terne, lors de ces ridicules primaires, si primaires, auprès de ces merveilleux naïfs, adhérents eurolâtres et américanolâtres, ne comprenant pas que leur ruine provient pour moitié de ceux pour qui ils mettront leur bulletin de vote et de l'autre de ce qu'ils vénèrent, l'Union-Européenne et les États-Unis-d'Amérique.

Cette valetaille pigeonnière, applaudit à tout rompre les délires monomaniaques de ces marionnettes oins des huiles saintes des Dieux dollar et euro, en lançant des vivats endiablés pour l'un ou l'autre de ces gugusses si tant tellement à leur image: vide de sens et sans talent.

 

Monsieur Sarkosy?

Il se voudrait Trump en France, quelle dérision.

Matassin ridicule et présomptueux, haï du temps de sa splendeur présidentiel autant que son remplaçant est méprisé, il rêve encore de se retrouver chef de cet PICT0135.JPGétat qu'il mit, avec tant d'application, à ruiner, ce que son suivant fit fort bien également, tous deux furent aidés en cela par tous ceux qui les entouraient.

Il fut l'un des acteurs principaux de la destruction de la Libye et de la Syrie et a, de fait, beaucoup de morts sur la conscience, si il en a une.

 

Monsieur Juppé?

Contrairement à Madame Clinton, il ne traine qu'une grosse casserole et non pas de la batterie de cuisine, mais quelle casserole.

Cet ancien fusible de Monsieur Chirac se fait vieux et fatigue déjà de faire la campagne électorale de la campagne électorale, si il continue comme comme ça on n'en verra plus que du feue.

Déjà vide de sens, il pourrait  bien nous quitter définitivement en raison de son hybris grandiloquent, ce qui ne m'attristerait pas le moins du monde.

 

Monsieur Fillon?

Clown triste, son hypocrisie  n'est pas pire que celle des précédents (bien que) et des suivants de la liste.

En tant qu'ancien premier ministre il tenta de dégrader politiquement et économiquement la France, mais en cela il fut finalement battu par ce que firent et font le trio Hollande, Valls et Macron, ce que ces édiles nommés par l'empire osent appeler des réformes et des décisions fortes.

Ainsi son programme, comme celui de ses concurrents, si il est élu, terminera ce travail collectif, soit la faillite finale du pays.

 

Monsieur Copé?

Comme le prix d'un pain au chocolat, ce ci-devant parmi les siens ne comprend rien ni à la politique, ni à l'économie

Adepte, comme ses semblables, aux économies de bouts de chandelles, il en arriveracapturées 2003-12-31 00019 - Copie.JPG un jour à nous vendre son slip aux enchères, enfin, pas le sien mais celui du chômeur du coin qu'il dira lui appartenir, comme il encouragea, député, la vente de nos autoroutes ou de l'or de la nation à vil prix, pour rembourser des crédits qui ne devraient même pas exister.

Son frère, paraît-il, en fut fort  heureux.

 

Monsieur Poisson?

Il commence à comprendre que lui, comme les deux derniers de la liste, ne sont que les dindons de la farce, parce que cette ridicule primaire n'est qu'une absurde farce.

Il voudrait se rapprocher du Front-National, ce qui rajouterait à cette absurdité une autre plus absurde encore, une farce à une farce.

Ce dernier parti composant lui aussi ce maillage pseudo-partisan en de ridicules marionnettes que remuent, pour amuser la populace, l'empire U.S. finissant et une Germanie bientôt aux mains des russes.

Ces deux autres n'ayant aucune importance hormis le néant de leur regard!

 

Et du coté de la pseudo-gauche, aussi dite du mol totalitarisme rose, qu'en est-il?

 

Le Parti-Socialiste, n'ayant de social que de nom, retourne au néant dont l'avait sorti Mitterrand dans les années 70.

Celui-ci fut déclaré, depuis sa mort, Saint-François-Mitterrand par des hiérarques de ce parti, désormais décriés et de moins en moins suivis, sanctification qui régale ces journalistes des médiats officiels, acnés féconds de brutalités et maladives de ce mol totalitarisme antidémocratique.

