Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Possible explication du temps présent.

Chers amis

(Il est à remarquer qu'à la vue du nombre, hommes et femmes, filles et garçons, ici de lecteurs, l'expression se fait par le neutre, neutre qui, en français, se dit et s'écrit au masculin, le seul dans notre langue se trouve en conjugaison, à la troisième personne du singulier, par le sujet « on »).



Ceci dit :

 

Nous nous retrouverions à faire face à plusieurs crises que je m'en vais tenter de résumer, pour vous, au mieux et au plus court :

(ceci sachant que, depuis une année, je n'ai pu discuter de vive voix de tout cela avec quiconque, d'où ma prudence.)



-Présentement trois crises politiques ne peuvent que se supputer :

      1. En France le pouvoir central, celui du gouvernement et des chambres délibératives, se retrouveraient évidé de toutes personnes suite un embrouillamini présidentiel et législatif ;

      2. Tel que j'ai pu l'exprimé dans mon blog, il est fortement possible que ceux des pays de l'Union-Européenne qui se disaient antérieurement de l'Est, aient décidé de refermer leurs frontières et, c'est, en ce cas là, à supposer, de commercer entre-eux ;

      3. Comme j'avais pu l'imaginer par le passé sur mon blog, les Etats-Unis-d'Amérique pourraient bien se refermer sur eux-même et de vouloir se débarrasser de leur imperium, de leur place impériale mondialisée.



-Nous ferions face à une crise économique de très grande ampleur (de tous les flançais), ce serait pourquoi nous pouvons remarquer le peu d'avions qui nous survolent, voire à ce qu'une diminution importante de navires de transport de marchandise se montrerait au jour.

 

Ce que nous vivons actuellement ne peut qu'être qu'angoissant pour beaucoup et, ces lignes ont de but de rassurer autant que faire se peu, si le besoin s'en ressent, ceux qui, de mes lecteurs, chers amis, en souffriraient de quelques gène que ce soit.



Les emmerdes, disait le présidant Chirac, volent en (espadrille) escadrille, cela ne pouvant que vouloir dire qu'il arrive, souvent, qu'à un problème rencontré en surviennent d'autres qui, potentiellement, y seraient liés (poils au nez).



Songez seulement que, quand bien même ces événements eurent et/ou ont bien lieu, nous vivons peut-être l'une des périodes la plus intéressante de notre histoire, voire à ce qu'elle en soit la plus passionnante.





THEURIC



PS : Quand le pire n'est pas sûr, il n'est pas sûr que le sûr soit le pire, n'est-ce pas ?



Écrire un commentaire

Optionnel