Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon avis de ce qu'il se passe en France et dans le monde.

Il s'agit bien de mon avis, dès lors j'expose ici un point de vu subjectif, mais en cela, comme pour bien des choses, les points de vus sont, quoi qu'il en soit, peu ou prou subjectif.

Comme je le pressentais (sans le dire), le mois de Février sera celui où convergeront toutes les situations, conjonctures et événements nationaux, européens et mondiaux qui, pour l'instant, restent épars.

Cette convergence mènera à la structuration de l'ensemble de ces situations en un tout cohérent, ce qui, pour l'instant, n'est pas encore le cas.

Cela ne  durera que peu de temps, quelques mois tout-au-plus, puis le chaos, de celui dénommé déterministe, reprendra ses droits, générant des effets difficiles à percevoir aujourd'hui.

C'est pourquoi je ne me pencherais surtout que sur notre temps présent.

Cette convergence ne pourra qu'accélérer le déroulement des événements tant au-dedans qu'au dehors de la France, c'est la raison pour laquelle cela mènera ensuite à un chaos déterministe, ce qui voudra dire qu'il deviendra extrêmement ardu de déterminer le futur relativement proche de chaque situation.

Alors, allons voir où nous en sommes.

DSC_9620.JPG

Il est de fait qu'à a veille de la prochaine élection présidentielle française, ce sont quasiment tous les partis politiques qui présentent, d'une manière ou d'une autre, des difficultés se révélant, pour eux, pratiquement insurmontables.

Pour la pseudo-droite, la désignation de François Fillon plonge le parti Américain Les Républicains et l'U.D.I. à sa suite, dans une sorte de franchise naïve et suicidaire, puisque ce dernier propose, rien de moins, que d'abolir quasi totalement tout ce qui fait et fonde l'état social, en pure obéissance des désidératas des oligarchies franco-européenne.

Quand le Parti Socialiste, lui, s'égare entre les rêves utopiques professés par Bernard Hamon, son revenu universel étant d'une totale absurdité tant que les frontières du pays sont en béance, que le néolibéralisme s'y exerce de manière 100_1633.JPGcaricaturale et que l'état ne peut emprunter qu'auprès des banques privées (ensuite ce revenu universel deviendra inutile), ou bien de la perpétuation morbide de la société ploutocratique semi-totalitaire promis à demi-mots par Emmanuel Valls.

Tous deux chantres, tout comme Monsieur Fillon, de l'européisme béat, en raison de leur eurolâtrie maladive ne pouvant que les mener vers un état policier.

Le Front National, quand à lui, de même nature que les deux précédents, continue sa quette perpétuelle de commandement et de financement, ainsi Madame Le Pen fut-elle vue visiter la tour de Monsieur Trump, possiblement pour y espérer que le nouveau président U.S. lui indiquât ce qu'elle devra prochainement faire et dire, moyennant, peut-être, quelques petites gratifications espérées.

Tout autant a-t-elle emprunté à son diable de père six millions d'euros, qui désormais les tient elle et son parti (lui qui veut les détruire l'un et l'autre), après avoir tenter de se rapprocher, pour les mêmes raisons, des Émirats-Arabes-Unis, semble-t-il sans résultat.

Le Parti de Gauche et Jean-Luc Mélenchon (que j'apprécie) s'égarent, eux, dans une sorte de je-t'aime-moi-non-plus avec l'Union-Européenne, ne sachant pas vraiment ce qu'ils veulent entre redéfinir les accords d'une union irréformable puisque, comme je l'ai déjà montré, celle-ci est triplement bloquée, institutionnellement, politiquement et idéologiquement, ou la quitter vraiment sans vraiment la quitter tout en la quittant en voulant y rester.

Ceci étant du à ce que leur croyance en une U.E.€. historiquement indépassableDSC00093.JPG pour toute l'éternité les mène à vouloir composer avec un système devenu essentiellement oligarchique, dont les détenteurs, les seuls réels européistes et, ce, par pur intérêt, ne voudront jamais se délester de leurs juteuses prébendes, sauf contraints et forcés par une puissance publique retrouvée et par la force de la loi, dès lors à une totale indépendance nationale, ce que ne propose pas vraiment le P.G..

