Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

appel à une nouvelle renaissance

  • Je suis le poisson qui dit que l'eau mouille.

    Je suis le poisson qui dit que l'eau mouille.

    Je fais parti de ceux qui veulent montrer que la réalité se trouve au-delà des apparences, que ce dans quoi nous nageons n'est pas tel qu'il s'en dit habituellement.

    Écoutez Monsieur Asselineau, lors de ses conférences, c'est ce qu'il nous conte.

    La réalité n'est pas une maîtresse affable, elle ne raconte pas ce que nous voudrions entendre, mais elle montre ce qui est, sans fard, sans mensonge, sans façade, parfois tellement discrètement qu'il en est ardue de la comprendre, parfois d'une telle évidence que cela en éclaire la nuit la plus sombre.

    Il n'est point de la vouloir croire mais juste d'en saisir la vérité complexe au-delà de toute rêverie.

    Et en ces temps où l'ingénue se laisse porté par les cauchemardesques trilles des hérauts d'oligarques évanescents, il n'est plus que temps d'aller rencontrer cetteP1020008.JPG éternelle maîtresse d'école de la vie.

    Dépeint-elle l'enfer ou la paradis, ni l'un ni l'autre, juste la vie, notre vie, et l'existence du monde, de son cours, de ses joies et de ses tourments, de l'infinité de l'être.

    Nous vivons un trouble et nous ne voyons plus rien, or la réalité nous appelle, elle nous requière toujours à elle, en son principe, alors, écoutons là, elle a tellement de choses à nous dire.

    Parce que si nous lui restons sourds elle nous rappellera à  l'ordre sans ménagement.

    C'est ainsi.

    Lire la suite

  • Second exercice de style.

    Comme il en fut précédemment fin Juillet, pris par le temps, ici après avoir débuté un long texte qui, comme de nombreux autres, se retrouvera à la poubelle, je vais rapidement traiter de divers sujets en ne faisant que changer de couleur conjointement au nouveau thème.

    Ceux-ci porteront sur la violence à l'école, la conduite suicidaire de notre gouvernement, de la situation déplorable de l'Union-Européenne, de la disparition prochaine de l'oligarchie mondialisée et, pour finir, je reviendrai sur les pervers narcissiques.

    Je finirai en vous proposant quelques poèmes que j'avais, il y a longtemps, déjà publié ici et que je fais remonter du tréfonds de ce site.P1010654.JPG

     

     

    Lire la suite

  • Lettre à Tatiana Ventôse.

    Oups, je me suis aperçu que je n'avais pas copier/coller tout le texte que je devais mettre dans ce billet que j'avais publié le 24 Octobre, me semble-t-il.

    En deux parties, la première provient de: "La catastrophe économique qui vient" datant du 30 Mai 2017, c'est elle qui était incomplète, de la seconde, en revanche, je n'en retrouve plus le document original et ne peux pas, dès lors, en vous donner la date.

    Qu'importe, le principal étant que cela soit publié.

    Personne ne peut dire (oui, je sais, je rabâche) quand le système va exploser, celui-ci ayant montré des capacités de résilience véritablement extraordinaire, mais il explosera, de cela,  j'en suis sûr.

     

    Chère mademoiselle,

     

    Si c'est à vous que j'adresse cette lettre c'est autant parce que j'apprécie votre travaille, la fougue que vous y portez , votre profond esprit démocratique que de votre intérêt à la chose publique, à la république, ce qui n'est plus grand cas pour bien du monde.

    J'abonde dans votre sens au  sujet des derniers écarts de Monsieur Mélenchon lors des perquisitions dans les locaux de la France-Insoumise (insoumise, le terme étant peut-être quelque peu excessif, il y eu, par le passé, des insoumissions plus catégorique et flamboyante que celle porté par les adhérents de son parti et par lui, ne trouvez-vous pas?), écart qui risqueraient forts de se renouveler, du-moins en fais-je le pari, j'y reviendrai.

    Mais au-delà de ces louanges, dont je ne vous fait montre que d'un sommaire P1020251.JPGrésumé, que vous pouvez, sans hésitation, partager avec vos amis du Fil-d'Actu, permettez que j'exprime ici un certain nombre de désaccord que je peux avoir tant avec vous qu'avec vos compagnons vidéophiles (néologisme préférable à youtubeur, faisant de la réclame pour une industrie n'en ayant aucunement besoin).

    Mais aussi de vous apporter ma vision politique des derniers événements qui, décidément, n'ont que de cesse de nous porter à la réflexion, ce qui m'est d'un contentement intellectuel de tous les instants.

    Une autre raison pour laquelle ce billet vous est adressé provient de ce qu'il est possible que, par vous, par votre pseudonyme tapé en recherche sur internet, je puisse prévenir votre fraternité de la vidéophilie de la situation pour le moins préoccupante de l'économie mondialisée.

    Ceci ne pouvant que nous conduire à une crise économique, infiniment plus proche d'un effondrement désastreux que de l'une de ces récessions que nous vécûmes avec régularité depuis l'achèvement des années quatre-vingt.

     

     

    Lire la suite

  • Perversité narcissique et brouillard conceptuel.

    Avant d'aborder l'avant-propos de ce billet, je me dois de préciser en préambule qu'auparavant je n'avais pas saisi la dimension particulière que la perversité narcissique a pu prendre au sein de nos sociétés modernes.

    Cela ne retire en rien les idées que je dégage de mes textes précédents, tout au contraire, cela vient en compléter l'ouvrage et en préciser certaines de mes approches.

     

     

    Je reviens donc sur ce thème en montrant que nous sommes tous plongés dans cet ensemble nébuleux de croyances plus ou moins délirantes, de laquelle il est plus ou moins facile de montrer l'aspect débilitant.

    C'est certes une hypothèse et cela ne peut que rester ainsi tant que des études cliniques ne seront pas entreprises.

    Je l'ai bâtie d'après l'expérience de mon vécu, d'une suite d'intuitions et, en suivant, d'une profonde réflexion.

    Comme j'ai pu l'expliquer dans mon texte précédent du début Septembre (à lire si ce n'était fait avant de poursuivre cette lecture) traitant de ce sujet, j'émets doncP1020124.JPG l'idée qu'une part de nos oligarques monétaristes, ainsi que nombre de notre personnel politique de haut niveau, souffrent de perversion narcissique.

    Ceux n'étant pas atteint de ce mal sont soient de petits malins qui profitent de leurs faiblesses mentales pour leur propres comptes (les pervers narcissiques étant tous facilement manipulables), soient sont pris dans les rets de ce brouillard conceptuel leur faisant croire qu'ils agissent vraiment pour le bien commun, même si beaucoup d'entre-eux peuvent, plus ou moins inconsciemment, en douter du bienfondé.

    (   Si j'ai appelé "brouillard conceptuel" le phénomène d'être entrainé au-dedans du monde fantasmagorique du pervers narcissique, c'est parce que, même s'il nous est possible de rester pour partie conscient de ses incongruités et délires multiples, notre soumission à ce type de malade mental nous en fait accepter l'univers délirant, ne rendant pas compte d'une quelconque réalité.

    Il s'agit en effet, pour nous, d'un biais cognitif dont il nous faut, quoi qu'il en soit, du temps pour s'en défaire, sauf à ce que l'urgence du moment nous contraigne, pour nous y adapter, à nous confronter à un réel, certes tel qu'il se présente, mais notre perception nous en sera pour le moins momentanément tronqué, ce qui nous fera perdre un temps précieux.

    Ce délire [ N'oublions pas que le pervers narcissique souffre en réalité d'une schizophrénie latente que sa dépravation viendra compenser ] est propre à chacun de ces insensés, bien qu'en groupe ils puissent en générer un collectif sur lequel reposera, de plus, les divagations propre à chacun  d'entre-eux.

    Il leur faut en effet se retrouver au centre de leur monde pour pouvoir préserver P1020059.JPGleur narcissisme dévoyé et fragile.   )

    Je vous propose donc un complément de mes réflexions précédentes en m'essayant de vous montrer, amis lecteurs, combien nous pouvons être berner par cet ensemble hétéroclite de malades mentaux que nous appelons l'oligarchie.

    Sachant, part ailleurs, que ce qu'ils craignent avant tout, hormis de ce que leur monde ne s'efface, à ce qu'il leur soit montré et décrit leur complexion démentielle et, surtout, à ce que cela soit exposé à la face du monde.

    En plus de ne cesser de nous tromper, surtout de ce que peut être leur véritable nature, ils nous entrainent plus ou moins  dans leur monde irréel, parce que détaché de la réalité, ce brouillard conceptuel.

    Cela en nous faisant croire, comme le font tous pervers narcissiques, en leur toute puissance, leur savoir absolu et leur omniscience, eux qui ne sont, en vrai, de par la nature même de leur maladie, que des êtres incompétents et plutôt cornichons et incultes.

    C'est cela que je vais vous narrer ici en vous en montrant quelques exemples, quelques-uns seulement parce que le pire dans tout cela c'est que ce brouillard recouvre une immense étendue en un très grand nombre d'idées toutes faites et fausses.

    Deux choses importantes que je n'avait pas clairement noté dans mon billet précédent:

    -le pervers narcissique et le psychopathe ne peuvent pas se sentir responsable de la moindre de leur vilénie, sinon cela mettrait en danger leur narcissisme;

    -ils ont tendance à projeter sur l'autre le moindre de leurs aliénations, angoisses,P1020165.JPG abjections, bassesses et infamies et ceci pour les mêmes raisons, c'est en cela qu'ils sont pervers.

    Avant que je ne débute la seconde partie de ce billet, je vais effectuer un très bref résumé de la nature très particulière et discrète de cette grave maladie mentale, étant entendu que le psychopathe à une origine similaire à celui-ci et une structure mentale relativement semblable:

    1) refoulement des émotions conduisant à un surmoi quasiment inexistant;

    2) narcissisme instable que le sujet tente de sauver;

    3) état psychotique latent que seule la perversité du sujet parvient à maîtriser;

    4) culpabilité importante amenant une souffrance se muant en plaisir, d'où sa perversité envers son ou ses souffres-douleurs;

    5) un monde fictif, propre et différent pour chaque sujet, dedans lequel vit celui-ci, n'ayant qu'un lien lointain d'avec la réalité, ce que nous vivons sous la forme de ce brouillard conceptuel;

    6) une sclérose mentale importante se développant avec le temps, rendant les sujets stupides, due à ce que toute leur intelligence n'est tournée que dans le but de compenser leur schizophrénie latente, en vivant dans leur monde fantasmatique dont ils seraient le centre, ceci pour sauver leur narcissisme, et avec des victimes sur lesquelles reposeront leurs faiblesses, leur démence, leurs incohérences structurelles et leur méchanceté primaire (étant entendu que le psychopathe tue pour tenter de détruire en lui ces mêmes tourments quand le pervers narcissique peut, lui, tuer pour écarter le risque d'être découvert ou pour sauver son monde P1020041.JPGimaginaire).

    Lire la suite

  • D'Asselineau en élection en vers et en quatrain.

    Chers UPéRiens,

    Plus bas j'ai laissé une surprise en vers et quatrains qui ne s'adresse pas seulement à vous, cela va de soi.

    En fait je suis surtout un intuitif dont la faiblesse est de parfois  croire que ce serait le ressenti d'une idée ou d'une situation alors que ce serait de le confondre d'avec l'envie ou la conception de ce que l'on voudrait que la chose soit telle qu'on la voudrait.

    Ce que ma mère appelle: "Prendre ses désirs pour des réalités".

    (L'intuition n'est en rien magique et est le plus souvent la compréhension d'infimes informations que seul l'inconscient avait saisi.)

    Mais cette intuition peut aussi montrer des évolutions.

    Ainsi avant-hier ai-je compris que les acteurs important à l'international P1020021.JPGn'était pas prêts à accuser le coup d'un effondrement de l'économie-monde.

    Or, de par ses gesticulations ubuesques et le début de panique du gouvernement , Monsieur Macron, du fait de ses multiples fragilités que l'affaire Bennala a exposé aux yeux de tous, pose problème à l'international, c'est pourquoi, pour tenter de le calmer, fut-il élu à l'O.N.U. champion de la terre.

    Cela ne change rien au fait que la majorité des français désormais le hait, d'une haine farouche, absolue, inextinguible.

    Il s'agit, pour nous, dorénavant, d'avoir le meilleurs résultat possible aux élection européennes qui viennent, ceci afin que l'U.P.R. et Monsieur Asselineau soient connus et reconnus par la majorité de la population.

    C'est, mon intuition me le susurre, capital.

    Ce poème est écrit pour éveiller l'énergie, non pas que vous en ayez pas, amis lecteurs de l'U.P.R. ou pas, mais pour que celui-ci, composé longtemps en amont de ces élections, avive doucement les consciences.

    Si cela dit à certains, il peut être repris à l'envie.

    Lire la suite

  • Troisiémes aphorismes et quelques billevesées.

    Voici la troisième série d'aphorismes que je fais remonter des limbes du passé.

    Je laisse pour partie le préambule d'origine, vais un petit peu réorganisé ce billet puis corriger la définition que j'avais donné de ce que peut être que la valeur d'une monnaie.

    J'y rajoute, de plus, quelques définitions, plus un approfondissement d'une série d'hypothèses sur la causalité, thème que j'avais déjà abordé il y a quelques années.

    Que j'aie tord ou raison importe peu, l'importance étant que mes diverses approches puisse faire réfléchir chacun d'entre-vous, amis lecteurs.

    Ainsi, toutes publications, telles que celles ici même, n'appartiennent plus à l'écrivain dès lors que le premier lecteur en prend plus que connaissance, se l'approprie de par sa lecture.

    Ce n'est pas que je me débarrasse de mes idées, tout au contraire,  je les partage, là se trouve le secret de toute écriture, quelle soit matériellement publiée sur papier ou au sein  de quelques mémoires virtuelles, virtuelles parce qu'étant la résultante de flux électroniques et de processus mémoriels établis au-dedans de mécanismes quantiques et purement mathématiques et, ce, sur des matériaux aussi infiniment P1020429 - Copie.JPGpetits que complexes.

    Lire la suite

  • Seconds aphorismes.

    Voici le second de mes trois séries d'aphorismes, celui-ci écrit en Mai 2015.

    Je vais, comme pour le premier, aller voir si des coquilles ou des imprécisions ne s'y cacheraient pas.

    A l'époque ce fut un exercices intéressant qu'il me faudra un jour reprendre.

    Tiens, je vais même tenter d'en recomposer quelques-uns.

    Le tout premier de cette série est l'un de ceux qui m'amuse le plus parce qu'il fait P1020261.JPGécho à lui-même.

    Pour le troisième, vous attendrez un peu.

    Bonne lecture.

    Lire la suite

  • Aphorismes!

    Bien, je suis épuisé, le billet que je suis en train d'écrire est long et je ne pourrais pas le terminer cette semaine, je l'achèverai dans une petite quinzaine.

    Comme a pu le comprendre certains de mes lecteurs, je me suis débarrassé d'un pervers narcissique, celui-ci ayant de plus détruit psychologiquement ses compagnes.

    Je lui ai envoyé une lettre qui ne peut que l’anéantir à petit feu sans qu'il n'en ai saisi un traitre mot, au moins sera-t-il bientôt dans l'incapacité de faire du mal à quiconque.

    Mais toujours est-il que je décompense, ce qui est naturel, d'où cet épuisement, je dois recomposer en effet ma structure neuronale.

    En attendant ce nouveau texte, pour vous faire patienter,P1010825.JPG je vous représente mes aphorismes publiés en 2014, en allant voir si j'y ai des corrections à y apporter.

     

     

    Lire la suite

  • La décompensation psychologique & perversion narcissique.

    Le long billet que je vous soumets traite de trois sujets intimement liés me semblant importants, tant dans la vie du tout les jours d'un certain nombre de gens, qu'en notre politique et notre économie contemporaine:

    -la nature de nos oligarques et de leur devenir;

    -la décompensation psychologique;

    -la perversité narcissique.

    Dans cette première partie je vais m'attacher de définir au mieux ce que peut être qu'une décompensation.

    Dans la seconde je ferais l'essai de décrire ce que peut receler comme désordre psychiatrique cette perversité et, surtout, ses soubassements.

    Je commencerai puis je finirai la deuxième partie de ce billet par une réflexion de ce que sont nos oligarques, de leur nature ainsi que des raisons de leur disparition future.

    Encore une fois, j'explique bien en avant propos, comme je le fis aussi précédemment, que je n'ai aucune compétence formelle en quelque matière que ce P1020088.JPGsoit, bien que j'aie pu abordé des sujets tels que la politique, l'économie, la paléo-anthropologie, la philosophie, la psychologie théorique... et, ici, la psychiatrie.

     

    Notre raison, nous la construisons dès notre petite enfance de par la compréhension que nous avons de notre vécu.

    Or, en notre très bas âge, nombre d'événements ne sont pas compris ou ne sont pas appréhendés dans leur logique du contexte du moment.

    Parfois même de petits enfants vivent une mauvaise éducation (la première étant celle de la mère, mais, comme le disait Madame Dolto: "Il ne saurait y avoir de mauvaise mère!", le contexte, toujours le contexte) des outrages ou des traumas  dont le sens leur échappe.

    Le bambin va donc s'ingénier à trouver, ou plutôt va faire des relations rapides, instinctuelles, physique, entre ces événements et ce qu'il est lui, souvent en en comprenant pas le-dit contexte et  en se mettant Soi au centre de la compréhension qu'il en a eu, en en prenant l'entière responsabilité, en s'en culpabilisant, seule façon, pour lui, de rendre intelligible ce qu'il s'est passé, tout ceci en la raison de la logique de son peu d'expérience dû à sa prime jeunesse.

    De plus, s'il s'agit d'un très bas âge, cinq ans et moins, cet incompréhension événementielle et/ou ce traumas seront le plus souvent oubliés, la cause en étant la normale immaturité du cerveau et de ses processus de mémorisation.P1020147.JPG

    En fait il ne s'agira pas d'un oubli stricto-sensu, le système nerveux et émotionnel, la structure neuronale en plein développement, le corps, en seront structurés et, parfois, rarement, de vagues images et paroles en seront conservées.

    L'instabilité psychanalytique que cela a généré sera compensé tout au long de la vie de la personne.

    Mais cette compensation ne peut être absolue, puisque cette instabilité, ayant diminué les capacités d'adaptation à la société de la personne et que de plus cette instabilité a généré une souffrance psychologique que la-dite personne tente de toutes ses forces de réduire en, en même temps, refoulant et en repoussant sa douleur.

    Ceci la rendant invisible mais toujours agissante.

    Ceci dans un univers en continuel mouvement où chacun d'entre nous se doit de s'adapter à un ensemble de situations nouvelles et parfois novatrices.

    Cette compensation sera donc instable et limité, ce qui nécessitera, pour le sujet, de continuer de compenser, toujours de manière instable et limité, en un jeu d'équilibre précaire, tout au long de son existence.

    Cette compensation continuelle est fragile et, de plus, n'en fait disparaître en rien l'angoisse originel qui, sous une forme ou une autre, des actes manqués, des oublis, des compulsions de répétitivités, de l'anxiété, ....., remontent, de manière plus ou moins régulière et suivant les événements, à la surface de la conscience, sans que le P1020170.JPGsujet ne puisse en comprendre la cause.

    Jusqu'à ce qu'arrive le moment où de compensation en compensation, l'esprit, le mental, la structure neuronale, le métabolisme, la personne, tout simplement, se retrouve dans l'impossibilité de compenser une instabilité devenue trop importante.

    Ou tout autant qu'elle se retrouvât à se confronter à des circonstances violentes, cruelles, traumatiques, à un accident ou à toute sorte de péripétie qui, d'une manière ou d'une autre, aurait une ressemblance, même éloignée, d'avec l'élément originel cause de cette instabilité.

    Dès lors son psychisme, le corps, voire les deux simultanément s'effondre, c'est la décompensation, par la maladie, la dépression, la recherche d'ivresse etc...

