Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

appel à une nouvelle renaissance

  • Du réensauvagement de l'ouest eurasiatique.

    Avant de ne commencer à aborder le thème de ce billet, je ne peux qu'exprimer mon admiration envers Tatiana Ventôse pour les quatre vidéos qu'elle fit au sujet de l'Islam sunnite salafiste, ceci autant pour la clarté de ses explications que pour son courage intellectuel.

    En cela, je l'ai déjà dit, elle n'est pas la seule.

    Dans ses films (je vous laisse vous en instruire, ils sont infiniment plus explicatifs que ce que je ne pourrais jamais faire) elle nous montre le double paradoxe devant lequel se retrouve autant le sunnisme traditionnel que le salafisme qui, à y regarder de près, est à l'égal de ce que fut le protestantisme face au catholicisme du XVI° siècle.

    La confrontation entre une église catholique faisant difficilement face à la modernité de l'époque, ici au-devant de l'invention de l'imprimerie et à l'égarement de l'église la menant à des paradoxes, et sa remise en cause protestante par une lecture littérale du livre saint, soit la Bible, ce qui mène de nouveau à des paradoxes insurmontables et irréductibles en raison de toutes les interprétations bibliques possible, d'où P1010789.JPGl'émergence d'une multitude d’obédiences protestantes au fil du temps.

    Mais ce salafisme, paru pour lutter dès le début contre la toute puissance européenne, fait, de plus, courir un risque supplémentaire au sunnisme puisque l'origine du premier provient d'un pays, l'Arabie-Séoudite, qui est, en cela, le plus rigoriste de tous, allié, depuis le début de sa création, d'abord quelques décennies à la Grande-Bretagne, puis, dès la sortie de la seconde guerre mondiale, à l'empire ultime que devint progressivement les États-Unis-d'Amérique.

    Or, plus encore que la perception des paradoxes catholiques générèrent le protestantisme puis que ceux de ces deux versions du christianisme menèrent à la sécularisation de l'Europe, les formes diverses de salafisme, leurs violences surtout tournées à l'endroit des musulmans, ceci doublé de cette alliance entre les U.S.A. et l'A.S., peuvent détruire de l'intérieur l'Islam Sunnite.

    Ce qui, singulièrement, pourrait très bien se produire au moment même où les sociétés européennes, en manque cruel de détermination, dans le sens que j'ai pu aborder auparavant, et d'identité, redécouvre leurs religions traditionnelles et leur patriotisme.

    Aidé en cela par un empire U.S. et un Royaume-Uni qui, tous deux, pour différentes raisons, veulent déliter une Union-européenne leur devenant désormais détestable.

    Quand à la Russie, elle se retrouve en ce moment au-devant de profondes indécisions géopolitiques sur beaucoup de sujets, dues à ce qu'elle se confronte entre des choix multiples.P1010799.JPG

    Ainsi, doit-elle ou non prendre l'U.E.€., si fragile et au bord de l'explosion, à son compte et, au-delà, risquer de détruire une Allemagne qui lui est utile, cette dernière ne pouvant plus exister sans l'union mais voulant sortir d'un euro qui la ruine.

    En fait, la Germanie se trouve au-devant de quatre options impossibles:

    -soit rester dans l'union et risquer de faire faillite à cause de l'euro et du target 2, ce qui risquerait de la scinder, puisque dans ce cas une partie au moins des länder prendraient leur indépendance du pouvoir central en un vieux réflexe historique;

    -soit sortir de l'euro, ce qui ne pourrait que mener à la destruction de l'Union-Européenne en raison de ses blocages institutionnels;

    -soit carrément faire sécession d'avec l'U.E., ce qui lui est idéologiquement, et même politiquement inacceptable;

    -soit encore de se débarrasser de l'Europe-du-Sud en conservant ce qui constituait, jusqu'en 1918, l'empire allemand.

    Cette quadruple impossibilité germanique place, de fait, la-dite Russie dans une profonde incertitude (elle n'est pas la seule, je suppute qu'il en est de même au sujet de la Chine), ce qui ne peut que vouloir dire que les russes se demandent s'ils doivent s'allier à cette dernière où, plutôt, patienter pour se tourner, dans le futur, résolument vers les pays d'une Europe-du-Sud il est vrai ruinée, mais débarrassée d'une union mortifère aujourd'hui déjà en grandes difficultés, et d'une Angleterre, largement fragilisée, toujours liée à son grand partenaire outre-Atlantique en totale déliquescence, mais entre lesquels surgissent des désaccords multiples?

    Ensemble représentant un intérêt géostratégique majeur.

    La raison de ce flou décisionnel de l'équipe poutinienne provient de ce que s'est ouvert, depuis peu, un immense champ de possibilités multiples, économiques, géopolitiques et géostratégiques, dont les contours sont pour l'instant difficilement discernables.

    Cela provenant de ce que l'empire U.S., ne pouvant plus assoir son hégémonie mondiale, en proie à d'immenses tensions politiques internes, au-dedans d'une situation économique épouvantable et dont le dollar perd progressivement tout intérêt en tant que monnaie de réserve internationale, n'a plus d'autre solution que de se retirer de ses interventions extérieures de toutes natures en en subissant le moins de dégâts possible.

    Ceci dit, le billet qui suit vient en réponse de celui, traduit en Français, que Dmitri Orlov a émis dernièrement et rendant compte d'une réalité européenne pour moi finissante, celle de la perte de courage et de volonté de la population ouest-européenne en raison de sa recherche de confort, ce qu'il appelle le cimetière européen.

    Europe, il est vrai, devenu un asile pour vieillard, ce qui ne génère pas, chez elle, du dynamisme et de la réactivité.

    Dmitri Orlov qui, quoi qu'il en soit, a, sur la grande majorité des sujets qu'il aborde, des positions à la fois sensées et pertinentes, celui-ci me semblant des plus remarquables.

    Or, ce que je vais tenter de montrer ici c'est que ce qu'il décrit, soit la situation des sociétés de l'U.E. d'avant que la décadence terminale de l'empire E.U.A. ne devienne évidence, phénomène advenue dès l'élection de Donald Trump à la magistrature suprême U.S., et que cette vision P1010709.JPGancienne est sur la voie d'être dépassée, du-moins en France.

    Mais que, surtout, ce phénomène conduit autant à la réémergence d'une activité intellectuelle européenne puissante (française, déjà, de ce que j'en sais), visible sur le W.E.B., mais aussi à la résurgence encore potentielle d'une brutalité sociétale et populaire, liée il est vrai également au retour à l'esprit de responsabilité,  au désir de prise de risque et, aussi, comme dit plus haut, au retour au patriotisme et à la religion traditionnelle.

    Cette résurgence de la brutalité d'une portion de la population n'est, pour l'instant, que peu visible, hormis lorsque les banlieues s'enflamment, ne pourra qu'être, bien plus tard, accompagnée de l'ancienne furia francese qui firent les délices des chroniqueurs d'antan.

    C'est à Monsieur Orlov que j'adresserai mes désaccords, ce qui sera amusant, d'autant plus que je ne pense pas que je serai lu par lui et encore moins que je lirai un commentaire écrit de sa main, ou du-moins une traduction d'icelle, moi qui ne connais de la langue anglaise que bulldozer, water-closet et bifteck pomme-frite.P1010829.JPG

    Lire la suite

  • De la logique intérieur.

    Comprendre un système c'est en saisir la logique intérieur.

    C'est ce que je m'essaie de faire ici.

    Vu que ce site est surtout dédié à la politique, créé à l'époque où, justement, cette pensée se retrouvait grandement récriée, c'est dès lors à deux niveaux que je tente de démêler les complexes écheveaux des-dits systèmes: ceux de la psychologie et de l'organisation, là ne me penchant que sur le premier.

    Bien qu'il soit impossible, en effet, d'analyser l'un sans questionner l'autre, ce que je ne cesse de faire dans ce blog, au risque, sinon, de rendre cette réflexion imprécise, voire caduque.

    Quand bien même mes réflexions tendent à être parcellaire, peut-être à l'image d'un puzzle, vu que je note mes idées au fur et à mesure que celles-ci arrivent à mon esprit, sans en faire un tout cohérent, ce dont je doute de pouvoir faire.

    Dans ce court billet, je vais donc vous en donner deux exemples basés sur mes propres bourdes.

    Ainsi, d'oublier, comme je l'avais fait dans mes deux derniers billets, que notre oligarchie nationale eurolâtre souffre d'une avarice maladive due à leur délire de vouloir à toute fin de dépasser, en tant que richissime, l'oligarchie étasunienne, fut une erreur.

    P1020055.JPGCeci parce que cela réduit ma perception de la dynamique interne prévalant au sein de toute cette mouvance néolibérale du pays et, au-delà, dans l'Union-Européenne.

    Ainsi s'explique les décisions de la magistrature macronnienne, en tant qu'employés de nos oligarques et des G.O.P.E. de l'union, mais aussi les justifications qu'il en a été porté, soit d'expliquer qu'ainsi ce seront les détenteurs de fortunes qui pourront bien mieux investir dans le pays, puisqu'une manne d'argent leur est offert.

    Mais aussi que la mise en concurrence des services publics ne pourra que les améliorer en en faisant baisser les prix.

    Du fait que les modèles britanniques et américains passés et présents nous montrent et démontrent l'inefficacité pleine et entière d'une telle approche, essentiellement contraire à ce qu'il en est et en sera, pour nous, en France, nous pouvons dès ce moment saisir en plein les très grandes faiblesses intellectuelles de cette ploutocratie, de l'administration de l'U.E. et de leurs commis.

    Ce qui, donc, nous démontre d'autant plus leur fuite-en-avant mortifère, en raison de l'accélération foudroyante de ces décisions, toutes provenant naturellement de l'Union-Européenne via ces fameux G.O.P.E., mais aussi de l'approbation discrète d'une oligarchie qui, peut-être, craint que, tout de même, cela ne soit, justement, trop rapide et trop voyant.

    Ils rentreront un tas d'argent, c'est vrai, mais en se conduisant ainsi, à terme, il ne pourront qu'entièrement le perdre, inéluctablement, s'ils ne se retrouvent pas, pour certains, en prison.

    Tout comme l'appauvrissement rapide de la Grèce entama une désindustrialisation mondiale qui, il est vrai, était déjà présente mais plutôt lente, celui actuel de la France, deuxième économie de l'U.E., ne peut qu'en accroitre la vigueur d'une manière considérable.

    Vous remarquerez, dans cette longue vidéo, la sincérité du conseillé du président de la République, intervenant dans la seconde partie au-delà des 38 mn 30 s.

    Ce qu'il dit est absurde et de la plus parfaite langue de bois, certes, mais en cela il est sincère, et comme j'ai pu déjà l'écrire, le pire se trouve là: la plus pure des âneries faite d'un galimatias de la plus pure sincérité.

     

    Ici vous pouvez observer l'authenticité plutôt sotte d'un personnage, Monsieur Carlier, qui, paraît-il, serait humoriste (lui qui ne m'a jamais, au grand jamais fait rire), et qui fut depuis des décennies l'un des multiples adhérents télévisuels de cette mouvance synarchique, montrant une position ambiguë face aux grévistes d'un magasin proche, si j'ai bien compris, de chez lui.P1020041.JPG

    Plutôt que de faire rire les rieurs, soient ceux qui, comme lui, ont, pour la majorité de leurs concitoyens, de cette fausse commisération bienpensante qu'ont ceux qui, bien qu'ils en pensent et en vivent l'inverse, se voudraient d'une gauche sociale;

    Ne vaudrait-il pas mieux que ce sieur aille à la rencontre de ceux-là qu'il ironise pour, ensuite, rendre compte à ses paires de la situation précaire dans laquelle vit une majorité des français, voire tout simplement les instruire de la meilleurs manière d'écrire et de parler, plutôt que de se moquer comme cela éhontément de quelqu'un qui fait ce qu'il peut avec ce qu'il a et, si j'ai bien compris, le fait bien.

    Si tant est qu'il en soit lui même capable, ce dont je doute fort: critiquer est aisé quand on prend le gueux de haut.

    Va-t-il déplorer la baisse de niveau d'instruction de nos contemporains?

    Bien sûr que non, et ce d'autant plus qu'elle se retrouve au plus haut de l'état ( moi-même ne cessant de me corriger ).

    Va-t-il critiquer la réalité de l'Union-Européenne et de l'oligarchie, sources premières de nos difficultés?

    Évidemment que non, déjà parce que cela ne ferait pas rire son publique, ses P1020059.JPGsemblables, mais aussi et surtout parce qu'il se retrouverait au chômage, et puis il l'aime tellement son union préférée.

    Comme nous le montre son cher et génial président, Mr. Macron, il lui faut être fort avec les faibles et faible avec les puissants.

    Là encore je n'avais pas pris suffisamment en compte ce fait capital: Guy Carlier et ceux qui l'entourent nous montre là, lors de son intervention dans cette radio, la violente dissonance cognitive qui agite une partie des classes-moyennes intermédiaires à hautes, ce qui est audible en ce qu'il se sent obligé d'adoucir, en fin de texte, un discourt pour le moins violent qu'il tient à l'endroit du meneur de cette grève.

    Cette dissonance cognitive provenant de ce que les-dites classes-moyennes sont pris entre deux forces opposées tenant à leur idéologie complexe et contradictoire:

    -européiste et néolibérale d'un coté, avec tout ce que cela sous-entend;

    -de l'autre un humanisme mal structuré, réducteur, racialiste (il ne peut y avoir de français pauvres, surtout s'ils sont blancs), méprisant, condescendant, parce que essentiellement émotionnel.

    C'est cette impossibilité structurelle, tenant plus à la résultante d'une propagande impériale (U.S.) s'étendant sur trois à quatre décennies, dont le but était de détruire, chez les européens et, donc, les français, les notions de nation et de patrie, qui conduit à tous ces égarements et à une perte structurelle d'identité.

    Ce qui a généré une déstabilisation culturelle et sociale de ces deux classes sociales, étendue à l'ensemble de la population, ainsi qu'une position sociologique paradoxale, qui mène à cette indétermination psychologique que j'avais exploré par trois fois, , ici et , raison pour laquelle le public de Mr. Carlier a ainsi pu rire de si bon cœur, mais, ce, avec uneP1020054.JPG culpabilité discrète et sûrement inconsciente.

    Perte d'identité de plus compensée par le rejet culpabilisant des classes considérée comme inférieures, rejet lui aussi compensée par cet humanisme réducteur tourné, pour l'essentiel, envers les immigrés, tout en oubliant, par aveuglement, la part de la population la plus pauvre qui, pour certaine d'entre elle, souffre aussi grandement de manques, voire de disette.

    C'est pourquoi le silence qui entoura la toute fin de cette bêtise, où le chroniqueur avait, maladroitement, plaidé en faveur de cette grève, ne peut que nous indiquer que cela avait naturellement rassurés les autres intervenant en les déculpabilisant de leur amusement, amusement lui-même provenant de cette même culpabilisation (c'est fou ce que l'esprit humain est complexe).

    Étant entendu qu'une part de mes lecteurs sont eux-mêmes de cette classe-moyenne intermédiaire ou haute, économique et/ou intellectuelle, cela va de soi, ce qui ne peut qu'être rassurant pour l'avenir, moi-même m'étant laissé prendre par cette propagande, et il me fallut bon temps pour m'en défaire.  )

    Cette dissonance cognitive, telle que je vous l'ai décrite, ne pouvant s'achever collectivement que quand ceux pris dans ses rets se retrouveront déclassés et/ou ruiné, ou angoissés dans leur crainte de l'être, par les exigences d'une Union-Européenne dorénavant germanique, tendant à la maniaquerie idéologique.

    Allemagne qui, dès maintenant, se confronte aux mêmes réflexes autodestructeurs que d'antan, ceux-ci s'étendant sur quatre siècle et, ce, depuis le début de la guerre de trente ans en 1618.

     

    Ces deux illustrations nous montrent qu'il nous faut faire tout notre possible de percevoir, sinon l'ensemble de ce qui compose un système complexe, du-moins ceux d'entre-eux qui en sont les plus représentatifs, afin d'en conceptualiser au mieux la logique intérieur.

    Parce que c'est cette logique là qui peut permettre d'en comprendre la dynamique interne et, de ce fait, d'en percevoir, autant que faire se peut, l'évolution future.

     

     

    P1020120.JPGTHEURIC

     

    P.S.: Vous trouverez ci-joint un billet, datant un peu, le 30 Mai 2017, où j'y avais exploré les effets, à mon sens les plus durs, de la catastrophe économique qui vient.

     

     

     

     

  • Marianne se sauve grâce à l'imbécilité de ses tortionnaires.

    ( Chère Tatiana Ventôse,

    Ce papier (ce qui est marrant face à un écran) vous est adressé.

    Je ne vous connais pas et ne réagirais pas à votre intervention youtubesque sur vos positions politiques par quelque vidéo que ce soi.

    La raison en est que je sais quelles réactions cela va générer chez tout un chacun: diverses formes de refus à ce que je puisse exprimer la moindre pensée valide, dire l'inverse que ce que je peux exprimer, négation net de sa logique..., pouvant mener à une agressivité à mon égard.

    Ce phénomène, que j'ai pu connaître aussi loin que je peux remonter dans mes souvenirs, m'est encore difficile à appréhender, trouvant sûrement sa source d'aujourd'hui en ce que je tiens un discourt discordant de ceux qui sont tenus habituellement, mettant bien sûr mes réflexions de ses origines hors du champ des échanges sociaux.

    Dedans ce qui s'appelle mon soi jardin secret.

    Cela s'appelle, paraît-il, le syndrome de Cassandre, je vais prendre la peine de l'analyser, je sens qu'une fois encore je vais m'amuser.

    C'est pourquoi c'est par ce blog (en raison aussi de ce que je ne veux fournir qu'au minimum mes informations personnelles sur ce net pas toujours bien net, hi, hi, hi) que je vous expliquerais, en première partie, les raisons pour lesquelles vous doutez de la profondeur du programme de l'U.P.R., ce que vous sentez P1020030.JPGconfusément sans réellement en saisir le pourquoi, là se trouve, à mon sens, vos approximations à ce sujet,  je vous exposerai après les raisons pour lesquelles j'ai moi-même adhéré à ce parti sans en être militant (vous en avez déjà une approche partielle par mes quelques lignes plus haut).

    Ensuite, en seconde partie, je montrerai que désormais la France est sortie d'affaire, certes, cela ne sera pas un petit chemin qui sent la noisette, mais mieux que bien d'autres, notre pays, contrairement à ce que certains voudraient nous le faire croire (les services britanniques?), va sous peu recouvrer ce dynamisme flamboyant et désordonné qui fait son charme et sa puissance.

    Ce que nos manipulateurs patentés et discrets ne comprennent pas, c'est que dès que la racine des croyances que ces opérateurs ont insinuées dans les esprits, quelle qu'en soit la technique, se sera écartée, que ces manipulateurs auront disparu, l'évidence de la réalité des faits deviendra éclatante pour la majorité de nos concitoyens.

    Et je puis vous assurer que j'en connais quelque chose.)

    La réponse critique la plus habituelle qui vous est faite au sujet de l'U.P.R., thème que vous avez abordé lors de cette vidéo au titre de: "Mes opinions politiques: je vous dis tout", est qu'il nous faut d'abord retrouver notre souveraineté avant que nous ne puissions espérer reprendre une vie politique et idéologique normale auP1020077.JPG sein d'une démocratie adulte.

    Que cela soit la nécessité première avant toute autre prise de position idéologique que ce soit, avant tout programme électoral débattu et disputé.

    A ceci est rajouté lé fait que, dans l'ensemble, ce programme U.P.R. offre une première mouture organisationnelle structurée.

    Ne nous le cachons pas, cette approche est logique et cohérente, sauf si nous nous retrouvions à nous confronter à un effondrement de l'économie globalisée menant, à sa suite, à celui politique de tout ce qui compose l'Union-Européenne, ce que je ne cesse de traiter ici même.

    Le choc psychologique que cela représentera pour tous ceux qui en ont adopté la doxa eurolâtre et américanolâtre sera telle qu'ils ne pourrons faire autrement, soit de décompenser gravement, ce que j'avais montré dans mon billet précédent, soit de se réfugier, comme une majorité de nos concitoyens, psychologiquement s'entend, au-dedans d'une idéologie passée, un patriotisme, une religiosité, un nationalisme échevelé, voire même, rarement, pour certain, à une forme ou une autre d'anarchisme, soit tout simplement de se défaire de toute pensée idéologique de quelle que nature que ce soi.

    Or, dans le même temps où un nombre important de ceux qui organisent la vie sociale, politique et structurent l'administration de la nation se retrouveront en débandade, nous nous devrons de gérer une calamité économique qui, à y regarder de près, rendra notre existence des plus compliquées.

    Pour résumer rapidement, nous manquerons de monnaie, de combustible, de nourriture et de matériels de première nécessité, en ces deux simples exemples, les P1020021.JPGréfrigérateur et ordinateur nous seront absents, sans compter les matières premières et les médicaments..., j'en ai évoqué les raisons dans des textes précédents.

    J'émets l'idée, mais peut-être, bien sûr, en aurais-je tort, que, confusément, vous pressentiriez que là se situerait les limites programmatique du parti de François Asselineau et que la désintégration de l'euro, ce que lui-même et son équipe ne cessent de souligner, signerait, à mon avis, celle du dollar, de l'U.E. puis, à leur suite, de la mondialisation monétariste, ce à quoi ils ne semblent pas songer.

    Les causes en sont faciles à définir: réformer, même à la marge, un système politique triplement verrouillé, institutionnellement, politiquement et idéologiquement, comme l'est notre union et l'était l'U.R.S.S., ne peut que le détruire (il va falloir, un de ces quatre, que j'en explique le pourquoi), or l'euro en est inextricablement lié (tricher avec ces mêmes institutions ne lui étant en rien préjudiciable puisque c'est un phénomène différent, la triple composante sus-nommée de l'U.E. restant en l'état).

    De plus cette monnaie et les banques afférentes, européennes, si fragiles, sont, d'une manière ou d'une autre, enchaînées au dollar et aux banques de l'empire U.S., c'est pourquoi les entreprises européennes quitte l'Iran au plus vite.

    Dollar lui-même, en situation de non-valeur réelle à cause des Q.E., qui se retrouve à être la monnaie de réserve à l'international, ceci doublé de l'immensité desP1020025.JPG créations monétaires quasiment généralisées, mène à ce que si l'euro explose, ce sera donc l'Union-Européenne qui le suivra, puis logiquement par le dollar, ensuite les U.S.A. et enfin l'économie mondiale.

    (  C'est l'un des multiples scenarii possibles de l'explosion de l'économie-monde, bien d'autres sont envisageables, la faillite d'une banque ou d'une assurance trop grosse pour être faillie, le début d'une guerre civile aux U.S.A., l'effondrement d'une place boursière, en Europe ou en Chine par exemple, voire même un événement insignifiant mais significatif des instabilités économiques internationales......  )

    Nous plongeant dès lors dans ce chaos économique semblable à celui dû à une guerre de grande ampleur (de tous les flançais) qu'il me semble que vous entraperceviez, pouvant même nous conduire au retour général à la disette et aux tickets de rationnement, c'est pourquoi je ne cesse de donner ce conseil: faites vos réserves.

    Dès lors, je ne vois pas qui, lorsque surviendra cette faillite de l'économie-monde, des hommes et des femmes politiques actuelles, pourrait géré une telle situation, sinon un personnage tel que Monsieur Asselineau détenant, en lui, l'ensemble des outils institutionnels, administratifs et politiques pour en avoir une vision d'ensemble.

    C'est le motif principal pour lequel j'ai adhéré à son parti (n'allez pas croire que je P1010825.JPGvoudrais que vous fassiez de même, là n'est pas la question, je ne fais pas du prosélytisme pour l'U.P.R., et, en aucun, cas je ne vous ferais cette sotte injure, je respecte part trop votre intelligence pour agir ainsi).

    Or, et c'est cela qui me fait dire que le-dit programme ne pourra pas être en plein suivit,  ce sera à cause des très nombreuses urgences auxquelles le gouvernement d'alors se devra de faire face au devant de cette crise première, que seules les mesures les plus symboliques et utilitaires seront prise.

    Il en sera ainsi de la renationalisation des services publics, ce qui sera aisé puisque leurs possesseurs actuels seront tous ruinés et, pour une large part, disparus, du retour au franc, du déblayage des lois, constitutionnelles ou pas, liées à  une U.E. vidée, elle aussi, de son substrat et détruite, et aux oligarques néolibéraux eurolâtres et américanolâtres ruinés, puis à la votation rapide de nouvelles règles comme peut l'être le référendum d'essence populaire.

    (  Étant entendu que, bien sûr, il faudrait qu'à ce moment là François Asselineau et l'U.P.R. prennent le pouvoir.

