Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mon intention.

    Je ne recherche, en soi, aucune gloire, tout juste  aimerais-je être reconnu pour la production de mes d'idées, mais, de cela, je le sais impossible.

    Cette solitude qui, peut-être à un moment ou à un autre de ma vie, cessera, ne peut qu'être que pesante, mais suis-je en droit de cesser de poser sur ces pages de ce que je comprends d'un futur qui sera pour nous en tous points difficile?

    De faire comprendre au mieux à mes semblables les durs temps qui viennent.

    De guerre lasse, je fus tenté hier de provoquer mes lecteurs en allant au plus profond du piège logique dedans lequel nombre d'européens et d'étasuniens sont plongés, et puis ce matin je me suis ravisé, ce serait contreproductif.

    En fait la propagande des États-Unis-d'Amérique repose, en Europe, sur quatre piliers distincts, qui furent toujours faux et/ou d'une grande perversité:

    1) La toute puissance de l'empire US liée à l'idéologie néolibérale monétariste;P1030021.JPG

    2) L'inéluctable nécessité de la construction européenne sur de mêmes bases idéologiques utopiques;

    3) le présupposé réchauffement climatique anthropogénique;

    4) la désexualisation des peuples européens et leur infantilisation.

    Ceci sous l'égide d'une domination impériale multidécennale, culturelle, médiatique, symbolique, artistique, politique, historique, géographique, sociologique, diplomatique, médiatique, scientifique, économique, électorale, scolaire, militaire d'une moindre façon, ceci par le biais d'officines de pression pour lesquelles sont autorisées toutes les subversions totalitaires et perverses, toutes les entorses à la moindre des moralités, mais discrètes, et dont l'Union-Européenne n'est que la pure créature, l’œuvre malfaisante et ultime.

    La France serait ainsi en droit de vouloir récupérer sa statue de la liberté que depuis des lustres notre cher Toton Sam n'a cessé de piétiner allègrement chez lui comme chez nous.

    Tout ceci générant un état de soumission doublé d'une sidération importante des peuples, dont des français, qu'il est ardu de réduire, parce que la peur que tout cela s'arrête d'un coup est plus importante que de la lente décrépitude de la société qui, P1030151.JPGquoi qu'il en soit, ne pourra qu'être plus importante en terme de destruction que de ce qu'il pourrait en être de ce brusque effondrement.

    Pour la simple et bonne raison que les instabilités sociétales de toutes sortes s'accroissent jour après jour.

    Dès lors, que l'un de ces quatre piliers en vienne à se rompre et ce serait tout l'édifice qui s'effondrerait définitivement.

    Mais en revanche, si tous périclitaient en même temps, nous devrions faire face à une réaction de type stress post-traumatique d'une portion non négligeable de la population.

    Et, suivant le fait que depuis des décennies ces-dites instabilités du système dans son ensemble, économique, certes, mais aussi politique, médiatique, philosophique, artistique, scientifique, etc... tendent à s'accroitre, il y a de forts risques pour que ce pire n'advienne.

    Tout mon travail ne consistant alors qu'à essayer de prévenir  au mieux des effets probables que cela génèrera.

    Le point névralgique, la terrible faiblesse de tout ce système de domination c'est l'économie, occidentale, certes, mais aussi mondiale, au centre duquel se trouve le dollar et un euro qui n'en est qu'une pâle et artificielle copie, le tout se trouvant dansP1030177.JPG une épouvantable situation.

    Il s'agit donc de s'y préparer au mieux, tant psychologiquement que matériellement, mais pour cela encore faut-il en être conscient.

    Mais, pour les raisons évoquées plus haut, il est visible que sa simple évocation met en émoi les gens, crée une angoisse d'une grande violence puisque à ce monde connu et reconnu dedans lequel tous s'y reconnaissent, nous plongerons dès lors dans celui inconnu d'un socle conceptuel et perceptif naturellement énigmatique et incertain.

    C'est pourquoi je ne serais pas surpris d'apprendre un jour que la plupart de mes lecteurs découvrant mon site n'en lisent que deux à trois pages puis, ensuite, en viennent à en oublier tout autant l'intitulé que l'adresse.

    Tout en se surprenant ensuite de faire quelques réserves en nourriture et produit d'entretien.

