Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Courtes et multiples réflexions.

    Je vais ici proposer un vaste panorama de ce qu'il me semble de notre présent et proche futur.

    Je me dois de souligner me moquer éperdument d’optimisme ou de pessimisme, considérations basées sur la seule émotivité rendant plus ardues une réflexion profonde sur une situation donnée, ici nationale et internationale, situation complexe pouvant déboucher, dans un relativement proche futur, sur des conjonctures dangereuses.

    J'aborderai divers sujets dont quelques-uns sortant, pour le moins, de l'ordinaire.

    Je commencerais par deux de mes relatives erreurs.

     

     

    Réalité du crash économique présent:

    Ma première erreur fut de ne pas comprendre la réelle nature de la bulle spéculative à laquelle nous avons aujourd'hui affaire.

    Il y a deux façon d'aborder ce crash économique, soit ne pas en croire la possibilité en raison du nombre de gens y faisant état sans que personne n'en perçoive un quelconque effet, soit, justement, d'en pronostiquer l'avènement prochain sans que rien ne semble se passer.

    Or, tous, ainsi que moi-même, considérions, avec méprise, que ce crash aurait la même configuration que ceux des années passées, qu'elle soit boursière, bancaire et/ou de crédit, technologique ou de toutes ces autres raisons qui causèrent des dégâts plus ou moins importants dans l'économie mondiale ou, pour le moins, dans celle de telle ou telle région du monde.

    De fait, si rien ne paraît de la réalité de ce crash actuelle, ce n'est pas parce qu'il ne surviendra pas ou que, comme je l'avais envisager précédemment, divers mécanismes mis en place en retarderaient la survenue mais bien parce que celui-ci nous est invisible: il est d'une nature toute autre que de tous ceux qui se sont, les uns après les autres, succédé.

    En effet, cette bulle spéculative est de deux types, complémentaires, et éclate sous nos yeux:

    -   Bulle industriel: la désindustrialisation occidentale (U.S.A., Canada, Europe de l'ouest et Japon pour l'essentiel) qui perdure depuis maintenant près de quarante ans, qui vit les usines s'expatrier là où les salaires sont au plus bas coût pour vendre ces mêmes produits là où ces fabriques ont fermé, s'accentue autant en Occident que dans ces pays aux médiocres émoluments car plus aucun fabriquant ne trouve acheteur de ce qu'il s'usine.

    Il s'agit bien là de la fermeture accélérée d'industries, générant un chômage monstre aux quatre coins de la planète et d'une baisse des salaires occidentaux de même étendue, hormis quelques nations aux rétributions déjà des plus modiques comme en Europe de l'est, et encore, ce qui ne peut pas ne pas s'accompagner d'un ralentissement progressif des échanges commerciaux internationaux, aérien et maritime, et d'une déstabilisation politique croissante des pays;

    -   Bulle monétaire: non pas par la disparition des quatre monnaies que sont $, £, €, ¥, mais de la simple perte de valeur dû à la dantesque surproduction de ces monnaies, totalement déconnectée d'un quelconque réalisme économique et s'amplifiant au fur et à mesure que ces quatre pays et unions, États-Unis-d'Amérique, Angleterre, Union-Européenne, Japon, se désindustrialisent et s'appauvrissent.

    Cette hyper-production monétaire étant dû, à l'origine, pour tenter, dès 2008, de relancer les économies et les industries de ces quatre régions et de sauver des banques qui furent les artisans principaux de cette, déjà, catastrophe économique, avec l'appui aveugle des banques centrales de ces états ainsi que d'un personnel politique incompétent, d'un dogmatisme dangereux, inflexible et extravagant.

    Ces deux bulles spéculatives sont intimement liées en raison de frontières depuis longtemps plus que perméables, béantes, entrainant l'accélération de la fuite et/ou de la ruine des entreprises occidentales, de la monté du chômage ou baisse des salaires par cette concurrence des nations à faibles coûts, suivi de la baisse des bénéfices réels de ces entreprises et dès lors, théoriquement, de celles des bourses si elles n'étaient pas soutenues par ce déferlement de monnaie et de l'achat d'actions par les banques centrales.

