Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

appel à une nouvelle renaissance

  • De Monsieur Asselineau à l'U.P.R.: le retour populaire normal, logique et naturel au patriotisme.

    P1010040.JPG

    Je suis régulièrement l'évolution du nombre d'adhérents à l'Union Populaire Républicaine et, là, en deux jours, 42 personnes s'y sont inscrites, passant de 29 084 à 29 126, du 2 au 4 Novembre 2017, ce qui, depuis la fin des dernières élections, ne s'était pas produit ( https://www.upr.fr/ ).

    (bien que je puisse être en désaccord relatif avec Monsieur Asselineau sur deux points:

    1) la France se débarrassera de l'Union-Européenne lors de l'effondrement de l'économie-monde, ce qui détruira l'union, bien qu'avec un petit peu de chance, le France-quitte puisse s'effectuer avant, ce à quoi je ne crois guère;

    2) la tentative de partition de la Catalogne d'avec l'Espagne montre, à mon sens, l'arrêt de la construction européenne des eurorégions, il est vrai également que le président de l'U.P.R. ne peut qu'avoir plus d'informations en main que ce que, derrière mon écran, je ne pourrais jamais récolter.

    J'ai toutefois remarqué que ce que j'annonçais pour demain pouvait se révéler vrai en un temps infiniment plus long.

    Pour le reste, je m'inscris en plein de ses positions politiques.)

    Le nom de ce parti fut bien choisi puisque nous sommes bien en une époque d'un retour au républicanisme tel que je l'avais pressenti il y a longtemps, d'un phénomène que j'appelle une rétrogression historique (je ne trouve plus le premierP1010056.JPG texte où j'y faisais mention mais ici j'y donne la définition ( troisiemes-aphorismes-et-quelques-billevesees-5848694.html )).

    A mon sens, l'existence de l'U.P.R. et, aujourd'hui, de son dynamisme présent, signe le renouveau d'une pensée politique qui fut abandonnée depuis quelques bonnes décennies.

    Ce renouveau s'accompagnera, s'accompagne déjà de celui de la religion séculière du pays, le catholicisme, ainsi que de celui d'un autre mouvement politique situé entre le formel et l'informel, l'anarchisme.

    Cela étant dû, comme je l'ai plusieurs fois mentionné, à l'effondrement idéologique qui, à cette heure, est en voie de son achèvement, ce que l'élection de Monsieur Macron marque de façon flagrante.

    Cet effondrement provenant de ce que les mouvements antérieurs, de gauche à droite jusqu'à ce qui se fait appelé les extrêmes, ne représente plus que les vagues traces de ce qu'ils furent et représentèrent par le passé.

    Ainsi, que Les Insoumis, à l'insoumission toute relative, puisse être dits de la gauche de la gauche par les journalistes bon teint, laisse sur mon visage de ce sourire narquois de celui comprenant toute l’ironie de cette appellation.

    Quand au F.N., l'éviction de Monsieur Philippot et de ses proche laisse dorénavant à ses cadres libre cours à des gesticulations ne cachant dorénavant que très peu leur affection immodérée pour l'U.E..

    Il ne reste donc plus, comme mouvement politique officiel, que l'Union-P1010071.JPGEuropéenne, même Lutte-Ouvrière est européiste (j'en ai discuté deux, trois fois avec quelques-uns de leurs représentants avec toujours le même résultat).

    Mouvement politique officiel, puisque l'autre, l'U.P.R., est le parti renégat  voulant que la nation se retire d'une union montrant autant une intransigeance idéologique manifestement néolibérale, une tyrannique tendance à la toute puissance de ses fonctionnaires et une vaniteuse arrogance face aux élus de la république et au peuple: de Monsieur Junker, pour rappel: "  Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. ".

    Ce monsieur faisant mention aux G.O.P.E., soit les décisions unilatérales de l'U.E. faisant obligation pour les états (du type d'une réglementation de la cuisson des frites, démontrant la dimension délirante et débilitante d'une union sclérosée).

    Et dire que je me suis quasiment fait traité de facho pour avoir affirmé que la France devait quitter cette union sous une présidence asseliniste.

    Tiens, d'ailleurs, je vous offre ce néologisme, "asseliniste".

    Et puis, européistes contre asselinistes, ça sonne bien à l'oreille, non?

    Ceci dit, avant ces élections nationales, j'avais fait une erreur en pensant que la monté, à l'époque, du nombre des adhérents de l'U.P.R. serait exponentielle.

    Il va maintenant attendre un peu pour voir ce qu'il en sera de son développement.

    Pour en revenir à la raison de ce billet, je m'égare, je m'égare...

    Comme je l'avais noté il y a longtemps et plus haut ici, nous sommes entrés dans unP1010084.JPG processus de rétrogression historique, ce qui veut dire que notre société retourne partiellement et momentanément à une période passée que je situerais entre la fin du XIX° et début du XX° siècle.

    Ce phénomène, largement inconscient, visible par le retour de la mode masculine de la barbe, reprendra des thèmes passés, déformés par les représentations modernes que nous en avons, sans que nous perdions vraiment notre modernité.

    Ce sera un truc assez complexe, donc, qui, de plus, nous sera tout à fait naturel, ce qui nous ne le rendrait que très peu visible.

    Cela pourrait aller jusqu'au retour partiel à la traction animale, par exemple.

    Mais aussi à une inventivité débridée sur tous les sujets, ce qui ne sera pas un mal, une appétence forte à la politique, comme il se faisait d'antan, un remplissage des églises, donc, mais aussi, peut-être, une régression de la condition féminine, une réouverture des mines, un retour à l'alcoolisme, voire à des découvertes scientifiques stupéfiantes et un renouveau de la création artistique.

    La différence principale, mais de taille, d'avec ce passé, en sera surtout de la disparition des descendants décatis de la bourgeoisie de l'époque, ceux que nous nommons les oligarques.

    Ça se cristallisera après que l'économie globalisé heureuse fasse faillite et que les États-Unis-d'Amérique n'existent plus, soit en tant qu'empire, soit en tant que nation, soit même se retrouvant en pleine guerre civile.

    Le temps qu'il nous sera nécessaire pour refaire un tissus industriel avec toutes les difficultés que cela sous-tend et dont je vous ai entretenu P1010160.JPGauparavant en fin de ce texte ( de-la-geopolitique-a-la-geostrategie-le-present-de-la-france-5980618.html ).

    Quand à l'Allemagne, elle, pourrait bien se retrouver à se fragmenter comme cela se fut peu de temps avant la disparition du Saint-Empire-Romain-Germanique par la décision et les armes de Napoléon 1er.

    Quand à sinon, bon ben, je vous avoue que je ne sais pas vraiment quelle forme réelle cela prendra, tout ce que j'en dis c'est que nous ferons un petit retour en arrière pendant une à deux décennies, sur une base solide, de celle sur laquelle nous pourrons nous appuyer pour pouvoir repartir en avant, la première moitié de la troisième république.

    Avant l'époque où les ancêtres de nos notables commencèrent à croire que seule au-delà de la Manche puis de l'océan Atlantique régnait le bon goût, l'intelligence et la modernité, sans songer qu'en France aussi cela pouvait exister.

    Avant l'époque où nos élites commencèrent à se détester et à haïr ce qui fait la France, ce qui a doucement percolé jusqu'au fin fond des campagnes et au plus profond des âmes, aidé en cela par le traumatisme de deux guerres mondiales.

    C'est cela qui disparaîtra bientôt.

     

     

    THEURICP1010087.JPG

  • Economie: ça sent mauvais.

    Si j'avais créé ce blog ce fut pour trois raisons:

    -l'effondrement économique aujourd'hui en accélération;

    -suivi d'une guerre de très grande ampleur, mondialisée peut-être, qui pourrait suivre, non pas sous la forme qu'elle est supputé en ce moment;

    -un obscurantisme sévissant depuis des décennies, que j'avais relevé autant en moi-même que tout autour de moi.

    Ces trois phénomènes étant intimement liés.

    Je l'avais ouvert en Novembre 2009, ça fait un bail, bientôt huit longues années.

    Certains des billets les plus anciens, obsolètes, furent supprimés, mais les tous P1000889.JPGpremiers subsistent, dont celui initial ( les-elites-cachees.html ) qui, à la vérité, racontait la douleur de ma solitude et ma compréhension de celle que vivent ceux qui ont une même équivalence d'existence.

    Maintenant, nous nous retrouvons à faire face à une économie-monde ne cessant de se dégrader, un site, celui de Monsieur Jovanovic ( blog.htm ) le montre par la liste des fermetures d'entreprises nationales et internationales qui, au fil des années et des mois, tendent à l'accroissement continuel.

    Bien que je sois loin d'être en accord avec la majorité de ses présupposés idéologiques, je reconnais la qualité de son travail d'information.

    Ce fut sur la base de ce que j'y lisais, fermetures d'entreprises et mises au chômage, que j'émis l'idée d'une désindustrialisation généralisée, qui s'amorça peut de temps après que la Grèce ait été ruinée.

    Cela montrant, comme j'ai pu l'expliquer auparavant, que la-dite désindustrialisation est le signe le plus visible de ce que la globalisation économique est entrée, depuis quelque temps déjà, au-dedans d'une autodestruction rapide.

    Mais un autre signe semble aussi le montrer.

    C'est ce que je vous propose que nous explorions ensemble.

    P.S.:

    Au fait, j'allais oublier, en complément de mon billet précédent sur la Catalogne, cette affaire et son développement montre une chose: la construction européenne des eurorégions étant forclose, c'est l'Union-Européenne qui explosera d'elle-même.P1000851.JPG

    Cet arrêt évolutif dû à ce que les pays de l'union, la Chine, même les U.S.A., ainsi que d'autres, ne veulent pas d'une partition de la Catalogne d'avec l'Espagne, ceci lié au verrouillage passé de l'U.E., institutionnellement, politiquement et idéologiquement, mènera à des dissensions telles que des discordes multiples entre les états de la-dite union ne pourrons que se développer.

    Puisque le système ne pourra pas s'y adapter et qu'aucun projet de substitution ne pourra être mis en place en raison même de ce triple verrouillage dû à ce que l'accord de tous les états membre est requis pour qu'il soit accepté.

    Échec et mat!

    De plus, en raison même des tentations qui s'expriment au nord de l'Italie, les catalans ne peuvent que subir une grande violence.

    Je pense que, désormais, en plus de l'empire U.S. déclinant, la banque Rothschild aussi veut détruire l'U.E. pour atteindre l'Allemagne, pour des raisons historiques de vengeances inconscientes, plusieurs personnes de cette famille étant mortes assassinées en camp de concentration lors de la Shoah.

    Et devinez qui a aidé, par l'entremise du cabinet Bilderberg, Monsieur Macron et le R.E.M. à prendre le pouvoir en France?

     

     

     

    Lire la suite

  • Rapide réflexion sur la Catalogne.

    Quand on y réfléchit bien, ce qu'il se passe en Catalogne n'est pas bien clair, bien que tout cela s'éclaircit progressivement.

    Mais pour voir ça, il nous faut explorer l'équilibre des forces.

    Dorénavant c'est l'Allemagne qui dirige l'union-Européenne et non plus les États-unis-d'Amérique.

    Il est vrai que Monsieur Macron avait travaillé dans la banque Rothschild et que ce fut l'officine Bilderberg, d’obédience impériale U.S., qui l'avait adoubé pour devenir président, qu'antérieurement ce fut le patron d'A.X.A. qui l'avait découvert et, enfin, ce fut monseigneur Attali (l'homme qui fait son jacques), américanolâtre s'il en fut, qui l'avait présenté au publique.

    Tous d'essence ou proche de l’impérium américanum.

    Ainsi je pose le postulat que notre président de la république est sûrement, comme Sarkozy, un agent U.S. (pour Hollande, c'est plus complexe).

    IMGP0317.JPGIl est à remarquer que Madame Merkel s'était déplacé pour aller voir qui était ce freluquet (bien qu'elle puisse jouer double jeu Allemagne/U.S., c'est possible, la Stasi avait-elle un dossier sur elle, et si oui, qui le détiendrait?).

    Surtout, la Germanie veut prendre le contrôle de l'armement atomique français par le biais de l'Union-Européenne.

    Cela dit pour bien montrer que ce pays s'est grandement déconnecté de la domination étasunienne, c'en est pour moi la preuve essentielle, les autres points étant moins démonstratifs.

    Or, ce qu'il se passe en Catalogne en ce moment met l'Allemagne merkélienne au défi.

    La situation allemande n'est, en effet, pas si folichonne que cela, monté de la pauvreté, trop grand nombre d'immigrés, trop de vieux trop pauvre en trop grand nombre, banques n'étant pas tant en si bonne forme que cela, ralentissement économique....

    Et puis, longue est la tradition du Saint-Empire-Romain-Germanique d'une prise de distance et d'indépendance de ses différents duchés, ce fut d'ailleurs la Prusse de Bismarck qui regroupa, au XIX° siècle, par force et par ruse, les nombreux composants de ce qui deviendra l'Allemagne d'après la guerre contre la France de 1870.

    Je ne serais donc pas surpris, même si nous n'en avons aucune information, que quelques länder aient des velléités d'indépendances, ne serait-ce que de sa partie anciennement de l'est, ce qui doit plus qu'agacer, faire craindre le pire au gouvernement allemand: un éclatement de son pays.Photo0012.jpg

    De plus, d'autres nations européennes doivent redouter un phénomène similaire, d'autant plus que tous ont conservé en mémoire de ce qu'il s'était passé lors de la séparation du Kosovo d'avec la Serbie, surtout qui en fut l'instigateur (il se dirait que cela proviendrait de l'empire U.S., en tout cas c'est bien l'aviation de ce pays et de l'O.T.A.N. qui bombarda les serbes).

    Ceci posé, revenons à la Catalogne.

    Si l'Union-Européenne a donné une fin de non recevoir aux indépendantistes, c'est, je le suppute (bonjour madame) fortement, parce que nombre de pays de l'union ne veulent pas entendre parler d'indépendantisme régional.

    Plus encore, il est fort possible que certains d'entre-eux aient mis sur la balance la menace de l'activation du fameux article 50 de la pseudo-constitution européenne (formalisant la séparation d'un pays d'avec l'U.E.) si l'administration Junker donnait un blanc-seing aux indépendantistes catalans.

    Ainsi pourrait se comprendre la violence policière avec laquelle le gouvernement espagnole a réagit lors de ce référendum, peut-être même sur ordre du gouvernement allemand.

    Un petit peu comme ce qu'il s'était passé en Grèce sur le plan économique, ce qui arrive en Catalogne serait là pour décourager d'autres populations européennes, dont celles d'Allemagnes, de vouloir faire sécession.

    PICT0374.JPG

    Mais allons plus loin, voulez-vous.

    Si mon hypothèse posant que les U.S.A. trumpiens veulent, avec ses alliés russes, britanniques et chinois, détruire l'Union-européenne pour, par ricochet, mettre en faillite l'euro pour atteindre le dollar et qu'enfin le gouvernement de Trump se débarrasse de ses oligarques se retrouvant ruinés.

    Alors cette votation des régionalistes catalans deviendrait une magnifique manœuvre (oui, oui, je sais, il y a des personnes qui souffrent dans cette affaire) dont le but serait d'atteindre une oligarchie étasunienne devenue trop puissante dans son pays mais qui se révèlerait, en réalité, d'une stupidité telle qu'elle ne percevrait pas un piège si intelligible.

    Du-moins, sinon intelligible, toutefois plausible, voire possible, qui mériterait au moins d'être pris en compte.

    Parce que si le référendum catalan fonctionne, les texans pourraient être amené à faire la même chose, les écossais recommencer le leur, or je ne pense pas que les U.S.A. et la Grande-Bretagne, voire la Russie et la Chine qui ont aussi, surtout la Chine, des régions agitées, verraient çà de la meilleurs des façons.

    Et quand bien même les oligarques étasuniens, britanniques, allemands etPICT0406.JPG européens en apprécieraient le geste, les gouvernements, leur armée et leur services secrets auront, quoi qu'il se passe, le dernier mot.

    Or les reculades de Monsieur Puigdemont, ses ambiguïtés sûrement contraintes, au sujet de l'indépendance de la catalogne ( catalogne-carles-puigdemont-promet-l-independance-et-appelle-au-dialogue-avec-madrid_5199021_3214.html ), montrent que les forces en présences vont bien au-delà de l'Espagne.

    Ce qui a plus que fortement déstabilisé un ensemble populaire et multiple d'indépendantisme, entre indépendantistes et autonomistes, que les difficultés actuelles tend à faire diverger, l'annonce faite auparavant du départ des banques de Barcelone n'y étant pas pour rien.

    Mais aussi, nous pouvons y percevoir que les eurorégions, qui était l'un des projets centraux et structurants de l'Union-Européenne et de sa construction, ne peut qu'être que désormais forclos.

    La raison en est simple: si les catalans obtiennent leur indépendance, si la région d'un pays de l'U.E. devient indépendante, pourquoi un pays ne demanderait-il pas son indépendance de l'Union-Européenne?

    De fait, cette affaire est en train de devenir un magnifique foutoir où les contradictions internes de l'U.E., de ses pays constituant et des présupposés idéologique qui les traversent commencent à devenir proprement visibles et ingérables.

    Mais revenons un bref instant à la politique française.

    Dans cette affaire, nous avons vu que Monsieur Macron avait désapprouvé le référendum sur l'indépendance catalane, décision allant en droite ligne des désidératas européiste et, surtout, germaniques.

    Or, comme je l'ai montré plus haut, Ce fut bien grâce à une officine étasunienne, Bilderberg que Monsieur Macron fut élu à son poste, puissance étasunienne en lutte d'influence d'avec l'Allemagne, pas seulement dans l'U.E..

    Ce qui veut dire que notre président de la République se trouve désormais à avoir deux maîtres aux nécessités contradictoires et contraires.

    Ce qui, rapidement, va le placer dans une situation de double contrainte, sauf à ce qu'il trahisse l'une ou l'autre de ces forces, ce qui peut que le mener à tous les dangers.

    Il aura donc, à un moment donné, le choix, si je puis dire, entre la folie ou des risques de déstabilisations grandissants.

     

    PICT0351.JPG

    Si j'écris ce texte, c'est qu'il m'a semblé que l'ensemble de ces événements ne collaient pas, ou, dit autrement, que les explications qui en sont donnés ne cadrent pas avec l'ensemble des faits.

    Et donc il m'a paru important de vous en faire part, qui que vous soyez, amis lecteurs, pour que vous soyez conscient des jeux et enjeux complexes dont nous pouvons facilement devenir les pions involontaires et insouciants.

    Je déplore ainsi ce qu'il se passe là-bas, qui n'est que le résultat d'un ensemble de manipulations entrecroisés dont les peuples crédules font les frais.

    Un empire (U.S.) agonise devant nos yeux, sans que nous le percevions toujours, restant toutefois d'une telle puissance et d'une telle amplitude que sa disparition ne peut et ne pourra pas se faire sans de nombreux soubresauts.

    De plus, d'autres puissances agissantes sont présentes, bien que parfois elles puissent opérer en plein jour, d'autres fois elles agissent dans le clair-obscur, ou même en pleine obscurité.

