Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Macron, de l'aventureuse politique et géopolitique.

Allez, que je l'avoue, je joue mon cake en me donnant de l'assurance de comprendre le jeu complexe actuel, tant à l'échelle nationale qu'internationale, dès que le sieur Macron fut élu.

Alors, est-il une simple marionnette ou est-ce plus complexe que cela?

De plus et en réalité je dois bien reconnaître que les multiples instabilités tant françaises, européennes que mondiales, tendent à brouiller la perception que  nous pourrions avoir du dynamisme historique actuel.

Alors je vais m'essayer d'y voir un petit peu plus clairement, au risque parfois d'être en contradiction avec ce que j'ai pu écrire par le passé.

DSC00093.JPG

Pour ce qu'il peut en être des partis dits de gouvernement, la messe est dite et la situation évidente: les P.S./E.E.L.V./U.D.I./L.R., auxquels il faut rajouter le P.C.F. dont un tiers du bureau politique  avait appelé à voter François Asselineau, ne sont plus que ruines fumantes, détruits tous quatre par le coup de force bancaire et oligarque dont le sieur Macron est l'agent zélé.

Ces forces, au nombre de quatre eux aussi, peuvent facilement se percevoir: l'oligarchie financière et bancaire, française et européenne, les deux banques étasuniennes, Goldman Sachs et Rothschild, l'administration de l'Union-Européenne et le gouvernement allemand.

Leur chargé de mission, Monsieur Macron, élu à la présidence de la république par un ensemble de tripotages et de propagandes plus ou moins visible, se retrouva à être rejeté et haï par une bonne part de la population avant même que le deuxième tour ait eu lieu (vote blanc ou nul 8%, abstention 23%, vote F.N., même si ce sont des gens qui, pour une bonne part, se font manipuler, 20%, total 51%, sans compter les 9% de non inscrit).

DSC00065.JPGDe ces 40% qui votèrent pour le produit commercial qu'est Macron (un yaourt en quelque sorte), une partie non négligeable le firent soit pour rejeter Madame Le Pen (souvent sans en être dupe), soit dans l'idée de pousser à la faute le nouveau président.

Ce qui, en gros, représente entre 10 et 20% seulement, voire moins de gens qui votèrent réellement pour lui.

Entre le matraquage médiatique sur le fameux République en Marche (arrière), qui, d'ailleurs se poursuit, ce qui ressemblerait bien à des fraudes en ce qui concerne le premier tour et un président en vérité déjà largement honni (ça ne pourra aller qu'en s'amplifiant), la population française ne considère plus les institutions de leur pays que comme étant nulles et non advenues.

Ce qui veut dire que dorénavant la France et les français sont devenus parfaitement ingouvernables.

De plus, le futur président Macron d'après législative pourrait bien se retrouver à faire face à une instabilité importante de son gouvernement et des assemblées délibératives.

Le Front-National, lui, se délite lentement, qui vit déjà les numéros deux et trois de ce parti le quitter bruyamment à la suite de l'arrivé de Monsieur Dupont-Aignan auDSC00103.JPG côté de Marine Le Pen, ceci suivant de bien d'autres départs de nombre de ses cadres.

Quand au Parti de Gauche, il ne peut que se retrouver à faire face à un doute grandissant au vue des atermoiements stratégiques multiples de Jean-Luc Mélenchon, même si ce dernier conserve une certaine écoute populaire.

Du coté de l'Union-Européenne, Monsieur Junker a plus que déclaré, signifié à Monsieur Macron que les français dépensent trop d'argents, nous savons tous ce que cela signifie.....

Cette étrange fuite en avant de l'oligarchie administrative de l'U.E. (il y en a des oligarques, de toutes couleurs et de toutes formes) montre qu'elle ne comprend pas la situation explosive qu'est devenu le pays.

Pour elle et les oligarques monétaristes européens et étasuniens, ce qui a marché en Chypre, en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie, soit la ponction des richesses des populations pour les redistribuer aux banques afin qu'elles puissent survivre, devrait marcher en France.

Ce qui n'est qu'une pure vue de l'esprit et non pas l'appréciation de la réalité de la psychologie collective du pays.

En fait, la moitié de la nation va vivre en autarcie, l'autre moitié va se révolter, même les vieux et les églises, islam y compris, vont s'y mettre.

Il est facile, par exemple, d'engorger les cours de justice, de démissionner en masse des conseils municipaux ou de toutes autres actions collectives ne pouvant que IMGP0088.JPGgêner et ralentir les pouvoirs politique et bancaire.

Sans compter les guérillas urbaines qui ne pourrons que se développer, ceci dû à l'émergence et à la monté en puissance d'un anarchisme politique radical et violent qu'il sera ardu de contenir (ce que j'ai pu remarquer lors de diverses interventions de commentateurs de blogues, ici ou là).

Enfin bref, hormis Monsieur Asselineau et l'U.P.R., c'est bien l'ensemble des institutions politiques de la France qui se retrouvent désormais dans une situation de délitement accéléré, même le En Marche (Arrière), en tant que nouveau parti politique, n'est en fait qu'une fragile création éphémère dont la seule et réelle existence ne tient qu'au fait d'avoir aidé à élire Monseigneur Macron à la magistrature suprême et à détruire le Parti socialiste et Les Républicains.