Sinon, que ce soit les Radicaux de Gauche et, surtout, les écolos, ils s'évanouissent doucement pour bientôt disparaître, entre leur stérilité doctrinal et leur esprit fortement élitiste, ce qui permettra à l'écologie de retourner au domaine scientifique, technique et technologique, domaine qu'elle n'aurait jamais dû quitter.

Tyrannique, totalitaire, élitiste et/ou évanescent, l'ensemble de cette classe politique fourbue ne représente plus rien puisque raccrochée à une Union-européenne en délitement avancé.

Ne reste plus, dès lors, que l'U.P.R. et Monsieur Asselineau dans ce paysage politique bien morne.

Bon an mal an, lui et son parti sont, à mon sens, les seuls qui sont dans la capacité de redresser le pays après la véritable catastrophe économique qui se profile à l'horizon (j'y reviendrais).

Autant en raison de ses connaissances du fonctionnement de l'administration du  pays et de la politique internationale, des personnalités l'entourant, de la Géomètre à barreau, semiothisa clathrata.JPGdynamique de son parti (environ 30 adhésions par jour en moyenne), de sa volonté de sortir au plus vite de cette union désagrégeante et de sa connaissance des dossiers, il représente, de fait, la seuls solution viable pour le prochain scrutin national.

Étant donné que pour moi le héro et l'homme providentiel font parti des structures profondes de notre psyché en tant qu'archétypes, je ne le considère pas comme tel, comme il en est pour tout autre homme ou femme pouvant acquérir ce statut.

Néanmoins, la seule réelle solution électorale qui s'offre à nous se trouve là et nulle part ailleurs.

 

Mais ce n'est pas seulement en France que les déboires politiques des eurolâtres béats s'accumulent.

L'Union-Européenne subit ainsi ses trois coups pour une bientôt sortie de scène fracassante, le brexit, l'élection de Monsieur Trump et le rejet populaire de cette union, devenant unanime en Europe, et, ce, pour des raisons souvent différentes suivant les pays et les régions.

Ce brexit, soit la décision britannique de sortir de l'Union-Européenne par l'activation de l'article 50 de la pseudo-constitution européenne, qui fait suite à un référendum, chose rare outre-Manche, est, quoi qu'il puisse s'en dire dans les cénacles bruxellois, un terrible coup de tonnerre dans le rose ciel serein de cette IMGP0198.JPGbienheureuse union aux doux et entêtant parfums de mol totalitarisme ploutocratique au nom d'une démocratie infiniment trahie et d'un mortel droit-de-l'hommisme.

Il est aussi à noter, en cela, que les tergiversations continuelles de l'actuel premier ministre, Thérésa May, pourraient tout autant se lire comme étant des manœuvres subtiles pour déstabiliser encore plus une eurolâtrie joyeuse désormais en perte de repère, la preuve en est les haineuses et dérisoires gesticulations médiatiques au sujet de cette dame et de l'économie britannique.

Ces tergiversations auraient, d'origine, à mon sens, le vieux réflexe anglais de tout faire pour éviter que ne s'établisse une puissance omnipotente en Europe, soit aujourd'hui l'Allemagne, ceci doublé du besoin impérieux de l'Albion de se rapprocher au plus près de la France, dès lors de détruire l'U.E.€ de l'intérieur.

L'élection de Donald Trump fut le second coup de semonce, le plus violent peut-être.

Là encore, le signe évident en est l'hystérie collective qui s'empara des journaux, télévisés, radios, papiers, le flot ininterrompu de défauts dont il y est abreuvé à longueur de journée, à croire qu'il n'est que pur démon.

Cet homme n'ayant eut que l'insigne vice que de vouloir faire faire des économies à IMGP0203.JPGson pays, les États-Unis-d'Amérique, et dès lors de vouloir se débarrasser des U.E.€. & O.T.A.N. leur coûtant bien plus que cela ne pourrait jamais le leur rapporter.

