Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réflexions sur la fin des empires.

Voici un texte que j'avais publié pile-poil en Avril 2014, comme le temps passe (s'il repassait, ce serait bien pour mon linge), et, à l'aune de 2018, celui-ci me semble d'autant plus pertinent.

Je le reprends donc et vais le retravailler pour le rendre plus précis.

Mais, dans l'idée, je ne rejette rien des hypothèses de base que j'avais posé du processus en cours dans les Amériques.

Ce pays, les États-Unis-d'Amérique, se trouve dorénavant en but à son déclin avancé, et si Monsieur Trump y fut élu en tant que président c'est en raison même de cette situation.

Certes, ce billet est un essai consistant à démontrer (poil au nez) que ce qu'il se passe en ce moment, les égarements multiples en Syrie et en Ukraine notamment, n'est en rien surprenant mais est la résultante de la décadence impériale.

Cependant nous, en tant que colonisés sous la bannière de l'Union-Européenne, nous nous devons impérativement de nous débarrasser des sédiments culturels P1010325.JPGU.S. qui, depuis de longues décennies, se sont largement stratifiés en générant, en nous, un état d'acculturation prononcé.

Ceci étant d'une nécessité absolu (poil au...dessus) ou, sinon, nous nous retrouverions, lorsque le système économique U.S., et dès lors mondialisé, aura cessé tout fonctionnement, au-devant d'immenses difficultés psychosociales, ceci parce que notre libération du joug étasunien ne proviendrait pas d'une décision suivit d'une action collective, mais de la simple survenue d'aléas se situant hors de notre volonté.

Ce que nous pouvons déjà percevoir dans le milieu oligarchique national et européen où, par exemple, aucune réaction ne s'y fait montre lorsque les bourses U.S., pour se renflouer, ponctionnent, sans vergogne aucune, les richesses du C.A.C.40 français ou du D.A.X. allemand (je ne retrouve plus la vidéo qui, sur Businessbourse, en faisant état).

Ce manque de réaction est compréhensible en raison même de l'angoisse montante chez nos élites économiques, mais aussi politique et journalistique, en raison de leur confuse compréhension de cette fin prochaine.

N'oublions pas, en effet, que, si chacun de nous et aussi collectivement nous agissions sur notre milieu (poil aux yeux, cil), le milieu, par nature, agit tout autant sur nous en un échange continuel.

Une domination telle que peut l'être celle impériale structure autant les sociétés asservies que chacun des individus qui les composent, au même titre que l'empire et sa population en viennent à être ordonnancé, de moindre façon, par les peuples dominés.P1010362.JPG

Ces élites des pays colonisés ont, plus que tout autre, la crainte en une disparition impériale puisque leur pouvoir ne s'assoie désormais que par sa seule existence: l'empire ne peut exister que si et seulement si il est aidé par l'autorité en place, ou du-moins se disant telle, cette dernière en en tirant tout son bénéfice.

C'est pourquoi les oligarques eurolâtres, mais surtout américanolâtre, se laisse piller sans que nul ne moufte: ils savent que la disparition de l'impérium signera de manière définitive leur hégémonie sur leur nation, ainsi payent-ils le prix de leur survie.

Mécanisme que nous pouvons, là encore, remarquer tout au long de l'histoire.

Un dernier point remarquable en ce préambule, l'extraordinaire ressemblance entre ce que fut l'empire (poêle à frire) romain et celui américain, surtout dans cette relation que le premier avait établi avec la Grèce antique et celle que le second a construit avec l'Europe et peut-être d'avec la Russie qui se considère toujours comme la descendante de l'Empire-Romain-d'Orient, de Byzance.

Or, tout comme l'empire romain le fit en son époque, l'empire américain est en train de se replier sur ses bases arrières, ce qui est l'une des raisons, la principale peut-être, pour laquelle elle est en train de déstabiliser la France pour qu'elle en vienne au France-quitte, ceci dans l'esprit de détruire l'Union-Européenne.

Ce que l'Allemagne, désormais, sait pertinemment et qui serait à son relatif avantage.