    N'oublions pas:

    Le grand ennui peur être à la longue déstructurant et, dès lors, traumatisant.

    Un événement, soudain ou pas, brutal ou pas, peut d'un coup effacer tous les éléments traumatiques ainsi que leurs compensations.

    En fait, la psychanalyse consiste à décompenser lentement et en douceur plutôt que de se confronter à une brusque décompensation, en comprenant par soi-même, aidé ou non par un tiers, les soubassements de ses angoisses.

    Cette lenteur est normale puisque en ce cas la personne doit saisir en plein le sens des multiples compensations, ceci couche après couche en un ordre temporelP1010849.JPG régressif.

    La psychanalyse d'un sujet atteint de perversité narcissique, ou pire encore, d'un psychopathe, ne peut que le détruire puisque cela fera remonter, en lui, un état psychotique latent, ce que nous verrons plus loin.

    Cette double forme d'une même maladie mentale, de psychose et non pas de névrose, ne peut, dès lors, qu'être du domaine du psychiatre et non pas du psychologue ou du psychanalyste.

    Le rôle de ces deux derniers devant être dévolu à s'occuper des victimes de ces aliénés.  )

    Je me dois de préciser que sur ces sujets, tant en première qu'en seconde partie, je ne pose en rien de quelconque théorie, n'en étant qu'un amateur, mais que je vous expose plutôt une suite d'hypothèses que seule une série d'observation entreprises par des professionnelles viendraient corroborer ( rajout fait le 13 Octobre 2018  ).

    Lire la suite

  • Retour à la politique (que je n'avais jamais quitté).

    J'avais de projet d'une longue réflexion sur le cas Attali, sujet qui, ma foi, recouvre bien des réalités politiques, psychologiques et sociologiques.

    Mais après cinq à six  heures de dur labeur, j'ai tout effacé, ce sujet pouvant se révéler dangereux et, suivant ma maxime: "Prendre un risque inutile est imbécile.",  je referme ce thème.

    De toute façon, ce personnage, qui n'a de réel intérêt que celui qu'il se porte, depuis qu'il nous avait présenté Macron comme étant notre nouveau président deux ans avant son élection, est considéré par de plus en plus de monde que comme n'étant qu'un vil malandrin aux discours fourbes et mielleux, dits d'une voix aussi douce qu'un bas de soie.

    Ce bonhomme, bien qu’agaçant, ne représente plus que l'ancien monde, ce que son petit protégé de l’Élisée et sa femme de mère, leur personnel ministériel et de l'assemblée Nationale, ainsi que leurs spadassins, dont le sieur Bennala fut le plus visible, n'ont de cesse que de le détruire, bien malgré eux, je le concède.

    De par leurs actions bêtasses et désordonnés.

    Le paysage politique français ressemble à un cimetière ou, suivant, au désert des tartares.

    P1020124.JPGQuand dans le même temps internet délire sec, enfin la plupart du temps, ou ne raconte pas grand-chose de bien intéressant.

    Alors je vous propose que du peu d'information à notre disposition, d'autant plus en ce mois d'Août vacancier, nous allions voir de ce qu'il peu en être de la situation politique en France et ailleurs.

    Lire la suite

  • Quand la médiocrité se fait politique.

    Bon ben, j'ai un petit peu de temps devant moi, enfin, je le prends, pour vous proposer un dernier texte avant mon départ en vacances.

    Je vais y revenir sur l'affaire benalla auquel j'avais fait cas il y a une petite semaine de cela.

    J'y avais exploré un ensemble d'hypothèses en en ayant privilégiée une: celle d'un fractionnement des puissances économiques nationales entre ceux que je dénomme les industriels bataillant contre l'ensemble de la sphère monétariste, en une sourde lutte s'exprimant lors de ce scandale.

    Ceci doublée de la confrontation, centrée sur la France, entre une Union-Européenne en voie de délitement devenue germanique et un empire U.S. en plein déclin (Allemagne qui, comme j'ai pu l'écrire, se retrouve piégée au-dedans de l'Union-Européenne, ne sachant plus quoi faire ni quelle position prendre pour la France).

    Je ne dis pas que ce phénomène n'existe pas, mais plutôt que ceci pourrait ne pas être à coup sûr à l'origine des tensions politiques auxquelles nous assistons et qui P1010786.JPGbientôt sera oublié par les médiats aux ordres, ou du moins, n'en serait pas la cause première.

    C'est en fait un deuxième scenario que j'explore avec vous, bien qu'il soit possible que les deux scenarii, celui du 21 et celui d'aujourd'hui, soient peu ou prou mêlés.

    Je vais donc m'essayer ici de comprendre ce qu'il se passe à l'aune de deux idées fortes: la médiocrité de l'époque au plus haut de la hiérarchie française, économique et politique, et, dès lors, de son corolaire logique, soit de leur incompétence la plus absolue.

    En l'espèce, ce n'est pas tant cette affaire qui suscite cet ensemble de réflexions mais d'en comprendre les soubassements, soit la position de ses acteurs en tant que groupes plus ou moins constitués.

    Le problème de Macron et de sa femme c'est qu'il ont l'impression d'être seuls, et que ce qu'il vient de se passer ne pourra que faire monter en eux un sentiment d'inconfort, ne pouvant que  mener à de la paranoïa si d'autres affaires de ce genre paraissaient, ce qui est fort probable.

    Cette impression de solitude a, pour origine, la trahison des patrons du journal Le Monde qui, comme je l'avais montré précédemment, ne put être acheté par ces deux milliardaires que grâce aux agissements pas très vertueux d'un Macron déjà fantasque, qui avait trahi, à cette époque, les journalistes de ce quotidien.

    Les services U.S., quand à eux, sont soit à l'origine de tout cela, soit furent, plus sûrement, agréablement surpris de la tournure que prennent les événements.P1010376.JPG

    Notre oligarchie  nationale doit être dans tous ses états, son plan de reprendre l'ascendant sur le macronisme a raté, ce que je montre plus bas, ce qui ne peut que mener à une discorde accentuée entre les deux clans dont je vous avais entretenu auparavant, les industriels et les monétaristes.

    Il est même possible que ce scandale ait remonté à la surface en raison d'une sorte d'accord momentané entre eux pour tenter d'éviter que cette fracture dans la synarchie ne s'élargisse, son but ayant été de reprendre la maîtrise de ce président imprévisible, devenu potentiellement dangereux.

    Ceci en se séparant de ce qu'il pourrait sembler être, pour eux, l'un de leurs agents essentiels, voire même le plus important au cœur de l’Élisée, Mr. Benalla, en une sorte de gambit de la reine en quelque sorte.

    Cet échec met à mal toute une stratégie dont notre président est le pion central, pion ayant pris son indépendance, sûrement sous les conseils de sa mère femme.

    Cette affaire nous a montré que la garde macronienne rapprochée ment à n'en plus pouvoir, or ce mensonge continue mène à une instabilité psychologique importante pouvant conduire, pour les plus fragiles, à un état psychotique qui, bien que léger, n'en sera que plus déstabilisant pour ce groupe.

    A ceci, il faut rajouter le fait qu'ils sont tous adeptes du néolibéralisme dont la base doctrinale est l'individualisme forcené, ce qui fait que pris individuellement et mis en face d'un danger patent, ce ne pourra qu'être un chacun pour soi, un sauve-qui-peut grandissant.

    Cette secte n'est donc pas bien solide, entre ceux qui pourraient très bien montrer des signes de désordres psychologiques et d'autres pouvant facilement se désolidariser d'un pouvoir qui, pour moi, est d'un naturel extrêmement fragile.

    P1010666 - Copie.JPGC'est pourquoi Monsieur Macron dû sortir pour haranguer ses troupes et leur montrer que tout cela n'était "qu'une tempête dans un verre d'eau".

    Parce qu'en effet, ce que craint le plus le couple présidentiel ce serait de voir s'évaporer le R.E.M., pour le reste il se croit à l'abri.

    Maintenant, ce que je vais expliquer c'est, entre-autre, en quoi, à mon sens, cet échec de l'oligarchie proviendrait de ce que ce plan a, et de beaucoup, trop bien fonctionné.

     

     

    Lire la suite

  • Exercice de style.

    Je vais m'y essayer en parlant ici de choses et d'autres sans vraiment de logique les rattachant.

    Je changerais juste de couleur du texte lorsque j'aborderai un nouveau thème.

    Par exemple, je peux vous dire que nous aurons bientôt une baisse du C.A.C.40 en raison de l'affaire Benalla, la raison en étant que le système n'aime pas trop les instabilités politiques.

    En fait cette affaire m'amuse comme un petit fou.

    Tiens, autre chose de que je peux en dire, nous ne sommes plus loin d'arriver au point de non retour, c'est à dire que le moindre élément supplémentaire sur cette affaire et plus personne ne pourra en éteindre l’incendie.

    Il faut dire que ce personnage était peut-être bien le garde-chiourme de Macron à l'Assemblée-Nationale.

    Si mon hypothèse voulant que quelqu'un est emprunt de soumission en raison deP1010709.JPG deux émotions primaires le contraignant de manière complexe face à quelqu'un le dominant: la colère et la peur, alors, logiquement, un certain nombre de député d'En-Marche ne va pas tarder à réagir vivement à l'encontre de son parti et devant micro.

    Cela en raison du fait que la disparition de Banalla des bancs de l'assemblée fera disparaître la peur qu'il générait, n'en restant plus que la colère, ceci d'autant plus que Macron se trouve maintenant gravement affaibli.

    Je lis en ce moment un bouquin sur l'émergence du langage "La langue l'Adam", de Dereck Bickerton, vaste débat.

    J'ai bien des difficultés à en poursuivre la lecture puisque, à mon sens, ses présupposés de départ sont faux, il part du principe que l'homme s'est érigé de sa station debout dans la savane, ce qui est pour moi une incongruité.

    Comme j'ai pu déjà en faire mention dans un texte précédent datant de Mai de cette année, nos ancêtres auraient plutôt évolué au sein de mangroves qui se situaient dans la dépression de l'afar ou de Danakil, ce serait la même chose, et qui, si j'ai bien compris, subit, au fil des ères, des mouvements tectoniques importants et se situe en-dessous du niveau des océans.

    Sans compter les descentes et montés des eaux suivant les périodes glacières et inter-glacières.

    P1010510.JPGPour faire rapide, nous produisons des sons parce que nos si lointains ancêtres ne pouvaient pas voir les gestes de ses potes la tête sous l'eau et que, comme les dauphins, un son modulé et des claquements, de bouche pour le paléo-Homme, se propagent facilement dans la mer.

    Ces sons émis remplacèrent progressivement l'ensemble gestuel qu'expriment les grands singes, les bonobos et les chimpanzés.

    Du fait de la richesse de la nourriture, fruits de mer et des arbres, algues, poissons, voire certaines plantes et racines, ceci doublé de la difficulté, tout de même, de trouver leur pitance et aussi pour se déplacer (trouver son chemin au milieu des photophore ne devait pas être une mince affaire), le cerveau des proto-homos a dû évoluer, jusqu'à ce qu'il découvre le moyen d'apprivoiser le feu, et là le processus s'était accéléré.

    Comme, de plus, une forêt touffue comme l'est une mangrove ne permet pas de voir ses compagnons de loin, le son a remplacé progressivement le geste dont usent nos proches cousins (pas très germains, d'ailleurs).

    Puis de sons et de cris aux sens simples, de "nourriture ici" par exemple, ils étaient passés à "crabe" ou "poisson", puis à un truc du style "par là".

    Comme de plus l'odeur et le physique de chacun était invisible aux congénères sous l'eau, chaque individu devait avoir son propre son en une sorte de paléo-nom.P1010576.JPG

    Il y a quelques temps de cela, des drones, paraît-il, auraient survolé des centrales et des sites militaires nucléaires français en 2014.

    La question, dès lors, qui importerait mais à laquelle il serait quasiment impossible de répondre, ce serait "pourquoi".

    Une réponse, que je jugerais particulièrement naïve et sotte, serait de dire: "C'est pour nous prévenir que tout cela représenterait un danger pour l'humanité."

    Il m'a été donné de la lire plusieurs fois.

    Suivant ma façon d'aborder le problème posé par les E.I.N.T., les Êtres-Intelligents-Non-Terrestres, comme je les dénomme, plutôt que de celui d'extra-terrestre que je trouve gnangnan, à l'image de Macron, aborder le sujet sur une base politique me semble le plus logique en se demandant qu'elle serait le but de ces explorations.

    Puisqu'il s'agit bien que quelque chose de cet ordre, à la place d'un:"Coucou, je suis là, fermez vos centrales nucléaires, pauvres minables humains, ou alors vous allez détruire votre planète si fragile", planète et la vie qui l'abrite qui, d'ailleurs, se foutent royalement de nos agissements, ils en ont vu tout deux de bien pire.

    Là il faut faire preuve d'imagination et songer à toutes les éventualités possibles, comme:

    P1010593.JPG-de nouveaux venus curieux de voir ce que sont ces drôles de machines et installations, peut-être accompagnés d'une ou de plusieurs autres espèces plus anciennement installées près de chez-nous et leur servant de guide (c'est fou comme le nucléaire les intéresse depuis les années cinquante);

    -une réflexion militaire d'E.I.N.T. se demandant s'ils ne trouveraient pas là des idées pour des armes efficaces;

    -une visite touristique, eh oui, pourquoi pas;

    -se renseigner avant un envahissement, bof, je ne vois pas l'intérêt d'attendre près de 70 ans pour cela;

    -faire un ensemble de recherches anthropologiques, dans le sens propre du terme, par pure curiosité ou pour toutes autre raison;

    -... etc... .

    Il est possible que l'affaire Benalla (oui, j'y reviens) soit le début d'une attaque multiforme à l'encontre de l'Union-Européenne, dès lors contre aussi l'euro et l'O.T.A.N., entrepris par un ou plusieurs pays dont celui le plus important serait les États-Unis-d'Amérique trumpiens.

    N'oublions pas que les président U.S. avait proposé à Monsieur Macron, il y a un à deux mois de cela, de se désolidariser de l'union pour faire affaire avec les U.S.A. de pays à pays.

    Ce que le nôtre, de président, a rejeter avec un grand silence.P1010781.JPG

    En fait je pense qu'il y a désormais une attaque tout azimut sur l'oligarchie mondialisée et la France, comme je le dis depuis pas mal de temps déjà, se retrouve en première ligne bien malgré elle.

    Il faut dire que les français ont la réputation d'avoir le sang chaud.

    Faisons donc la liste, non exhaustive bien sûr, de ce qu'il se passe un petit peu partout:

    -la Russie poutinienne vend ses bons du trésor américains à tout va, ici et ;

    -la .F.E.D., la banque centrale U.S. ne cesse de remonter ses taux, pour faire simple, comme les prêt aux américains sont variables, ce qui veut dire qu'ils évoluent à la hausse ou à la baisse suivant les taux directeur de la banque centrale, ce qui donc fait que si ces taux augmentent, les particuliers et les entreprises devront plus d'argent au prêteur, ce fut la raison principale qui fit que nombres de particuliers U.S. se retrouvèrent ruinés en 2008, c'était ça qui avait mis les banques en danger;

    -le gouvernement italien refuse de ratifier l'accord de l'Union-Européenne d'avec le Canada, ce qui génère une belle crise dans l'U.E., si vous rajoutez à cela l'affaire Benalla, c'en devient croquignolesque;

    -les U.S.A. font pression partout dans le monde pour obliger les entreprises à rentrer au pays, ce qui s'appelle une guerre commerciale, et nous n'en sommes qu'au début;

    -les troupes U.S. rentrent au bercail, de ça je n'en ai que très peu de preuve, mais ça P1010832.JPGme semble tellement logique...;

    -Mr. Trump c'était montré intransigeant lors du dernier G7, en refusant de signer la déclaration collective (je ne sais plus comment çà s'appelle), à croire qu'il voulait le torpiller...;

    Pour l'instant je n'ai pas grand chose d'autre à raconter là-dessus, mais nous ne sommes qu'au début du processus, alors restons à l'écoute, d'autre nouvelles arriveront.

    L'économie mondiale ne cesse de se détériorer.

    Nous ne pouvons n'en avoir que très peu de preuve tant que nos magasins seront normalement achalandés.

    Mais, de manière indirecte, il est possible de percevoir l'état industrielle générale.

    Ainsi, l'évolution du prix du cuivre à la baisse est un bon facteur pour percevoir s'il y a désindustrialisation internationale.

    Ce qui, vous le voyez, est le cas, ce qui était prévisible lors de la remonté du prix du baril de pétrole.

    Vu que cette remonté n'a rien à voir avec une croissance industrielle, alors cela veut dire qu'une partie de la masse monétaire qui se trouvait dans la spéculation boursière se déverse actuellement dans les matières premières primaires: l'énergie et la nourriture.

    Ce dont personne ne peut se passer.P1010826.JPG

    Si des fonds d'investissement et de pension, ainsi que des banques, s'éloignent de la capitalisation boursière, cela ne peut que vouloir dire qu'en réalité les bourses, dont Wall Street et la City, se retrouvent dorénavant dedans d'immenses difficultés qui, pour l'instant, ne sont perceptibles que par une très petite minorité de ses acteurs.

    Ce processus ne pourra aller qu'en s'accentuant, mais peut rester en un développement pour l'instant lent.

    Lorsque l'espèce humaine partira voyager au loin au milieu des étoiles, Homo Sapiens Sapiens divergera inéluctablement en une multitude de genres différents.

    C'est que nous sommes loin, très loin même d'avoir épuisé tout notre potentiel évolutif.

    Il est bien difficile de déterminer dès à présent toutes les formes que cela prendra.

    Mais, au sujet de l'évolution, j'ai  en moi quelques hypothèses que je vous exposerai un jour, ce sera un texte peut-être long, mais surtout complexe, le sujet n'étant pas simple à développer.

    Toutefois je vous propose les bases qui me permirent de construire cet ensemble de réflexions, et elles sont extrêmement simples: l'automobile, l'ordinateur et P1010723.JPGl'aéroplane évoluèrent tous trois d'une manière similaire.

    Je vous laisse, sur ce, à vos réflexions.

    Moi qui n'écris qu'un à deux billets par quinzaine environ, je vais vous laisser poireauter trois semaines au moins, que voulez-vous, ce sont les vacances.

    Il faut dire aussi que l'écrit m'est difficile, je dois me concentrer puis corriger, et certains types de concentrations me fatiguent grandement, comme l'écriture, c'est pourquoi je fus un cancre d'écolier.

    Ceci sûrement dû à ce que ma mère avait gardé, lorsque je n'était encore qu'un fétus dans son ventre, la petite fille de sa meilleurs amie ayant attrapé la rubéole, ma mère l'ayant peut-être bien attrapée, elles avaient eu peur, à ma naissance, que j'aie été débile, aveugle ou un autre truc du même genre.

    Ben non, je suis juste un génie (oui, je sais je m'entretiens les chevilles) avec des capacités limitées de certains types de concentrations (parait-il que je n'ai marché qu'à deux ans, rigolo, non?).

    Alors un conseil, mesdames, faites-vous vacciner contre ça.

    Je vous quitte pour l'instant, faites vos réserves et prenez garde à vous, les temps qui viennent seront agités, à n'en pas douter.

     

     

    THEURICP1010840.JPG

  • U.R.S.S. / U.S.A., d'un empire à l'autre.

    Avant que je ne développe le thème du titre de ce billet, je ne peux pas faire autrement que de porter, sur cette première page, mes observations au sujet du dernier scandale élyséen: l'affaire Benalla.

    L'un et l'autre de ces thèmes ont un lien, celui portant sur le fait que je montre qu'il est possible d'avoir un regard sur un avenir qui, naturellement, ne peut qu'être que grandement incertain (bien que pour le second je ne fasse pas de prédiction).

    Or, bien que de toute prévision future nous ne pouvons en établir les détails, il est possible de saisir ce qui fait la dynamique historique du moment, en politique et en économie notamment, puis d'en extrapoler, il est vrai grossièrement, une suite logique et cohérente.