En fait, Monsieur Trump renoue avec la vieille tradition isolationniste U.S. qui s'est, depuis très longtemps, confronté à ses tendances impériale.

Il est à remarquer un fait important à son sujet: c'est la frappante similarité entre le milieu d'où il vient et celui d'où provenait Monsieur Gorbatchev, puis les raisons pour lesquelles ils prirent le pouvoir à 26 ans intervalle.

Comme celui-ci, il émane de l'oligarchie de son pays, est attendu et adoré par une partie de sa population et détesté par une autre, et surtout par une portion non négligeable des élites de sa nation, enfin, ils prirent tous deux le pouvoir pour tenter de redresser une situation économique devenue désastreuse (entre près de 40 à près de 47% de chômeurs U.S., soit de 2/5ème à près de la moitiés des étasuniens).

Cela laissant suggérer que, comme en U.R.S.S. lorsque Gorbatchev la dirigea, ses tentatives  de redressement et de rénovation des U.S.A. mènera à son effondrement, les déséquilibres y étant trop importants.

Plus discret bien que tout autant dévastateur, la détestation des peuples pour notre européenne union s'enfle continuellement.

Cette discrétion vient de ce que les médiats n'aborde que peu, voire pas du tout ce P1000144.JPGfait.

Or, quelle qu'en soient les raisons, immigrations, appauvrissements et pauvretés, ruptures culturelles, impression, réelle, de se retrouver dedans un bloc politique de même ordre que celui qui prévalait en U.R.S.S., ..., ce rejet populaire tend à s'étendre partout en U.E..

Il y a bien la tentative de l'Union-Européenne de prévaloir subtilement de décatis mouvements d'extrême droite, tel que le Front-National en France, mais leurs faiblesses politiques, leurs désaccords idéologiques et leur tendance à se rapprocher de ce qui est monétairement le plus juteux les rend, en réalité, inutilisables.

Il est à noter l'attrait de la Russie pour le F.N., attrait dont je ne perçois pas l'intérêt, en cela, laissons du temps pour en démêler les causes.

Peut-être est-ce parce qu'elle craint la France-Angleterre, sans comprendre que, plus que la Chine, son alliance avec ces deux partenaires serait, pour elle, des plus avantageuses, d'autant plus que l'O.T.A.N. n'en à plus pour bien longtemps d'existence, Monsieur Trump voulant s'en débarrasser.

 

Russie qui, en Syrie, remplit entièrement son contrat, soit la pacification de la région.

Ceci, comme je l'avais déjà remarqué, pour qu'elle ait un trafique maritime en Mer Méditerranée apaisé, la cause en étant que, pour les climatologues russes, nous entrons dans une période de petit âge glacière, d'où la nécessité pour elle d'avoir au moins un port libre de toute glace, soit en Mer Noire.

L'U.E./O.T.A.N./U.S.A. les ayant en cela aidé au-delà de toute espérance, en PICT0287.JPGUkraine notamment.

Ensuite, ben la Chine se débat dans d'immenses difficultés économiques en laissant croire qu'elle est toute puissante.

L'Inde s'enlise dans ses délires monétaires en devenant de ce fait une force secondaire.

Le Brésil se débat avec ses monstres passés en voulant écarter ses nouvelles forces progressistes du jeu politique, au risque d'une conflagration civile.

L'Afrique-du-Sud tente toujours de digérer la fin de la ségrégation sans vraiment encore s'en remettre.

L'Australie, enfin, de ce tour d'horizon rapide, voudrait se la jouer nouvel empire à la place des U.S.A. sans en avoir ni la puissance ni même l'envie.

 

Quand à l'économie mondiale, elle va au plus mal.

Ô certes, nous sont annoncés des chiffres mirobolant, sur le chômage par exemple, en France comme aux U.S.A. entre-autre, les bourses continuent de caracoler vers de vertigineuses hauteurs, les banques centrales insufflent à qui mieux mieux un amoncellement de monnaies à jamais pareil, ... .

