Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Petit rappel de la raison du crash économique actuel.

    A mon sens, les questions monétaires ne sont pas à l'origine de l'appauvrissement continuel des populations mondiales, de la monté du chômage, du ralentissement du commerce international, routier, maritime et aérien.

    Elles n’en sont pas la cause mais plutôt l’un des effets d’une cause bien plus centrale, celle d’une désindustrialisation mondiale devenue désormais totalement incontrôlable.

    Ses origines sont bien plus anciennes que 2008 et auraient environ quarante ans de plus, soit le milieu des années 70.

    FullSizeRender.jpgFermer en Occident les usines et fabriques, pour faire fabriquer à plus bas coût la même chose dans des pays plus pauvres, ceci pour les revendre là où ces usines et fabriques avaient fermé, donc là où le chômage ne pouvait que monter et les salaires baisser, ne pouvait que conduire à cette catastrophe.

    La question en effet qu'il  aurait fallu se poser il y a de cela longtemps aurait été: au bout d'un moment de ce gaspillage, quand une majorité de gens seront appauvris ou ne se seront pas enrichis, qui donc va pouvoir acheter?

    J’avais compris ça vers 2005, voire un petit peu avant, entre le boulevard Beaumarchais et la rue Saint-Gilles à Paris, entre 16/18 heure, vous voyez, c’est marrant, souvent je ne me souviens plus de ce que j’ai fais la veille.

    C’est dès ce moment que j’avais commencé à faire mes réserves parce que je comprenais très bien que le système ne pouvait qu’exploser.

    J’ai longtemps pensé que ce processus aurait pris la forme d'un arrêt total et rapide de l’économie-monde par un monstrueux crash boursier et bancaire et, ce, jusqu’à il y a deux à trois ans environ, ce fut une erreur.

    Je m’étais basé, en effet, sur les crises précédentes où ce fut l’économie virtuelle, monétariste qui, au travers des bourses et/ou les banques qui plongèrent, menèrent à l’accélération de la désindustrialisation, soit l'affaiblissement de l'économie réelle.

    Or, maintenant, la situation c’est inversée, c’est l’économie réelle, celle des industries et du commerce, qui subit un crash, parce qu’il s’agit bien d’un crash industriel et commercial que nous pouvons observer.

    Dès lors, autant il est possible de remonter les banques et les bourses, au cric desIMGP0086.JPG Q.E. si il le faut, comme depuis 2008, autant une désindustrialisation mondiale généralisée comme celle-là ne peut pas se récupérer, elle est devenue dorénavant inéluctable dans son mécanisme et donc son aboutissement, soit l’arrêt quasiment total de tout le système économique international réel et la destruction de celui virtuel.

    En fait, les divers tentatives pour en ralentir cette conclusion ultime, comme la planche à billet, les fameux Q.E., la perte quasiment complète de la valeur des monnaies ou la confiscation probable des économies des particuliers placées en banques et dans les assurances, n’en étant que l’un des accélérateurs, rien de plus.

    Dès lors, tout ce qui est lié au dollar, d’une manière ou d’une autre, sera balayé, même la Russie en subira les contrecoups, mais de manière bien moindre que partout ailleurs, en revanche, la Chine et l’Inde vont en sentir puissamment les secousses.

    Quand à l’Union-européenne, vassale de l’empire, et l’euro, en tant que semblance de dollar, ne pourront que disparaître tous deux.

    Alors, comme je ne cesse de le répéter, faites vos réserves, comptez au minimum trois mois de nourriture, un an de produits d'entretien et soin pour le corps, trois ans de quoi faire du troc et de petites ventes, quelques packs d'eau, préparez votre jardin, si vous en avez un, pour un potager, ayez de plus quelques poules.

    P1000169.JPGLe moment s'approche où tout va se casser la figure mais personne ne peut dire quand, songez aussi que cette préparation se doit aussi d'être mentale, vos proches, vos amis, vos parents risquent d'être choqués par cet événement, ils auront besoin de vous.

     

     

    THEURIC

  • Trump: d'empire à colonie.

    Je ne sais pas si, toute proportion gardé, Monsieur Trump peut être comparé à Constantin 1er ou à Aétius, le vainqueur d'Attila, si comme le premier ce sera un réformateur ou si comme le second il n'arrivera jamais à atteindre le pouvoir,capturées 2006-6-28 00003.JPG assassiné avant.

    Quoi qu'il en soit et quoi qu'il lui arrive, c'est déjà un personnage historique dans le sens où ce qu'il représente est bien plus qu'il n'est en réalité.

    Ce nouveau président des Etasunis est un réformateurs, c'est à dire qu'il entend insuffler une dynamique nouvelle à son pays, quoi que nous puissions en penser part ailleurs.

    Nous ne la connaîtrons qu'une fois les décisions prises et que leur mises en œuvres commenceront à porter leurs effets.

    Si cela nous concerne, ce ne peut qu'être en raison des liens étroits, d'empire à colonie, qui nous unis, le reste ne devrait pas être notre affaire.

    En plus de ces deux inconnues déjà importantes, l'effondrement en cours de l'économie-monde, tendant à une accélération régulière, va avoir des conséquences que personne ne peut prévoir, hormis, bien sûr, les ruptures d'approvisionnement, avec ce que cela comporte d'infinis problèmes, et de la qualité des politiques de reconstruction qui seront mises en place par les différents états, dépendant des hommes en place sur le moment.

    Pour résumer, Monsieur Trump à trois défis à relever, sa survie, la refondation de son pays et la gestion d'une crise sans précédent.