    Il y a un renchérissement de cette hyper-production monétaire versée  aux banques, aux bourses et, par delà, aux fonds spéculatifs sous autorité étasunienne: il ne s'agit plus de les sauver mais de retarder le plus longtemps possible leur inévitable banqueroute, conduisant à la ruine universelle mais, surtout, de différer une faillite U.S. déjà effective.

    Hyper-production permettant de prêter aux pays de l'U.E., prêts qu'ils remboursent grâce à  nos propres impôts versés ainsi, indirectement, à ces banques et fonds spéculateurs sans que les états puissent investir dans quoi que ce soit, ce qui ruine d'autant les économies occidentales.

    Nous avons là le plus bel exemple de privatisation de fait des impôts et de la privation du citoyen et de l'état de ses biens puisque, normalement, c'est à la banque centrale de prêter à la patrie.

    Ces crédits aux états sont des vols purs et simples!

    A ce mécanisme vient se surajouter toutes les autres bulles spéculatives qui, à des degrés divers, noyautent et pourrissent l'ensemble des économies mondialisées dont celles de l'immobilier et du crédit sont les plus visibles, comme en Chine ou en France.

     

    L'apparition d'enjeux géostratégiques:

     Ma deuxième erreur est liée à la précédente.

    Elle fut de concevoir que les grands enjeux géostratégiques ne deviendraient centraux que quand l'effondrement boursier en en amorcerait le processus.

    Or, nous sommes dores et déjà entré dans un mécanisme d'éclatement de bulles spéculatives tel que je l'ai précédemment défini et les événements ukrainiens nous montrent combien ces enjeux prennent  de l'importance (étant entendu que dorénavant les enjeux géostratégiques sont essentiellement commandés par des intérêts nationaux et non plus idéologiques).

    Ces événements ukrainiens montrent à tous, d’abord et avant tout, les immenses faiblesses occidentales, tant économiques, politiques, gouvernementales, morales que militaires.

    Plusieurs observations peuvent être faites, entre-autres:

    -la prise de distance progressive de l'Angleterre autant de son allié étasunien que de l'Union-Européenne, sinon son gouvernement n'aurait jamais menacé l'U.E. de faire un référendum pour ou contre la sortie de l'union;

    -la distance prise par la Turquie d'avec l'U.E. et les U.S.A. qui la fait se rapprocher de la Russie;

    -la puissance montante et maintenant incontournable de ces pays qu'avec condescendance l'Occident nomme les B.R.I.C.s;

    -les, pour le moins, déficiences politiques et institutionnelles de l'Union-Européenne, sa gouvernance impossible entre une assemblée sans pouvoir ou en ayant si peu, un conseils européen et des conseils des ministres  inutiles en raison du principe d'unanimité rendant de réelles décisions politiques improbables et la commission européenne, le gouvernement de l'union, aux membres choisis pour leurs mollesses et lacunes.

    L'ensemble de ces déficiences rendant  l'Union-Européenne impossible à gouverner et à réformer, il n'est plus que de la dissoudre..., si elle ne se dissout pas d'elle-même;

    -la détestation montante des peuples de l'U.E. pour cette union qui, en vérité, n'a jamais rien pu leur apporter que le contraire de ce qu'elle leur avait promis: de paix elle ne cherche que la guerre, ici contre la Russie (U.E. étant sans arme, sans munition, sans armée), de richesse elle n'a amené que pauvreté, chômage, ruine, déprédation et désolation, de démocratie elle ne fut qu'autocratie, ploutocratie, aristocratie en ne respectant que toujours moins le vote de ses citoyens, d'égalité entre les peuples elle n'est que domination de l'Allemagne et des U.S.A.;

    -La totale incroyance de nos édiles pour une quelconque valeur de l'Union-européenne, en cela j'en donne trois exemples:

          -Jamais, pendant les jeux olympiques, ne sont décomptés, dans les médiats, les médailles remportées par l'Union-Européenne, jamais aucun athlète ne s'est réclamé de l'union, jamais une personnalité politique de l'U.E. ne s'est, devant les caméra, enorgueillit du résultat de l'ensemble des sportifs européens;

          -La météorologie présentée à la télévision  ne fait nul part mention, hormis sur france24 d'ambition internationale, du temps qu'il peut faire ne serait-ce que chez nos proches voisins, Belgique, Espagne ou Italie;

          -Seules deux élections européennes font cas lors des journaux télévisés, celles d'Angleterre et d'Allemagne, mais quand elles ont lieu aux États-Unis-d'Amérique, le temps d'antenne dépasse, et de loin, ceux des précédentes.

    Cela nous montre bien que l'Union-Européenne n'est qu'une farce dont personne n'accorde foi, même aux plus hautes fonctions et qu'elle n'est que la pauvre résultante de la colonisation de l'Ouest-Eurasie par les étasuniens (parler anglais, hormis pour les scientifiques, la langue anglaise étant devenue langue savante, revient de reconnaitre sa position de colonisé);

    -les puissances régionales montantes, faisant ou non parti des B.R.I.C.s, comme le Brésil ou l'Afrique-du-Sud, poseront, sous peu, le problème de nombreux conflits potentiels;

    -surtout, l'incontournable Russie, détenant des ressources en matière première et en intelligence, ce qui, ironie de l'histoire, la rend centrale en remplacement de U.E.A., elle qui agit avec une grande subtilité et finesse dans sa confrontation ukrainienne avec un gouvernement étasunien ayant perdu toute mesure, esprit et force d'âme et une européenne union ne faisant que suivre les moindre de ses désidératas;

    -je me dois de rajouter une rapide note au sujet d'Israël, sujet sensible s'il en est, proche d'une dynamite de l'écrit et de la parole, quand bien même serais-je juif de par ce qu'il en est dit, d'us ashkenaze athée loin de toute religion et tradition, comme Marx, Freud et Einstein.

    Cette région a été, depuis toujours, d'un intérêt géostratégique majeur et il serait de l'avantage des israéliens et des palestiniens que, dès que la disparition de l'empire U.S. deviendra d'évidence, un terrain d'entente soit trouvé pour éviter que le conflit israélo-palestinien ne devienne, pour de proches ou lointains voisins, la bonne cause pour occuper une position stratégique de première importance (sans compter que cette situation pourrit chaque jour un peu plus l'ambiance en Europe et en France et je ne veux en aucun cas me retrouver face à des difficultés en raison de causes psycho-anthropologiques profondes et logiques que chacun des belligérants feraient bien de rechercher).

    La découverte de gaz et de pétrole au large des côtes Israéliennes et un fonctionnement psychosocial proche de celui des Anglo-saxons pourrait peut-être, aussi, en faire sens.

     

    Fin des Amériques en tant qu'union:

    La Disparition des U.S.A. représentera un problème géopolitique essentiellement en Europe, au Canada et, bien entendu, pour les étasuniens, le reste du monde se préparant déjà, parfois contraint et forcé, à cette échéance.

    Pour les européens et pas seulement les décideurs, ce sera une réelle catastrophe idéologique, bien pire que ce que put être l'achèvement du communisme et la disparition de l'U.R.S.S..

    Bien que certains pays de l'union en viennent à s'écarter de l'empire U.S., en raison de la situation en Ukraine pour l'Allemagne et, dans une moindre mesure, pour la France ou d'une Angleterre, comme je l'ai montré plus haut, qui, comprenant les faiblesses aujourd'hui patentes des U.S.A. et de l'U.E., en est à vouloir reprendre son indépendance, le centre physique et symbolique du néolibéralisme se trouve, dans l'imaginaire euromaniaque, dans les bureaux de la Maison Blanche et le long des allées de Wall Street.

