Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De la mienne singularité.

Il est vrai que ce que je peux formuler paraît souvent singulier, voire étrange, puisque en ayant une approche différente des faits, je fais preuve d'une singularité que je ne renierais pas le moins du monde.

Non pas que je la revendiquerais en en portant le flambeau au plus haut, mais bien parce que la multitude des extravagances de notre époque me porte à tenter d'en dénouer les non-sens.

Ces extravagances s'étant répandues dans quasiment tous les secteurs de la sociétés, pour pouvoir toutes les débusquer cela nécessiterait une culture générale extrêmement étendue que je ne détiens pas et un travail acharné de tous les jours, voire même, au mieux, qu'une équipe de toutes disciplines s'y penche sérieusement.

 

Je fus longtemps, par exemple, à écouter et croire comme tout le monde lesP1030481.JPG pérégrinations oiseuses des censément écologistes au sujet du fameux réchauffement climatique anthropogénique, vous retrouverez d'ailleurs, dans l'un de mes tout premiers textes datant de 2008 (ceux-ci étant remplis de fautes), un questionnement là-dessus où je me demandais pourquoi cela ne faisait pas vraiment débat.

Aujourd'hui ils n'y en pas, celui qui doute qu'un tel réchauffement puisse ne pas être catastrophique, voire plutôt bénéfique, ou que nous allons droit vers un refroidissement, est traité de l'injure enfantin et absolu de climatosceptique, sans que ceux-ci ne se soient demandés d'où provient cette grossièreté manifeste.

Il faut dire que pour en avoir simplement remis vaguement en question la chose, deux journalistes météos furent chassés de France-télévision et il est certain que les jeunes climatologues qui oseraient la même chose subiraient le même sort, les plus anciens se retrouvant dans un beau placard.

Posez-vous la question du pourquoi.

Monsieur Asselineau, lors d'une réflexion conjointe avec le responsable UPR en écologie, Jérôme Yanez, sur la chaîne télé de ce parti, avaient même émis l'idée d'en organiser un, de débat, avec des scientifiques de ce domaine, qu'ils soient en accord P1030165.JPGainsi qu'en désaccord avec ce concept.

Je crains fort qu'ils chercheront longtemps sans trouver le moindre climatologue dit réchauffiste qui oserait se confronter avec un, quel que soit soit sa nationalité, qui en douterait fortement.

Au XIV° siècle, à la fin de l'époque de l'optimum climatique médiéval s'étendant du X° au XIV° siècle, le Mont Blanc était exempt de glace, mais qui disserte des fait historique dans cette hystérie apocalyptique cacophonique dedans laquelle la gamine Greta Thungerg est la marionnette (Lisez ceci, faut-il être suisse pour pouvoir faire librement des recherches?).

Pourquoi donc avoir privilégié ainsi une petite fille pour causer de cela plutôt que d'un savant pour qui le poids des ans et de l'expérience ferait force de loi?

Et pourquoi ce site qui montrait l'étendue de la banquise et la couverture neigeuse dans l’hémisphère nord au jour le jour est-il bloqué au 19 Septembre de cette année, s'il ne se débloque pas sous peu, ne serait-il pas légitime de ce demander de quoi ceux qui soutiennent cette hypothétique thèse on-t-ils peur?

Est-il logique de faire ainsi une telle propagande pour une théorie scientifique, de censurer à un point tel tous ceux qui en auraient un avis divergeant, de dégoiser jusqu'à plus soif dans les médiats sur ceux qui en doute du fait en allant jusqu'à l'insulte?

Et pourquoi ne pas remarquer, au sujet du gaz carbonique, son aspect positif, soitP1030486.JPG que l'accroissement de CO² mène à ce que les plantes poussent mieux puisque leur existence même en dépend, ce qui nous serait bénéfique pour nourrir tout le monde et fait, dans le même temps, reculer les déserts?

Pourquoi qu'il fasse chaud , froid, humide ou sec le même  discours se fait-il entendre: c'est de la faute du changement climatique?

Pourquoi ce mot de réchauffement fut-il remplacé par celui de changement et qui en a décidé ainsi, pour quel but?

Pourquoi enfin toutes ces questions ne se posent-elles pas?

Ce réchauffement climatique anthropogénique étant d'une dimension allant bien au-delà de la seule question scientifique, touchant autant celle de l'économie, de la politique que  surtout, de la psychanalyse la plus profonde, de l'un des mythes le plus primitif, celui apocalyptique de la fin des temps suivie du rétablissement du monde dans son ordre originel.

C'est pourquoi il se trouve souvent au centre de mes méditations.

Ainsi puis-je donner le sentiment, face à mes vis-à-vis, d'être un personnage plutôt singulier.

P1030033.JPG

 

Mais il n'est pas seulement la science du climat qui pose problème, la théorie de l'origine de l'homme d'un singe descendant de l'arbre pour vivre dans la savane, quelle qu'en soit la formulation, est absurde puisqu'elle remet en cause directement la loi de Dollo.

C'est pourquoi je me suis permis par le passé un ensemble de réflexion sur ce sujet.

En fait, suivant les conformations de cette théorie, si Homo était descendu de l'arbre pour marcher sur ses pattes arrières, alors le pouce préhensible des pieds du primate ne se serait pas redressé pour devenir parallèle aux autres, puisque suivant cette loi cela se révèle impossible, mais aurait régressé jusqu'à disparaître, ceci pour nous permettre la marche la plus souple, nous ne devrions pas en ce cas avoir cinq orteils mais bien quatre.