    Ceci tant que cette dynamique ne se retrouve pas dans un processus de rupture événementiel menant à une situation chaotique toujours momentané.

    Ce que je vous expose repose donc sur un ensemble d'hypothèses conceptuelles que je vous décris en même temps que de vous en proposer le résultat de ces réflexions.

    P1000719.JPGAussi que sur une compréhension intuitive de la politique et de la psychologie humaine (dont nous sommes tous possesseurs) qui ne peuvent qu'être qu'intimement liées.

    Ce sont ces trois socles qui composent cet ensemble réflexif, l'écrire me permettant de le développer.

    Le syndrome de Cassandre ne provenant que du fait qu'un certain nombre de personnalités, dotées d'une intelligence souvent particulière (et non pas plus importante, juste différente bien que plus ouverte), dites à hauts-potentiels en raison du fait qu'elles n'ont pas, au contraire de la majorité des Êtres-Humains, que quelques centres d'intérêts, mais sont animé d'une curiosité multiforme, perçoivent et déduisent, plus ou moins inconsciemment, les liens qui s'établissent entre des circonstances passées, présentes et dès lors, pour elles,  futures;

    Il y a syndrome de Cassandre, donc, parce que ces personnes ne pouvant pas se faire entendre, souffrent souvent de cette frustration.

    Je vous propose donc cette première partie:

    En ce début de grandes vacances scolaires, les événements se suivent à bonne allure et, contrairement à ce qu'il pouvait se passer il y a ne serait-ce que cinq ans, la population part infiniment moins hors de chez-elle ou ne va pas plus loin que de rendre visite à sa famille, les scandales d'été en ayant dès lors un écho autrement plus important qu'antérieurement puisque les gens regardent plus la télévision qu'avant.

    Il est symptomatique que l'affaire Benalla, (un autre compère, un certain VincentP1010481 - Copie.JPG Crase, plus ou moins officier de la gendarmerie, ce ne serait pas clair, ferait aussi parti de cette violente mascarade) un conseiller du président de la République qui aurait tabassé un homme et rudoyé une femme le 1er Mai de cette année, ait été révélé par le journal Le Monde, jusqu'à présent le chantre du macronisme-philippard, étant d'une eurolâtrie américanolâtre, d'une pensée néolibérale, ainsi que d'une miso-Russie (de miso-, qui hait) jusqu'à présent irréductible (Le Parisien menant sa propre enquête, journal bien moins macroniste que le précédent).

    D'autant plus quand nous savons que c'est grâce, entre autre, aux Manœuvres de Monsieur Macron, avec l'aide l'Alain Minc, que ses propriétaires actuels ont pu l'acquérir.

    Mais que faisait donc ces deux gugusses  auprès de la police?

    A mon sens ils jouaient au gendarme et au voleur comme Macron a joué aux soldats de plomb lors de sa rencontre avec les hauts gradés militaires.

    Le Président ayant ainsi fait un petit cadeau à deux de ses protégés.

    Ce Monsieur Benalla commençant à être considéré comme étant le mignon d'Emmanuel macron, ce qui pourrait être possible vu que la femme de ce dernier avait organisé quelque chose comme une gay pride à l’Élysée le 21 Juin dernier lors de la fête de la musique, ce n'est pas tant que cela puisse exister qui me pose problème mais plutôt qu'un tel événement, tout de même d'une éminente vulgarité, ait pu se produire dans le palais de l’Élysée.

    Si notre président se veut d'être vulgaire, et bien soit, il nous l'a déjà montré mainte fois par le passé, mais auquel cas qu'il aille faire ça ailleurs et non pas au centre même du lieu symbolisant le pays, la nation et l'état et là où se décide l'avenir des français..

    Ce qui est notable c'est que l'oligarchie nationale et européenne n'ait pu que ne P1010448.JPGnous présenter que çà comme président en 2017, ceci après moult manipulations, soit quelqu'un purement à leur image: le ci-devant Macron.

    Non pas une personne médiocre comme le sont Messieurs Sarkozy et Hollande, bien qu'ils soient tous deux pourvu d'une certaine intelligence.

    Mais plutôt une personnalité sans grande personnalité, psychologiquement instable, ayant un âge mental réduit, aux pulsions et jouissances infantiles, facilement manipulable, n'ayant de la politique qu'une vision superficielle et fantasmatique et, surtout, au grand surtout, ne se rendant pas compte de la porté de ses actes, peut-être bien comme il peut en être de sa femme d'ailleurs.

    C'est pourquoi je suppute plus loin un profond désaccord au sein même de cette oligarchie, certains s'éloignant, rejetant(?) ce groupe informel, et, dès lors, a lieu une scission ne pouvant qu'être suivit d'une sourde lutte interne dont nous pourrions en percevoir les commencements aujourd'hui, cette fête électro antérieure n'en ayant été que l'élément déclencheur.

    Quand bien même je prends grand soin à analyser plus bas toutes les possibilités des raisons de la remonté de ce scandale.  )

    J'avais annoncé il y a quelques temps, en Septembre 2017, que les oppositions deP1010450.JPG (la pseudo)gauche et de (la pseudo)droite n'attendait que le bon moment pour commencer à déchiqueter les députés du R.E.M., le gouvernement  et ses radios-éléments à pleines dents,  n'ayant su dire, naturellement, quelle serait la cause du déclenchement de cet hallali, peut-être en serions-nous là.

    Mais au-delà de ce satisfécit personnel, quand bien même en attendrais-je les preuves formelles (ne sommes-nous pas mieux servis que par nous-mêmes?), il est remarquable de constater le possible magnifique changement d'opinion de ce journal et, donc, de ses propriétaires, Messieurs Pigasse et Niel.

    Si c'est bien cela qu'il se passe, alors nous pourrions prévoir d'autres scandales qui surgiraient de manière impromptue en un crescendo continu, et il faudrait, en ce cas, relever de quel médiat cela proviendrait, ceux qui en amplifieraient l'impact, mais aussi ceux qui tenteraient d'en amoindrir les effets, pour savoir qui est avec qui.

    C'est cela qui est le fait le plus important d'une histoire qui aurait pu, sinon, se diluer dans l'indifférence générale, ce qui semblait être le cas jusqu'à présent.

    Cependant, que cette révélation ait été publiée peu de temps après le 14 Juillet, le 18 du mois, époque où un grand nombre de vacanciers part vers d'autres cieux, incident qui, c'est à noter, avait eu lieu deux mois et demi auparavant, pourrait très bien vouloir dire qu'il ne s'agirait que d'une manière, pour certains P1010665 - Copie.JPGoligarques, de faire pression sur le président, sans prendre en compte la forte diminution des départs en vacance.

    Toujours est-il que cet événement marque, à n'en pas douter, deux choses:

    -la première est qu'il y aurait possiblement des dissensions entre le gouvernement et l'oligarchie nationale, voire, plus sûrement, au sein même de l'oligarchie: toucher et fragiliser le pilier véritable de leur puissance, le pouvoir politique, marque à n'en  pas douter  un puissant mouvement interne de notre ploutocratie;

    -la deuxième phénomène, là encore remarquable, est la prise de distance des ministres d'avec leur président, vu lors d'une question à l'une d'entre eux par un journaliste de B.F.M.télé, signe de l'affaiblissement considérable de la présidence.

    Je ne serais pas surpris que ce neutre éloignement ait été décidé collégialement avec le premier d'entre-eux, Monsieur Philippe, bien qu'il soit possible, aussi, que commence, au-dedans de chaque ministère, une façon ou une autre de sauve-qui-peut bien plus anarchique.

    Quoi qu'il soit de l'une ou l'autre de toutes ces possibilités, nous pouvons percevoir dès à présent que le délitement du R.E.M. et ce qui y est lié, est dorénavant avancé, ce qui ne peut que vouloir dire que celui-ci préexistait depuis quelques temps déjà, tout ceci advenant tout de même un tout petit peu plus d'un an après les élections législatives de Juin 2017, ce qui est peu, très peu même.

    Preuve s'il en est d'une profonde fragilité originelle et multifactorielle de la P1010748.JPGRépublique En Marche, ne tenant son pouvoir véritable, jusqu'à présent, que grâce à une sphère médiatique à son service qui, pour une partie d'entre-elle, semble se liguer désormais contre ce parti (écoutez et regardez comment en parle Dominique Rizet, lui qui fut si longtemps l'avocat convaincu du macronisme: là c'est un flingage absolu).

    Comme de naturel, les oppositions ne peuvent que profiter d'une telle faiblesse d'un  pouvoir en place, d'autant plus si, collectivement, les-dites oppositions ont une terrible aversion pour celui-ci, ce qui ne peut que le conduire progressivement à la panique, le menant ensuite à des erreurs répétées, sujets à de nouveaux scandales.

    Quand, dans le même temps, si ce processus perdure, ne peut que générer un éloignement des députés et des ministres du R.E.M. de leur poste, voire, pour les plus sérieux d'entre-eux, à une révolte telle que cela ne pourra qu'être relayé par les médiats.

    Tout ceci ne pouvant que mettre toutes les composantes de l'Union-Européenne dans un grand embarra, jusqu'à ce que, à un moment donné, elles en viennent à craindre, avec raison, une instabilité politique totale de la France dont elles ne pourraient rien et qui pourrait bien dissoudre l'union comme dans un bain d'acide.

    P1010538.JPGDe fait et pour finir là-dessus, a été lancé un mécanisme qui, s'il perdure trop longtemps, ne pourra pas être arrêté, puisque celui-ci s'est infiltré au sein d'une tension sociale déjà importante, ce qui, peut-être, est le but recherché.

    Je ne sais pas comment l'affaire Benalla se terminera, cela peut s'achever dans un flop discret ou à ce que s'accroisse ces tensions populaires jusqu'à ce que le gouvernement d'aujourd'hui se démette, voire à se que le président démissionne.

    Comme vous le voyez, ce n'est pas tant le manque d'information qui est ici problématique, mais à ce que nous devons attendre des éléments suivant pour nous faire une idée exacte de ce qu'il se passe à l'intérieur de l'oligarchie, de ses déchirements et scissions internes et, ce, de par ce qu'il se dira dans les médiats et ce qu'il se passera dans le gouvernement et à l'Assemblée Nationale.

    Toutefois j'émets une hypothèse: tout comme il en est en Grande-Bretagne et dans les États-Unis-d'Amérique, nous pourrions bien percevoir là un début de confrontation entre deux conceptions de l'économie, celle monétariste et celle industrielle, Monsieur Macron n'étant que le factotum de la première en tant qu'ancien banquier, ce serait pourquoi il serait cherché à le déstabiliser.

    ( Sa simple présence et ses frasques multiples ne pouvant que nous montrer queP1010523.JPG ceux que nous craignons tant, ces banquiers et ploutocrates qui le mirent à la place qu'il occupe, ne sont en fait que de pauvres types, sans scrupule, certes, mais aussi sans grande jugeote et, oserais-je le dire, sans grande intelligence, et dont les seuls pouvoirs ne sont que ceux des médiats, de notre croyance en leurs élucubrations et de la crainte qu'ils nous inspirent. )

    Comme dit plus haut, si cette hypothèse est valide, alors nous devrions entendre parler d'autres frasques de l’Élisée, desquelles il est déjà fait cas sur internet et dont j'avais fait état dans l'un de mes textes précédents, tout comme seront ravivés les nombreuses dérives de certains députés de la majorité.

    Quoi qu'il en soit, je ne pense pas que Monsieur Macron, de nature psychologiquement fragile, puisse longtemps résister à de telles tensions et ne serais pas le moins du monde surpris de le voir gravement décompenser, lui qui, déjà, montre des signes inquiétant d'état dépressif.

    Ceci dit, je vous propose maintenant, en seconde partie, que nous allions voir en P1010484.JPGquoi l'effondrement passé de ce que fut l'U.R.S.S. ressemble, singulièrement en son inverse, à ce qu'il se passe maintenant dans ce qui est, toujours et pour quelques petits temps, l'empire U.S..

     

    Lire la suite

  • Du réensauvagement de l'ouest eurasiatique.

    Avant de ne commencer à aborder le thème de ce billet, je ne peux qu'exprimer mon admiration envers Tatiana Ventôse pour les quatre vidéos qu'elle fit au sujet de l'Islam sunnite salafiste, ceci autant pour la clarté de ses explications que pour son courage intellectuel.

    En cela, je l'ai déjà dit, elle n'est pas la seule.

    Dans ses films (je vous laisse vous en instruire, ils sont infiniment plus explicatifs que ce que je ne pourrais jamais faire) elle nous montre le double paradoxe devant lequel se retrouve autant le sunnisme traditionnel que le salafisme qui, à y regarder de près, est à l'égal de ce que fut le protestantisme face au catholicisme du XVI° siècle.

    La confrontation entre une église catholique faisant difficilement face à la modernité de l'époque, ici au-devant de l'invention de l'imprimerie et à l'égarement de l'église la menant à des paradoxes, et sa remise en cause protestante par une lecture littérale du livre saint, soit la Bible, ce qui mène de nouveau à des paradoxes insurmontables et irréductibles en raison de toutes les interprétations bibliques possible, d'où P1010789.JPGl'émergence d'une multitude d’obédiences protestantes au fil du temps.

    Mais ce salafisme, paru pour lutter dès le début contre la toute puissance européenne, fait, de plus, courir un risque supplémentaire au sunnisme puisque l'origine du premier provient d'un pays, l'Arabie-Séoudite, qui est, en cela, le plus rigoriste de tous, allié, depuis le début de sa création, d'abord quelques décennies à la Grande-Bretagne, puis, dès la sortie de la seconde guerre mondiale, à l'empire ultime que devint progressivement les États-Unis-d'Amérique.

    Or, plus encore que la perception des paradoxes catholiques générèrent le protestantisme puis que ceux de ces deux versions du christianisme menèrent à la sécularisation de l'Europe, les formes diverses de salafisme, leurs violences surtout tournées à l'endroit des musulmans, ceci doublé de cette alliance entre les U.S.A. et l'A.S., peuvent détruire de l'intérieur l'Islam Sunnite.

    Ce qui, singulièrement, pourrait très bien se produire au moment même où les sociétés européennes, en manque cruel de détermination, dans le sens que j'ai pu aborder auparavant, et d'identité, redécouvre leurs religions traditionnelles et leur patriotisme.

    Aidé en cela par un empire U.S. et un Royaume-Uni qui, tous deux, pour différentes raisons, veulent déliter une Union-européenne leur devenant désormais détestable.

    Quand à la Russie, elle se retrouve en ce moment au-devant de profondes indécisions géopolitiques sur beaucoup de sujets, dues à ce qu'elle se confronte entre des choix multiples.P1010799.JPG

    Ainsi, doit-elle ou non prendre l'U.E.€., si fragile et au bord de l'explosion, à son compte et, au-delà, risquer de détruire une Allemagne qui lui est utile, cette dernière ne pouvant plus exister sans l'union mais voulant sortir d'un euro qui la ruine.

    En fait, la Germanie se trouve au-devant de quatre options impossibles:

    -soit rester dans l'union et risquer de faire faillite à cause de l'euro et du target 2, ce qui risquerait de la scinder, puisque dans ce cas une partie au moins des länder prendraient leur indépendance du pouvoir central en un vieux réflexe historique;

    -soit sortir de l'euro, ce qui ne pourrait que mener à la destruction de l'Union-Européenne en raison de ses blocages institutionnels;

    -soit carrément faire sécession d'avec l'U.E., ce qui lui est idéologiquement, et même politiquement inacceptable;

    -soit encore de se débarrasser de l'Europe-du-Sud en conservant ce qui constituait, jusqu'en 1918, l'empire allemand.

    Cette quadruple impossibilité germanique place, de fait, la-dite Russie dans une profonde incertitude (elle n'est pas la seule, je suppute qu'il en est de même au sujet de la Chine), ce qui ne peut que vouloir dire que les russes se demandent s'ils doivent s'allier à cette dernière où, plutôt, patienter pour se tourner, dans le futur, résolument vers les pays d'une Europe-du-Sud il est vrai ruinée, mais débarrassée d'une union mortifère aujourd'hui déjà en grandes difficultés, et d'une Angleterre, largement fragilisée, toujours liée à son grand partenaire outre-Atlantique en totale déliquescence, mais entre lesquels surgissent des désaccords multiples?

    Ensemble représentant un intérêt géostratégique majeur.

    La raison de ce flou décisionnel de l'équipe poutinienne provient de ce que s'est ouvert, depuis peu, un immense champ de possibilités multiples, économiques, géopolitiques et géostratégiques, dont les contours sont pour l'instant difficilement discernables.

    Cela provenant de ce que l'empire U.S., ne pouvant plus assoir son hégémonie mondiale, en proie à d'immenses tensions politiques internes, au-dedans d'une situation économique épouvantable et dont le dollar perd progressivement tout intérêt en tant que monnaie de réserve internationale, n'a plus d'autre solution que de se retirer de ses interventions extérieures de toutes natures en en subissant le moins de dégâts possible.

    Ceci dit, le billet qui suit vient en réponse de celui, traduit en Français, que Dmitri Orlov a émis dernièrement et rendant compte d'une réalité européenne pour moi finissante, celle de la perte de courage et de volonté de la population ouest-européenne en raison de sa recherche de confort, ce qu'il appelle le cimetière européen.

    Europe, il est vrai, devenu un asile pour vieillard, ce qui ne génère pas, chez elle, du dynamisme et de la réactivité.

    Dmitri Orlov qui, quoi qu'il en soit, a, sur la grande majorité des sujets qu'il aborde, des positions à la fois sensées et pertinentes, celui-ci me semblant des plus remarquables.

    Or, ce que je vais tenter de montrer ici c'est que ce qu'il décrit, soit la situation des sociétés de l'U.E. d'avant que la décadence terminale de l'empire E.U.A. ne devienne évidence, phénomène advenue dès l'élection de Donald Trump à la magistrature suprême U.S., et que cette vision P1010709.JPGancienne est sur la voie d'être dépassée, du-moins en France.

    Mais que, surtout, ce phénomène conduit autant à la réémergence d'une activité intellectuelle européenne puissante (française, déjà, de ce que j'en sais), visible sur le W.E.B., mais aussi à la résurgence encore potentielle d'une brutalité sociétale et populaire, liée il est vrai également au retour à l'esprit de responsabilité,  au désir de prise de risque et, aussi, comme dit plus haut, au retour au patriotisme et à la religion traditionnelle.

    Cette résurgence de la brutalité d'une portion de la population n'est, pour l'instant, que peu visible, hormis lorsque les banlieues s'enflamment, ne pourra qu'être, bien plus tard, accompagnée de l'ancienne furia francese qui firent les délices des chroniqueurs d'antan.

    C'est à Monsieur Orlov que j'adresserai mes désaccords, ce qui sera amusant, d'autant plus que je ne pense pas que je serai lu par lui et encore moins que je lirai un commentaire écrit de sa main, ou du-moins une traduction d'icelle, moi qui ne connais de la langue anglaise que bulldozer, water-closet et bifteck pomme-frite.P1010829.JPG

    Lire la suite

  • De la logique intérieur.

    Comprendre un système c'est en saisir la logique intérieur.

    C'est ce que je m'essaie de faire ici.

    Vu que ce site est surtout dédié à la politique, créé à l'époque où, justement, cette pensée se retrouvait grandement récriée, c'est dès lors à deux niveaux que je tente de démêler les complexes écheveaux des-dits systèmes: ceux de la psychologie et de l'organisation, là ne me penchant que sur le premier.

    Bien qu'il soit impossible, en effet, d'analyser l'un sans questionner l'autre, ce que je ne cesse de faire dans ce blog, au risque, sinon, de rendre cette réflexion imprécise, voire caduque.

    Quand bien même mes réflexions tendent à être parcellaire, peut-être à l'image d'un puzzle, vu que je note mes idées au fur et à mesure que celles-ci arrivent à mon esprit, sans en faire un tout cohérent, ce dont je doute de pouvoir faire.