    Soyez conscient qu'un état a ses propres intérêts et, comme toute institution, se sait mortel, c'est pourquoi il mettra tout en œuvre pour se préserver.

    Alors amis lecteurs, ne soyez pas dupes, sans pour cela exagérer dans des complots IMGP0488.JPGimaginaires, les faits doivent vous guider, ainsi que les démarches naturels des-dits états, des passions humaines, celles des individus, celles des peuples, celles des nations et celles des foules.

    Voici pour finir:

    Il y a: l'évident, le certain, le probable, le possible, le plausible, l'improbable, l'impossible et l'inexistant.

     

     

    THEURIC

  • De la conduite suicidaire.

    La conduite suicidaire, autrement nommé "fuite en avant", voilà ce que plus de toutes choses au monde ne cesse de me questionner et, ce, depuis fort longtemps.

    La raison en est là, il y a les processus d'aveuglements, c'est à dire ces personnes qui ne perçoivent pas, qui ne peuvent percevoir ni concevoir, quelles qu'en soient les raisons, que la situation qu'elles vivaient auparavant se transforme et que si cette personne ne fait pas évoluer sa manière d'être et de faire, cela la conduira, à terme, à une catastrophe.

    P1000825.JPGCela à ne pas confondre avec l'adolescent, jeune ou vieux, qui prend des risques juste par manque de maturité, parce qu'il ne comprend pas la nature de ces risques.

    Tout comme les suicides, soient en raison appels au-secours qui peuvent tuer si la personne n'est pas sauvée à temps, ou le suicide vrai, de celui ou celle qui a le sentiment, réel ou supposé, qu'il n'y a plus d'existence sociale pour lui ou elle.

    Donc la conduite suicidaire existe et, là, vraiment, je me perds presque en conjecture, c'est pourquoi je me vais tenter d'en démêler les mécanismes.

    Une conduite suicidaire consiste à avoir en main toutes les informations et les capacités requise pour agir au mieux mais de ne pas en tenir compte ou, même, d'agir à l'inverse de ce qu'une action adaptée réclamerait.

    Bien évidemment, des causes psychologiques profondes sont à l’œuvre pour que le sujet prenne ainsi de mauvaises décisions, contraire à ses propres intérêts ainsi que ce ceux des responsabilités dont il a la charge.

    Ce processus, individuel et/ou collectif, ne peut avoir, en effet, d'origine que dans les basfonds de la psychologie humaine.

    Celui-ci, provenant donc d'un aveuglement, c'est à dire d'une impossibilité de percevoir la réalité, ne peut qu'être que la résultante d'une inadéquation plus ou moins totale entre ce qui est perçu et le sens qui en est donné, en une façon d'autosuggestion inconsciente.P1000896.JPG

    Nous avons tous vécu, sous une forme ou une autre, des situations analogues où nous nous retrouvions à nous débattre dans un imbroglio événementiel, parfois plus que détestable, provenant de ce que nous n'avions pas saisi, sur le moment, que nos actions étaient défectueuses parce qu'inadapté au moment vécu.

    Mais c'est lorsque la personne ou le groupe de personne, voire la société, ne perçoit pas l'imbroglio dans lequel il patauge et ne cesse de s'enferrer en continuant d'agir comme à l'accoutumé que nous pouvons parler de conduite suicidaire.

    Et il s'agit donc bien là d'un aveuglement que nous pourrions dire pathologique si la conduite inadaptée se perpétue, quand bien même les effets produits par les actions et les choix faits se révèlent inefficaces, ou pire encore, contreproductifs.

    Ce sont donc ces aveuglements qu'il s'agit ici d'analyser puisque c'est de là que proviennent les conduites suicidaires.

    Le cerveau humain est, de nature, extrêmement jeune à l'échelle de l'évolution, c'est pourquoi ses mécanismes de fonctionnement sont très fragiles.

    Maladies mentales nombreuses, phobies diverses, névroses multiples, perversités infinies, ..., cette fragilité de notre système nerveux centrale provient de ce qu'il dû P1000853.JPGévoluer en seulement un petit peu plus de deux millions d'années et que les mécanismes sociaux, censément faits pour aider l'enfant et le jeune adulte à le structurer, ne cesse de se transformer depuis seulement une quinzaine de millier d'années (avènement du néolithique), au même rythme rapide que celui des sociétés.

    Certes, divers mécanismes de préservation sont en place, évanouissement lors d'un choc psychologique brutal, distanciation émotionnelle pour éviter un stress trop violent, endormissement, état d'hébétude, vive colère, crise hystérique, recherche d'ivresses de toutes sortes, ..., etc..., et aveuglement psychologique, au centre de notre réflexion du jour.

    La raison en étant de protéger au mieux nos complexes et fragiles fonctionnement neuronaux à une douleur se révélant, lorsque les mécanismes de compensation psychique se retrouvent dépassés, par une situation ou un événement donné, tel que des contradictions entre les désirs et les habitus sociaux, un risque mortel, corporel ou social, passé ou présent, un rejet social, la confrontation avec un concept, voire une conjoncture contraire aux présupposés du sujet.....

    Ce qui peut, sinon, conduire, si ce mécanisme de préservation se retrouve débordé, voire déficient,  à une dépression, un état délirant, un abandon de la vie sociale, une tendance à la dépendance aux stupéfiant, de la violence souvent idiote, ..., tous ces processus mettant en lumière la déstabilisation des fonctionnements neuronaux.

    L'aveuglement psychologique, donc, est l'un de ces mécanismes salvateurs quiP1000909.JPG peuvent permettre, pour un temps, au cerveau d'éviter de se retrouver perturbé de telle sorte qu'il en vienne à dysfonctionner.

    Pour un temps seulement car la nature des faits s'accumulant en vient à déborder les capacités de négation  de la réalité du sujet, ce qui permet à celui-ci de donner du sens à ce qu'il vit se retrouvant donc, de ce fait, nié par la matérialité de ce qu'il se passe.

    De plus, au fur et à mesure que cette matérialité se fait plus présente et pressente, la négation, par le sujet, de son existence ne peut que monter en puissance, ce qui peut s'accompagner d'une reformulation de cette négation de la réalité en lui redonnant un sens différent.

    Le plus souvent sous la forme d'une radicalisation de la position prise et d'une projection sur d'autre(s) de l'inefficacité des actions menées.

    Jusqu'à ce que, les conditions évoluant continuellement, en contradiction accrue d'avec les croyances du ou des sujets, en viennent à un tel point que ceux-ci ne sont plus en capacité de nier la réalité.

    Dès ce moment, les mécanismes de compensations psychiques se retrouvent débordées et, dans l'incapacité de protéger les circuits neuronaux, cèdent, ce qui conduit à une violente décompensation psychologique de ce ou ces sujets par la P1000449.JPGdéstabilisation de leur "composition de sens" (j'appelle "composition de sens" l'ensemble des compréhensions que chacun de nous se fait du monde avec toutes ses composantes conscientes et inconscientes), menant à ces désordres mentaux dont je vous ai rapidement entretenu plus haut.

    Cet aveuglement psychologique, cette fuite en avant, est parfaitement lisible et visible dedans les décisions gouvernementales actuelles qui ne sont, en réalité, que les recommandations et demandes pressantes des oligarchies européistes germano-françaises (Merkel) et bancaires franco-allemandes, européennes et étasuniennes (de moins en moins pour ces dernières), ainsi que tous ceux qui les accompagnent en leur prêtant mainforte.

    Leur conduite suicidaire se poursuivra de tout son cours, je le pense, tel que je l'ai montré ici, jusqu'à ce que la réalité, devenue incontournable, ne vienne fracasser leurs dangereux fantasmes.

    Ainsi, à mon sens, ce n'est pas seulement l'Union-Européenne, sa soit-disant construction et l'économisme-dogmatique, idée que j'avais développé ici ( de-la-fin-de-l-economisme-dogmatique-5973481.html ), qui serait pour eux en jeu aujourd'hui, mais aussi la structure même de leur mental qui pourrait bien exploser dès que cet ensemble idéologique aura volé en éclat.P1010158.JPG

    Parce qu'autant les russes, même les plus empreints de l'idéologie communiste, à la disparition de l'U.R.S.S., purent se reposer sur un capitalisme certes violent et rapace, mais pouvant sans problème prendre la place du régime soviétique disparu.

    Autant en France et dans le reste de l'Europe, rien ne pourra remplacer la doctrine complexe de ce que ne sera bientôt plus l'économisme dogmatique, n'ayant plus qu'une seule formulation, celle du néolibéralisme en voie avancée de délitement.

    Hormis, comme j'ai déjà pu en parler, de structures politiques et/ou conventionnelles plus anciennes encore, telles que la religions traditionnelle du pays, le catholicisme en France, le patriotisme pouvant prendre forme, parfois, du nationalisme et un anarchisme multiforme.

    C'est pourquoi je ne serais pas surpris que les plus conscients, les plus intelligents et/ou les plus fragiles des oligarques nationaux et européens, du personnel politique qui y est lié, écologistes et F.N. compris, des journalistes officiels et de bien d'autre personnalités composant cette mouvance néolibérale aux multiples facettes doctrinales, dont celle dite du réchauffement climatique anthropogénique.

    C'est pourquoi, dis-je, je ne serais pas surprit qu'un certain nombre d'entre-eux P1000637.JPGcommencent à décompenser de la disparition prochaine de ce qui avait structuré leur mental tout au long de leur vie, sans qu'il puissent s'en soustraire et, ce, quelle qu'en soient les raisons psychologiques.

    C'est pourquoi aussi la violence d'état, en France, ne pourra que s'accroitre au même rythme que le néolibéralisme montrera ses signes de faiblesse.

     

     

     

    THEURIC

    P1000924.JPG

  • De la géopolitique à la géostratégie, le présent de la France immobile.

    La France immobile, l’en-titre peut paraître fort de café.

    Mais dorénavant, les enjeux internationaux se font sans que nous-autres français (gouvernement compris, d'autant plus quand nous voyons de quoi il est fait) n'aient grand chose à en dire.

    Ainsi notre pays se retrouve aujourd'hui à n'être que l'acteur immobile d'intérêts dont il est le centre et sera, de ce fait, bientôt, secoué en tous sens.

    De fait, ce qu'en seconde partie je proposerais à votre réflexion, je ne pourrais en apporter pas grandes confirmations.

    P1000698.JPGTout juste s'agirait-il de preuves indirectes, le résultat d'introspections, d'un discernement des tensions internationaux actuels, des anatocismes (synonyme d'intérêt puisque nous nous devons d'éviter de répéter les mêmes mots), des anatocismes, donc, des nations qui comptent dans le monde, en y faisant appel à la logique et à la cohérence des principes politiques, économiques et géographiques.

    Il me semble bénéfique, toutefois, que nous nous penchions sur les raisons qui font que la France soit devenue à ce point importante qu'elle puisse se retrouver au milieu d'une lourde sourde et discrète lutte (si la lutte est discrète, elle ne peut qu'être sourde, n'est-ce pas?).

    En fait, il y a deux camps, j'y écarte rapidement les notions de bien et de mal que nous réserverons aux enfants, une approche, plutôt, de ce qui serait à notre avantage étant d'une accroche autrement plus logique et adulte.

    Un sentiment de bizarrerie, de fantasmagorie, voire de rocambolesque pourrait s'en dégager, ceci parce que nous n'avons plus l'habitude de considérer les autres états autrement que de la manière très infantile de ce que peuvent en dire les médiats officiels et la majorité du personnel politique.

    Il y a aussi le fait qu'une évolution politique extrêmement rapide s'est effectuée en un an à  peine, en Grande-Bretagne avec le brexit et aux États-Unis-d'Amérique avec l'élection de Donald Trump,  ainsi que la monté en puissance de l'Allemagne de Merkel, ce qui a totalement rebattu les cartes géopolitiques de l'Occident et deP1010119.JPG l'U.E. en très peu de temps.

    Pour autant, la question n'est pas, à mon sens, que j'aie tord ou raison, mais que nous prenions collectivement conscience que notre nation se trouve dans un monde où les autres, de nations, avec leurs enjeux propre à chacunes, agissent au mieux de leurs intérêts, ce que, en définitive, le macronisme philippard ne fait absolument pas.

    Y préférant, ainsi, ceux de ceux qui l'ont mis en place, soit l'administration de l'Union-européenne, le Gouvernement allemand, la banque Rothschild et les oligarques monétaristes français, étasuniens et européens.

    Je terminerai ce billet en redonnant l'adresse, situé sur ce blog, d'un texte montrant les effets les plus violents de l'effondrement économique généralisé qui arrive, puis je redonnerai les conseils de ce qu'il me semble le mieux de faire pour s'y préparer.

    Alors, je vous propose que nous y allons voir:

    Lire la suite

  • Du macronisme philippard en marche: en route pour les dérives.

    Je me fais penser au sieur tirant sur l'ambulance, mais que voulez-vous, ce qui était prévisible survient: nos zélés zélotes du macronisme philippard que sont les députés de la République En Marche font tout pour.

    Certes, je ne vais pas jeter le bébé avec l'eau du bain, certains ne peuvent qu'être que d’honnêtes et intelligents élus qui, bon an mal an, désirent remplir au mieux leur fonction électif, quand bien même je ne suis absolument pas d'accord avec leurs présupposés idéologiques.

    P1010080.JPGMais comment considérer avec sérieux ces derniers lorsque l'on connaît les dérives que certains de ceux-ci commettent.

    Bon, passons rapidement sur les, euh, imperfections (?) de certaines des candidates de ce parti lors de ces élections législatives ( video-une-candidate-en-marche-se-ridiculise-sur-internet-84991 ), ( video-performance-desastreuse-dune-candidate-en-marche-sur-france-3-84729 ), ( video-la-candidate-en-marche-dans-le-rhone-expose-son-incompetence-la-television-84949 ),  j'en comprends que personne ne leur a donné la possibilité ni le temps de s'instruire un minimum de ce que peut être la communication politique.

    Ces trois dames avaient juste voulu faire preuve d'un petit peu de langue de bois, malheureusement, çà, ça s'apprend, parler pour ne rien dire est un exercice difficile, même avec une anti-sèche devant soi, et qui, comme tout, doit s'enseigner, faites l'expérience, amis lecteurs, en vous essayant au gromelot, vous verrez, ce n'est pas si évident que ça.

    Cela ne peut que vouloir dire que celles-ci furent envoyées devant les caméras sans qu'elles aient reçu la moindre formation initiale, jetées en pâture devant les médias sans filet qu'elles ont été, comme le taureau dans l'arène, le lapin devant le furet.

    En fait, nos propagandistes en chef furent tellement assurés que leurs manipulations mentales fonctionneraient qu'ils n'ont même pas pris la peine deP1010046.JPG former leurs futurs élus.

    De plus, cela ne veut que dire que seul le formatage idéologique suffisait à ces propagandistes, du reste, ils s'en foutaient complètement, elles auraient pu bêler que c’eût été, pour eux, du pareil au même.

    Le principal ayant été que Monsieur Macron obtienne la majorité à l'Assemblée-Nationale, quelle que puisse être la personne qui serait élue du moment qu'elle obéirait aveuglément aux décisions de l'oligarchie.

    Or, comme écrit plus haut, ce qui était prévisible survient et les débordements de ces zélés zélotes se suivent, sans se ressembler, heureusement, pour eux, du-moins (et puis ça nous donne l'occasion de rigoler un peu).

    Ainsi a-t-on appris, il y a peu, qu'un de ceux-là, Monsieur El Guerrab, aurait tabasser l'un de ses anciens camarade du P.S., cadre de ce parti de son état, Monsieur Faure.

    J'en ai lu quelques articles et, ma foi, il est visible que les journalistes doivent vraiment ramer pour justifier cette agression, en  accusant, à demi-mots, la victime d'avoir été le premier agresseur.

    Elle aurait ainsi tenu le poignet de l'assaillant en le traitant de "sale arabe", plus P1000758.JPGquelques mots d'oiseaux, pourquoi ce dernier n'a-t-il pas porté plainte plutôt que de le frapper, avec son casque, au demeurant, l'envoyant à l'hôpital, manquant autant de jugeote que de contrôle.

    Croyez-vous vraiment qu'un homme politique d'expérience laisserait passer une pareille aubaine, un coup sur la tête et il peut dire n'importe quoi, perte d'équilibre, douleurs aux cervicales, troubles du sommeil, ça ne peut pas se prouver?

    Croyez-vous aussi vraiment que les gens du P.S., enfin ceux qui reste, n'ont pas l'envie vibrante de se venger?

    D'ailleurs, comme je l'ai déjà dit, ils ne sont pas les seuls, ceux de L.R. aussi doivent attendre les marcheurs à reculons au coin du bois.

    Pour l'instant, ils patientent, et vous allez voir un de ces quatre, quand les R.E.M.s ne s'y attendront pas, quand ils seront bien fragilisés, comment ces vieux de la vieille de ces anciens partis politiques vont te les piéger, comment ils vont te les éparpiller façon puzzle, et tous ensemble iront à l'hallali en plus, P.S. & L.R..

    "Sus au macronisme", qu'ils diront, "taïaut, taïaut, taïaut et Monjoie! Saint-Denis!"

    L'ennemi de mon ennemi est mon ami, n'est-ce pas?P1000879.JPG

    Enfin  bref, il aurait pu, si ces injures sont réels, ce qui reste à prouver, attendre, comme l'ont fait maints politiques, pour se venger plus tard, ou même, à l'ancienne, dans un style troisième république, proposer un duel à l'épée comme l'avait fait Gaston Defferre et René Ribière il y a une soixantaine d'année.

    Au moins aurions-nous rigolé un peu et ridicule pour ridicule, Monsieur El Gerrab aurait certes perdu également la face au-devant de ses électeurs, mais avec élégance.

    Il aurait même pu user d'humour, comme Monsieur Chirac en son temps qui avait répondu, en tendant la main à un quidam qui l'apostrophait en criant: "enculé: "Moi c'est Chirac, enchanté."

    Donc, il a certes été mis en examen par le juge d'instruction et, de ce fait, démissionné de R.E.M. mais devinez quoi, il se retrouve maintenant à la commission de la défense ( #more-106802 ).

    Comme quoi dorénavant les élus de R.E.M. ne peuvent que se sentir intouchables.

    Un autre cas, montrant et démontrant le sentiment d'impunité de ces élus, me paraît révélateur de l'incroyable impudence de ces gens.

    Madame Pascale Fontenel-Personne, propriétaire d'une agence de voyage dans la P1010071.JPGSartre, organisait de petites visites de l'Assemblée-Nationale, contre la somme sonnante et trébuchante de 119€ que, bien entendu, elle conservait ( visites-payantes-a-l-assemblee-que-risque-la-deputee-pascale-fontenel-personne_2363377.html ).

    Il n'y  a pas de petits bénéfices, n'est-ce pas?