    Nous devons aussi tenir compte des tendances centrifuges se manifestant en ce moment aux U.S.A., du peu que j'en sais, et elles ont l'air de prendre de l'ampleur (de tous les français).

    Enfin bref, le phénomène Trump est certes important mais ne devrait nous concerner que ce pourquoi nous avons des intérêts, soit pour notre pays et pour nous même, le reste ne pouvant avoir d'importance que pour notre seule curiosité naturelle et rien de plus, bien que cela soit d'importance mais d'un autre domaine.DSC_9621.JPG

    Sinon cela ne peut que montrer que nous ne nous sommes pas encore affranchi de ce joug impérial.

    Toute rupture de domination doit d'abord commencer par la compréhension de son essence même, pas tant de cet empire, soit du dominateur, mais bien de celle du dominé, quel qu'en soit le caractère.

    Il s'agit donc pour ce dominé d'en saisir le plein sens intérieur, parce que seul cela devrait lui importer, le reste restant du domaine du dominant, c'est son problème, sauf en ce qui intéresse sa résistance à l'émancipation du colonisé nécessitant, pour ce dernier, la réaction la mieux adaptée à la situation créée par la-dit résistance.

    Ainsi la place du dominant est tel que parce que le dominé a aussi la sienne propre, il s'agit donc d'une relation réciproque à intérêts commun en miroir, générant un confort à chacun de ces partenaires, même si cela mène, en réalité, à un mal-être du dominé.

    C'est ce confort de la situation établie qu'il s'agit de briser, mais c'est bien parce que le dominant a une situation privilégiée sur le dominé que celui-ci se doit de faire le travail en amont sus-décrit.

    IMGP0079 - Copie.JPGC'est logique, il est difficile, pour le dominateur de se débarrasser de ses petits avantages, surtout si ils sont nombreux et juteux, quand l'asservi, lui, n'a de seul profit que celui de la confortable obéissance infantile, soit n'avoir aucune responsabilité.

    Là seulement existent les intérêts de chacun d'eux et nulle part ailleurs.

     

     

    THEURIC

  • France: objet de tous les désirs.

    Certes, cet objet de tous les désirs ne montre pas des appâts bien appétissants.

    Ce pays, notre pays, souffre tout autant que ses voisins des appétits voraces de ceux qui se doivent de se débarrasser au plus vite de leurs dollars devenus inutiles d'être parvenus à moins de valeur que celle du plus vil des papiers.

    Ce pays, aussi, suit autant que tous les autres de la terre, de l'est à l'ouest, du nord au sud, la plus terrible des courbes descendantes d'une industrie mondiale fermant toutes ses portes, d'un transport et commerce international en ralentissement constant et du terrifiant appauvrissement des peuples.

    Ainsi que la lente et terrifiante explosion/implosion des infinies bulles spéculatives gangrénant la joyeuse et heureuse globalisation.

    Il suit aussi, notre pauvre pays, les absurdes mésaventures d'un euro déficient, destructeur d'avoir été conçu, sur ordre expresse d'un empire U.S. ce jour agonisant, par une nomenclature autant orgueilleuse que sotte.

    Il chavire de ses banques aux aboies, à la banqueroute au bord des lèvres, aux coffres vides, aux patrons ayant joué et perdu à des jeux d'agent dont ils ne comprenaient rien d'un 2008 irrationnel, pitres ayant voulu devenir plus américain que les américains, marionnettes insanes d'un Capitole et d'une Maison-Blanche aux noirs desseins de leur angoisse de voir disparaître leur divin empire et leur pauvre nation.

    Et que dire de cette Union-Européenne de plus en plus honnie de ses pleins pouvoirs sur notre pays exsangue de ne pouvoir que suivre à la lettre ses perverses, destructrices et ruineuses recommandations, Union-Européenne elle-même s'affolant de l'état déplorable de cet empire de l'au-delà de l'Atlantique, son maître, son créateur, ayant montré sa fin prochaine par son Trump élu, moins pire des pires candidats d'une Clinton délirante, dangereuse et néfaste.

    DSC_9561.JPG

    D'un personnel politique français soit acheté autant que vendu à l’Encan à celles des nations payant au mieux, soit corseté de cette débile idéologie néolibérale s'évanouissant devant ses yeux.

    Sauf d'un Asselineau et son parti U.P.R., le seul de ceux-là ayant quelques écoutes de l'électeur, aussi d'avoir cette intégrité nécessaire pour que notre cher pays se débarrasse définitivement de toutes intrusions étrangères et de nos édiles insanes.

    Quand à Mélenchon et son P.G., tout autant intègre que miséreux, n'arrive pas à comprendre sa position d'idiot utile dans cette lutte dantesque mais masquée que se livrent tant de gouvernements et de banques pour contrôler la France et son peuple ou de les aider à le libérer de tant emprises.

    Qui sont ces pays achetant à l'encan nos entreprises, richesses, élites et édiles?

    La liste en est facile à définir: U.S.A., Canada, Russie, Inde, Arabie-Séoudite, Qatar, Allemagne, Grande-Bretagne, Union-Européenne, B.C.E., Goldman Sachs, Rothschild, P.N.B.Paribas, Crédit-Agricole, plus quelques autres que j'ai pu oublier.

    Ce qui, ma foi, fait bien  du monde au portillon.

    N'oublions pas la désindustrialisation mondiale en cours ne pouvant que mener à un dantesque effondrement économique, d'une ampleur inconnue à ce jour et aux effets démesurés.

    Lire la suite