    Dans ce court billet, je vais donc vous en donner deux exemples basés sur mes propres bourdes.

    Ainsi, d'oublier, comme je l'avais fait dans mes deux derniers billets, que notre oligarchie nationale eurolâtre souffre d'une avarice maladive due à leur délire de vouloir à toute fin de dépasser, en tant que richissime, l'oligarchie étasunienne, fut une erreur.

    P1020055.JPGCeci parce que cela réduit ma perception de la dynamique interne prévalant au sein de toute cette mouvance néolibérale du pays et, au-delà, dans l'Union-Européenne.

    Ainsi s'explique les décisions de la magistrature macronnienne, en tant qu'employés de nos oligarques et des G.O.P.E. de l'union, mais aussi les justifications qu'il en a été porté, soit d'expliquer qu'ainsi ce seront les détenteurs de fortunes qui pourront bien mieux investir dans le pays, puisqu'une manne d'argent leur est offert.

    Mais aussi que la mise en concurrence des services publics ne pourra que les améliorer en en faisant baisser les prix.

    Du fait que les modèles britanniques et américains passés et présents nous montrent et démontrent l'inefficacité pleine et entière d'une telle approche, essentiellement contraire à ce qu'il en est et en sera, pour nous, en France, nous pouvons dès ce moment saisir en plein les très grandes faiblesses intellectuelles de cette ploutocratie, de l'administration de l'U.E. et de leurs commis.

    Ce qui, donc, nous démontre d'autant plus leur fuite-en-avant mortifère, en raison de l'accélération foudroyante de ces décisions, toutes provenant naturellement de l'Union-Européenne via ces fameux G.O.P.E., mais aussi de l'approbation discrète d'une oligarchie qui, peut-être, craint que, tout de même, cela ne soit, justement, trop rapide et trop voyant.

    Ils rentreront un tas d'argent, c'est vrai, mais en se conduisant ainsi, à terme, il ne pourront qu'entièrement le perdre, inéluctablement, s'ils ne se retrouvent pas, pour certains, en prison.

    Tout comme l'appauvrissement rapide de la Grèce entama une désindustrialisation mondiale qui, il est vrai, était déjà présente mais plutôt lente, celui actuel de la France, deuxième économie de l'U.E., ne peut qu'en accroitre la vigueur d'une manière considérable.

    Vous remarquerez, dans cette longue vidéo, la sincérité du conseillé du président de la République, intervenant dans la seconde partie au-delà des 38 mn 30 s.

    Ce qu'il dit est absurde et de la plus parfaite langue de bois, certes, mais en cela il est sincère, et comme j'ai pu déjà l'écrire, le pire se trouve là: la plus pure des âneries faite d'un galimatias de la plus pure sincérité.

     

    Ici vous pouvez observer l'authenticité plutôt sotte d'un personnage, Monsieur Carlier, qui, paraît-il, serait humoriste (lui qui ne m'a jamais, au grand jamais fait rire), et qui fut depuis des décennies l'un des multiples adhérents télévisuels de cette mouvance synarchique, montrant une position ambiguë face aux grévistes d'un magasin proche, si j'ai bien compris, de chez lui.P1020041.JPG

    Plutôt que de faire rire les rieurs, soient ceux qui, comme lui, ont, pour la majorité de leurs concitoyens, de cette fausse commisération bienpensante qu'ont ceux qui, bien qu'ils en pensent et en vivent l'inverse, se voudraient d'une gauche sociale;

    Ne vaudrait-il pas mieux que ce sieur aille à la rencontre de ceux-là qu'il ironise pour, ensuite, rendre compte à ses paires de la situation précaire dans laquelle vit une majorité des français, voire tout simplement les instruire de la meilleurs manière d'écrire et de parler, plutôt que de se moquer comme cela éhontément de quelqu'un qui fait ce qu'il peut avec ce qu'il a et, si j'ai bien compris, le fait bien.

    Si tant est qu'il en soit lui même capable, ce dont je doute fort: critiquer est aisé quand on prend le gueux de haut.

    Va-t-il déplorer la baisse de niveau d'instruction de nos contemporains?

    Bien sûr que non, et ce d'autant plus qu'elle se retrouve au plus haut de l'état ( moi-même ne cessant de me corriger ).

    Va-t-il critiquer la réalité de l'Union-Européenne et de l'oligarchie, sources premières de nos difficultés?

    Évidemment que non, déjà parce que cela ne ferait pas rire son publique, ses P1020059.JPGsemblables, mais aussi et surtout parce qu'il se retrouverait au chômage, et puis il l'aime tellement son union préférée.

    Comme nous le montre son cher et génial président, Mr. Macron, il lui faut être fort avec les faibles et faible avec les puissants.

    Là encore je n'avais pas pris suffisamment en compte ce fait capital: Guy Carlier et ceux qui l'entourent nous montre là, lors de son intervention dans cette radio, la violente dissonance cognitive qui agite une partie des classes-moyennes intermédiaires à hautes, ce qui est audible en ce qu'il se sent obligé d'adoucir, en fin de texte, un discourt pour le moins violent qu'il tient à l'endroit du meneur de cette grève.

    Cette dissonance cognitive provenant de ce que les-dites classes-moyennes sont pris entre deux forces opposées tenant à leur idéologie complexe et contradictoire:

    -européiste et néolibérale d'un coté, avec tout ce que cela sous-entend;

    -de l'autre un humanisme mal structuré, réducteur, racialiste (il ne peut y avoir de français pauvres, surtout s'ils sont blancs), méprisant, condescendant, parce que essentiellement émotionnel.

    C'est cette impossibilité structurelle, tenant plus à la résultante d'une propagande impériale (U.S.) s'étendant sur trois à quatre décennies, dont le but était de détruire, chez les européens et, donc, les français, les notions de nation et de patrie, qui conduit à tous ces égarements et à une perte structurelle d'identité.

    Ce qui a généré une déstabilisation culturelle et sociale de ces deux classes sociales, étendue à l'ensemble de la population, ainsi qu'une position sociologique paradoxale, qui mène à cette indétermination psychologique que j'avais exploré par trois fois, , ici et , raison pour laquelle le public de Mr. Carlier a ainsi pu rire de si bon cœur, mais, ce, avec uneP1020054.JPG culpabilité discrète et sûrement inconsciente.

    Perte d'identité de plus compensée par le rejet culpabilisant des classes considérée comme inférieures, rejet lui aussi compensée par cet humanisme réducteur tourné, pour l'essentiel, envers les immigrés, tout en oubliant, par aveuglement, la part de la population la plus pauvre qui, pour certaine d'entre elle, souffre aussi grandement de manques, voire de disette.

    C'est pourquoi le silence qui entoura la toute fin de cette bêtise, où le chroniqueur avait, maladroitement, plaidé en faveur de cette grève, ne peut que nous indiquer que cela avait naturellement rassurés les autres intervenant en les déculpabilisant de leur amusement, amusement lui-même provenant de cette même culpabilisation (c'est fou ce que l'esprit humain est complexe).

    Étant entendu qu'une part de mes lecteurs sont eux-mêmes de cette classe-moyenne intermédiaire ou haute, économique et/ou intellectuelle, cela va de soi, ce qui ne peut qu'être rassurant pour l'avenir, moi-même m'étant laissé prendre par cette propagande, et il me fallut bon temps pour m'en défaire.  )

    Cette dissonance cognitive, telle que je vous l'ai décrite, ne pouvant s'achever collectivement que quand ceux pris dans ses rets se retrouveront déclassés et/ou ruiné, ou angoissés dans leur crainte de l'être, par les exigences d'une Union-Européenne dorénavant germanique, tendant à la maniaquerie idéologique.

    Allemagne qui, dès maintenant, se confronte aux mêmes réflexes autodestructeurs que d'antan, ceux-ci s'étendant sur quatre siècle et, ce, depuis le début de la guerre de trente ans en 1618.

     

    Ces deux illustrations nous montrent qu'il nous faut faire tout notre possible de percevoir, sinon l'ensemble de ce qui compose un système complexe, du-moins ceux d'entre-eux qui en sont les plus représentatifs, afin d'en conceptualiser au mieux la logique intérieur.

    Parce que c'est cette logique là qui peut permettre d'en comprendre la dynamique interne et, de ce fait, d'en percevoir, autant que faire se peut, l'évolution future.

     

     

    P1020120.JPGTHEURIC

     

    P.S.: Vous trouverez ci-joint un billet, datant un peu, le 30 Mai 2017, où j'y avais exploré les effets, à mon sens les plus durs, de la catastrophe économique qui vient.

     

     

     

     

  • Marianne se sauve grâce à l'imbécilité de ses tortionnaires.

    ( Chère Tatiana Ventôse,

    Ce papier (ce qui est marrant face à un écran) vous est adressé.

    Je ne vous connais pas et ne réagirais pas à votre intervention youtubesque sur vos positions politiques par quelque vidéo que ce soi.

    La raison en est que je sais quelles réactions cela va générer chez tout un chacun: diverses formes de refus à ce que je puisse exprimer la moindre pensée valide, dire l'inverse que ce que je peux exprimer, négation net de sa logique..., pouvant mener à une agressivité à mon égard.

    Ce phénomène, que j'ai pu connaître aussi loin que je peux remonter dans mes souvenirs, m'est encore difficile à appréhender, trouvant sûrement sa source d'aujourd'hui en ce que je tiens un discourt discordant de ceux qui sont tenus habituellement, mettant bien sûr mes réflexions de ses origines hors du champ des échanges sociaux.

    Dedans ce qui s'appelle mon soi jardin secret.

    Cela s'appelle, paraît-il, le syndrome de Cassandre, je vais prendre la peine de l'analyser, je sens qu'une fois encore je vais m'amuser.

    C'est pourquoi c'est par ce blog (en raison aussi de ce que je ne veux fournir qu'au minimum mes informations personnelles sur ce net pas toujours bien net, hi, hi, hi) que je vous expliquerais, en première partie, les raisons pour lesquelles vous doutez de la profondeur du programme de l'U.P.R., ce que vous sentez P1020030.JPGconfusément sans réellement en saisir le pourquoi, là se trouve, à mon sens, vos approximations à ce sujet,  je vous exposerai après les raisons pour lesquelles j'ai moi-même adhéré à ce parti sans en être militant (vous en avez déjà une approche partielle par mes quelques lignes plus haut).

    Ensuite, en seconde partie, je montrerai que désormais la France est sortie d'affaire, certes, cela ne sera pas un petit chemin qui sent la noisette, mais mieux que bien d'autres, notre pays, contrairement à ce que certains voudraient nous le faire croire (les services britanniques?), va sous peu recouvrer ce dynamisme flamboyant et désordonné qui fait son charme et sa puissance.

    Ce que nos manipulateurs patentés et discrets ne comprennent pas, c'est que dès que la racine des croyances que ces opérateurs ont insinuées dans les esprits, quelle qu'en soit la technique, se sera écartée, que ces manipulateurs auront disparu, l'évidence de la réalité des faits deviendra éclatante pour la majorité de nos concitoyens.

    Et je puis vous assurer que j'en connais quelque chose.)

    La réponse critique la plus habituelle qui vous est faite au sujet de l'U.P.R., thème que vous avez abordé lors de cette vidéo au titre de: "Mes opinions politiques: je vous dis tout", est qu'il nous faut d'abord retrouver notre souveraineté avant que nous ne puissions espérer reprendre une vie politique et idéologique normale auP1020077.JPG sein d'une démocratie adulte.

    Que cela soit la nécessité première avant toute autre prise de position idéologique que ce soit, avant tout programme électoral débattu et disputé.

    A ceci est rajouté lé fait que, dans l'ensemble, ce programme U.P.R. offre une première mouture organisationnelle structurée.

    Ne nous le cachons pas, cette approche est logique et cohérente, sauf si nous nous retrouvions à nous confronter à un effondrement de l'économie globalisée menant, à sa suite, à celui politique de tout ce qui compose l'Union-Européenne, ce que je ne cesse de traiter ici même.

    Le choc psychologique que cela représentera pour tous ceux qui en ont adopté la doxa eurolâtre et américanolâtre sera telle qu'ils ne pourrons faire autrement, soit de décompenser gravement, ce que j'avais montré dans mon billet précédent, soit de se réfugier, comme une majorité de nos concitoyens, psychologiquement s'entend, au-dedans d'une idéologie passée, un patriotisme, une religiosité, un nationalisme échevelé, voire même, rarement, pour certain, à une forme ou une autre d'anarchisme, soit tout simplement de se défaire de toute pensée idéologique de quelle que nature que ce soi.

    Or, dans le même temps où un nombre important de ceux qui organisent la vie sociale, politique et structurent l'administration de la nation se retrouveront en débandade, nous nous devrons de gérer une calamité économique qui, à y regarder de près, rendra notre existence des plus compliquées.

    Pour résumer rapidement, nous manquerons de monnaie, de combustible, de nourriture et de matériels de première nécessité, en ces deux simples exemples, les P1020021.JPGréfrigérateur et ordinateur nous seront absents, sans compter les matières premières et les médicaments..., j'en ai évoqué les raisons dans des textes précédents.

    J'émets l'idée, mais peut-être, bien sûr, en aurais-je tort, que, confusément, vous pressentiriez que là se situerait les limites programmatique du parti de François Asselineau et que la désintégration de l'euro, ce que lui-même et son équipe ne cessent de souligner, signerait, à mon avis, celle du dollar, de l'U.E. puis, à leur suite, de la mondialisation monétariste, ce à quoi ils ne semblent pas songer.

    Les causes en sont faciles à définir: réformer, même à la marge, un système politique triplement verrouillé, institutionnellement, politiquement et idéologiquement, comme l'est notre union et l'était l'U.R.S.S., ne peut que le détruire (il va falloir, un de ces quatre, que j'en explique le pourquoi), or l'euro en est inextricablement lié (tricher avec ces mêmes institutions ne lui étant en rien préjudiciable puisque c'est un phénomène différent, la triple composante sus-nommée de l'U.E. restant en l'état).

    De plus cette monnaie et les banques afférentes, européennes, si fragiles, sont, d'une manière ou d'une autre, enchaînées au dollar et aux banques de l'empire U.S., c'est pourquoi les entreprises européennes quitte l'Iran au plus vite.

    Dollar lui-même, en situation de non-valeur réelle à cause des Q.E., qui se retrouve à être la monnaie de réserve à l'international, ceci doublé de l'immensité desP1020025.JPG créations monétaires quasiment généralisées, mène à ce que si l'euro explose, ce sera donc l'Union-Européenne qui le suivra, puis logiquement par le dollar, ensuite les U.S.A. et enfin l'économie mondiale.

    (  C'est l'un des multiples scenarii possibles de l'explosion de l'économie-monde, bien d'autres sont envisageables, la faillite d'une banque ou d'une assurance trop grosse pour être faillie, le début d'une guerre civile aux U.S.A., l'effondrement d'une place boursière, en Europe ou en Chine par exemple, voire même un événement insignifiant mais significatif des instabilités économiques internationales......  )

    Nous plongeant dès lors dans ce chaos économique semblable à celui dû à une guerre de grande ampleur (de tous les flançais) qu'il me semble que vous entraperceviez, pouvant même nous conduire au retour général à la disette et aux tickets de rationnement, c'est pourquoi je ne cesse de donner ce conseil: faites vos réserves.

    Dès lors, je ne vois pas qui, lorsque surviendra cette faillite de l'économie-monde, des hommes et des femmes politiques actuelles, pourrait géré une telle situation, sinon un personnage tel que Monsieur Asselineau détenant, en lui, l'ensemble des outils institutionnels, administratifs et politiques pour en avoir une vision d'ensemble.

    C'est le motif principal pour lequel j'ai adhéré à son parti (n'allez pas croire que je P1010825.JPGvoudrais que vous fassiez de même, là n'est pas la question, je ne fais pas du prosélytisme pour l'U.P.R., et, en aucun, cas je ne vous ferais cette sotte injure, je respecte part trop votre intelligence pour agir ainsi).

    Or, et c'est cela qui me fait dire que le-dit programme ne pourra pas être en plein suivit,  ce sera à cause des très nombreuses urgences auxquelles le gouvernement d'alors se devra de faire face au devant de cette crise première, que seules les mesures les plus symboliques et utilitaires seront prise.

    Il en sera ainsi de la renationalisation des services publics, ce qui sera aisé puisque leurs possesseurs actuels seront tous ruinés et, pour une large part, disparus, du retour au franc, du déblayage des lois, constitutionnelles ou pas, liées à  une U.E. vidée, elle aussi, de son substrat et détruite, et aux oligarques néolibéraux eurolâtres et américanolâtres ruinés, puis à la votation rapide de nouvelles règles comme peut l'être le référendum d'essence populaire.

    (  Étant entendu que, bien sûr, il faudrait qu'à ce moment là François Asselineau et l'U.P.R. prennent le pouvoir.

    Il serait à penser que quand le système de globalisation heureuse ne sera plus, la majorité des élus du R.E.M., idéologiquement fragiles, fuiront et que leP1020011.JPG gouvernement de la France se sera vidé se sa substance, hormis quelques personnalités aujourd'hui des plus discrètes.

    Quand à notre président, je crains qu'il subisse un choc psychologique violent dû à la surprise, lui qui, en cela, est d'une grande fragilité, d'autant plus que nous pouvons facilement supputer (bonjour madame) qu'en raison de ce que j'appelle un effet Peter généralisé, il ne doit recevoir que des informations tronquées, voire fausses.

    Suivra donc un moment de chaos ou ne subsisteront qu'une partie des députés, là nous pourrons percevoir qui est sérieux à l'Assemblée Nationale, le sénat, par contre, restant, dans sa grande majorité, présente.

    Suivant la loi, si le Président de la République disparait de son poste avant la fin de son mandat, c'est le président du sénat qui se retrouve à gérer les affaires courantes, le temps d'organiser de nouvelles élections.

    Des partis politiques restant à peu près valides, Je n'en vois que peu: l'U.D.I., la F.I. et l'U.P.R., tous les autres auront explosé en vol, Monsieur Mélenchon, quand à lui, pouvant gravement décompenser.

    Les effets de cette banqueroute généralisée seront gravissimes, en un premier jet  j'en avais conceptualisé ceux me semblant les plus destructeurs ici.

    Le mieux serait, dès lors que ce chaos total se sera installé, chaos largement incompris par une bonne part de la population, à ce que de nouvelles élections présidentielles et législatives s'effectuent.

    P1020045.JPGMais l'état, à ce moment là, en aura-t-il les capacités ou le président du sénat devra-t-il  nommer un gouvernement provisoire de quelques mois le temps que la situation  commence à se rétablir?

    Je ne saurais le dire.  )

    C'est donc, à mon sens, cela que, confusément, vous pressentez, sans que vous ne l'ayez clairement conceptualisé, ce serait dès lors pourquoi vous avez considéré comme limité l'ensemble programmatique de l'U.P.R..

    Ce que je vous propose, si tant est que vous lisiez ces lignes, c'est  que, vous et de vos amis qui comprendraient la difficile situation future dedans laquelle nous nous retrouverons tantôt, vous réfléchissiez de votre coté aux considérables implications que mènera cette banqueroute généralisée (ce qui est bien c'est qu'il est possible de le dire de diverses façons).

    Parce que, voyez-vous, de ne faire que penser seul à cela ne peut que restreindre ma perception de la chose.

    Maintenant allons voir ce qui me fais dire que, dorénavant, la France est sauvée des multiples et destructeurs effets de l'imbécile néolibéralisme sous égide finissant de l'empire U.S., des oligarques nationaux et internationaux, de sa perle coloniale racornie qu'est l'Union-Européenne et de sa domination présente par uneP1020062.JPG Germanie qui n'en voudrait plus mais.... qui... en réalité... ne sais plus.....quoi en faire..... ni quoi faire....., enfin..... ne sait plus......avec une Frau Merkel... qui elle non plus.....ne sait plus.....avec les immigrés...si oui.....euh..... ou non.....euh.....si oui il y a crise de pouvoir......si non il y a crise du pouvoir......et les italiens aussi......euh......qui ne savent pas.....euh......s'ils restent dans l'Union-Européenne.....s'il en sortent.....sans l'euro....euh.....avec l'euro.....euh.....euh.....euh.....euh........euheuheuheuheuheuh.