    Le principal se trouvant là, bien sûr.

    Quand à ce qu'il pourrait en être de ce que j'y exprimerais oralement de ma perception de la chose, mon expérience me montre de la fuite, sous une forme ou une autre, à chaque fois de mon interlocuteur, que je ne peux y espérer une écoute meilleurs que de ce qu'il peut en être de l'écrit.

    P1030199.JPGSachant qu'aux deux extrêmes de la perception de cet achèvement de notre domination impériale euro-atlantiste, mais aussi oligarchique, et de cet effondrement économique inévitable, tous trois complémentaires, s'y trouvent largement majoritaire ceux qui en ont un déni plus ou moins important, tout comme ceux qui en sur-exagèrent les effets, ceux que l'on appelle les survivalistes.

    En une dernière tentative, pour ces derniers, de conserver un contact, même symbolique, d'avec la puissance impériale largement déclinante, parce qu'il est vrai qu'au-delà de l'océan Atlantique, ce sera là que cette crise inouïe sera la plus importante.

    Un effondrement n'est que ce qu'il est et ne peut se faire que sur les bases de ses vulnérabilités, détériorations et de ses faiblesses grandissantes: si un pont s'écroule, il est vrai que personne ne pourrait en définir la date par avance, en revanche il est possible de dire, au vu de son état de délabrement, où il serait le plus manifeste que la cassure se produise.

    Là, pour ce qui nous occupe, il n'en est pas différemment.

    Mais cette commotion de la population pourrait être évité si, auparavant, l'UPR prenait le pouvoir en devenant électoralement majoritaire dans le pays et que François Asselineau en devenait le nouveau président, conduisant le France-quitte de cette Union-européenne mortifère, comme, aujourd'hui, le fait la Grande-Bretagne de son brexit.

    Certes, les eurolâtres nous créeraient de nombreuses difficultés, les premiers tempsP1030038.JPG nous seraient compliqués, mais plus vite cela arriverait et mieux la nation s'en porterait.

    Et qu'ainsi rapidement se conduise une reconstruction industrielle et agricole dont tous nous avons infiniment besoin.

    Si ce n'étaient les journalistes cornichons qui, dans les médiats officiels, n'ont que de cesse de mentir  éhontément sur toutes sortes de  sujets et, entre-autre, sur ce parti politique, sur son président et sur ce projet logique et sain de sortir de cette union dont le but n'est que de détruire les pays pour en asservir les peuples à un empire U.S. dont le déclin n'est pas loin de son achèvement par sa disparition prochaine.

    Parce que de toute la chaîne de responsabilité de cette gabegie  absolue, ces journalistes cornichons se trouvent, de fait, en première ligne, et chacun d'entre-eux se devrait de se demander si, entre lui et ses donneurs d'ordre milliardaire ou ministre, lequel aura le plus à souffrir de la disparition de l' UE€ et de leurs maîtres étasuniens.

    Ce sont en effet le plus souvent les sous-fifres qui paient le plus les pots cassés.

     

    Lutter de toutes forces contre cette inertie populaire compréhensible serait, de ma part, absurde.

    Du-moins aurais-je tout fait pour en réduire la violence de ce choc avenir, la banqueroute généralisée et la disparition de notre cher oncle si tant et tellement incivile qui se plait de détruire là d'où il provient, l'Europe.

    Ce choc n'en serait qu'infiniment plus réduit si l'UPR devenait majoritaire.

    Après je sais que, hormis de rares cas, même mes lecteurs assidus, qui ne doivent P1030246.JPGpas être très nombreux, m'oublieront dans la tourmente du France-quitte ou, sinon, des effets de cette débâcle multifactorielle.

    Et moi je commencerai à produire mes œuvres poétiques.

     

     

    THEURIC

    PS: Je vais progressivement m’éloigner de la politique, non pas qu'elle ne m'intéresse plus mais que, plutôt, j'ai dis ce que j'avais à en dire.

  • De l'Union-Populaire-Républicaine.

    Il ne m'est pas aisé de parler de ce parti politique sans me répéter et puis la question de légitimité m'est venu à l'esprit.

    Comment, en effet, serait-il logique de considérer comme légitime un mouvement qui, lors des dernières élections, fit moins de 2% des votes?