Il y aurait eu une remise en question de la-dite loi de Dollo de par l'observation de l'évolution de certains insectes, mais ici il s'agit de mammifère grandement évolué, aurions-nous vu un quelconque grand singe, même sous forme fossile, recouvrer sa queue perdue depuis longtemps, sûrement par un ancêtre ayant vécu dans dans une région tempérée à froide antérieurement, ceci pour pouvoir plus facilement se déplacer dans les arbres?

Il est bien évident que non.

Et il en est de même des griffes qui ne sont jamais réapparu chez aucun singe quand, pour les mêmes raisons, les ongles sont bien moins pratique  pour se déplacer dansP1020228.JPG les frondaisons et grimper facilement.

Mais que ce soit moi qui, remettant en débat ces deux sujets, ici d'une manière encore différente de celles effectuées par le passé, n'en reste pas moins un employé de transport en commun à la retraite ayant pour tout cursus un CAP de jardinage est, pour la majorité de nos contemporains, singulier.

 

Notre société française est en voie de désorganisation, ne sachant si ce phénomène est devenu chronique ou simplement passager.

Cela est dû à l'infantilisation de  classes-moyennes hautes à supérieurs.

Ce que reflète très bien certains des films qui, passés à la  télévision, montrent des gens surtout préoccupés par des problèmes largement secondaires et essentiellement centrés sur leur propres personnes.

Ceci est dû à l'évidence de la facilité: "Pourquoi donc réfléchir à ce qu'il se passe à coté de soi, dans les provinces, puisque moi blanc de peau ai une vie agréable, il ne m'est pas envisageable que mes semblables puissent avoir une existence similaire à celui du petit noir que  j'imagine vivant dans des cases dans une région primitive et pauvre, l'Afrique.",  eux qui en réalité vivent la même modernité que nous avec les mêmes contraintes, continent en pleine industrialisation, bien que certains de ces pays soient en guerre.

P1030146.JPGMais surtout et aussi: "Pourquoi me montrerais-je efficace en quoi que ce soit puisque la mânes promise par la société économiquement dérégulée euro-atlantiste grâce aux économies faites par l'état qui, me l'explique-t-on, ne sert à rien, devrait m'amener à ne même plus avoir à travailler?

Que l'on me  laisse plutôt rêvasser d'Amérique".

Tout autant que: "Voyez comme je suis un être bon et soucieux du devenir de la planète, je prends le métro et le bus, ou roule en bicyclette ou, mieux encore, en trottinette électrique, comme devrait le faire tous les français!".

En oubliant qu'il vit dans une grande ville, Paris, Lyon, Marseille, Nice, Toulouse ou Bordeaux, mais pas en province où les transports en commun n'existent que peu ou pas.

Et enfin: "Qu'importe la France, je suis un homme ou une femme vivant dans le monde, ne me dit-on pas que la guerre vient du nationalisme, alors qui serais-je pour me dire français, ne suis-je donc pas européen (oui, nationaliste européen, c'est pire)?

Et l'Union-Européenne ne me déchargerait-elle pas de cette immense difficulté que de devoir faire un choix, ne décide-t-elle pas pour moi-je, et puis les tous petits problèmes économiques ne seraient-ils pas  infiniment moins important qu'un réchauffement climatique dévastateur, ce qu'annonce tel ou tel philosophe et P1030245.JPG chroniqueur Tartempion?"

C'est à dessein que je me montre provocateur, mais écoutez bien les discours dans les pseudo-débats des économistes et journalistes, experts ou  non, dans les médiats, souvent c'est ce qu'il s'en laisse comprendre parce qu'ils vivent dans le même monde.

C'est cette puérile incompétence qui leur est montré, exemple provenant des plus hautes sphères de la société, et qui nous mène à cette désorganisation sociale très importante, ceci lié aux décisions farfelues et dangereuses prisent lors, ad minima, des quatre derniers quinquennats de par la vile obéissance à l'Union-Européenne de tous les partis politiques officiels.

Quand c'est en province que, contraints et forcés par les difficultés de vivre, les gens se révèlent le plus souvent les plus sérieux et adultes.

Cette classe-moyenne haute à supérieur ne voulant pas être consciente des autres défis qu'elles devront relever au futur, très violents, même si elle sait très bien qu'ils arrivent, et qui n'auront rien à voir avec ce prétendu réchauffement.

Ceci d'autant plus qu'un refroidissement du climat serait, en tout point, bien plus préjudiciable, mais puisque dans les médiats on ne leur parle pas de ça, alors, pourquoi donc y penser, ça fatigue...

Réfléchir par eux-mêmes,  quelle horreur pour tous ces gens.

Ces trois affirmations que je pose ici:

IMGP0347.JPG-Nos classes-moyennes hautes à supérieurs ne vivent pas mais rêvent de leur vie en ne comprenant absolument pas le monde qui les entoure, voire à ne pas vouloir le voir;

-Ce seront elles qui prendront la suite de la haute bourgeoisie déclinante;

-Il va falloir qu'elles deviennent enfin sérieuses, matures, responsables et consciencieuses, dans tous les sens du terme, qu'elles prennent enfin la place qui leur échoit, et qu'elles cessent de se conduire comme de ces morveux dont le nombril est la limite prétentieuse de leur perception et réflexion, tout en se laissant entrainé par des manipulations et autres propagandes de plus en plus caricaturales et ridicules.

Parce que ceux de celles-ci qui resteront à la traine souffriront tellement de la double disparition des U.S.A. et de l'UE qu'elles  risqueraient d'en être psychologiquement gravement perturbées.

Et ce message là, également, peut me montrer comme étant un être singulier.

 

 

THEURIC

P1030450.JPG

 

Écrire un commentaire

Optionnel