    Il serait à penser que quand le système de globalisation heureuse ne sera plus, la majorité des élus du R.E.M., idéologiquement fragiles, fuiront et que leP1020011.JPG gouvernement de la France se sera vidé se sa substance, hormis quelques personnalités aujourd'hui des plus discrètes.

    Quand à notre président, je crains qu'il subisse un choc psychologique violent dû à la surprise, lui qui, en cela, est d'une grande fragilité, d'autant plus que nous pouvons facilement supputer (bonjour madame) qu'en raison de ce que j'appelle un effet Peter généralisé, il ne doit recevoir que des informations tronquées, voire fausses.

    Suivra donc un moment de chaos ou ne subsisteront qu'une partie des députés, là nous pourrons percevoir qui est sérieux à l'Assemblée Nationale, le sénat, par contre, restant, dans sa grande majorité, présente.

    Suivant la loi, si le Président de la République disparait de son poste avant la fin de son mandat, c'est le président du sénat qui se retrouve à gérer les affaires courantes, le temps d'organiser de nouvelles élections.

    Des partis politiques restant à peu près valides, Je n'en vois que peu: l'U.D.I., la F.I. et l'U.P.R., tous les autres auront explosé en vol, Monsieur Mélenchon, quand à lui, pouvant gravement décompenser.

    Les effets de cette banqueroute généralisée seront gravissimes, en un premier jet  j'en avais conceptualisé ceux me semblant les plus destructeurs ici.

    Le mieux serait, dès lors que ce chaos total se sera installé, chaos largement incompris par une bonne part de la population, à ce que de nouvelles élections présidentielles et législatives s'effectuent.

    P1020045.JPGMais l'état, à ce moment là, en aura-t-il les capacités ou le président du sénat devra-t-il  nommer un gouvernement provisoire de quelques mois le temps que la situation  commence à se rétablir?

    Je ne saurais le dire.  )

    C'est donc, à mon sens, cela que, confusément, vous pressentez, sans que vous ne l'ayez clairement conceptualisé, ce serait dès lors pourquoi vous avez considéré comme limité l'ensemble programmatique de l'U.P.R..

    Ce que je vous propose, si tant est que vous lisiez ces lignes, c'est  que, vous et de vos amis qui comprendraient la difficile situation future dedans laquelle nous nous retrouverons tantôt, vous réfléchissiez de votre coté aux considérables implications que mènera cette banqueroute généralisée (ce qui est bien c'est qu'il est possible de le dire de diverses façons).

    Parce que, voyez-vous, de ne faire que penser seul à cela ne peut que restreindre ma perception de la chose.

    Maintenant allons voir ce qui me fais dire que, dorénavant, la France est sauvée des multiples et destructeurs effets de l'imbécile néolibéralisme sous égide finissant de l'empire U.S., des oligarques nationaux et internationaux, de sa perle coloniale racornie qu'est l'Union-Européenne et de sa domination présente par uneP1020062.JPG Germanie qui n'en voudrait plus mais.... qui... en réalité... ne sais plus.....quoi en faire..... ni quoi faire....., enfin..... ne sait plus......avec une Frau Merkel... qui elle non plus.....ne sait plus.....avec les immigrés...si oui.....euh..... ou non.....euh.....si oui il y a crise de pouvoir......si non il y a crise du pouvoir......et les italiens aussi......euh......qui ne savent pas.....euh......s'ils restent dans l'Union-Européenne.....s'il en sortent.....sans l'euro....euh.....avec l'euro.....euh.....euh.....euh.....euh........euheuheuheuheuheuh.

    Sans compter que l'Empire Austro-hongrois se recompose, que nous ne pouvons plus savoir si la Russie veulent ou non reprendre l'U.E.€.O.T.A.N. des mains des U.S.A., de quel coté  penche la Grande-Bretagne, ce que veut la Chine, où en est l'Inde, l'Iran, le Pakistan, où va Israël, l'Espagne, la Belgique, la Suisse, enfin bref, c'est le bordel partout......

    Mais parlons de la France, je dirais comme ça que ce serait ce qui nous intéresse au premier chef, n'est-ce pas?

    Et puis le bordel, c'est pas pour dire, c'est un peu notre truc, non, même s'il est organisé.

    P1020116.JPGVous-même étant la preuve que le système D, ça marche.

    Lire la suite

  • Et le pire c'est qu'ils sont sincère.

    Je reprends le thème portant sur la fuite en avant, que j'analyse ici sous un autre angle que celui que j'avais abordé fin Septembre 2017, celui du processus de la conduite suicidaire,  et que je viens de republier hier, précédemment de celui-ci.

    Ces deux billets sont complémentaires l'un l'autre, c'est pourquoi je les ai regroupés.

    La particularité de celui-ci est que j'en donne des exemples en montrant pourquoi nos (ir)responsables politiques et économiques se conduisent d'une manière si contraire, autant à leurs devoirs dus à leurs fonctions qu'à leurs propres intérêts.

    Il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas là, seulement, de notre gouvernement, de nos oligarques, représentés par le M.E.D.E.F., de ceux de l'Union-Européenne, de son administration et députation, ainsi que de l'oligarchie mondialiste, mais d'une certaine part de la population, ayant parfois suivit un long et haut cursus.

    Cette folie néolibérale internationale et les délires pseudo écologiques et sociétaux P1010068.JPGqui l'accompagne, qui est le trait de notre modernité, s'exprime différemment suivant les pays, les états et les peuples, mais sous la même base idéologique.

    Or, quand ils parlent, la majorité des intervenants sont profondément sincère, les quelques autres qui ne le sont pas ne sont que de petits profiteurs qui, lorsque la situation changera, sauront, au bon moment, retourner prestement leur veste ou à fuir en se faisant oublier.

    Marine Le Pen est de ceux-là, contrairement à un Jean-Luc Mélenchon qui, en vérité, pense avec sincérité que le futur de l'Europe ne peut que passer par l'U.E. et qu'il serait possible de la réformer, ce qui, je l'ai déjà dit, est impossible sauf à la détruire.

    En première partie, je vais donc montrer en quoi quelqu'un ou un ensemble de personnes peuvent être sincères tout en se montrant totalement déconnectés de la réalité.

    A la suite, je m’attèlerais de démontrer, par quelques exemples, la sincérité suicidaire de la majorité des intervenants médiatiques, de notre personnel politique et de nos oligarques, quand bien même un certain nombre d'entre-eux pourrait ne se révéler n'être que d’infâmes magouilleurs et tricheurs, ceci ne retirant rien à cela.

    Je dois noter que je n'excuse rien de ces imbécilités décisionnelles mortifères de notre époques mais m'essaie de déterminer les causes sous-jacentes d'une conduite P1010160.JPGqui, sous tous les angles, se révèlent autant stupides, malfaisantes qu'autodestructrices.

     

    Par nature la sincérité ne veut pas dire probité, honorabilité, intégrité, raison, lucidité, discernement, subtilité et clairvoyance.

    Non, être sincère ne veut dire qu'une chose, la personne dit ce qu'elle pense au moment où elle le dit, c'est tout.

    Une personne psychologiquement instable peut bien exprimer une idée un jour, puis son total inverse le lendemain, elle sera à chaque fois parfaitement sincère.

    Plus même, elle peut parfaitement réinterpréter les événements passés à son propre avantage, distordre sa mémoire de telle sorte que ces événements cadrent avec la haute estime qu'elle a d'elle-même, tout en conservant la plus absolue des sincérités.

    Elle se ment, certes, mais avec toute une inconséquente inconscience ingénue, se justifiant à elle-même si, parfois, elle en venait à redécouvrir sa pleine mémoire d'un fait ancien réinterprété, sa survie mentale étant à ce prix: tout plutôt que de se confronter à l'angoisse dû au traumatisme infantile qui est à l'origine de cette malfonction sociale.

    Certes, jouer continuellement, inconsciemment, avec sa mémoire peut mener la-dite personne à voir son instabilité psychologique s'amplifier, voire même à ce P1010128.JPGqu'un processus de dégénérescence cérébral se déclare avec l'âge.

    Comme me le disait un ancien pote: "On ne joue pas avec sa mémoire!"

    On peut aussi être sincère, individuellement comme collectivement, en trafiquant, déformant, transformant, masquant, se trompant, s'aveuglant sur la réalité événementielle.

    Les raisons en sont de maintenir l'idée que l'on se fait du monde et, au-delà, de soi-même, ce que Alfred Adler disait comme étant un "scenario de vie" déformé et inadapté.

    Il suffit pour celui ou celle agissant ainsi d'écarter et de déguiser, toujours inconsciemment, les informations qui le et la dérange afin de réinterpréter ce qui est perçu à l'aune de ses propres croyances et de son amour-propre blessé, de son narcissisme dégradé.

    ( Toujours précédé d'un traumatisme, cette façon de faire peut être collective si celui-ci l'est tout autant, or, à l'échelle mondiale il est double: aux deux guerres mondiales viennent s'y surajouter l'effondrement idéologique suivant l'achèvement de la guerre froide, qui fut très anxiogène, et de la disparition de l'U.R.S.S. accompagné de celle de toutes les idéologies qui structurèrent l'histoire du XX° siècle: communisme, sociale-démocratie, démocratie-libérale et fascisme. )

    Rappelons-nous que le narcissisme et l'égo sont intimement liés et que la déstabilisation de l'un ne peut que mener à celle de l'autre, ceci en affaiblissant les processus de pensée, c'est pourquoi les personnes dites égoïstes, âpres aux gains, sont, comme dit plus haut, le plus souvent atteintes d'un narcissisme profondément instable et sont, en général, d'une grande médiocrité.

    Médiocrité ne pouvant que se développer avec le temps suivant les traumatismes traversés par le sujet venant en échos de ceux vécus dans sa prime jeunesse.

    Même si, par le passé, cette personne pouvait faire montre d'une subtileP1010385.JPG intelligence due au dynamisme de sa jeunesse et d'un potentiel parfois de bonne tenue, progressivement perdus à cause de la fragilité non comprise de sa structure mentale infantile .

    Ce qui est le cas des oligarques en général et ceux d'aujourd'hui en particulier, ainsi que de leur petites mains, comme il en est de la France macroniennes.

    Mais aussi celui de ceux qui en sont les serviteurs les plus zélés, tel que l'est notre Président de la République actuel, ses ministres les journalistes et pseudo-experts officiels.

    Il est possible, donc, de faire preuve d'une sincérité pleine et entière tout en donnant le sentiment de mentir effrontément, de tronquer la réalité en pleine bonne foi.

    Toutefois, le quidam fonctionnant de la sorte ne peut, à un moment donné, que se confronter à cette réalité qu'il fuit résolument, pour la seul raison que le monde ne peut qu'évoluer rendant sa perception de son milieu de plus en plus obsolète et, donc, en contradiction d'avec ses propres perception: la réalité le rattrape.

    Ce qui génère en lui une angoisse s'accroissant au même rythme que se multiplient les discordances entre cette réalité et l'interprétation fausse qu'il s'en fait.

    Phénomène ne pouvant que le conduire à s'arcbouter sur ses présupposés et à intensifier ses actions et réactions inadaptées et contreproductives, ce qui s'appelle de la fuite en avant, d'où sa conduite suicidaire concomitante.

    Bien sûr, le quidam souffrant d'un tel mal ne peut que projeter sur l'autre ses-dites angoisses, son prochain, plus ou moins proche, ou à la société toute entière, en lui faisant porter l'entière responsabilité de ses manquement moraux et de ses inefficacités sociales, ceci pour éviter de remettre en question ses faux et pathologiques présupposés le menant à ses inconduites.

    Cette agressivité, ne pouvant que s'amplifier, accentuant d'autant l'évolution de son milieu, augmentant d'autant ces angoisses et dès lors son agressivité et son unilatéralisme perceptif de celui-ci, ceci en une boucle de rétroaction continuelle.

    Jusqu'à ce que la situation devenant franchement instable, survient la rupture P1010447.JPGstructurelle de son milieu, ce qui veut dire transformation rapide de celui-ci, ceci suivant sa dimension, un divorce pour un couple, une révolution pour un pays ou l'effondrement économique mondial en cours en ce moment même par la désindustrialisation internationale.

    Cet ensemble de phénomène n'ayant d'existence que pour atténuer les douleurs neuronales dues à ses angoisses et pour, dans le même temps, cacher et se justifier à ses yeux et à ceux de ses pairs de sa plus totale incompétence existentielle, d'autant plus accentué par une culpabilité dont les causes proviennent de ce qu'il lèse, blesse et mortifie celui ou ceux qui se retrouvent sujets de ce qu'il faut bien appeler des calomnies, malignités et froides cruautés.

    (  Il ne s'agit pas d'un pervers narcissique cherchant à être puni par son souffre-douleur, mais d'une personnalité narcissique à la perception unilatérale du monde, voulant que celui-ci soit tel qu'il veut qu'il soit, faisant preuve de perversité dans son désir forcené à ce qu'il reste ainsi, aussi qu'en raison de cette projection sur l'autre de ses propres angoisses.    )

    Ce long préambule a de sens d'expliquer les raisons pour lesquelles un certain nombre de ceux qui sont responsables de la politique et de l'économie du pays, ainsi que de ceux qui s'en font l'écho, tels les journalistes et les pseudos experts en vue, peuvent être parfaitement sincère tout en déblatérant un ensemble de grossières insanités et d'affligeantes faussetés, ainsi et surtout en prenant des décisions qui, en plus de détruire leur pays et leur Union-Européenne chérie, en appauvrit la population, tout en les menant inéluctablement à leur propreP1010475.JPG déclassement et anéantissement par la faillite mondiale généralisée qu'ils accroissent de la sorte.

    Ils croient à ce qu'ils disent pour tenter de sauver ce qui constitue leur structure neuronale collectif, leur existence sociale, soit leurs présupposés idéologiques, ici néolibérale eurolâtre et américanolâtre, ce qui se révèle, pour eux, de plus en plus ardu, puisque ils accroissent ainsi l'instabilité de l'économie-monde et des équilibres politiques.

    Alors, je vous propose que nous allions y voir en quoi:

    Lire la suite

  • De la conduite suicidaire.

    La conduite suicidaire, autrement nommé "fuite en avant", voilà ce que plus de toutes choses au monde ne cesse de me questionner et, ce, depuis fort longtemps.

    La raison en est là, il y a les processus d'aveuglements, c'est à dire ces personnes qui ne perçoivent pas, qui ne peuvent percevoir ni concevoir, quelles qu'en soient les raisons, que la situation qu'elles vivaient auparavant se transforme et que si cette personne ne fait pas évoluer sa manière d'être et de faire, cela la conduira, à terme, à une catastrophe.

    P1000825.JPGCela à ne pas confondre avec l'adolescent, jeune ou vieux, qui prend des risques juste par manque de maturité, parce qu'il ne comprend pas la nature de ces risques.

    Tout comme les suicides, soient en raison appels au-secours qui peuvent tuer si la personne n'est pas sauvée à temps, ou le suicide vrai, de celui ou celle qui a le sentiment, réel ou supposé, qu'il n'y a plus d'existence sociale pour lui ou elle.

    Donc la conduite suicidaire existe et, là, vraiment, je me perds presque en conjecture, c'est pourquoi je me vais tenter d'en démêler les mécanismes.

    Une conduite suicidaire consiste à avoir en main toutes les informations et les capacités requise pour agir au mieux mais de ne pas en tenir compte ou, même, d'agir à l'inverse de ce qu'une action adaptée réclamerait.

    Bien évidemment, des causes psychologiques profondes sont à l’œuvre pour que le sujet prenne ainsi de mauvaises décisions, contraire à ses propres intérêts ainsi que ce ceux des responsabilités dont il a la charge.

    Ce processus, individuel et/ou collectif, ne peut avoir, en effet, d'origine que dans les basfonds de la psychologie humaine.

    Celui-ci, provenant donc d'un aveuglement, c'est à dire d'une impossibilité de percevoir la réalité, ne peut qu'être que la résultante d'une inadéquation plus ou moins totale entre ce qui est perçu et le sens qui en est donné, en une façon d'autosuggestion inconsciente.P1000896.JPG

    Nous avons tous vécu, sous une forme ou une autre, des situations analogues où nous nous retrouvions à nous débattre dans un imbroglio événementiel, parfois plus que détestable, provenant de ce que nous n'avions pas saisi, sur le moment, que nos actions étaient défectueuses parce qu'inadapté au moment vécu.

    Mais c'est lorsque la personne ou le groupe de personne, voire la société, ne perçoit pas l'imbroglio dans lequel il patauge et ne cesse de s'enferrer en continuant d'agir comme à l'accoutumé que nous pouvons parler de conduite suicidaire.

    Et il s'agit donc bien là d'un aveuglement que nous pourrions dire pathologique si la conduite inadaptée se perpétue, quand bien même les effets produits par les actions et les choix faits se révèlent inefficaces, ou pire encore, contreproductifs.

    Ce sont donc ces aveuglements qu'il s'agit ici d'analyser puisque c'est de là que proviennent les conduites suicidaires.

    Lire la suite

  • C'est parti mon Kiki!

    C'est parti mon Kiki!

    Allez, vas, le titre de ce billet n'a que de but de montrer que les instabilités tant politiques qu'économiques tendent à s'accentuer plus encore que part le passé.

    Nous, français et européens, n'avons qu'un seul intérêt dans cette histoire: que se passe-t-il et qu'arrivera-t-il dans le futur, le reste ne nous concerne, pour le moment, que parce que c'est toute l'humanité, notre humanité d'Être Humain, qui est également concerné.

    Dans combien de temps ces instabilités deviendront-elles telles (comme Guillaume, hi, hi, hi) que tout le système économique globalisé s'effondrera?

    Je pense qu'il est impossible pour quiconque de le dire.

    En revanche, de poser un certains nombre de suppositions en faisant de manière d'être au plus proche de la réalité des faits, mais aussi d'en prévoir l'évolution du  possible au probable est réalisable.

    Certes, comme d'habitude il s'agit d'un survol, d'autant que, je l'avoue, je fais beaucoup d'extrapolations, ce qui, ma foi, a donné, dans l'ensemble, d'assez bons résultats.P1010499.JPG

    Intuitivement je sens que nous arrivons à une bifurcation, quelque chose comme un long virage qui se resserre de plus en plus à certains moments, plutôt que d'une ligne droite avec un virage au bout, suivit d'une nouvelle ligne droite.

    Phénomène accompagné d'une accélération.

    Du-moins est-ce l'image que j'en ai.

    Depuis son élection, Monsieur Trump, quoi que nous pensions de lui, de ses décisions dedans et hors de son pays, rebat les cartes, ce qui ne peut que mener à une redéfinition des situations qui prévalaient il y a un an seulement, que ce soit aux U.S.A., dans l'U.E., en France et à l'international.

    Il est vrai que les gesticulation de notre petit, petit, petit, petit empereur national, j'ai nommé Emmanuel Macron, a également un peu perturbé son monde, il l'a surtout agacé.

    Il a particulièrement engendré, de par ses décisions et tocades, un déséquilibre en France qui peut, désormais, dégénéré à n'importe quel moment et, ce, pour un événement important ou futile: la population en ayant plus qu'assez des dispositions de l'Union-Européenne et de l'oligarchie que lui et son équipe suivent et, parfois, anticipent, avec l'empressement digne d'obséquieux petits chefs de services.

    Je me demande encore une fois s'il ne fut pas choisi en raison,  justement, de sa forte tendance naturelle à la médiocrité.

    Bien qu'il soit tout autant possible de nous interroger sur la médiocrité constitutive de ceux qui l'ont choisi, le patron d'A.X.A., Madame Merkel, Monsieur Attali et le collectif Bilderberg, officine impériale où l'on forme nos croquemitaines nationaux, entre-autre.

    La photo de notre Président de la République, que j'avais laissé en page de garde P1010587.JPGd'un billet de fin Avril, où nous le voyons conduit par le Président des États-Unis-d'Amérique tel un petit garçon par son papa, me laisse à penser que si le premier fut choisi pour son poste, ce fut pour,  justement, détruire l'Union-Européenne.

    C'est pourquoi, partant de cette idée, j'en suis venu à penser que l'élection de Donald Trump ne fut en rien un hasard mais, tout au contraire, une décision collégiale murement réfléchie.

    De mettre un trublion plutôt jobard à la tête de la deuxième puissance européenne dont le but est de perdre notre sainte union par ses erreurs, maladresses, inepties et autres bêtises.

    D'ailleurs, il doit y avoir un mathématicien et un universitaire, et d'autres grands naïfs, qui doivent aujourd'hui s'en mordre les doigts.

    Donc, cet avant-propos venant compléter le billet qui suit, ce qui est amusant, je vous propose d'en continuer la lecture.

    J'y montre cet accroissement de l'instabilité nationale, unioniste et P1010609.JPGinternationale...

    Lire la suite

  • Des services publics et ceux en réseaux.

    Je me disais qu'il me faudrait bien aborder la question des services publics en réseau.

    Ce thème d'actualité ne peut plus être du ressort idéologique parce que devenu, en raison de la complexification croissante de nos sociétés, d'essence socialement mécanique, c'est à dire d'une logique interne à nos sociétés en raison de cette complexification croissante.

    Il est, par exemple, impératif que tous, jusqu'aux plus pauvres, nous puissions voyager à un prix abordable, que ce soit par nos autoroutes, les métros, les bus, les tramways et la S.N.C.F., en raison de ce que nous ne pouvons plus vivre en autarcie, ne serait-ce que pour aller travailler et acheter de quoi manger.

    La question de l'existence des frontières, je l'analyserais plus tard, mais elle est, en réalité, centrale.

    Et celle-ci est inextricablement liée à notre double et bientôt triple domination, par l'Union-Européenne, d'essence totalitaire, de l'empire U.S., en situation avancée de dépérissement et de déclin, et d'une Allemagne, étoile montante de l'U.E., ne comprenant pas que si elle se débarrasse de l'euro elle détruira inéluctablement l'union.

    Ce phénomène a un nom: la mondialisation, qui serait le parangon de modernité.

    Or, cette globalisation, autre nom de la mondialisation, comprend deux processus diamétralement opposés:

    _Une mondialité intellectuelle, et donc également technique, technologique,P1010609.JPG scientifique, philosophique, religieuse, politique et j'en  passe..., à l'image de celle qui se construisit en Europe du moyen-âge jusqu'à la moitié du XX° siècle, qui fait qu'aujourd'hui un mathématicien chinois et français, par exemple, trouveront facilement plus à se raconter que chacun d'entre-eux d'avec l'un de leur concitoyen;

    _Une idéologie conservatrice mondialiste économico-politique, dite néolibérale, dont le socle doctrinal a plus de deux siècles d'âge, aux origines bourgeoises, soit d'une pensée marchande antérieur même à la période médiévale, voire antique, dont le vecteur majeur contemporain fut l'empire ultime qu'ont été les États-Unis-d'Amérique, faisant suite à ceux européens.

    Autant le premier est, en effet, progressiste dans le sens où cet échange continuel est l'un des multiples gages que les sociétés humaines vont dans le développement d'elles-mêmes.

    Autant le second, lui, est la tentative malheureuse d'un petit groupe de personnes, les oligarques et leurs serviteurs, de conserver et faire croitre un pouvoir, ici monétaire, qui, du fait de  leurs errements provenant de leur médiocrité structurelle, ne pourra que se perdre, quoi qu'ils décident et fassent.

    La privatisation, entre-autre, des services publics, dont ceux en réseaux, n'étant que l'une de ces multiples tentatives de conservation de ce pouvoir par une transformation accrue de la richesse réelle des nation en masse monétaire.

    Ce qui, indirectement, ne pourra qu'appauvrir encore plus les peuples et, donc, de détruire encore plus le tissu industriel mondial, cause véritable de la faillite généralisée en cours.

    P1010594.JPGCe que je veux montrer là c'est qu'en effet, et comme déjà dit ailleurs, tout se tient.

    Alors, quand bien même je vais vous montrer que privatiser un service public est une pure foutaise logique, politique et économique, cette idée absurde n'est que l'un des multiples exemples,  criant il est vrai, de l'incompétence et de l'inconséquence formelle de ceux qui ont la charge des nations et de leur économie.

    De leur médiocrité (ce que je ne cesserais de répéter jusqu'à plus soif).

    Lire la suite

  • Signes annonciateurs de l'effondrement qui vient.

    Ce billet est la reprise d'un commentaire sur le site "Businessbourse" que je vais compléter ici.

    J'y réponds à un certain Monsieur Perrin qui y expose, le pauvre chou, que tout ce qu'il se passe est de la faute des méchants politiques, états, gouvernements et banques-centrales, en oubliant au passage que ce sont les oligarques, ceux qui sont surnommés les "riches" (terme que je trouve vulgaire et aujourd'hui pas très exacte), qui les contrôlent (en France), ou tentent de les contrôler (aux U.S.A.).

    Ces pleurnicheries oligarchiques m'indisposent et m'agacent au plus haut point, les mêmes qui eurent lieu en 2008: "Sauvez-nous, Monsieur Sarkozy, sinon nous seront ruinés, ouinininin.".