    En réalité c'est l'Europe qui est la mère de cette doxa devenue extravagante, c'est l'ordre bourgeois européen, en perdant le contrôle du capitalisme depuis les cent ans nous séparant de la première guerre mondiale et en l'ayant exporté dans les Amériques depuis plus longtemps encore qui a le plus à perdre de cette fin prochaine, parce que cet ordre bourgeois est devenu ce que précédemment il haïssait le plus: d'une avidité et d'une lésinerie au-delà de toute retenue tenant lieu de toute valeur morale et de culture.

    Ainsi la bourgeoisie pourrait très bien suivre, voire suivra, en disparaissant, l'empire U.S. et le néolibéralisme dans les seules registres historiques.

    C'est la vrai raison pour laquelle la mort de Tonton Sam sera, pour un nombre important d'européens, plus encore pour nos gouvernants, un choc, un traumatisme premier: ce sera toutes les idéologies ayant structuré les pays ouest-eurasiatique depuis deux siècle et plus qui s'effaceront d'un coup quand son ultime représentation, le néolibéralisme, disparaîtra.

    C'est pourquoi nos édiles suivent avec autant d'empressement les moindres des petits désirs et caprices étasuniens: cela ne provient que de leurs angoisses existentielles, plus que de la disparition de l'Amérique, de celle de leurs structures mentales et idéologiques.

    Le Canada pourrait peut-être bien ne pas trop souffrir de cette disparition même si sa cohésion interne risquerait d'en être perturbée entre des forces centrifuges (le Québec, voire Terre-Neuve-et-Labrador demandant leur indépendance) et des forces centripètes (divers états U.S. pourraient être en quête d'un nouveau pays fédéral stable, dont l'Alaska ou certain états américains à ses frontières sud).

    L'effondrement relatif de son économie en en accélérant les mécanismes.

    Quand aux E.U.A., ruinés, même si son pouvoir politique planifie déjà les réactions violentes de ses populations en raison de leur appauvrissement, leurs anciennes traditions, pour chaque citoyen, de s'armer librement (différent suivant les états), une garde nationale qui, selon les régions, pourrait se retourner contre le gouvernement central, ceci doublé du désir, parfois ancien, de certains territoires de quitter cette union me font craindre un conflit de type sécessionniste, voire d'un éclatement de ce pays.

    Les processus de manipulation que leur armée met en place sur une base anthropologique et sociologique doublé du communautarisme traditionnel de ce pays risquerait fort d'amplifier le phénomène en une anarchisation de cette société déjà complexe, aux tendances paranoïdes.

    Ce sera la fin de l'approvisionnement de ce pays en pétrole qui en sonnera définitivement le glas, fin provenant du rejet international du dollar en tant que monnaie de réserve et, surtout, en tant que pétrodollar.

    Un temps, l'euro aurait pu remplacer cette monnaie au nom de l'état U.S., mais les gesticulations européennes actuelles contre la Russie, l'obéissance obséquieuse de ses édiles aux moindre sollicitation étasuniennes  fait que même cette option ne leur est même plus envisageable: les liens manifestes entre l'euro et le dollar, entre la Maison Blanche et Bruxelles, devenus transparents, ne peut que rendre cela impossible et même le dollar peut entrainer l'euro, la livre sterling et le yen dans sa chute.

    Ainsi, bientôt, l'euro, la livre sterling, le yen, le dollar et leur gouvernement respectif ne pourront sûrement plus que tourner en rond, dans leur quand-à-soi d'un hors jeu international monétaire et politique, chacun des autres monnaies et gouvernements s'éloignant, avec une célérité accrue, de ce quadryptique infernal.

    Ainsi ces deux places boursières centrales que sont Wall Street et la City vont voir se retirer les investisseurs non-occidentaux, voire occidentaux: les amendes hors norme que la justice U.S. à infligée à la banque B.N.P.Paribas et la prise de contrôle de la banque F.B.M.E. par la banque centrale de Chypre sur les ordres formels de la gouvernance américaine, pour des allégations plus que douteuses mais, surtout, pour voler des avoirs russes vont, sous peu, produire les effets de ce rejet total de toute la sphère économique occidentale.