    Ceci au regard du pourcentage des voix que récoltèrent le REM des radio-éléments et de RN au nationalisme aux géométries variables suivant les demandes de l'administration de l'union et des désirs et besoins oligarchiques ainsi que de ses nécessités électorales.

    Les deux seuls à passer régulièrement dans les médiats, d'une manière roborative de plus pour ce premier, jusqu'à l’écœurement en une geste fleurant bon les mêmes régimes autoritaires que nos journalistes cornichons se plaisent à critiquer de façon ostentatoire.

    Or, du fait même qu'en réalité l'UPR se retrouve à être le seul parti d'opposition, faceP1030247.JPG à cette unité idéologique euro-atlantiste, a avoir une écoute satisfaisante auprès de la population, sa-dite légitimité se retrouve dès lors à exister réellement.

    Que je m'explique: en raison même qu'aucun parti politique composant l'assemblée nationale et le sénat n'en vient à remettre en cause l'appartenance de la France à l'Union-Européenne, en en cautionnant dès lors la chose, pour certains de manière informelle, et parce que le référendum du 29 Mai 2005 traitant de la constitution européenne, auquel la majorité des français votèrent "non", fut trahi lors de la signature du traité de Lisbonne par les élus de ces mêmes partis, nous ne pouvons pas ne pas considérer ceux-ci, dès cette époque, que comme étant d'une manière politiquement constitutive, illégitimes.

    Il est à remarquer que ceux qui, individuellement, s'insurgèrent de cela, quel que soit son parti, se retrouvent à ne plus passer dans les médiats ou sont morts.

    Il est vrai que certains étaient de grand âge.

    Dès lors nous nous retrouvons devant la situation très intéressante où la grande majorité des partis politiques du pays sont illégitimes tout en occupant l'ensemble des places dans les assemblées législatives et/ou agissant au sein du pouvoir exécutif.

    P1030143.JPGLe REM, quand à lui, n'ayant été et n'étant toujours qu'un mouvement fantoche dont l'importance n'est que secondaire, étant donné qu'il n'a d'existence que parce qu'il fut créé ex nihilo par un quarteron de personnages provenant autant de l'oligarchie nationale et de leurs sous-fifres tel qu'Attali, du gouvernement étasunien de l'époque sous présidence d'Obama, et de représentants du personnel politique européiste telle que Madame Merkel.

    Le REM? combien d'adhérent et de militant réel.

    Comme vous pouvez le percevoir ici, c'est cette double notion de légitimité et d'illégitimité qui peut nous permettre de percevoir l'exacte réalité politique de la France.

    Or, tous, à l'intérieur de ces partis que nous pouvons définir comme seuls autorisés puisque médiatiques, s'affirment vouloir et pouvoir réformer l'union, ce qui, vous en conviendrez, signifie dans le même temps qu'ils consentent à considérer celle-ci comme étant en malfaçon chronique mais aussi qu'elle génère des effets délétères tendant à produire des dysfonctions sociétaux grandissants.

    C'est même là la principale promesse de chacun de ceux-ci à chaque échéance électorale, qu'elle soit locale ou générale, que cela soit affirmé ou simplement suggéré.P1030114.JPG

    Lors et je l'ai montré par le passé de nombreuses fois et de façons différentes, toute réforme, même extrêmement légère, de l'Union-Européenne est soit impossible, soit autodestructrice, en en prenant modèle de ce que fut l'URSS.

    Vous remarquerez sur ce sujet les nombreux exemples cuisants de toute la classe politique qui, depuis des décennies, en tentèrent l'aventure en essuyant échecs sur échecs, les derniers en date étant les essais malheureux, sinon ridicules, de l'équipe gouvernementale actuelle.

    Donc, en considérant cela, nous ne pouvons que conclure que soit nous devons rester au sein de l'UE, mais en ce cas que les représentants censément représentatifs du peuple en tant qu'élus l'affirment en en expliquant les motifs, soit nous devons la quitter, le mieux étant à mon sens par l'activation de l'article 50 de ce fameux traité, ce que seul l'UPR propose.