Élus aux commandes du pays, ils se sont acharnés à finir de détruire, après le passage dévastateur de l'U.M.P., tout ce qui restait de démocratie en France, des capturées 2003-12-31 00021.JPGcommunes aux régions, de la liberté de la presse aux syndicats..., ils vont même jusqu'à créer un fichier informatique de tous les français, sans que nous sachions si il s'agit de questions de police politique (maréchal nous voilà) ou de les vendre à quelques officines économiques.

Ni pires, ni meilleurs que leurs prédécesseurs, ils font comme ces derniers en obéissant comme de bons toutous qu'ils sont et remuent de la queue en jappant dès que les mots Allemagne, banque, Chine, Arabie-Séoudite ou États-Unis-d'Amérique sont prononcés, je me demande même si ils font, dans ce cas là, le beau en quémandant leur susucre.

Je me demande aussi combien de masochistes vont voter pour ces pitoyables personnages en déshérence dans une primaire toute autant primaire que celle de leurs copain de la rue d'en face à droite et qui, ma fois, ne comprennent également rien aux rapides évolutions du monde.

 

Monsieur Hollande?

Trahit par tous ou en en ayant l'impression, mal conseillé, n'ayant fait que de mauvais choix, il ne comprend pas que la responsabilité de ses actes lui incombe.

Lui qui avait depuis si longtemps compris la réalité de la situation nationale et internationale sans se l'avouer, en l'ayant refoulé, bien trop influencé qu'il est par la sottise de ceux qui l'entourent, par la doctrine néolibérale et de son eurolâtrie ainsi que de son américanolâtrie, en étant totalement esclave de son maître impérial que désormais il hait, il en a oublié maintenant tout ce qu'il pouvait être d'antan et ce auquel il croyait.

Ainsi, d'une soumission maladive passé, il passe désormais à une haine inextinguible pour tous ses maîtres, ses semblables et ses proches, français ou non, hormis, peut-être, son amie du moment, Mademoiselle Gayet.

Il rendra à tous leur monnaie de leur pièce, même si c'est à ses dépends, et leur montrera qu'il n'est pas l'imbécile mou que tous affirment et dont ils rient.

Il a cinq mois pour se venger et il se vengera.

Devenu sot par volonté de ressembler à ceux qu'il déteste, comme eux il ne comprend désormais plus rien ni à la politique, ni à l'économie mais annone en mantra les mêmes fantasmes délirants et débilitants.

Monsieur Obama fit une grossière erreur en allant pas rendre une dernière visite àcapturées 2003-12-31 00022.JPG notre président, il a allumé une mèche que rien ne pourra plus éteindre...

Il n'y a qu'un homme qu'il admire, Monsieur Mélenchon, un homme qu'il respecte, Monsieur Asselineau, pour les autres il les voue d'une haine farouche et inextinguible.

 

Monsieur Valls?

Il se pense grand commis de l'état mais n'est qu'un commis voyageur.

Un temps aide de camp du Président de la République, il a décidé de briguer à l'élection de l'élection présidentielle, quelle autoritééééé.

En tant que premier ministre, il a bien plus existé que François Fillon, certes, mais n'a fait que poursuivre le même chemin en pire de destruction du pays, ce qui n'était pas évident et est en soit une réussite, la seule dont il puisse se prévaloir.

Tout comme son patron et l'équipe précédente, il a suivit, ces dernières années, les désidératas des banquiers, de l'empire U.S. et de l'Union-Européenne, avec zèle et désir de bien faire.

Moins naïf que beaucoup, il ne peut qu'avoir compris que, dorénavant, il doit faire face à bien des dangers, dont celui de se retrouver devant des juges pour haute trahison, mais ne sait pas comment faire pour se tirer de ces mauvais pas.

 

Monsieur Sapin?

Comment dire?

En tant que ministre du travail et du dialogue social, puis de l'économie, son nom suffit pour montrer la valeur de son action au sein du gouvernement: de profundis.

 

IMGP0023.JPGMonsieur Le Foll?

Après Sapin, Le Foll en tant que porte parole du gouvernement, ma foi, ça ne peut pas s'inventer, tout est dit en ces seuls noms.

