Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ouf, la relève est prête.

    2008 fut une date charnière.

    Certes, il aurait fallu que le pouvoir politique de l'époque cassât les reins des banquiers et oligarques occidentaux qui nous avaient conduit au bord de la faillite généralisée.

    En revanche personne n'était prêt à prendre la relève, en France, d'un personnel politique déjà autant inapte qu'inepte, ni de pouvoir restaurer une économie nationale, européenne et mondiale déjà au bord de l’asphyxie.

    Ni même de remplacer ce fatras d'idéologues de tous poils, surtout journalistes, P1010194.JPGpolitologues et économistes qui, obéissants autant à l'oligarchie euro-atlantiste monétaristes qu'à leurs dogmatismes néolibéraux, ne cessent, dès que la population ne réagit pas de la manière qui leur sied à telle ou telle décision gouvernementale, de se ruer en meute dans les médiats porter leurs bonnes paroles en usant tous des mêmes expressions propagandistes.

    Nous en voyons et en entendons l'exemple type en ce moment même en raison des grèves, dont les chemineaux de la S.N.C.F. sont les fers de lances, qui, progressivement, semblent se propager partout dans le pays.

    Or, aujourd'hui, il est possible d'observer sur internet un ensemble de jeunes qui, contre vents-et-marées, seuls ou en équipes, quelques-uns dans l'indigence, montrent une détermination intelligente pour renouveler une parole journalistique indépendante de toute oppression oligarchique.

    D'autres font de la politique, à l'Union-Populaire-Républicaine ou à France-Insoumise (pas si insoumis que cela, pour l'instant), renvoyant l'oligarchie à leur asile pour vieillard, sinon dans les faits, du-moins, pour l'instant, dans l'esprit et le propos.

    Certains diffusent des cours de vulgarisation sur tel ou tel point scientifique, font des recherches sur des thèmes à peine abordés, remettent en question des vérités si établies que les reposer sur la table c'est faire preuve de provocation.

    Il y en a aussi qui rénovent un art qui, en ce moment, s'est égaré au-dedans d'une vulgarité dont nous pouvons percevoir les détestables effets jusque dans la production monétaire de l'Union-Européenne (observez les billets de l'union) et de notre nation.P1010202.JPG

    Et cette jeunesse, ma foi, me ravit.

    J'étais, jusqu'il y a peu, désappointé par le fait que seuls de vieux barbons, auxquels je dois commencer à ressembler  avec mes 59 berges, seuls eux, dis-je, paraissaient avoir une libre parole, une indépendance d'esprit, une dissidence aux influences à la doxa du politiquement correcte néolibéral.

    Il n'en est rien, cela est fort bien.

    Et je me réjouis de ce renouveau.

    Il est vrai que je peux être en désaccord avec tel ou  tel, ceux soutenant l'existence d'un réchauffement climatique anthropogénique par exemple, mais qu'importe, ils pensent par eux-mêmes et c'est cela qui compte.

    Qui sont-ils?

    Je ne rends visite sur leur site qu'à peu, mais en deux exemples:

    Une Tatiana Ventôse ou à l'équipe du "fil d'actu" auquel elle participe, dont l'attention est porté de renouveler un journalisme indépendant.

    Celle-ci devant faire un boulot de manutentionnaire pour gagner sa vie, ce qui ne peut qu'être considéré que comme dérisoire au vu de sa personnalité et de son intelligence et fait comprendre la colère qui l'habite.

    P1010257.JPGOu celle dont le pseudonyme est "Vue Autrement", travaillant avec celui qui s'exprime sous le surnom de "Penseur Sauvage", la première s'étant présenté aux dernières élections législatives sous la bannière de l'U.P.R..

    Il y en a bien d'autres que j'ai pu visionné sans retenir leur nom ou leur pseudo, traitant de toutes sortes de sujets et vraiment ils font du travail de qualité avec, il faut le souligner, très peu de moyens.

    Si j'ai un reproche à leur faire, il serait de deux ordres:

    Qu'ils cessent d'user d'un anglo-américain devenu d'une vulgarité criante puisque, justement, la politique suivit en France l'est en raison même de son appartenance à la colonie de l'empire U.S. qui se fait appelé l'Union-Européenne, la France n'étant, après tout, qu'à l'image du Vietnam au sein de l'Indochine de l'époque des colonisations française.

    Cet usage, inconscient, je le conçois, affirmant par là même notre appartenance impériale, se décoloniser doit d'abord et avant tout commencer par nous détacher de notre déculturation passée.

    Étant entendu que, dorénavant, la langue anglaise est devenue le langage international comme il en fut, par le passé, du latin en Europe.