    Vous remarquerez que ce monsieur ne dit pas que les surproductions monétaires font perdre aux monnaies leur valeur intrinsèque, mais juste que cela va le mener à sa faillite, à lui, mais que sa façon de se conduire ruine des millions de gens, il en a rien à faire.

    En fait, pour qui lit entre les lignes, il a  une trouille bleu, il n'y a pas de colère dans son texte mais du désespoir, un désespoir accusateur, certes, mais du désespoir, c'est que la situation doit vraiment être catastrophique.

    Il a joué la domination de l'Union-Européenne par l'empire étasunien, la nomination, par les oligarques eurolâtres et américanolâtres, du ci-devant Macron contre le peuple, il a joué sa fortune contre les intérêts de la France, et maintenant il pleurote, geint, larmoie, mais pour qui se prend-il?

    Que quelques-uns soient riches dans le pays, je ne vois pas le problème si et seulement si cela profite à tous, que surtout cela ne devienne pas un accaparementP1000448.JPG tel que cela détruit l'économie du pays et le pays lui-même.

    Et là ce n'est pas seulement à la France que cela mène à la catastrophe mais bien toutes les nations à l'échelle mondiale (sauf la Russie, et encore).

    La vulgate néolibérale dont il fait l'emploi me révulse au plus haut point, d'autant plus qu'il cherche à se justifier, en usant et abusant d'une grille de lecture qui, à y regarder de près, ne peut que se révéler fausse, simplement par les effets désastreux vers lesquels cela nous a conduit et, d'autant plus, nous conduirons sous peu.

    Voilà donc ma réponse que je lui aie laissé, que je vais, de plus, compléter ici.

    Lire la suite

  • Essai de réflexion sur les origines d'Homo Sapiens Sapiens.

    Je vous avais conté, amis lecteurs, de ce que je pense des origines du singe ici et là j'y avais exposé ce que je pensais de la nature de la pensée.

    Je vais, derechef, faire cet exercice périlleux consistant à m'essayer de concevoir notre passé lointain, soit ici l'origine de notre langage complexe et notre démarche si intrigante, deux des attributs spécifiques de notre condition humaine.

    Pour cela je vais reprendre comme base réflexive, une fois encore, la théorie du primate aquatique chère à Elaine Morgan (ici vous en trouverez un bref résumé en pour et en contre), que vous retrouverez dans "Les cicatrices de l'évolution", toutefois il me semble que l'explication qu'elle avait fourni pour expliquer l'évolution des pattes arrières de nos ancêtres en jambe fut un petit peu trop rapidement conceptualisée.

    Le livre d'Yvette Déloison: "La préhistoire du Piéton" est également d'une grande importance dans ma réflexion, je vous le conseille également, je suis juste en désaccord avec elle quand elle affirme que la position debout existerait déjà chez le proto-singe, ce qui ne colle pas avec mes propres pensées.

    Quand à l'origine de notre capacité d'échanger oralement, je fais l'essai d'en concevoir les premières évolutions en m'inspirant des échanges sonores des cétacés.

    Il est vrai que cette théorie du primate aquatique n'est pas validée par les paléoanthropologues.

    Celle-ci se dit hypothèse, ce qui en soit c'est logique, souvenons-nous de cet aphorisme de mon cru: "Une théorie n'a de valeur que par son caractère prédictif."P1010624 - Copie.JPG

    Or, toutes les théories, sans une exception, sur l'origine de notre espèce si particulière posent d'infinis tracas conceptuels, c'est pourquoi plutôt que théories, parlons (c'est le cas de le dire), pour l'ensemble de celles-ci, d'hypothèses.

    Une évolution ne peut se faire que si l'espèce a, en elle-même, le potentiel pour que cette évolution se fasse, et une fois celle-ci faite il est (quasiment?) impossible pour elle de revenir en arrière, sauf si elle a conservé en elle des traces archaïque.

    Ainsi, nous ne sommes pas si glabre que cela, nos poils sont juste devenus minuscules, s'il y a nécessité, une longue période glacière de plus d'une centaine de millier d'année par exemple, ce qui fut le cas d'Homo Sapiens Neandertalensis qui lui en avait traversé plusieurs, ceux-ci pourraient très bien, si je puis dire, reprendre du poil de la bête et se redévelopper, il est ainsi possible de représenter Neandertal hirsute, ce qui me semblerait logique.

    Mais une longue pilosité nécessite une  énergie supplémentaire que le métabolisme se devra de fournir, or, l'une des nombreuses particularités humaine c'est d'avoir un cerveau qui, de ses 2% me masse corporelle en moyenne, utilise 20% de l'énergie que le corps produit.

    Ce cerveau a donc, ainsi, un coût énergétique énorme et son évolution ne peut s'être fait que de par la nécessité que cela se produise, ceci doublé de ce potentiel qui rendit ceci possible.

    Il en est du cerveau comme de notre bipédie et de notre langage complexe.

    P1010666 - Copie.JPGDe cette nécessité évolutive due à un nouveau milieu et des contraintes qui y sont liées, au potentiel évolutif de l'espèce antérieur, il faut y rajouter le fait que ce milieu puisse offrir le cadre indispensable pour que la-dite évolution puisse se produire.

    Ce sont, à mon sens, ces trois simultanéité qu'il faut rassembler pour construire un ensemble théorique cohérent et dynamique pour saisir ce qui fait de nous, aujourd'hui, ce que nous sommes: le potentiel, les contraintes et les possibilités.

    Mais à quoi cela pourrait-il servir?

    Tout simplement de nous comprendre dans ce qu'il y a de plus profond dans notre psyché, ce que peut recéler de plus ancien de notre inconscient, nos pulsions instinctuelles d'Être Humain qui peuvent, si nous n'en prenons pas conscience, prendre une place part trop considérable dans notre vie du tous les jours.

    Je vous propose donc que nous fassions ce voyage dans le temps de nos ancêtres d'il y a plusieurs millions d'années passés.P1010577.JPG

    Lire la suite

  • Economie: les instabilités s'accroissent autant que la médiocrité du temps!

    Si nos sociétés humaines et, d'autant plus occidentales, se retrouvent aujourd'hui dans une situation calamiteuse c'est bien parce que la médiocrité est devenue la norme.

    Vous trouverez ici ( lisez-le avant de poursuivre ce billet ) une bonne définition de ceP1010142.JPG que peut être la médiocratie, la gouvernance des médiocres, mais où y est glissé toutefois cette hypothèse absurde du réchauffement climatique anthropogénique, preuve s'il en est que cette tendance traverse tous les espaces intellectuels, même là où celle-ci est reconnue dans sa substance.

    C'est bien cette médiocrité généralisée qui mène le monde à sa faillite, c'est bien l'impossibilité formelle de ceux qui ont à leur charge la vie publique et économique des pays de conceptualiser les effets temporels de leur décisions et actes, qui entraine le délitement progressif de la mondialisation heureuse et celle des pays.

    Cette brève dissertation de ce philosophe québécois, que j'ai découvert sur le site "les crises" de Monsieur Berruyer, nous montre ce court-termisme qui se retrouve à être la trame générale des sociétés s'étant répandu partout depuis maintenant de longues décennies.

    P1010159.JPGC'est, tout compte fait, cette longue médiocrité délétère qui constitua ce moyen-âge moderne consubstantiel au gras obscurantisme qui, telle une chape de crétinisme, a enveloppé la pensée humaine et dès lors la nôtre propre.

    Là se trouve cet affaiblissement de la pensée provenant de cette indétermination psychologique dont je vous ai longuement entretenu en Mars de cette années et qui, en ne sachant plus se déterminer en tant qu'Être Humain, rend notre espèce malade de ce non être.

    En un exemple vibrant, vous trouverez , sur le site de Businessbourse, l'annonce de la monté des prix des carburants, phénomène déjà remarqué lors du tout début de la crise dite des subprimes de 2017/2018, ce qui était prévisible mais ne semble pas être souligné par quiconque.

    Ce que j'avais prévu depuis des mois et dont je vous avais déjà entretenu: en raison des instabilités financières dues à la fragilité grandissante de l'industrie mondiale, des instabilités boursières et de la perte quasiment totale de la valeur nominale intrinsèque de quasiment toutes les monnaies, les spéculations monétaristes et boursières se reportent désormais sur les matières premières, dès lors sur le pétrole, mais aussi, bientôt, sur la nourriture sur les productions minières.

    ( Il y eu une telle situation il y a six mois environ qui s'était lentement rétablie par un accroissement des Q.E., mais depuis les dégradations industrielles et boursièresP1010042.JPG ne firent que s'amplifier, ceci d'autant plus que le gouvernement U.S. semble (je suis prudent) tendre à éliminer ses oligarques par leur faillite, d'où la monté des taux de la F.E.D. vers les 3%, la même monté qu'en 2007... )

    Ce qui ne pourra que générer deux effets convergents, une instabilité croissante des nations et la fermeture progressive des usines et autres manufactures.

    Dès lors, en raison de l'appauvrissement des populations, les bulles immobilières,  s'égayant ici et là, commenceront à se racornir, ce qui mettra à mal la situation financière des banques.

    Ceci sans compter d'autres bulles tout autant gigantesques, dont nombre se trouvent aux États-Unis-d'Amérique, entre-autre dédiées aux crédits pour les étudiants et à l'achat d'automobiles.

    En France, le crédit à la consommation a franchi une nouvelle étape où il est visible P1010177.JPGque les grands magasins se mettent à devenir banquier et en viennent à faire du crédit pour des dépenses de 50 euro et moins, ce qui est une preuve supplémentaire de cet appauvrissement généralisé.

    Ceci quand, dans le même temps, le gouvernement macronnien tend à vouloir restreindre, non pas des avantages, mais la masse des émoluments qui, jusqu'à maintenant, permettait à un ensemble de salariés de faire, cahin-caha, fonctionner l'économie du pays, à la S.N.C.F. notamment.

    Tout en voulant privatiser le chemin-de-fer français, quand l'exemple britannique ne peut que nous montrer à l'envi la plus totale inefficacité, parfois mortelle, d'une telle démarche, ne pouvant, là encore, que mener à réduire les capacités économiques du pays.

    En fait, même s'il a de très nombreux visages, dont celui des experts, des journalistes en vu, d'une classe politique et économique éreintée, même si une nouvelle équipe gouvernementale et législative, de même essence, nous avait étéP1010188.JPG sorti du chapeau, notre ennemi véritable se cache au fin fond de notre esprit et se nomme la médiocrité et son corolaire, l'obscurantisme.

    A nous donc de reprendre en main notre liberté, qui est de comprendre ses propres contraintes, et notre indépendance d'esprit, qui consiste à penser par soi-même en remettant en doute, ce qu'affirme avec raison Mr. Deneault, des évidences qui, en seconde lecture, ne peuvent que se révéler ne pas être telles qu'elles se présentent et telles que nous nous les représentons.

    Sinon, le moment me parait propice pour vous redonner, peut-être pour la dernière fois avant que le système économique globalisé n'explose, mes conseils (une partie est du copié-collé d'un texte précédent datant d'Avril 2017, déjà):

    Faites donc des réserves, ayant moi-même compté au minimum:

    -quelques jours, voire deux semaines de menues monnaies, ne serait-ce que pour quelques courses, le pain, notamment, ceci étant dû au fait que les banques ayant fait faillite, il faudra du temps pour que le gouvernement réagisse ou ne soit renversé, pour qu'enfin celles-ci soient nationalisées (il en sera de même pour les P1010234.JPGassurances, il vous faudra être prudent);

    -si vous avez des économies dans une même banque, répartissez dès aujourd'hui cette somme dans plusieurs autres, l'une peu disparaître mais pas l'autre;

    -si vous achetez de l'or, de l'argent et/ou du platine, plutôt en petites pièces, conservez-les chez-vous, bien cachés, dans un trou au fond du jardin par exemple, mais sachez que cette monnaie ne vous servira que dès que le système économique du pays repartira et pas avant;

    -si vous avez beaucoup d'argent, même hors des frontières, transformez-le en matières premières et entreposez-les discrètement près de chez-vous, ou achetez des terres agricoles, des concessions minières dans votre propre pays, de petits objets d'art que vous mettrez dans votre maison, enfin, tout ce qui peut permettre à un pays de se refaire une industrie et à vous de ne pas trop perdre d'argent (de toute façon, vous en perdrez et beaucoup);

    -trois mois de nourritures pouvant se conserver, pâtes, riz, plutôt complet, légumes voire fruits secs, farine, sucre, huile, beurre, ...,plus des conserves si vous en avez la place, du café aussi, le temps que les acheminements de vivres reprennent, l'agriculture française existant encore (pour combien de temps?);

    -faites un potager, vous pouvez dès maintenant acheter les outils, des graines au plus tôt, faites le bêchage de printemps, semez  des tomates par exemple, pour avoirP1000816.JPG votre récolte au plus tôt;

    -si c'est possible, ayez des poules pour les œufs puis la viande, pour vous et aussi pour du troc;

    -comptez un an de produit de première nécessité, pour le corps (savon, shampoing...) comme pour la maison (javel ou vinaigre blanc, lessive, P.Q....), songez à ce que quasiment plus rien n'est produit en France;

    -ayez de quoi faire du troc pour deux à trois ans de ce qui n'est plus produit sur notre sol, soit presque tout, tout pourra faire l'affaire, des cigarettes pour les non fumeurs (les autres les fumeront), du chocolat, du café (là encore il sera dur de ne pas résister), mais aussi du papier, du cirage, du savon en rab, de la peinture, du bois de chauffe, des piles, des lampes..., etc..., enfin,  de tout ce dont nous avons tous besoin au jour le jour et dont nous ne faisons que des réserves limités;

    P1000749.JPG-le vélo et/ou le vélomoteur (le plus économe en essence), surtout si vous habitez loin des gares, le train continuant sûrement de rouler, seront une valeur sûre, songez que l'arrêt des transports internationaux signera celui des produits pétroliers, votre voiture restera donc au garage et les bus et cars au dépôt, l'essence et le gasoil sera réservé aux véhicules prioritaires et aux armées;

    -commandez un, voire deux chéquiers, les paiements électroniques pouvant cesser à un moment ou à un autre, rapidement (?) le chèque pourrait devenir le seul moyen de paiement pour un temps indéterminé, dès que le gouvernement d'alors auront rouvert les banques;

    -conservez convenablement tous vos papiers, attendez-vous, aussi, au moins à un ralentissement d'internet, les administrations, les banques et les assurances, aussi, pouvant les égarer lors de cette catastrophe, voire perdre leurs informations informatiques;

    -dès que les signes les plus évidents et marquants, pour ne pas dire angoissants, seront là, allez voir votre maire pour lui expliquer ce qu'il se passe, parce qu'il y a de fortes chance qu'il n'y comprenne rien, ceci pour qu'il commence à organiser autantP1000886.JPG les pénuries que les risques de désordres et débordements.

    C'est, en effet, dans les débuts de cet effondrement, au local, que l'organisation sera, dans un premier temps, le plus efficace.

    Mais surtout, surtout, surtout, pensez par vous-même, même si cela entre en contradiction d'avec les idées de l'air du temps, même si vous vous retrouvez à vous disputer avec vos proches, et même si vous êtes en désaccord avec ce que j'écris, je ne détiens aucune science infuse (ce qui est une évidence).

     

     

    THEURIC

  • Monsieur macron est désormais politiquement détruit!

     

    A-00-a-MacronTrump.jpg

    Oui, dorénavant, Monsieur Macron est, ad minima, politiquement détruit.

    Cette simple et terrible photo est explosive.

    ( En fait, si nous regardons bien Monsieur Macron, il est dans une situation, à ce moment là, de fonctionner, si je puis dire, sur un mode automatique, il plane en quelque chose de l'ordre de l'hystérie en retrouvant, en présence de Monsieur Trump, des réflexes enfantins.

    Sûrement cette photo fut-elle prise après leur allocution devant les caméras suivant leur réunion à la maison blanche.

    Que s'y est-il dit, quelle relation le président américain a-t-il entretenu avec celui français, seuls ceux qui étaient présents le savent, mais toujours est-il que le premier a pris, pour le second, la place de son père.

    Il a dû ne pas cesser de le féliciter, le louanger à longueur de temps, en tous cas nous pouvons observer Monsieur le Président de la République Française dans un état émotionnel puissant et déconnecté de son contrôle, de son auto-contrôle intérieur habituel.

    Remarquez également comment Monsieur Trump s'amuse de la situation, j'ai mêmeP1010215.JPG l'impression qu'il se dit: "Je n'ai pas perdu la main à mon âge, je l'ai bien eu, à mes bottes qu'il est, le marmot!".

    Comme j'avais pu l'expliquer il y a quelques textes auparavant, Monsieur Macron est quelqu'un d'infantile et psychologiquement fragile, nous en avons là encore une fois un exemple frappant.)

    Si, comme je le conçois et tel que je vous l'avais exposé dans mes deux billets précédents, les États-Unis-d'Amérique ont l'ambition, pour les raisons indiquées préalablement, de se replier sur leurs bases arrières en détruisant, dans le même temps, l'Union-Européenne par la déstabilisation de la France, alors cette photo là en serait la preuve formelle.

    ( A mon sens, ce serait également là que se trouverait la raison pour laquelle les Corée nord et sud se réconcilient.

    En effet, si l'empire U.S. se replie sur ses bases arrières et se dégage également de l'Asie, comme il le fait en Europe, il n'a plus besoin de cet état tampon d'avec la Chine que représentait la Corée-du-Sud.

    P1010329.JPGD'autres phénomènes de même type devraient se produire d'ici peu de temps, attendons de voir. )

    Et considérer Monsieur Trump comme étant un imbécile, même si il fait preuve, en effet, plus que d'une goujaterie, d'une vulgarité manifeste, c'est ne pas comprendre la subtile intelligence du bonhomme.

    C'est un vieux commercial de haut niveau, un manipulateur de première force, et ce type doit pouvoir, je l'imagine, mener quasiment tout le monde tel qu'il voudrait qu'il se conduise, il n'y avait plus que de poster, par avance, le photographe au bon endroit et qu'il connaisse le signal du bon moment.

    A n'en pas croire, tout cela, l'affaiblissement de Monsieur Macron, fut monté de toute pièce depuis le début, peut-être même depuis l'affaire Skripal (ce qui peut nous faire réfléchir à une entente "cordiale" entre la C.I.A. et le M.I.5).

    ( Les trois problèmes que représentent notre Président de la République pour ceux qui l'ont choisi est que, d'une part il ne comprend rien à la politique et, n'ayant aucune prudence, se laisse mener par le bout du nez avec une facilité remarquable, quand ce ne sont pas ses gaffes à répétition qu'il ne cesse de proférer.P1010361.JPG

    D'autre part son intransigeance idéologique l'amène à trop rapidement prendre et faire prendre des décisions qui ne peuvent qu'être néfaste au pays et donc à lui-même, cela en affaiblissant une Union-Européenne qui n'en demandait pas tant.

    Enfin, sa facile propension au mensonge peu subtile dont il est ensuite facile, pour la population curieuse, d'en démêler le stratagème.

    Quoi qu'il en soit, qu'une personnalité politique de premier plan puisse dire que le peuple dont il la charge, ici français, n'a pas de spécificité culturelle, ne peut qu'être qu'un profond crétin. )

    Affaire qui, au demeurant, a sûrement affaibli Madame May, la raison en serait de la remplacer pour quelqu'un de plus agressif envers l'union.

    Ceci suivit du bombardement de la Syrie suite au supposé gazage de sa population qui ne put, là également, qu'ébranler politiquement autant notre Président de la République que le Premier Ministre britannique (cela vaut bien la destruction d'une usine à liquide vaisselle et d'une centaine de pétards au million et demi de dollar P1010375.JPGl'unité, non?).

    Il se fait dire, part ailleurs, que le Président U.S. aurait voulu que le dit bombardement ait été infiniment plus offensif et que ce fut les militaires qui calmèrent ses ardeurs.

    A mon sens, cette petite historiette ne fut raconté que pour accroitre les craintes de leur camp que ces deux personnages, anglais et français, ne conduisent leur pays respectif dans des engagements militaires désastreux, contre les russes ou les chinois notamment.

    Dans le même temps le gouvernement étasunien nettoie ses écuries d'Augias, ce qui, là encore, est le processus naturel d'une période de réforme impériale.

    Et mène son oligarchie, la nôtre par la même occasion, à la ruine en augmentant les taux de la F.E.D. au-delà des 3 %, ce qui ne peut que conduire à cette faillite généralisée internationale dont je vous parle tant, cette augmentation des taux ayant été, en 2007, le détonateur de la crise dite des subprimes, et ce coup-ci il n'y aura pas qu'une seule banque trop grosse pour faire faillite à se retrouver en pleine banqueroute.P1010194.JPG

    Vous remarquerez l'extrême prudence de l'Allemagne, Madame Merkel ayant d'autres priorités infiniment plus urgentes à régler: la survie de la Deutschbank, la seule de Germanie trop grosse etc..., mais beaucoup plus imposante que toutes les autres européenne, françaises comprises.

    Peut-être que la chancelière allemande rajoutera quelques petites agaceries pour pourrir un petit peu plus la vie de notre éternel enfant de président, le fragilisant encore un peu plus, mais, contrairement à ce que j'ai pu le supposer, je ne pense pas que cela ira tellement plus loin.

    Néanmoins, je ne serait pas surpris que, bientôt, ce pays commence à faire de nombreuses réserves de toutes sortes en achetant et entreposant à tour de bras autant de la nourriture, du carburant, des matières premières et toutes de ces sortes de choses.

    ( La visite que Madame Merkel, chancelière allemande, a rendu à Monsieur Trump, juste après le départ de Mr. Macron, ne peut qu'interroger.

    Il est possible, mais là je ne fais que de poser des suppositions,  que Mme. Merkel vienne aux renseignements de ce que va faire notre impérial enfant et/ou de choisir la date à laquelle les banques trop grosses etc... devront être amenées à la faillite.

    Photo0001.jpgD'autres possibilités peuvent être envisagées, que tout simplement il puisse juste s'agir de hasard de calendrier, mais il est des moments où le hasard peut avoir bon dos. )

    Mais revenons à la France, je vous prie.

    Comme dit plus haut,Monsieur Macron, qui se voulait le réformateur de l'Union-Européenne et celui qui aurait rendu la France nouvel état États-Uni-d'Amérique ( fantasme, quand tu nous tiens ), est désormais politiquement détruit.

    (Il n'est plus Zeus, Louis XIV, voire Louis XVI, ni même Napoléon III, dorénavant il n'est plus affublé que du sobriquet de micron.)

    Certes, ce processus sera naturellement long à se développer, du-moins dans ses effets.

    Pour le moment, ce sont les rires populaires déclenchés par cette photo qui sont les plus destructeurs.

    De plus, les hommes ne peuvent que ressentir que du dédain pour celui qui se voudrait être dirigeant et ne se conduit, face à un autre chef de l'état, théoriquement son égal, que comme un mioche à peine dégrossi.

    Les femmes, de plus, ne peuvent qu'avoir qu'un profond dégoût pour cet enfant dans une enveloppe de grande personne.

    Quasiment asexué, donc.

    Celles qui, par le passé, se sont pâmées pour ce godelureau ne pourront que rejeter ce freluquet paraissant sans virilité.P1010378.JPG

    Même si les autres partis politiques officiels doivent surveiller ces événements en espérant pouvoir se refaire lors des prochaines élections européennes, celui, de parti, qui en tirera tous les marrons du feu ne peut qu'être et avec raison l'U.P.R. de François Asselineau.

    La France-Insoumise, elle, si son président, Jean-Luc Mélenchon, a bien compris ce que peut être le sens de l'histoire, ne peut que se radicaliser en devenant plus anti-U.E. que le précédent, mais il lui en faudra en dépenser une énergie considérable pour faire oublier la multitude de ses errements d'antan.

    Les autres plongeront dans une frénésie, une exaltation pro-union qui risquerait bien d'être assez délirante, ce sera le F.N. R.N. (la Route National, après les marcheurs, quel aveu) pour lequel ces réactions pourraient bien être les plus excessives.

    Mais ce sera au sein du R.E.M. que ce rejet sera le plus violent: ils ont tous été P1010362.JPGtrompés et comme ils n'ont pas cette connaissance approfondie de la politique et que leur haine pour Macron sera bientôt inextinguible, ils se détourneront de lui.

    Bien sûr que non, ils ne vont pas lui fomenter quelques pièges dont les vieux de la vieille de la politique ont le secret, mais vont, pour beaucoup, lentement, rentrer chez eux en démissionnant tout simplement, parfois aussi en changeant de camp: ce sont des députés dépités qui, comme bientôt leurs électeurs, voteront avec leurs pieds.

    Cette photo fera, fait déjà le tour de la planète, et tout le mode se demandera: "Mais que la France est-elle devenue?"

    Notre nation a définitivement, avec ce président, perdu la face, et la population, de ça, ne le lui pardonnera jamais, à lui, certes, mais aussi à tous ceux qui l'entourent et le soutiennent.