    Sans compter que l'Empire Austro-hongrois se recompose, que nous ne pouvons plus savoir si la Russie veulent ou non reprendre l'U.E.€.O.T.A.N. des mains des U.S.A., de quel coté  penche la Grande-Bretagne, ce que veut la Chine, où en est l'Inde, l'Iran, le Pakistan, où va Israël, l'Espagne, la Belgique, la Suisse, enfin bref, c'est le bordel partout......

    Mais parlons de la France, je dirais comme ça que ce serait ce qui nous intéresse au premier chef, n'est-ce pas?

    Et puis le bordel, c'est pas pour dire, c'est un peu notre truc, non, même s'il est organisé.

    P1020116.JPGVous-même étant la preuve que le système D, ça marche.

    Lire la suite

  • Et le pire c'est qu'ils sont sincère.

    Je reprends le thème portant sur la fuite en avant, que j'analyse ici sous un autre angle que celui que j'avais abordé fin Septembre 2017, celui du processus de la conduite suicidaire,  et que je viens de republier hier, précédemment de celui-ci.

    Ces deux billets sont complémentaires l'un l'autre, c'est pourquoi je les ai regroupés.

    La particularité de celui-ci est que j'en donne des exemples en montrant pourquoi nos (ir)responsables politiques et économiques se conduisent d'une manière si contraire, autant à leurs devoirs dus à leurs fonctions qu'à leurs propres intérêts.

    Il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas là, seulement, de notre gouvernement, de nos oligarques, représentés par le M.E.D.E.F., de ceux de l'Union-Européenne, de son administration et députation, ainsi que de l'oligarchie mondialiste, mais d'une certaine part de la population, ayant parfois suivit un long et haut cursus.

    Cette folie néolibérale internationale et les délires pseudo écologiques et sociétaux P1010068.JPGqui l'accompagne, qui est le trait de notre modernité, s'exprime différemment suivant les pays, les états et les peuples, mais sous la même base idéologique.

    Or, quand ils parlent, la majorité des intervenants sont profondément sincère, les quelques autres qui ne le sont pas ne sont que de petits profiteurs qui, lorsque la situation changera, sauront, au bon moment, retourner prestement leur veste ou à fuir en se faisant oublier.

    Marine Le Pen est de ceux-là, contrairement à un Jean-Luc Mélenchon qui, en vérité, pense avec sincérité que le futur de l'Europe ne peut que passer par l'U.E. et qu'il serait possible de la réformer, ce qui, je l'ai déjà dit, est impossible sauf à la détruire.

    En première partie, je vais donc montrer en quoi quelqu'un ou un ensemble de personnes peuvent être sincères tout en se montrant totalement déconnectés de la réalité.

    A la suite, je m’attèlerais de démontrer, par quelques exemples, la sincérité suicidaire de la majorité des intervenants médiatiques, de notre personnel politique et de nos oligarques, quand bien même un certain nombre d'entre-eux pourrait ne se révéler n'être que d’infâmes magouilleurs et tricheurs, ceci ne retirant rien à cela.

    Je dois noter que je n'excuse rien de ces imbécilités décisionnelles mortifères de notre époques mais m'essaie de déterminer les causes sous-jacentes d'une conduite P1010160.JPGqui, sous tous les angles, se révèlent autant stupides, malfaisantes qu'autodestructrices.

     

    Par nature la sincérité ne veut pas dire probité, honorabilité, intégrité, raison, lucidité, discernement, subtilité et clairvoyance.

    Non, être sincère ne veut dire qu'une chose, la personne dit ce qu'elle pense au moment où elle le dit, c'est tout.

    Une personne psychologiquement instable peut bien exprimer une idée un jour, puis son total inverse le lendemain, elle sera à chaque fois parfaitement sincère.

    Plus même, elle peut parfaitement réinterpréter les événements passés à son propre avantage, distordre sa mémoire de telle sorte que ces événements cadrent avec la haute estime qu'elle a d'elle-même, tout en conservant la plus absolue des sincérités.

    Elle se ment, certes, mais avec toute une inconséquente inconscience ingénue, se justifiant à elle-même si, parfois, elle en venait à redécouvrir sa pleine mémoire d'un fait ancien réinterprété, sa survie mentale étant à ce prix: tout plutôt que de se confronter à l'angoisse dû au traumatisme infantile qui est à l'origine de cette malfonction sociale.

    Certes, jouer continuellement, inconsciemment, avec sa mémoire peut mener la-dite personne à voir son instabilité psychologique s'amplifier, voire même à ce P1010128.JPGqu'un processus de dégénérescence cérébral se déclare avec l'âge.

    Comme me le disait un ancien pote: "On ne joue pas avec sa mémoire!"

    On peut aussi être sincère, individuellement comme collectivement, en trafiquant, déformant, transformant, masquant, se trompant, s'aveuglant sur la réalité événementielle.

    Les raisons en sont de maintenir l'idée que l'on se fait du monde et, au-delà, de soi-même, ce que Alfred Adler disait comme étant un "scenario de vie" déformé et inadapté.

    Il suffit pour celui ou celle agissant ainsi d'écarter et de déguiser, toujours inconsciemment, les informations qui le et la dérange afin de réinterpréter ce qui est perçu à l'aune de ses propres croyances et de son amour-propre blessé, de son narcissisme dégradé.

    ( Toujours précédé d'un traumatisme, cette façon de faire peut être collective si celui-ci l'est tout autant, or, à l'échelle mondiale il est double: aux deux guerres mondiales viennent s'y surajouter l'effondrement idéologique suivant l'achèvement de la guerre froide, qui fut très anxiogène, et de la disparition de l'U.R.S.S. accompagné de celle de toutes les idéologies qui structurèrent l'histoire du XX° siècle: communisme, sociale-démocratie, démocratie-libérale et fascisme. )

    Rappelons-nous que le narcissisme et l'égo sont intimement liés et que la déstabilisation de l'un ne peut que mener à celle de l'autre, ceci en affaiblissant les processus de pensée, c'est pourquoi les personnes dites égoïstes, âpres aux gains, sont, comme dit plus haut, le plus souvent atteintes d'un narcissisme profondément instable et sont, en général, d'une grande médiocrité.

    Médiocrité ne pouvant que se développer avec le temps suivant les traumatismes traversés par le sujet venant en échos de ceux vécus dans sa prime jeunesse.

    Même si, par le passé, cette personne pouvait faire montre d'une subtileP1010385.JPG intelligence due au dynamisme de sa jeunesse et d'un potentiel parfois de bonne tenue, progressivement perdus à cause de la fragilité non comprise de sa structure mentale infantile .

    Ce qui est le cas des oligarques en général et ceux d'aujourd'hui en particulier, ainsi que de leur petites mains, comme il en est de la France macroniennes.

    Mais aussi celui de ceux qui en sont les serviteurs les plus zélés, tel que l'est notre Président de la République actuel, ses ministres les journalistes et pseudo-experts officiels.

    Il est possible, donc, de faire preuve d'une sincérité pleine et entière tout en donnant le sentiment de mentir effrontément, de tronquer la réalité en pleine bonne foi.

    Toutefois, le quidam fonctionnant de la sorte ne peut, à un moment donné, que se confronter à cette réalité qu'il fuit résolument, pour la seul raison que le monde ne peut qu'évoluer rendant sa perception de son milieu de plus en plus obsolète et, donc, en contradiction d'avec ses propres perception: la réalité le rattrape.

    Ce qui génère en lui une angoisse s'accroissant au même rythme que se multiplient les discordances entre cette réalité et l'interprétation fausse qu'il s'en fait.

    Phénomène ne pouvant que le conduire à s'arcbouter sur ses présupposés et à intensifier ses actions et réactions inadaptées et contreproductives, ce qui s'appelle de la fuite en avant, d'où sa conduite suicidaire concomitante.

    Bien sûr, le quidam souffrant d'un tel mal ne peut que projeter sur l'autre ses-dites angoisses, son prochain, plus ou moins proche, ou à la société toute entière, en lui faisant porter l'entière responsabilité de ses manquement moraux et de ses inefficacités sociales, ceci pour éviter de remettre en question ses faux et pathologiques présupposés le menant à ses inconduites.

    Cette agressivité, ne pouvant que s'amplifier, accentuant d'autant l'évolution de son milieu, augmentant d'autant ces angoisses et dès lors son agressivité et son unilatéralisme perceptif de celui-ci, ceci en une boucle de rétroaction continuelle.

    Jusqu'à ce que la situation devenant franchement instable, survient la rupture P1010447.JPGstructurelle de son milieu, ce qui veut dire transformation rapide de celui-ci, ceci suivant sa dimension, un divorce pour un couple, une révolution pour un pays ou l'effondrement économique mondial en cours en ce moment même par la désindustrialisation internationale.

    Cet ensemble de phénomène n'ayant d'existence que pour atténuer les douleurs neuronales dues à ses angoisses et pour, dans le même temps, cacher et se justifier à ses yeux et à ceux de ses pairs de sa plus totale incompétence existentielle, d'autant plus accentué par une culpabilité dont les causes proviennent de ce qu'il lèse, blesse et mortifie celui ou ceux qui se retrouvent sujets de ce qu'il faut bien appeler des calomnies, malignités et froides cruautés.

    (  Il ne s'agit pas d'un pervers narcissique cherchant à être puni par son souffre-douleur, mais d'une personnalité narcissique à la perception unilatérale du monde, voulant que celui-ci soit tel qu'il veut qu'il soit, faisant preuve de perversité dans son désir forcené à ce qu'il reste ainsi, aussi qu'en raison de cette projection sur l'autre de ses propres angoisses.    )

    Ce long préambule a de sens d'expliquer les raisons pour lesquelles un certain nombre de ceux qui sont responsables de la politique et de l'économie du pays, ainsi que de ceux qui s'en font l'écho, tels les journalistes et les pseudos experts en vue, peuvent être parfaitement sincère tout en déblatérant un ensemble de grossières insanités et d'affligeantes faussetés, ainsi et surtout en prenant des décisions qui, en plus de détruire leur pays et leur Union-Européenne chérie, en appauvrit la population, tout en les menant inéluctablement à leur propreP1010475.JPG déclassement et anéantissement par la faillite mondiale généralisée qu'ils accroissent de la sorte.

    Ils croient à ce qu'ils disent pour tenter de sauver ce qui constitue leur structure neuronale collectif, leur existence sociale, soit leurs présupposés idéologiques, ici néolibérale eurolâtre et américanolâtre, ce qui se révèle, pour eux, de plus en plus ardu, puisque ils accroissent ainsi l'instabilité de l'économie-monde et des équilibres politiques.

    Alors, je vous propose que nous allions y voir en quoi:

    Lire la suite

  • De la conduite suicidaire.

    La conduite suicidaire, autrement nommé "fuite en avant", voilà ce que plus de toutes choses au monde ne cesse de me questionner et, ce, depuis fort longtemps.

    La raison en est là, il y a les processus d'aveuglements, c'est à dire ces personnes qui ne perçoivent pas, qui ne peuvent percevoir ni concevoir, quelles qu'en soient les raisons, que la situation qu'elles vivaient auparavant se transforme et que si cette personne ne fait pas évoluer sa manière d'être et de faire, cela la conduira, à terme, à une catastrophe.

    P1000825.JPGCela à ne pas confondre avec l'adolescent, jeune ou vieux, qui prend des risques juste par manque de maturité, parce qu'il ne comprend pas la nature de ces risques.

    Tout comme les suicides, soient en raison appels au-secours qui peuvent tuer si la personne n'est pas sauvée à temps, ou le suicide vrai, de celui ou celle qui a le sentiment, réel ou supposé, qu'il n'y a plus d'existence sociale pour lui ou elle.

    Donc la conduite suicidaire existe et, là, vraiment, je me perds presque en conjecture, c'est pourquoi je me vais tenter d'en démêler les mécanismes.

    Une conduite suicidaire consiste à avoir en main toutes les informations et les capacités requise pour agir au mieux mais de ne pas en tenir compte ou, même, d'agir à l'inverse de ce qu'une action adaptée réclamerait.

    Bien évidemment, des causes psychologiques profondes sont à l’œuvre pour que le sujet prenne ainsi de mauvaises décisions, contraire à ses propres intérêts ainsi que ce ceux des responsabilités dont il a la charge.

    Ce processus, individuel et/ou collectif, ne peut avoir, en effet, d'origine que dans les basfonds de la psychologie humaine.

    Celui-ci, provenant donc d'un aveuglement, c'est à dire d'une impossibilité de percevoir la réalité, ne peut qu'être que la résultante d'une inadéquation plus ou moins totale entre ce qui est perçu et le sens qui en est donné, en une façon d'autosuggestion inconsciente.P1000896.JPG

    Nous avons tous vécu, sous une forme ou une autre, des situations analogues où nous nous retrouvions à nous débattre dans un imbroglio événementiel, parfois plus que détestable, provenant de ce que nous n'avions pas saisi, sur le moment, que nos actions étaient défectueuses parce qu'inadapté au moment vécu.

    Mais c'est lorsque la personne ou le groupe de personne, voire la société, ne perçoit pas l'imbroglio dans lequel il patauge et ne cesse de s'enferrer en continuant d'agir comme à l'accoutumé que nous pouvons parler de conduite suicidaire.

    Et il s'agit donc bien là d'un aveuglement que nous pourrions dire pathologique si la conduite inadaptée se perpétue, quand bien même les effets produits par les actions et les choix faits se révèlent inefficaces, ou pire encore, contreproductifs.

    Ce sont donc ces aveuglements qu'il s'agit ici d'analyser puisque c'est de là que proviennent les conduites suicidaires.

    Lire la suite

  • C'est parti mon Kiki!

    C'est parti mon Kiki!

    Allez, vas, le titre de ce billet n'a que de but de montrer que les instabilités tant politiques qu'économiques tendent à s'accentuer plus encore que part le passé.

    Nous, français et européens, n'avons qu'un seul intérêt dans cette histoire: que se passe-t-il et qu'arrivera-t-il dans le futur, le reste ne nous concerne, pour le moment, que parce que c'est toute l'humanité, notre humanité d'Être Humain, qui est également concerné.

    Dans combien de temps ces instabilités deviendront-elles telles (comme Guillaume, hi, hi, hi) que tout le système économique globalisé s'effondrera?

    Je pense qu'il est impossible pour quiconque de le dire.

    En revanche, de poser un certains nombre de suppositions en faisant de manière d'être au plus proche de la réalité des faits, mais aussi d'en prévoir l'évolution du  possible au probable est réalisable.

    Certes, comme d'habitude il s'agit d'un survol, d'autant que, je l'avoue, je fais beaucoup d'extrapolations, ce qui, ma foi, a donné, dans l'ensemble, d'assez bons résultats.P1010499.JPG

    Intuitivement je sens que nous arrivons à une bifurcation, quelque chose comme un long virage qui se resserre de plus en plus à certains moments, plutôt que d'une ligne droite avec un virage au bout, suivit d'une nouvelle ligne droite.

    Phénomène accompagné d'une accélération.

    Du-moins est-ce l'image que j'en ai.

    Depuis son élection, Monsieur Trump, quoi que nous pensions de lui, de ses décisions dedans et hors de son pays, rebat les cartes, ce qui ne peut que mener à une redéfinition des situations qui prévalaient il y a un an seulement, que ce soit aux U.S.A., dans l'U.E., en France et à l'international.

    Il est vrai que les gesticulation de notre petit, petit, petit, petit empereur national, j'ai nommé Emmanuel Macron, a également un peu perturbé son monde, il l'a surtout agacé.

    Il a particulièrement engendré, de par ses décisions et tocades, un déséquilibre en France qui peut, désormais, dégénéré à n'importe quel moment et, ce, pour un événement important ou futile: la population en ayant plus qu'assez des dispositions de l'Union-Européenne et de l'oligarchie que lui et son équipe suivent et, parfois, anticipent, avec l'empressement digne d'obséquieux petits chefs de services.

    Je me demande encore une fois s'il ne fut pas choisi en raison,  justement, de sa forte tendance naturelle à la médiocrité.

    Bien qu'il soit tout autant possible de nous interroger sur la médiocrité constitutive de ceux qui l'ont choisi, le patron d'A.X.A., Madame Merkel, Monsieur Attali et le collectif Bilderberg, officine impériale où l'on forme nos croquemitaines nationaux, entre-autre.

    La photo de notre Président de la République, que j'avais laissé en page de garde P1010587.JPGd'un billet de fin Avril, où nous le voyons conduit par le Président des États-Unis-d'Amérique tel un petit garçon par son papa, me laisse à penser que si le premier fut choisi pour son poste, ce fut pour,  justement, détruire l'Union-Européenne.

    C'est pourquoi, partant de cette idée, j'en suis venu à penser que l'élection de Donald Trump ne fut en rien un hasard mais, tout au contraire, une décision collégiale murement réfléchie.

    De mettre un trublion plutôt jobard à la tête de la deuxième puissance européenne dont le but est de perdre notre sainte union par ses erreurs, maladresses, inepties et autres bêtises.

    D'ailleurs, il doit y avoir un mathématicien et un universitaire, et d'autres grands naïfs, qui doivent aujourd'hui s'en mordre les doigts.

    Donc, cet avant-propos venant compléter le billet qui suit, ce qui est amusant, je vous propose d'en continuer la lecture.

    J'y montre cet accroissement de l'instabilité nationale, unioniste et P1010609.JPGinternationale...

    Lire la suite

  • Des services publics et ceux en réseaux.

    Je me disais qu'il me faudrait bien aborder la question des services publics en réseau.

    Ce thème d'actualité ne peut plus être du ressort idéologique parce que devenu, en raison de la complexification croissante de nos sociétés, d'essence socialement mécanique, c'est à dire d'une logique interne à nos sociétés en raison de cette complexification croissante.

    Il est, par exemple, impératif que tous, jusqu'aux plus pauvres, nous puissions voyager à un prix abordable, que ce soit par nos autoroutes, les métros, les bus, les tramways et la S.N.C.F., en raison de ce que nous ne pouvons plus vivre en autarcie, ne serait-ce que pour aller travailler et acheter de quoi manger.

    La question de l'existence des frontières, je l'analyserais plus tard, mais elle est, en réalité, centrale.

    Et celle-ci est inextricablement liée à notre double et bientôt triple domination, par l'Union-Européenne, d'essence totalitaire, de l'empire U.S., en situation avancée de dépérissement et de déclin, et d'une Allemagne, étoile montante de l'U.E., ne comprenant pas que si elle se débarrasse de l'euro elle détruira inéluctablement l'union.

    Ce phénomène a un nom: la mondialisation, qui serait le parangon de modernité.

    Or, cette globalisation, autre nom de la mondialisation, comprend deux processus diamétralement opposés:

    _Une mondialité intellectuelle, et donc également technique, technologique,P1010609.JPG scientifique, philosophique, religieuse, politique et j'en  passe..., à l'image de celle qui se construisit en Europe du moyen-âge jusqu'à la moitié du XX° siècle, qui fait qu'aujourd'hui un mathématicien chinois et français, par exemple, trouveront facilement plus à se raconter que chacun d'entre-eux d'avec l'un de leur concitoyen;

    _Une idéologie conservatrice mondialiste économico-politique, dite néolibérale, dont le socle doctrinal a plus de deux siècles d'âge, aux origines bourgeoises, soit d'une pensée marchande antérieur même à la période médiévale, voire antique, dont le vecteur majeur contemporain fut l'empire ultime qu'ont été les États-Unis-d'Amérique, faisant suite à ceux européens.

    Autant le premier est, en effet, progressiste dans le sens où cet échange continuel est l'un des multiples gages que les sociétés humaines vont dans le développement d'elles-mêmes.