    Sans comprendre le sens de sa fonction élective, de ses responsabilités majeurs face à ses concitoyens, de la représentativité qui est sienne face à la nation, de son simple sens du devoir, cette façon de faire éclaire de manière incontestable que pour une partie de ceux de R.E.M. (le rem est l'unité de mesure nationale des effets biologique de la radioactivité, à l'international c'est le sievert, comme quoi nous comprenons cette propagande, les R.E.M.s sont radio-actifs, hi, hi, hi) qui se devraient d'élaborer et de voter les lois, ne perçoivent, de leurs fonctions, que leurs intérêts propres.

    Et les autres, tous les autres qui y croient, et ben, ils commencent tout juste à comprendre qu'ils se sont fait couillonner dans les grandes largeurs.

    Je suis allé voir le site C.A.M.E.M. ( https://www.camem.org/ ), association des adhérents en désaccord avec la direction de la République en Marche sans démarche.

    Quels naïfs, mais quels naïfs ils font, il se font balader comme des gamins, n'ont rien compris de ce qu'ils représentent réellement (rien) et, surtout, à qui ils ont affaire.

    D'ailleurs, il doit en être de même de quelques députés d'E.M., comme ce P1010058.JPGmathématicien, Cédric Villani, loin d'être sot mais qui n'a pas saisi que ni la politique, ni l'économie, du reste, ne sont des sciences réellement mathématisables.

    Sciences humaines, oui, du domaine de la sociologie, c'est vrai, mais tout autant de l'anthropologie, de l'histoire, de l'organisation, de la philosophie et de bien d'autres domaines qui ne peuvent être ceux ayant trait aux mathématiques, ou à la marge.

    Pour l'instant tout est beau, tout est rose, mais bientôt les oligarques leurs montreront leur visage grimaçant et les lois qu'ils auront à voter se révèleront de plus en plus souvent autant absurdes que contrintuitives, voire parfois ubuesques et destructrice.

    Et alors là, cette bleusaille si naïve en politique, qui se rêvait de tracer la voie pour la modernisation de la France, qui se rêvait fondatrice d'un lendemain qui chante, pourra se dire honteux et confus: "Mais mon dieu, qu'ai-je fait dans cette galère!".

    "Tout beau parleur vit au dépend de celui qui l'écoute", disait d'antan Lafontaine par le  bec du corbeau.

    Cette leçon leur vaudra plus qu'un fromage, sans doute, parce que ce n'est pas un renard qu'ils ont ouï mais bien des loups, ressemblant à ceux qui, d'antan, étaient déjà entrés dans Paris.

     

     

    P1010040.JPGTHEURIC

  • De la fin de l'économisme dogmatique.

    Par nature, un système politique d'une époque, d'un pays, d'un lieu donnée s'appuie sur un ensemble de représentations collectives, idéologiques, certes, mais plus encore, symboliques.

    P1000840.JPGIl ne pourrait en être autrement, sauf à ce que le dit système ne disparaisse rapidement.

    C'est lorsque celui-ci se retrouve proche de sa fin que ces représentations tendent autant à leur caricaturisation (je vous l'ai dit, j'aime les néologismes) qu'à leur délitement.

    Et c'est dans ce même temps que sont formulés les premiers traits d'un renouvellement doctrinal annonçant une refondation des-dites représentations et, donc, des structures politiques, mais aussi religieuses, des pays et des peuples.

    Ainsi ne serait-il pas surprenant que des philosophes grecs ou romains antiques aient anticipé ce qui serait plus tard la féodalité.

    Au même titre que ce furent ceux de notre XVIII° siècle, dits des lumières, qui présagèrent ce qui deviendra plus tard la démocratie libérale.

    Démocratie libérale qui, en réalité, se relève de deux composantes distinctes:

    -D'une part le capitalisme sous toutes ses formes, fascisme compris (le franquisme espagnole de 1939 à 1977 ayant plutôt ressemblé à un absolutisme néo-féodal), ainsi que son inverse, la démocratie populaire, là encore sous toutes ses composantes;

    -D'autre part la démocratie représentative qui se révèle avoir été, dès le XIX° siècle, peu ou prou, dominé et régenté par le dit capitalisme ou par ses diverses opposésP1000886.JPG que furent les nations communistes.

    Si nous prenons en compte cela, alors la déduction en est simple à comprendre:

    Aucune société n'a, jusqu'à présent, jamais pleinement réalisé une société réellement démocratique, représentative ou de toute autre forme, puisque toutes celles qui, jusqu'à maintenant, se sont formulées comme telles furent, d'une manière ou d'une autre, régentées par la et/ou les pensées de l'économisme dogmatique ( qui est de considérer les questions économiques comme étant principiel à toute autre considération politique ).

    Voilà le piège dans lequel  nos anciens se sont enferrés et dedans lequel s'enferrent toujours l'immense majorité de nos contemporains:

    La démocratie et l'économisme dogmatique sont, comme je l'ai écrit plus haut, de nature totalement dissemblable, quand bien même se sont-ils développés à la même époque et se furent rapidement intimement liés, à tel poins que maintenant nous ne savons plus discerner ce qui est de l'esprit de la première comme de la seconde.

    Donc, notre époque n'est pas caractérisé par la disparition des principes démocratiques qui, bon an mal an, traversent et irriguent le conscient et l'inconscient des peuples européens (dont russes), occidentaux (dont japonais), et P1010086.JPGmondiaux, mais bien par la disparition en cours du dernier représentant de cet économisme dogmatique, celle de sa dernière et finale représentation qu'est le néolibéralisme en un syncrétisme économico-politique parfois ubuesque (l'administration de l'U.E. ayant, par exemple, mis en place une norme sur la cuisson des frites).

    Néolibéralisme, d'ailleurs, qui lui aussi existe sous ses deux formalismes contradictoires et non pas inverses: monétariste et industriel.

    Eux aussi en confrontation, ce qui est largement perceptible aux U.S.A. par ce conflit entre le président de cette union, Monsieur Trump, et ses deux chambres législatives, quoi que nous puissions penser des positions politiques de chacun.

    Mais aussi de l'antagonisme dure entre la Grande-Bretagne du brexit et l'Union-Européenne, de celui entre les États-Unis-d'Amérique et la Russie et la Chine, celui aussi qui se joue au Vénézuéla, ainsi, même, entre celui qui commence à se faire jour, en France, entre une oligarchie bancaire et/ou mondialisée d'un coté, et industriel nationale, voire parfois patriotique, de l'autre.

    Ce que nous devrions rencontrer, bientôt, au sein même de ce nouveau parti politique protéiforme et incohérent, voire à la limite de l'irrationnel, qu'est la République En Marche (arrière).

    Il est à noter les choses suivantes:P1000881.JPG

    -Ce conflit entre monétarisme et industriel ne peut que se rencontrer partout en de multiples degrés puisque le néolibéralisme, idéologiquement et institutionnellement, s'est, si je puis dire, immiscé dans quasiment tout les pays.

    Ces forces industrielles représentant, ce qui peut paraître contradictoire, l'une des composantes de la structuration progressive d'une démocratisation réelle des sociétés humaines encore en ébauche.

    -La fascisation actuelle de la politique française est logique, autant, entre-autres, parce que le fascisme est l'une des formes que peut prendre l'économisme dogmatique, aussi en raison de la crainte que le peuple inspire aux oligarques nationaux, européens et étasuniens, de la situation industriel et agricole déplorable du pays, des frayeurs d'explosion de l'Union-Européenne qu'inspire à la synarchie européiste ( synarchie, gouvernement de plusieurs prince) le brexit britannique, d'où les tentatives de Monseigneur Macron de réformer ou, au moins, aménager les règles des travailleurs détachés de l'U.E. ...

    Ce qui est soit impossible, soit destructeur de l'union, puisque réformer un système politique triplement verrouillé, institutionnellement, politiquement et idéologiquement, ce qu'est l'Union-Européenne, ne peut qu'inéluctablement mener à son anéantissement, ce que l'U.R.S.S. nous démontra lors de la prise de pouvoir de Monsieur Gorbatchev.  )

    P1010040.JPG( Il est à remarquer que Natixis met en garde ses investisseurs d'un risque de révolution des seuls salariés en France ( https://lesmoutonsenrages.fr/2017/08/23/inegalites-cette-note-qui-fait-craindre-une-revolution-des-salaries-en-france/ ), confondant allègrement, comme le fit remarquer un commentateur de ce billet présenté en renvoi, révolte et révolution, comme quoi l'oligarchie mondialiste est, et de beaucoup, bien plus sotte et acculturée que beaucoup le pense.

    Il faut, en effet, pour qu'il y ait révolution, une alliance objective au sein de toutes les strates de la société, même au plus haut de l'échelle hiérarchique, les plus déterminantes étant qu'une telle alliance se fasse entre une bonne partie de celles liées aux métiers des armes, du savoir, de l'administration et du juridique d'avec le peuple, ce qui peut être possible, sinon cela ne reste qu'une révolte.

    Je vous renvoie aussi au site de l'U.P.R. ( marche-vers-repression-de-restrictions-budgetaires-22-millions-deuros-preparer-gazage-manifestants ) où y est exposé le bientôt achat par le ministère de l'intérieur, pour 22 millions d'euro (22 000 000€), d'armes et de munitions pour le maintien de l'ordre, ce qui montre bien combien nos oligarques savent le gouvernement et la majorité de l'assemblée nationale actuel comme illégitime et preuve s'il en est que les élections de cette année furent, d'une manière ou d'une autre, truquées. )P1010127.JPG

    -Enfin, vous remarquerez qu'il y a une concomitance, dès la seconde moitié du XVIII° siècle, entre la monté en puissance de la bourgeoisie, devenant progressivement le capitalisme, et celle des maffias.

    J'émets l'idée que cette concomitance est d'un abord logique si nous songeons que l'attrait à l'argent est le même moteur pour l'un comme pour les autres.

    La différence entre les deux résultait de ce que la bourgeoisie, ainsi que les capitalistes dans une moindre mesure, contrairement aux maffiosos, avaient le sens de la loi et de la raison, ce que leurs descendants, les néolibéraux, n'ont plus.

    La violence des pieuvres maffieuses de tous temps pouvant être mise en parallèle avec la (pas seulement) violence économique des néolibéraux d'aujourd'hui, impériaux (U.S.), européens et nationaux, la Grèce en connaît quelque chose, la France suivant bientôt.

    C'est pourquoi, là aussi, le renflouement, plus ou moins partielle, des banques par ces maffias, leurs liens tissés maintenant, l'aveuglement, voire le silence des gouvernements ( blanchiment-antonio-costa-criminels-col-blanc-9381.html ), créatures des banques, ne peut être qu'en cohérence avec ma théorie d'une P1010066.JPGréunification de toutes les anciennes formes que prenaient cette ancienne monté  en puissance de l'économisme dogmatique.

    C'est pourquoi également j'émets le postulat que ces maffias disparaîtrons en même temps que cet économisme dogmatique, puisque faisant parti du même terreau doctrinal.

     

    Tout ceci, tout ce que je viens d'exposer ici, montre la complexité de ce que fut hier l'économisme dogmatique, mais aussi que sa disparition actuelle ne peut qu'être qu'accompagnée que par un effondrement des mouvements de toutes sortes inhérent à la bourgeoisie puis au capitalisme d'antan qui, dès le début de ses phases d'émergence puis d'expansion, parurent.

    Ce processus pouvant être plus ou moins rapide suivant la nature de ces formations et de leurs idéologies.

    Notons tout de même que le communisme et les démocraties populaires furent les premiers à s'éteindre, bien que subsiste diverses groupes et pays qui s'en réclament, mais bon, pouvons-nous parler de démocratie, même populaire, en Corée du Nord, et de mouvement maoïste en Inde?

     

     

    THEURICP1010094.JPG

  • Il a marché dans notre futur et ça n'a pas marché!

    Voilà une courte vidéo que j'avais déjà regardé et qui, aujourd'hui, m'a fait rire ( https://lesmoutonsenrages.fr/ ).

    Un certain Vladimir Boukovski, ancien dissident soviétique de son état, nous avait prévenu, il y a quelques années, combien les liens de parenté entre l'U.R.S.S. d'hier et l'U.E. d'aujourd'hui sont flagrants (je remercie "Les Moutons Enragés" de l'avoir remonté à la surface).

    P1010108.JPGCeci me permet d'appuyer ce que j'ai pu déjà expliqué par ailleurs, soit que le capitalisme et le communisme soviétique d'alors étaient les deux représentations en inverse d'un formalisme idéologique semblable, auquel j'ai donné le nom d'économisme dogmatique.

    Qui est, comme j'ai pu déjà le montrer, de mettre, en tant que référence indépassable, l'économie au-devant de toute autre considération politique.

    "Mais alors", me demanderiez-vous, "pourquoi l'Union-Européenne a-t-elle développée ses pires travers après la disparition de  l'Union-des-Républiques-Socialistes-Soviétiques et non pas avant?"

    C'est justement la disparition de l'U.R.S.S. qui généra le déséquilibre qui, dans l'inconscient social des technocrates de Bruxelles et des responsables politiques des pays de la C.E.E., les poussèrent à créer ce monstre imbécile, aidés en cela par l'empire U.S., bien sûr, ses représentants, eux-mêmes, empreints des mêmes contraintes inconscientes.

    Ceci étant dû à ce que cette dualité que représentait la froide opposition hostile antérieur (la guerre froide), idéologique, géostratégique, géopolitique et, surtout, d'une base doctrinale en son inverse: économico-politique, U.S.A./U.R.S.S., se retrouva déstabilisé, d'où l'apparition, par un mécanisme de compensation, d'unP1010054.JPG système politique semblable à ce que fut l'Union-Soviétique: l'Union-Européenne.

    Vous remarquerez la concordance des dates: 1991 disparition de l'U.R.S.S., deux ans seulement après, 1993, création de l'U.E..

    D'ailleurs il était dit, à l'époque, que cette union avait de but de contrecarrer la puissance étasunienne, ce qui était faux par ailleurs.

    De fait, c'est donc cette déstabilisation de l'idéologie économie-dogmatique qui a généré l'émergence de l'U.E. en une ressemblance d'U.R.S.S..

    Il est à noter que les B.R.I.C.A. tendent à créer un système de libre échange, thème d'un papier précédent ( b-r-i-c-a-et-coquin-de-sort-neoliberalisme-quand-tu-nous-5968733.html ).

    Or, le libre échange, soit l'effacement commercial et monétaire des frontières, est la condition incontournable à l'existence du néolibéralisme.

    Que la Russie et la Chine, le premier anciennement communiste, le second qui devrait censément l'être puisqu'en portant le nom (Démocratie Populaire de Chine), puissent ainsi résolument se tourner vers un système capitalistique des plus caricaturaux pourrait paraître étrange.

    Ceci au moment même où Monsieur Trump, toujours en conflit semi-ouvert, semi-P1000879.JPGlarvé d'avec ses oligarques néocons (néoconservateurs, hi, hi, hi), tente de réformer son pays en voulant même, peu ou prou, refermer ses frontières, au moins partiellement, comme il le proclamait dans son programme d'élection.

    Nous voyons donc là une inversion, bien que partielle, des structures idéologiques Russie-Chine/Etasunis en un espace de 26 années.

    Quand à l'Europe, auparavant scindée en deux, elle se trouve toujours au centre de cette dualité.

    Hier sociale-démocrate et déjà créature de l'empire U.S. à l'ouest lors de la guerre-froide et de la confrontation est/ouest,  à l'est sous la direction soviétique du pacte de Varsovie, nous pouvons  percevoir qu'en fait et comme dit plus haut, c'est bien l'effondrement du bloc soviétique qui fit émerger l'Union-Européenne sous une structure semblable de ce que fut l'U.R.S.S..

    Ceci par l'inversion rapide, bien que partielle, de la dualité soviético-étasunienne/communisto-capitalistique.

    Certes, l'Union-Soviétique a disparu en 1991, mais ce basculement débuta plus tôt, à la toute fin des années 70 et début des années 80, avec les arrivées au pouvoir de Madame Thatcher en Grande-Bretagne (1979), de Messieurs Reagan aux U.S.A. P1010093.JPG(1981) et Deng Xiaoping en Chine (1978), de Monsieur Gorbatchev en U.R.S.S. (1985) en, enfin, de Messieurs Mitterrand en France (1981) et Kohl en Allemagne (1982).

    Ce sont ces personnages, devenus historiques, qui, de gré ou de force, menèrent leur pays respectif puis le reste du monde vers ce néolibéralisme qui, je le répète, est le dernier avatar de l'économisme-dogmatique.

    Cette doctrine binaire conduisit et structura les peuples et leur politique pendant tout le XX° siècle réel, soit de 1914 jusqu'à aujourd'hui, et en arrive maintenant à son aboutissement ultime, soit sa disparition par son effondrement en raison de son impossibilité de s'adapter à une évolution interne devenue trop rapide pour elle.

    Maintenant je vous propose d'observer ce que peut être le néolibéralisme sous l'optique de cet effondrement de cette dualité confrontante multi-décennale.

    Il est possible de percevoir cinq mouvements politiques simultanés importants depuis la disparition de l'U.R.S.S.:

    1) Création, donc, de l'Union-Européenne;

    P1010050.JPG2) Entrée du capitalisme néolibéral dans le fonctionnement économique, organisationnel et politique de la Russie et de la Chine (pour les trois autres pays, c'est quelque chose de plus logique);

    3) Faillite du bloc occidental, surtout des U.S.A. et de l'U.E. et endettement généralisé des pays, des peuples et de quasiment l'ensemble des institutions nationales et internationales, privées comme publiques;

    4) Effondrement mondial des frontières, ad minima pour le flux des marchandises et des monnaies;

    5) Véritable explosion technologique via l'informatique sous toutes ses formes.

    Il est loisible d'observer cet étrangeté qu'est un retour actuel à une guerre froide.

    L'agressivité de l'empire U.S. à l'endroit de la Russie et de la Chine, par la Corée du nord pour la seconde, est compréhensible si nous faisons référence à l'histoire.

    En effet, nombre d'empires en fin d'existence tendent à accentuer leur agressivité envers leurs voisins tout en étant de moins en moins dans la capacité de supporter un conflit ouvert.

    Je soupçonne, de plus, et de ça je vous en ai déjà parlé, que Monsieur Trump agasse ainsi ces deux géants afin qu'ils vendent leurs bons du trésor américain, mais bon, en réalité cela reste un soupçon, une  hypothèse de travail.

    En revanche, ce qu'il se passe au Vénézuéla est, en cela, intéressant.P1010133.JPG

    Je suis donc allé voir ce que détenait le Brésil en terme de bon du trésor américain ici ( news-dette-americaine-bonds-tresor-argent-chine-pays-japon-sannat ) et bingo, le Brésil est le pays qui en détenait le plus en 2015.

    Ce qui pourrait être une confirmation indirecte qu'en effet le gouvernement fédéral U.S. pousse les détenteurs de ces fameux bons à les revendre, ce qu'ils font déjà tous, même le Japon s'y met, hormis bien sûr les occidentaux, et encore.

    Ainsi, déjà en Janvier 2017, les pays détenteurs, se disait-il, vendaient une partie des bons qu'ils détenaient ( 22367-123-ECH_les-grands-creanciers-de-l-amerique-reduisent-leur-stock-de-bons-du-tresor.htm ).