    Bien qu'il y en aient d'autres, bien plus minoritaires qui, eux, proposent une telle sortie sans la moindre activation de cette sorte, ce qui est aussi un choix politique qui a sa cohérence auquel je ne souscris pas.

    P1030113.JPGTous les autres discours ne pouvant dès lors qu'être considérés que comme d'une naïveté ou d'une duplicité manifeste, posant donc, une fois encore, la question de la légitimité réelle des acteurs politiques autorisés, puisque aucun n'affirme sans ambiguïté qu'il nous serait productif d'y rester, tous, en leur liste complète, de FI à RN en passant pas le REM, LR, UDI, PCF, PS, MODEM.

    Tout en faisant état de leur résolution de continuer la construction européenne en y affirmant leur volonté de la réformer, ce qui est, nous l'avons vu, d'une contradiction majeur: soit elle reste en l'état, soit elle s'autodétruit de par une tentative de rénovation.

    En revanche, ce choix de vouloir que la France quitte définitivement l'union, comme le propose Mr. Asselineau, ne peut qu'être que clairement annoncé puisque cela ne peut se faire qu'en toute simplicité, nulle équivoque ne pouvant s'y rajouter.

    Étant entendu  que si la nation en sort, cela génèrerait de telles tensions au sein du bidule européiste que  son existence ne pourrait qu'en pâtir, mais en cela qu'importe puisque, quoi qu'il en soit, son impossibilité d'évolution, d'amélioration et d'amendement ne peut, quand la grave crise surviendra, que la contraindre à sa désintégration.

    Crise, économique et aussi politique, qui, d'ailleurs, se rapproche de nos portes, pouvant bien se révéler d'une violence première et qu'en raison même de la natureP1030064.JPG fondamentaliste de l'Union-Européenne, ne fait que s'amplifier de tous points de vues.

    C'est pourquoi il serait préférable d'en sortir au plus vite, mais il est vrai aussi qu'inverser une propagande multidécennale pro-unioniste doublée de celle impériale, US, atlantiste, ne peut se faire du jour au lendemain, cela prend naturellement du temps.

    Tout cela menant à ce que la langue anglaise s'adonne dans les universités à la place du français, au moment même où les États-Unis-d'Amérique sont au bord de leur disparition, preuve s'il en est que nos dirigeants angoisse à tel point de ce déclin arrivant à son terme qu'ils en viennent à en vouloir imiter en perroquet, de leurs maîtres adorés, les moindres de leurs pratiques, les plus mauvaises de préférence.  )

    Ce qui fait que nous nous retrouvons au-devant d'un paradoxe où chacun sait, plus ou moins confusément, d'être baladé par un personnel politique autorisé sot et/ou fourbe manquant singulièrement de légitimité, à l'incapacité décisionnelle de plus devenu criante, mais dont la réélection se perpétue, tous sachant en outre que de l'intérieur de ce bidule unioniste il serait vain aussi d'en attendre une action efficace quand cela surviendra.

    Et heureusement que l'Union-Populaire-Républicaine existe puisque de nouveaux cadres nous offriront les capacités nécessaire pour gérer au mieux cette catastrophe future. et que, de plus, une opposition en phase de développement est déjà présente.

    En réalité peu se faut pour que nous puissions de nouveau aller de l'avant, ce peu est certes là mais peu, ce n'est pas grand chose, n'est-ce pas?

     

    P.S.: Un nouveau scenario a émergé à la surface de ma conscience au sujet de cet P1030178.JPGeffondrement, celui d'une faillite des pays de l'UE sans que cela ne génère des dégâts importants dans le reste du monde, voire même à ce que cette faillite européenne recule encore une fois celle internationale pour les 4 à 5 ans suivant grâce à notre nécessité de nous réindustrialiser.

    Cela voudrait dire qu'auparavant il y aurait eu un décrochages des banques européennes d'avec la majorité des autres et que donc seules ces premières feraient banqueroute.

    Mieux que le précédent, celui-ci nous arrangerait grandement puisque à la disparition de l'union viendrait se superposé la débandade de notre gouvernement, en faisant de plus reculer les immenses problèmes économiques qui sont nôtres, hormis le fait que nous pourrions, pour un temps et momentanément, être aux prises avec un autre gouvernement croupion.