Justement, revenons un petit peu sur ce personnage qui, à tout prendre, est des plus intéressant à analyser.

Ma vieille mère, à qui je téléphone les soirs où je ne suis pas chez elle, ma dit il y a peu de temps: "Mais cet homme, Macron, c'est un enfant!", et moi d'éclater de rire.

Puis elle ajouta: "Il tiens sa femme par la main, comme un petit enfant qui va à l'école, elle a combien de plus que lui (elle parlait de son âge, bien sûr)?

-Je ne m'en souviens plus," lui répondis-je, " 15 à 20 ans me semble-t-il.IMGP0198.JPG

-Bien vingt ans," me dit-elle (en fait, elle en a 24 de plus).

Un enfant, nous avons élu un enfant en tant que président de la république, de 41 ans, certes, mais un enfant tout de même, souffrant, ad minima, de ce qu'il est convenu d'appeler le syndrome de Peter Pan, soit la volonté de vouloir rester enfant.

Je ne ferais pas de psychologie de comptoir, mais d'avoir été voir son histoire je suppute cet homme d'être une bombe psychologique, de l'avoir désigné comme l'homme lige de la ploutocratie en tant que chef d'état, cette aristocratie fit la plus terrible des erreurs, n'est-ce pas Monsieur Attali.

Ce homme, comme tout enfant, croit en son rôle, lui qui fut gonflé à l'hélium, je ne serait pas surpris, de plus, qu'il soit à la recherche de reconnaissance, mais se retrouvera rapidement face à deux impossibilités incompatibles, remplir son contrat face à ceux qui l'ont fait et, dans le même temps, devenir le roi putatif de la France (en tant que président de la république) et agir en tant que tel, tel que cela lui fut enseigné sur les bancs de l'école.

Et ceci au-devant d'une population qui, comme je l'ai dit plus haut, le détestait déjà avant même d'avoir été élu.

Cette double contrainte ne pourra que le rendre fou, totalement fou, en fait, il décompensera violemment, et je ne pense pas que sa femme, Madame Macron, née Trogneux (ça ne s'invente pas) puisse l'aider à maintenir un minimum de raison, pas à ce moment là, pas cette fois là.

 IMGP0200.JPG

De plus, et surgissent de mes incertitudes et de ma perplexité, à ces complications et, pour dire le moins, ces tracasseries que rencontreront la France, les français et tous ces pourfendeurs eurolâtres et américanolâtres de la globalisation néolibérale heureuse, qui voudraient bien que ce quinquennat se passe, pour eux, sous les meilleurs des hospices, d'autres acteurs paraissent jouer, tout au contraire, un accroissement de cette instabilité nationale.

J'en perçois trois, les États-Unis-d'Amérique de Trump, la Russie de Poutine et la Grande-Bretagne de May (au joli mois).

Leurs intérêts sont différents, voire divergents, mais ce trio s'entend pour une chose devenue dorénavant pour moi, sure et certaine, l'Union-Européenne doit disparaître définitivement.

J'ai, précédemment, écrit tout un texte où j'y exposais l'hypothèse que la Russie voulait se récupérer l'Union-Européenne au travers de l'invitation exclusive de Madame Le Pen à la Douma, l'assemblée nationale russe, ceci après qu'une journaliste d'une télévision du même pays se soit comporté de manière agressive envers Monsieur Asselineau.

Elle ne fut donc invitée que parce que elle fut la seule à avoir quelques écoute dansIMGP0207.JPG les médiats et, ce, avec Monsieur Fillon, à avoir approuvé les diverses positions de Monsieur Poutine.

Cet intérêt que le-dit trio a de voir disparaître l'U.E. est,  je l'ai dit, différent suivant chacun de ces trois acteurs, thème que j'avais déjà pu abordé part ailleurs.

Revenons toutefois sur cela, n'oublions pas que la Germanie peut difficilement être déstabilisée en raison de la structure psychologique particulière de son peuple quand, en revanche, la France, elle, peut, sans peine, renouer avec sa vieille tradition consistant à chasser un pouvoir qu'elle considèrerait comme illégitime:

-La Russie poutinienne a deux simples buts en Europe, que la mer Méditerranée soit pacifiée afin qu'elle ait un accès libre de la Crimée jusqu'au détroit de Gibraltar et au canal de Suez et qu'elle ne se farcisse pas, une fois encore, une Germanie devenue foldingue comme en 14/18 et en 39/45, d'autant plus qu'avec l'affaiblissement morbide de l'empire U.S., l'Allemagne tend a prendre l'ascendance sur le reste de l'Union-Européenne;

-Les États-Unis-d'Amérique trumpiens, eux, commençant désormais leur refondation, du-moins le tentant, veulent à tous prix se débarrasser de leurs colonies les affaiblissant, entre-autre l'Union-Européenne, et réduire une Allemagne qui, économiquement, les ruine, or c'est bien en grignotant continuellement des parts de marché sur le dos de ses voisins que cette dernière a atteint une telle efficacité économique;

-Quand au Royaume-Uni mayéniste, le seul de ce trio à avoir compris que le système économique courrait à sa fin sur un court laps de temps, il a aussi un double dessein, le premier de réduire le pays dominant en Europe continental, encore une fois l'Allemagne, le second de construire une alliance effective avec la France.

