Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rapide réflexion sur la Catalogne.

Quand on y réfléchit bien, ce qu'il se passe en Catalogne n'est pas bien clair, bien que tout cela s'éclaircit progressivement.

Mais pour voir ça, il nous faut explorer l'équilibre des forces.

Dorénavant c'est l'Allemagne qui dirige l'union-Européenne et non plus les États-unis-d'Amérique.

Il est vrai que Monsieur Macron avait travaillé dans la banque Rothschild et que ce fut l'officine Bilderberg, d’obédience impériale U.S., qui l'avait adoubé pour devenir président, qu'antérieurement ce fut le patron d'A.X.A. qui l'avait découvert et, enfin, ce fut monseigneur Attali (l'homme qui fait son jacques), américanolâtre s'il en fut, qui l'avait présenté au publique.

Tous d'essence ou proche de l’impérium américanum.

Ainsi je pose le postulat que notre président de la république est sûrement, comme Sarkozy, un agent U.S. (pour Hollande, c'est plus complexe).

IMGP0317.JPGIl est à remarquer que Madame Merkel s'était déplacé pour aller voir qui était ce freluquet (bien qu'elle puisse jouer double jeu Allemagne/U.S., c'est possible, la Stasi avait-elle un dossier sur elle, et si oui, qui le détiendrait?).

Surtout, la Germanie veut prendre le contrôle de l'armement atomique français par le biais de l'Union-Européenne.

Cela dit pour bien montrer que ce pays s'est grandement déconnecté de la domination étasunienne, c'en est pour moi la preuve essentielle, les autres points étant moins démonstratifs.

Or, ce qu'il se passe en Catalogne en ce moment met l'Allemagne merkélienne au défi.

La situation allemande n'est, en effet, pas si folichonne que cela, monté de la pauvreté, trop grand nombre d'immigrés, trop de vieux trop pauvre en trop grand nombre, banques n'étant pas tant en si bonne forme que cela, ralentissement économique....

Et puis, longue est la tradition du Saint-Empire-Romain-Germanique d'une prise de distance et d'indépendance de ses différents duchés, ce fut d'ailleurs la Prusse de Bismarck qui regroupa, au XIX° siècle, par force et par ruse, les nombreux composants de ce qui deviendra l'Allemagne d'après la guerre contre la France de 1870.

Je ne serais donc pas surpris, même si nous n'en avons aucune information, que quelques länder aient des velléités d'indépendances, ne serait-ce que de sa partie anciennement de l'est, ce qui doit plus qu'agacer, faire craindre le pire au gouvernement allemand: un éclatement de son pays.Photo0012.jpg

De plus, d'autres nations européennes doivent redouter un phénomène similaire, d'autant plus que tous ont conservé en mémoire de ce qu'il s'était passé lors de la séparation du Kosovo d'avec la Serbie, surtout qui en fut l'instigateur (il se dirait que cela proviendrait de l'empire U.S., en tout cas c'est bien l'aviation de ce pays et de l'O.T.A.N. qui bombarda les serbes).

Ceci posé, revenons à la Catalogne.

Si l'Union-Européenne a donné une fin de non recevoir aux indépendantistes, c'est, je le suppute (bonjour madame) fortement, parce que nombre de pays de l'union ne veulent pas entendre parler d'indépendantisme régional.

Plus encore, il est fort possible que certains d'entre-eux aient mis sur la balance la menace de l'activation du fameux article 50 de la pseudo-constitution européenne (formalisant la séparation d'un pays d'avec l'U.E.) si l'administration Junker donnait un blanc-seing aux indépendantistes catalans.

Ainsi pourrait se comprendre la violence policière avec laquelle le gouvernement espagnole a réagit lors de ce référendum, peut-être même sur ordre du gouvernement allemand.

Un petit peu comme ce qu'il s'était passé en Grèce sur le plan économique, ce qui arrive en Catalogne serait là pour décourager d'autres populations européennes, dont celles d'Allemagnes, de vouloir faire sécession.

PICT0374.JPG

Mais allons plus loin, voulez-vous.

Si mon hypothèse posant que les U.S.A. trumpiens veulent, avec ses alliés russes, britanniques et chinois, détruire l'Union-européenne pour, par ricochet, mettre en faillite l'euro pour atteindre le dollar et qu'enfin le gouvernement de Trump se débarrasse de ses oligarques se retrouvant ruinés.

Alors cette votation des régionalistes catalans deviendrait une magnifique manœuvre (oui, oui, je sais, il y a des personnes qui souffrent dans cette affaire) dont le but serait d'atteindre une oligarchie étasunienne devenue trop puissante dans son pays mais qui se révèlerait, en réalité, d'une stupidité telle qu'elle ne percevrait pas un piège si intelligible.