    Autant le second, lui, est la tentative malheureuse d'un petit groupe de personnes, les oligarques et leurs serviteurs, de conserver et faire croitre un pouvoir, ici monétaire, qui, du fait de  leurs errements provenant de leur médiocrité structurelle, ne pourra que se perdre, quoi qu'ils décident et fassent.

    La privatisation, entre-autre, des services publics, dont ceux en réseaux, n'étant que l'une de ces multiples tentatives de conservation de ce pouvoir par une transformation accrue de la richesse réelle des nation en masse monétaire.

    Ce qui, indirectement, ne pourra qu'appauvrir encore plus les peuples et, donc, de détruire encore plus le tissu industriel mondial, cause véritable de la faillite généralisée en cours.

    P1010594.JPGCe que je veux montrer là c'est qu'en effet, et comme déjà dit ailleurs, tout se tient.

    Alors, quand bien même je vais vous montrer que privatiser un service public est une pure foutaise logique, politique et économique, cette idée absurde n'est que l'un des multiples exemples,  criant il est vrai, de l'incompétence et de l'inconséquence formelle de ceux qui ont la charge des nations et de leur économie.

    De leur médiocrité (ce que je ne cesserais de répéter jusqu'à plus soif).

    Lire la suite

  • Signes annonciateurs de l'effondrement qui vient.

    Ce billet est la reprise d'un commentaire sur le site "Businessbourse" que je vais compléter ici.

    J'y réponds à un certain Monsieur Perrin qui y expose, le pauvre chou, que tout ce qu'il se passe est de la faute des méchants politiques, états, gouvernements et banques-centrales, en oubliant au passage que ce sont les oligarques, ceux qui sont surnommés les "riches" (terme que je trouve vulgaire et aujourd'hui pas très exacte), qui les contrôlent (en France), ou tentent de les contrôler (aux U.S.A.).

    Ces pleurnicheries oligarchiques m'indisposent et m'agacent au plus haut point, les mêmes qui eurent lieu en 2008: "Sauvez-nous, Monsieur Sarkozy, sinon nous seront ruinés, ouinininin.".

    Vous remarquerez que ce monsieur ne dit pas que les surproductions monétaires font perdre aux monnaies leur valeur intrinsèque, mais juste que cela va le mener à sa faillite, à lui, mais que sa façon de se conduire ruine des millions de gens, il en a rien à faire.

    En fait, pour qui lit entre les lignes, il a  une trouille bleu, il n'y a pas de colère dans son texte mais du désespoir, un désespoir accusateur, certes, mais du désespoir, c'est que la situation doit vraiment être catastrophique.

    Il a joué la domination de l'Union-Européenne par l'empire étasunien, la nomination, par les oligarques eurolâtres et américanolâtres, du ci-devant Macron contre le peuple, il a joué sa fortune contre les intérêts de la France, et maintenant il pleurote, geint, larmoie, mais pour qui se prend-il?

    Que quelques-uns soient riches dans le pays, je ne vois pas le problème si et seulement si cela profite à tous, que surtout cela ne devienne pas un accaparementP1000448.JPG tel que cela détruit l'économie du pays et le pays lui-même.

    Et là ce n'est pas seulement à la France que cela mène à la catastrophe mais bien toutes les nations à l'échelle mondiale (sauf la Russie, et encore).

    La vulgate néolibérale dont il fait l'emploi me révulse au plus haut point, d'autant plus qu'il cherche à se justifier, en usant et abusant d'une grille de lecture qui, à y regarder de près, ne peut que se révéler fausse, simplement par les effets désastreux vers lesquels cela nous a conduit et, d'autant plus, nous conduirons sous peu.

    Voilà donc ma réponse que je lui aie laissé, que je vais, de plus, compléter ici.

    Lire la suite

  • Essai de réflexion sur les origines d'Homo Sapiens Sapiens.

    Je vous avais conté, amis lecteurs, de ce que je pense des origines du singe ici et là j'y avais exposé ce que je pensais de la nature de la pensée.

    Je vais, derechef, faire cet exercice périlleux consistant à m'essayer de concevoir notre passé lointain, soit ici l'origine de notre langage complexe et notre démarche si intrigante, deux des attributs spécifiques de notre condition humaine.

    Pour cela je vais reprendre comme base réflexive, une fois encore, la théorie du primate aquatique chère à Elaine Morgan (ici vous en trouverez un bref résumé en pour et en contre), que vous retrouverez dans "Les cicatrices de l'évolution", toutefois il me semble que l'explication qu'elle avait fourni pour expliquer l'évolution des pattes arrières de nos ancêtres en jambe fut un petit peu trop rapidement conceptualisée.

    Le livre d'Yvette Déloison: "La préhistoire du Piéton" est également d'une grande importance dans ma réflexion, je vous le conseille également, je suis juste en désaccord avec elle quand elle affirme que la position debout existerait déjà chez le proto-singe, ce qui ne colle pas avec mes propres pensées.

    Quand à l'origine de notre capacité d'échanger oralement, je fais l'essai d'en concevoir les premières évolutions en m'inspirant des échanges sonores des cétacés.

    Il est vrai que cette théorie du primate aquatique n'est pas validée par les paléoanthropologues.

    Celle-ci se dit hypothèse, ce qui en soit c'est logique, souvenons-nous de cet aphorisme de mon cru: "Une théorie n'a de valeur que par son caractère prédictif."P1010624 - Copie.JPG

    Or, toutes les théories, sans une exception, sur l'origine de notre espèce si particulière posent d'infinis tracas conceptuels, c'est pourquoi plutôt que théories, parlons (c'est le cas de le dire), pour l'ensemble de celles-ci, d'hypothèses.

    Une évolution ne peut se faire que si l'espèce a, en elle-même, le potentiel pour que cette évolution se fasse, et une fois celle-ci faite il est (quasiment?) impossible pour elle de revenir en arrière, sauf si elle a conservé en elle des traces archaïque.

    Ainsi, nous ne sommes pas si glabre que cela, nos poils sont juste devenus minuscules, s'il y a nécessité, une longue période glacière de plus d'une centaine de millier d'année par exemple, ce qui fut le cas d'Homo Sapiens Neandertalensis qui lui en avait traversé plusieurs, ceux-ci pourraient très bien, si je puis dire, reprendre du poil de la bête et se redévelopper, il est ainsi possible de représenter Neandertal hirsute, ce qui me semblerait logique.

    Mais une longue pilosité nécessite une  énergie supplémentaire que le métabolisme se devra de fournir, or, l'une des nombreuses particularités humaine c'est d'avoir un cerveau qui, de ses 2% me masse corporelle en moyenne, utilise 20% de l'énergie que le corps produit.

    Ce cerveau a donc, ainsi, un coût énergétique énorme et son évolution ne peut s'être fait que de par la nécessité que cela se produise, ceci doublé de ce potentiel qui rendit ceci possible.

    Il en est du cerveau comme de notre bipédie et de notre langage complexe.

    P1010666 - Copie.JPGDe cette nécessité évolutive due à un nouveau milieu et des contraintes qui y sont liées, au potentiel évolutif de l'espèce antérieur, il faut y rajouter le fait que ce milieu puisse offrir le cadre indispensable pour que la-dite évolution puisse se produire.

    Ce sont, à mon sens, ces trois simultanéité qu'il faut rassembler pour construire un ensemble théorique cohérent et dynamique pour saisir ce qui fait de nous, aujourd'hui, ce que nous sommes: le potentiel, les contraintes et les possibilités.

    Mais à quoi cela pourrait-il servir?

    Tout simplement de nous comprendre dans ce qu'il y a de plus profond dans notre psyché, ce que peut recéler de plus ancien de notre inconscient, nos pulsions instinctuelles d'Être Humain qui peuvent, si nous n'en prenons pas conscience, prendre une place part trop considérable dans notre vie du tous les jours.

    Je vous propose donc que nous fassions ce voyage dans le temps de nos ancêtres d'il y a plusieurs millions d'années passés.P1010577.JPG

    Lire la suite

  • Economie: les instabilités s'accroissent autant que la médiocrité du temps!

    Si nos sociétés humaines et, d'autant plus occidentales, se retrouvent aujourd'hui dans une situation calamiteuse c'est bien parce que la médiocrité est devenue la norme.

    Vous trouverez ici ( lisez-le avant de poursuivre ce billet ) une bonne définition de ceP1010142.JPG que peut être la médiocratie, la gouvernance des médiocres, mais où y est glissé toutefois cette hypothèse absurde du réchauffement climatique anthropogénique, preuve s'il en est que cette tendance traverse tous les espaces intellectuels, même là où celle-ci est reconnue dans sa substance.

    C'est bien cette médiocrité généralisée qui mène le monde à sa faillite, c'est bien l'impossibilité formelle de ceux qui ont à leur charge la vie publique et économique des pays de conceptualiser les effets temporels de leur décisions et actes, qui entraine le délitement progressif de la mondialisation heureuse et celle des pays.

    Cette brève dissertation de ce philosophe québécois, que j'ai découvert sur le site "les crises" de Monsieur Berruyer, nous montre ce court-termisme qui se retrouve à être la trame générale des sociétés s'étant répandu partout depuis maintenant de longues décennies.

    P1010159.JPGC'est, tout compte fait, cette longue médiocrité délétère qui constitua ce moyen-âge moderne consubstantiel au gras obscurantisme qui, telle une chape de crétinisme, a enveloppé la pensée humaine et dès lors la nôtre propre.

    Là se trouve cet affaiblissement de la pensée provenant de cette indétermination psychologique dont je vous ai longuement entretenu en Mars de cette années et qui, en ne sachant plus se déterminer en tant qu'Être Humain, rend notre espèce malade de ce non être.

    En un exemple vibrant, vous trouverez , sur le site de Businessbourse, l'annonce de la monté des prix des carburants, phénomène déjà remarqué lors du tout début de la crise dite des subprimes de 2017/2018, ce qui était prévisible mais ne semble pas être souligné par quiconque.

    Ce que j'avais prévu depuis des mois et dont je vous avais déjà entretenu: en raison des instabilités financières dues à la fragilité grandissante de l'industrie mondiale, des instabilités boursières et de la perte quasiment totale de la valeur nominale intrinsèque de quasiment toutes les monnaies, les spéculations monétaristes et boursières se reportent désormais sur les matières premières, dès lors sur le pétrole, mais aussi, bientôt, sur la nourriture sur les productions minières.

    ( Il y eu une telle situation il y a six mois environ qui s'était lentement rétablie par un accroissement des Q.E., mais depuis les dégradations industrielles et boursièresP1010042.JPG ne firent que s'amplifier, ceci d'autant plus que le gouvernement U.S. semble (je suis prudent) tendre à éliminer ses oligarques par leur faillite, d'où la monté des taux de la F.E.D. vers les 3%, la même monté qu'en 2007... )

    Ce qui ne pourra que générer deux effets convergents, une instabilité croissante des nations et la fermeture progressive des usines et autres manufactures.

    Dès lors, en raison de l'appauvrissement des populations, les bulles immobilières,  s'égayant ici et là, commenceront à se racornir, ce qui mettra à mal la situation financière des banques.

    Ceci sans compter d'autres bulles tout autant gigantesques, dont nombre se trouvent aux États-Unis-d'Amérique, entre-autre dédiées aux crédits pour les étudiants et à l'achat d'automobiles.

    En France, le crédit à la consommation a franchi une nouvelle étape où il est visible P1010177.JPGque les grands magasins se mettent à devenir banquier et en viennent à faire du crédit pour des dépenses de 50 euro et moins, ce qui est une preuve supplémentaire de cet appauvrissement généralisé.

    Ceci quand, dans le même temps, le gouvernement macronnien tend à vouloir restreindre, non pas des avantages, mais la masse des émoluments qui, jusqu'à maintenant, permettait à un ensemble de salariés de faire, cahin-caha, fonctionner l'économie du pays, à la S.N.C.F. notamment.

    Tout en voulant privatiser le chemin-de-fer français, quand l'exemple britannique ne peut que nous montrer à l'envi la plus totale inefficacité, parfois mortelle, d'une telle démarche, ne pouvant, là encore, que mener à réduire les capacités économiques du pays.

    En fait, même s'il a de très nombreux visages, dont celui des experts, des journalistes en vu, d'une classe politique et économique éreintée, même si une nouvelle équipe gouvernementale et législative, de même essence, nous avait étéP1010188.JPG sorti du chapeau, notre ennemi véritable se cache au fin fond de notre esprit et se nomme la médiocrité et son corolaire, l'obscurantisme.

    A nous donc de reprendre en main notre liberté, qui est de comprendre ses propres contraintes, et notre indépendance d'esprit, qui consiste à penser par soi-même en remettant en doute, ce qu'affirme avec raison Mr. Deneault, des évidences qui, en seconde lecture, ne peuvent que se révéler ne pas être telles qu'elles se présentent et telles que nous nous les représentons.

    Sinon, le moment me parait propice pour vous redonner, peut-être pour la dernière fois avant que le système économique globalisé n'explose, mes conseils (une partie est du copié-collé d'un texte précédent datant d'Avril 2017, déjà):

    Faites donc des réserves, ayant moi-même compté au minimum:

    -quelques jours, voire deux semaines de menues monnaies, ne serait-ce que pour quelques courses, le pain, notamment, ceci étant dû au fait que les banques ayant fait faillite, il faudra du temps pour que le gouvernement réagisse ou ne soit renversé, pour qu'enfin celles-ci soient nationalisées (il en sera de même pour les P1010234.JPGassurances, il vous faudra être prudent);

    -si vous avez des économies dans une même banque, répartissez dès aujourd'hui cette somme dans plusieurs autres, l'une peu disparaître mais pas l'autre;

    -si vous achetez de l'or, de l'argent et/ou du platine, plutôt en petites pièces, conservez-les chez-vous, bien cachés, dans un trou au fond du jardin par exemple, mais sachez que cette monnaie ne vous servira que dès que le système économique du pays repartira et pas avant;

    -si vous avez beaucoup d'argent, même hors des frontières, transformez-le en matières premières et entreposez-les discrètement près de chez-vous, ou achetez des terres agricoles, des concessions minières dans votre propre pays, de petits objets d'art que vous mettrez dans votre maison, enfin, tout ce qui peut permettre à un pays de se refaire une industrie et à vous de ne pas trop perdre d'argent (de toute façon, vous en perdrez et beaucoup);

    -trois mois de nourritures pouvant se conserver, pâtes, riz, plutôt complet, légumes voire fruits secs, farine, sucre, huile, beurre, ...,plus des conserves si vous en avez la place, du café aussi, le temps que les acheminements de vivres reprennent, l'agriculture française existant encore (pour combien de temps?);

    -faites un potager, vous pouvez dès maintenant acheter les outils, des graines au plus tôt, faites le bêchage de printemps, semez  des tomates par exemple, pour avoirP1000816.JPG votre récolte au plus tôt;

    -si c'est possible, ayez des poules pour les œufs puis la viande, pour vous et aussi pour du troc;

    -comptez un an de produit de première nécessité, pour le corps (savon, shampoing...) comme pour la maison (javel ou vinaigre blanc, lessive, P.Q....), songez à ce que quasiment plus rien n'est produit en France;

    -ayez de quoi faire du troc pour deux à trois ans de ce qui n'est plus produit sur notre sol, soit presque tout, tout pourra faire l'affaire, des cigarettes pour les non fumeurs (les autres les fumeront), du chocolat, du café (là encore il sera dur de ne pas résister), mais aussi du papier, du cirage, du savon en rab, de la peinture, du bois de chauffe, des piles, des lampes..., etc..., enfin,  de tout ce dont nous avons tous besoin au jour le jour et dont nous ne faisons que des réserves limités;

    P1000749.JPG-le vélo et/ou le vélomoteur (le plus économe en essence), surtout si vous habitez loin des gares, le train continuant sûrement de rouler, seront une valeur sûre, songez que l'arrêt des transports internationaux signera celui des produits pétroliers, votre voiture restera donc au garage et les bus et cars au dépôt, l'essence et le gasoil sera réservé aux véhicules prioritaires et aux armées;

    -commandez un, voire deux chéquiers, les paiements électroniques pouvant cesser à un moment ou à un autre, rapidement (?) le chèque pourrait devenir le seul moyen de paiement pour un temps indéterminé, dès que le gouvernement d'alors auront rouvert les banques;

    -conservez convenablement tous vos papiers, attendez-vous, aussi, au moins à un ralentissement d'internet, les administrations, les banques et les assurances, aussi, pouvant les égarer lors de cette catastrophe, voire perdre leurs informations informatiques;

    -dès que les signes les plus évidents et marquants, pour ne pas dire angoissants, seront là, allez voir votre maire pour lui expliquer ce qu'il se passe, parce qu'il y a de fortes chance qu'il n'y comprenne rien, ceci pour qu'il commence à organiser autantP1000886.JPG les pénuries que les risques de désordres et débordements.

    C'est, en effet, dans les débuts de cet effondrement, au local, que l'organisation sera, dans un premier temps, le plus efficace.

    Mais surtout, surtout, surtout, pensez par vous-même, même si cela entre en contradiction d'avec les idées de l'air du temps, même si vous vous retrouvez à vous disputer avec vos proches, et même si vous êtes en désaccord avec ce que j'écris, je ne détiens aucune science infuse (ce qui est une évidence).

     

     

    THEURIC

  • Monsieur macron est désormais politiquement détruit!

     

    A-00-a-MacronTrump.jpg

    Oui, dorénavant, Monsieur Macron est, ad minima, politiquement détruit.

    Cette simple et terrible photo est explosive.

    ( En fait, si nous regardons bien Monsieur Macron, il est dans une situation, à ce moment là, de fonctionner, si je puis dire, sur un mode automatique, il plane en quelque chose de l'ordre de l'hystérie en retrouvant, en présence de Monsieur Trump, des réflexes enfantins.

    Sûrement cette photo fut-elle prise après leur allocution devant les caméras suivant leur réunion à la maison blanche.

    Que s'y est-il dit, quelle relation le président américain a-t-il entretenu avec celui français, seuls ceux qui étaient présents le savent, mais toujours est-il que le premier a pris, pour le second, la place de son père.

    Il a dû ne pas cesser de le féliciter, le louanger à longueur de temps, en tous cas nous pouvons observer Monsieur le Président de la République Française dans un état émotionnel puissant et déconnecté de son contrôle, de son auto-contrôle intérieur habituel.

    Remarquez également comment Monsieur Trump s'amuse de la situation, j'ai mêmeP1010215.JPG l'impression qu'il se dit: "Je n'ai pas perdu la main à mon âge, je l'ai bien eu, à mes bottes qu'il est, le marmot!".

    Comme j'avais pu l'expliquer il y a quelques textes auparavant, Monsieur Macron est quelqu'un d'infantile et psychologiquement fragile, nous en avons là encore une fois un exemple frappant.)

    Si, comme je le conçois et tel que je vous l'avais exposé dans mes deux billets précédents, les États-Unis-d'Amérique ont l'ambition, pour les raisons indiquées préalablement, de se replier sur leurs bases arrières en détruisant, dans le même temps, l'Union-Européenne par la déstabilisation de la France, alors cette photo là en serait la preuve formelle.

    ( A mon sens, ce serait également là que se trouverait la raison pour laquelle les Corée nord et sud se réconcilient.

    En effet, si l'empire U.S. se replie sur ses bases arrières et se dégage également de l'Asie, comme il le fait en Europe, il n'a plus besoin de cet état tampon d'avec la Chine que représentait la Corée-du-Sud.

    P1010329.JPGD'autres phénomènes de même type devraient se produire d'ici peu de temps, attendons de voir. )

    Et considérer Monsieur Trump comme étant un imbécile, même si il fait preuve, en effet, plus que d'une goujaterie, d'une vulgarité manifeste, c'est ne pas comprendre la subtile intelligence du bonhomme.

    C'est un vieux commercial de haut niveau, un manipulateur de première force, et ce type doit pouvoir, je l'imagine, mener quasiment tout le monde tel qu'il voudrait qu'il se conduise, il n'y avait plus que de poster, par avance, le photographe au bon endroit et qu'il connaisse le signal du bon moment.