    Toutefois, il est à noter que lorsqu'un tel idiome en est venu par être partagé par tous, les élites du moment, pour conserver leur domination, même simplement intellectuelle, en viennent à utiliser une autre langue d'échange, plus complexe et ardue à apprendre.

    Et quelle langue autre que le français réunirait ces conditions, autant de par son orthographie, sa conjugaison que de sa haute précision lorsqu'il en est fait usage dans ses plus complètes délicates subtiles difficultés?

    La langue française devenant déjà, à mon sens, la langue intellectuelle internationale par excellence, comme il en fut hier du grec en Europe en réaction à ce que le "commun" de l'époque en venait à devenir, lui aussi, latiniste.

    Qu'ils évitent, aussi, autant que faire se peu, d'utiliser de la grossièreté, cette inélégance réduit d'autant la porté de leurs réflexions journalistiques, philosophique que politique.

    Sinon, à tous les autres jeunes, s'il y a un conseil que je me permettrais de vous donner, si vous êtes dans la situation de faire des études prolongées, choisissez plutôt les domaines du type de ceux de la technique, des lettres ou scientifiques.... et fuyez tout ce qui a trait au monétarisme et au commerce.P1010269.JPG

    Le premier parce qu'il disparaîtra bientôt (sans que je ne sache quand), le second parce qu'il y a pléthore de vendeurs et de commerciaux et que, quand il s'agira de rebâtir un tissu industriel dans notre pays, le technicien, le tourneur-fraiseur, l'électro-mécanicien, le charpentier, l'ingénieur, l'agriculteur et infiniment d'autres métiers de la sorte seront demandés, contrairement à ceux sus-nommés qui, par la mode de l'idéologie actuelle, deviennent majoritaires sur les bancs des université.

    Et risquent de beaucoup de devenir pour partie inutile.

     

     

    THEURIC

     

    P1010327.JPG

  • Des médailles et des enfants.

    Préambule en dernières minutes:

    Je ne parlerai que peu et rapidement ici des grèves actuelles, je l'ai déjà fait par deux fois, lors de mon billet précédent, puis en Septembre quand j'en annonçais la forte éventualité.

    J'y avais écrit ceci, après en avoir expliqué les raisons:

    (En France, si j'ai raison dans ce que je viens de vous exposer, une multitude d'incidents, de manifestations, de grèves, d'événements parfois brutaux, parfois singuliers, s'y passeront, suffisamment amples pour que les médiats en parlent.

    Le gouvernement macronien ne va pas cesser de faire des bourdes, parfois du propre chef de tel ou tel ministre, parfois en raison de conseils faussement judicieux provenant dont on ne saura qui.)

    Maintenant les événements suivent leur cours, l'opération de déstabilisation de la France ayant débuté (dire que je doutais, à l'époque, de sa réalité, que je ne faisais qu'imaginer tout ça).

    A un moment donné le domaine privé se mettra également en grève, la fourniture d'essence par exemple, plus tard, les policiers embrayeront probablement à leur tour, puis il est possible que même les militaires suivent.

    Le but suivit est double, terrifier le pouvoir et générer le chaos dans l'économie du pays.

    P1010236.JPGJe l'ai dit, ce sont l'équipe de Madame Merkel, l'Union-Européenne, l'euro et la Banque Goldman Sachs qui sont visés, la France n'en étant qu'un outil pour parvenir à ces fins.

    Macron prend pour l'instant son pied, lui qui croit être l'homme de la situation, capitaine au-devant de la tempête, d'autant plus que vu que les gens sérieux furent sûrement écartés des administrations qui importent, les informations qui lui sont communiquées ne peuvent qu'être partielles, voire fausses, il croit pouvoir contrôler la situation mais ce n'est qu'un vœu pieux: il ne fera que bourdes sur bourdes.

    Son mouvement, le R.EM., est fragile, bricolé à la-va-vite, sans réelle cohérence politique et dont nombre d'adhérents rendent leur carte, écœurés, avec, de plus, une partie de ses élus de l'Assemblée Nationale, déçue de voir comment tout cela se passe, risque de fuir dès que la situation deviendra inquiétante, sans compter des ministres pouvant aussi filer à l'anglaise pour les mêmes raisons.

    Maintenant rien ni personne ne peut arrêter ce processus, il se poursuivra jusqu'à sa conclusion ultime pouvant aller jusqu'à la cessation de fonctionnement de l'économie mondialisée.

    En revanche, et là se trouve la raison de cette brève intervention, je crains, j'ai le profond sentiment que nos manipulateurs aient oublié une toute petite chose, celle d'avoir prévu quoi faire après avoir déstabilisé notre pays, d'ailleurs il est possible qu'ils s'en foutent royalement.