    Le vieillard Attali avait dit de lui qu'il représente le vide politique du pays, bien qu'il ait oublié l'U.P.R., pour le reste, il avait raison, en omettant toutefois le fait que lui ne représente pas le vide mais le néant de la pensée politique et économique.

    Il crut, ce niais, que notre empereur de carnaval serait le sauveur de la France, si, si, c'est bien ça, quand en fait il ne fait que précipiter la fin de sa chère union.P1010143.JPG

    Et il y en  a d'autres comme lui, tant d'autres, à avoir cette pensée économique néolibérale du XIX° siècle, que Madame Thatcher avait relancé, il y a maintenant 47 longues années et donc les britanniques ne veulent plus.

    Ce n'est même plus une philosophie de vieillard mais celle de spectres.

    Politiquement Macron est détruit et c'est définitif, tous ses proches, du-moins les moins sots, ne peuvent que trembler d'angoisse, eux ont compris mais lui n'en a rien saisi.

    Sans compter que certains, de nos derniers grands industriels, commencent à avoir peur qu'il puisse leur arriver la même chose qu'à Alstom par exemple, vendu aux américains (ce que d'aucun désigne comme une vile traitrise macronnienne), comme il peut en être de l'entreprise Dassault, qui n'est pas des moindres et, ce, de tous points de vues.

    Pensez-vous vraiment que ce qu'il se passe en ce moment dans notre douce France ne les fasse pas discrètement réagir?

    Pensez-vous réellement que ce qu'il reste de nos vrais entrepreneurs ne Photo0016.jpgcommenceraient pas à se poser de sérieuses questions au sujet de l'Union-Européenne et de l'empire U.S.?

    Pensez-vous qu'en toute logique certains n'en seraient pas à estimer qu'il serait temps de remettre tout ce bazar économique débile à plat, quitte, pour un temps, de bouffer, tous, de la vache enragée, ce qui, de toute façon, se passera tôt ou tard?

    Ne pensez-vous pas que dorénavant la population française en a marre de toutes les trahisons et autres divagations et que la seule chose qui l'arrête encore c'est sa crainte de rompre avec le rêve américain sous forme d'Union-Européenne?

    Juste dans un an nous aurons les élections européennes, à peu près, et un an, en ce moment, c'est long, très long.

    Nous ne savons pas ce qu'il peut se passer entre temps, mais, en Mai 2019, il faudra que l'U.P.R. obtienne un résultat excellent.

    ( j'admire l'esprit politique du père Asselineau, il est vraiment, en cela, de cette subtilité que j'apprécie.

    C'est qu'il sait s'y faire le bougre, il est rafraichissant de songer qu'enfin, en France, nous avons affaire avec un vrai chef d'état. )

    Le terrain est mûr, il n'est plus à chacun que d'y semer ses graines.

     P1010077.JPG

     

    THEURIC

  • De la rétrogression historique à Macron: l'empereur sera-t-il bientôt déchu?

    A l'introduction qui vient, je le fais précéder de ce petit préambule de dernière minute qui me semble nécessaire.

    Ce fut hier, en effet, d'abord en regardant une vidéo de Monsieur Biberian que je ne retrouve pas, datant d'un mois (je vous conseille celle-ci pour celui qui ne connais pas grand chose aux atomes et de leur fusion et fission) traitant, lors d'une conférence, de la fusion froide, où il  y expliquait le conservatisme de ses paires face aux idées nouvelles.

    Puis c'est en songeant à l'accueil possible du billet que je vous propose aujourd'hui, que je me suis rendu compte que mon problème principal est que je sors doublement du cadre de référence conceptuel social de notre époque.

    Déjà en raison de mon statut auquel je ne fais que peu de cachotteries, j'ai le Certificat d’Étude Primaire en sa dernière année d'existence (allez-y voir, les jeunes, de quoi il en retourne), un C.A.P. horticole, été deux ans jardinier communal, pendant 25 ans conducteur de bus à la R.A.T.P. et entre les deux fait plein de petits boulots.

    DSC00065.JPGMais aussi du fait que je ne porte pas un regard habituel sur les événements et prend souvent des positions largement différentes de ce qu'il se dit sur tout un ensemble de sujets.

    Je sors donc doublement de ce cadre de référence et, en cela, je me retrouve à être provocateur sans que cela soit recherché de quelle que manière que ce soit.

    Si, ma seule provocation, si tant est que ça en soit une, est de montrer qu'il est possible de penser par soi-même quel que soit le niveau d'étude de chacun, le principal étant de s'instruire continuellement.

    Je conçois parfaitement que d'aborder des sujets comme il peut en être de l'évolution des ancêtres des singes ou de la présence des extraterrestres, que je nomme les E.I.N.T., les Être Intelligents Non Terrestres, peut surprendre, voire choquer.

    Mais je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas écrire sur ces thèmes qui sont tout aussi sérieux que bien d'autres.

    Le cadre de référence conceptuel social étant l'horizon collectif de ce qui fait sens.P1000898.JPG

    Je ne vais pas m'appesantir la-dessus, vous laissant aux deux lectures suivantes.

     

    J'avais largement commencé à écrire ce texte avant de retrouver le précédent dans mes archives, puis de vous le proposer avant-hier.

    Or, il s'est révélé ces deux-ci sont intimement liés.

    Cette rétrogression historique (en  fin de page), dont je vous avais déjà fait part à plusieurs reprises, entre-autre en vous faisant remarquer le retour de la barbe et la ressemblance entre le burkini et les vêtements de bain que portaient les femmes françaises à la fin du XIX° siècle, pourrait, là encore, s'exprimer par la confrontation, aujourd'hui seulement économique et politique, entre un diablement dérisoire Macron se prenant désormais pour une sorte de Napoléon III dit, par Victor Hugo, le petit, et une Madame Merkel très loin de ce que fut Bismarck.

    Certes, il n'y a rien à voir entre la Prusse de l'époque qui, grâce à Otto Von Bismarck, sut recomposer, de 1862 à 1871, le Saint-Empire-Romain-Germanique défunt sous la forme de l'Allemagne, ainsi que Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, aventurier qui tenta un coup d'état en 1840, fut élu Président de la II° République en 1848 et, en 1852, fut sacré empereur sous le nom de Napoléon P1010318.JPGIII, puis qui abdiqua lors de la guerre de 1870 après la défaite de Sedan.

    Et l'époque actuelle où, de Bismarck nous avons, en Allemagne, Madame Merkel, et en France, de Napoléon III nous en sommes revenu à ce pauvre Monsieur Macron, grandeur et décadence.

    Mais ce qui est remarquable c'est la singulière similitude qui semble prendre corps entre la fin de ce troisième quart du XIX° siècle et l'achèvement de la deuxième décennies du XXI°.

    Bon, bon, je sais, cette similitude paraît tirée par les cheveux, d'autant plus que rien pour l'instant n'est réellement en place, comme souvent je fais ici de la prédictivité en partant du principe que nous sommes entrés dans une phase de rétrogression historique avec, lié, une manière de répétitivité historique.

    Ce fut le refus du Gouvernement allemand de participer aux (petites) frappes en Syrie qui me fit me demander si, par hasard, la Germanie n'aurait pas saisi le repli stratégique qu'effectue l'empire étasunien (là encore, je n'en ai que des preuves peu assurées).

    Mais cela me paraît logique au vu de la situation économique catastrophique dedans laquelle se retrouve les États-Unis-d'Amérique et, comme le firent les romains en leur temps en Bretagne (la Grande-Bretagne d'aujourd'hui), les américains retirent discrètement leurs troupes de l'Europe, mais pas seulement de là.

    C'est pour cela que ce sont les forces spéciales françaises qui furent envoyées aiderP1010087.JPG les kurdes pro-américains à lutter contre l'armée turque, plutôt que celles étasuniennes.

    Donc, bientôt, la France et l'Allemagne vont se retrouver à se regarder en chien de faïence au sein de l'Union-Européenne.

    Allemagne qui semble vouloir quitter une Union-Européenne débutant sa débandade, ceci du fait de l'éloignement progressif de Tonton Sam, mais surtout de percevoir la faiblesse montante de l'empire.

    Elle ne peut donc, à mon sens, que de décider de reprendre sa souveraineté, d'autant plus que l'U.E. la met au-devant de risques économiques ne pouvant que s'aggraver avec le temps (Target 2).

    Mais son problème est que, même si une bonne part de sa population ne serait pas vraiment contre, son oligarchie, elle, ne peut que rester, au moins pour partie, résolument unioniste.

    De l'autre coté du Rhin nous avons le gouvernement Macron et son  président (allez jusqu'à la rose rose pour savoir comment je le perçois) qui de Zeus en fut devenu roi, puis de roi en est maintenant à prendre des allures impériales, décidant de tout, même des actions militaires.

    C'est pourquoi il en vient à être comparé à Napoléon III.

    Ce qui correspond à ce que j'affirme depuis quelques temps, nous entrons dans une P1010215.JPGphase de rétrogression historique, en voici, me semble-t-il, les mécanismes politique qui l'y accompagnent.

    Lire la suite

  • Réflexions sur la fin des empires.

    Voici un texte que j'avais publié pile-poil en Avril 2014, comme le temps passe (s'il repassait, ce serait bien pour mon linge), et, à l'aune de 2018, celui-ci me semble d'autant plus pertinent.

    Je le reprends donc et vais le retravailler pour le rendre plus précis.

    Mais, dans l'idée, je ne rejette rien des hypothèses de base que j'avais posé du processus en cours dans les Amériques.

    Ce pays, les États-Unis-d'Amérique, se trouve dorénavant en but à son déclin avancé, et si Monsieur Trump y fut élu en tant que président c'est en raison même de cette situation.

    Certes, ce billet est un essai consistant à démontrer (poil au nez) que ce qu'il se passe en ce moment, les égarements multiples en Syrie et en Ukraine notamment, n'est en rien surprenant mais est la résultante de la décadence impériale.

    Cependant nous, en tant que colonisés sous la bannière de l'Union-Européenne, nous nous devons impérativement de nous débarrasser des sédiments culturels P1010325.JPGU.S. qui, depuis de longues décennies, se sont largement stratifiés en générant, en nous, un état d'acculturation prononcé.

    Ceci étant d'une nécessité absolu (poil au...dessus) ou, sinon, nous nous retrouverions, lorsque le système économique U.S., et dès lors mondialisé, aura cessé tout fonctionnement, au-devant d'immenses difficultés psychosociales, ceci parce que notre libération du joug étasunien ne proviendrait pas d'une décision suivit d'une action collective, mais de la simple survenue d'aléas se situant hors de notre volonté.

    Ce que nous pouvons déjà percevoir dans le milieu oligarchique national et européen où, par exemple, aucune réaction ne s'y fait montre lorsque les bourses U.S., pour se renflouer, ponctionnent, sans vergogne aucune, les richesses du C.A.C.40 français ou du D.A.X. allemand (je ne retrouve plus la vidéo qui, sur Businessbourse, en faisant état).

    Ce manque de réaction est compréhensible en raison même de l'angoisse montante chez nos élites économiques, mais aussi politique et journalistique, en raison de leur confuse compréhension de cette fin prochaine.

    N'oublions pas, en effet, que, si chacun de nous et aussi collectivement nous agissions sur notre milieu (poil aux yeux, cil), le milieu, par nature, agit tout autant sur nous en un échange continuel.

    Une domination telle que peut l'être celle impériale structure autant les sociétés asservies que chacun des individus qui les composent, au même titre que l'empire et sa population en viennent à être ordonnancé, de moindre façon, par les peuples dominés.P1010362.JPG

    Ces élites des pays colonisés ont, plus que tout autre, la crainte en une disparition impériale puisque leur pouvoir ne s'assoie désormais que par sa seule existence: l'empire ne peut exister que si et seulement si il est aidé par l'autorité en place, ou du-moins se disant telle, cette dernière en en tirant tout son bénéfice.

    C'est pourquoi les oligarques eurolâtres, mais surtout américanolâtre, se laisse piller sans que nul ne moufte: ils savent que la disparition de l'impérium signera de manière définitive leur hégémonie sur leur nation, ainsi payent-ils le prix de leur survie.

    Mécanisme que nous pouvons, là encore, remarquer tout au long de l'histoire.

    Un dernier point remarquable en ce préambule, l'extraordinaire ressemblance entre ce que fut l'empire (poêle à frire) romain et celui américain, surtout dans cette relation que le premier avait établi avec la Grèce antique et celle que le second a construit avec l'Europe et peut-être d'avec la Russie qui se considère toujours comme la descendante de l'Empire-Romain-d'Orient, de Byzance.

    Or, tout comme l'empire romain le fit en son époque, l'empire américain est en train de se replier sur ses bases arrières, ce qui est l'une des raisons, la principale peut-être, pour laquelle elle est en train de déstabiliser la France pour qu'elle en vienne au France-quitte, ceci dans l'esprit de détruire l'Union-Européenne.

    Ce que l'Allemagne, désormais, sait pertinemment et qui serait à son relatif avantage.

    D'ailleurs, l'une des raisons pour lesquelles il y eut ce bombardement en Syrie, à cause d'un supposé usage de gaz de combat de la part de l'armée syrienne qui ne tient pas la route, fut justement d'affaiblir grandement un Monsieur Macron qui, décidément ne comprend rien à la nature de la politique et qui a pris là des risques incommensurable, sur les bons conseils de Madame May (au joli mois, poil aux doigts).

    Le texte, donc, que je vous propose en seconde partie, consiste à une explication des raisons pour lesquelles un empire est, par nature, mortel.

    Parce que, en toute chose, il est bien de détenir une compréhension théorique du contexte de la complexité qui nous confronte pour résoudre au mieux les problèmes qu'il peut nous causer, bien que, bien sûr, il puisse être possible de s'en passer, ce qui serait dommage puisque cela P1010412.JPGnous permettrait de nous en faciliter la tâche.

    Lire la suite

  • Ouf, la relève est prête.

    2008 fut une date charnière.

    Certes, il aurait fallu que le pouvoir politique de l'époque cassât les reins des banquiers et oligarques occidentaux qui nous avaient conduit au bord de la faillite généralisée.

    En revanche personne n'était prêt à prendre la relève, en France, d'un personnel politique déjà autant inapte qu'inepte, ni de pouvoir restaurer une économie nationale, européenne et mondiale déjà au bord de l’asphyxie.

    Ni même de remplacer ce fatras d'idéologues de tous poils, surtout journalistes, P1010194.JPGpolitologues et économistes qui, obéissants autant à l'oligarchie euro-atlantiste monétaristes qu'à leurs dogmatismes néolibéraux, ne cessent, dès que la population ne réagit pas de la manière qui leur sied à telle ou telle décision gouvernementale, de se ruer en meute dans les médiats porter leurs bonnes paroles en usant tous des mêmes expressions propagandistes.

    Nous en voyons et en entendons l'exemple type en ce moment même en raison des grèves, dont les chemineaux de la S.N.C.F. sont les fers de lances, qui, progressivement, semblent se propager partout dans le pays.

    Or, aujourd'hui, il est possible d'observer sur internet un ensemble de jeunes qui, contre vents-et-marées, seuls ou en équipes, quelques-uns dans l'indigence, montrent une détermination intelligente pour renouveler une parole journalistique indépendante de toute oppression oligarchique.

    D'autres font de la politique, à l'Union-Populaire-Républicaine ou à France-Insoumise (pas si insoumis que cela, pour l'instant), renvoyant l'oligarchie à leur asile pour vieillard, sinon dans les faits, du-moins, pour l'instant, dans l'esprit et le propos.

    Certains diffusent des cours de vulgarisation sur tel ou tel point scientifique, font des recherches sur des thèmes à peine abordés, remettent en question des vérités si établies que les reposer sur la table c'est faire preuve de provocation.

    Il y en a aussi qui rénovent un art qui, en ce moment, s'est égaré au-dedans d'une vulgarité dont nous pouvons percevoir les détestables effets jusque dans la production monétaire de l'Union-Européenne (observez les billets de l'union) et de notre nation.P1010202.JPG

    Et cette jeunesse, ma foi, me ravit.

    J'étais, jusqu'il y a peu, désappointé par le fait que seuls de vieux barbons, auxquels je dois commencer à ressembler  avec mes 59 berges, seuls eux, dis-je, paraissaient avoir une libre parole, une indépendance d'esprit, une dissidence aux influences à la doxa du politiquement correcte néolibéral.

    Il n'en est rien, cela est fort bien.

    Et je me réjouis de ce renouveau.

    Il est vrai que je peux être en désaccord avec tel ou  tel, ceux soutenant l'existence d'un réchauffement climatique anthropogénique par exemple, mais qu'importe, ils pensent par eux-mêmes et c'est cela qui compte.

    Qui sont-ils?

    Je ne rends visite sur leur site qu'à peu, mais en deux exemples:

    Une Tatiana Ventôse ou à l'équipe du "fil d'actu" auquel elle participe, dont l'attention est porté de renouveler un journalisme indépendant.

    Celle-ci devant faire un boulot de manutentionnaire pour gagner sa vie, ce qui ne peut qu'être considéré que comme dérisoire au vu de sa personnalité et de son intelligence et fait comprendre la colère qui l'habite.

    P1010257.JPGOu celle dont le pseudonyme est "Vue Autrement", travaillant avec celui qui s'exprime sous le surnom de "Penseur Sauvage", la première s'étant présenté aux dernières élections législatives sous la bannière de l'U.P.R..

    Il y en a bien d'autres que j'ai pu visionné sans retenir leur nom ou leur pseudo, traitant de toutes sortes de sujets et vraiment ils font du travail de qualité avec, il faut le souligner, très peu de moyens.

    Si j'ai un reproche à leur faire, il serait de deux ordres:

    Qu'ils cessent d'user d'un anglo-américain devenu d'une vulgarité criante puisque, justement, la politique suivit en France l'est en raison même de son appartenance à la colonie de l'empire U.S. qui se fait appelé l'Union-Européenne, la France n'étant, après tout, qu'à l'image du Vietnam au sein de l'Indochine de l'époque des colonisations française.

    Cet usage, inconscient, je le conçois, affirmant par là même notre appartenance impériale, se décoloniser doit d'abord et avant tout commencer par nous détacher de notre déculturation passée.

    Étant entendu que, dorénavant, la langue anglaise est devenue le langage international comme il en fut, par le passé, du latin en Europe.

    Toutefois, il est à noter que lorsqu'un tel idiome en est venu par être partagé par tous, les élites du moment, pour conserver leur domination, même simplement intellectuelle, en viennent à utiliser une autre langue d'échange, plus complexe et ardue à apprendre.

    Et quelle langue autre que le français réunirait ces conditions, autant de par son orthographie, sa conjugaison que de sa haute précision lorsqu'il en est fait usage dans ses plus complètes délicates subtiles difficultés?

    La langue française devenant déjà, à mon sens, la langue intellectuelle internationale par excellence, comme il en fut hier du grec en Europe en réaction à ce que le "commun" de l'époque en venait à devenir, lui aussi, latiniste.

    Qu'ils évitent, aussi, autant que faire se peu, d'utiliser de la grossièreté, cette inélégance réduit d'autant la porté de leurs réflexions journalistiques, philosophique que politique.

    Sinon, à tous les autres jeunes, s'il y a un conseil que je me permettrais de vous donner, si vous êtes dans la situation de faire des études prolongées, choisissez plutôt les domaines du type de ceux de la technique, des lettres ou scientifiques.... et fuyez tout ce qui a trait au monétarisme et au commerce.P1010269.JPG

    Le premier parce qu'il disparaîtra bientôt (sans que je ne sache quand), le second parce qu'il y a pléthore de vendeurs et de commerciaux et que, quand il s'agira de rebâtir un tissu industriel dans notre pays, le technicien, le tourneur-fraiseur, l'électro-mécanicien, le charpentier, l'ingénieur, l'agriculteur et infiniment d'autres métiers de la sorte seront demandés, contrairement à ceux sus-nommés qui, par la mode de l'idéologie actuelle, deviennent majoritaires sur les bancs des université.

    Et risquent de beaucoup de devenir pour partie inutile.

     

     

    THEURIC

     

    P1010327.JPG

  • Des médailles et des enfants.

    Préambule en dernières minutes:

    Je ne parlerai que peu et rapidement ici des grèves actuelles, je l'ai déjà fait par deux fois, lors de mon billet précédent, puis en Septembre quand j'en annonçais la forte éventualité.

    J'y avais écrit ceci, après en avoir expliqué les raisons:

    (En France, si j'ai raison dans ce que je viens de vous exposer, une multitude d'incidents, de manifestations, de grèves, d'événements parfois brutaux, parfois singuliers, s'y passeront, suffisamment amples pour que les médiats en parlent.

    Le gouvernement macronien ne va pas cesser de faire des bourdes, parfois du propre chef de tel ou tel ministre, parfois en raison de conseils faussement judicieux provenant dont on ne saura qui.)

    Maintenant les événements suivent leur cours, l'opération de déstabilisation de la France ayant débuté (dire que je doutais, à l'époque, de sa réalité, que je ne faisais qu'imaginer tout ça).

    A un moment donné le domaine privé se mettra également en grève, la fourniture d'essence par exemple, plus tard, les policiers embrayeront probablement à leur tour, puis il est possible que même les militaires suivent.

    Le but suivit est double, terrifier le pouvoir et générer le chaos dans l'économie du pays.

    P1010236.JPGJe l'ai dit, ce sont l'équipe de Madame Merkel, l'Union-Européenne, l'euro et la Banque Goldman Sachs qui sont visés, la France n'en étant qu'un outil pour parvenir à ces fins.

    Macron prend pour l'instant son pied, lui qui croit être l'homme de la situation, capitaine au-devant de la tempête, d'autant plus que vu que les gens sérieux furent sûrement écartés des administrations qui importent, les informations qui lui sont communiquées ne peuvent qu'être partielles, voire fausses, il croit pouvoir contrôler la situation mais ce n'est qu'un vœu pieux: il ne fera que bourdes sur bourdes.

    Son mouvement, le R.EM., est fragile, bricolé à la-va-vite, sans réelle cohérence politique et dont nombre d'adhérents rendent leur carte, écœurés, avec, de plus, une partie de ses élus de l'Assemblée Nationale, déçue de voir comment tout cela se passe, risque de fuir dès que la situation deviendra inquiétante, sans compter des ministres pouvant aussi filer à l'anglaise pour les mêmes raisons.

    Maintenant rien ni personne ne peut arrêter ce processus, il se poursuivra jusqu'à sa conclusion ultime pouvant aller jusqu'à la cessation de fonctionnement de l'économie mondialisée.

    En revanche, et là se trouve la raison de cette brève intervention, je crains, j'ai le profond sentiment que nos manipulateurs aient oublié une toute petite chose, celle d'avoir prévu quoi faire après avoir déstabilisé notre pays, d'ailleurs il est possible qu'ils s'en foutent royalement.

    Ce n'est pas tant que j'attende d'eux quoi que ce soit, sauf à ce qu'ils nous oublie un peu en nous lâchant la grappe, surtout en ce qui concerne l'empire U.S., mais que cela risque de nous conduire à une situation très compliquée et plutôt chaotique.

    C'est que les anglo-saxons ont perdu la main, ce qui est visible depuis leurs actionsP1010224.JPG militaires en Afghanistan et surtout en Irak puis en Syrie par jihadistes interposés.

    Alors, Monsieur Asselineau, étudiez les scenarii plausibles, possibles et probables, l'époque se prête à toutes les conjectures.

     

    Retour à l'avant-propos du thème de ce billet.

    En soi, l'enfant est  irresponsable en raison même de sa juvénilité, et il le sais, il sait sa profonde inconnaissance des lois sociales, humaines.

    Il sais, au plus profond de lui, de son besoin irrépressible de devenir Humain, de devenir un Être Humain à l'image des adultes qui l'entourent, il en a une soif instinctuelle de l'apprendre, d'en être éduqué, de s'en instruire, ce que j'appelle l'adanthropisme.

    Mais souvent ce qu'il pense être des adultes ne sont, en réalité, que des grandes personnes, ce qu'il sait aussi confusément, savoir qui, au fil des années, tend à être refoulé puisque ce sont ses modèles qui vont contribuer à psychologiquement le forger, parfois bien au-delà de sa puberté.

    Ces grandes personnes, bien que majeures, n'en sont pas moins restés plus ou moins immatures, ce qui veut dire qu'elles n'ont pas su ou pas pu acquérir leurs capacités de responsabilité d'être, autant de l'Être Soi que de celui de vivre en société.

    C'est cette irresponsabilité qui mène à une soumission qui ne peut que varier suivant l'histoire de chacun.

    P1010230.JPGLa question restant de savoir si, dans une société complexe telle que le sont celles modernes d'aujourd'hui, une part de soumission à l'autorité ne serait pas nécessaire à son bon fonctionnement.