    En fait, ce qui est le plus dangereux pour l'économie U.S. et les oligarques ce ne sont pas ces ventes mais la vitesse avec laquelle elles se font.

    Parce que plus elles sont rapide, plus cela risque de déstabiliser les équilibres précaires de l'économie U.S..

    De fait, politiquement, Monsieur Trump n'a plus le choix, soit il réduit ses oligarques, soit il est contraint de leur obéir et, en ce cas, il ne pourra pas réformer son pays, ce qui est tout de même son dessein.

    P1010086.JPG

     

    THEURIC

  • Théorie du complot ou la bêtise en marche.

    En vrai, je n'ai pas grand chose à reprocher aux manipulateurs d'officines et de leurs oligarques de chefs qui ne cessent de nous prendre pour des andouilles.

    Ils font leur boulot, les premiers j'espère grassement payés, pour trouver des tournures idiotes mais facilement assimilable par le commun de mortels, les seconds pour tenter de conserver leur pouvoir, mais vu leur peu d'intelligence, je ne pense pas qu'ils dureront encore bien longtemps.

    Hormis, bien sûr, le fait que leurs délires ne cesse de nous plonger, nous, la population, autant dans la déliquescence mentale, donc dans la déculturation, que dans une faillite universelle en tous points catastrophique.

    Mais bon, que de ces expressions telles que "théorie du complot" soient reprises par les journalistes sans qu'ils en aient saisies tout le ridicule et la bêtise, ne peut que P1000923.JPGmener l'homme et la femme de bien de considérer autant l'entièreté de leur formatage comme de leur peu de jugeote.

    Ainsi, pendant ces élections nationales qui se passèrent il n'y a que quelques mois à peine, Monsieur Asselineau n'eut que de cesse d'expliquer et de montrer combien l'Union-Européenne est, non pas une création justifiée d'homme d'état de pays européens indépendants et souverains, mais bien la créature et la possession colonisée d'un empire, celui des États-Unis-d'Amérique.

    Et chaque fois qu'il abordait ce thème dans les médiats officiels, et quelques autres d'ailleurs, la réponse journalistique fusait en pure réflexe pavlovien en cette sotte  question: "Ne seriez-vous pas complotiste?"!

    En inventant et en faisant employer, par ces journalistes et chroniqueurs (ah les alsaciennes) en vu, divers vocables et expressions de même genre, repris en cœur par une partie de la population, ces manipulateurs tentent d'empêcher monsieur et madame tout le monde de comprendre la réalité présente et dès lors passée.

    De fait, je ne vois pas en quoi dire que les États-Unis-d’Amérique est un empire et que la France, via l’Union-Européenne, en est l’une des colonies, au même titre de ce que fut, aux époques coloniales françaises, l’Indochine pour le Vietnam , peut représenter un mensonge quelconque, ce que tente de faire croire ces creuses oiseuses expressions.

    La réalité de la politique en effet est, de part l'histoire, que la vie dans les hautes sphères des sociétés fut et est toujours ponctuée de complots divers et variés,IMGP0448.JPG parfois intelligents, parfois stupides, parfois réussis, parfois ratés.

    D'ailleurs, en parlant de complot, nos nôtres ploutocrates nationaux devraient se demander si, lorsque Wall Street viendrait à flancher, ce qui surviendra à un moment ou à un autre, ceux, étasuniens, de ploutocrates, ne tenteront pas de ponctionner le capital du C.A.C.40. pour tenter de renflouer leurs bourses.

    Pensée qui m'amuse, à complotiste, complotiste et demi, non?

    Enfin, donc, ceci dit, analysons ce que peut vouloir dire ce mot de complotiste pour en dégoupiller son aspect pervers.

    Si nous allons voir ce qu’en dit le C.N.R.T.L. du C.N.R.S., c’est à dire rien ( http://www.cnrtl.fr/definition/complotiste ), il peut être, voire évidemment être considéré comme étant un néologisme.

    En soit, je n’ai rien contre les néologismes, moi-même en appréciant l’exercice.

    Un complot, toujours d’après ce même site, est soit un dessein secret de plusieurs personnes visant à nuire à l’autorité d’une personne publique ou à une institution, voire d’attenter à sa vie et/ou à son existence.

    P1000449 - Copie.JPGMais quelle définition pourrait-on donner à ce néologisme qu’est ce nouveau vocable de complotisme?

    Je proposerais celle-là: « Croyance imaginaire et fantasmatique en des complots inexistant », autrement appelé théorie du complot.

    Le petit Larousse en donnant la définition suivante:  » se dit de quelqu’un qui récuse la version communément admise d’un événement et cherche à démontrer que celui-ci résulte d’un complot fomenté par une minorité active  » que j’ai été pêcher sur, devinez quoi?

    Conspiraty Watch, en première ligne du moteur de recherche, et oui, encore un anglicisme idiot, enfin pas si idiot que ça, fleurant bon la manipulation impériale, empire U.S. auquel je ne reprocherais pas d’agir en tant que tel, l’histoire nous ayant montré de nombreuses fois qu’un empire étant ce qu’il est, pour lui agir différemment serait d’une dramatique erreur, erreur, d’ailleurs commise en Allemagne, ce qui permet à cette dernière sa nouvelle prise d’indépendance.

    Enfin bref.

    Complotisme et théorie du complot étant synonyme, je vais me pencher sur cette deuxième expression.

    En soit et par nature, une théorie n’a de valeur que par son caractère prédictif.

    Toujours sur le même site du C.N.R.T.L. ( th%C3%A9orie ), j'ai trouvé, pour le motP1000895.JPG théorie, les deux définitions suivantes:

    -" Ensemble de notions, d'idées, de concepts abstraits appliqués à un domaine particulier."

    -" Péj. Ensemble de spéculations, d'idées gratuites ou irréalistes exprimées de façon sentencieuse ou pédante et présentées de manière plus ou moins scientifique."

    Vous remarquerez que c'est la notion péjorative, la seconde, qui fut retenue par nos manipulateur, ce qui est logique.

    Mais que la première est celle que chacun d'entre-nous lui donne en un sens commun et qui, dans ce sens, voudrait dire que toute idée de complot serait réaliste.

    C'était comme si ces manipulateurs, involontairement (?), remettaient en cause les théories de l'électro-magnétisme ou de la physique quantique, entre-autre, tout en affirmant que ces complots existent.

    Ce non-sens, de la part de ces gens qui ont l'air de n'avoir pas une grande longueur de vue de ce que peut être la réalité, ne serait pas pour me surprendre.

    Plutôt que de théorie, il aurait été plus juste autant que précis d’utiliser un terme tel que illusoire, fantasmatique, imaginaire, fictif, spécieux, irréaliste…, la liste en étant longue.

    Fantasmatique complot ou complot spécieux eut été plus élégant, mais, du fait de P1000912.JPGl'imagination des gens de ces officines, ils ne doivent pas avoir les capacités suffisantes pour le comprendre, l'élégance ne peut être saisie à ce niveau là.

    Ceci tout en nous prenant tous pour des imbéciles, naturellement.

    Il est vrai, toutefois, que le mot même de théorie sonne bien mieux pour qui la manipulation mentale collective est d’une absolue nécessité, peut-être plus efficace pour éviter qu’un trop grand nombre de gens comprennent la réalité de ce qu’il se trame juste devant leur yeux.

    (Un manipulateur n'est que rarement un génie et peut être d'une personnalité sans grande intelligence, ce qui est même le plus souvent le cas, d'autant plus que ceux de ces officines doivent avoir suivi une formation ad oc.)

    Cela permettant, de plus, de mettre dans le même sac le délirant pour qui les francs-maçons (les pauvres qui, désormais, ne servent plus à grand chose et n’ont plus, de pouvoir, que celui qu’on leur prête), les sionistes (aux capacités autant restreintes) et autres reptiliens (qui serait des extraterrestres, terme apparu dans un dessin-animé japonais, symbole renvoyant à celui des dragons, serpent à plume et serpent cornu alchimique ( presque-une-petite-pose-en-politique-en-une-reflexion-de-nos-origines-en-59.html )), qui seraient la source de tous nos maux.

    Et, de l’autre coté, ceux qui ont fort bien saisi les nombreux tripatouillages U.S. dont nous sommes victimes et qui voudraient en avertir la population.

    De fait et si nous comprenons bien les raisons pour lesquelles ces expressions tellesP1000810.JPG que complotisme, complotiste et théorie du complot, voire antérieurement, conspirationnisme (il faut changer les expressions régulièrement, sinon elles perdent leur vigueur manipulatrice), furent mises sur la place publique, soit d’égarer l’homme et la femme curieux et intelligents de leur questionnement.

    Si nous comprenons bien cela, ça ne peut que vouloir dire qu’une seule chose: l’empire U.S. n’est plus en capacité de générer des machinations suffisamment discrètes pour que le commun des mortels en ignore tout.

    Certes, internet est un puissant outil laissant lisible et visible leurs-dites machinations, mais de plus ils ont perdu définitivement leur capacités intellectuelles.

    Il ne suffit que de songer à ce que peut être Monseigneur Macron.

    Appartenant en propre au retournement de sens employé avec (de moins en moins de) précision par des officines plus ou moins officieuses, usant de techniques publicitaire, ces expressions, dont ces journalistes et autre chroniqueurs en vu dans la presse de tous médiats ont tâche de propager, jouent leur rôle.

    La preuve en est le nombre de commentaires, dès que, sur un site, est remis en question bien des affirmations, tel que le réchauffement climatique anthropogénique ou le dynamisme économique mondial actuel, aussitôt y est repris le mot de P1000657.JPGcomplotisme, avec délectation et réelle colère, par pure réaction de déni.

    Quel est ce déni?

    Juste la fin assurée de ces Etasunis impériaux, que lui même prouve par l’emploi réflexe de ce terme sans grand sens devenu trivial, fin assurée lorsque nous savons que 102 millions environ de chômeurs de toutes sortes encombre ce pays ( http://www.businessbourse.com/2016/10/14/marc-fiorentino-leconomie-americaine-reste-en-pleine-incertitude/ ) sur 325millions d’habitants ( https://www.populationdata.net/pays/etats-unis/ ), ce qui, calcul fait sur une base de 324 millions en 2016 ( http://nouvelhumanisme.hautetfort.com/archive/2016/10/15/reflexion-mathematique-sur-le-pourcentage-de-chomeurs-aux-u-5861010.html ), donne le chiffre faramineux de 39, 35%.

    Soit, si nous arrondissons à 40% par facilité (oui, je sais, ce n’est pas très honnête mais c’est parlant, comme je l'ai dit, à manipulateur, manipulateur et demi, non?), nous fait tout de même près de 2/5ème de chômeur aux U.S.A..

    Je comprends dès lors l’angoisse existentielle et collective qui affecte une part de la population française et pourquoi elle laissa passer un Monsieur Macron, en tant que Président de la République, qui est à la politique française ce que le génie des alpages est à la vie pastorale: il est le dernier représentant de la pseudo-modernisation du pays par son américanisation forcée forcenée.

    Je comprends aussi pourquoi une si piètre manipulation peut être utiliser avec tant de facilité, au sein d'une population parfois, sinon souvent, de haut niveau d'étude.

    Souvenez-vous du film « Jour de fête » de jacques Tati, tout y était dit avant l’heure.PICT0111.JPG

     

     

    THEURIC

  • B.R.I.C.A. et coquin de sort: néolibéralisme, quand tu nous tiens.

    Comme les médiats officiels français tendent au vide cosmique, cosmétique, parfois même comique, je suis allé voir ce que Sputnik pouvait avoir à raconter par les temps qui courent.

    Je suis tombé là-dessus ( https://fr.sputniknews.com/international/201708041032519401-brics-plan-essor-industrie/ ) où y était expliqué que les ministres de l'industrie brésilien, russe, indien, chinois et sud-africain s'étaient réunis pour, ont-ils dit, "adopter un plan pour favoriser l'essor industriel".

    Rrrraaa lovely, comme aurait dit Super-Dupont de Gotlib, pourquoi donc ces pays ne reprendraient pas les recettes néolibérales qui conduisirent les européens, les étasuniens et autre occidentaux à leur ruine.

    Ben oui, pourquoi pas...

    Certes, cela semble se passer en une belle entente entre ces cinq états discutant enP1000749.JPG toute égalité: "Les B.R.I.C.A. font un pas en avant vers la mondialisation et le libre commerce..." y est-il explicité, la belle affaire.

    Les mêmes causes faisant les mêmes effets, cet accord ne pourra que mener ces pays qu'à leur ruine: le plus gros et le plus dynamique mangera les plus fragiles par la concurrence débridée, comme l'Allemagne le fit en Union-Européenne, qui ne leur vend désormais plus rien puisque le reste des nations de l'U.E. ont ainsi été ruinées.

    D'ailleurs c'est le but des accords de libre échange entre la même U.E. et le Canada, les allemands veulent manger les canadiens et les canadiens manger l'U.E..

    Si tant est que le système économique globalisé n'explose pas avant, bien sûr.

    Et après ça les imbéciles crieront: il faut faire des économies pour rembourser nos dettes, dettes que les mêmes, ou leurs semblables, ou ceux qui voudraient l'être (imbéciles, peut-être) ont générées ou ont accepté qu'elles le soient, d'ailleurs.

    Les états font des dettes parce que l'impôt diminue, sinon ils ne fonctionneraient plus, l'impôt diminue parce que des entreprises ferment (montée du chômage) et que les gens s'appauvrissent puisqu'il y a baisse des émoluments, il y a fermeture P1000865.JPGd'entreprises et baisse des émoluments parce qu'il y a la monté de la concurrence sans régulation entre les entreprises des différents pays et que, surtout, l'état ne peut pas soutenir les domaines où le pays est le plus fragile.

    En fait, si accords il y a entre les états, ce doit être au niveau de la régulation et de la légitimation de l'aide aux domaines faibles au sein de chacun des pays et non pas ouvrir les frontières à grands vents comme c'est la mode aujourd'hui.

    Ensuite nous pourrons dire: "Que le meilleurs gagne", mais pas avant!

    Ceci dit pour montrer que chacun des B.R.I.C.A. n'auront pas d'autres choix, à un moment ou à un autre, que de faire, pour chaque nation, pour les raison exposées plus haut, de la compétition salariale face aux autres pays, soit de faire baisser les émoluments de ceux qui sont en haut (pas trop haut tout de même), au milieu et en bas de l'échelle des payes.

    Ce qui entrainera la diminution des capacités d'achat des populations et la faillite des entreprises puisque, je le répète, les plus gros, les plus dynamiques, et/ou les plus malins, mangerons les plus petits ou les plus faibles et que les états auront de moins en moins les capacités d'action sur l'économie réelle de leur pays.

    N'oublions pas que seules les classes-moyennes font fonctionner la machinerie économique à l'intérieur des frontières d'un pays, et plus il y a de classes-moyennes, intellectuelles et/ou économique, mieux l'économie nationale fonctionne et, ceriseP1000718.JPG sur le gâteau, moins il y a de pauvre et de milliardaire.

    Appauvrir et déclasser les classes-moyennes ne mène, à terme, qu'à un seul effet: la ruine de tous, banques et milliardaires compris.

    C'est ce dont l'Occident et les pays pauvres crèvent!

    Mais pourquoi donc perpétuer des frontières à l'heure de la mondialisation?

    Bonne question à l'heure où la propagande néolibérale n'a même plus besoin de s'exercer.

    En fait, si les frontières deviennent si poreuses que la souveraineté économique s'en trouve tant affaiblie que l'état et son administration ne sait plus vraiment ce qui rentre et sort du pays, il n'y a plus échange entre état mais juste des mouvements de marchandise et d'argent entre particuliers, commerces, entreprises et banques.

    Et cette hyper-concurrence, qui ne pourra que monter en puissance, fera qu'à un moment donné seul une minorité des établissements subsisteront, les autres disparaîtrons inéluctablement.

    Des impôts peuvent certes être perçus, mais cet accroissement de la puissance des plus imposantes de ces entreprises, banques comprises, fera qu'il leur sera possible soit de soudoyer le personnel politique et administratif, soit de faire passer, via la P1000698.JPGpropagande, leur doctrine sur laquelle s'appuie leur puissance, soit, le plus souvent, ces deux actions simultanément.

    Ce qui fera que ces entreprises survivantes pourrons échapper à l'impôt en raison même de leur puissance.

    Elles deviendront, non pas un état dans l'état, mais d'une position mondiale au-dessus des états.

    Comme les gens, appauvris, auront de moins en moins la capacité d'acheter et que les états seront dans la situation de ne plus pouvoir fonctionner, la seule chose qui leur restera sera de contracter des crédits à certaines sociétés, soient aux banques, soient aux commerces de type hypermarchés.

    Pour les états, il en sera de même, sauf que, bien entendu, ils n'emprunteront pas aux hypermarchés, mais aux banques, aux assurances, aux sociétés spéculatives et à d'autres états, puis commenceront à échanger, via leur banque centrale, de l'argent papier ou électronique des Q.E. contre des reconnaissances de dettes qui s'appellent des bons du trésor.

    En fait, c'est plutôt imprécis, ce n'est pas comme ça que ça se passe et c'est beaucoup plus délirant, les banques-centrales des états prêtent de l'argent aux banques qui ensuite prêtent ce même argent aux états contre ces reconnaissances de dette bon du trésor qui, si j'ai bien compris, sont rachetés, pour partie, par les mêmes banques-centrales, avec un bénéfice pour les banques.

    Argent des Q.E. qui, rappelons le, ne vaut plus pipette puisque excessivement produit en rapport avec l'effondrement industriel du pays émetteur.

    Je crois que Pignouf n'aurait pas imaginé mieux, ou Quiri le clown ou n'importe quel comique troupier...

    Mais ces dettes, ben, il faut les rembourser, et ce remboursement fait que c'est de l'argent en moins pour pouvoir acheter ce qui est produit pour les particulier, mais aussi pour les états (le militaire, la police, la justice, l'instruction publique, ...etc, etc..., etc...).

    Phénomène qui appauvrit les entreprises puisqu'il y a moins à vendre, ce qui fait donc monter la concurrence inter-entreprise, et le cycle recommence (entre chaqueP1000878.JPG crise), jusqu'à ce que, à un moment donné, tout s'arrête.

    Je pose donc le postulat que ce sont donc les béances frontalières, accompagnées, il est vrai, de la charge doctrinale ad oc, le néolibéralisme, qui est la cause première de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le monde d'aujourd'hui.

    Sans compté les délires dont je ne viens de ne vous montrer qu'un tout petit exemple.

    En France, ce processus a pris plus de quarante années pour que nous en arrivions à la situation industrielle actuelle, sans l'Union-Européenne fascisante telle qu'elle est, plus que néolibérale, voire sans Union-Européenne du tout, nous n'en serions pas là, il est vrai, mais le chômage, avec ce néolibéralisme, bien que moindre, serait, je le pense, néanmoins bien présent.

    Et au niveau mondial la situation, bien moins catastrophique, serait tout de même préoccupante si les étasuniens n'avaient pas ouvert leurs frontières aux quatre vents mais juste de trois.

