Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De l'article 50 de ce qui se fait appelé constitution européenne.

Ici je ne parlerais que d'une chose, pourquoi j'avais voté François Asselineau et voterais pour le représentant de l'U.P.R. de ma circonscription.

P1000190.JPG

En politique, comme en beaucoup de ces choses de la vie, il n'est que rarement de bon choix mais juste de moins mauvais, voire, dans les situations les plus inextricables, que des pis-aller.

Et il est vrai que, pour moi, que ce fameux article 50 du traité de Lisbonne soit activé tiens plus du moins mauvais des choix, que de la meilleurs des options.

Il est vrai que, comme l'expliquent les (re)nouveaux mouvements communistes ( https://lesmoutonsenrages.fr/2017/04/09/sortir-de-lunion-europeenne-par-larticle-50-et-si-cetait-un-leurre/ ), l'activation de cet article laisse à prévoir d'immenses difficultés, mais y a-t-il une solution autre au vu du refus majoritaire des français de quitter l'Union-européenne?

C'est pourquoi Monsieur Asselineau pu obtenir tous ses parrainages lors de ces dernières présidentielles, contrairement à bien d'autres partis proches de celui à l'origine du texte vers lequel je vous renvoie plus haut, qui sont, en cela, bien plus radicaux,.

P1000851.JPGOr, faire de programme cette activation de l'article 50 est psychologiquement, d'une certaine manière, rester au sein de cette union, puis d'en sortir en douceur, ce qui est, populairement, plus facile à accepter que la rupture pure et simple.

De plus, agir d'une manière légaliste mais ferme face aux instances de l'union, avec la subtilité qui y prévaut, bien sûr, est ce qui me semble le piège le plus logique qui leur soit en raison de la crainte que cela leur inspire.

Mais je comprends parfaitement l'option d'une rupture pure et simple d'avec l'U.E. même si je n'y adhère pas.

Non pas parce que, dans l'absolu, elle soit irréaliste, tout au contraire, elle serait même, peut-être bien, plus efficace, mais bien parce qu'il serait bien plus long pour la population d'en accepter les termes.

Remonter le cours, en effet, de l'intense masse propagandiste qui, depuis des décennies, nous est déversé à longueur de temps ne peut qu'être que progressif.

D'autant plus que nombre de partis politiques tendent à pervertir le débat, comme il peut en être du Front-National, dont nous ne pouvons toujours pas déterminer exactement pour qui, pour quoi et pour quel pays ses représentants offrent leurs services.

Mais il n'est pas le seul, loin de là, Debout-la-France de Dupont-Aignan ou le Modem de Bayrou en étant deux des plus marquant de ces nombreux exemples d'entreprises de démoralisation et de confusion.

De plus et quoi qu'il en soit, si la France, ou l'Italie, quittait l'U.E. d'une manière ou d'une autre et au vu de leur poids économique, elle et l'euro exploseraientPhoto0016.jpg inéluctablement plus ou moins rapidement, entrainant le monde avec elle.

Et si un coup de force survenait maintenant, il déstabiliserait tellement l'U.E.€. que l'économie mondiale, déjà aux portes de sa faillite, n'y résisterait pas, entrainant de même l'Union-Européenne.

Économie mondiale qui, du reste, se trouve en ce moment même dans une situation plus que mortifère, par exemple, le P.I.B. chinois en est à moins de 7% actuellement, en prenant en compte que c'est l'usine du monde, comme il se dit, il était au-delà de 10% avant 2008, quand aux U.S.A., la sienne de situation est plus que critique avec 102 millions de chômeurs (37% d'après mes calculs), sans compter les petits boulots aux payes dérisoires.

Je ne reviendrait pas sur la désindustrialisation mondiale actuelle et sa baisse des prix des matières premières , dont ceux des carburants, origine peut-être de la colère de l'Arabie-Séoudite envers le Qatar.

(Il leur faut baisser la production pétrolière pour faire remonter les prix, je ne sais pas ce que fit les qataris à ce sujet, c'est une hypothèse, mais cette baisse des prix continuelle empêche les productions de pétrole et le gaz de schiste d'être bénéficiaire aux U.S.A., vous remarquerez la concomitance entre la visite de Monsieur Trump en Arabie et la mise en quarantaine du Qatar.)

A l'inverse, une banqueroute mondialisée ne peut, à mon sens, que générer celle de tous les pays de l'U.E., donc, logiquement, de celle des trois qui comptent, l'Allemagne, la France et l'Italie, et donc inéluctablement de voir disparaître cette union.

C'est pourquoi ma réelle position ne se pose pas en tant que constituant d'une séparation future de la France d'avec l'Union-Européenne, qui se fera P1000894.JPGnaturellement, mais, comme j'ai pu déjà l'expliquer sur mon blog, de choisir au mieux le parti politique et les personnalités qui y sont liées qui sauront rétablir le plus rapidement possible une économie nationale qui, dès lors et comme partout dans le monde, se retrouvera dans le plus total dénuement.

Lors, comme tout fut, est et sera fait pour en retarder l'échéance, cet effondrement de l'économie-monde sera d'une fantastique violence, en quelques semaines, jours ou, au pire, heures, ce sera l'ensemble du système économique globalisé qui cessera de fonctionner (et si je me répète, c'est bien parce que nous nous retrouveront dans une situation digne de la catastrophe la meilleurs).