    Le tout dépendant des raisons pour lesquelles un tel scenario adviendrait, mais celui-ci arrangerait autant les Etasunis de Trum, la Russie de Poutine que d'un ensemble considérable de pays de tous continents.

    Cette idée, je l'ai repoussé longtemps dans cet entre-deux eaux entre inconscient et conscient et pourtant elle serait celle qui, pour nous, serait des plus souhaitables.

     

     

    THEURICP1030096.JPG

  • Retour sur l'effondrement économique qui vient.

    Une catastrophe, ici économique, génèrent des effets qu’il est possible de prévoir en partant de l’instant présent, encore faut-il que cette perception ne soit pas entachée de présupposés faussés.

    Ici il est facile de considérer que nos problèmes recouvriront l’ensemble de la sphère de la société, politique, économique, sociale, technologique et symbolique, pour ce dernier cela concernera autant les sciences, la philosophie, la religion que les arts.

    Certes, il est possible que, comme en 2012, moyen soit trouvé pour que le système perdure, à l'époque il s'agissait, de ce que j'en sais, de faire peur aux épargnants en leur serinant que leurs économies leurs seraient confisquées au profit des banques (ce qui sera vrai part ailleurs), ce qui fait qu'ils avaient dépensé une bonne part de leur épargne, ceci doublé d'une baisse importante des taux directeurs des banques centrales et de QE officieux sous forme d'une avalanche de monnaie.

    P1030165.JPGCe qui permet aujourd'hui aux états d'emprunter à des taux négatifs (j'explique ce que j'ai compris de ce truc dans le texte d'avant le précédent).

    Tout ceci ayant, en effet, retardé son terme, mais sommes-nous sûr que ce soit reproductible, il n'en est rien de moins que d'évidence.

    Ceci d'autant plus que cela n'a pu qu'accroitre les instabilités structurelles du système économique mondialisé et les actions gouvernementales faites pour tenter de rembourser des dettes qui, pour partie, n'ont aucune raison d'être, l'ébranle d'autant.

    Disons-nous bien qu'un nouveau retard d'avènement de cette faillite généralisée ne fera que nous rendre la tâche de reconstruction plus ardue encore et accroitront d'autant nos difficultés.

    A cette banqueroute économique, ai-je dit, ne pourra qu'être qu'accompagné d'une perturbation politique, technologique, sociale et symbolique en raison des certitudes fausses et absurdes qui nous sont déversées via les médiats officiels.

    Les plus importantes autour desquelles tournent toutes les autres, concernent la croyance en l’indépassabilité de la construction européenne et en la toute puissance US, ceux pour qui cette crise économique ultime leur sera fatal (tout comme il en sera de ce présupposé réchauffement climatique anthropogénique, que les P1030012.JPGpersifleurs professionnels de la pensée unique vaguement écologistes nomme changement climatique).

    Ce qui affaiblira gravement une partie non négligeable des classes-moyennes supérieur, les 2/3 (parfois j'écris 3/4 par erreur), et déstabilisera grandement, voire totalement le gouvernement français et celui de l'Union-Européenne, ce qui veut dire que les-dits gouvernements ont de très fort risques de se disloquer, à mon sens cette probabilité étant du niveau de la quasi certitude.

    La grave désindustrialisation et réduction de production agricole du pays nous mèneront à une première année extrêmement difficile doublée d’une nécessité absolu de se réindustrialiser et recultiver les sols laissés en jachère, à ceci s’accompagnera d’un manque de monnaie et de carburant qu’il nous faudra bien gérer et distribuer au mieux et à l’ancienne.

    De plus, les banques et assurances seront, pour une grande majorité, soit disparues, soit nationalisées.

    Même internet pourrait en être impacté par un ralentissement de son flux, voire par son arrêt.

    P1010825.JPGTout cela se pense par avance, ce qui nous permettrait de réagir au mieux lorsque cette échéance difficile sera à nos portes, ainsi il ne s’agit pas de rêvasser mais de conceptualiser la chose autant dans sa réalité que dans sa globalité!

    Songez simplement que le manque de médicament, phénomène déjà commencé et qui ne pourra qu’aller qu’en s’accroissant, mènera à une mortalité importante des personnes les plus fragiles, ce qui désorientera d’autant plus la population et posera des problèmes d'organisation importants.