    Ce n'est pas tant que j'attende d'eux quoi que ce soit, sauf à ce qu'ils nous oublie un peu en nous lâchant la grappe, surtout en ce qui concerne l'empire U.S., mais que cela risque de nous conduire à une situation très compliquée et plutôt chaotique.

    C'est que les anglo-saxons ont perdu la main, ce qui est visible depuis leurs actionsP1010224.JPG militaires en Afghanistan et surtout en Irak puis en Syrie par jihadistes interposés.

    Alors, Monsieur Asselineau, étudiez les scenarii plausibles, possibles et probables, l'époque se prête à toutes les conjectures.

     

    Retour à l'avant-propos du thème de ce billet.

    En soi, l'enfant est  irresponsable en raison même de sa juvénilité, et il le sais, il sait sa profonde inconnaissance des lois sociales, humaines.

    Il sais, au plus profond de lui, de son besoin irrépressible de devenir Humain, de devenir un Être Humain à l'image des adultes qui l'entourent, il en a une soif instinctuelle de l'apprendre, d'en être éduqué, de s'en instruire, ce que j'appelle l'adanthropisme.

    Mais souvent ce qu'il pense être des adultes ne sont, en réalité, que des grandes personnes, ce qu'il sait aussi confusément, savoir qui, au fil des années, tend à être refoulé puisque ce sont ses modèles qui vont contribuer à psychologiquement le forger, parfois bien au-delà de sa puberté.

    Ces grandes personnes, bien que majeures, n'en sont pas moins restés plus ou moins immatures, ce qui veut dire qu'elles n'ont pas su ou pas pu acquérir leurs capacités de responsabilité d'être, autant de l'Être Soi que de celui de vivre en société.

    C'est cette irresponsabilité qui mène à une soumission qui ne peut que varier suivant l'histoire de chacun.

    P1010230.JPGLa question restant de savoir si, dans une société complexe telle que le sont celles modernes d'aujourd'hui, une part de soumission à l'autorité ne serait pas nécessaire à son bon fonctionnement.

    Comment donc nous accorder en nous le respect normal aux lois, à ceux qui en sont les porteurs, à ceux qui, aussi, nous ordonnent quoi faire et quand, en entreprise entre-autre, de jauger et juger de la bienséance de ces lois, de leurs porteurs et de ceux qui nous  commandent, leur conformité d'avec l'essence démocratique, de la souveraineté du pays et de la nation, de l'estime de soi et de l'autre aussi, et de conserver en  nous la plus entière liberté, indépendance et responsabilité d'Être?

    Sinon en devenant adulte, c'est à dire d'être et de devenir responsable autant de ses actes, de ses paroles et de ses pensées, dans le sens d'être dans la volonté de les comprendre dans leur réalité et non pas de se laisser aller à se justifier en se mentant autant à ses propres yeux qu'à ceux de nos semblables.

    Ce qui veut dire s'assumer en tant qu'être pensant.

    Être adulte est donc d'abord être responsable au-devant de soi-même puis au-devant des autres, l'inverse ne pouvant être vrai parce que c'est en nous qu'est constitué notre considération du monde.

    En ne pouvant provenir de quiconque d'autre hors de soi.

    Certes,  la famille puis les structures sociales au-dedans desquelles nous avonsP1010206.JPG grandi et mûri, ainsi que celles où nous vivons, structurent également notre esprit, c'est pourquoi en comprendre, en être conscient, même de manière succincte, les composantes est en cela nécessaire.

    C'est en cela que la réelle liberté est de comprendre ses propres contraintes.

    Ici, la question qui doit vous agiter le mental, amis lecteurs, doit être: "Mais où donc veut-il en venir?"

    Comme il en est souvent sur ce site, je m'entretiens avec vous de politique et, par cet avant-propos, de faire la distinction entre devenir adulte ou rester dans l'infantilité irresponsable de la grande-personne.

    En seconde partie, je vais montrer la preuve qu'en effet ceux qui nous gouvernent, politiquement et économiquement, ne le sont en rien adultes et, encore moins, responsables.

    Certes, ils le sont et le restent, responsables de leurs actes et de leurs paroles, ad minima au-devant de la loi, mais aussi, face au pays, de la cohérence de ce que peuvent être la patrie, la république, la démocratie, l'état, la nation, et, ce, de ce que fut notre passé, de ce qu'est notre présent tout comme de ce qu'il en sera de notre futur par nature encore indéfinissable.

    Mais nous, nous sommes responsables de nous mêmes, de notre individualité, et non pas de l'individualisme, ferment de cette infantilisation qui fait le sujet P1010325.JPGindirecte de ce billet.

    Alors, je vous prie, allons y voir:

    Lire la suite