P1000676.JPGPour cela il fallait impérativement qu'un pouvoir politique faible, fragile, voire inconsistant puisse se retrouver à gouverner le pays afin que la population puisse le renverser avec aisance.

C'est pourquoi tout fut fait pour qu'une personnalité telle que celle de Monsieur Macron, aujourd'hui largement décrié, demain totalement détesté, soit élue en tant que Président de la République.

Pour cela, il ne suffisait que de laisser faire les autocrates des deux banques insatiables, Golman Sachs et Rolthschild, leurs semblables européennes, les oligarques français et européens, tels que Messieurs Junker, Attali et Minc et Madame Merkel, pour qu'ils trouvent  d'eux-mêmes, peut-être en les aidant un peu, discrètement, la personnalité obéissante à leur yeux idoine.

Sachant que leur hybris, leur orgueil et leur sottise les mènerait à faire le plus mauvais des choix, Monsieur Macron, peu suffirait ensuite pour déstabiliser un gouvernement déjà fragile avant même qu'il ne se soit formé.

Les laisser détruire les partis dit de gouvernement sus-nommés, désagréger le Front-National qui risque de prendre le pouvoir aux prochaines élections (papi Jean-Marie qui a éloigné sa petite-fille du F.N. en est peut-être le signe) et roule ma poule, le terrain sera prêt dans peu de temps pour que le trio n'ait plus qu'à pousser légèrement la France vers la sortie de l'U.E./€/O.T.A.N..

Après cela, comme un jeu de domino, les pays de l'union sortiront un à un, voire tous ensemble, de cette grotesque farce unioniste et, à sa suite, l'Allemagne, en réalité extrêmement fragile, explosera naturellement.

Seul hic au tableau de ce plan qui, ma foi, ne manque ni de subtilité, ni de profondeur de vue, si l'U.E.€. éclatent, toute l'économie mondiale en fera les frais,P1000879.JPG d'autant plus que ces banques U.S. insatiables dont je vous ai parlé pourraient bien vivre, à ce moment là, leurs dernières heures en raison des liens qu'elles ont tissé avec l'Europe.

Sauf si, dans ce plan, était également entré en considération, par Monsieur Trump et son équipe, de soumettre les oligarques étasuniens au pouvoir politique en poussant ces deux banques à la faillite, ce qui est fort probable.

Toutefois cela n'empêchera pas la globalisation joyeuse d'exploser en vol au vu des plus que monstrueux déséquilibres économiques et monétaires qui parsèment le monde.

Pour finir, justement sur cette question économique, le prix du pétrole ne cesse de baisser, aujourd'hui il est à 45,88$, et même si certains pays tel que la Libye fait remonter sa production, ici en raison de sa guerre civile (merci Sarkozy), cela ne signe, quoi qu'il en soit, à mon sens, que l'accroissement de la désindustrialisation internationale.

Ceci à mettre en corrélation avec la baisse du prix des métaux, autre signe, peut-être le plus important, de cette désindustrialisation en cours, information donnée par Monsieur Béchade lors de l'une de ses intervention sur Businessbourse.

Voilà de ce qu'il me semble de ces dernières élections qui furent traversées par une flopée de malversations électorales tellement visibles que c'en est pitoyable, œuvre sûrement de Monsieur Hollande qui, d'obéissant, a su, en cachette, largement savonner la P1000903.JPGplanche déjà pourrie sur laquelle Monsieur Macron se tient, je vous l'avais dit, il le hait.

C'est pour tout cela qu'il est impératif que l'U.P.R. obtienne le plus voix possible lors des élections législatives qui viennent, autant pour que ce parti soit connu et reconnu dans le futur qu'en raison du fait qu'il ne représentera peut-être plus, avec le parti de Gauche, que le seul mouvement politique encore réellement valide.

Notre dernier roi sera détrôné au moment opportun, lui déjà psychologiquement instable ne le supportera pas et je crains vraiment pour son équilibre psychique, il ne pourra que décompenser, lui qui, contrairement à ce que j'ai pu croire n'est ni psychopathe, ni pervers narcissique, mais juste un petit garçon ne cherchant qu'une chose et une seule, la reconnaissance par ses parents, par son papa et sa maman (lui qui en a trouvé une de substitution) de ses capacités en voulant prouver à la face du monde sa virilité d'homme.

Voulant prouver par là qu'il n'est pas le reflet de sa sœur aînée morte trop tôt, qu'il n'est plus un petit garçon mais un homme fort et indépendant de son papa et de sa maman, de la banques Rothschild et de Monsieur Attali en un vain, inconscient et impossible espoir.

 

 

THEURIC

P1000856.JPG

Écrire un commentaire

Optionnel