Or, des partis politiques que je considère comme sérieux parce qu'ils ont posé le bon constat, posé le bon diagnostique sur la situation de la France et des pays européens, un seul, de ce que j'en sais (je peux toujours faire erreur) réuni les personnalités qui sauront au mieux agir et réagir avec diligence et efficacité lorsque la-dite catastrophe surviendra, c'est l'U.P.R..

D'où mon choix pour celui-ci.

Pour en finir là-dessus et faire lien d'avec le sujet suivant, du fait de l'actuel effondrement politique, de nouveaux partis et mouvements se font jour, ce n'est qu'un début, c'est pourquoi ils reprennent des formes anciennes: anarchisme, bonaparto-gaullisme (U.P.R.) et communisme (P.E.P. et P.R.C.F.), voire le début d'un christianisme politique renouvelé, exemple de ce que j'ai pu appeler unePICT0264.JPG rétrogression historique qui, à n'en pas douter, continuera son processus de régression sociétal encore quelques temps.

Puis, lorsque cette rétrogression prendra fin, cet ensemble évoluera plus ou moins rapidement, sous une forme impossible à définir aujourd'hui, suivant les événements d'alors.

Pour en revenir sur la situation partisane et électorale de la nation, il nous faut remarquer l'effondrement politique actuel faisant suite à celui idéologique dont je vous entretiens déjà depuis quelque temps.

Certes, de nombreux coups de forces furent entrepris pour que Monsieur Macron soit élu à la présidence, mais cela ne put se faire que parce que la situation des partis, si je puis dire, classiques, se retrouvaient déjà en grandes faiblesses.

Or, cette béance politique ce cessant de s'agrandir, dû à ce que leurs cadres se soient trop liés à cette union, il est naturelle que ce vide laissé se remplisse de nouveaux mouvements dont nous pouvons percevoir quelques échantillons lors de ces législatives.

Cette faiblesse des forces sociales anciennes ne pourra qu'être décuplée lorsque le système d'économie globalisée se retrouvera forclos, ce qui peut se produire à n'importe quel instant, bien que des signes avant-coureurs, tels que je les avais décrits dans mon texte précédent, pourrait bien nous en avertir de l'échéance.

A cette catastrophe économique, celle politique suivra, avec le risque fort que nos institutions et l'administration, violemment malmenées depuis de bonnes années, ne viennent aussi à montrer de grave difficultés de fonctionnement.

P1000893.JPGSans compter que les banques, le C.A.C.40, les assurances, les agences locatives, les sociétés monétaristes, les grands-magasins et super-marchés (c'est la même chose ou presque) et bien d'autres institutions de cette sorte ou liées à elles, tel que la plupart des médiats, soit auront disparu, soit se retrouveront au-devant de difficultés inimaginables aujourd'hui.

L'une des raisons, mais ce ne sera pas la seule, sera l'affolement et le désespoir de l'ensemble de la haute hiérarchie du pays, de la classe dirigeante ainsi que tout ce qui y est rattaché qui, là encore pour les raison évoquées, là en préambule de mon texte antérieur, seront abasourdit, choqué, brutalement traumatisé par la disparition de ce qui structurait leurs croyances.

Considérant cela, pensant au processus de rupture du système économico-politique actuel plutôt qu'à sa continuité, cela m'étant inenvisageable, celui-ci étant  à bout de souffle et de ressource et, ce, dans tous les sens du terme, que ce soit de ses acteurs centraux que de leurs possibilités d'action, le choix de l'U.P.R. me devenait évident.

Formation politique, certes encore en voie d'élaboration mais ayant achevé son ébauche organisationnel, composées de personnes soit au fait du fonctionnement de l'économie, de l'état et/ou de l'industrie, soit suffisamment indépendant d'esprit pour avoir pu et su remettre en question la doxa de notre époque, provenant, de plus, de bien des strates de la société, cette formation sera, à mon sens, l'une de P1000815.JPGcelles, ou peut-être la seule, à être dans la capacité d'agir au mieux.

Voilà  donc les raisons pour lesquelles j'ai voté pour Monsieur Asselineau dernièrement et que je voterait, le dimanche 11, et pourquoi pas au suivant, pour le représentant de l'U.P.R.  de ma circonscription.

Je vous l'accorde, mon abord n'est pas vraiment habituel mais plutôt singulier, voire même déconcertant.

Mais tout comme j'ai fais des réserves en prévision de cet effondrement économique futur et, ce, parce qu'il serait illogique que je ne tienne pas compte de ce que je perçois de la situation mondiale présente, il serait absurde que je n'agisse pas politiquement de même dans le pays dans lequel je vis et qui pose une bonne part de mon identité (cette notion est fort complexe).

Quoi qu'il en soit, faites les vôtres, de réserves, comme j'ai pu le définir auparavant ou suivant vos sensations propres, texte d'un an et demi mais, pour ces conseils, toujours pertinents ( .search?s=un+%C3%A9conomiste+pour+moi+inconnu&search-submit-box-search-16212=OK).

Et vous savez quoi?

Je pense que monsieur Asselineau a la crainte de ne pouvoir remplir la responsabilité immense qu'il s'est donné et çà, pour moi, est le signe que c'est bien la personne qu'il faudra pour agir au mieux lorsque l'économie-monde, exsangue, nous aura montré ses os.

 

 

THEURIC

P1000831.JPG

Écrire un commentaire

Optionnel