D'ailleurs, l'une des raisons pour lesquelles il y eut ce bombardement en Syrie, à cause d'un supposé usage de gaz de combat de la part de l'armée syrienne qui ne tient pas la route, fut justement d'affaiblir grandement un Monsieur Macron qui, décidément ne comprend rien à la nature de la politique et qui a pris là des risques incommensurable, sur les bons conseils de Madame May (au joli mois, poil aux doigts).

Le texte, donc, que je vous propose en seconde partie, consiste à une explication des raisons pour lesquelles un empire est, par nature, mortel.

Parce que, en toute chose, il est bien de détenir une compréhension théorique du contexte de la complexité qui nous confronte pour résoudre au mieux les problèmes qu'il peut nous causer, bien que, bien sûr, il puisse être possible de s'en passer, ce qui serait dommage puisque cela P1010412.JPGnous permettrait de nous en faciliter la tâche.

C’est vrai, les institutions de l'Union-Européenne sont faites et bloquées de telles sortes, les pressions sur les élus sont d’une telle violence, le médiocre envahissement culturel américain est d’une telle puissance, et ici je ne désigne pas le jazz mais le rap et les feuilletons télés, les médiats officiels sont à ce point verrouillés, la doxa dogmatique du néolibéralisme à conquis à un tel point les esprits et les cœurs que nombreux sont ceux ne voyant pas comment nous pourrions nous débarrasser de tout ce fatras sans que nous ne devions attendre sa fin prochaine, la fin prochaine des U.S.A., soit la ruine universelle!

Alors, me diriez-vous, il n’y aurait-il rien à faire?

il me semble que si, il nous reste l’immense, l’incommensurable travail de préparer cette échéance, mieux encore, d'en devancer l'avènement.

Mais ce système, se dit-il, est bien trop solide, bien trop socialement et politiquement ancré dans notre société pour que nous puissions envisager sa disparition, son effacement, et puis, comment voulez-vous qu’il soit possible qu’un empire comme celui qu’est l’Amérique puisse disparaître?P1010378.JPG

Je vous répondrais que tout empire ne peut que disparaître pour deux raisons:

1) Par son propre poids dû à la puissance de son oligarchie:

Il y a délitement progressif de la raison même qui fait l’émergence d’un empire, la recherche du pouvoir et de la richesse économique de son oligarchie, cela facilité par un ensemble culturel, militaire et/ou guerrier et institutionnel efficace et agressif.

Cet ensemble ayant d'origine une structure anthropologique relativement archaïque.

Pourquoi cette recherche infini de pouvoir et de richesse de la part de l'oligarchie (qui se développe soit avant, soit pendant l'expansion coloniale) d’un empire en construction?

Parce que, quelle que soit l’époque, le monde est toujours fini et qu'en chaque pays ces richesses sont d'autant plus limitées, d'où le développement de cet empire: .

Ensuite survient l'épuisement:

Que ce soit celle de l’empire romain, des empires coloniaux européens, de la duale guerre froide entre les deux empires U.S.A./U.R.S.S. ou de l’empire américain tel P1010395.JPGque nous le vivons depuis le début des années 90, cette accumulation de richesse d’un empire arrive toujours à la limite de capacité de production de son peuple propre et des peuples mis sous son joug dû à la finitude du monde conquis: il ne peut plus y avoir d'expansion.

Parce que un empire ne vit et, surtout, ne survit que grâce à son expansion, cette expansion dépendant étroitement des capacités de déplacement de l'époque, à pied, à cheval, en bateau à voile ou en voiture et aéroplane.

Une fois les limites dues à ce mode de déplacement atteintes, le processus d'expansion cesse puis, progressivement, vient le déclin suivit de la disparition de l'empire, inexorablement.

C'est le paradoxe d'expansion devant lequel ne peut que se retrouver tout empire.

C’est cette limite qui va progressivement déliter le-dit empire et conduire aux divers processus suicidaires qui ont prévalu à la fin de chacun d'entre-eux.