    A n'en pas croire, tout cela, l'affaiblissement de Monsieur Macron, fut monté de toute pièce depuis le début, peut-être même depuis l'affaire Skripal (ce qui peut nous faire réfléchir à une entente "cordiale" entre la C.I.A. et le M.I.5).

    ( Les trois problèmes que représentent notre Président de la République pour ceux qui l'ont choisi est que, d'une part il ne comprend rien à la politique et, n'ayant aucune prudence, se laisse mener par le bout du nez avec une facilité remarquable, quand ce ne sont pas ses gaffes à répétition qu'il ne cesse de proférer.P1010361.JPG

    D'autre part son intransigeance idéologique l'amène à trop rapidement prendre et faire prendre des décisions qui ne peuvent qu'être néfaste au pays et donc à lui-même, cela en affaiblissant une Union-Européenne qui n'en demandait pas tant.

    Enfin, sa facile propension au mensonge peu subtile dont il est ensuite facile, pour la population curieuse, d'en démêler le stratagème.

    Quoi qu'il en soit, qu'une personnalité politique de premier plan puisse dire que le peuple dont il la charge, ici français, n'a pas de spécificité culturelle, ne peut qu'être qu'un profond crétin. )

    Affaire qui, au demeurant, a sûrement affaibli Madame May, la raison en serait de la remplacer pour quelqu'un de plus agressif envers l'union.

    Ceci suivit du bombardement de la Syrie suite au supposé gazage de sa population qui ne put, là également, qu'ébranler politiquement autant notre Président de la République que le Premier Ministre britannique (cela vaut bien la destruction d'une usine à liquide vaisselle et d'une centaine de pétards au million et demi de dollar P1010375.JPGl'unité, non?).

    Il se fait dire, part ailleurs, que le Président U.S. aurait voulu que le dit bombardement ait été infiniment plus offensif et que ce fut les militaires qui calmèrent ses ardeurs.

    A mon sens, cette petite historiette ne fut raconté que pour accroitre les craintes de leur camp que ces deux personnages, anglais et français, ne conduisent leur pays respectif dans des engagements militaires désastreux, contre les russes ou les chinois notamment.

    Dans le même temps le gouvernement étasunien nettoie ses écuries d'Augias, ce qui, là encore, est le processus naturel d'une période de réforme impériale.

    Et mène son oligarchie, la nôtre par la même occasion, à la ruine en augmentant les taux de la F.E.D. au-delà des 3 %, ce qui ne peut que conduire à cette faillite généralisée internationale dont je vous parle tant, cette augmentation des taux ayant été, en 2007, le détonateur de la crise dite des subprimes, et ce coup-ci il n'y aura pas qu'une seule banque trop grosse pour faire faillite à se retrouver en pleine banqueroute.P1010194.JPG

    Vous remarquerez l'extrême prudence de l'Allemagne, Madame Merkel ayant d'autres priorités infiniment plus urgentes à régler: la survie de la Deutschbank, la seule de Germanie trop grosse etc..., mais beaucoup plus imposante que toutes les autres européenne, françaises comprises.

    Peut-être que la chancelière allemande rajoutera quelques petites agaceries pour pourrir un petit peu plus la vie de notre éternel enfant de président, le fragilisant encore un peu plus, mais, contrairement à ce que j'ai pu le supposer, je ne pense pas que cela ira tellement plus loin.

    Néanmoins, je ne serait pas surpris que, bientôt, ce pays commence à faire de nombreuses réserves de toutes sortes en achetant et entreposant à tour de bras autant de la nourriture, du carburant, des matières premières et toutes de ces sortes de choses.

    ( La visite que Madame Merkel, chancelière allemande, a rendu à Monsieur Trump, juste après le départ de Mr. Macron, ne peut qu'interroger.

    Il est possible, mais là je ne fais que de poser des suppositions,  que Mme. Merkel vienne aux renseignements de ce que va faire notre impérial enfant et/ou de choisir la date à laquelle les banques trop grosses etc... devront être amenées à la faillite.

    Photo0001.jpgD'autres possibilités peuvent être envisagées, que tout simplement il puisse juste s'agir de hasard de calendrier, mais il est des moments où le hasard peut avoir bon dos. )

    Mais revenons à la France, je vous prie.

    Comme dit plus haut,Monsieur Macron, qui se voulait le réformateur de l'Union-Européenne et celui qui aurait rendu la France nouvel état États-Uni-d'Amérique ( fantasme, quand tu nous tiens ), est désormais politiquement détruit.

    (Il n'est plus Zeus, Louis XIV, voire Louis XVI, ni même Napoléon III, dorénavant il n'est plus affublé que du sobriquet de micron.)

    Certes, ce processus sera naturellement long à se développer, du-moins dans ses effets.

    Pour le moment, ce sont les rires populaires déclenchés par cette photo qui sont les plus destructeurs.

    De plus, les hommes ne peuvent que ressentir que du dédain pour celui qui se voudrait être dirigeant et ne se conduit, face à un autre chef de l'état, théoriquement son égal, que comme un mioche à peine dégrossi.

    Les femmes, de plus, ne peuvent qu'avoir qu'un profond dégoût pour cet enfant dans une enveloppe de grande personne.

    Quasiment asexué, donc.

    Celles qui, par le passé, se sont pâmées pour ce godelureau ne pourront que rejeter ce freluquet paraissant sans virilité.P1010378.JPG

    Même si les autres partis politiques officiels doivent surveiller ces événements en espérant pouvoir se refaire lors des prochaines élections européennes, celui, de parti, qui en tirera tous les marrons du feu ne peut qu'être et avec raison l'U.P.R. de François Asselineau.

    La France-Insoumise, elle, si son président, Jean-Luc Mélenchon, a bien compris ce que peut être le sens de l'histoire, ne peut que se radicaliser en devenant plus anti-U.E. que le précédent, mais il lui en faudra en dépenser une énergie considérable pour faire oublier la multitude de ses errements d'antan.

    Les autres plongeront dans une frénésie, une exaltation pro-union qui risquerait bien d'être assez délirante, ce sera le F.N. R.N. (la Route National, après les marcheurs, quel aveu) pour lequel ces réactions pourraient bien être les plus excessives.

    Mais ce sera au sein du R.E.M. que ce rejet sera le plus violent: ils ont tous été P1010362.JPGtrompés et comme ils n'ont pas cette connaissance approfondie de la politique et que leur haine pour Macron sera bientôt inextinguible, ils se détourneront de lui.

    Bien sûr que non, ils ne vont pas lui fomenter quelques pièges dont les vieux de la vieille de la politique ont le secret, mais vont, pour beaucoup, lentement, rentrer chez eux en démissionnant tout simplement, parfois aussi en changeant de camp: ce sont des députés dépités qui, comme bientôt leurs électeurs, voteront avec leurs pieds.

    Cette photo fera, fait déjà le tour de la planète, et tout le mode se demandera: "Mais que la France est-elle devenue?"

    Notre nation a définitivement, avec ce président, perdu la face, et la population, de ça, ne le lui pardonnera jamais, à lui, certes, mais aussi à tous ceux qui l'entourent et le soutiennent.

    Le vieillard Attali avait dit de lui qu'il représente le vide politique du pays, bien qu'il ait oublié l'U.P.R., pour le reste, il avait raison, en omettant toutefois le fait que lui ne représente pas le vide mais le néant de la pensée politique et économique.

    Il crut, ce niais, que notre empereur de carnaval serait le sauveur de la France, si, si, c'est bien ça, quand en fait il ne fait que précipiter la fin de sa chère union.P1010143.JPG

    Et il y en  a d'autres comme lui, tant d'autres, à avoir cette pensée économique néolibérale du XIX° siècle, que Madame Thatcher avait relancé, il y a maintenant 47 longues années et donc les britanniques ne veulent plus.

    Ce n'est même plus une philosophie de vieillard mais celle de spectres.

    Politiquement Macron est détruit et c'est définitif, tous ses proches, du-moins les moins sots, ne peuvent que trembler d'angoisse, eux ont compris mais lui n'en a rien saisi.

    Sans compter que certains, de nos derniers grands industriels, commencent à avoir peur qu'il puisse leur arriver la même chose qu'à Alstom par exemple, vendu aux américains (ce que d'aucun désigne comme une vile traitrise macronnienne), comme il peut en être de l'entreprise Dassault, qui n'est pas des moindres et, ce, de tous points de vues.

    Pensez-vous vraiment que ce qu'il se passe en ce moment dans notre douce France ne les fasse pas discrètement réagir?

    Pensez-vous réellement que ce qu'il reste de nos vrais entrepreneurs ne Photo0016.jpgcommenceraient pas à se poser de sérieuses questions au sujet de l'Union-Européenne et de l'empire U.S.?

    Pensez-vous qu'en toute logique certains n'en seraient pas à estimer qu'il serait temps de remettre tout ce bazar économique débile à plat, quitte, pour un temps, de bouffer, tous, de la vache enragée, ce qui, de toute façon, se passera tôt ou tard?

    Ne pensez-vous pas que dorénavant la population française en a marre de toutes les trahisons et autres divagations et que la seule chose qui l'arrête encore c'est sa crainte de rompre avec le rêve américain sous forme d'Union-Européenne?

    Juste dans un an nous aurons les élections européennes, à peu près, et un an, en ce moment, c'est long, très long.

    Nous ne savons pas ce qu'il peut se passer entre temps, mais, en Mai 2019, il faudra que l'U.P.R. obtienne un résultat excellent.

    ( j'admire l'esprit politique du père Asselineau, il est vraiment, en cela, de cette subtilité que j'apprécie.

    C'est qu'il sait s'y faire le bougre, il est rafraichissant de songer qu'enfin, en France, nous avons affaire avec un vrai chef d'état. )

    Le terrain est mûr, il n'est plus à chacun que d'y semer ses graines.

     P1010077.JPG

     

    THEURIC

  • De la rétrogression historique à Macron: l'empereur sera-t-il bientôt déchu?

    A l'introduction qui vient, je le fais précéder de ce petit préambule de dernière minute qui me semble nécessaire.

    Ce fut hier, en effet, d'abord en regardant une vidéo de Monsieur Biberian que je ne retrouve pas, datant d'un mois (je vous conseille celle-ci pour celui qui ne connais pas grand chose aux atomes et de leur fusion et fission) traitant, lors d'une conférence, de la fusion froide, où il  y expliquait le conservatisme de ses paires face aux idées nouvelles.

    Puis c'est en songeant à l'accueil possible du billet que je vous propose aujourd'hui, que je me suis rendu compte que mon problème principal est que je sors doublement du cadre de référence conceptuel social de notre époque.

    Déjà en raison de mon statut auquel je ne fais que peu de cachotteries, j'ai le Certificat d’Étude Primaire en sa dernière année d'existence (allez-y voir, les jeunes, de quoi il en retourne), un C.A.P. horticole, été deux ans jardinier communal, pendant 25 ans conducteur de bus à la R.A.T.P. et entre les deux fait plein de petits boulots.

    DSC00065.JPGMais aussi du fait que je ne porte pas un regard habituel sur les événements et prend souvent des positions largement différentes de ce qu'il se dit sur tout un ensemble de sujets.

    Je sors donc doublement de ce cadre de référence et, en cela, je me retrouve à être provocateur sans que cela soit recherché de quelle que manière que ce soit.

    Si, ma seule provocation, si tant est que ça en soit une, est de montrer qu'il est possible de penser par soi-même quel que soit le niveau d'étude de chacun, le principal étant de s'instruire continuellement.

    Je conçois parfaitement que d'aborder des sujets comme il peut en être de l'évolution des ancêtres des singes ou de la présence des extraterrestres, que je nomme les E.I.N.T., les Être Intelligents Non Terrestres, peut surprendre, voire choquer.

    Mais je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas écrire sur ces thèmes qui sont tout aussi sérieux que bien d'autres.

    Le cadre de référence conceptuel social étant l'horizon collectif de ce qui fait sens.P1000898.JPG

    Je ne vais pas m'appesantir la-dessus, vous laissant aux deux lectures suivantes.

     

    J'avais largement commencé à écrire ce texte avant de retrouver le précédent dans mes archives, puis de vous le proposer avant-hier.

    Or, il s'est révélé ces deux-ci sont intimement liés.

    Cette rétrogression historique (en  fin de page), dont je vous avais déjà fait part à plusieurs reprises, entre-autre en vous faisant remarquer le retour de la barbe et la ressemblance entre le burkini et les vêtements de bain que portaient les femmes françaises à la fin du XIX° siècle, pourrait, là encore, s'exprimer par la confrontation, aujourd'hui seulement économique et politique, entre un diablement dérisoire Macron se prenant désormais pour une sorte de Napoléon III dit, par Victor Hugo, le petit, et une Madame Merkel très loin de ce que fut Bismarck.

    Certes, il n'y a rien à voir entre la Prusse de l'époque qui, grâce à Otto Von Bismarck, sut recomposer, de 1862 à 1871, le Saint-Empire-Romain-Germanique défunt sous la forme de l'Allemagne, ainsi que Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, aventurier qui tenta un coup d'état en 1840, fut élu Président de la II° République en 1848 et, en 1852, fut sacré empereur sous le nom de Napoléon P1010318.JPGIII, puis qui abdiqua lors de la guerre de 1870 après la défaite de Sedan.

    Et l'époque actuelle où, de Bismarck nous avons, en Allemagne, Madame Merkel, et en France, de Napoléon III nous en sommes revenu à ce pauvre Monsieur Macron, grandeur et décadence.

    Mais ce qui est remarquable c'est la singulière similitude qui semble prendre corps entre la fin de ce troisième quart du XIX° siècle et l'achèvement de la deuxième décennies du XXI°.

    Bon, bon, je sais, cette similitude paraît tirée par les cheveux, d'autant plus que rien pour l'instant n'est réellement en place, comme souvent je fais ici de la prédictivité en partant du principe que nous sommes entrés dans une phase de rétrogression historique avec, lié, une manière de répétitivité historique.

    Ce fut le refus du Gouvernement allemand de participer aux (petites) frappes en Syrie qui me fit me demander si, par hasard, la Germanie n'aurait pas saisi le repli stratégique qu'effectue l'empire étasunien (là encore, je n'en ai que des preuves peu assurées).

    Mais cela me paraît logique au vu de la situation économique catastrophique dedans laquelle se retrouve les États-Unis-d'Amérique et, comme le firent les romains en leur temps en Bretagne (la Grande-Bretagne d'aujourd'hui), les américains retirent discrètement leurs troupes de l'Europe, mais pas seulement de là.

    C'est pour cela que ce sont les forces spéciales françaises qui furent envoyées aiderP1010087.JPG les kurdes pro-américains à lutter contre l'armée turque, plutôt que celles étasuniennes.

    Donc, bientôt, la France et l'Allemagne vont se retrouver à se regarder en chien de faïence au sein de l'Union-Européenne.

    Allemagne qui semble vouloir quitter une Union-Européenne débutant sa débandade, ceci du fait de l'éloignement progressif de Tonton Sam, mais surtout de percevoir la faiblesse montante de l'empire.

    Elle ne peut donc, à mon sens, que de décider de reprendre sa souveraineté, d'autant plus que l'U.E. la met au-devant de risques économiques ne pouvant que s'aggraver avec le temps (Target 2).

    Mais son problème est que, même si une bonne part de sa population ne serait pas vraiment contre, son oligarchie, elle, ne peut que rester, au moins pour partie, résolument unioniste.

    De l'autre coté du Rhin nous avons le gouvernement Macron et son  président (allez jusqu'à la rose rose pour savoir comment je le perçois) qui de Zeus en fut devenu roi, puis de roi en est maintenant à prendre des allures impériales, décidant de tout, même des actions militaires.

    C'est pourquoi il en vient à être comparé à Napoléon III.

    Ce qui correspond à ce que j'affirme depuis quelques temps, nous entrons dans une P1010215.JPGphase de rétrogression historique, en voici, me semble-t-il, les mécanismes politique qui l'y accompagnent.

    Lire la suite

  • Réflexions sur la fin des empires.

    Voici un texte que j'avais publié pile-poil en Avril 2014, comme le temps passe (s'il repassait, ce serait bien pour mon linge), et, à l'aune de 2018, celui-ci me semble d'autant plus pertinent.

    Je le reprends donc et vais le retravailler pour le rendre plus précis.

    Mais, dans l'idée, je ne rejette rien des hypothèses de base que j'avais posé du processus en cours dans les Amériques.

    Ce pays, les États-Unis-d'Amérique, se trouve dorénavant en but à son déclin avancé, et si Monsieur Trump y fut élu en tant que président c'est en raison même de cette situation.

    Certes, ce billet est un essai consistant à démontrer (poil au nez) que ce qu'il se passe en ce moment, les égarements multiples en Syrie et en Ukraine notamment, n'est en rien surprenant mais est la résultante de la décadence impériale.

    Cependant nous, en tant que colonisés sous la bannière de l'Union-Européenne, nous nous devons impérativement de nous débarrasser des sédiments culturels P1010325.JPGU.S. qui, depuis de longues décennies, se sont largement stratifiés en générant, en nous, un état d'acculturation prononcé.

    Ceci étant d'une nécessité absolu (poil au...dessus) ou, sinon, nous nous retrouverions, lorsque le système économique U.S., et dès lors mondialisé, aura cessé tout fonctionnement, au-devant d'immenses difficultés psychosociales, ceci parce que notre libération du joug étasunien ne proviendrait pas d'une décision suivit d'une action collective, mais de la simple survenue d'aléas se situant hors de notre volonté.

    Ce que nous pouvons déjà percevoir dans le milieu oligarchique national et européen où, par exemple, aucune réaction ne s'y fait montre lorsque les bourses U.S., pour se renflouer, ponctionnent, sans vergogne aucune, les richesses du C.A.C.40 français ou du D.A.X. allemand (je ne retrouve plus la vidéo qui, sur Businessbourse, en faisant état).

    Ce manque de réaction est compréhensible en raison même de l'angoisse montante chez nos élites économiques, mais aussi politique et journalistique, en raison de leur confuse compréhension de cette fin prochaine.

    N'oublions pas, en effet, que, si chacun de nous et aussi collectivement nous agissions sur notre milieu (poil aux yeux, cil), le milieu, par nature, agit tout autant sur nous en un échange continuel.

    Une domination telle que peut l'être celle impériale structure autant les sociétés asservies que chacun des individus qui les composent, au même titre que l'empire et sa population en viennent à être ordonnancé, de moindre façon, par les peuples dominés.P1010362.JPG

    Ces élites des pays colonisés ont, plus que tout autre, la crainte en une disparition impériale puisque leur pouvoir ne s'assoie désormais que par sa seule existence: l'empire ne peut exister que si et seulement si il est aidé par l'autorité en place, ou du-moins se disant telle, cette dernière en en tirant tout son bénéfice.

    C'est pourquoi les oligarques eurolâtres, mais surtout américanolâtre, se laisse piller sans que nul ne moufte: ils savent que la disparition de l'impérium signera de manière définitive leur hégémonie sur leur nation, ainsi payent-ils le prix de leur survie.

    Mécanisme que nous pouvons, là encore, remarquer tout au long de l'histoire.

    Un dernier point remarquable en ce préambule, l'extraordinaire ressemblance entre ce que fut l'empire (poêle à frire) romain et celui américain, surtout dans cette relation que le premier avait établi avec la Grèce antique et celle que le second a construit avec l'Europe et peut-être d'avec la Russie qui se considère toujours comme la descendante de l'Empire-Romain-d'Orient, de Byzance.

    Or, tout comme l'empire romain le fit en son époque, l'empire américain est en train de se replier sur ses bases arrières, ce qui est l'une des raisons, la principale peut-être, pour laquelle elle est en train de déstabiliser la France pour qu'elle en vienne au France-quitte, ceci dans l'esprit de détruire l'Union-Européenne.