    Comment donc nous accorder en nous le respect normal aux lois, à ceux qui en sont les porteurs, à ceux qui, aussi, nous ordonnent quoi faire et quand, en entreprise entre-autre, de jauger et juger de la bienséance de ces lois, de leurs porteurs et de ceux qui nous  commandent, leur conformité d'avec l'essence démocratique, de la souveraineté du pays et de la nation, de l'estime de soi et de l'autre aussi, et de conserver en  nous la plus entière liberté, indépendance et responsabilité d'Être?

    Sinon en devenant adulte, c'est à dire d'être et de devenir responsable autant de ses actes, de ses paroles et de ses pensées, dans le sens d'être dans la volonté de les comprendre dans leur réalité et non pas de se laisser aller à se justifier en se mentant autant à ses propres yeux qu'à ceux de nos semblables.

    Ce qui veut dire s'assumer en tant qu'être pensant.

    Être adulte est donc d'abord être responsable au-devant de soi-même puis au-devant des autres, l'inverse ne pouvant être vrai parce que c'est en nous qu'est constitué notre considération du monde.

    En ne pouvant provenir de quiconque d'autre hors de soi.

    Certes,  la famille puis les structures sociales au-dedans desquelles nous avonsP1010206.JPG grandi et mûri, ainsi que celles où nous vivons, structurent également notre esprit, c'est pourquoi en comprendre, en être conscient, même de manière succincte, les composantes est en cela nécessaire.

    C'est en cela que la réelle liberté est de comprendre ses propres contraintes.

    Ici, la question qui doit vous agiter le mental, amis lecteurs, doit être: "Mais où donc veut-il en venir?"

    Comme il en est souvent sur ce site, je m'entretiens avec vous de politique et, par cet avant-propos, de faire la distinction entre devenir adulte ou rester dans l'infantilité irresponsable de la grande-personne.

    En seconde partie, je vais montrer la preuve qu'en effet ceux qui nous gouvernent, politiquement et économiquement, ne le sont en rien adultes et, encore moins, responsables.

    Certes, ils le sont et le restent, responsables de leurs actes et de leurs paroles, ad minima au-devant de la loi, mais aussi, face au pays, de la cohérence de ce que peuvent être la patrie, la république, la démocratie, l'état, la nation, et, ce, de ce que fut notre passé, de ce qu'est notre présent tout comme de ce qu'il en sera de notre futur par nature encore indéfinissable.

    Mais nous, nous sommes responsables de nous mêmes, de notre individualité, et non pas de l'individualisme, ferment de cette infantilisation qui fait le sujet P1010325.JPGindirecte de ce billet.

    Alors, je vous prie, allons y voir:

    Lire la suite

  • Essai de réflexion sur la pensée globale.

    Ce qui est symptomatique de notre époque est la parcellisation de la pensée.

    Il est en effet remarquable d'observer combien la réflexion sur un sujet donné n'est pas intégré dans un ensemble cohérent, à l'heure où les sociétés humaines se sont rapidement grandement complexifiées.

    Les domaines sont nombreux où cette complexité n'est que peu abordée et,  j'en pose l'axiome, serait la source première des difficultés économiques, sociales et politiques auxquelles nous nous confrontons au jour le jour.

    Ainsi Monsieur Macron, le royal serviteur de l'oligarchie qui nous gouverne, le génie des Carpates, a, par les lois, ordonnances et autres décrets qu'il a, lui et son gouvernement, promulgué, haussé nombre de taxes et, surtout, la C.S.G. pour tenter de faire survivre encore un peu un système économique international et européen en effondrement industriel et monétaire lent.

    P1000880.JPGCe qui bien sûr pâtit aux faibles salaires et aux retraites, ce qui ne peut que réduire d'autant le pouvoir d'achat de tous ( pouvoir d'achat qui, en réalité, n'est qu'une immense fumisterie présente pour cacher la fermeture des usines et entreprises agricoles, envoyant les gens au chômage).

    Pour le remonter, ce pouvoir d'achat, la taxe d'habitation va être progressivement supprimée, ce qui appauvrit les communes.

    (Reconnaissons que, dans l'esprit de notre Président de la République, ce serait une tentative, vaine il est vrai, de faire repartir une machinerie industrielle française grandement en souffrance en redonnant du "pouvoir d'achat" aux ménages, sans penser une seule seconde que ce ne seront pas les industries nationales qui en profiteront mais celles d'Allemagne de Chine et d'ailleurs.)

    Pour que les communes ne s'appauvrissent pas de trop, pour que les maires ne se révoltent que modérément (déjà que les regroupements de communes indignent les édiles communales...), mais surtout pour que les petites gens puissent continuer d'acheter, l'échange marchand étant le nerf de la guerre du libéralisme économique, qu'il soit néo ou pas, les municipalités, donc, je le conjecture, auront bientôt le droit de décider par elles-mêmes du taux de la taxe foncière (ce en quoi je peux faire erreur, une autre mesure, de même type, pourrait être prise, voireP1010080.JPG même aucune décision de ce genre être décidée, mais cette décision serait dans la logique de la pratique gouvernementale actuelle).

    Ce qui, bien sûr, mènera à son augmentation, ce qui pénalisera les propriétaires qui risquent de mettre en vente le foncier qu'ils louent, ceci pouvant générer un crash immobilier pouvant entrainer l'économie mondiale à sa faillite.

    Pour éviter ce phénomène pervers, cela conduira inéluctablement le gouvernement à libéraliser les prix des loyers.

    Ce qui pénalisera, devinez qui, les plus pauvres, chômeurs, retraités et travailleurs pauvres.

    Et la boucle sera bouclée, boucle de rétroaction s'entend.

    Bon, ne leur demandons pas grand  chose, aux macronnistes-philippards, même ceux sortant des universités ne saisissent rien à la politique, ni à l'économie, d'ailleurs.

    Mais vous pouvez, amis lecteurs, observer cette parcellisation de leur pensée les conduisant à cette ahurissante et illogique tentative de rééquilibrage d'une instabilité économique qu'ils ont eux-mêmes créé, montrant de manière P1010151.JPGcaricaturale leur impossibilité totale d'avoir une vision globale de la situation.

    Les conduisant, de plus, à accroitre le ressentiment populaire à leur égard.

    Je vous avoue ne pas avoir vraiment conceptualisé ce que peut être une pensée globale, cette idée ne me restant, pour l'essentiel, que purement intuitive puisqu'elle m'est quasiment naturelle, toutefois j'y jetterais, au-dedans de ce billet, les premières bases réflexives.

    Je vais surtout donner ici un exemple basé sur un ensemble d'informations présentes et prendre grand soin de montrer que cet outil conceptuel ne peut être en rien une panacée, celui-ci pouvant se révéler faux en nous forçant de mettre dans un même ensemble des événements qui, en réalité, n'ont pas de réels liens entre-eux.

    Mais même si cet outil ne peut être d'une sûreté absolu, il n'en reste pas moins d'une grande utilité conceptuelle.P1010026.JPG

    Lire la suite

  • Indétermination, suite et fin.

    Je me suis aperçu que ce thème de détermination/indétermination n'était pas vraiment complet, je vous soumets donc l'achèvement d'une réflexion.

    Il me semble normal que je puisse être critiqué, que des désaccords, pourquoi pas absolus, se soulèvent, des précisions soient menées par d'autres, ou une refondation sur ma perception de la chose.

    En revanche, ce qui me chagrinerait ce serait qu'il y aurait réaction sans qu'il n'y ait eu compréhension.

    Quoi qu'il en soit, chacun à le droit de s'exprimer ou de ne pas le faire.

    Bon , quand à moi, je vais prendre un bon bouquin et lire un peu, ça me reposera, je corrigerais plus tard.

    C'est fou comme une longue concentration me fatigue et, ça, depuis que je suis petit, je pense que c'est pour cela que ne fus pas un élève assidu.

    Ceci dit, bonne lecture à tous, je vous conseille de commencer par le premier de ces textes, puis le second et enfin celui-ci, mais vous pouvez faire comme bon vous semble.

     

    P1010042.JPG

    Lire la suite

  • Détermination & indétermination.

    Bon, j'ai mis la journée à taper ce texte, ouf, c'est terminé, je suis épuisé, demain je le décorerais de mes photos florales et le corrigerais, en y laissant, comme à chaque fois, quelques coquilles, ce à quoi je vous prie de m'excuser.

    L'idée de l'indétermination m'est venu en pensant à l'électron, oui, je sais, je ne suis pas physicien.

    Je l'imaginais se baladant seul, de ses 300 000 km./s. dans la noire nuit silencieuse des confins de l'univers et, disent les professionnels de la chose, qu'il n'est pas possible de savoir si, dans ce cas, c'est une onde ou un corpuscule, ni même, c'est là que c'est amusant, si j'ai bien compris tout cela, où il se trouverait, il P1000745 - Copie.JPGpourrait se situer un petit peu partout en même temps dans l'univers, ce qui est, ma foi, quelque peu singulier.

    Ce ne serait que quant il interagirait avec un bidule quelconque, l’atmosphère d'une planète, une montre-à-gousset, un astéroïde, une pivoine, un vaisseau spatial ou un cheval à bascule qu'il dirait: "Coucou, j'suis là", puis qu'il disparaitrait en interagissant d'une manière ou d'une autre d'avec ce bidule.

    Parce que sa rencontre bidulienne (néologisme), d'une certaine façon, déterminerait son existence,  puis le ferait disparaître lors de cette interaction, enfin, c'est ce que j'ai compris de ce machin, hein, si je fais erreur quelque part, n'hésitez pas à corriger ma ou mes inexactitudes.

    Enfin, partant de cette idée, tout à coup je me suis dit: "Tiens, en fait, la raison en serait parce qu'il est indéterminé puisqu'il n'a aucune relation, si je puis dire, d'avec aucun autre corps physique jusqu'à ce qu'il ait une interaction bidulienne qui le déterminerait".

    Et puis je me suis demandé, de fil en aiguille, si, pour nous autres Êtres Humains, l'indétermination ne serait pas l'un des maux psychologiques dont nous pourrions souffrir (bon, c'est ça l'intuition, ça te passe du coq à l'âne sans hésitation en faisant des correspondances parfois hasardeuses, et le pire c'est que ça marche).

    Quelques temps après, je ne pourrais pas vous dire combien, des mois, ça oui, pour que murisse cette idée, je me suis demandé si cet obscurantisme, dont mes anciens lecteurs, ou ceux qui eurent la patience, la curiosité et la persévérance de tout lireP1010043.JPG virent que j'en faisais souvent mention.

    Si l’obscurantisme actuel, donc, ne serait pas en lien étroit avec cet indétermination psychologique qui est le sujet de ce billet.

    Ensuite, ben ensuite je n'ai que peu creusé ce thème, attendant, comme d'habitude, pour l'approfondir, que je le pose sur le papier le dépose dans mon blog par écran interposé.

    (D'ailleurs il va falloir que je rapatrie tous mes textes à partir, si mes souvenirs sont bons, de mes troisièmes aphorismes, allez-y voir, ceux qui ne les ont pas lu, j'en suis particulièrement content, il y aussi des poésies, tapez aphorisme ou poésie sur le moteur de recherche du blog, il les trouvera tout seul, comme un grand.).

    Vous trouverez en seconde partie de ce long billet, en toute fin, mes explications des immenses difficultés dans lesquelles nous nous retrouverons en France, mais aussi partout ailleurs, lorsque le système économique globalisé sera forclos, ce qui arrivera, n'en doutez pas.

    J'ai amené ça de manière assez subtile et j'en suis plutôt content.

    C'est vrai, j'ai la manie de mélanger les sujets, c'est que pour moi ceux-ci sont liés, et puis quand j'en ai un en tête il faut que je le note ici.

    P1010084.JPGJe n'écris pas ça pour me justifier, bien que cela pourrait sembler tel puisque j'affirme que je ne me justifie pas, ben oui, c'est comme ça que nous fonctionnons, nous-autres Homo Sapiens (pas encore vraiment) Sapiens, mais pour montrer comment je fonctionne: à l'intuition, ce n'est qu'ensuite que la logique prend le relais.

    Si je puis rajouter comme un Post-Scriptum avant la lettre (ouarf, la blague), ce n'est que quand un système débilitant tel que le nôtre, l'U.E. néolibéral, arrive à la fin de son existence, que collectivement nous en venons à le comprendre au mieux, il en fut ainsi pour l'U.R.S.S..

    Voilà, bon courage à vous, ce billet est long et je ne suis pas mécontent des hypothèses que j'y dégage.

    Quand à moi, il est tard, je vais manger, j'ai une faim de loup, hou, hou, hou, hou.

    Lire la suite

  • De la chaleur climatique fantasmatique aux égarements psychologique collectifs.

    (Mon blog a bogué, le voici remis à l'endroit.)

    (Psychologique et non pas spychologique, j'en fais un beau, de spychologuqe, hé, banane, et la banane, c'est moi!)

    Le présupposé réchauffement climatique anthropogénique est, à mon sens, ni une théorie, ni une hypothèse, ni même une vague idée, mais juste l'une des nombreuses résultantes d'une grave instabilité psychologique collective.

    En cela, cette chimère exprime quelque chose.

    Cette chose ne se situant pas dans le domaine de la science climatique mais dans la profondeur de notre psyché.

    D'autres signes le montre, comme il peut en être de l'amour immodéré des puissances monétaristes au sein des gouvernements de l'union et de l'Union-Européenne elle-même, dont les banques Rothschild et Goldman abeille.jpgSachs, grands pourvoyeurs et employeurs de nos élites zélées (macron en sortirait), sont les plus puissantes, visibles et nuisibles.

    Il en est de même d'une représentation exagéré des États-Unis-d'Amérique en tant que parangon de modernité, de puissance et de démocratie et symbole de la vertu.

    Si Monsieur Trump est haï c'est surtout que de part sa simple présence en tant que président de l'empire U.S., il montre et démontre, en raison de sa vulgarité naturelle, que la représentation qu'il se fait en Europe et en France de cette nation n'est pas telle qu'elle peut généralement se fantasmer.

    L'indépassabilité de la construction européenne et la négation de son triple verrouillage, politique, idéologique et institutionnelle, et ses effets autodestructeurs font également partie des symptômes de cette instabilité émotionnelle collective européenne.

    La détestation de la Russie fait également parti de ces obsessions, où il est possible d'entendre que le froid auquel nous nous confrontons aujourd'hui proviendrait de là-bas, par une vague Moscou/Paris, comme une sorte d'accusation, un reproche voilée.

    Sans compter tout ce qui peut se raconter au sujet de Monsieur Poutine et de ses services.

    Mais là où nous pouvons, sans hésitation, parler de délire, c'est quand nous apprenons que des nazis sont au gouvernement ukrainien, auquel l'O.T.A.N., donc la France, est allié, quand dans le même temps de longues émissions télés se font sur la Shoas.DSC_9621.JPG

    Ou quand, dans  nos mêmes médiats, se poussent de hauts cris au sujet du bombardement de la Goutha par le gouvernement syrien, où des extrémistes islamistes lié à Al Qaïda, se terrent, extrémistes que l'O.T.A.N., dont fait, là encore, parti la France, a armé, et qui, peut-être, put téléguidé l'un ou l'autre des attentats qui eurent lieu dans notre pays.

    Ces quelques exemples montrent cette instabilité psychologique, d'une partie de la population, certes, mais surtout d'une immense majorité de l'élite économique, politique et journalistique française, européenne et étasunienne.

    C'est donc de cette instabilité là que je me vais tenter d'analyser en m'appuyant sur la moins que supputation de ce présupposé réchauffement climatique anthropogénique (un refroidissement serait en tous points infiniment plus destructeur et meurtrier et ce serait vers quoi nous nous dirigeons).

    P1000816.JPGCe texte plus avant que je vous propose est le copié-collé retravaillé d'un commentaire que j'avais laissé ici .

    Lire la suite

  • Peut-on tirer sur l'ambulance?

    P1010142.JPG

    Enfin, plutôt qu'ambulance, la question serait : Peut-on tirer sur le corbillard?

    Que serait-il ce corbillard?

    Ben, le gouvernement macronnien, ou plutôt macronniaisien, et ses députés radio-actif du R.E.M. (parce que nous les entendons partout), tiens, la bonne blague (à tabac, ce qu'ils font d'ailleurs, un tabac, nous qui les aimons tant).

    Mais je vous avoue que je ne sais plus vraiment ce qu'ils enterrent, ces chers ineptes dans leur pays d'Absurdie, sinon eux-mêmes.

    Et oui, eux n'habitent ni ne gouvernent la France, ce beau pays qui fleure bon le fromage, le contrepet (c'est ainsi que Macron et Philippe me brouillent l'écoute), l'imparfait du subjonctif (que rares sont ceux sachant en faire usage), les vieilles P1000753.JPGéglises et les cathédrales gothiques (qui se rempliront bientôt), les troupeaux de vaches regardant les trains passer (sauf celles des usines à lait) et les merdes de chien dans Paris...

    Et oui, eux ne gouvernent pas la France mais l'Absurdie.

    La preuve en est, ils se justifient, et en politique on peut mentir, tricher, manipuler, cacher et tout un tas d'autre choses encore que la morale réprouve (avez-vous remarqué que la morale, autre nom du surmoi, réprouve toujours quelque chose?), mais jamais ô grand jamais, en politique, on ne se justifie, jamais.

    Pourquoi?

    Mais tout simplement parce que c'est le signe infaillible d'une faiblesse insigne.

    Or, que firent nos ministre patentés, ainsi que Madame le Maire de Paris, Madame Hidalgo, après les immenses et interminables bouchons dus à la neige?

    Ils se sont justifié: "Ce n'est pas de notre faute, nous ne pouvions pas prévoir, comment voulez-vous déneiger avec tant d'automobile sur les routes, et blablabla, et blablabla....".

    Et pourquoi donc furent-ils pris ainsi de court?

    En raison de cette absurdité qu'est le présupposé réchauffement climatique anthropogénique, auquel ils croient tous comme un seul homme et femme, tout comme l'équipe zarkosienne et hollandienne d'ailleurs, ainsi que leur économies de bouts de chandelles passées, présentes et futures, qui firent que depuis des lustresP1010077.JPG (un lustre, cinq années d'éclairage) les équipes de la D.D.E. virent leur nombre décroitre, et celles dédiées au déneigement ne purent qu'en être les premières touchées.

    (Je vais y rajouter une petite histoire:

    Jeune homme je fut jardinier dans l'équipe municipale d'une ville de banlieue.

    Pendant les quelques années où j'y œuvrais, il y eut, un hiver, de la neige, comme c'est étonnant.

    Et la saleuse que j'y vit était juste l'un des camions-benne avec, à l'arrière, un appareil qui ventilait sur la route le mélange de sel et de sable, un collègue se chargeant, de sa pelle, de remplir cette petite machine régulièrement.

    Les autres camions faisant la même chose.

    Le véhicule vide, ils allaient le remplir de nouveau à l'entrepôt, le conducteur aidant, pour cela, bien entendu, celui qui pelletait.

    Une fois le camion-benne acheté, le reste ne coûtait pas grand chose, hormis une main-d’œuvre qui, quoi qu'il en soit, était payée, en heure supplémentaire si c'était les jours de repos ou de nuit, et cette petite machine de la taille d'une tondeuse à gazon usuelle.

    Il me fut raconté que deux ans avant que je ne soit embauché, il fut demandé à plusieurs des employés de venir rapidement vers les 2 heures du matin pour saler les rues, il commençait tout juste de neiger.

    Mais çà, ça pouvait se faire avant que la mode des privatisations et la ponction par P1010143.JPGl'état des subsides municipaux pour rembourser des dettes qui ne se devraient pas d'être, ne vide les villes de leurs employés.)

    Mais dans ce jeu subtile de savoir qui sera le plus absurde de tous, Madame De Montchalin, cette experte en accommodement bancaire et aujourd'hui députée, semble bien vouloir prendre la tête de cette lutte féroce.

    Certes, Madame Borne, à qui ne manque plus que l'accent aigu, ci-devant ministre des transports, après avoir débuté le démembrement de la R.A.T.P. en tant que P.D.G., fit fort en se justifiant de l'impéritie des services de déneigement, elle aurait pu tout simplement accuser ses prédécesseurs, pour cela il aurait fallu qu'elle en ait le réflexe.

    Surtout, cela aurait mis en cause la sacro-sainte Union-Européenne, cause d'une majorité de ces ruineuses galéjades, qu'il fallait qu'elle protège.

    Mais la précédente nommée, De Montchatin, là, chapeau bas, question absurdité elle est de première force: Elle ne propose pas moins aux banques de recevoir l'autorisation de ponctionner les comptes des épargnants et même les comptes courants ( bon, la vidéo vers laquelle je vous renvoie, signé le "vaillant petit économiste", oublie un petit peu trop vite que la responsabilité première de tout ce foutoir revient à une Union-européenne qui, quoi qu'elle fasse, ne peut que recevoir la palme hors toute catégorie de l'absurdité pleine et entière).

    Mais il y a mieux encore, dans la série: "Je fais tout ce que je peux pour battre mon petit copain et ma petite copine à ce concours hors pair: qui sera le plus absurde desP1010083.JPG ministres, députés ou président de la V° république d'aujourd'hui?"

    Un député radio-actif du R.E.M., oui, encore un, avait lâché, à un motard en colère en raison du passage progressif à 80 km./h. sur les routes de France (autre absurdité au demeurant qui génèrera encore plus de CO2 puisque les véhicules seront soit en sous-régime, soit en sur-régime): "Si t'es pas content de ton pays, tu te barre!"

    Vous remarquerez le charmant tutoiement montrant, à n'en pas douter, qu'ils élevèrent des cochons ensemble et, surtout, le tact et la subtilité, là encore, de ce représentant de la chambre basse, faisant preuve d'une tenue et d'une retenue seyant au représentant du peuple qu'il est, enfin non, qu'il croit être.

    Mais ces loyaux serviteurs des oligarques français, de l'Union-Européenne, de la Germanie et de l'empire U.S., n'en restent pas là, loin s'en faut, ils commencent à mettre en place ce qu'ils appellent, dans leur jargon novlanguesque de marionnettistes, la modernisation de l'administration française, ce qui dans leur bouche veut autant dire l'affaiblissement de la fonction publique que de sa déstabilisation par de dérisoire économie et par sa privatisation larvée.

    Ces domestiques des puissants, donc, annoncent une nouvelle vague de "réforme de l'état", ce que le premier d'entre-eux, Monsieur Macron, avait promis lors de sa P1010100.JPGcompagne électorale, il est vrai.

    Monsieur Darmanin, ministre de l'(in)action et des (dé)comptes publics en serait le maître d’œuvre, paraît-il, la petite main de Macron et de Philippe (dit le fantôme de l’Élysée) en quelque sorte.

    Mais surtout l'obéissant transi, comme tous, aux petits désirs des croquemitaines de l'U.E. (Union-Extravagante), autrement appelé G.O.P.E., le chef-d’œuvre de l'absurde, le nirvana de l'ineptie, le joyau d'inconséquence.

    Ainsi peu furent les pays, les peuples et les unions qui, tout au long de l'histoire, réussirent à amasser une si vertigineuse pile d'absurdité que cette extravagante union, et pourtant il y en eut et de belles, je pense même qu'ils sont en train de remporter haut la main ce trophée sur l'U.R.S.S. défunte.

    Mais ce ministre du président de l'Absurdie va-t-il faire le lien entre la débandade routière du 6 Février 2018 et l'affaiblissement continuel de l'état?

    Bien sûr que non, il le veut, lui aussi, le gagner ce concourt du plus absurde de la radio-activité en marche, enfin, radio-activité, faut voir, ce n'est pas de l'uranium ou du strontium mais plutôt du baba-au-rhum faisandé qui nous gouverne.

    Enfin bref, ces gonzes et gonzesses vont encore tailler des croupières à tout ce qui fait état et bouge encore, 120 000 fonctionnaires, sans vraiment y réfléchir, puisqu'ils  obéissent tous à l'Extravagante, sauf à s'essayer de faire de manière à ce que cela ne leur pose pas de trop d’ébullition populaire.P1010147.JPG

    C'est qu'en plus ils en ont peur, du peuple, de la populace comme certains semblent le penser, allez donc savoir pourquoi...

    Enfin, la cerise sur le gâteau en revient bien entendu au chef de cette bande de mousquetaires des banques, du roi Junker et de la reine Merkel (ils feraient un joli couple tous les deux, non?).

    Voilà-t-y pas en effet que notre monseigneur national, que tout le monde nous envi avec sa gueule de jeune premier et qui fait se pâmer nombre de femmes sexagénaires et plus au vu de l'âge de son épouse, voilà-t-y pas, donc, que notre cher godelureau propose 200 millions d'euro en faveur du partenariat mondiale pour l'éducation pendant que les écoles françaises de l'étranger ne reçoivent quasiment plus de subside de l'état.

    Voici un magnifique exemple de ridicule auquel nos ministres et autres députés se devraient bien de s'inspirer.

    Quel maestria dans le saugrenu, quel jeu de jambe dans le dérisoire, quelle beauté du geste dans le pathétique, quelle inspiration dans la loufoquerie, quelle splendeur dans l'incohérence.