    Donc, la décision des B.R.I.C.A. est une erreur, compréhensible si nous songeons qu'elle a d'origine de pouvoir contourner la prédominance, la suprématie du dollar pour tout échange marchand international.

    Et puis, des pays comme la Chine et l'Inde purent se développer rapidement grâce, justement, à cette béance frontalière occidentale et aux faibles revenus de leur P1000724.JPGpopulation, qui aujourd'hui s'accroissent.

    Mais l'un comme l'autre, ainsi que les trois autres participants, hormis peut-être la Russie, se trouvent dans une situation difficile puisque l'appauvrissement continuelle des occidentaux fait que le nombre de leurs clients diminue, encore plus depuis 2008, ce qui ne peut que les appauvrir également.

    Or, ce fait ne peut que mener qu'à une scission de leur peuple d'avec l'état puisque celui-ci peut de moins en moins leur offrir ce rêve de classe-moyenne que chaque citoyen de ces pays commençait à voir venir sur le pas de sa porte.

    Et puis, l'appauvrissement de la population veut dire aussi appauvrissement de ces états, avec tous les dangers que cela comporte dont je vous ai entretenus plus haut.

    D'où leur nécessité de trouver une réponse rapide à cet affaiblissement étatique, ce qu'offre cette décision néolibérale d'accord qui ressemble infiniment, à s'y méprendre, à du libre-échange.

    En est puisqu'en porte de nom.

    De fait et par ce simple exemple, nous pouvons voir que tout le monde est piégé par un système économique qui, bien que totalement délirant, n'en est pas moins devenu absolument incontournable.

    Et cela n'ayant d'effet que de déstabiliser un petit peu plus un système économique globalisé déjà au seuil de son implosion.P1000879.JPG

     

     

    THEURIC

  • De l'agitation intellectuelle à la provocation.

    L'oligarchie française et européenne, terme que j'ai choisie en raison de l'écho auquel cela renvoie, soit l'époque Eltsine dans laquelle fut plongée la Russie d'alors, nous qui, à l'époque, en France, nous nous délections des mésaventures russes dues à la toute sotte puissance de ces nouveaux fortunés moscovites.

    IMGP0198.JPG

    Notre oligarchie, dis-je, qui nous confronte en usant et abusant de la formidable puissance de la propagande d'aujourd'hui, est, en réalité, bien que redoutable, d'une sottise sans nom.

    En cela ne croyez pas que celle-ci soit au-dessus de ce que peut être la moyenne de l'intelligence des français ( baisse-vertigineuse-qi-moyen-occident-etudes-tirent-sonnette-dalarme-nindiquent-dou-vient-cette-chute ), je me demande même, parfois, si elle se situerait pas en-dessous.

    Ce jugement, bien que sévère, doit être pesé et soupesé afin de se poser au plus proche de la réalité, que ce soit pour la population comme pour ceux qui la dirige réellement, soit la-dite oligarchie.

    D'ailleurs, ne nous y trompons pas, si Monsieur Macron, que, par ironie, je désigne  du sobriquet d'Emmanuel 1er, ainsi que ceux qui l'entourent, furent choisis par nos IMGP0088.JPGploutocrates, ce fut, entre-autre, en raison de leur peu de jugeote.

    Comprenez bien que si nous faisons référence de ce que fut l'ancien président Valérie Giscard-d’Estaing, lui-même lié à la banque Rothschild, tout comme il en est pour le président actuel, nous pouvons percevoir combien nos maîtres milliardaires, français, européens et étasuniens, ont perdu de leurs capacités intellectuelles.

    Du flonflon de l'accordéon que nous accordait ce maintenant vieillard il y a une quarantaine d'année, nous en sommes arrivés en notre temps à de la pauvre et sirupeuse macroniaiserie.

    En fait, ces deux comparses peuvent être comparés à un écho d'une époque, de ce que peut être l'esprit de ceux-là qui, hier, ne voulaient que contrôler les flux économiques des pays ouest-européen et qui, aujourd'hui, se pensent désormais les maîtres du monde.

    Descendants héritiers de personnages d'antan, certes sans vergogne, mais ayant encore de la sagacité, ils ne sont plus, à tout prendre, que leur pâle reflet, tout juste capable d'utiliser des outils de manipulation des peuples qui furent formalisés par le passé, par d'autres, scientifiques des sciences sociales et autres neurologues sans qui, en vrai, ils ne seraient rien.

    Ce n'est pas, donc, contre eux, contre la fatuité de cette aristocratie d'argent, ou, oserais-je le dire, contre çà, qu'il nous faut lutter prioritairement, mais contre cette inintelligence d'une part de la population provenant du rejet, plus ou moins exprimé, du plaisir et de l’appétence de comprendre le monde, de s'instruire de tout, de l'invention et de la découverte, ainsi que de l'apprentissage à la révélation duIMGP0202.JPG bien et du beau.

    Ce plaisir, bien que refoulé, est, en réalité, au plus profond de chacun d'entre-nous, blottit, parfois, au milieu de ce marasme de médiocrité qui nous est déversé à longueur de temps dans les médiats télévisuels et radiophoniques.

    Mais il est là et bien là parce que au cœur de ce qui fait de nous Homo Sapiens Sapiens et que j'appelle l'adanthropisme.

    (De ad-, qui va vers, et -Anthropos, l'Homme, que je définirais comme étant la tendance naturelle et inconsciente de chaque Être-Humain à être humain par, entre-autre, l'acquisition du savoir et des connaissances de ses pairs, des notables et de ses géniteurs, parents et anciens, par imitation et désir d'être l'égale à celui et ceux lui semblant éminents.

    C'est, ce me semble, ce plus que réflexe, cet archétype, peut-être le plus puissant qu'il soit, qui pousse l'enfant de bas âge à vouloir marcher, parler, savoir, comprendre, s'ériger en tant qu'homme ou femme futur, à devenir et être humain. )

    Pour redresser cet état de fait déplorable, il nous faut donc faire de l'agitation intellectuelle, faire preuve, chacun selon ses moyens, ses capacités et ses possibilités puisque nous aussi, à un degré moindre, sommes plongé dans ce marasme, d'imagination et d'humour, d'esprit et de raison, de curiosité et de sagacité et, surtout, de provoquer l'intelligence de celui qui est en P1000726.JPGface, ou lit, ou écoute, ou regarde et voit.

    Ce que Monsieur Asselineau nous montre à chacune de ses interventions.

    Le seul de la classe politique qui, de la provocation qu'il génère en notre intellect, de fait, ne nous prend pas pour des cons!

     

     

    THEURIC

  • De l'amateurisme en politique.

    Je vous ai déjà entretenu, amis lecteurs, des forces gigantesques qui, aujourd'hui, ne peuvent que discrètement se confronter à une présidence Macron et à son gouvernement philippard.

    (Ce surnom péjoratif que je donne à ce gouvernement et à ceux qui le soutiennent marque, je m'en rends compte, de manière étrange, l'achèvement d'une ère qui commença en 1830 sous Louis-Philippe 1er, appelée louis-philipparde, il y a 187 ans, avec le "Enrichissez-vous" de François Guizot.

    P1000626.JPGLes gouvernements de cette époque étant d'une autre trempe que ce qui nous gouverne aujourd'hui, sauf en ce qui concerne leur humanité, que ce soit de celle de ceux de maintenant comme de celle de ceux d'hier.

    Nos lointains héritiers de la bourgeoisie triomphante d'alors montrant, en effet, une bien pauvre mine au regard du dynamisme qui était de mise d'antan.

    Ce qui n'empêchait en  rien les vilénies, mauvaisetés, noirceurs et autres perfidies et trahisons qui, à y regarder de près, n'ont, en héritages, en rien changé en ces presque deux siècles entre cette bourgeoisie entreprenante d'alors et les amorphes néolibéraux de maintenant.)

    Aux britanniques, russes et étasuniens qui, comme je vous l'ai déjà raconté, se doivent, pour pouvoir réduire, voire détruire l'Allemagne via l'Union-Européenne (qu'elle contrôle dorénavant), de déstabiliser la France, viennent s'y surajouter d'autres forces autant françaises qu'internationales.

    De ces trois premiers, la Grande-Bretagne qui, en vieux réflexes, ne supporte pas qu'un pays européen puisse dominer le continent, la Russie qui conserve, de sa proche histoire (la seconde guerre mondiale), une considérable méfiance d'une Germanie puissante et des États-Unis-d'Amérique pour qui recomposer son économie ne peut que se commencer que par l'élimination d'au moins l'un de sesP1000792.JPG deux concurrents principaux, l'Allemagne et la Chine, le premier étant le plus fragile.

    De ces trois premiers, dis-je, aux solides et multiples raisons dont je ne vous ai exposées que les plus évidentes, une autre, incroyablement plus grave, ne peut qu'accroitre le nombre de pays qui, de l'est à l'ouest et du nord au sud, dedans et hors l'U.E., auraient décider de s'unir à ce trio dans son entreprise de décomposition de notre voisin outre-Rhin par celle de l'U.E.: l'Allemagne, en effet, a décider ni plus ni moins que de prendre la jouissance de la force de frappe française par l'entremise de l'union (  se-cache-derriere-projet-euro-nukes-dossier-etabli-vincent-brousseau).

    Entreprise suicidaire, s'il en est, de la part de Madame Merkel, inconséquence naturelle germanique que les européens connaissent depuis au moins un siècle, cette décision ne pourra qu'avoir d'incommensurables répercutions pour l'existence même de l'Union-Européenne et l'avenir présidentiel de Monsieur Macron ainsi que de son gouvernement.

    N'oublions pas non plus que, quand bien même la France détient le plus grand nombre de ces banques trop grosses pour faire faillite au bord de leur ruine, l'Allemagne a, quand à elle, celle, la plus importante d'Europe, dont la santé financière est la plus fragile: la Deutsche-Bank.

    A ceci, il faut y rajouter l'incroyable scandale que notre Président de la République a P1000190.JPGgénéré en forçant le général De Vilier à la démission, ce qui ne peut que conduire les militaires à rejeter l'actuel gouvernement en le considérant comme illégitime.

    N'oublions pas que se mettre les métiers des armes, dès lors les militaires, contre soi est, pour un gouvernement, l'une des pires sottises qu'il soit.

    Une autre, plus subtile mais aussi grave, est à signaler.

    Madame Pénicaud fut, entre-autre, une ancienne D.R.H. chez danone (directrice des ressources humaines) (considérer l'humain comme n'étant que de la ressource montre, à qui veut bien le voir, combien le peu de cas est fait des employés, ouvriers et cadres, les salariés en somme, des grandes sociétés, considérés, ainsi, à l'égal des ressources énergétiques, de matière première, voire du bétail, ensuite l'habitude fut prise dans les plus petites entreprises de nommer de même les chefs ou directeurs du personnel).

    Or, cette dame, historienne et psychologue de formation de ce qu'il s'en dit, qui sut confortablement pantoufler de nombreuses fois entre administration et entreprises, peut-elle comprendre que de vouloir gérer un pays comme on peut le faire d'une industrie c'est faire preuve d'une ignorance crasse de ce que peut être une nation?

    Je ne le pense pas.

    Si historienne et psychologue elle fut, elle ne dut pas avoir saisi la substance de ces deux matières hautement intellectuelles, étant dans l'impossibilité de comprendreP1000920.JPG autant les fulgurantes mutations des sociétés humaines ainsi que l’appétence psychologique d'une idéologie de quelque sorte qu'elle soit, ici le néolibéralisme.

    L'élection de Donald Trump à la présidence U.S. ainsi que celle de Thérésa May en tant que premier ministre du Royaume-Uni ne peut que démontrer, à tout un chacun, que ce néolibéralisme est désormais moribond.

    Avec tout se qui s'y rattache, de l'Union-Européenne aux béances frontalières, de l'ordolibéralisme germanique à la toute puissance bancaire, de la perte de souveraineté des peuples à l'économie comme seule horizon des décisions politiques, de la vassalisation à l'empire U.S. à celle due aux grands argentiers producteurs de pétrole et gaz, quitte à renier son âme... etc...etc... etc.

    Cette dame, donc, formatée néolibérale de cœur, comme il en est du pion chéri d'Attila Attali, de Bidelberg, des oligarques européens et mondialistes et de la Banque Rothschild, j'ai nommé Monsieur Macron, fera toutes les gaffes possibles et imaginables (ce dernier en fera d'autres, sûrement pires), ce qui accentuera la détestation de la population pour le gouvernement Philippe, déjà considéré comme illégitime.

    Cela en raison de son incapacité foncière de savoir utiliser à bon escient ce que la vie lui avait permis d'étudier en ses jeunes années, soient les méandres de la P1000409.JPGpsychologie humaine et, dès lors, de la sienne propre, ainsi que la nature des dynamismes historiques qui peuvent révéler, parfois, des retournements, transformations et chamboulements extrêmement rapides.

    Ce cher Philippe, justement, se révèle être l'un des seuls à comprendre, dans cette équipe, ce que peut être que la politique, d'ailleurs il fut choisi pour cela: être le chaperon de Monsieur Macron.

    Seul problème, ce dernier, si tant et tellement bien formaté, se croit réellement roi de France et de Navarre et s'entend à ce que tout le monde comprenne que, comme ses fantasmagoriques aïeux, c'est lui le seul légitime souverain en son royaume, devant Dieu et devant les hommes.

    Ainsi, depuis que le gouvernement actuel fut formé, depuis que le président de la République devant le congrès à Versailles fit sa fameuse, certains diront fumeuse, allocution du 3 Juillet, avant que son premier ministre ne fit son discours le lendemain, le 4 juillet, devant le parlement, il est patent que le garde-fou présidentiel ne peut remplir son rôle, en est dans l'impossibilité absolue.

    Monsieur Philippe, homme sûrement intelligent, subtil, sachant, avec la prestance, la souplesse et la finesse requise, retourner sa veste, ce qu'il montra en passant du P.S. à l'U.M.P en 2004, frustré de n'avoir pas de fonction réelle, risque de devenir un poids, voire un danger pour la République En Marche (arrière), pour son propre P1000135.JPGgouvernement et pour l'oligarchie.

    Et pour finir cette liste accablante, autant pour le pays que pour l'homme de bien un brin humaniste, penchons-nous sur le cas Nicolas Hulot.

    Hypocrite lors de ses émissions télés où il se présentait comme le sauveur de la faune et de la flore en allant en exploration grâce aux engins les plus modernes et les plus polluants, hypocrite ce sauveur aussi, en parangon de vertus, des peuples dits premiers, en détournait le visage pour ne pas croiser le regard de l'un de leur représentant, hypocrite ce plus écologiste des écologistes prenant l'avion, l'hélicoptère, le bateau à moteur et usait de tout un tas d'attirail qui, joliment, dérangeait la vie sauvage en la salissant.

    Il est aujourd'hui le thuriféraire de la décroissance, ce truc imbécile réservé aux ignares et aux utopistes, qui, si ce devait être appliqué, se révèlerait bien plus monstrueux et meurtrier que le communisme des Khmers rouges de Pol Pot.

    (A beaucoup plus de sept milliards d'habitants la Terre, seule la mécanisation et une agriculture raisonnée et raisonnable, alliées à une chimie douce et non dangereuse pour l'environnement peut nous éviter une baisse violente et substantielle de la P1000408.JPGpopulation mondiale.

    Déjà que la prochaine crise risquerait fortement d'être grandement meurtrière, pour les raisons que j'avais évoquées ici ( de-la-catastrophe-economique-qui-vient-5946580.html ), il n'est pas, dès lors, le moment d'en rajouter par des élucubrations oiseuses et dangereuses.

    Les transports, également, poseront problèmes et tant qu'il n'est pas possible de produire vraiment proprement et d’emmagasiner longuement de l'énergie électrique, le pétrole, le nucléaire, le gaz et le charbon resteront une nécessité.

    De fait, je ne peux prendre au sérieux un quelconque décroisseur, et même doute de son équilibre mental, si celui-ci utilise les outils modernes de déplacement, d'alimentation et de communication, ce qui pourrait peut-être se révéler être d'une forme de grave névrose, sait-on jamais, puisque le-dit décroisseur ferait le contraire de ce qu'il professe, ce que Monsieur Hulot ne cesse de faire, ne serait-ce qu'en étant ministre.)

    Rêvant de gloire et de célébrité, ayant une très haute estime de lui-même, ce qu'il partage avec son président, utopiste, donc, de la pire des idéologies, hypocrite puisque ne respectant pas lui-même ce qu'il envisagerait pour la population, cet  homme ne mérite pas le respect de la foule.

    Je me pose toutefois la question de savoir pourquoi il s'est ainsi engagé auprès d'Emmanuel 1er, est-ce par opportunisme, par naïveté, ce que je penserais bien, parP1000399.JPG plaisir du pouvoir ou parce qu'on fit pression sur lui?

    Ainsi pouvons-nous percevoir, par ces quelques exemples, combien l'équipe gouvernemental et le président sont fragiles, autant par leur nature propre que par les puissantes forces qui, dans l'ombre, attendent leur heure.

    Je n'ai pas mentionné les forces intérieures au pays qui, elles aussi, politiques, de droite, de gauche et d'ailleurs, syndicales, industrielles et autres qui, elles aussi, feront tout pour désarçonner cet En Marche et tout ce qui l'accompagne qui, de fait, marque l'achèvement d'une époque.

    Pour l'instant, tous, députés de la R.E.M. compris, marche (hi, hi, hi) sur le doux nuage de leur proche élection et désignation.

    Mais, je le suppute, dès Septembre, peut-être même bien avant, diverses agitations, manifestations et autres événements insolites ou pas, violents ou pas, viendront bouleverser ce sentiment de béatitude.

    Et le plus amusant dans tout cela, c'est que peu seront ceux qui en comprendront les fondements, croyant qu'ils furent élus grâce à leur vertus quand ce ne fut qu'à cause d'un matraquage médiatique continuel et féroce et sans se rendre compte que, plus que le peuple, ils sont tous les dindons d'une farce que beaucoup, à l'international, dès maintenant, s'impatiente d'engloutir dans ce vide dont, comme l'affirmait Monsieur Attali, ils sont tous issus.

     

    PICT0111.JPG

     

    THEURIC

  • Presque une petite pose en politique en une réflexion de nos origines.

    Bon, en ce moment je me sens en verve, trois billets quasiment à la suite, ça faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé.

    Le sujet que je vais aborder aujourd'hui traitera autant de l'origine d'Homo Sapiens Sapiens que de celle du singe, des ancêtres de nos ancêtres de nos ancêtres, de nos ancêtres en quelque sorte.

    Pour le reste, je vais ici donner ici un bref aperçu de ce qu'il se passe tant en politique qu'en économie (je vous renvoie à mes deux derniers textes pour ceux ne les ayant pas encore lus):

    P1000696.JPG

    Après que Monsieur Poutine ait donné le baisé de la mort à Madame Le Pen (l'avoir invité chez lui), la Russie se tourne vers le P.C.F. et Les Insoumis, ces derniers étant les plus réactifs.

    Il est à penser que, comme le veut les principes de la politique, l'unilatéralité idéologique d'Emmanuel 1er et des macronistes mènera inéluctablement ces deux partis à la radicalité.

