Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • poésie 2

                        LE PARDON                                                                           

     

    L'injure abattu à l'angle de l'esprit  

    Ruine les desseins en songe de mépris:                               

    Voilà, l'ombre indu maintenant s'épanche,                                

    Envahit les humains, soude les revanches.                                                                                   

     

    Ces pleurs silencieux, en vilenies sournoises,                           

    Troquent toutes raisons de leurs âmes matoises                          

    Contre gestes vicieux, fiels, vils venins,                              

     Libèrent le poison du durable chagrin.                                                                                    

     

     Souhaiter l'échafaud à ces nombreux porteurs                           

     D'injures proférées, de maux et de douleurs                               

     Fait croire aux badauds, en peine adoucie,                              

     La querelle vidée par vengeance transie.                                                                                   

     

     Aussi de conserver, en son sein, comme l'or,                               

     La  vaste tristesse des maints courroux retors                           

     En plaisirs éprouvés du malheur ineffable                               

     Donne, là, faiblesse à l'être respectable.                                                                                   

     

     Certes, l'inopportun, le fâcheux, le faquin,                                

     Tous ces tristes sires croisés sur les chemins,                           

     Quand ils auront, chacun, l'offense en bouche                          

     Se devront défaillir quand réponses touchent.                                                                                   

     

     Mais de garder, en soi, cette peste morbide...;                           

     Peut-elle terrasser, comme hier le Cid?                               

     N'importe qui, un roi, un sage ou un saint?                               

     Elle peut terrasser n'importe quel destin!                                                                                  

     

     Saisir le trait de l'affront proféré,                                   

     Comprendre le secret des sentiments cabrés                              

      Et en soi le méfait de l'atteinte des maux                              

      Fera, un jour, décret: le tort pur est nabot!                                                                                   

     

      De tout cela, ce sac remplit de tant d'odeurs:                               

      Immondes, infectes, pestilentiel leurre,                               

      Il faut, tout à trac, vider le chargement,                              

      Il faut, de l'abject, éteindre les tourments.                                                                                    

     

      Ainsi l'esprit, guérit, soufflette les outrages,                              

      Ces réels manquements, d'un simple balayage:                          

      L'indignité périt en justes abandons                                  

      Que s'épanouisse, séant, le tangible pardon.                               
                                                   

    THEURIC

  • poésie 1

                        mémoires



    Qu'est donc l'appris, le su, sur le front de l'oubli ?
    Qu'est donc l'aperçu des âges de l'histoire ?
    Les blanchis cheminant en ces ères vieillis
    Se sont-ils affranchis de passer la mémoire ?

    Les jeunes éperdus de perdre la liaison
    Pleurent et rient, flétris de ne pouvoir savoir
    Les lointains passages de ces fonds d'horizons
    Que connaît cet âge ayant passé le soir.

    Et ces vies anciennes, aux milles chants perdus,
    Riches de tant de siens, tant d'expériences,
    Ivres d'abandonner à de jeunes assidus
    Tout ce temps façonné durant tant d'ans intenses :

    « Ancien, racontes moi », demande ce gamin.
    Et le verbe en émoi, l'ancien lui raconte,
    « Voici, ce fut ma vie ! », et les photos en main
    Il narre, à l'envie, cette saga, il conte... .

    Ces mondes s'éprouvent, le jeune et le vieux,
    Se parlent, se trouvent, découvrent, hors du temps
    Cet instant complice du récit merveilleux,
    Boivent le calice de ce moment pressant.

    Puis fusent, abondant, en gerbes incessantes,
    D'un verbe déroulant un trop plein d'émotion,
    Les questions du cadet, de ces questions ferventes
    Auxquelles l’aïeux répond en faim de confession.

    Dès lors, de ce  passé passé en un présent présent
    Offert en donation et reçu en offrande
    Est cet ultime don du récit apaisant
    Du doux héritage que le futur mande.

    THEURIC

  • idée n° 6 : Élément, Instant & Temps d'Existence

        Chaque élément de l'univers et l'univers lui-même ont leur propre temps d’existence.

        Mais ne confondons pas existence et vie.
        La vie et l'existence sont de sens en tous points distincts :
        La première désigne « l'état d'activité de la substance organisée. Chez les plantes, la vie est constituée par deux fonctions, la nutrition et la génération ; chez les animaux, il y a en plus la contraction et la sensibilité. » (dictionnaire Le Littré). Bactéries, champignons, virus,..., répondent, bien entendu, à ces critères.
        La seconde, elle, défini tout ce qui existe, à leur état.
        La Vie est donc Existence mais l'Existence n'est pas obligatoirement la Vie, l'Existence est même rarement la Vie.
        Ces éléments de l'univers, dont nous sommes, naissent, se développent puis meurent (ou disparaissent), hormis, peut-être, certaines particules qui sembleraient éternelles.
        Mais  que deviendraient ces dernières si notre univers, lui-même, achevait son existence ?
        Nous pouvons appeler « Temps d'Existence » , le temps écoulé entre le moment où un élément parait et le moment de sa disparition ou de son observation.
        Pourquoi ces considérations ?
        Maintenant  que nous nous sommes convenus que chaque élément constituant  l'univers et l'univers lui-même, écrivons-le « Élément », que chaque Élément, donc, a son propre Temps d'Existence, nous pouvons nous demander ce qu'est, pour chacun de ceux-ci, l'Instant (là encore, la majuscule marque un principe).
        Pour commencer, disons que l'Instant, pour un être vivant, est une fraction de son Temps d'Existence.
        Mais si nous considérons que tout ce qui existe est Élément, alors chacun de ces Éléments a son Temps d'Existence avec la même définition de l'Instant.
        Ces Éléments sont, tout autant, une étoile, une histoire, une société, un astéroïde, un caillou, une agrafeuse, une chanson, une idée, une idéologie, un atome, une molécule..., toutes choses, donc, dont l'Instant est une fraction de leur Temps d'Existence.
        Cette fraction étant proportionnelle au Temps d'Existence.
        Je ne sais pas si l'Instant de chaque Élément est toujours de même proportion.
        Mais cela veut dire que l'Instant de la biogée (soit l'ensemble de la vie terrestre depuis son apparition) est plus important que l'Instant d'une société, comme l'Instant d'une société est plus important que l'Instant d'un être humain.

    THEURIC