     

    Je voudrais juste rajouter une petite note (tout fut petit dans ce texte, allez savoir P1010158.JPGpourquoi), tirer à bout portant sur ce corbillard déguisé en ambulance:

    La France, pendant la seconde guerre mondiale, peut s’enorgueillir d'avoir été le pays envahi par l'Allemagne nazi où il y eut le moins, en pourcentage, de juifs déportés., ce ne fut en rien du fait du pouvoir politique et économique de l'époque mais bien du fait de celui de la population!

    D'ailleurs Pétain était déjà considéré comme défaitiste bien avant, en 1917 par Georges Clemenceau.

    Ce que je voudrais montrer là c'est que, d'une certaine façon et toute proportion gardée, nous nous retrouvons à faire face à quelque chose d'approchant.

    Certes, aucune population n'est massacrée, mais la volonté de détruire les pays, aujourd'hui par cette loufoquerie des euro-régions, reste la même.

    Surtout, le processus de collaboration (avez-vous remarqué comment nos grands industriels appellent leurs employés? Des collaborateurs, ce qui montre un mécanisme inconscient de compulsion de répétitivité remarquable qui ne peut que faire sens), ce processus, donc, se retrouve facilement par les choix, souvent à terme infiniment contreproductifs, de nos grands argentiers et autres banquiers d'aujourd'hui, ainsi que par la classe politique officiel, ce qui est désormais devenu évident.

    Il en fut telle lors de l'acceptation, par l'Union-Européenne, certains pays trainant des pieds, des sanctions imbéciles que décidèrent les étasuniens envers la Russie (ce qui montre bien que nous restons une colonie U.S.), ce qui lui fit perdre 40 milliards d'euro rien que pour l'agriculture.Photo0001.jpg

    Mais l'Allemagne grogne contre de nouvelles, ce qui fait que maintenant tous les autres pays grognent, même l'U.E. émet son petit feulement, tout petit, petit, petit, petit, à sa taille véritable quoi, d'un délicat miaulement.

    Parce que, en réalité, peu leur importe, aux collaborateurs de l'U.E. (les grands (dés)industriels ayant fait perdre à ce mot son caractère péjoratif, je l'emploie sans vergogne) d'obéir en disant yes ou ja du moment qu'ils obéissent à quelqu'un, d'autres avant eux étaient passés du ja au yes sans que cela ne les perturbe le moins du monde.

    La raison en est que, je le conçois, réfléchir et décider fatigue et fait peur à nos pauvres milliardaires, et puis, du moment qu'ils perçoivent leurs juteuses commissions et qu'ils peuvent, en toute légalité, faire mumuse avec l'argent des autres et de l'état, pourquoi s'en priveraient-ils?

    Ce qu'ils ne comprennent pas, ce qu'ils ne peuvent pas comprendre, ce qu'ils sont dans l'incapacité structurelle de comprendre, c'est que leurs ubuesques désinvoltures économiques et monétaires mène l'Europe, le Monde et eux mêmes à la pire des déroutes financières que l'humanité n'ait jamais connue.

    Et tout comme leur aïeux, plus même qu'eux, ils subiront une humiliation de la dimension de leurs égarements.

     

    P1010163.JPG 

    THEURIC

  • De la désagrégation de l'Union-Européenne.

    Ce n'est pas tant que déteste l'Union-européenne.

    En vrai, si je n'étais pas français, je n'aurais de cette union ridicule et des pays et peuples la composant, que la vision que doivent en avoir les populations et leurs représentants de bien d'autres nations:

    P1000680.JPGSoit d'être affligé de voir combien cette région du monde, l'Europe, qui a su tout de même être les premières puissances au siècle dernier, avant que les délires allemands ne viennent tout renverser, et lancer la plus formidable des révolutions, celle de l'invention et de l'élaboration de nouvelles techniques scientifiques, artistiques et philosophiques.

    Europe, dis-je, qui, en union, désormais, patauge dans la plus insane des médiocrités.

    Je n'aurais donc, pour elle, que de ce dédain que mérite la vulgarité dans laquelle l'européenne union la vautre.

    Mais je suis français et, à ce titre, je n'ai pas le droit d'enfiler ces perles flasques de détestation de son pays, cette boue dedans lesquelles tellement de mes compatriotes aiment tant à gadouiller.

    Je ne vais pas, non plus, déverser ici une exécration, une aigreur, une fureur pour une U.E. qui, ma foi, n'est que la résultante d'une guerre froide passée entre les U.S.A. et l'U.R.S.S. et qui, à la disparition du second, devint la perle coloniale des premières.

    Je vais faire pire, du moins en ce qui concerne les oligarques euro-atlantistes, devenus germanophiles, leurs serviteurs zélés et le politburo de l'union: je vais montrer que l'Union-Européenne, en réalité, est sur la voie d'une désagrégation avancée, avec, il est vrai, de la raillerie, de la dérision et du sarcasme...

    Quels en sont les signes?

    En vérité, ils sont, je le reconnais, bien minces.P1000758.JPG

    Certes, nous vivons au sein d'une union composée de 27 pays, moins un, la Grande-Bretagne, mais bien peu d'informations traversent les frontières de ses états membres.

    Les événements des États-Unis-d'Amérique paraissent, pour les journalistes bien en vue de nos chères médiats achetés et aux ordres de nos oligarques, infiniment plus importants que ce qu'il pourrait se passer en Pologne, en Grèce, en Hongrie ou en Lituanie.....

    Il est vrai que l'extrême pauvreté de certaines des populations ne fait pas bon genre, la quasi destruction de l'économie grecque, par exemple, ne doit pas se dire, que les grecs crèvent, oui, mais en silence.

    D'autant plus que la responsabilité en incombe d'abord et avant toute chose au Bureau-Européen, ce machin jamais élu avec Monsieur Junker comme président, l'homme adorateur de Bacchus, et à la Banque Centrale Européenne qui produit des euros en tel grand nombre que cette monnaie en a perdu toute sa valeur.

    Mais il est vrai que l'on ne critique pas ces deux vaux-d'or, d'autant plus que le premier arbore un beau drapeau bleu et ses douze étoiles dorées sur tranche d'un symbolisme chrétien que personne, en sein de cette  institution, ne respecte!

    Hypocrisie, quand tu nous tiens...

    Ainsi punissent-ils les grecs d'avoir voulu quitter cette union fantasque en les P1000839.JPGruinant, d'offrir, dans le même temps, à l'Allemagne et aux banques, leurs richesses, faire peur aux autres peuples européens montrant des velléités d'indépendance et ne firent, ces sots, que de détruire à petit feu l'économie du continent et, cerise sur le gâteau, celle du reste du monde.

    Et oui, ces crétins arrivèrent à cette extraordinaire réussite d'avoir amorcé la désindustrialisation internationale et d'avoir gravement affaibli des banques de l'union déjà infiniment en peine.

    Bravo les artistes, même le F.M.I., qui avait participé à hallali, avait avoué, mais un peu tard, que tout cela n'était que d'une immense sottise!

    Et c'est qu'ils tentent de se justifier, ces gonzes, allez voir sur internet et vous verrez combien d'article chantent les louanges de cette ignominie.

    Cela juste pour vous montrer, amis lecteurs, comment cette union peut être considérer: comme du grand n'importe quoi!

    Mais il faut la sauver, cette union, et, ce, à n'importe quel prix, quitte pour cela à conduire les populations à leur faillite intellectuelle, morale et politique, l'économie, quand à elle, étant déjà dans une situation déplorable.

    Les G.O.P.E. ne faisant qu'accélérer et accentuer la faillite généralisée de l'Europe, nos croquemitaines européistes, ne voyant pas plus loin que leur idéologie débilitante et nécrosante néolibérale, étant dans leur plus totale incapacité de comprendre que chacune de leurs actions et décisions creuse un peu plus la tombeP1000753 - Copie.JPG de leur union chérie, en entrainant avec elle le monde entier dans une faillite généralisée.

    Alors, ces génies des alpages censurent et désinforment, assènent à longueur de temps une propagande d'une violence inouïe, tronquent la réalité des faits et le plus souvent cachent aux population toute information qui pourrait montrer aux gens l'inanité de leurs gesticulations destructrices.

    C'est ainsi que Monsieur Macron fut installé au poste prestigieux de Président de la République par nos oligarques nationaux et impériaux (même Madame Merkel alla voir qui était ce bonhomme, vérifiant même, une fois qu'il fut élu, l'un de ses discours), ils firent là une terrible erreur dans le casting:

    Ils crurent mettre en place un petit mouton bien docile et placèrent au contraire une personnalité infantile, instable, fantasque, hâbleuse et terriblement fragile.

    Mais surtout pourvu d'un orgueil démesuré.

    C'est que, l'année dernière, ils nous ont bien bourré le mou, nos journalistes eurocratiques, manipulant à qui mieux mieux, persifflant continuellement sur les candidats les plus gênant, Monsieur Asselineau en subissant les pires des affronts.

    La propagande pro Macron fut dantesque, ridicule mais dantesque, la preuve en est, il fut élu, nos journalistes guignolesques ayant bien fait leur travail.

    Mais revenons à Emmanuel Macron, voulez-vous, et voyons en quoi ce choix de nos oligarques ne peut qu'être, pour eux, désastreux.

    Je vous propose, pour commencer, ces deux textes, le premier traitant de la vente P1010032.JPGdu journal Le Monde à laquelle il participa, le second à l'hypothèse psychanalytique voulant que notre président serait, non pas psychopathe, mais pervers narcissique.

    Je pars en effet du principe que monsieur Macron n'est ni psychopathe, ni pervers narcissique, mais soufrerait d'un mal psychologique, bien que moins profond, n'en serait pas moins préjudiciable à la bonne mené de son mandat, même si cette mené n'aurait d'intérêt, non pas du pays et du peuple, mais pour celui de la minorité oligarchique eurolâtre.

    Pour cette explication, je vais devoir faire un détour sur une hypothèse que j'ai, peut-être, déjà abordé ici, si c'est le cas, je n'en ai rien retrouvé.

    Le pervers narcissique ainsi que le psychopathe souffriraient de cette pathologie parce qu'ils furent confrontés, sûrement lors de leur tendre enfance, à un ou un ensemble d'événements aux charges émotionnelles d'une infinie puissance ayant généré une culpabilité d'une violence et d'une douleur telle que, pour survivre psychiquement, le sujet  n'eut d'autre choix, si je puis dire, que de refouler totalement tout ce qui était lié à ce traumatisme, souvenirs, culpabilité et émotions.

    Ceci tout en ayant pris plaisir à ce trauma et de tout ce qui l'accompagna et, culpabilité devenue inconsciente oblige, à en chercher à en être puni.

    C'est pourquoi il y a, en même temps, la détermination inconsciente de laP1010055.JPG réitération de cette culpabilité en une quête continuelle de cette jouissance morbide (jouir de revivre la même chose) et l' insensibilité émotionnelle de ces sujets.

    Si les hauts potentiels sont souvent les victimes des pervers narcissiques, c'est justement parce que leurs capacités peuvent leur permettre de les punir, ce que ces seconds recherchent pour, d'une certaine façon, être guéris de leur souffrance (ce qui peut psychiquement les détruire).

    S'ils souffrent toujours, alors ils seront, pour leur souffre douleur, d'une cruauté égale à cette douleur culpabilisante inconsciente.

    De même, le psychopathe, lui, recherche la punition sociale, soit le plus souvent la prison, la perte de pouvoir et/ou la ruine.

    L’insensibilité émotionnelle menant l'un et l'autre de ces malades, au-demeurant parfaitement bien adaptés à notre société, à cette unilatéralité doctrinale remarquable qui, aujourd'hui, mène le monde à la banqueroute.

    Banqueroute vers laquelle nous allons allègrement, ce qui pose en même temps la question de savoir quel est l'équilibre psychologique de la majorité de nos oligarques (de l'origine de leurs traumas anciens) que de l'essence et du caractère réel des présupposés idéologiques sur lesquels ils s'appuient pour faire mener, par nos élus fantoches, les politiques actuelles. )

    Donc, si vous avez lu le premier article proposé plus haut, vous comprendrez que de dire Monsieur Macron pervers narcissique ou psychopathe ne tient pas.

    Tout simplement, comme vous l'avez lu comme moi, parce qu'il avait fui la présence de Monsieur De Tricornot pour ne pas faire face à sa propre culpabilité due à sa P1010087.JPGtrahison de ce journaliste lors de la vente du journal Le Monde.

    Là où je ne suis pas d'accord avec certains psys (voir le second texte proposé) sur la nature de notre président réside dans le fait qu'il n'ait pas eu affaire à une mère incestueuse mais à une confrontation entre la grand-mère et la mère pour la possession du fils aîné, ce qui change tout.

    Il s'agit ici en effet d'une jalousie, plus mème, une rivalité entre mère et fille au sujet du premier né auquel celui-ci ne put que participer et prendre plaisir au fil du temps et de l'âge, puisque son existence émotionnelle tournait autour de cette confrontation.

    D'autant plus que cela aurait pu commencer très tôt, possiblement dès le berceau.

    C'est cette rivalité possessive maternelle qui a empêché Monsieur Macron d'atteindre sa pleine maturation psychique d'homme adulte en lui faisant conserver intacte son infantilité antérieur, d'où son choix d'une femme de plus de deux décennies que lui en tant qu'épouse.

    Une nouvelle maman, en quelque sorte.

    Plaisir infantile, donc, retrouvé lorsque Monsieur Macron, adolescent (âge de la maturité sexuée mais aussi du début de la maturation psychique adulte), rencontra Brigitte Trogneux, ce qui lui permit de renouveler cette relation tumultueuse, là entre la femme et la mère, toutes deux quasiment du même âge.

    Puis, devenu président, se présenta à lui une conjoncture similaire entre sa femme et la chancelière allemande, Madame Merkel, auquel j'avais fait état je ne sais plus où, celle-ci, bien sûr, n'ayant vu en lui que le petit jeunot sans expérience politiqueP1010141.JPG et non pas la complexité psychologique du personnage.

    Lui qui se fit vérifier l'un de ses discours par Angela Merkel, personne ne sachant si c'était à sa demande, comme le faisait, naguère, Brigitte Macron lorsque son mari était encore lycéen puis bachelier.

    Comme vous le voyez, il y a là encore recherche de la réitération jouissive de cette rivale confrontation entre ses femmes.

    Enfin, pour la bonne bouche, et c'est là où je voulais en  venir, il rencontra le 18 Janvier de cette année, le premier ministre britannique, Madame May, et cette dame est d'une toute autre dimension, eh oui, elle est anglaise et çà, ça change tout.

    Sacrée perfide Albion qui renoue désormais avec ses vieux réflexes.

    Et voilà donc que le Président Macron, lors du sommet de Sandhurst, a proposé aux britanniques de leur prêter la tapisserie de Bayeux aux alentours de 2020.

    Ce qui a dû affoler un petit peu tout le monde, des chancelleries aux oligarques: qu'a donc pu proposer Thérésa May pour qu'Emmanuel Macron lui ait fait une offre si alléchante?

    Quel accord secret cela peut-il bien cacher?

    P1000880.JPGEn fait, aucun, c'est tout juste que l'enfant Macron a voulu une fois encore générer une dispute entre ses femmes, entre sa mère et sa grand-mère ou entre les premiers ministres anglo-germaniques.

    Il s'est une fois encore laissé mené du bout du nez par son inconscient pervertit par une rivalité si vieille que même la dernière protagoniste originelle, sa vrai mère, en a peut-être bien oublié tous les composants.

    Cet événement a semé la confusion un petit peu partout, déjà en Grande-Bretagne ou Boris Johnson, personnage original et excentrique (comme on aime les anglais, quoi), sûrement quelque peu troublé par cette nouvelle, proposa de concevoir un pont au-dessus de la Manche...

    Je ne serais pas le moins du monde surpris qu'en Russie, aux U.S.A. et partout en Europe, même dans les salons feutrés de Bruxelles, bruissent des interrogations sur l'offre de Macron aux britanniques.

    Quand ce n'est juste que le petit Emmanuel, blotti au fin fond de sa psyché présidentielle,  qui avait réanimé cette flamme intérieur de jouissance sexuée et de domination du féminin, en un réflexe puérile, par sa participation à la rivalité des femelles adultes dominatrices au sein de la famille.

    Là, il ne s'agissait que d'attiser la jalousie entre Merkel et May, rien de plus ni de moins...

    Et nos chers et si malins marionnettistes, les Minc, Attali, patrons d'Axa et de la banques Rothschild et d'autres, tant d'autres, auront beau faire, ils ont mis le ver dans le fruit et seront contraints de le bouffer jusqu'au trognon.

    Si tant est qu'ils aient compris quoi que ce soit de cette misérable aventure.P1010127.JPG

    Ils pourront toujours lui mettre un cerbère derrière lui, écouter derrière sa porte, mettre son téléphone sur écoute, rien n'y fera, un haussement de sourcil, une œillade attendrie , un léger sourire à l'une et à l'autre ne pourra, à terme, que semer la discorde entre ces dames et mettre le feu à l'Union-Européenne (sauf si elles lisent ces lignes, bien sûr).

    ( Dernière minute, j'écris ce texte le dimanche 21 Janvier, je le publierai sûrement demain.

    En plus de tenter de mettre le feu entre Mesdames May et Merkel, le jouvenceau Macron s'en est laisser aller à révéler ce qu'il devait impérativement taire.

    Voilà t'y pas qu'Emmanuel 1er a dit, lors d'un entretien à la B.B.C., que le frexit, ou plus précisément le France-quitte, serait majoritaire en France.

    RRRRRoooooo, le gaffeur, oh le délire, mieux que le Gaston, le gonze.

    Ce type n'est même pas capable de tenir sa langue, c'est qu'il divulguerait un jour un secret d'état, voire plus grave, et ça se dit politique.

    Mais çà, ça veut dire deux choses, lui a les résultats de sondages non bidouillés (paraît-il qu'il y aurait un fils de sa femme là-dedans, vrai ou faux, là, ne serais-je P1000851.JPGpas trop médisant, non?) et les médiats ne nous racontent que des tartuferies!

    Bouh, j'en ris encore......  )

    Et dire que ce serait ces incapables d'oligarques qui, paraîtrait-il, nous prépareraient je ne sais quelle plan grandiose et machiavélique contre les peuples, eux qui ne savent même pas choisir l'homme ou la femme approprié pour gouverner la France ou l'Union-Européenne, même si c'est à notre préjudice et pour leurs très juteux avantages.

    Il n'est qu'à voir ce qu'est Monsieur junker, autre choix, autres problèmes, et il est loin d'être le seul...

    Ce serait eux, donc, qui commanderaient l'économie de la France, de l'Union-Européenne et des États-Unis-d'Amérique, çà en serait presque hilarant si cette bêtise collective ne nous conduisait pas vers la pire des crises économique de tous les temps.

    Donc:

    Ruiner la Grèce n'amenant que la faillite du reste du monde, choisir un Emmanuel Macron incapable et gaffeur en tant que président, pouvant mener à un conflit de rivalité entre les dirigeantes de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne, inventer des G.O.P.E. détruisant les économies de l'Union-Européenne, voilà, en trois seuls exemples, de quoi sont susceptible d'accomplir nos maîtres des banques et desP1010117.JPG grosses fortunes euro-atlantistes: courir à leur propre banqueroute par la faillite généralisée.

    C'est pourquoi, de leurs capacités si limités (je me demande si l'actuel président du conseil italien ne fut pas, aussi, une erreur de casting, lui qui veut que son pays se débarrasse de l'euro), me font affirmer leurs lourds handicapes réflexifs.

    Ce qui rend compréhensible leur quasi faillite de 2008, eux qui furent sauvés de justesse grâce à l'intelligence britannique (ce sont eux qui eurent l'idée des Q.E.) et les gesticulations de Monsieur Sarkozy qui, pour une fois, servirent à quelque chose: reculer l'année de l'effondrement de l'économie-monde pour mieux faire sauter la planète finance dix ans après.

    Ce phénomène, ce manque cruciale de jugeote, de culture, d'esprit, de raison ne peut que se retrouver partout en Union-Européenne, dans tous les pays , chez tous les peuples, plus ou moins, certes, mais cela ne peut qu'être qu'un phénomène général.

    Mais j'ai montré ici combien il est extraordinairement plus important encore au plus haut hiérarchique des sociétés composants l'Union-Européenne et au-dedans le l'administration de l'union elle-même.

    Il est vrai que ce phénomène d'incompétence généralisé est compréhensible: l'incompétent ne nommera jamais plus compétent, voire aussi compétent que lui P1000886.JPGen tant que subalterne, et Messieurs Macron et Junker ne sont juste que des subalternes, comme beaucoup de ministres et de chefs de gouvernements.

    La raison en étant simplement la crainte que ressent cet incompétent d'être évincer par celui-là même qu'il avait préalablement nommé.

    Et quand cela atteint le plus haut de la hiérarchie d'un groupe social quelconque, entreprise, pays ou club sportif, peu importe, ça ne fera que pourrir de l'intérieur le-dit groupe, et je parle ici de l'économie internationale mais aussi toute l'infrastructure de l'U.E..

    C'était l'une des causes principales de l'autodestruction de l'U.R.S.S..

    C'est pourquoi, entre-autre, la Grande-Bretagne a entrepris le brexit.

    Quoi qu'il en soit, de mode affolement, les acteurs européens sont passés, je le pense, en mode panique.

    La raison en étant que les acteurs principaux ont le sentiment de perdre le contrôle de tout ce qui compose l'U.E. et de l'économie monétariste ( Il faut dire qu'avec un Macron à la tête de la France, deuxième puissance européenne, hi, hi, hi... ).

    C'est pourquoi, en ce moment, la censure revient au galop.

    C'est pourquoi aussi les informations audio-visuelles deviennent si dérisoirement plat et il en sera de même progressivement dans les médiats papiers ( mieux vaut, P1010110.JPGpour eux, ne rien dire que de dire des mensonges, ça évite les gaffe ), sauf là où le propriétaire, moins sot que les autres, décidera de retourner sa veste, ce qui, ma foi, serait du bon moment.

    Ce silence assourdissant sur tout ce qui fait sujet de société est inquiétant, surtout en ce qui concerne l'économie et, également, les mouvements sociaux.

    Les composantes du gouvernement français et les députés doivent commencer à se poser, aussi, de sérieuses questions.

    Pour l'instant, il ny a que des interrogations, à l'Assemblée Nationale et à Matignon aussi les informations doivent avoir des difficultés à passer, mais mieux que partout ailleurs, elles passent, même au compte goutte.

    Nous n'en sommes qu'en mode panique, pas de quoi encore paniquer (hi, hi, hi), ce sera quand l'effroi se lira dans les yeux des commentateurs, quand tel journaliste T.V. connu prendra une année sabbatique, que tel député du R.E.M. ira approfondir ses relations avec les concitoyens de son département, que tel ministre se dira gravement malade, que nous-mêmes devrons nous en poser de sérieuses, de ces questions....

    P1010042.JPGEn attendant, je réitère mes conseilles: faites vos réserves (vous trouverez ces informations en fin de page)!

     

     

    THEURIC

  • De la nature de la pensée.

    Voilà une chose bien mystérieuse de ce que peut être que la nature de la pensée.

    Alors, en attendant que pour nous s'apaisent les tensions du système à notre endroit, je vous propose de vous confier ce que, de la pensée, j'ai pu en concevoir.

    Ben oui, que voulez-vous, mes doigts s'agaçaient de ne pas clavioter (pas mal ce néologisme, non?) sur mon blog.

    Alors, plutôt qu'ils ne se morfondent et se chagrinent, je me vais me pencher sur ce sujet, mais je vous préviens, ceci n'en est qu'une ébauche.

    Allons camarades, à chacun d'en compléter la trame:

    Lire la suite

  • Je mets provisoirement ce blog en repos.

    P1010040.JPG

    Oui, je mets ce blog provisoirement au repos.

    Ce n'est pas tant que je n'ai plus rien à dire, bien que j'en aie dit beaucoup, ou que je m'arrêterais d'écrire pas lassitude, fatigue ou découragement...

    Non, si je fais une pose d'écriture, c'est par prudence.

    P1000839.JPGLe système s'affole et ses acteurs ne peuvent que devenir qu'extrêmement dangereux et violent.

    Ils n'arrivent plus que de moins en moins à contrôler le processus d'effondrement de l'économie-monde et les populations, quand à elles, en viennent à ne plus être véritablement maîtrisables.

    De plus, la politique reprenant progressivement la place qui est sienne, les enjeux géopolitiques et géostratégiques en viennent à être centraux, et ces acteurs là n'aiment pas vraiment ceux qu'ils considèrent comme de petites gens, qui auraient la propension de comprendre le sens des événements, même si c'est de manière parcellaire.

    Ce n'est pas de l'autocensure, sinon, en ce cas, je ne ferais que du bis répétitas de ce qu'il se dit partout ailleurs.