 

Monsieur Montebourg?

Comme beaucoup de cadres des P.S. et L.R., il fait parti des Joungs Leaders, soit les "jeunes dirigeants" français (plus si jeunes, des vieux/jeunes en trois lettres quoi, comme il en est de François Hollande) sous la maîtrise exclusive de l'empire américain, leurs laquais, en quelque sorte.

Ou dit autrement, des traitres à la patrie.

Peut-être le seul de cette bande de garnement à avoir l'intelligence nécessaire pour retourner sa veste au bon moment avec suffisamment de célérité et de prestance.

A n'avoir pas trop tapé sur la tête de Monsieur Hollande, les conflits avec lui restèrent relativement courtois, il a de forte chance d'échapper au plus gros des pièges hollandais,  qui seront suivis d'une purge que la population appellera de ses vœux lorsque l'économie-monde aura cessé de fonctionner ou si Monsieur Asselineau prenait le pouvoir.

Si ce n'est des deux à la fois.

 

Monsieur Hamon?

En voilà encore un qui n'aura jamais rien compris à l'histoire.

Si il existait une personnalité intègre au sein du Parti-Socialiste-Français, ce serait celle-là, mais à quel prix.

N'ayant pas osé suivre Monsieur Mélenchon, suivant avec hésitation les décisions du parti, il ne peut que naviguer qu'entre culpabilité et résignation, le pauvre doit toujours y croire sans plus n'y croire.

C'est là un très bel exemple de double contrainte.

Il devrait se méfier, c'est comme ça que l'on peut attraper une mauvaise maladie.

 

Monsieur Macron?

En voilà un qui ne manque pas d'R!

Regard du serpent venimeux des ères édéniques, cheval de Troie de la banque Rothschild en concurrence d'avec Goldman Sachs, il fut chaperonné par un Jacques Attali comprenant, mais un peu tard, de si nombreuses décennies, qu'il fut constamment manipulé comme le vieux morveux qu'il est.

Ce ci-devant Monsieur Macron, donc, fut récompensé par la-dite banque pour avoir fait passé sa loi chômage travail et détruit les syndicats,  récompense qui pris forme d'un parti politique tout neuf et reçu l'autorisation de la même, que dis-je, l'onctionPICT0277.JPG de se présenter à la magistrature suprême.

Plus encore de tous les autres, faut-il être stupide pour voter pour lui!

 

Les autres primaires, bof...

 

Mais que dit de tout cela le totalitarisme brun sous forme d'une pseudo-extrême-droite de pacotille?

Pas grand chose, il surfe sur les vagues et navigue à vue.

Le Front-National, puisqu'il s'agit de lui, est en proie à des tiraillements ne pouvant que le conduire à sa désintégration, chacun tirant à hue et à dia une couverture commençant à se morceler et de petits avantages s’étiolant.

En cela il est aidé par nombre d'acteurs discrets, certain le voyant au pouvoir en pensant que les partis de ce genres ont toujours marché avec l'oligarchie financière et ont toujours détruit et trahit leur pays, en Afrique ou en Amérique-du-Sud par exemple, voyez ce qu'il se passe en Ukraine...

D'autre voulant le détruire de l'intérieur en excitant le petit égo de chacun.

 

Le Pen père?

Lui s'en fout de tout, aux portes de sa mort il ne souhaite qu'une chose, que sa véritable création, le  F.N., le suive dans la tombe.

Une petite phrase par-ci, une câlinerie par-là, il dirige sa troupe de l'ombre comme il a pu l'apprendre en son bon vieux temps de sa jeunesse.

Et puis, il a plus qu'une détestation pour ceux dirigeant ce parti, il en a un absolu dédain, une profonde aversion, ce qu'ils savent, par ailleurs.

De sa fifille, ce vieux roué n'en a que faire, ce qu'elle a enfin compris, d'ailleurs il est fort possible qu'il ait fait exprès de se faire renvoyer de son parti, son œuvre, pour mieux le détruire.

Et puis, tout cela le fait survivre un petit peu plus longtemps tout en l'amusant et leIMGP0438.JPG contentant.