    La police et l'armée, toutes deux épuisées, auront toutes les peines du monde pour réduire la violence sociale qui, de plus en plus, vient en réponse de la violence économique et politique de nos oligarques.

    Il y aura des morts dans la rue.

    Pendant ce temps là, l'U.P.R. qui, pour l'équipe philipparde, est en voie de marginalisation, se retrouvera devant un large boulevard puisque oublié par l'oligarchie et ces représentants (de commerce), ce qui lui permettra de se développer à l’abri de cette violence populaire et d'état qui vient, du-moins pour un temps.

    Dans l'empire U.S., Monsieur Trump n'a plus d'autre choix que de détruire l'oligarchie de son pays, pour cela il lui faut faire exploser le dollar et Wall Street.

    C'est pourquoi son armée ne cesse d'agacer la Chine et la Russie, ceci pour que ces nations en viennent à vendre en masse leurs bons du trésor U.S..

    En Grande-Bretagne, après que Madame May ait écarté les eurolâtre du parlement britannique lors de leurs dernières élections législatives, propose déjà à sa nation un brexit dur à cause de l'inflexibilité de l'U.E., ce qui ne pourra que mener à une déstabilisation accrue de l'union.

    Pendant ce temps là, la désindustrialisation internationale perdure et s'amplifie.

    Le signe le plus évident se trouve dans le prix de l'essence qui n'arrête pas de descendre.

    Il est à remarquer ce début de tendance, pour les grands-magasins, d'avoir des difficultés de réapprovisionnement.

    Je ne le répèterais jamais assez, faites vos réserves.

    Après six mois environ de tergiversations des russes et des étasuniens de savoir si oui ou non il fallait faire perdurer cet étrange expérience qu'est l'U.E., la décision de détruire l'U.E. paraît être définitivement prise.

    Le plan consisterait, me semble-t-il, à ruiner les banques et les oligarques français par la cessation de paiement du pays en rendant insolvable les habitants (monté des impôts et des intérêts des découverts) et, dans le même temps, à instrumentaliser leur colère logique et normal, au travers des syndicats notamment.

    D'où le cadeau que fit Monsieur Macron aux banques, sur les conseils de je ne sais qui travaillant pour je ne sais qui, en leur octroyant 5,75% d'intérêts en plus des 1% que le pays devrait normalement verser, faux cadeau qui, en réalité, est là pour générer la banqueroute des banques françaises trop grosses pour faire faillite, puisque les acheteurs potentiels disparaîtront.

    Nous pouvons percevoir là la naïveté, pour dire le moindre, de Monsieur Macron et de son équipe, Mitterrand en dirait qu'on y voit déjà à travers.

    Une fois l'une d'entre-elles faillit, c'est toute la chaîne des banques européennes qui suivra et, donc, en fin de course, la Deutsche-Bank, aussitôt et inéluctablement suivie des banques étasuniennes, un tel plan tordu ne pouvant être signé que par les anglais.

    Il est à noter que la lutte sourde que se mènent Goldman-Sachs et Roltschild en Europe continue (Macron, Attali, Minc sont les émanations de cette dernière), la seconde ayant pris pied en France, l'Union-Européenne, créature de la première, par l'entremise du Luxembourg, tente de l'y déloger par une accusation de blanchiment d'argent sale, sûrement avec raison du reste.

    Mais bon, c'est l'hôpital qui se moque de la charité, non?

    Une dernière chose:

    La désintégration du Front-National mène à ce que les plus extrémistes de ce parti, jusqu'à présent maintenus fermement par Le Pen père puis fille, tendent désormais à prendre leur indépendance et à agir par la violence.

    Encore peu structurés politiquement, ils représenteront, sous peu, avec, à l'autre extrême, la minorité des anarchistes, violents ceux-là (la majorité de ces derniers vivant en quasi autarcie), un danger supplémentaire pour le gouvernement.

    PICT0295.JPG

    Bon, tout ceci dit, je vous présente, comme promis, en seconde partie de ce libelle, une réflexion sur nos origine en posant deux simples questions: pourquoi les hominidés, dont nous sommes avec les chimpanzés, n'ont pas de queue et pourquoi l'existence des ongles et quels en furent leurs effets:

    Lire la suite

  • De la gouvernance macronbiotique à la soumission: brocard, dérision et indocilité.

    Dans mon texte précédent, je vous avais présenté les divers dangers que le gouvernement philippard  et ses suiveurs à la députation devront affronter sous peu.

    Je le fait suivre aujourd'hui d'une réflexion sur le président qui en chapeaute l'ensemble, j'ai-nommé Monsieur Macron, dit, suivant, Emmanuel 1er ou le fifils à sa maman.

    Puis j'aborderais rapidement avec vous la question centrale de la soumission puisque le but non avoué des prochaines actions gouvernementales et législatives consisteront, grâce à une violence économique, politique, voire policière, à plonger la population dans un profond asservissement.

    Je vous montrerais qu'il est possible d'y porter remède.

    Lire la suite

  • De Pyrrhus à Macron et de l'apparences de victoires.

    Il est de fait que ceux qui, en sous-main et pour de juteux profits futurs, politiques et/ou économiques, jetèrent toutes leurs énergies pour que Emmanuel 1er soit élu à la présidence de la république et ait une majorité écrasante à l'assemblée nationale, ont obtenus là une éclatante victoire.

    Du-moins sur le papier.

    En effet, que ce soit les-dits élus ainsi que leurs instigateurs, il n'est pas besoin de poser bien loin le regard pour observer les nombreux périls auxquels ils auront à faire face dans un avenir pas si lointain.

    D'ailleurs, je me suis demandé si la grève des transporteurs des produits dangereux, survenue peut de temps après l'élection de Monsieur Macron, n'était pas déjà un début d'action de déstabilisation dont il aurait été le destinataire.

    Il est possible de dénombrer les dangers desquels l'équipe gouvernemental devra,P1000817.JPG voire doit déjà se confronter:

    1) Bon nombre de ces nouveaux élus, dont certains au plus haut de la hiérarchie parlementaire et gouvernementale, n'ont pas une connaissance réelle de de que peut être la politique dans sa complexité autant institutionnelle que relationnelle.

    En soit, cela ne devrait pas poser de problème si le temps leur était donné d'en apprendre et comprendre les arcanes.

    Mais il n'est pas du tout sûr que ce temps là le leur soit accordé, lors, combien d'entre eux conserveront la tête froide s'il survenait de soudaines difficultés, d'autant plus que, par nature, celles-ci tendent à se produire par paquets, les emmerdes par peloton, comme le disait Chirac;

    2) Il est vrai que nombre de parlementaires des partis politiques dits de gouvernements, E.E.L.V./P.S./U.D.I./L.R. (hormis ceux du F.N.), se sont rangés du coté des livreurs de soupe.

    Elle est bonne, pourquoi s'en priveraient-ils?

    Mais sont-ils sûrs que les vieux briscards qui sont restés dans les rangs de leur ancienne organisation ne vont pas tenter, quand des signes de faiblesses et/ou d'ignorances se feront sentir, de lancer, à ceux d'En Marche(arrière), quelques chausses-trappes et autre croc-en-jambes, par esprit de vengeance ou tout P1000879.JPGsimplement pour reconquérir le pouvoir?

    Sans compter de François Hollande qui, sûrement, à dû savonné avec un plaisir indicible la planche sur laquelle Monsieur Macron se tient.

    Ainsi que les Insoumis qui ne peuvent qu'agir suivant la logique de la dénomination de leur parti au risque, sinon, de ne pas être pris au sérieux;

    3) Vais-je revenir sur ce sujet brulant qu'est la situation de l'économie-monde?

    S'il n'y avait pas l'aspect collectif de l'idéologie néolibérale partagée par le pouvoir législatif et exécutif actuel, nous pourrions penser que telle ou telle individualité pourrait entrainer avec elle d'autres personnes pour une action adaptée à une situation devenue catastrophique.

    Mais je crains que nous n'assistions plutôt à un affolement suivit d'un sauve-qui-peut général et voir le palais Bourbon et les bancs de l'assemblée nationale se vider telle qu'une baignoire;

    4) Les désirs orgiaques des oligarques nationaux, européens et internationaux ne peuvent pas ne pas s’aiguiser au vu de la semblance de toute puissance qu'ils ont acquis grâce à leur mise en place de leurs factotums à la direction de la France.

    Mais qui dit désirs, dit facilement jalousies et disputes multiples et continuelles avec, suivant, ordres et contrordres contradictoires avec, de plus, d'indicibles haines qui ne pourrons que se développer.

    Si l'un obtient gain de cause, l'autre ne sera-t-il pas tenter de se venger sur notreP1000747 - Copie.JPG gouvernement?

    5) Les États-Unis-d'Amérique de Trump, la Grande-Bretagne de May et la Russie de Poutine veulent abattre l'Union-Européenne, ceci pour des raisons propres à chacun d'eux.

    Pour cela, le plus simple et le plus rapide consiste à déstabiliser la France.

    Une huile bien bouillante ne peut qu'être déjà prête à être jeter sur la moindre flammèche qui ne pourra que s'allumer ici et là en notre beau pays;

    6) La faible de l'empire U.S., devenu flagrante, l'Allemagne en a profité pour prendre le pouvoir en U.E., l'équipe de Frau Merkel ayant pu vaincre facilement les velléités d'indépendance qu'avait prises la direction de l'Union-Européenne.

    L'intransigeance germanique ne peut que mener à une position impossible du gouvernement phillipard, surtout face à la population.

    Mais plus encore, elle ne peut que mener à la ruine de l'U.E. par celle des pays de l'union et, par là même, à la faillite universelle, si celle-ci ne se produit pas avant, ce qui est probable;

    7) Population qui, avant même les élections législatives, considérait déjà ces bientôt élus comme n'ayant que peu ou pas de légitimité.

    Je ne sais pas ce qu'il se passera dans l'année qui vient mais les six premiers mois passeront assez vite pour que nous le sachions rapidement.

    P1000873.JPGEt puis ça ne nous fera pas de mal de rigoler un peu, chacun son tour, non?

     

    Il est bien possible que beaucoup de gens adhérents de l'U.P.R., à un autre parti anti-U.E., voire n'ayant aucun lien de cet ordre, soient désappointés, affligés, désespérés par ces dernières élections.

    Or, rien n'est vraiment joué.

    Ce système qui, progressivement, fut mis en place depuis si longtemps en Europe, arrive aujourd'hui en bout de course, le brexit en fait foi.

    Certes, il est encore puissant, mais j'émets l'idée que l'élection même de Macron était une preuve de faiblesse, quand aux autres...

    Alors mes amis, plutôt que de vous morfondre, pour ceux qui se morfondent, dites-vous bien que ces élections sont les meilleurs choses qui pouvaient arriver en raison même de  cette fragilité intrinsèque que je vous ai exposé.

    Toute autre situation aurait été, et de beaucoup, infiniment plus dangereuse.

     

     

    THEURIC

    P1000698.JPG

  • La qualité génère de la qualité, la médiocrité génère de la médiocrité.

    Ce nouvel aphorisme, de mon cru, qui fait le titre de ce libelle, représente, à mon sens, l'époque particulière qui, en France, amorce un renouveau sociétal débuté dès que la campagne électorale des présidentielles officielles fut entamée.

    La modestie de Monsieur Asselineau dut-elle en souffrir, C'est autant sa P1000674.JPGdétermination, son intelligence humaine qu'intellectuelle qui permit à un pays au bord du chaos, la France, de commencer à se redresser en comprenant confusément le jeu particulièrement idiot et dangereux que ses élites, devenues d'une débilitante vulgarité, faisait jouer jusqu'à présent à sa population perdue de tout repère.

    Or, ce que montre et démontre les élections suivantes, législatives, par la démesure de l'abstention des premier et deuxième tour, ce fut bien la compréhension, encore indistincte, encore inconsciente, que ce qui nous était décrit par les médiats officiels était loin de représenter la réalité politique de la nation, en était même, sur de bien nombreux points, voire de la majorité des faits, l'exact inverse.

    Certes, les candidats de l'U.P.R. lors de ces élections eurent eux aussi à subir le délaissement populaire pour leur devoir civique et démocratique.

    Mais au-delà de la propagande éhonté qui fut exécuté à l'endroit de Monsieur Macron ainsi que pour son parti, dont ignominieuse marche future sera bien plus destructrice pour ses mandataires, laudateurs et serviteurs zélés que pour le reste de la population.

    Au-delà de cette propagande, dis-je, et de ses effets de court terme, ce fut bien cette émergence d'un désir profond de renouveau qui anima l'électeur et qui le fit, ainsi,P1000758.JPG momentanément se détourner d'enjeux démocratiques qui n'en ont plus, pour l'instant, qu'un reflet distant et déformé.

    C'est le germe de ce désir profond que Monsieur Asselineau commença à faire éclore en chacun de nous et qui se développera à son rythme suivant les événements qui ne sauront pas ne pas advenir.

    Ce germe ne concerne pas seulement la seule politique, loin de là, mais bien la substance même de ce qui compose l'intelligence humaine dans toutes ses dimensions, ce à quoi je fais référence dans l'intitulé de mon blog: "Appel à une nouvelle renaissance".

    En attendant, peu se faut pour que, demain, ce dédain populaire pour cette classe politique éreintée évolue sous forme de dégoût, voire de haine.

    Et ce d'autant plus que le système économique globalisé montre des signes de faiblesses d'une grande morbidité, or, je ne pense pas que l'actuel gouvernement serait dans la capacité de réagir avec la vigueur et la présence d'esprit nécessaire lors d'une catastrophe économique de cet ordre ( de-la-catastrophe-economique-qui-vient-5946580.html ).

    Craignant de plus que beaucoup de nos ministres et de nos députés, surtout provenant de la R.E.M. aient plutôt un réflexe de fuite, emprunts qu'ils sont de cette P1000722.JPGvision infantile du monde que crée l'individualisme forcené provenant de cette idéologie néolibérale monétarisme mondialisé.

    Sans compter les représentants du Parti des Insoumis qui, vaille que vaille, ne cesseront de jeter de l'huile sur un feu populaire ne faisant pour l'instant que couver.

    Des Républicain qui n'arrêteront pas de subrepticement glisser diverses chausse-trapes à la majorité, eux qui furent frustrés de n'avoir pas été choisi par l'oligarchie pour gouverner la France.

    (Ce qui, me semble-t-il, aurait dû être le cas pour les cinq ans à venir, mais le brexit la força à accélérer le processus de macronisation politique avec des personnages qui soient furent choisis faute de mieux à la va-vite, soient n'étaient en aucun cas prêts, leur manquant ces quintuples années de formation et de formatage, et, de plus, une (pseudo)droite française qui, pendant ce temps, se serait retrouvée détruite, ce qui n'est pas vraiment le cas actuellement.)

    Et pendant que le Front-National continuera de se ronger de l'intérieur, aidé en cela par un Le Pen père qui y donnera des coups de butoir tant qu'il vivra encore,  les restes fumant du P.S. termineront leur déliquescence en retournant au néant groupusculaire de ce qu'était, jadis, le P.S.U., et duquel l'avait tiré, d'antan, François Mitterrand.

    Voilà, c'est de cette qualité intellectuel retrouvé dont je remercie FrançoisP1000730.JPG Asselineau.

    Plus encore que de nous avoir proposé une position politique efficace face aux envies impériales de tous bords qui, de l'Union-Européenne Aux États-Unis-d'Amérique, de la Russie à la Chine, en passant par l'Arabie-Séoudite et le Qatar,..., ..., ne cessent, comme autant de vampires, de nous piller de notre substance économique et politique.

    Ceci parce que la qualité génère toujours la qualité et la médiocrité génère inéluctablement de la médiocrité, votre précieux verbe, Monsieur, qu'inconsciemment nous attendions tous, que nous appelions de nos vœux, nous est précieux au-delà même de ce que vous pourriez soupçonner.

     

     

    THEURIC

  • De l'article 50 de ce qui se fait appelé constitution européenne.

    Ici je ne parlerais que d'une chose, pourquoi j'avais voté François Asselineau et voterais pour le représentant de l'U.P.R. de ma circonscription.

    Lire la suite

  • De la catastrophe économique qui vient.

    Ce libellé manquant singulièrement de structure, je l'ai retiré hier pour le corriger et l'améliorer.

    P1000752 - Copie.JPGDe plus, je vais rajouter un long préambule à l'avant propos ci-après.

    La folie collective de l'époque n'est certes pas vraiment pire de celle qui a pu se prévaloir par le passé, les deux guerres mondiales sont là pour nous le démontrer.

    Mais bien que différente, elle ne peut que laisser l'Homme de bien intrigué par les diverses incohérences qu'elle ne se lasse d'insuffler dans l'esprit de chacun.

    Les exemples sont multiples des croyances de l'époque que les professionnels sérieux n'ont que de cesse de tenter d'en démontrer l'inanité.

    Le présupposé réchauffement climatique anthropogénique, la validité et l'efficacité de l'euro, la nécessité et l'impérieux besoin géopolitique de l'Union-Européenne pour faire face aux géants que sont la Russie, la Chine et d'autres, la possibilité de réformer la même union, l'économie comme étant l'élément primordial et quasiment unique pour toute politique, l'Union-Européenne comme étant d'essence démocratique, le calcul du P.I.B. comme étant d'une bonne efficience économique, le chômage funeste pour l'économie et non pas les très très bas salaires qui eux lui seraient bénéfique du moment qu'ils feraint baisser ce chômage...etc...etc....

    Ces quelques illustrations ne pouvant que nous montrer combien ces croyances sont autant délirantes, fallacieuses que dangereuses.

    Mais plus encore, pour l'immense majorité des gens professant ces allégations fausses, dominant partout dans le monde et, ce, à toutes les échelles hiérarchiques des sociétés humaines, il s'agit de concepts inconscients ne renvoyant à aucune observation empirique et/ou d'expérimentale.

    Tout au contraire, les études pondérées et soigneuses faites sur ces sujets et sur bien d'autres montrent et démontrent que ces concepts faux expriment l'inverseP1000831.JPG que ce que peuvent révéler ces études.

    C'est cette dichotomie entre la réalité et cet ensemble de fantasmes collectifs qui révèle cette époque de transition que j'avais précédemment évoqué ( transition-5920286.html ) et que, déjà, dans les années 50, C.G. Jung décelait dans le livre "Présent et avenir" ( present_et_avenir_poche.htm ).

    Il s'agit, en réalité, d'une scission névrotique collective entre les couches profondes et structurantes inconscientes des Êtres Humains, symboliques et archétypales, soit notre inconscient collectif, et la réalité technologique et culturelle, bâtie sur une base d'acculturation profonde, des sociétés.

    Ceci explique pourquoi nous pouvons nous confronter à des réactions parfois violente lorsque nous abordons l'un des multiples thème structurant ce vide symbolique actuel en les remettant en question, même de manière modérée.

    Si, par exemple et de la même façon, telle ou telle décision semble être prise consciemment pour tenter de ralentir l'effondrement de cette globalisation économique si malade, n'en croyez rien, il s'agira juste de décisions inconscientes pour que perdure ce système de pensée plus que de celui de l'économie, inconscient qui, dans le même temps, offrira à la conscience de ces acteurs la justification de leurs actes, qu'elle soit logique ou qu'elle ne le soit pas.