    Mais juste qu'il ne servirais à rien que je prenne maintenant un risque inconsidéré, qu'il soit, il est vrai, illusoire ou réel.

    Mais si j'agis de la sorte c'est que je le pense bien réel , non?

    Je pense que cet arrêt provisoire durera entre un à deux mois, le temps que les circonstances évoluent de façon telle que les-dits acteurs se retrouveront à gérer tellement de problèmes qu'ils en viendront à ne se pencher qu'au-dessus des plus urgents.P1000880.JPG

    Quoi qu'il en soit, j'en ai dit beaucoup, sur ce site, des bêtises, il est vrai, comme des choses sensées.

    Seul le futur peut nous permettre de voir où j'ai pu avoir raison ou tord.

    Toutefois il me semble que j'aie ouvert, jusqu'à présent, la voie à une réflexion allant au-delà de celles les plus communément admises.

    Cela parce qu'il n'y a pas totalement ici une temporalité uniforme puisque je me suis tenté, entre-autre, de percevoir les péripéties à venir, faire de la prospective en quelque sorte.

    Soyez prudent, l'époque qui vient sera sous peu mouvementé.

    Alors, je vous dit un petit au-revoir,

    A bientôt,

     

     

    P1010087.JPGTHEURIC

  • De Monsieur Asselineau à l'U.P.R.: le retour populaire normal, logique et naturel au patriotisme.

    P1010040.JPG

    Je suis régulièrement l'évolution du nombre d'adhérents à l'Union Populaire Républicaine et, là, en deux jours, 42 personnes s'y sont inscrites, passant de 29 084 à 29 126, du 2 au 4 Novembre 2017, ce qui, depuis la fin des dernières élections, ne s'était pas produit ( https://www.upr.fr/ ).

    (bien que je puisse être en désaccord relatif avec Monsieur Asselineau sur deux points:

    1) la France se débarrassera de l'Union-Européenne lors de l'effondrement de l'économie-monde, ce qui détruira l'union, bien qu'avec un petit peu de chance, le France-quitte puisse s'effectuer avant, ce à quoi je ne crois guère;

    2) la tentative de partition de la Catalogne d'avec l'Espagne montre, à mon sens, l'arrêt de la construction européenne des eurorégions, il est vrai également que le président de l'U.P.R. ne peut qu'avoir plus d'informations en main que ce que, derrière mon écran, je ne pourrais jamais récolter.

    J'ai toutefois remarqué que ce que j'annonçais pour demain pouvait se révéler vrai en un temps infiniment plus long.

    Pour le reste, je m'inscris en plein de ses positions politiques.)

    Le nom de ce parti fut bien choisi puisque nous sommes bien en une époque d'un retour au républicanisme tel que je l'avais pressenti il y a longtemps, d'un phénomène que j'appelle une rétrogression historique (je ne trouve plus le premierP1010056.JPG texte où j'y faisais mention mais ici j'y donne la définition ( troisiemes-aphorismes-et-quelques-billevesees-5848694.html )).

    A mon sens, l'existence de l'U.P.R. et, aujourd'hui, de son dynamisme présent, signe le renouveau d'une pensée politique qui fut abandonnée depuis quelques bonnes décennies.

    Ce renouveau s'accompagnera, s'accompagne déjà de celui de la religion séculière du pays, le catholicisme, ainsi que de celui d'un autre mouvement politique situé entre le formel et l'informel, l'anarchisme.

    Cela étant dû, comme je l'ai plusieurs fois mentionné, à l'effondrement idéologique qui, à cette heure, est en voie de son achèvement, ce que l'élection de Monsieur Macron marque de façon flagrante.

    Cet effondrement provenant de ce que les mouvements antérieurs, de gauche à droite jusqu'à ce qui se fait appelé les extrêmes, ne représente plus que les vagues traces de ce qu'ils furent et représentèrent par le passé.

    Ainsi, que Les Insoumis, à l'insoumission toute relative, puisse être dits de la gauche de la gauche par les journalistes bon teint, laisse sur mon visage de ce sourire narquois de celui comprenant toute l’ironie de cette appellation.

    Quand au F.N., l'éviction de Monsieur Philippot et de ses proche laisse dorénavant à ses cadres libre cours à des gesticulations ne cachant dorénavant que très peu leur affection immodérée pour l'U.E..

    Il ne reste donc plus, comme mouvement politique officiel, que l'Union-P1010071.JPGEuropéenne, même Lutte-Ouvrière est européiste (j'en ai discuté deux, trois fois avec quelques-uns de leurs représentants avec toujours le même résultat).

    Mouvement politique officiel, puisque l'autre, l'U.P.R., est le parti renégat  voulant que la nation se retire d'une union montrant autant une intransigeance idéologique manifestement néolibérale, une tyrannique tendance à la toute puissance de ses fonctionnaires et une vaniteuse arrogance face aux élus de la république et au peuple: de Monsieur Junker, pour rappel: "  Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. ".

    Ce monsieur faisant mention aux G.O.P.E., soit les décisions unilatérales de l'U.E. faisant obligation pour les états (du type d'une réglementation de la cuisson des frites, démontrant la dimension délirante et débilitante d'une union sclérosée).

    Et dire que je me suis quasiment fait traité de facho pour avoir affirmé que la France devait quitter cette union sous une présidence asseliniste.

    Tiens, d'ailleurs, je vous offre ce néologisme, "asseliniste".

    Et puis, européistes contre asselinistes, ça sonne bien à l'oreille, non?

    Ceci dit, avant ces élections nationales, j'avais fait une erreur en pensant que la monté, à l'époque, du nombre des adhérents de l'U.P.R. serait exponentielle.

    Il va maintenant attendre un peu pour voir ce qu'il en sera de son développement.

    Pour en revenir à la raison de ce billet, je m'égare, je m'égare...

    Comme je l'avais noté il y a longtemps et plus haut ici, nous sommes entrés dans unP1010084.JPG processus de rétrogression historique, ce qui veut dire que notre société retourne partiellement et momentanément à une période passée que je situerais entre la fin du XIX° et début du XX° siècle.

    Ce phénomène, largement inconscient, visible par le retour de la mode masculine de la barbe, reprendra des thèmes passés, déformés par les représentations modernes que nous en avons, sans que nous perdions vraiment notre modernité.

    Ce sera un truc assez complexe, donc, qui, de plus, nous sera tout à fait naturel, ce qui nous ne le rendrait que très peu visible.

    Cela pourrait aller jusqu'au retour partiel à la traction animale, par exemple.

    Mais aussi à une inventivité débridée sur tous les sujets, ce qui ne sera pas un mal, une appétence forte à la politique, comme il se faisait d'antan, un remplissage des églises, donc, mais aussi, peut-être, une régression de la condition féminine, une réouverture des mines, un retour à l'alcoolisme, voire à des découvertes scientifiques stupéfiantes et un renouveau de la création artistique.

    La différence principale, mais de taille, d'avec ce passé, en sera surtout de la disparition des descendants décatis de la bourgeoisie de l'époque, ceux que nous nommons les oligarques.

    Ça se cristallisera après que l'économie globalisé heureuse fasse faillite et que les États-Unis-d'Amérique n'existent plus, soit en tant qu'empire, soit en tant que nation, soit même se retrouvant en pleine guerre civile.

    Le temps qu'il nous sera nécessaire pour refaire un tissus industriel avec toutes les difficultés que cela sous-tend et dont je vous ai entretenu P1010160.JPGauparavant en fin de ce texte ( de-la-geopolitique-a-la-geostrategie-le-present-de-la-france-5980618.html ).

    Quand à l'Allemagne, elle, pourrait bien se retrouver à se fragmenter comme cela se fut peu de temps avant la disparition du Saint-Empire-Romain-Germanique par la décision et les armes de Napoléon 1er.

    Quand à sinon, bon ben, je vous avoue que je ne sais pas vraiment quelle forme réelle cela prendra, tout ce que j'en dis c'est que nous ferons un petit retour en arrière pendant une à deux décennies, sur une base solide, de celle sur laquelle nous pourrons nous appuyer pour pouvoir repartir en avant, la première moitié de la troisième république.

    Avant l'époque où les ancêtres de nos notables commencèrent à croire que seule au-delà de la Manche puis de l'océan Atlantique régnait le bon goût, l'intelligence et la modernité, sans songer qu'en France aussi cela pouvait exister.

    Avant l'époque où nos élites commencèrent à se détester et à haïr ce qui fait la France, ce qui a doucement percolé jusqu'au fin fond des campagnes et au plus profond des âmes, aidé en cela par le traumatisme de deux guerres mondiales.

    C'est cela qui disparaîtra bientôt.

     

     

    THEURICP1010087.JPG

  • Economie: ça sent mauvais.

    Si j'avais créé ce blog ce fut pour trois raisons:

    -l'effondrement économique aujourd'hui en accélération;

    -suivi d'une guerre de très grande ampleur, mondialisée peut-être, qui pourrait suivre, non pas sous la forme qu'elle est supputé en ce moment;

    -un obscurantisme sévissant depuis des décennies, que j'avais relevé autant en moi-même que tout autour de moi.

    Ces trois phénomènes étant intimement liés.

    Je l'avais ouvert en Novembre 2009, ça fait un bail, bientôt huit longues années.

    Certains des billets les plus anciens, obsolètes, furent supprimés, mais les tous P1000889.JPGpremiers subsistent, dont celui initial ( les-elites-cachees.html ) qui, à la vérité, racontait la douleur de ma solitude et ma compréhension de celle que vivent ceux qui ont une même équivalence d'existence.

    Maintenant, nous nous retrouvons à faire face à une économie-monde ne cessant de se dégrader, un site, celui de Monsieur Jovanovic ( blog.htm ) le montre par la liste des fermetures d'entreprises nationales et internationales qui, au fil des années et des mois, tendent à l'accroissement continuel.

    Bien que je sois loin d'être en accord avec la majorité de ses présupposés idéologiques, je reconnais la qualité de son travail d'information.

    Ce fut sur la base de ce que j'y lisais, fermetures d'entreprises et mises au chômage, que j'émis l'idée d'une désindustrialisation généralisée, qui s'amorça peut de temps après que la Grèce ait été ruinée.

    Cela montrant, comme j'ai pu l'expliquer auparavant, que la-dite désindustrialisation est le signe le plus visible de ce que la globalisation économique est entrée, depuis quelque temps déjà, au-dedans d'une autodestruction rapide.

    Mais un autre signe semble aussi le montrer.

    C'est ce que je vous propose que nous explorions ensemble.

    P.S.:

    Au fait, j'allais oublier, en complément de mon billet précédent sur la Catalogne, cette affaire et son développement montre une chose: la construction européenne des eurorégions étant forclose, c'est l'Union-Européenne qui explosera d'elle-même.P1000851.JPG

    Cet arrêt évolutif dû à ce que les pays de l'union, la Chine, même les U.S.A., ainsi que d'autres, ne veulent pas d'une partition de la Catalogne d'avec l'Espagne, ceci lié au verrouillage passé de l'U.E., institutionnellement, politiquement et idéologiquement, mènera à des dissensions telles que des discordes multiples entre les états de la-dite union ne pourrons que se développer.

    Puisque le système ne pourra pas s'y adapter et qu'aucun projet de substitution ne pourra être mis en place en raison même de ce triple verrouillage dû à ce que l'accord de tous les états membre est requis pour qu'il soit accepté.

    Échec et mat!

    De plus, en raison même des tentations qui s'expriment au nord de l'Italie, les catalans ne peuvent que subir une grande violence.

    Je pense que, désormais, en plus de l'empire U.S. déclinant, la banque Rothschild aussi veut détruire l'U.E. pour atteindre l'Allemagne, pour des raisons historiques de vengeances inconscientes, plusieurs personnes de cette famille étant mortes assassinées en camp de concentration lors de la Shoah.

    Et devinez qui a aidé, par l'entremise du cabinet Bilderberg, Monsieur Macron et le R.E.M. à prendre le pouvoir en France?

     

     

     

    Lire la suite

  • Rapide réflexion sur la Catalogne.

    Quand on y réfléchit bien, ce qu'il se passe en Catalogne n'est pas bien clair, bien que tout cela s'éclaircit progressivement.

    Mais pour voir ça, il nous faut explorer l'équilibre des forces.

    Dorénavant c'est l'Allemagne qui dirige l'union-Européenne et non plus les États-unis-d'Amérique.

    Il est vrai que Monsieur Macron avait travaillé dans la banque Rothschild et que ce fut l'officine Bilderberg, d’obédience impériale U.S., qui l'avait adoubé pour devenir président, qu'antérieurement ce fut le patron d'A.X.A. qui l'avait découvert et, enfin, ce fut monseigneur Attali (l'homme qui fait son jacques), américanolâtre s'il en fut, qui l'avait présenté au publique.

    Tous d'essence ou proche de l’impérium américanum.

    Ainsi je pose le postulat que notre président de la république est sûrement, comme Sarkozy, un agent U.S. (pour Hollande, c'est plus complexe).

    IMGP0317.JPGIl est à remarquer que Madame Merkel s'était déplacé pour aller voir qui était ce freluquet (bien qu'elle puisse jouer double jeu Allemagne/U.S., c'est possible, la Stasi avait-elle un dossier sur elle, et si oui, qui le détiendrait?).

    Surtout, la Germanie veut prendre le contrôle de l'armement atomique français par le biais de l'Union-Européenne.

    Cela dit pour bien montrer que ce pays s'est grandement déconnecté de la domination étasunienne, c'en est pour moi la preuve essentielle, les autres points étant moins démonstratifs.

    Or, ce qu'il se passe en Catalogne en ce moment met l'Allemagne merkélienne au défi.

    La situation allemande n'est, en effet, pas si folichonne que cela, monté de la pauvreté, trop grand nombre d'immigrés, trop de vieux trop pauvre en trop grand nombre, banques n'étant pas tant en si bonne forme que cela, ralentissement économique....

    Et puis, longue est la tradition du Saint-Empire-Romain-Germanique d'une prise de distance et d'indépendance de ses différents duchés, ce fut d'ailleurs la Prusse de Bismarck qui regroupa, au XIX° siècle, par force et par ruse, les nombreux composants de ce qui deviendra l'Allemagne d'après la guerre contre la France de 1870.

    Je ne serais donc pas surpris, même si nous n'en avons aucune information, que quelques länder aient des velléités d'indépendances, ne serait-ce que de sa partie anciennement de l'est, ce qui doit plus qu'agacer, faire craindre le pire au gouvernement allemand: un éclatement de son pays.Photo0012.jpg

    De plus, d'autres nations européennes doivent redouter un phénomène similaire, d'autant plus que tous ont conservé en mémoire de ce qu'il s'était passé lors de la séparation du Kosovo d'avec la Serbie, surtout qui en fut l'instigateur (il se dirait que cela proviendrait de l'empire U.S., en tout cas c'est bien l'aviation de ce pays et de l'O.T.A.N. qui bombarda les serbes).

    Ceci posé, revenons à la Catalogne.

    Si l'Union-Européenne a donné une fin de non recevoir aux indépendantistes, c'est, je le suppute (bonjour madame) fortement, parce que nombre de pays de l'union ne veulent pas entendre parler d'indépendantisme régional.

    Plus encore, il est fort possible que certains d'entre-eux aient mis sur la balance la menace de l'activation du fameux article 50 de la pseudo-constitution européenne (formalisant la séparation d'un pays d'avec l'U.E.) si l'administration Junker donnait un blanc-seing aux indépendantistes catalans.

    Ainsi pourrait se comprendre la violence policière avec laquelle le gouvernement espagnole a réagit lors de ce référendum, peut-être même sur ordre du gouvernement allemand.

    Un petit peu comme ce qu'il s'était passé en Grèce sur le plan économique, ce qui arrive en Catalogne serait là pour décourager d'autres populations européennes, dont celles d'Allemagnes, de vouloir faire sécession.

    PICT0374.JPG

    Mais allons plus loin, voulez-vous.

    Si mon hypothèse posant que les U.S.A. trumpiens veulent, avec ses alliés russes, britanniques et chinois, détruire l'Union-européenne pour, par ricochet, mettre en faillite l'euro pour atteindre le dollar et qu'enfin le gouvernement de Trump se débarrasse de ses oligarques se retrouvant ruinés.

    Alors cette votation des régionalistes catalans deviendrait une magnifique manœuvre (oui, oui, je sais, il y a des personnes qui souffrent dans cette affaire) dont le but serait d'atteindre une oligarchie étasunienne devenue trop puissante dans son pays mais qui se révèlerait, en réalité, d'une stupidité telle qu'elle ne percevrait pas un piège si intelligible.

    Du-moins, sinon intelligible, toutefois plausible, voire possible, qui mériterait au moins d'être pris en compte.

    Parce que si le référendum catalan fonctionne, les texans pourraient être amené à faire la même chose, les écossais recommencer le leur, or je ne pense pas que les U.S.A. et la Grande-Bretagne, voire la Russie et la Chine qui ont aussi, surtout la Chine, des régions agitées, verraient çà de la meilleurs des façons.

    Et quand bien même les oligarques étasuniens, britanniques, allemands etPICT0406.JPG européens en apprécieraient le geste, les gouvernements, leur armée et leur services secrets auront, quoi qu'il se passe, le dernier mot.

    Or les reculades de Monsieur Puigdemont, ses ambiguïtés sûrement contraintes, au sujet de l'indépendance de la catalogne ( catalogne-carles-puigdemont-promet-l-independance-et-appelle-au-dialogue-avec-madrid_5199021_3214.html ), montrent que les forces en présences vont bien au-delà de l'Espagne.

    Ce qui a plus que fortement déstabilisé un ensemble populaire et multiple d'indépendantisme, entre indépendantistes et autonomistes, que les difficultés actuelles tend à faire diverger, l'annonce faite auparavant du départ des banques de Barcelone n'y étant pas pour rien.

    Mais aussi, nous pouvons y percevoir que les eurorégions, qui était l'un des projets centraux et structurants de l'Union-Européenne et de sa construction, ne peut qu'être que désormais forclos.

    La raison en est simple: si les catalans obtiennent leur indépendance, si la région d'un pays de l'U.E. devient indépendante, pourquoi un pays ne demanderait-il pas son indépendance de l'Union-Européenne?

    De fait, cette affaire est en train de devenir un magnifique foutoir où les contradictions internes de l'U.E., de ses pays constituant et des présupposés idéologique qui les traversent commencent à devenir proprement visibles et ingérables.

    Mais revenons un bref instant à la politique française.

    Dans cette affaire, nous avons vu que Monsieur Macron avait désapprouvé le référendum sur l'indépendance catalane, décision allant en droite ligne des désidératas européiste et, surtout, germaniques.

    Or, comme je l'ai montré plus haut, Ce fut bien grâce à une officine étasunienne, Bilderberg que Monsieur Macron fut élu à son poste, puissance étasunienne en lutte d'influence d'avec l'Allemagne, pas seulement dans l'U.E..

    Ce qui veut dire que notre président de la République se trouve désormais à avoir deux maîtres aux nécessités contradictoires et contraires.

    Ce qui, rapidement, va le placer dans une situation de double contrainte, sauf à ce qu'il trahisse l'une ou l'autre de ces forces, ce qui peut que le mener à tous les dangers.

    Il aura donc, à un moment donné, le choix, si je puis dire, entre la folie ou des risques de déstabilisations grandissants.

     

    PICT0351.JPG

    Si j'écris ce texte, c'est qu'il m'a semblé que l'ensemble de ces événements ne collaient pas, ou, dit autrement, que les explications qui en sont donnés ne cadrent pas avec l'ensemble des faits.

    Et donc il m'a paru important de vous en faire part, qui que vous soyez, amis lecteurs, pour que vous soyez conscient des jeux et enjeux complexes dont nous pouvons facilement devenir les pions involontaires et insouciants.

    Je déplore ainsi ce qu'il se passe là-bas, qui n'est que le résultat d'un ensemble de manipulations entrecroisés dont les peuples crédules font les frais.

    Un empire (U.S.) agonise devant nos yeux, sans que nous le percevions toujours, restant toutefois d'une telle puissance et d'une telle amplitude que sa disparition ne peut et ne pourra pas se faire sans de nombreux soubresauts.

    De plus, d'autres puissances agissantes sont présentes, bien que parfois elles puissent opérer en plein jour, d'autres fois elles agissent dans le clair-obscur, ou même en pleine obscurité.

    Soyez conscient qu'un état a ses propres intérêts et, comme toute institution, se sait mortel, c'est pourquoi il mettra tout en œuvre pour se préserver.

    Alors amis lecteurs, ne soyez pas dupes, sans pour cela exagérer dans des complots IMGP0488.JPGimaginaires, les faits doivent vous guider, ainsi que les démarches naturels des-dits états, des passions humaines, celles des individus, celles des peuples, celles des nations et celles des foules.

    Voici pour finir:

    Il y a: l'évident, le certain, le probable, le possible, le plausible, l'improbable, l'impossible et l'inexistant.

     

     

    THEURIC

  • De la géopolitique à la géostratégie, le présent de la France immobile.

    La France immobile, l’en-titre peut paraître fort de café.

    Mais dorénavant, les enjeux internationaux se font sans que nous-autres français (gouvernement compris, d'autant plus quand nous voyons de quoi il est fait) n'aient grand chose à en dire.

    Ainsi notre pays se retrouve aujourd'hui à n'être que l'acteur immobile d'intérêts dont il est le centre et sera, de ce fait, bientôt, secoué en tous sens.

    De fait, ce qu'en seconde partie je proposerais à votre réflexion, je ne pourrais en apporter pas grandes confirmations.

    P1000698.JPGTout juste s'agirait-il de preuves indirectes, le résultat d'introspections, d'un discernement des tensions internationaux actuels, des anatocismes (synonyme d'intérêt puisque nous nous devons d'éviter de répéter les mêmes mots), des anatocismes, donc, des nations qui comptent dans le monde, en y faisant appel à la logique et à la cohérence des principes politiques, économiques et géographiques.

    Il me semble bénéfique, toutefois, que nous nous penchions sur les raisons qui font que la France soit devenue à ce point importante qu'elle puisse se retrouver au milieu d'une lourde sourde et discrète lutte (si la lutte est discrète, elle ne peut qu'être sourde, n'est-ce pas?).

    En fait, il y a deux camps, j'y écarte rapidement les notions de bien et de mal que nous réserverons aux enfants, une approche, plutôt, de ce qui serait à notre avantage étant d'une accroche autrement plus logique et adulte.

    Un sentiment de bizarrerie, de fantasmagorie, voire de rocambolesque pourrait s'en dégager, ceci parce que nous n'avons plus l'habitude de considérer les autres états autrement que de la manière très infantile de ce que peuvent en dire les médiats officiels et la majorité du personnel politique.

    Il y a aussi le fait qu'une évolution politique extrêmement rapide s'est effectuée en un an à  peine, en Grande-Bretagne avec le brexit et aux États-Unis-d'Amérique avec l'élection de Donald Trump,  ainsi que la monté en puissance de l'Allemagne de Merkel, ce qui a totalement rebattu les cartes géopolitiques de l'Occident et deP1010119.JPG l'U.E. en très peu de temps.

    Pour autant, la question n'est pas, à mon sens, que j'aie tord ou raison, mais que nous prenions collectivement conscience que notre nation se trouve dans un monde où les autres, de nations, avec leurs enjeux propre à chacunes, agissent au mieux de leurs intérêts, ce que, en définitive, le macronisme philippard ne fait absolument pas.

    Y préférant, ainsi, ceux de ceux qui l'ont mis en place, soit l'administration de l'Union-européenne, le Gouvernement allemand, la banque Rothschild et les oligarques monétaristes français, étasuniens et européens.

    Je terminerai ce billet en redonnant l'adresse, situé sur ce blog, d'un texte montrant les effets les plus violents de l'effondrement économique généralisé qui arrive, puis je redonnerai les conseils de ce qu'il me semble le mieux de faire pour s'y préparer.

    Alors, je vous propose que nous y allons voir:

    Lire la suite

  • Du macronisme philippard en marche: en route pour les dérives.

    Je me fais penser au sieur tirant sur l'ambulance, mais que voulez-vous, ce qui était prévisible survient: nos zélés zélotes du macronisme philippard que sont les députés de la République En Marche font tout pour.

    Certes, je ne vais pas jeter le bébé avec l'eau du bain, certains ne peuvent qu'être que d’honnêtes et intelligents élus qui, bon an mal an, désirent remplir au mieux leur fonction électif, quand bien même je ne suis absolument pas d'accord avec leurs présupposés idéologiques.

    P1010080.JPGMais comment considérer avec sérieux ces derniers lorsque l'on connaît les dérives que certains de ceux-ci commettent.

    Bon, passons rapidement sur les, euh, imperfections (?) de certaines des candidates de ce parti lors de ces élections législatives ( video-une-candidate-en-marche-se-ridiculise-sur-internet-84991 ), ( video-performance-desastreuse-dune-candidate-en-marche-sur-france-3-84729 ), ( video-la-candidate-en-marche-dans-le-rhone-expose-son-incompetence-la-television-84949 ),  j'en comprends que personne ne leur a donné la possibilité ni le temps de s'instruire un minimum de ce que peut être la communication politique.