Mais de cacher ainsi sous le tapis la misère de la globalisation joyeuse n'empêche en rien sa faillite prochaine.P1000895.JPG

La dernière ruse du gouvernement français, sur ce sujet, fut de laisser les journalistes expliquer que celui-ci allait confisquer les économies dormant dans des comptes en banques.

Je ne serait pas surpris que le même message fut divulgué dans bien des pays de l'Union-Européenne.

Le but en est très simple à comprendre, même si je mis quelque temps avant d'en saisir les mécanismes.

Ce fut la même logique qui fut appliquée lorsque nous apprîmes que les banques avaient l'autorisation de confisquer les avoirs des particuliers si elles se retrouvaient en grande difficulté.

Cela consiste à faire peur à l'épargnant pour que celui-ci dépense l'argent qu'il avait mis de coté.

C'est crétin, j'en conviens, le seul résultat étant que les pays exportateurs, soit l'Allemagne et ses satellites, la Chine et quelques autres vendent encore un petit peu, sans que cela ne fasse repartir véritablement une machinerie économique globalisée quasiment en panne.

Mais la France n'en tire et n'en tirera aucun bénéfice, tant en terme industriel qu'en celui du chômage.

Mais ça ralentira encore un peu le déclin inexorable de la globalisation joyeuse.

P1000646.JPGQue voulez-vous, nos eurolâtres craignent tellement, et avec raison, que le système économique globalisé fasse faillite qu'ils sont près à tout, je dis bien à tout, même au pire, pour qu'il perdure encore un peu.

Comme je vous l'ai déjà narré, il s'agit pour eux autant de leur survie sociale, ils perdront majoritairement définitivement leur situation au sein de la société, que de leur survie mentale puisque leurs pensées et leur existence depuis longtemps se sont construites autour de la doctrine néolibérale.

Pour le reste, le processus suit son cours, encore un petit peu retardé en raison de cette stupide ruse de sioux.

La désindustrialisation international se poursuit, le point le plus visible en étant le ralentissement du commerce maritime, l'aérien, quand à lui, s'adaptant en supprimant les premières classes et les classes affaires, ne sachant de ce qu'il en est du routier.

L'évolution du prix des carburants est intéressant à noter, subissant des fluctuations continuelles à la hausse puis à la baisse autour de 50$ le baril.

Cela voulant dire, me semble-t-il, que la baisse de production pétrolière, depuis Novembre dernier, ayant fait monter les prix, cela a accentué internationalement la destruction d'entreprise et l'appauvrissement des gens, ce qui en a fait baisser la quantité vendue, donc en a fait baissé le prix, ce qui a contraint les pays producteursP1000758 - Copie.JPG de baisser encore leur production, ce qui a encore accéléré la désindustrialisation mondiale, dont fait baisser la production..., etc..., etc...

Ceci en un mécanisme continuel.

Comme je l'avais préalablement écrit ( les-liens-entre-economie-virtuelle-et-economie-reelle-5892056.html ), c'est l'économie réelle qui est en train d'amener l'économie virtuelle à sa perte, les bulles spéculatives ne pouvant qu'enfler d'autant en raison des dettes irremboursables.

Et ce ne sont pas les mensonges éhontés et les petites ruses gouvernementales qui y changeront quoi que ce soit.

D'autant plus au vu de la situation cataclysmique des banques, toutes en situation de quasi faillite depuis 2008, situation déplorable ne pouvant que s'amplifier (n'oublions pas que même Goldman Sachs a licencié des employés il y a peu).

Donc, au risque de me redire, préparez-vous à cette faillite universelle, en faisant vos propres réserves, en ayant un petit peu de monnaie chez-vous, en préparant un potager plus quelques poules, si vous le pouvez.

Votez aussi pour Asselineau, ne serait-ce parce qu'il est le seul à pouvoir rétablir le pays rapidement, contrairement aux autres qui ne sont que des branquignoles.

Voici les texte où j'expose au mieux mes conseils, même si, part ailleurs, le reste de P1000724.JPGce libellé date un peu (petite-video-d-un-economiste-pour-moi-inconnu-5740090.html).

 

 

THEURIC

Les commentaires sont fermés.