Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petit rappel de la raison du crash économique actuel.

A mon sens, les questions monétaires ne sont pas à l'origine de l'appauvrissement continuel des populations mondiales, de la monté du chômage, du ralentissement du commerce international, routier, maritime et aérien.

Elles n’en sont pas la cause mais plutôt l’un des effets d’une cause bien plus centrale, celle d’une désindustrialisation mondiale devenue désormais totalement incontrôlable.

Ses origines sont bien plus anciennes que 2008 et auraient environ quarante ans de plus, soit le milieu des années 70.

FullSizeRender.jpgFermer en Occident les usines et fabriques, pour faire fabriquer à plus bas coût la même chose dans des pays plus pauvres, ceci pour les revendre là où ces usines et fabriques avaient fermé, donc là où le chômage ne pouvait que monter et les salaires baisser, ne pouvait que conduire à cette catastrophe.

La question en effet qu'il  aurait fallu se poser il y a de cela longtemps aurait été: au bout d'un moment de ce gaspillage, quand une majorité de gens seront appauvris ou ne se seront pas enrichis, qui donc va pouvoir acheter?

J’avais compris ça vers 2005, voire un petit peu avant, entre le boulevard Beaumarchais et la rue Saint-Gilles à Paris, entre 16/18 heure, vous voyez, c’est marrant, souvent je ne me souviens plus de ce que j’ai fais la veille.

C’est dès ce moment que j’avais commencé à faire mes réserves parce que je comprenais très bien que le système ne pouvait qu’exploser.

J’ai longtemps pensé que ce processus aurait pris la forme d'un arrêt total et rapide de l’économie-monde par un monstrueux crash boursier et bancaire et, ce, jusqu’à il y a deux à trois ans environ, ce fut une erreur.

Je m’étais basé, en effet, sur les crises précédentes où ce fut l’économie virtuelle, monétariste qui, au travers des bourses et/ou les banques qui plongèrent, menèrent à l’accélération de la désindustrialisation, soit l'affaiblissement de l'économie réelle.

Or, maintenant, la situation c’est inversée, c’est l’économie réelle, celle des industries et du commerce, qui subit un crash, parce qu’il s’agit bien d’un crash industriel et commercial que nous pouvons observer.

Dès lors, autant il est possible de remonter les banques et les bourses, au cric desIMGP0086.JPG Q.E. si il le faut, comme depuis 2008, autant une désindustrialisation mondiale généralisée comme celle-là ne peut pas se récupérer, elle est devenue dorénavant inéluctable dans son mécanisme et donc son aboutissement, soit l’arrêt quasiment total de tout le système économique international réel et la destruction de celui virtuel.

En fait, les divers tentatives pour en ralentir cette conclusion ultime, comme la planche à billet, les fameux Q.E., la perte quasiment complète de la valeur des monnaies ou la confiscation probable des économies des particuliers placées en banques et dans les assurances, n’en étant que l’un des accélérateurs, rien de plus.

Dès lors, tout ce qui est lié au dollar, d’une manière ou d’une autre, sera balayé, même la Russie en subira les contrecoups, mais de manière bien moindre que partout ailleurs, en revanche, la Chine et l’Inde vont en sentir puissamment les secousses.

Quand à l’Union-européenne, vassale de l’empire, et l’euro, en tant que semblance de dollar, ne pourront que disparaître tous deux.

Alors, comme je ne cesse de le répéter, faites vos réserves, comptez au minimum trois mois de nourriture, un an de produits d'entretien et soin pour le corps, trois ans de quoi faire du troc et de petites ventes, quelques packs d'eau, préparez votre jardin, si vous en avez un, pour un potager, ayez de plus quelques poules.

P1000169.JPGLe moment s'approche où tout va se casser la figure mais personne ne peut dire quand, songez aussi que cette préparation se doit aussi d'être mentale, vos proches, vos amis, vos parents risquent d'être choqués par cet événement, ils auront besoin de vous.

 

 

THEURIC

Les commentaires sont fermés.