    Ces trois dames avaient juste voulu faire preuve d'un petit peu de langue de bois, malheureusement, çà, ça s'apprend, parler pour ne rien dire est un exercice difficile, même avec une anti-sèche devant soi, et qui, comme tout, doit s'enseigner, faites l'expérience, amis lecteurs, en vous essayant au gromelot, vous verrez, ce n'est pas si évident que ça.

    Cela ne peut que vouloir dire que celles-ci furent envoyées devant les caméras sans qu'elles aient reçu la moindre formation initiale, jetées en pâture devant les médias sans filet qu'elles ont été, comme le taureau dans l'arène, le lapin devant le furet.

    En fait, nos propagandistes en chef furent tellement assurés que leurs manipulations mentales fonctionneraient qu'ils n'ont même pas pris la peine deP1010046.JPG former leurs futurs élus.

    De plus, cela ne veut que dire que seul le formatage idéologique suffisait à ces propagandistes, du reste, ils s'en foutaient complètement, elles auraient pu bêler que c’eût été, pour eux, du pareil au même.

    Le principal ayant été que Monsieur Macron obtienne la majorité à l'Assemblée-Nationale, quelle que puisse être la personne qui serait élue du moment qu'elle obéirait aveuglément aux décisions de l'oligarchie.

    Or, comme écrit plus haut, ce qui était prévisible survient et les débordements de ces zélés zélotes se suivent, sans se ressembler, heureusement, pour eux, du-moins (et puis ça nous donne l'occasion de rigoler un peu).

    Ainsi a-t-on appris, il y a peu, qu'un de ceux-là, Monsieur El Guerrab, aurait tabasser l'un de ses anciens camarade du P.S., cadre de ce parti de son état, Monsieur Faure.

    J'en ai lu quelques articles et, ma foi, il est visible que les journalistes doivent vraiment ramer pour justifier cette agression, en  accusant, à demi-mots, la victime d'avoir été le premier agresseur.

    Elle aurait ainsi tenu le poignet de l'assaillant en le traitant de "sale arabe", plus P1000758.JPGquelques mots d'oiseaux, pourquoi ce dernier n'a-t-il pas porté plainte plutôt que de le frapper, avec son casque, au demeurant, l'envoyant à l'hôpital, manquant autant de jugeote que de contrôle.

    Croyez-vous vraiment qu'un homme politique d'expérience laisserait passer une pareille aubaine, un coup sur la tête et il peut dire n'importe quoi, perte d'équilibre, douleurs aux cervicales, troubles du sommeil, ça ne peut pas se prouver?

    Croyez-vous aussi vraiment que les gens du P.S., enfin ceux qui reste, n'ont pas l'envie vibrante de se venger?

    D'ailleurs, comme je l'ai déjà dit, ils ne sont pas les seuls, ceux de L.R. aussi doivent attendre les marcheurs à reculons au coin du bois.

    Pour l'instant, ils patientent, et vous allez voir un de ces quatre, quand les R.E.M.s ne s'y attendront pas, quand ils seront bien fragilisés, comment ces vieux de la vieille de ces anciens partis politiques vont te les piéger, comment ils vont te les éparpiller façon puzzle, et tous ensemble iront à l'hallali en plus, P.S. & L.R..

    "Sus au macronisme", qu'ils diront, "taïaut, taïaut, taïaut et Monjoie! Saint-Denis!"

    L'ennemi de mon ennemi est mon ami, n'est-ce pas?P1000879.JPG

    Enfin  bref, il aurait pu, si ces injures sont réels, ce qui reste à prouver, attendre, comme l'ont fait maints politiques, pour se venger plus tard, ou même, à l'ancienne, dans un style troisième république, proposer un duel à l'épée comme l'avait fait Gaston Defferre et René Ribière il y a une soixantaine d'année.

    Au moins aurions-nous rigolé un peu et ridicule pour ridicule, Monsieur El Gerrab aurait certes perdu également la face au-devant de ses électeurs, mais avec élégance.

    Il aurait même pu user d'humour, comme Monsieur Chirac en son temps qui avait répondu, en tendant la main à un quidam qui l'apostrophait en criant: "enculé: "Moi c'est Chirac, enchanté."

    Donc, il a certes été mis en examen par le juge d'instruction et, de ce fait, démissionné de R.E.M. mais devinez quoi, il se retrouve maintenant à la commission de la défense ( #more-106802 ).

    Comme quoi dorénavant les élus de R.E.M. ne peuvent que se sentir intouchables.

    Un autre cas, montrant et démontrant le sentiment d'impunité de ces élus, me paraît révélateur de l'incroyable impudence de ces gens.

    Madame Pascale Fontenel-Personne, propriétaire d'une agence de voyage dans la P1010071.JPGSartre, organisait de petites visites de l'Assemblée-Nationale, contre la somme sonnante et trébuchante de 119€ que, bien entendu, elle conservait ( visites-payantes-a-l-assemblee-que-risque-la-deputee-pascale-fontenel-personne_2363377.html ).

    Il n'y  a pas de petits bénéfices, n'est-ce pas?

    Sans comprendre le sens de sa fonction élective, de ses responsabilités majeurs face à ses concitoyens, de la représentativité qui est sienne face à la nation, de son simple sens du devoir, cette façon de faire éclaire de manière incontestable que pour une partie de ceux de R.E.M. (le rem est l'unité de mesure nationale des effets biologique de la radioactivité, à l'international c'est le sievert, comme quoi nous comprenons cette propagande, les R.E.M.s sont radio-actifs, hi, hi, hi) qui se devraient d'élaborer et de voter les lois, ne perçoivent, de leurs fonctions, que leurs intérêts propres.

    Et les autres, tous les autres qui y croient, et ben, ils commencent tout juste à comprendre qu'ils se sont fait couillonner dans les grandes largeurs.

    Je suis allé voir le site C.A.M.E.M. ( https://www.camem.org/ ), association des adhérents en désaccord avec la direction de la République en Marche sans démarche.

    Quels naïfs, mais quels naïfs ils font, il se font balader comme des gamins, n'ont rien compris de ce qu'ils représentent réellement (rien) et, surtout, à qui ils ont affaire.

    D'ailleurs, il doit en être de même de quelques députés d'E.M., comme ce P1010058.JPGmathématicien, Cédric Villani, loin d'être sot mais qui n'a pas saisi que ni la politique, ni l'économie, du reste, ne sont des sciences réellement mathématisables.

    Sciences humaines, oui, du domaine de la sociologie, c'est vrai, mais tout autant de l'anthropologie, de l'histoire, de l'organisation, de la philosophie et de bien d'autres domaines qui ne peuvent être ceux ayant trait aux mathématiques, ou à la marge.

    Pour l'instant tout est beau, tout est rose, mais bientôt les oligarques leurs montreront leur visage grimaçant et les lois qu'ils auront à voter se révèleront de plus en plus souvent autant absurdes que contrintuitives, voire parfois ubuesques et destructrice.

    Et alors là, cette bleusaille si naïve en politique, qui se rêvait de tracer la voie pour la modernisation de la France, qui se rêvait fondatrice d'un lendemain qui chante, pourra se dire honteux et confus: "Mais mon dieu, qu'ai-je fait dans cette galère!".

    "Tout beau parleur vit au dépend de celui qui l'écoute", disait d'antan Lafontaine par le  bec du corbeau.

    Cette leçon leur vaudra plus qu'un fromage, sans doute, parce que ce n'est pas un renard qu'ils ont ouï mais bien des loups, ressemblant à ceux qui, d'antan, étaient déjà entrés dans Paris.

     

     

    P1010040.JPGTHEURIC

  • De la fin de l'économisme dogmatique.

    Par nature, un système politique d'une époque, d'un pays, d'un lieu donnée s'appuie sur un ensemble de représentations collectives, idéologiques, certes, mais plus encore, symboliques.

    P1000840.JPGIl ne pourrait en être autrement, sauf à ce que le dit système ne disparaisse rapidement.

    C'est lorsque celui-ci se retrouve proche de sa fin que ces représentations tendent autant à leur caricaturisation (je vous l'ai dit, j'aime les néologismes) qu'à leur délitement.

    Et c'est dans ce même temps que sont formulés les premiers traits d'un renouvellement doctrinal annonçant une refondation des-dites représentations et, donc, des structures politiques, mais aussi religieuses, des pays et des peuples.

    Ainsi ne serait-il pas surprenant que des philosophes grecs ou romains antiques aient anticipé ce qui serait plus tard la féodalité.

    Au même titre que ce furent ceux de notre XVIII° siècle, dits des lumières, qui présagèrent ce qui deviendra plus tard la démocratie libérale.

    Démocratie libérale qui, en réalité, se relève de deux composantes distinctes:

    -D'une part le capitalisme sous toutes ses formes, fascisme compris (le franquisme espagnole de 1939 à 1977 ayant plutôt ressemblé à un absolutisme néo-féodal), ainsi que son inverse, la démocratie populaire, là encore sous toutes ses composantes;

    -D'autre part la démocratie représentative qui se révèle avoir été, dès le XIX° siècle, peu ou prou, dominé et régenté par le dit capitalisme ou par ses diverses opposésP1000886.JPG que furent les nations communistes.

    Si nous prenons en compte cela, alors la déduction en est simple à comprendre:

    Aucune société n'a, jusqu'à présent, jamais pleinement réalisé une société réellement démocratique, représentative ou de toute autre forme, puisque toutes celles qui, jusqu'à maintenant, se sont formulées comme telles furent, d'une manière ou d'une autre, régentées par la et/ou les pensées de l'économisme dogmatique ( qui est de considérer les questions économiques comme étant principiel à toute autre considération politique ).

    Voilà le piège dans lequel  nos anciens se sont enferrés et dedans lequel s'enferrent toujours l'immense majorité de nos contemporains:

    La démocratie et l'économisme dogmatique sont, comme je l'ai écrit plus haut, de nature totalement dissemblable, quand bien même se sont-ils développés à la même époque et se furent rapidement intimement liés, à tel poins que maintenant nous ne savons plus discerner ce qui est de l'esprit de la première comme de la seconde.

    Donc, notre époque n'est pas caractérisé par la disparition des principes démocratiques qui, bon an mal an, traversent et irriguent le conscient et l'inconscient des peuples européens (dont russes), occidentaux (dont japonais), et P1010086.JPGmondiaux, mais bien par la disparition en cours du dernier représentant de cet économisme dogmatique, celle de sa dernière et finale représentation qu'est le néolibéralisme en un syncrétisme économico-politique parfois ubuesque (l'administration de l'U.E. ayant, par exemple, mis en place une norme sur la cuisson des frites).

    Néolibéralisme, d'ailleurs, qui lui aussi existe sous ses deux formalismes contradictoires et non pas inverses: monétariste et industriel.

    Eux aussi en confrontation, ce qui est largement perceptible aux U.S.A. par ce conflit entre le président de cette union, Monsieur Trump, et ses deux chambres législatives, quoi que nous puissions penser des positions politiques de chacun.

    Mais aussi de l'antagonisme dure entre la Grande-Bretagne du brexit et l'Union-Européenne, de celui entre les États-Unis-d'Amérique et la Russie et la Chine, celui aussi qui se joue au Vénézuéla, ainsi, même, entre celui qui commence à se faire jour, en France, entre une oligarchie bancaire et/ou mondialisée d'un coté, et industriel nationale, voire parfois patriotique, de l'autre.

    Ce que nous devrions rencontrer, bientôt, au sein même de ce nouveau parti politique protéiforme et incohérent, voire à la limite de l'irrationnel, qu'est la République En Marche (arrière).

    Il est à noter les choses suivantes:P1000881.JPG

    -Ce conflit entre monétarisme et industriel ne peut que se rencontrer partout en de multiples degrés puisque le néolibéralisme, idéologiquement et institutionnellement, s'est, si je puis dire, immiscé dans quasiment tout les pays.

    Ces forces industrielles représentant, ce qui peut paraître contradictoire, l'une des composantes de la structuration progressive d'une démocratisation réelle des sociétés humaines encore en ébauche.

    -La fascisation actuelle de la politique française est logique, autant, entre-autres, parce que le fascisme est l'une des formes que peut prendre l'économisme dogmatique, aussi en raison de la crainte que le peuple inspire aux oligarques nationaux, européens et étasuniens, de la situation industriel et agricole déplorable du pays, des frayeurs d'explosion de l'Union-Européenne qu'inspire à la synarchie européiste ( synarchie, gouvernement de plusieurs prince) le brexit britannique, d'où les tentatives de Monseigneur Macron de réformer ou, au moins, aménager les règles des travailleurs détachés de l'U.E. ...

    Ce qui est soit impossible, soit destructeur de l'union, puisque réformer un système politique triplement verrouillé, institutionnellement, politiquement et idéologiquement, ce qu'est l'Union-Européenne, ne peut qu'inéluctablement mener à son anéantissement, ce que l'U.R.S.S. nous démontra lors de la prise de pouvoir de Monsieur Gorbatchev.  )

    P1010040.JPG( Il est à remarquer que Natixis met en garde ses investisseurs d'un risque de révolution des seuls salariés en France ( https://lesmoutonsenrages.fr/2017/08/23/inegalites-cette-note-qui-fait-craindre-une-revolution-des-salaries-en-france/ ), confondant allègrement, comme le fit remarquer un commentateur de ce billet présenté en renvoi, révolte et révolution, comme quoi l'oligarchie mondialiste est, et de beaucoup, bien plus sotte et acculturée que beaucoup le pense.

    Il faut, en effet, pour qu'il y ait révolution, une alliance objective au sein de toutes les strates de la société, même au plus haut de l'échelle hiérarchique, les plus déterminantes étant qu'une telle alliance se fasse entre une bonne partie de celles liées aux métiers des armes, du savoir, de l'administration et du juridique d'avec le peuple, ce qui peut être possible, sinon cela ne reste qu'une révolte.

    Je vous renvoie aussi au site de l'U.P.R. ( marche-vers-repression-de-restrictions-budgetaires-22-millions-deuros-preparer-gazage-manifestants ) où y est exposé le bientôt achat par le ministère de l'intérieur, pour 22 millions d'euro (22 000 000€), d'armes et de munitions pour le maintien de l'ordre, ce qui montre bien combien nos oligarques savent le gouvernement et la majorité de l'assemblée nationale actuel comme illégitime et preuve s'il en est que les élections de cette année furent, d'une manière ou d'une autre, truquées. )P1010127.JPG

    -Enfin, vous remarquerez qu'il y a une concomitance, dès la seconde moitié du XVIII° siècle, entre la monté en puissance de la bourgeoisie, devenant progressivement le capitalisme, et celle des maffias.

    J'émets l'idée que cette concomitance est d'un abord logique si nous songeons que l'attrait à l'argent est le même moteur pour l'un comme pour les autres.

    La différence entre les deux résultait de ce que la bourgeoisie, ainsi que les capitalistes dans une moindre mesure, contrairement aux maffiosos, avaient le sens de la loi et de la raison, ce que leurs descendants, les néolibéraux, n'ont plus.

    La violence des pieuvres maffieuses de tous temps pouvant être mise en parallèle avec la (pas seulement) violence économique des néolibéraux d'aujourd'hui, impériaux (U.S.), européens et nationaux, la Grèce en connaît quelque chose, la France suivant bientôt.

    C'est pourquoi, là aussi, le renflouement, plus ou moins partielle, des banques par ces maffias, leurs liens tissés maintenant, l'aveuglement, voire le silence des gouvernements ( blanchiment-antonio-costa-criminels-col-blanc-9381.html ), créatures des banques, ne peut être qu'en cohérence avec ma théorie d'une P1010066.JPGréunification de toutes les anciennes formes que prenaient cette ancienne monté  en puissance de l'économisme dogmatique.

    C'est pourquoi également j'émets le postulat que ces maffias disparaîtrons en même temps que cet économisme dogmatique, puisque faisant parti du même terreau doctrinal.

     

    Tout ceci, tout ce que je viens d'exposer ici, montre la complexité de ce que fut hier l'économisme dogmatique, mais aussi que sa disparition actuelle ne peut qu'être qu'accompagnée que par un effondrement des mouvements de toutes sortes inhérent à la bourgeoisie puis au capitalisme d'antan qui, dès le début de ses phases d'émergence puis d'expansion, parurent.

    Ce processus pouvant être plus ou moins rapide suivant la nature de ces formations et de leurs idéologies.

    Notons tout de même que le communisme et les démocraties populaires furent les premiers à s'éteindre, bien que subsiste diverses groupes et pays qui s'en réclament, mais bon, pouvons-nous parler de démocratie, même populaire, en Corée du Nord, et de mouvement maoïste en Inde?

     

     

    THEURICP1010094.JPG

  • Il a marché dans notre futur et ça n'a pas marché!

    Voilà une courte vidéo que j'avais déjà regardé et qui, aujourd'hui, m'a fait rire ( https://lesmoutonsenrages.fr/ ).

    Un certain Vladimir Boukovski, ancien dissident soviétique de son état, nous avait prévenu, il y a quelques années, combien les liens de parenté entre l'U.R.S.S. d'hier et l'U.E. d'aujourd'hui sont flagrants (je remercie "Les Moutons Enragés" de l'avoir remonté à la surface).

    P1010108.JPGCeci me permet d'appuyer ce que j'ai pu déjà expliqué par ailleurs, soit que le capitalisme et le communisme soviétique d'alors étaient les deux représentations en inverse d'un formalisme idéologique semblable, auquel j'ai donné le nom d'économisme dogmatique.

    Qui est, comme j'ai pu déjà le montrer, de mettre, en tant que référence indépassable, l'économie au-devant de toute autre considération politique.

    "Mais alors", me demanderiez-vous, "pourquoi l'Union-Européenne a-t-elle développée ses pires travers après la disparition de  l'Union-des-Républiques-Socialistes-Soviétiques et non pas avant?"

    C'est justement la disparition de l'U.R.S.S. qui généra le déséquilibre qui, dans l'inconscient social des technocrates de Bruxelles et des responsables politiques des pays de la C.E.E., les poussèrent à créer ce monstre imbécile, aidés en cela par l'empire U.S., bien sûr, ses représentants, eux-mêmes, empreints des mêmes contraintes inconscientes.

    Ceci étant dû à ce que cette dualité que représentait la froide opposition hostile antérieur (la guerre froide), idéologique, géostratégique, géopolitique et, surtout, d'une base doctrinale en son inverse: économico-politique, U.S.A./U.R.S.S., se retrouva déstabilisé, d'où l'apparition, par un mécanisme de compensation, d'unP1010054.JPG système politique semblable à ce que fut l'Union-Soviétique: l'Union-Européenne.

    Vous remarquerez la concordance des dates: 1991 disparition de l'U.R.S.S., deux ans seulement après, 1993, création de l'U.E..

    D'ailleurs il était dit, à l'époque, que cette union avait de but de contrecarrer la puissance étasunienne, ce qui était faux par ailleurs.

    De fait, c'est donc cette déstabilisation de l'idéologie économie-dogmatique qui a généré l'émergence de l'U.E. en une ressemblance d'U.R.S.S..

    Il est à noter que les B.R.I.C.A. tendent à créer un système de libre échange, thème d'un papier précédent ( b-r-i-c-a-et-coquin-de-sort-neoliberalisme-quand-tu-nous-5968733.html ).

    Or, le libre échange, soit l'effacement commercial et monétaire des frontières, est la condition incontournable à l'existence du néolibéralisme.

    Que la Russie et la Chine, le premier anciennement communiste, le second qui devrait censément l'être puisqu'en portant le nom (Démocratie Populaire de Chine), puissent ainsi résolument se tourner vers un système capitalistique des plus caricaturaux pourrait paraître étrange.

    Ceci au moment même où Monsieur Trump, toujours en conflit semi-ouvert, semi-P1000879.JPGlarvé d'avec ses oligarques néocons (néoconservateurs, hi, hi, hi), tente de réformer son pays en voulant même, peu ou prou, refermer ses frontières, au moins partiellement, comme il le proclamait dans son programme d'élection.

    Nous voyons donc là une inversion, bien que partielle, des structures idéologiques Russie-Chine/Etasunis en un espace de 26 années.

    Quand à l'Europe, auparavant scindée en deux, elle se trouve toujours au centre de cette dualité.

    Hier sociale-démocrate et déjà créature de l'empire U.S. à l'ouest lors de la guerre-froide et de la confrontation est/ouest,  à l'est sous la direction soviétique du pacte de Varsovie, nous pouvons  percevoir qu'en fait et comme dit plus haut, c'est bien l'effondrement du bloc soviétique qui fit émerger l'Union-Européenne sous une structure semblable de ce que fut l'U.R.S.S..

    Ceci par l'inversion rapide, bien que partielle, de la dualité soviético-étasunienne/communisto-capitalistique.

    Certes, l'Union-Soviétique a disparu en 1991, mais ce basculement débuta plus tôt, à la toute fin des années 70 et début des années 80, avec les arrivées au pouvoir de Madame Thatcher en Grande-Bretagne (1979), de Messieurs Reagan aux U.S.A. P1010093.JPG(1981) et Deng Xiaoping en Chine (1978), de Monsieur Gorbatchev en U.R.S.S. (1985) en, enfin, de Messieurs Mitterrand en France (1981) et Kohl en Allemagne (1982).

    Ce sont ces personnages, devenus historiques, qui, de gré ou de force, menèrent leur pays respectif puis le reste du monde vers ce néolibéralisme qui, je le répète, est le dernier avatar de l'économisme-dogmatique.

    Cette doctrine binaire conduisit et structura les peuples et leur politique pendant tout le XX° siècle réel, soit de 1914 jusqu'à aujourd'hui, et en arrive maintenant à son aboutissement ultime, soit sa disparition par son effondrement en raison de son impossibilité de s'adapter à une évolution interne devenue trop rapide pour elle.

    Maintenant je vous propose d'observer ce que peut être le néolibéralisme sous l'optique de cet effondrement de cette dualité confrontante multi-décennale.

    Il est possible de percevoir cinq mouvements politiques simultanés importants depuis la disparition de l'U.R.S.S.:

    1) Création, donc, de l'Union-Européenne;

    P1010050.JPG2) Entrée du capitalisme néolibéral dans le fonctionnement économique, organisationnel et politique de la Russie et de la Chine (pour les trois autres pays, c'est quelque chose de plus logique);

    3) Faillite du bloc occidental, surtout des U.S.A. et de l'U.E. et endettement généralisé des pays, des peuples et de quasiment l'ensemble des institutions nationales et internationales, privées comme publiques;

    4) Effondrement mondial des frontières, ad minima pour le flux des marchandises et des monnaies;

    5) Véritable explosion technologique via l'informatique sous toutes ses formes.

    Il est loisible d'observer cet étrangeté qu'est un retour actuel à une guerre froide.

    L'agressivité de l'empire U.S. à l'endroit de la Russie et de la Chine, par la Corée du nord pour la seconde, est compréhensible si nous faisons référence à l'histoire.

    En effet, nombre d'empires en fin d'existence tendent à accentuer leur agressivité envers leurs voisins tout en étant de moins en moins dans la capacité de supporter un conflit ouvert.

    Je soupçonne, de plus, et de ça je vous en ai déjà parlé, que Monsieur Trump agasse ainsi ces deux géants afin qu'ils vendent leurs bons du trésor américain, mais bon, en réalité cela reste un soupçon, une  hypothèse de travail.

    En revanche, ce qu'il se passe au Vénézuéla est, en cela, intéressant.P1010133.JPG

    Je suis donc allé voir ce que détenait le Brésil en terme de bon du trésor américain ici ( news-dette-americaine-bonds-tresor-argent-chine-pays-japon-sannat ) et bingo, le Brésil est le pays qui en détenait le plus en 2015.

    Ce qui pourrait être une confirmation indirecte qu'en effet le gouvernement fédéral U.S. pousse les détenteurs de ces fameux bons à les revendre, ce qu'ils font déjà tous, même le Japon s'y met, hormis bien sûr les occidentaux, et encore.

    Ainsi, déjà en Janvier 2017, les pays détenteurs, se disait-il, vendaient une partie des bons qu'ils détenaient ( 22367-123-ECH_les-grands-creanciers-de-l-amerique-reduisent-leur-stock-de-bons-du-tresor.htm ).

    En fait, ce qui est le plus dangereux pour l'économie U.S. et les oligarques ce ne sont pas ces ventes mais la vitesse avec laquelle elles se font.

    Parce que plus elles sont rapide, plus cela risque de déstabiliser les équilibres précaires de l'économie U.S..

    De fait, politiquement, Monsieur Trump n'a plus le choix, soit il réduit ses oligarques, soit il est contraint de leur obéir et, en ce cas, il ne pourra pas réformer son pays, ce qui est tout de même son dessein.

    P1010086.JPG

     

    THEURIC