Du-moins, sinon intelligible, toutefois plausible, voire possible, qui mériterait au moins d'être pris en compte.

Parce que si le référendum catalan fonctionne, les texans pourraient être amené à faire la même chose, les écossais recommencer le leur, or je ne pense pas que les U.S.A. et la Grande-Bretagne, voire la Russie et la Chine qui ont aussi, surtout la Chine, des régions agitées, verraient çà de la meilleurs des façons.

Et quand bien même les oligarques étasuniens, britanniques, allemands etPICT0406.JPG européens en apprécieraient le geste, les gouvernements, leur armée et leur services secrets auront, quoi qu'il se passe, le dernier mot.

Or les reculades de Monsieur Puigdemont, ses ambiguïtés sûrement contraintes, au sujet de l'indépendance de la catalogne ( catalogne-carles-puigdemont-promet-l-independance-et-appelle-au-dialogue-avec-madrid_5199021_3214.html ), montrent que les forces en présences vont bien au-delà de l'Espagne.

Ce qui a plus que fortement déstabilisé un ensemble populaire et multiple d'indépendantisme, entre indépendantistes et autonomistes, que les difficultés actuelles tend à faire diverger, l'annonce faite auparavant du départ des banques de Barcelone n'y étant pas pour rien.

Mais aussi, nous pouvons y percevoir que les eurorégions, qui était l'un des projets centraux et structurants de l'Union-Européenne et de sa construction, ne peut qu'être que désormais forclos.

La raison en est simple: si les catalans obtiennent leur indépendance, si la région d'un pays de l'U.E. devient indépendante, pourquoi un pays ne demanderait-il pas son indépendance de l'Union-Européenne?

De fait, cette affaire est en train de devenir un magnifique foutoir où les contradictions internes de l'U.E., de ses pays constituant et des présupposés idéologique qui les traversent commencent à devenir proprement visibles et ingérables.

Mais revenons un bref instant à la politique française.

Dans cette affaire, nous avons vu que Monsieur Macron avait désapprouvé le référendum sur l'indépendance catalane, décision allant en droite ligne des désidératas européiste et, surtout, germaniques.

Or, comme je l'ai montré plus haut, Ce fut bien grâce à une officine étasunienne, Bilderberg que Monsieur Macron fut élu à son poste, puissance étasunienne en lutte d'influence d'avec l'Allemagne, pas seulement dans l'U.E..

Ce qui veut dire que notre président de la République se trouve désormais à avoir deux maîtres aux nécessités contradictoires et contraires.

Ce qui, rapidement, va le placer dans une situation de double contrainte, sauf à ce qu'il trahisse l'une ou l'autre de ces forces, ce qui peut que le mener à tous les dangers.

Il aura donc, à un moment donné, le choix, si je puis dire, entre la folie ou des risques de déstabilisations grandissants.

 

PICT0351.JPG

Si j'écris ce texte, c'est qu'il m'a semblé que l'ensemble de ces événements ne collaient pas, ou, dit autrement, que les explications qui en sont donnés ne cadrent pas avec l'ensemble des faits.

Et donc il m'a paru important de vous en faire part, qui que vous soyez, amis lecteurs, pour que vous soyez conscient des jeux et enjeux complexes dont nous pouvons facilement devenir les pions involontaires et insouciants.

Je déplore ainsi ce qu'il se passe là-bas, qui n'est que le résultat d'un ensemble de manipulations entrecroisés dont les peuples crédules font les frais.

Un empire (U.S.) agonise devant nos yeux, sans que nous le percevions toujours, restant toutefois d'une telle puissance et d'une telle amplitude que sa disparition ne peut et ne pourra pas se faire sans de nombreux soubresauts.

De plus, d'autres puissances agissantes sont présentes, bien que parfois elles puissent opérer en plein jour, d'autres fois elles agissent dans le clair-obscur, ou même en pleine obscurité.

Soyez conscient qu'un état a ses propres intérêts et, comme toute institution, se sait mortel, c'est pourquoi il mettra tout en œuvre pour se préserver.

Alors amis lecteurs, ne soyez pas dupes, sans pour cela exagérer dans des complots IMGP0488.JPGimaginaires, les faits doivent vous guider, ainsi que les démarches naturels des-dits états, des passions humaines, celles des individus, celles des peuples, celles des nations et celles des foules.

Voici pour finir:

Il y a: l'évident, le certain, le probable, le possible, le plausible, l'improbable, l'impossible et l'inexistant.

 

 

THEURIC

Écrire un commentaire

Optionnel