La raison en étant que son oligarchie, ne se développant qu'en raison de son appropriation des richesses des peuples nouvellement conquis, n'en trouvant plus suffisamment pour suffire à son opulence dès le maximum de l'expansion impériale atteinte, n'a plus d'autre solution existentielle que de se retourner contre son peuple et les peuples colonisés pour en absorber le plus possible des ressources.

( C'est pourquoi il est dit que les empires européens coûtaient plus chers, peu de temps avant leur disparition, aux nations conquérantes que ce que leurs coloniesP1010381.JPG rapportaient, les oligarques insatiables se servaient amplement, il est à remarquer qu'en raison des faits historiques, nos oligarques d'aujourd'hui, logiquement eurolâtres et américanolâtres, sont les descendant directes de ceux des empires européens. )

Ce que nous pourrions appeler "l'autophagie impériale".

Ce phénomène, que nous pouvons parfaitement voir à l’œuvre actuellement aux U.S.A. et dans l'U.E., et dont les effets se font ressentir par l'appauvrissement continuel des populations, se double d'un second, intimement lié au premier, et que nous pouvons facilement nommer la faillite intellectuelle et morale impériale.

2) La faillite intellectuelle et morale des oligarques impériaux:

(Faillite morale bien entendu accompagné de l'épuisement éthique, la morale concernant l'espace des interdits en lisière entre l'individu et la société pour devenir, pour le premier, surmoi lorsque cela concerne la personne en propre.

L'éthique, elle, concerne toutes les structures professionnelles, économies ou non, légales ou non, de ce que je nomme les "entités sociales" et se rapporte aux mécanismes de bons fonctionnements internes de chacune des-dites entités P1010360.JPGsociales.

Lorsqu'il y a manquement d'éthique, par exemple, la banque-centrale qui produit tant de monnaie que cela lui fait perdre toute valeur nominale intrinsèque, ou le journal préférant divulguer de la propagande d'état ou oligarchique plutôt que d'informer véritablement les lecteurs ou les téléspectateurs, il y a de l'anti-éthique;

Quand cet anti-éthique devient institutionnel et se généralise, l'entité sociale non-éthique se dégrade progressivement en entrainant avec elle toutes les autres entités sociales qui lui sont liés, ce manquement d'éthique provenant de cette déchéance morale et intellectuelle que j'étudie ci-dessous.)

Et d’où provient cette faillite intellectuelle et morale?

En raison même de l’épuisement des ressources de cet empire, le mettant de ce fait en danger,  son oligarchie comprend plus ou moins consciemment sa prochaine disparition ce qui, dès lors, la place dans un ensemble de mécanisme de survie avec tout ce que cela entend d’agressivité, de trahison et de vilénies tournée autant envers son peuple que sur ceux étant sous sa domination.

Agressivité tournée même vers ses voisins non dominés, d'où les défaites de fin d'empire remplissant l'histoire.

Surtout, dans ces mécanismes de survie, ces élites ne recherchent plus un quelconque dynamisme d’expansion, ce qui lui est dorénavant impossible, dynamisme qui était auparavant suivit de son corolaire intellectuel, donc éthique,P1010219.JPG suivant la définition que j'en ai donné, lui montrant ce qu’il peut et comment le faire, et moral, qui lui déterminait ses limites.

( Il est à remarquer la baisse de qualité des manipulations impériales en raison de cette baisse de puissance intellectuelle, et, logiquement, de l'infantilisation oligarchique par la réduction progressive de cette structure psychique particulière qu'est le Surmoi, substrat essentiel à toute morale, étant entendu que les oligarques européens ne dominent leur pays respectif et l'Union-Européenne que par la grâce de notre maître étasunien et doivent donc leur être soumis, or l'intelligence ne peut être soumise, sauf à se qu'elle se restreigne à la mesure de cette soumission.

Nous voyons également le lien entre l'intellect et la morale, liés l'un l'autre dans l'action et la réflexion par le couple faisabilité/limite, il est à remarquer que l'inventivité nécessite un affaiblissement du surmoi et donc de la morale, l'affaiblissement intellectuel des élites étasuniennes fait que leurs coups géopolitiques, bien que restant inventifs, n'aboutissent à rien du fait de cet affaiblissement intellectuel.