    Justification reprise en cœur par les chroniqueurs des médiats officiels, se déchargeant là à bon compte d'un poids d'incohérence intellectuel trop pesant.

    Comprenez bien que je ne suis pas quelqu'un pensant que nous devrions revenir aux temps passés, à la voiture à cheval, à la bougie et à la prière du dimanche..., pour ce dernier n'ayant rien pour ni contre le retour au catholicisme.

    De plus je suis athée dans le sens premier du terme, soit qui n'a pas de dieu.

    Toutefois cette scission névrotique devrait, en Europe, se résoudre peu ou prou par un renouveau de la religion originel de chacun des peuples, sous une forme différente à celle passée, cela va de soit.

    Mais en attendant, la catastrophe économique qui se développe, sujet de ce rédigé, ne peut être prise en considération que par une minorité de personnes et, ce, pour les raisons invoquées plus haut.

    IMGP0198.JPGCe sera le choc dû à ce phénomène qui, progressivement, renouera, sous une forme ou une autre, nos liens d'avec les profondeurs structurantes et originelles de notre psyché.

    Et qu'ensuite, plus tard, se reformulera, évoluera cet ensemble d'expression symbolique d'antan plus à même de nous offrir à nous autres, Homo Sapiens Sapiens, les capacités de nous adapter au mieux à des transformations sociétales qui n'en sont, aujourd'hui, qu'à leur tout début.

    Il est à noter que ceux saisissant cela aujourd'hui sont les précurseurs d'un mouvement qui deviendra général, bien qu'une infime minorité en ont et en auront pleinement conscience, il n'est pas à en tirer gloriole et de se penser élite au-dessus de la masse, il s'agit là d'un mécanisme humain tout à fait naturel.

    De plus, chacun de ces précurseurs, dont nous sommes, amis lecteurs, conservent pour l'instant, sans le savoir, une partie, même infime, de cette masse de croyances actuelles, sans quoi ils seraient totalement asociaux, leur, notre survie sociale est à ce prix, du-moins pouvons-nous ne pas en être dupes.

     

    Il est nul besoin de s'affoler lorsqu'un événement catastrophique mais prévisible est annoncé, s'y préparer au mieux, calmement, méticuleusement, ne peut qu'en être la meilleurs des réponses.

    Il en est ainsi dans les régions où sévissent régulièrement des cyclones ou des tremblements de terre par exemple.

    Il en est de même pour l'actuel effondrement progressif et dramatique de l'économie globalisée.

    Pour ce qu'il en est des causes, j'en ai déjà discuté maintes fois ici, elles sont multiples et plutôt simples à définir: Désindustrialisation occidentale dès les années 70, suivit maintenant par les pays dits émergents, monté en puissance des crédits et des dettes de tous pour tous (avec le P.I.B. comme  tromperie universelle) pour tenter de faire survivre les états et les banques, ouverture puis béance des frontières, appauvrissement puis déclassement des classes-moyennes, monstrueux enflement des bourses, hyper-productions monétaires...etc...etc... .

    P1000866.JPG

    Toutes ces causes tendent aujourd'hui à accélérer leur développement, ce qui montre que ce processus de faillite généralisée se rapproche de nous.

    Lorsque cela surviendra, ses effets primaires seront, me semble-t-il, facile, là encore, à identifier, thème sur lequel, là aussi, je vous ai également entretenu: Les monnaies auront perdu leur valeur intrinsèque, impossibilité de les apprécier les unes, les autres et, ce, à l'international et au régional, arrêt quasiment total des transports mondiaux, aérien, maritime et terrestre, arrêt concomitant des usines et fabriques, surtout celles spécialisées essentiellement pour l'exportation...

    En revanche, les effets secondaires, ceux qui, somme toute, nous intéresseront au premier chef puisque ce seront eux qui nous toucheront de plein fouet, sont plus ardus à définir, d'autant plus qu'ils auront tendance à évoluer le temps passant.

    Ce sont eux que j'ai décidé d'étudier avec vous aujourd'hui, eut égard au fait que je peux avoir oublié tel ou tel de ces effets futurs, bien sûr.

    PICT0111.JPGAlors, allons y voir.

    Lire la suite

  • Macron, de l'aventureuse politique et géopolitique.

    Allez, que je l'avoue, je joue mon cake en me donnant de l'assurance de comprendre le jeu complexe actuel, tant à l'échelle nationale qu'internationale, dès que le sieur Macron fut élu.

    Alors, est-il une simple marionnette ou est-ce plus complexe que cela?

    De plus et en réalité je dois bien reconnaître que les multiples instabilités tant françaises, européennes que mondiales, tendent à brouiller la perception que  nous pourrions avoir du dynamisme historique actuel.

    Alors je vais m'essayer d'y voir un petit peu plus clairement, au risque parfois d'être en contradiction avec ce que j'ai pu écrire par le passé.

    Lire la suite

  • Il dansent, dansent, nos eurocrates, oui, sur un volcan.

    Élections verrouillées, médiats verrouillés, gouvernement verrouillé, assemblées législatives verrouillées, lois verrouillées, justice verrouillée, voilà ce qu'est la situation institutionnelle de la France.

    Et oui, je crains qu'une puissante fraude ait eu lieu lors de ces élections, les doublons de cartes d'électeurs et les très nombreuses radiations sans même que les gens n'en aient été prévenu n'ayant été créé que pour faire diversion.

    C'est pourquoi j'ai envoyé ce petit laïus ( citoyens-electeurs-comptons-nous-5936325.html ) là ou je le pouvais, en encourageant ceux le lisant de le divulguer au maximum.

    Il est même possible que Monsieur Asselineau ait été gentiment prévenu que s'il en disait quoi que ce soit, de gros problèmes de santé et morts soudaines pourraient survenir à quelques personne de sa famille.

    Mais bon, moi, en pervers, je voterais Macron, juste parce que chaque décision qu'il prendra ne pourra qu'accélérer l'effondrement de l'économie-monde.

    De fait et en réalité, ce duopole électif du 2ème tour, Macron/Le Pen, est, pour le président de l'U.P.R. une bénédiction, ceci parce que la France-quitte ne pouvait que conduire à cet effondrement définitif de l'économie par le délitement de l'Union-Européenne, quoi qu'il en soit inéluctable.

    Ce que, bien sûr, tout le monde lui aurait reproché.

    Maintenant il n'a plus que deux choses à faire, préparer les élections législatives puis, ensuite, attendre et voir en préparant la suite en sous-main.

    Mais ce texte n'a pas le but de m'épancher la-dessus, non pas que cela ne soit pas d'importance mais juste que ce deuxième tour, voire même les législatives n'ont, en soit, pas grand intérêt, les jeux sont quasiment faits, en revanche, leurs suites, elles, ne peuvent que nous interpeler, ainsi que quelques considérations géopolitiques inextricablement liés.

    Ce sont donc ces derniers sujets que je me propose d'aborder ici.

    FullSizeRender.jpg

    Lire la suite

  • Suite au texte précédent, je renouvelle mes conseils.

    Certes, le pauvre sir qu'est Macron ou la prêtresse de Poutine, la mère Le Pen, sera sûrement élu, mais basta, le raz de marrée monétaire balaiera toute cette fange oligarchique par la ruine universelle vers laquelle cela nous conduit.

    Alors, ayez à l'esprit qu'au-delà de ces élections, importantes bien sûr, d'où mon texte précédent que vous devriez lire, nous nous devons de nous préserver de cette déferlante monétaire.

    P1000747 - Copie.JPGC'est pourquoi je copie-colle une série de conseils que je vous avais préalablement servi.

    les voici:

     

    Faites donc des réserves, ayant moi-même compté au minimum:

    -quelques jours, voire deux semaines de menues monnaies, ne serait-ce que pour quelques courses, le pain, notamment, ceci étant dû au fait que les banques ayant fait faillite, il faudra du temps pour que le gouvernement réagisse ou ne soit renversé, pour qu'enfin celles-ci soient nationalisées (il en sera de même pour les assurances, il vous faudra être prudent);

    -si vous avez des économies dans une même banque, répartissez dès aujourd'hui cette somme dans plusieurs autres, l'une peu disparaître mais pas l'autre;

    -trois mois de nourritures pouvant se conserver, pâtes, riz, plutôt complet, légumes voire fruits secs, farine, sucre, huile, beurre, ...,plus des conserves si vous en avez la place, du café aussi, le temps que les acheminements de vivres reprennent, l'agriculture française existant encore (pour combien de temps?);

    -faites un potager, vous pouvez dès maintenant acheter les outils, des graines au plus tôt, faites le bêchage de printemps, semez  des tomates par exemple, pour avoirP1000816.JPG votre récolte au plus tôt;

    -ayez des poules pour les œufs puis la viande, pour vous et aussi pour du troc;

    -comptez un an de produit de première nécessité, pour le corps (savon, shampoing...) comme pour la maison (javel ou vinaigre blanc, lessive, P.Q....), songez à ce que quasiment plus rien n'est produit en France;

    -ayez de quoi faire du troc pour deux à trois ans de ce qui n'est plus produit sur notre sol, soit presque tout, tout pourra faire l'affaire, des cigarettes pour les non fumeurs (les autres les fumeront), du chocolat, du café (là encore il sera dur de ne pas résister), mais aussi du papier, du cirage, du savon en rab, de la peinture, du bois de chauffe, des piles, des lampes..., etc..., enfin,  de tout ce dont nous avons tous besoin au jour le jour et dont nous ne faisons que des réserves limités;

    P1000749.JPG-le vélo et/ou le vélomoteur (le plus économe en essence), surtout si vous habitez loin des gares, le train continuant sûrement de rouler, seront une valeur sûre, songez que l'arrêt des transports internationaux signera celui des produits pétroliers, votre voiture restera donc au garage et les bus et cars au dépôt, l'essence et le gasoil sera réservé aux véhicules prioritaires et aux armées;

    -commandez un, voire deux chéquiers, les paiements électroniques pouvant cesser à un moment ou à un autre, rapidement (?) le chèque pourrait devenir le seul moyen de paiement pour un temps indéterminé, dès que le gouvernement d'alors auront rouvert les banques;

    -conservez convenablement tous vos papiers, attendez-vous, aussi, au moins à un ralentissement d'internet, les administrations, les banques et les assurances, aussi, pouvant les égarer lors de cette catastrophe, voire perdre leurs informations informatiques;

    -dès que les signes les plus évidents et marquants, pour ne pas dire angoissants, seront là, allez voir votre maire pour lui expliquer ce qu'il se passe, parce qu'il y a de fortes chance qu'il n'y comprenne rien, ceci pour qu'il commence à organiser autantP1000886.JPG les pénuries que les risques de désordres et débordements.

    C'est, en effet, dans les débuts de cet effondrement, au local, que l'organisation sera, dans un premier temps, le plus efficace.

    Je vous encourage à agir au plus vite, ces événements pouvant survenir à n'importe quel instant, demain comme dans un mois, mais probablement moins d'échelle d'une année, bien que le système économique globalisé montre, depuis trois ans au moins, d'incroyables et dangereuses capacités de résiliences.

     

     

    THEURIC

  • Citoyens-électeurs, comptons-nous!

    Cette élection nous laisse un goût amer.

    Certes, nous n'en avons pas de preuve, mais nous supputons tous une fraude massive.

    Quand bien même cela ne serait pas, la violente censure qui ne dit même pas son nom ne peut que conduire à tous les débordements.

    Alors, je propose une solution qui allie élégance et efficacité: appeler les électeurs de Monsieur Asselineau à adhérer à son parti.

    Ainsi saurons-nous, même si seulement la moitié de ceux-ci font ce pas, si véritablement 0,9% d'électeurs ont voté pour le président de l'U.P.R. (mon intuition m'en susurrait plus de 50%, nous verrons bien).

    Pour ce faire, je vais vous présenter une série de phrases courtes que vous pourrez colporter par mont et par vau sur la toile.

    _____________________________________________________

     

    Citoyens électeurs, comptons-nous en adhérant à l'U.P.R.!

    La seule façon élégante et efficace de savoir si oui ou non nous étions 09% de français à avoir voté Asselineau lors des élections présidentielles du 23 Avril 2017, c'est d'adhérer à l'U.P.R. puisque les adhérents sont comptabilisés sur son site ( https://www.upr.fr/ ).

    Faites passer le mot, copiez-collez partout sur le web, blog, Twitter, mail...etc..., le plus rapidement possible pour sidérer les eurolâtres et américanolâtres, que nous étouffions leur silencieuse sauvagerie d'oligarques sous ces paroles.

    Partout en France et dans le monde, sur site de langue française ou pas, que tout le monde sache ce qu'il se passe en  notre beau pays, combien notre démocratie est menacée.

    Laissez ce texte tel qu'il est, traduisez-le qu'en dessous d'icelui, laissons la curiosité faire son travail.

    Voilà la solution efficace et élégante pour sauver ce qui peut l'être encore de nos élections.

    Ce n'est que si seulement partout dans le monde est vu notre suspicion légitime de citoyens-électeurs que les forces obscures qui nous confrontent reculeront, elles qui détestent la lumière.

    Vive la République! Vive la démocratie. Vive la France!

    _____________________________________________________

    Lire la suite

  • De l'effondrement monétaire qui vient!

    Il ne s’agit pas ici d’une crise mais d’une catastrophe.

    De plus, l’économie réelle est déjà dans son processus d’effondrement par la désindustrialisation généralisée.

    Donc, dorénavant, ce ne sera pas cette économie réelle qui se délitera puisqu’elle est déjà en plein délitement, mais celle de la monnaie et des crédits, ou des dettes, ce qui revient au même.

    De plus, nombre d'économistes sont eux aussi dépassés et ne se rendent pas compte de la réalité de ce processus en cours: l’économie réelle est entrainée à la faillite par l’économie monétariste ou virtuelle qui lui aspire ses richesses par l’entremise de la dette et des Q.E., ces derniers en raison de la perte de valeur des monnaies, ce qui entraine le monétarisme vers sa banqueroute par l’arrêt de la circulation monétaire.

    Le tout étant de savoir quel est le taux de ralentissement de circulation monétaire qu’il faut pour que toute cette machinerie s’effondre et, dès lors, quel est le niveau de désindustrialisation mondialisé faut-il atteindre pour que le circuit monétaire aboutisse à son arrêt.

    C'est cela que je vais tenter de développer plus avant, non pas de ce taux précité, je n'ai ni le savoir, ni la possibilité de le calculer, mais les mécanismes qui me font dire que nous connaîtrons un arrêt soudain de la circulation monétaire.

    Lire la suite

  • Trump, d'empire à colonie, fin...

    L'empire américain s'en va silencieusement, nous quitte sur la pointe des pieds, file à l'anglaise.

    Son repli sur soi affole la foule des eurolâtres et les américanolâtres tremblent de ne plus avoir de modèle à vénérer.

    Dorénavant ils se retrouvent seuls, sans maître pour dire le vrai et le faux, pour obéir comme les bons garçons et filles qu'ils sont, et errent sans but dans leur délire montant.

    Déjà les signes se font sentir de leur terrifiante détresse et la classe pathétique des chroniqueurs médiatiques officiels, d'un personnel politique au aboi et de la puissance monétaire épouvantée de sa crainte de perdre son bon argent commence à ravir l'homme et la femme de bien.

    P1000790.JPG

    Plus encore, les deux géants géopolitiques, la Russie et les États-Unis-d'Amérique, s'entendent désormais comme larron en foire et ne sont plus que les petites mesquineries des néocons U.S. pour retenir encore un temps la grosse papatte de Monsieur Trump, lui qui n'attend plus que de serrer  la paluche de Monsieur Poutine.

    Mais diantre, que j'ai pu faire d'erreurs d'appréciations sur trois des sujets les plus importants.

    Je crus ainsi que le nouveau président des Etasunis  était un pure isolationniste, ce qu'il n'est pas.

    Je crus aussi que la Russie de Poutine ne pourrait pas supporter que la France soit dirigée par une Marine Le Pen et que, surtout, que le président russe ferait tout pour que l'Union-européenne disparaisse, or les faits montrent l'inverse, ceci expliquant cela.

    Je crus également que l'équipe poutinienne de gouvernement avait compris que le système économique globalisé touchait à sa fin, contrairement à celle de Trump et de la majorité des chancelleries, alors que des signes ténus montrent que ce serait plutôt aux U.S.A. que cette conjecture se saisit, même si je doute de cela dans son administration centrale.

    Donc, je vais devoir revoir ma copie, repenser ma perception de la dynamique historique actuelle.

    Alors, allons voir de ce qu'il en est.

    PICT0111.JPG

    Lire la suite

  • Transition!

    En ce moment nous vivons un processus de transition, ce nous entendant l'espèce humaine dans son entier.

    P1000753 - Copie.JPGUne transition est l'instant de rupture entre la forme que pouvait prendre un système évolutif passé (telle que celle d'une espèce animale ou végétale) et celui futur.

    De fait, cette transition avait débuté, pour Homo Sapiens Sapiens, dès le tout début du néolithique, soit il y a, suivant les chercheurs, de dix à quinze milles ans et, aujourd'hui,  nous parvenons à l'achèvement de ce processus.

    Il est vrai que ce qui nous occupe et préoccupe actuellement c'est bien ce que nous vivons, soit l'achèvement de ce mouvement naturel qui se trouve en une phase d'accroissement de son accélération.

    Ainsi, même les plus jeunes ne peuvent pas ne pas remarquer la-dite accélération constante de l'évolution sociale que nous subissons, que nous l'aimions, l'acceptions ou la rejetions.

    Certes, le progrès technologique en est la marque la plus visible et, ce, au travers de l'informatique sous toutes les formes que ce soient.

    Mais plus encore, si cette évolution technologique est présente c'est bien parce qu'une autre évolution la soutient, celle de notre représentation du monde, de nos conceptions, de nos concepts, voire même de nos capacités mentales et de notre inconscient collectif, mais cette évolution est loin d'être achevée, infiniment loin de là.

    Il est vrai que, collectivement, nous avons subi et subissons toujours une perteP1000831.JPG des-dites capacités, perceptible lors de tests de quotient intellectuel en Europe, de quelques points de ce qu'il en est paru.

    Là encore nous pouvons facilement suggérer que cette diminution fait, elle aussi, parti de cette période de transition, puisque nous sommes en train de transformer nos représentations passées, en vrai elles se transforment d'elles-mêmes, sans que celles nouvelles n'aient encore pleinement émergé, voire même n'en seraient qu'en leur ébauche.

    D'une certaine façon, l'humanité serait dans la situation de ce crabe en pleine mue, fragile de s'être débarrassé de sa carapace antérieur sans ne l'avoir encore pas remplacé par la suivante.

    C'est donc autant nos antédiluviens réflexes de chasseur-cueilleur que de ceux de l'agriculteur-éleveur qui sont en train de disparaître en nous sans que nous n'ayons encore acquis et bâti cette modernité mentale que nous lèguerons ensuite à notre descendance.

    Nous essuyons les plâtres de l'évolution, en quelques sortes.