 

Le Pen fifille?

Cette chère Marine se fantasme égérie de la nation, Jeanne d'Arc du XXI° siècle, liberté guidant le peuple, capitaine au long court, mais n'est que le vain pantin de forces qui la dépasse.

Elle qui voudrait tant montrer à son papa chéri Qu'elle serait capable, ELLE, de devenir présidente de la république française, qu'elle peut faire mieux que son géniteur la rejetant, elle ne perçoit pas les forces dantesques s'agitant autour d'elle.

Petite  fille qui sut chasser son agaçant paternel qui n'en fini pas de vivre, elle ne voit pas non-plus la meute de son parti n'attendant que son élection pour se délecter des infinis et magnifiques prébendes qui les attendent.

 

Le Pen petite-fifille?

Agent double entre son grand-père et sa tante, elle s'amuse de ce double jeu.

Élue malgré elle tout comme il en fut un autre, d'antan, médecin malgré lui, elle oscille parfois entre la douleur de sa large ignorance et son ravissement d'être au centre de toutes les attentions.

Son nom, Marion Maréchal-Le-Pen, est en soit tout un programme mais, surtout, devrait rappeler à tous l'une des époques les moins glorieuses de notre histoire précédant les guerres de décolonisation, celle se situant à Vichy, ville des cures thermales, de délicieux bonbons et du gouvernement d'un vieux militaires aux moult traitrises à sa patrie et déportations des résistants, des juifs et des tziganes pendant la deuxième guerre mondiale: Pétain.

 

Monseigneur Philippot?

Plus petit, et de beaucoup, que Napoléon-Bonaparte, un Napoléon tout petit, oserais-je dire minuscule en quelque sorte, est le plus intelligent du Front-National.

Il sais comment faire pour emprunter les idées des autres partis politiques qui lui permettraient de faire gagner des élections au F.N., à croire qu'il n'en a pas lui-même.

Sachant changer de chemise et retourner sa veste avec prestance et rapidité, c'est sa personnalité, ainsi que de ses mœurs (ce dont je me fous) qui le fait être haï par papi Le Pen.

Il sait que c'est Madame Le Pen, ne serait-ce que de son simple nom, qui l'empêche d'accéder au pouvoir suprême ou, au moins, de devenir premier ministre.

Il ne serait pas surprenant qu'il échafaude des plans pour faire son petit 18 P1000646.JPGBrumaire dans son parti, mais que c'est désormais trop tard pour cela, les élections étant trop proches.

Mais il le tentera, n'ayant pas en lui les capacités nécessaires pour réfréner ses pulsions.

 

Je tiens à souligner que si je n'ai pas parlé de l'U.D.I. et d'E.E.L.V. c'est que leurs représentants, en plus d'être des eurolâtres et américanolâtres convaincus, ne représentent absolument rien d'autre que leurs gesticulations grotesques.

 

Jamais la France eut ainsi une classe dirigeante si transparente, inepte, inconséquente, sotte, égotiste, populacière et dangereuse.

Adepte totalitaire de tout ce qui peut mener au contrôle et à la manipulation de la population, elle disparaîtra naturellement lorsque la joyeuse et heureuse globalisation explosera des forfaitures de ses fanatiques et de la trahison des élites et édiles.

Peut-être disparaissant si l'un de ces sectateurs nommés ci-dessus est élu, la démocratie ne peut survivre qu'à la condition expresse de faire barrage à ces idolâtres.

Terribles incompétents autant en politique qu'en économie, que ce soit à l'échelle nationale, européenne qu'internationale, tout juste bons à manipuler les gens et à fomenter quelques coups foireux, il serait sain que nous les chassions définitivement de la scène politique du pays.

Tout juste attirés par leurs petites envies, leurs petits fantasmes, leurs petits désirs, leur petit égo, leur petit narcissisme, ces laudateurs de ce néant mortifère vers quoi ils nous conduisent grâce à leur allégeance servile aux banques, à l'empire U.S. et son machin qu'est l'U.E.€., ne sont rien d'autre que des croquemitaines dénués de toute jugeote.