    Ce que l'Allemagne, désormais, sait pertinemment et qui serait à son relatif avantage.

    D'ailleurs, l'une des raisons pour lesquelles il y eut ce bombardement en Syrie, à cause d'un supposé usage de gaz de combat de la part de l'armée syrienne qui ne tient pas la route, fut justement d'affaiblir grandement un Monsieur Macron qui, décidément ne comprend rien à la nature de la politique et qui a pris là des risques incommensurable, sur les bons conseils de Madame May (au joli mois, poil aux doigts).

    Le texte, donc, que je vous propose en seconde partie, consiste à une explication des raisons pour lesquelles un empire est, par nature, mortel.

    Parce que, en toute chose, il est bien de détenir une compréhension théorique du contexte de la complexité qui nous confronte pour résoudre au mieux les problèmes qu'il peut nous causer, bien que, bien sûr, il puisse être possible de s'en passer, ce qui serait dommage puisque cela P1010412.JPGnous permettrait de nous en faciliter la tâche.

    Lire la suite

  • Ouf, la relève est prête.

    2008 fut une date charnière.

    Certes, il aurait fallu que le pouvoir politique de l'époque cassât les reins des banquiers et oligarques occidentaux qui nous avaient conduit au bord de la faillite généralisée.

    En revanche personne n'était prêt à prendre la relève, en France, d'un personnel politique déjà autant inapte qu'inepte, ni de pouvoir restaurer une économie nationale, européenne et mondiale déjà au bord de l’asphyxie.

    Ni même de remplacer ce fatras d'idéologues de tous poils, surtout journalistes, P1010194.JPGpolitologues et économistes qui, obéissants autant à l'oligarchie euro-atlantiste monétaristes qu'à leurs dogmatismes néolibéraux, ne cessent, dès que la population ne réagit pas de la manière qui leur sied à telle ou telle décision gouvernementale, de se ruer en meute dans les médiats porter leurs bonnes paroles en usant tous des mêmes expressions propagandistes.

    Nous en voyons et en entendons l'exemple type en ce moment même en raison des grèves, dont les chemineaux de la S.N.C.F. sont les fers de lances, qui, progressivement, semblent se propager partout dans le pays.

    Or, aujourd'hui, il est possible d'observer sur internet un ensemble de jeunes qui, contre vents-et-marées, seuls ou en équipes, quelques-uns dans l'indigence, montrent une détermination intelligente pour renouveler une parole journalistique indépendante de toute oppression oligarchique.

    D'autres font de la politique, à l'Union-Populaire-Républicaine ou à France-Insoumise (pas si insoumis que cela, pour l'instant), renvoyant l'oligarchie à leur asile pour vieillard, sinon dans les faits, du-moins, pour l'instant, dans l'esprit et le propos.

    Certains diffusent des cours de vulgarisation sur tel ou tel point scientifique, font des recherches sur des thèmes à peine abordés, remettent en question des vérités si établies que les reposer sur la table c'est faire preuve de provocation.

    Il y en a aussi qui rénovent un art qui, en ce moment, s'est égaré au-dedans d'une vulgarité dont nous pouvons percevoir les détestables effets jusque dans la production monétaire de l'Union-Européenne (observez les billets de l'union) et de notre nation.P1010202.JPG

    Et cette jeunesse, ma foi, me ravit.

    J'étais, jusqu'il y a peu, désappointé par le fait que seuls de vieux barbons, auxquels je dois commencer à ressembler  avec mes 59 berges, seuls eux, dis-je, paraissaient avoir une libre parole, une indépendance d'esprit, une dissidence aux influences à la doxa du politiquement correcte néolibéral.

    Il n'en est rien, cela est fort bien.

    Et je me réjouis de ce renouveau.

    Il est vrai que je peux être en désaccord avec tel ou  tel, ceux soutenant l'existence d'un réchauffement climatique anthropogénique par exemple, mais qu'importe, ils pensent par eux-mêmes et c'est cela qui compte.

    Qui sont-ils?

    Je ne rends visite sur leur site qu'à peu, mais en deux exemples:

    Une Tatiana Ventôse ou à l'équipe du "fil d'actu" auquel elle participe, dont l'attention est porté de renouveler un journalisme indépendant.

    Celle-ci devant faire un boulot de manutentionnaire pour gagner sa vie, ce qui ne peut qu'être considéré que comme dérisoire au vu de sa personnalité et de son intelligence et fait comprendre la colère qui l'habite.

    P1010257.JPGOu celle dont le pseudonyme est "Vue Autrement", travaillant avec celui qui s'exprime sous le surnom de "Penseur Sauvage", la première s'étant présenté aux dernières élections législatives sous la bannière de l'U.P.R..

    Il y en a bien d'autres que j'ai pu visionné sans retenir leur nom ou leur pseudo, traitant de toutes sortes de sujets et vraiment ils font du travail de qualité avec, il faut le souligner, très peu de moyens.

    Si j'ai un reproche à leur faire, il serait de deux ordres:

    Qu'ils cessent d'user d'un anglo-américain devenu d'une vulgarité criante puisque, justement, la politique suivit en France l'est en raison même de son appartenance à la colonie de l'empire U.S. qui se fait appelé l'Union-Européenne, la France n'étant, après tout, qu'à l'image du Vietnam au sein de l'Indochine de l'époque des colonisations française.

    Cet usage, inconscient, je le conçois, affirmant par là même notre appartenance impériale, se décoloniser doit d'abord et avant tout commencer par nous détacher de notre déculturation passée.

    Étant entendu que, dorénavant, la langue anglaise est devenue le langage international comme il en fut, par le passé, du latin en Europe.

    Toutefois, il est à noter que lorsqu'un tel idiome en est venu par être partagé par tous, les élites du moment, pour conserver leur domination, même simplement intellectuelle, en viennent à utiliser une autre langue d'échange, plus complexe et ardue à apprendre.

    Et quelle langue autre que le français réunirait ces conditions, autant de par son orthographie, sa conjugaison que de sa haute précision lorsqu'il en est fait usage dans ses plus complètes délicates subtiles difficultés?

    La langue française devenant déjà, à mon sens, la langue intellectuelle internationale par excellence, comme il en fut hier du grec en Europe en réaction à ce que le "commun" de l'époque en venait à devenir, lui aussi, latiniste.

    Qu'ils évitent, aussi, autant que faire se peu, d'utiliser de la grossièreté, cette inélégance réduit d'autant la porté de leurs réflexions journalistiques, philosophique que politique.

    Sinon, à tous les autres jeunes, s'il y a un conseil que je me permettrais de vous donner, si vous êtes dans la situation de faire des études prolongées, choisissez plutôt les domaines du type de ceux de la technique, des lettres ou scientifiques.... et fuyez tout ce qui a trait au monétarisme et au commerce.P1010269.JPG

    Le premier parce qu'il disparaîtra bientôt (sans que je ne sache quand), le second parce qu'il y a pléthore de vendeurs et de commerciaux et que, quand il s'agira de rebâtir un tissu industriel dans notre pays, le technicien, le tourneur-fraiseur, l'électro-mécanicien, le charpentier, l'ingénieur, l'agriculteur et infiniment d'autres métiers de la sorte seront demandés, contrairement à ceux sus-nommés qui, par la mode de l'idéologie actuelle, deviennent majoritaires sur les bancs des université.

    Et risquent de beaucoup de devenir pour partie inutile.

     

     

    THEURIC

     

    P1010327.JPG

  • Des médailles et des enfants.

    Préambule en dernières minutes:

    Je ne parlerai que peu et rapidement ici des grèves actuelles, je l'ai déjà fait par deux fois, lors de mon billet précédent, puis en Septembre quand j'en annonçais la forte éventualité.

    J'y avais écrit ceci, après en avoir expliqué les raisons:

    (En France, si j'ai raison dans ce que je viens de vous exposer, une multitude d'incidents, de manifestations, de grèves, d'événements parfois brutaux, parfois singuliers, s'y passeront, suffisamment amples pour que les médiats en parlent.

    Le gouvernement macronien ne va pas cesser de faire des bourdes, parfois du propre chef de tel ou tel ministre, parfois en raison de conseils faussement judicieux provenant dont on ne saura qui.)

    Maintenant les événements suivent leur cours, l'opération de déstabilisation de la France ayant débuté (dire que je doutais, à l'époque, de sa réalité, que je ne faisais qu'imaginer tout ça).

    A un moment donné le domaine privé se mettra également en grève, la fourniture d'essence par exemple, plus tard, les policiers embrayeront probablement à leur tour, puis il est possible que même les militaires suivent.

    Le but suivit est double, terrifier le pouvoir et générer le chaos dans l'économie du pays.

    P1010236.JPGJe l'ai dit, ce sont l'équipe de Madame Merkel, l'Union-Européenne, l'euro et la Banque Goldman Sachs qui sont visés, la France n'en étant qu'un outil pour parvenir à ces fins.

    Macron prend pour l'instant son pied, lui qui croit être l'homme de la situation, capitaine au-devant de la tempête, d'autant plus que vu que les gens sérieux furent sûrement écartés des administrations qui importent, les informations qui lui sont communiquées ne peuvent qu'être partielles, voire fausses, il croit pouvoir contrôler la situation mais ce n'est qu'un vœu pieux: il ne fera que bourdes sur bourdes.

    Son mouvement, le R.EM., est fragile, bricolé à la-va-vite, sans réelle cohérence politique et dont nombre d'adhérents rendent leur carte, écœurés, avec, de plus, une partie de ses élus de l'Assemblée Nationale, déçue de voir comment tout cela se passe, risque de fuir dès que la situation deviendra inquiétante, sans compter des ministres pouvant aussi filer à l'anglaise pour les mêmes raisons.

    Maintenant rien ni personne ne peut arrêter ce processus, il se poursuivra jusqu'à sa conclusion ultime pouvant aller jusqu'à la cessation de fonctionnement de l'économie mondialisée.

    En revanche, et là se trouve la raison de cette brève intervention, je crains, j'ai le profond sentiment que nos manipulateurs aient oublié une toute petite chose, celle d'avoir prévu quoi faire après avoir déstabilisé notre pays, d'ailleurs il est possible qu'ils s'en foutent royalement.

    Ce n'est pas tant que j'attende d'eux quoi que ce soit, sauf à ce qu'ils nous oublie un peu en nous lâchant la grappe, surtout en ce qui concerne l'empire U.S., mais que cela risque de nous conduire à une situation très compliquée et plutôt chaotique.

    C'est que les anglo-saxons ont perdu la main, ce qui est visible depuis leurs actionsP1010224.JPG militaires en Afghanistan et surtout en Irak puis en Syrie par jihadistes interposés.

    Alors, Monsieur Asselineau, étudiez les scenarii plausibles, possibles et probables, l'époque se prête à toutes les conjectures.

     

    Retour à l'avant-propos du thème de ce billet.

    En soi, l'enfant est  irresponsable en raison même de sa juvénilité, et il le sais, il sait sa profonde inconnaissance des lois sociales, humaines.

    Il sais, au plus profond de lui, de son besoin irrépressible de devenir Humain, de devenir un Être Humain à l'image des adultes qui l'entourent, il en a une soif instinctuelle de l'apprendre, d'en être éduqué, de s'en instruire, ce que j'appelle l'adanthropisme.

    Mais souvent ce qu'il pense être des adultes ne sont, en réalité, que des grandes personnes, ce qu'il sait aussi confusément, savoir qui, au fil des années, tend à être refoulé puisque ce sont ses modèles qui vont contribuer à psychologiquement le forger, parfois bien au-delà de sa puberté.

    Ces grandes personnes, bien que majeures, n'en sont pas moins restés plus ou moins immatures, ce qui veut dire qu'elles n'ont pas su ou pas pu acquérir leurs capacités de responsabilité d'être, autant de l'Être Soi que de celui de vivre en société.

    C'est cette irresponsabilité qui mène à une soumission qui ne peut que varier suivant l'histoire de chacun.

    P1010230.JPGLa question restant de savoir si, dans une société complexe telle que le sont celles modernes d'aujourd'hui, une part de soumission à l'autorité ne serait pas nécessaire à son bon fonctionnement.

    Comment donc nous accorder en nous le respect normal aux lois, à ceux qui en sont les porteurs, à ceux qui, aussi, nous ordonnent quoi faire et quand, en entreprise entre-autre, de jauger et juger de la bienséance de ces lois, de leurs porteurs et de ceux qui nous  commandent, leur conformité d'avec l'essence démocratique, de la souveraineté du pays et de la nation, de l'estime de soi et de l'autre aussi, et de conserver en  nous la plus entière liberté, indépendance et responsabilité d'Être?

    Sinon en devenant adulte, c'est à dire d'être et de devenir responsable autant de ses actes, de ses paroles et de ses pensées, dans le sens d'être dans la volonté de les comprendre dans leur réalité et non pas de se laisser aller à se justifier en se mentant autant à ses propres yeux qu'à ceux de nos semblables.

    Ce qui veut dire s'assumer en tant qu'être pensant.

    Être adulte est donc d'abord être responsable au-devant de soi-même puis au-devant des autres, l'inverse ne pouvant être vrai parce que c'est en nous qu'est constitué notre considération du monde.

    En ne pouvant provenir de quiconque d'autre hors de soi.

    Certes,  la famille puis les structures sociales au-dedans desquelles nous avonsP1010206.JPG grandi et mûri, ainsi que celles où nous vivons, structurent également notre esprit, c'est pourquoi en comprendre, en être conscient, même de manière succincte, les composantes est en cela nécessaire.

    C'est en cela que la réelle liberté est de comprendre ses propres contraintes.

    Ici, la question qui doit vous agiter le mental, amis lecteurs, doit être: "Mais où donc veut-il en venir?"

    Comme il en est souvent sur ce site, je m'entretiens avec vous de politique et, par cet avant-propos, de faire la distinction entre devenir adulte ou rester dans l'infantilité irresponsable de la grande-personne.

    En seconde partie, je vais montrer la preuve qu'en effet ceux qui nous gouvernent, politiquement et économiquement, ne le sont en rien adultes et, encore moins, responsables.

    Certes, ils le sont et le restent, responsables de leurs actes et de leurs paroles, ad minima au-devant de la loi, mais aussi, face au pays, de la cohérence de ce que peuvent être la patrie, la république, la démocratie, l'état, la nation, et, ce, de ce que fut notre passé, de ce qu'est notre présent tout comme de ce qu'il en sera de notre futur par nature encore indéfinissable.

    Mais nous, nous sommes responsables de nous mêmes, de notre individualité, et non pas de l'individualisme, ferment de cette infantilisation qui fait le sujet P1010325.JPGindirecte de ce billet.

    Alors, je vous prie, allons y voir:

    Lire la suite

  • Essai de réflexion sur la pensée globale.

    Ce qui est symptomatique de notre époque est la parcellisation de la pensée.

    Il est en effet remarquable d'observer combien la réflexion sur un sujet donné n'est pas intégré dans un ensemble cohérent, à l'heure où les sociétés humaines se sont rapidement grandement complexifiées.

    Les domaines sont nombreux où cette complexité n'est que peu abordée et,  j'en pose l'axiome, serait la source première des difficultés économiques, sociales et politiques auxquelles nous nous confrontons au jour le jour.

    Ainsi Monsieur Macron, le royal serviteur de l'oligarchie qui nous gouverne, le génie des Carpates, a, par les lois, ordonnances et autres décrets qu'il a, lui et son gouvernement, promulgué, haussé nombre de taxes et, surtout, la C.S.G. pour tenter de faire survivre encore un peu un système économique international et européen en effondrement industriel et monétaire lent.

    P1000880.JPGCe qui bien sûr pâtit aux faibles salaires et aux retraites, ce qui ne peut que réduire d'autant le pouvoir d'achat de tous ( pouvoir d'achat qui, en réalité, n'est qu'une immense fumisterie présente pour cacher la fermeture des usines et entreprises agricoles, envoyant les gens au chômage).

    Pour le remonter, ce pouvoir d'achat, la taxe d'habitation va être progressivement supprimée, ce qui appauvrit les communes.

    (Reconnaissons que, dans l'esprit de notre Président de la République, ce serait une tentative, vaine il est vrai, de faire repartir une machinerie industrielle française grandement en souffrance en redonnant du "pouvoir d'achat" aux ménages, sans penser une seule seconde que ce ne seront pas les industries nationales qui en profiteront mais celles d'Allemagne de Chine et d'ailleurs.)

    Pour que les communes ne s'appauvrissent pas de trop, pour que les maires ne se révoltent que modérément (déjà que les regroupements de communes indignent les édiles communales...), mais surtout pour que les petites gens puissent continuer d'acheter, l'échange marchand étant le nerf de la guerre du libéralisme économique, qu'il soit néo ou pas, les municipalités, donc, je le conjecture, auront bientôt le droit de décider par elles-mêmes du taux de la taxe foncière (ce en quoi je peux faire erreur, une autre mesure, de même type, pourrait être prise, voireP1010080.JPG même aucune décision de ce genre être décidée, mais cette décision serait dans la logique de la pratique gouvernementale actuelle).

    Ce qui, bien sûr, mènera à son augmentation, ce qui pénalisera les propriétaires qui risquent de mettre en vente le foncier qu'ils louent, ceci pouvant générer un crash immobilier pouvant entrainer l'économie mondiale à sa faillite.

    Pour éviter ce phénomène pervers, cela conduira inéluctablement le gouvernement à libéraliser les prix des loyers.

    Ce qui pénalisera, devinez qui, les plus pauvres, chômeurs, retraités et travailleurs pauvres.

    Et la boucle sera bouclée, boucle de rétroaction s'entend.

    Bon, ne leur demandons pas grand  chose, aux macronnistes-philippards, même ceux sortant des universités ne saisissent rien à la politique, ni à l'économie, d'ailleurs.

    Mais vous pouvez, amis lecteurs, observer cette parcellisation de leur pensée les conduisant à cette ahurissante et illogique tentative de rééquilibrage d'une instabilité économique qu'ils ont eux-mêmes créé, montrant de manière P1010151.JPGcaricaturale leur impossibilité totale d'avoir une vision globale de la situation.

    Les conduisant, de plus, à accroitre le ressentiment populaire à leur égard.

    Je vous avoue ne pas avoir vraiment conceptualisé ce que peut être une pensée globale, cette idée ne me restant, pour l'essentiel, que purement intuitive puisqu'elle m'est quasiment naturelle, toutefois j'y jetterais, au-dedans de ce billet, les premières bases réflexives.

    Je vais surtout donner ici un exemple basé sur un ensemble d'informations présentes et prendre grand soin de montrer que cet outil conceptuel ne peut être en rien une panacée, celui-ci pouvant se révéler faux en nous forçant de mettre dans un même ensemble des événements qui, en réalité, n'ont pas de réels liens entre-eux.

    Mais même si cet outil ne peut être d'une sûreté absolu, il n'en reste pas moins d'une grande utilité conceptuelle.P1010026.JPG

    Lire la suite

  • Indétermination, suite et fin.

    Je me suis aperçu que ce thème de détermination/indétermination n'était pas vraiment complet, je vous soumets donc l'achèvement d'une réflexion.

    Il me semble normal que je puisse être critiqué, que des désaccords, pourquoi pas absolus, se soulèvent, des précisions soient menées par d'autres, ou une refondation sur ma perception de la chose.

    En revanche, ce qui me chagrinerait ce serait qu'il y aurait réaction sans qu'il n'y ait eu compréhension.

    Quoi qu'il en soit, chacun à le droit de s'exprimer ou de ne pas le faire.

    Bon , quand à moi, je vais prendre un bon bouquin et lire un peu, ça me reposera, je corrigerais plus tard.

    C'est fou comme une longue concentration me fatigue et, ça, depuis que je suis petit, je pense que c'est pour cela que ne fus pas un élève assidu.

    Ceci dit, bonne lecture à tous, je vous conseille de commencer par le premier de ces textes, puis le second et enfin celui-ci, mais vous pouvez faire comme bon vous semble.

     

    P1010042.JPG

    Lire la suite