    D'où nos difficultés actuelles qui ne pourrons aller qu'en s'amplifiant tant que cette mutation ne se sera pas achevée, ce qui ne pourra que naturellement prendre du temps.

    P1000873.JPGIl est remarquable que la-dite mutation prenne la forme, en Occident, surtout en Europe, aux États-Unis-d'Amérique et au Japon, d'un mécanisme de répétitivité (mécanisme et non pas compulsion) d'essence purement économique, d'avec la période s'étendant de 1929 à 1991, soit le crash de Wall Street jusqu'à la toute fin de la guerre froide.

    Quand bien même ces événements semblables à ceux passés surviennent éparpillés, si nous faisons la sommes de ceux-ci ressemblant à ceux antérieurs, nous pouvons percevoir leur cohérence intérieure, en quelques exemples:

    -Ruine de la Grèce par l'Allemagne et par les anglo-saxons, par les armes avant, par la faillite généralisé ici;

    -Domination de l'Allemagne sur le reste de l'Europe (depuis l'affaiblissement U.S. d'aujourd'hui), avec une seule monnaie et la France ayant un gouvernement inféodé à icelui (je mets de coté la réalité de la domination coloniale étasunienne sur l'U.E., en voie de disparition depuis l'élection de Trump);

    -Libération progressive de la France par les actions  anglo-saxonnes, brexit britannique et élection de Trump actuels, débarquement de Normandie hier;

    -Destruction du Japon, par bombardements passés, par perte de valeur du yenP1000667.JPG maintenant;

    -Monté d'un pouvoir autocratique en Italie, Espagne, Portugal (Mussolini, Franco, Salazar), puis renversement politique de cette première.

    -Crise économique d'échelle mondiale dont 1929 est le critère de correspondance, avec un mécanisme similaire aux deux périodes, même si les effets actuels sont bien pire qu'auparavant......

    Cherchez  bien et vous trouverez nombre d'exemples similaires.

    Cela étant dû, à mon sens, à l'intense traumatisme que furent les deux guerres mondiales, mais bien plus étendu et violente lors de la seconde.

    "Il faut trois générations pour faire un schizophrène", disent les psychiatres, or, si c'est aujourd'hui que ce mécanisme de répétitivité sociale survient, c'est bien parce que les générations étant passées, le temps est venu d'un renouveau politique et social.

    Ces deux processus, la transition évolutive et le mécanisme de répétitivité, sont tous deux intimement liés et s'achèveront en même temps dans quelques décennies.

    Le second risque fort de se déplacer d'un ensemble de régions, l'Occident, vers un P1000903.JPGautre ensemble, l'Orient.

    C'est pourquoi je crains un embrasement futur entre l'Inde et la chine pouvant fort bien se muer en un, international.

    De plus, la mutation progressive de notre inconscient collectif précédent, vieux tout de même de plusieurs centaine de milliers d'années, voire de millions d'années, depuis au moins l'avènement du genre Homo, et qui avait évolué à son rythme pendant tout ce temps long, ne peut se faire sans soubresauts violents, ceci n'est pas possible autrement.

    Notre mutation mentale est trop rapide pour que cela se fasse différemment.

    Cela ne pouvant que nous entrainer vers l'émergence de passions inconscientes sociales et collectives d'une puissance inouïe qui pourraient nous entrainer tous vers les pires des conflagrations généralisées.

    C'est pourquoi je vous exhorte, amis lecteurs, de conserver en vous votre pleine conscience en restant lucide des inimaginables forces communes pouvant se déverser et se partager en chacun de nos esprits.

    Pour l'instant encore relativement restreintes, elles prendront bientôt une ampleur incommensurable, et ce sera l'ensemble du genre humain qui sera entrainé par elle.P1000880.JPG

    Cette transition, en un processus naturel, ne sera pas la traversée d'un jardin d'enfant mais l'une des pires expériences que notre espèce aura à vivre.

    Un dure chemin initiatique collectif que nous devrons tous sillonner et que nous ne pouvons ni ne pourrons éviter.

    Cette expérience sera tout autant magnifique, terrible que dangereuse.

    C'est ce processus, qui a déjà débuté, qui nous entraine depuis des années dans des chemins conceptuels multiples, nous menant continuellement dans un sens ou dans un autre sans que nous en sentions de direction précise, sans que nous en pressentions la logique interne,sans même que nous le percevions, justement parce que le sens de toute choses en vient, en nous, à s'évanouir.

    C'est pourquoi, également, nous nous retrouvons à vivre cette rétrogression historique dont je vous ai entretenu auparavant (voyez les barbes fleurir comme à la belle époque de la III° république).

    Ce socle passé vers lequel nous nous dirigeons étant devenu la matrice inconsciente rassurante, le socle solide sur laquelle il nous sera possible de reposer notre esprit sociétal tant tourneboulé.

    Observez cela, amis lecteurs, parce que c'est cette seule observation, sans colère, P1000883.JPGreproche, dégoût ni irritation, qui permettra à chacun de conserver un tant soit peu de cette indépendance d'esprit qui fonde et forge notre liberté de penser  et notre indépendance d'être.

    Seule source du choix possible en face de cette vie tumultueuse future.

     

     

    THEURIC

  • Petites réflexions géopolitiques, et géostratégiques pendant qu'on y est.

    Je vous propose que nous explorions aujourd'hui les relations entre les U.S.A. et la Russie, surtout en Europe et en mer Méditerranée.

    D'autant plus que des événements s'y surviennent ne paraissant d'une logique clairement formelle mais qui pourraient devenir cohérents si nous nous essayons de définir les intérêts de chacun de ces acteurs.

    Pour ce qu'il peut en être de la France, le nôtre est de la limpidité de l'évidence: il nous faut impérativement quitter ce bourbier sans nom qu'est l'Union-européenne.

    Pour cela, et au risque de me répéter en paraissant un tant soit peu lourdingue, je vous conseillerais de voter, pour les prochaines élections, pour François Asselineau lors des présidentielles, puis pour les représentants de son parti aux législatives.

    Vous verrez, plus bas, que les deux puissances sus-nommées agitent en tous sens notre pays et ceux composant l'Union-Européenne et, ce, sans que nous n'ayons, nous et notre gouvernement, le moindre mot à en dire.

    A mon sens, il faut bien se fier à quelqu'un en cette ère où le reste du monde politique n'est plus que poupée de chiffon que chacun est libre d'agiter dans un sens comme dans un autre, pouvant nous conduire à toutes les mésaventures (déjà qu'avec la mère Clinton nous faillîmes une nouvelle guerre mondiale).

    Il nous faut donc recouvrer l'indépendance de notre pays, le temps n'est plus où nous pouvions faire joujou à nous faire peur, d'autant plus qu'un travail immense nous attend: refonder notre industrie et notre agriculture après des décennies de délires néolibéraux et, ce, juste au moment où se profile à l'horizon la plus terrible des crises économique de la période moderne.

    1929, par rapport, ressemblera à une petite promenade de santé.

    Mais pour comprendre tout cela plus avant, je vous propose de mes réflexions faisant suite à l'ensemble des informations que j'ai pu glaner çà et là.

    Lire la suite

  • Mon avis de ce qu'il se passe en France et dans le monde.

    Il s'agit bien de mon avis, dès lors j'expose ici un point de vu subjectif, mais en cela, comme pour bien des choses, les points de vus sont, quoi qu'il en soit, peu ou prou subjectif.

    Comme je le pressentais (sans le dire), le mois de Février sera celui où convergeront toutes les situations, conjonctures et événements nationaux, européens et mondiaux qui, pour l'instant, restent épars.

    Cette convergence mènera à la structuration de l'ensemble de ces situations en un tout cohérent, ce qui, pour l'instant, n'est pas encore le cas.

    Cela ne  durera que peu de temps, quelques mois tout-au-plus, puis le chaos, de celui dénommé déterministe, reprendra ses droits, générant des effets difficiles à percevoir aujourd'hui.

    C'est pourquoi je ne me pencherais surtout que sur notre temps présent.

    Cette convergence ne pourra qu'accélérer le déroulement des événements tant au-dedans qu'au dehors de la France, c'est la raison pour laquelle cela mènera ensuite à un chaos déterministe, ce qui voudra dire qu'il deviendra extrêmement ardu de déterminer le futur relativement proche de chaque situation.

    Alors, allons voir où nous en sommes.

    DSC_9620.JPG

    Lire la suite

  • Vision d'une métaphisique politique de notre situation.

    De tout temps il y eût autant de révolutions technologiques qui menèrent à de fulgurantes transformations sociales que des invariances indépassables qui, bien que sous des formes différentes, n'en demeurèrent et n'en demeurent pas moins des permanences inconscientes incontournables.

    C'est au centre de ces deux mouvements que se trouvèrent confrontées les sociétés humaines de 1918, voire bien avant, jusqu'à 1991: la lutte farouche entre la fulgurante transformation de notre technologie et  notre inconscient collectif.

    Mais maintenant nous en sommes à ce que de cette fulgurante avancée passée, nous vivons une révolution technologique plus inouïe encore, celle de l'informatique, sous tous ses aspects, c'est de cela qui fait que les sociétés tremblent infiniment plus sous leurs bases, bien que chacun en use et parfois abuse de l'outil, prises entre ces deux feux naturels aux Hommes que sont l'allant et l'élan vers la modernité et le frein conservateur constitutif de ce qui a fait société.

    P1000825.JPGC'est à cela auquel nous assistons en tant qu'acteur.

    Comprenez bien que ces forces monétaires, au nom de néolibérales, faute de mieux, sont aux prises, elles aussi, à ces doubles contraintes mortifères, c'est cela qui les détruit, étant entendu que je ne pardonne en rien de ces paroles, ne voulant juste que poser un regard attentif autant sur notre présent que sur notre devenir.

    L'aveuglement, notre aveuglement, puisque c'est de cela qu'il s'agit, est devenu si puissant, cela en raison de la violence de la transition mutagène que nous vivons, que nous nous murons au-dedans du vain espoir de recouvrer la simple réalité de nos aïeux.

    Celle de ce dualisme complexe du siècle dernier, de ce capitalisme de grand-papa, aujourd'hui devenu fou d'une modernité qu'elle ne comprend qu'à peine, à un communisme désormais forclos de n'avoir existé qu'en contrepoint d'une bourgeoisie en déshérence, en n'oubliant pas les extrêmes d'une droite, hier bestiale et criminelle, maintenant faite de potiches aux ordres de qui paiera au mieux et d'un gauchisme divagant au fil de l'histoire n'étant plus que l'ombre de son ombre.

    Or, c'est devenu impossible, nous ne pouvons pas revenir en arrière, les principes de l'évolution le veulent ainsi, que voulez-vous, les temps changent, internet en fait foi.

    Alors, que faisons-nous, coincés entre ce modernisme nous poussant dans les bras d'un renouveau social que nous craignons et refusons tant parce que inconnu, et d'un arrêt sociétal total impossible parce que l'arrêt d'évolution est la non vie, estP1000895.JPG l'angoisse du désir de mort en face de cette violente évolution que nous réfutons bien que nous la vivons?

    Comment régler cette complexe contradiction angoissante devenue impossible?

    Comme cela n'est pas collectivement pensé, alors ce sera la nature, notre nature, qui guidera nos choix.

    Or, que dit-elle, sinon que pour palier notre paralysie due à cette immensément puissante angoisse, ce seront de nos plus anciens réflexes sociétaux, ce sont déjà de nos plus anciens réflexes sociétaux qui reprendront, reprennent déjà cours, ceux de nos religions partagées, de nos ardeurs patriotiques, de nos désirs de puissance, de ces visions politiques aussi anciennes que celles des deuxièmes et troisièmes républiques, des relations homme/femme antérieures, d'une vie d'un XIXème siècle imaginé, cru et fantasmé bien qu'ignorées...

    Ce ne sera pas un réel retour en arrière, non, ce sera la redécouverte inconsciente du socle ancien sur lequel repose toujours nos pieds mais que nous avons écarté avec dédain, nous et nos anciens, au-devant de ces terribles traumatismes que furent deux guerres mondiales précédées et suivies d'autres conflagrations tout autant P1000866.JPGterrifiant et de la culpabilité des colonisations.

    Nous qui crûmes en écarter la commotion, le trauma, la blessure en laissant, antérieurement à d'autres, si proches et si lointains, russe et américain, le soin de nous guider, en une infantile béatitude, vers le non-être édénique d'une paix éternelle.

    Nous qui nous sommes placés sous le joug paraissant parental et bienveillant, bien que tyrannique, d'une Union-Européenne désormais haïe et rejetée.

    Elle qui n'est pas la cause mais bien l'un des multiples effets de notre désir passé de ne plus exister, elle qui n'est que l'ultime résultat de cette scission névrotique que fut la guerre froide, cette réunion mortifère de ces deux anciennes Europe de l'est et de l'ouest, cette pauvre créature d'un empire U.S. las de ses cendres, las de sa puissance, las de ses nuisances.

    Cet aveuglement dû à ce refus d'une modernité incontournable, cet aveuglement dûPICT0111.JPG à notre refus de penser cette modernité nous guide vers ce nécessaire archaïsme collectif, parce que nous n'avons pas d'autre choix, nous n'avons plus d'autre choix.

    Parce que seul cet archaïsme nous fera enfin accepter ce que cette modernité engendrera et ne peut encore pas générer: non pas le bonheur mais l'aventure, celle de notre humanité.

    L'Europe, fille de Zeus, n'est pas éteinte, n'est pas morte, ne décline pas.

    Contre sa volonté elle se trouve désormais au centre du monde, elle ne le veut pas, regimbe, rue, mord la poussière de se vouloir à terre, trépigne, fait refus d'avancer, s'assoit quand ce monde tourne autour d'elle, mais elle est là et elle le sait, nous le savons tous.

    C'est cet appel que nous refusons, l'appel à l'histoire que nous voudrions sans nous, rêvant encore à nos gesticulations passées, à ces joutes dérisoires par empires interposés.

    Anges et démons, nous mènerons cette modernité à son terme, pour le pire ou pour P1000831.JPGle meilleurs, que nous le voulions ou non, non pas parce que nous le souhaitons mais bien parce que le monde entier nous en fait l'appel.

    Et de l'Europe, au centre, se trouve la France.

    Et elle aussi, à l'encontre de son fort intérieur, de ses rêveries juvéniles, se trouve déjà au centre de tous les désirs.

    Le monde nous attend, ne le décevons pas!

     

     

    THEURIC

  • Les liens entre économie virtuelle et économie réelle.

    Bon an mal an, une grande majorité d'entre-nous a l'impression que le système économique globalisé, bien que d'une extrême fragilité, ne peut, contrairement à ce que je le prétends, s'effondrer, ou si ça se passe, se dit-il, cela ne se fera que dans un temps long, de l'ordre de plusieurs année, voire d'une décennie.

    Et je vous avoue que pendant longtemps je butais, en tout silence, sur  ce paradoxe, pour moi maintenant disparu, d'une économie monétariste devenue totalement folle, aujourd'hui d'une déficience morbide et présentant tous les signes d'une autodestruction rapide, semblant totalement déconnecté d'une réalité économique en totale déliquescence, mais qui paraissait résister vaille que vaille, de toute éternité, à sa propre déchéance.

    De fait, ça devrait faire depuis bien plus de huit longues années qu'elle aurait dû rendre l'âme, or, jusqu'à présent il n'en est rien.

    Wall Street caracole au-delà de tous ses record passé, les prix des carburants remontent, les banques centrales abandonnent leurs taux négatifs pour revenir progressivement à des taux positifs (d'emprunt aux banques et assurances),..., enfin quoi, la vie est belle.

    ...suite...

    IMGP0119.JPG

    Lire la suite

  • Trump, d'empire à colonie, suite...

    Ce texte fait suite à celui précédent au même titre ( trump-d-empire-a-colonie-5877267.html ) où j'y explorais les interrelations de dominant à dominé dans une situation coloniale telle que la nôtre.

    Tous deux furent écrit en commentaire sur le site Businessbourse, me semble-t-il (en vrai, je ne me souviens plus exactement où), le premier fut copié-collé tel quel, le second est remanié afin d'y préciser certaines de mes réflexions.

    Mon approche est simple et prend son point d'appui sur le fait que les États-Unis-d'Amérique se trouvent dans une situation de délabrement telle qu'ils ne peuvent progressivement plus assurer leur domination impériale.

    Ce qu'une partie de l'élite britannique a  fort bien saisi, d'où le référendum de Grande-Bretagne d'un brexit qui fut, à mon sens, la conclusion d'une stratégie discrète étendue sur des années.

    Pour nous, français, ainsi que pour les peuples toujours sous le joug de l'oligarchie impériale U.S., il est d'une extrême importance de saisir en plein notre condition de captivité économique, politique et culturelle qui, à y regarder de près, se révèle être de plusieurs niveaux, pour la France, nous pouvons la percevoir comme d'échelle nationale, européenne, étasunienne et internationale.

    En effet, il s'agit  bien d'un ensemble d'oligarques, plus ou moins en accord, au moins sur l'essentiel, plus ou moins en désaccord de qui s'approprie quoi, mais qui, bon an mal an, ne peuvent pas ne pas se connaître et se reconnaître les uns les autres.

    Pour assoir leur pouvoir, ils surent prendre le contrôle de l'administration européenne, des banques et du flux monétaire communautaire, du pouvoir politique des états ainsi que d'une large majorité des médiats.

    DSC_9562.JPG

    Nous en connaissons tous quelques-uns par leur nom, ad-minima de notre propre nation, tel que Bernard Arnaud et Pierre Gattaz en France, chaque pays ayant les siens, partageant, en Union-Européenne, une perception aristocratique de leur position sociale de domination sur la population et de leurs pleins droit, quasi divin, sur elle ainsi que sur l'économie nationale et européenne.

    C'est bien sur l'oligarchie impériale qu'ils se sont jusqu'à maintenant appuyé pour maintenir cette domination.

    D'où leurs angoisses existentielles, bien compréhensibles, lors de ce brexit et au vu de l'affaissement continuel de l'économie européenne et internationale, ne pouvant que conduire à l'effondrement des trois dimension de la globalisation économique, monétaire et bancaire, commercial, routier, maritime et aérien, et industriel.

    Mais ce n'est pas sur ce sujet que porte le texte qui suit.

    Il porte sur la responsabilité qui, désormais, nous échoit, autant en tant que citoyen électeur que de bientôt ancien colonisé, soit la vision que nous devons porter sur l'impérium américanum ainsi que de sa nouvelle évolution politique et économique (l'élection de Monsieur Trump).

    Il porte aussi sur le degré d'importance que nous devons accorder à cette évolution.

    Pour le reste, soit l'oligarchie nationale et européenne, elle n'a d'importance qu'en raison même de la puissance de celle outre-Atlantique et de l'efficience du monétarisme boursier et spéculatif.

    Que l'un des deux disparaisse, ou mieux encore, que ces deux là se retrouvent anéantis et ils ne pourrons qu'inéluctablement les suivre dans cette déroute.

    C'est pourquoi je ne fait qu'aborder ce thème qu'ici-même et non pas à sa suite.

    Lire la suite