Cette caste éreintée vaniteuse et soumise, accompagnée de ses chiens de garde que sont les journalistes officiels et les banquiers, trépassent déjà dans leur crasse mentale et il n'en faut plus que peu pour quelle disparaisse.

 

Alors, deux choix dorénavant s'offrent à nous pour Avril 2017:IMGP0337.JPG

 

-Monsieur Mélenchon et le Parti de Gauche:

A mon grand dam, ce choix ne peut pas se révéler réaliste, bien que je l'aime bien ce grand dépendeur d'andouille.

Toujours attaché à l'Union-Européenne et à l'euro, prétendant vouloir réformer ces sottes organisation et monnaie, il ne veut ni ne peut comprendre que cela est impossible.

Il est impossible de réformer un système politique triplement bloqué, institutionnellement, politiquement et idéologiquement.

Ce rêve inatteignable, dû à ce que ce magnifique tribun ne peut imaginer que ce qui construisit sa vie politique depuis des décennies, l'Union-Européenne, puisse disparaître, ne fera que retarder une échéance inéluctable: la fin définitive de ce machin.

Mais plus nous attendrons, plus notre nation se délabrera et plus sera long et ardu sa reconstruction.

Ensuite pourra venir le temps pour lui de devenir le contrepouvoir nécessaire, une fois que l'état français aura retrouvé toute sa liberté d'action.

 

-Monsieur Asselineau et l'Union Populaire Républicaine ( https://www.upr.fr/ ):

C'est le seul choix valide.

D'essences bonapartistes, fortement légalistes puisqu'ils proposent une sortie légale et sans heurt de l'Union-Européenne et de l'O.T.A.N. en suivant les procédures prévues à cet effet, ils ont, lui et son équipe, déjà prévu tout un ensemble de mises en place économiques et politiques, ceci présenté dans leur programme à la candidature présidentielle.

Vraiment, je ne vois pas qui pourrait, parmi ceux que j'ai nommé plus haut, autant redresser le pays que, le cas échéant, pour moi assuré, résoudre les très nombreux problèmes que posera un effondrement économique quasiment total, hormis Monsieur Asselineau et son parti politique.

Mais ce parti politique et son dirigeant doivent pour l'instant faire face à d'incommensurables embuches.

Contrairement à ce qu'il se passe pour le F.N. et pour cet individu, ersatz de trublion, faux héro, vrai massacreur du droit du travail qu'est le blablateur Macron diligenté par la banque de l'empire U.S. Rothschild, les médiats privés et d'état prohibent l'U.P.R..

IMGP0207.JPGInterdits d'antenne sur les télés et radios nationales, sans autre relai que ce qu'il se dit par le bouche-à-oreille et internet, hormis quelques entrefilets dans des médiats régionaux, la censure à leur propos est quasiment absolue.

Mais dès que le nombre des adhérents de l'U.P.R. aura dépassé un niveau que je situerais vers les quinze milles (il y en a environ trente/jour pour l'instant), cette censure sautera et les médiats officiels ne pourrons pas faire autrement que d'en parler.

Ce sera le moment des injures et mensonges médiatiques, des pressions de toutes sortes, des crocs-en-jambes plus ou moins subtiles...

Dès cet instant des élus de tous bords commenceront à s'en rapprocher, timidement d'abord, puis de manière plus franche.

Dès que cette dynamique aura atteint un point critique que je ne saurait situer, les adhérents augmenteront de façon de plus en plus important et des cadres des autres partis politiques y adhèreront également.

Ce sera à ce moment là qu'il sera possible de dire que Monsieur Asselineau pourrait bien devenir le prochain Président de la République Française.

 

Ensuite viendront les élections nationales et nous auront tous le choix entre élire les mêmes baltringues qui nous dirigent actuellement ou mettre à l'essai une position politique nouvelle.

Ce sera à nous de voir et d'oser, mais en des temps difficiles et jamais survenus,P1000444.JPG comme ceux actuels et ceux qui viennent, ne pas oser la nouveauté n'est-il pas quelque peu suicidaire?

 

 

THEURIC

Les commentaires sont fermés.