    Notre futur chantier est immense et il n’est plus que temps d’y songer, certes il nous est possible d’avoir des informations, bien qu’elles restent parcellaires, mais un brin d’imagination peut nous permettre d’en combler les manques.

    L'une des multiples simples questions de se demander, dans un exemple n’en étant que l’une parmi tant d’autres: comment et en combien de temps des aciéries peuvent-elles être bâties, les ouvriers qualifiés formés et à quelle date en débutera la production?

    Parce que sinon cela se fera dans la panique et l’impréparation, ce qui n’est jamais une bonne chose.

    Pour ceux qui le découvre, vous trouverez dans ce blog une série de réflexion sur ce P1030103.JPGsujet où j'y explore, entre-autre, les conséquences des âneries économiques et politiques des dernières décennies.

     

    La société n'est ni un paradis, ni un enfer, l'être Humain n'est ni un ange, ni un démon, la vie n'est, le plus souvent, ni une  horreur, ni une aisance, mais il est des moments où l'histoire fracasse les êtres bouleversés par des passions allant bien au-delà de ce qu'ils auraient souhaité vivre.

    Adultes nous ne sommes plus enfants, bien que le jeu s'y poursuive jusqu'à notre dernier souffle, notre quête naturelle de bonheur se trouble souvent d'exaltations bouillonnantes nous entrainant facilement, individuellement et/ou collectivement, à des actes, parfois affreux, dont chacun ne se serait jamais cru capable.

    Il n'est pas bon, de plus, d'adopter une nature infantile quand l'âge vient de nous offrir la sagesse de l'expérience et d'une maturité que nous ne pouvons, en ce cas, accepter.

    A l'inverse d'un Monsieur Macron se laissant entraîner par la main par un Trump hilare, amusé de traîner ainsi ce bambin de quarante années passés, nous nous devons de ne pas nous laisser promener et berner par ces vulgaires divulgateurs de mensonges et de vulgarités qui, de médiats en médiats, promènent ainsi l'homme et la femme de P1020004.JPGbien dans les méandres nauséeux de leurs propres futiles peurs infantiles et leur obéissance vaine à des manipulateurs névrosés.

    Seule la conscience posée sur ces  forfaitures et autres absurdités peut nous permettre de nous retirer de cette propagande tendant au totalitarisme.

    Il faut en effet saisir que ce complexe système de croyance veut à tout prix survivre et que ses porteurs ne sont plus que des marionnettes, déchirant leurs pensées en tordant la réalité en un transport démentiel leur faisant confondre tout avec tout, sans qu'aucun sens réel ne puisse s'en détacher.

    Ainsi, oubliant la façon abjecte avec laquelle la police aux ordres d'un gouvernement français aux abois a pu se conduire à l'encontre des gilettistes, nos journalistes cornichons en viennent-ils à critiquer la manière, moindre ou aussi brutale, avec laquelle les gouvernements  russe et chinois ont eux-mêmes géré les manifestations se passant dans leur propre pays.

    Aidés parfois par des professeurs en science sociale souffrant tout  autant de la même infertilité intellectuelle.

    Les mêmes se plaignant des véritables tragédies que sont les meurtres de femmes perpétués par leur compagnons, en oubliant que les mécanismes unionistes et P1020930.JPGnéolibéraux, dont ils n'ont de cesse de vanter les mérites, conduisent infiniment plus encore d'hommes et de femmes au désespoir du chômage et de la pauvreté, de l'alcoolisme, de la drogue et au suicide.

    Et qui parle des hommes martyrisés ou tués par leur compagne?

    Oserais-je parler ici d'hypocrisie?

    Et que dire de cette amnésie grandissante des populations leur faisant carence de leur histoire, faisant perdre des savoirs qui, depuis des lustres et des générations, s'offraient en mémoire des parents aux enfants en première succession?

    De cette mémoires du savoir que l'école enseignait et qui maintenant s'effiloche sous les coups de butoirs de cette bêtises dont s’enorgueillissent sans le dire cette nouvelle élite qui se devrait d'être à la pointe des connaissances et du savoir en prenant plaisir de les partager.

    Dont pour eux cela devrait d'être la plus noble des obligations.