Je dois rajouter que la personne amorale, par nature créatrice, connait les interdits, dès lors le surmoi et la morale, mais sait s'en écarter suffisamment pour libérer sa créativité, il est possible aussi qu'elle établisse sa propre morale pouvant, parfois, avoir plus de valeur humaine que celle collective.

P1010269.JPGLa personne immorale est immature et infantile, elle a un surmoi très faible et fragile, a des difficultés, voire une impossibilité, pour reconnaître la valeur de la morale et peut s'en écarter à en devenir un parfais asocial, si ce n'est un psychopathe.)

Pourquoi cette faillite intellectuelle et morale?

Parce que le premier montre l'inéluctabilité de l'effondrement de l'empire et que le second révèle la plus totale amoralité des actions menées pour faire survivre cet empire et donc ces élites.

C’est pourquoi les étasuniens actuels font n’importe quoi, n’importe comment.

Ce processus ne faisant qu’accélérer et accentuer le délitement de cet empire.

L’assassinat d’Aetius, le vainqueur des champs Catalauniques, par l’empereur Valentin III est de même nature et signait déjà la fin de la Rome impériale.

Les deux guerres mondiales européennes aussi annoncèrent les décolonisations.

Cette déchéance morale et intellectuelle se développant au même rythme que la déliquescence de cet empire.

Ensuite survient le basculement ou effondrement de celui-ci qui prend toujours la forme de ce qui fut sa puissance première, ce sur quoi il s’était assis, son type principal d'organisation pour développer son hégémonie, ce grâce à quoi il put devenir la puissance majeur d'une époque et, suivant les capacités de déplacement de la période, d'une région.

Ce fut pour les  européens la guerre, pour les romains leurs institutions et, aujourd'hui, pour les américains, bientôt l'économie.

Pour l’empire chinois, sa spécificité fut qu’il a toujours tout géré en interne, étant, P1010389.JPGd’une certaine façon et grâce à sa dimension et son unité géographique, même relative, refermé sur lui-même, ses réguliers effondrements lui ont donc permis de renouveler, avec le temps, simplement ses élites, elle sut se libérer par elle-même des européens et des japonais.

Toutefois elle se nomme elle-même "Empire du Milieu"...

L'inde est surtout une unité géographique, se considère, avec raison, comme étant un pays jeune et complexe, et ne fut unifiée que par les armes britanniques dont elle sut, elle aussi, s'en libérer du joug.

La Russie, d'empire est devenue confédération, ce qui fut une décision d'une grande sagesse.

L'Union-Européenne, de sa construction progressive, n'a d'existence que de la volonté et la domination étasunienne, des faiblesses mortifères de ses élites et de ses oligarques, du désir des peuples de vivre en paix et de ne plus crever de faim; son effondrement mènera à une séparation stricte des pays (avec des alliances probables et nécessaires avec les voisins proches ou lointains), effondrement évident puisque contradictoire d'avec les discours tenus: son existence mène en effet à des risques de guerre (à cause de la Syrie et de l'Ukraine notamment), au retour, sinon de la faim, du-moins à la pauvreté et, dans certains états, je le suppute (bonjour madame), au retour de la disette.

Quand aux États-Unis-d'Amérique, ils sont aujourd'hui au bord de leur banqueroute, c’est pourquoi il est impératif d’envisager cette ruine prochaine, leur P1010206.JPGdisparition et à toutes les symboliques auxquelles cet empire nous a lié.

Ou peut-être avant, avec l'aide impériale, ce qui serait pour le moins coquasse, à ce que nous quittions cette union par nous-mêmes, elle si ubuesque, tyrannique, dangereuse, stupide et mortifère, ce qui serait dès lors pour nous du plus grand des bienfaits.

Politique, économique, institutionnel, artistique, industriel... et que sais-je encore, le chantier de reconstruction nous est gigantesque, titanesque, même, et il me semble que nous n’avons plus grand temps, alors préparons-nous y dès maintenant.

 

 

THEURIC

Écrire un commentaire

Optionnel