    Même la règle de trois, qui a bercé l'enfance des plus de cinquantenaires, si utile dans la vie du tout les jours, chez soi, au travail et partout ailleurs, le B.A. BA des mathématiques, en est devenue à telle point absconse qu'une ministre en est venue à en nous en montrer son ignorance.

    P1030034.JPG"Il faut vivre l'instant présent!" Sermonnent ces faux prophètes de la psychologie en égarant les foules dans une justification oiseuse de ce narcissisme débilitant sans passé, sans futur, et même en réalité sans présent, autre débilité profonde des égarements sans fin enveloppant dans un voile noir des contes que l'on nomme publicité.

    Ne faisant que des sujets prompts à l'achat sans véritable réflexion en suivant le sens dicté par les injonctions de ces réclames.

    Jusqu'à des scientifiques qui en oublient des lois qui se devraient leur être constitutives, comme celle de Dollo ou le principe majeur de réfutabilité.

    Jusqu'à la prêtrise catholique qui semble parfois en avoir oublié la nature de sa religion, de ses saints, de sa foi.

    Parce que dès que la faillite de l'économie mondialisée sera consommée, tous ces gens qui, je le répète, sont ceux qui, normalement, se devraient de remplacer une élite grande bourgeoise, oligarchique, déjà tellement en déclin, les classes-moyennes supérieurs, se retrouveront, pour ses 2/3 environ, à souffrir d'un choc traumatique important.

    De ça aussi il faudra que nous le gérions et cela risque de n'être pas aussi facile que ce pourrait sembler l'être.

    De ces faits, il me semble que Monsieur Villani l'ait enfin compris, au moinsP1020249.JPG partiellement, je trouve sa manière de faire politiquement très élégante, aurait-il lu Machiavel?

     

    De tout cela que je vous dise ce qui me rassure: l'incompétence à tous les niveaux.

    Cela peut sembler étrange à première vue mais quand on y réfléchit bien, quand toute la chaîne hiérarchique n'est faite que de maillons d'impérities, chacun fera de telles sottises qu'ils en viendront à en détruire eux-mêmes le pouvoir sur lequel ils sont assis.

    Le seul écueil, mais de taille, étant bien sûr qu'une fois que son plus haut ne sera plus là, ce sera chaque maillon qu'il nous faudra remplacer, ce qui, en situation de crise ne sera pas simple à mettre en place.

    Parce que, en fait, si les compétents étaient restés à leur poste les instabilités du pays et de l'union se seraient accrues, certes plus lentement, mais surtout plus longuement et  auraient généré des défectuosité administratives, des confusions sociales, une destructions de ce qui fait société bien au-delà de ce que que nous auront à nous confronter sinon.

    En fait, tous ceux qui y sont, ou presque, ne devraient pas y être, et la grande majorité de ceux-là le savent, c'est pourquoi chacun d'entre-eux écartent toute P1030085.JPGpersonne capable et expérimentée pour y mettre à la place des personnalités sans grande capacité, voire en en ayant quasiment aucune.

    Ce qui explique pourquoi nous avons le gouvernement tel qu'il est aujourd'hui: remarquez combien d'anciens ministres en sont sorti, des gens qui, il est à noter, ont quelques compétences, tous ceux qui étaient efficients sont partis.

    Il est aussi, il est vrai, nombre d'entre-eux qui, sentant que la situation devenait dangereuse, préférèrent quitter ce navire bringuebalant avant toute tempête.

    C'est pourquoi je dis que nos oligarques, descendant, pour la plupart, de la haute bourgeoisie d'antan, sont certes des personnes riches et pleine de pouvoir, mais qui, en réalité, ne détiennent leur fortune que parce qu'elles sont  nées d'un héritage potentiel confortable, de cet argent nécessaire pour acheter qui ils veulent, mais aussi et surtout, je l'ai déjà dit, n'ont de pouvoir que parce que l'empire U.S. avait besoin d'eux pour imposer aux français et aux européens leur domination, c'est pourquoi il l'a bien voulu.

    Parce que, de ça, les personnalité intelligentes et compétentes ne l'auraient jamais voulu.

    C'est pourquoi j'affirme que Macron n'est qu'à leur image.P1030014.JPG

     

     

     

    THEURIC