     

    Les canaux:

    Il y a quatre passages entre les océans Atlantique et Pacifique/Indien:

         -le Cap de Bonne Espérance à l'extrême sud de l'Afrique;

       -le Cap Horn au sud du continent Sud-Américain, au large de l'Argentine et du Chili;

         -le Canal de Panama, en Amérique Centrale;

         -le Canal de Suez à l'est de l’Égypte.

    Ces deux caps sont de  longues routes maritimes à la météorologie incertaine, souvent violente.

    Les canaux que sont celui du Panama et de Suez offrent un passage rapide et sûr entre ces trois principaux océans.

    La disparition déjà visible de la puissance américaine, bientôt de l'empire U.S., voire de cette union américaine, qui pourrait se produire plus rapidement que nous ne l'envisageons, fera de ces deux canaux l'enjeu géostratégique central des nombreuses puissances émergentes et anciennes qui, d'ores et déjà, montrent, pour certaines, leurs potentialités.

    La France, la Grande-Bretagne, l'Espagne, le Portugal, l'Italie et la Grèce seront, autant pour de pures raisons géostratégique (Détroit de Gibraltar, Méditerranée, iles antillaises...), de leurs longues histoires, aussi que des liens plus ou moins étroits que chacun d'entre eux entretiennent avec d'anciennes colonies ou ayant une langue en partage, au centre de rapports de forces internationaux.

    Toutes ces nations seront bientôt en but à ces enjeux quelques années après que l'empire U.S. ne représentera plus que l'ombre évanescente de ce qu'il fut, il faudra à celles-ci déployer une énergie considérable pour recouvrer l'entier de leurs forces en si peu de temps, elles qui n'ont plus comme armée que des effectifs et un armement pitoyable et ont une économie au bord de la déroute.

    Cela nécessitera inéluctablement la fermeture de frontière qui, quoi qu'il en soit, et suivant ce principe ô combien humain voulant que l'abandon forcé d'un dogme s'accompagnât de l'adoption du dogme contraire, les possibilités sont grandes de voir les nôtres se clore de la plus étanche des façons.

     

    Espace et satellites:

    Qu'ils soient régionaux ou mondiaux, de nombreux conflits risqueraient fort de survenir en raison des nombreux intérêts vitaux que chacune des puissances montantes auraient à ce moment là, intérêts géostratégique survenant à la suite de l'affaiblissement dramatique des échanges et commerces internationaux.

    La guerre de 14/18 a montré comment des engins à l'origine essentiellement dédiés aux seuls renseignements, les avions, se sont rapidement mis à se chasser les uns les autres, pour empêcher ce même renseignement, puis ont bombardé les tranchées, les bases arrières et enfin les villes par le truchement des dirigeables.

    La proche banlieue terrestre où tournent les satellites sera, dès qu'un affrontement atteignant une certaine envergure éclatera et risquant de s'étendre à chaque instant, d'une importance vitale autant pour les communications que pour l'espionnage.

    Tant que cela ne concernera que des états de taille petite ou moyenne ou de belligérances entre pays aux forces dissemblables, cela ne sera pas, pour les engins spatiaux européens, d'un trop grand danger.

    En revanche, si des luttes guerrières se font jour entre des nations multiples et/ou d'importances, ces satellites deviendront d'une nécessité vitale pour les belligérants, à l'envoi comme à la destruction réciproque, la suite n'en étant que logique:

    -pour commencer, les militaires seront contraint de réutiliser les ondes-courtes, voire de revenir au morse, et tous les G.P.S. de quelque nation que ce soit seront peu ou prou rendus inutilisables;

    -les machines montrant rapidement leurs limites, l'informatique et les ondes radios pouvant facilement être brouillées, la présence humaine dans l'espace deviendra logique;

    -les vaisseaux s'armeront rapidement et deviendront plus rapides et maniables, sous forme d'avions-fusées pour ensuite se transformer en engins de plus en plus futuristes;

    -il n'est qu'à croire que les premières bases lunaires ne s'installent: quelle meilleurs angle de vue que notre si proche voisine.

    -après celui de l'air, l’apesanteur sera la quatrième armée, cela doit être pensé dans toutes ses dimensions, et celles liées aux vitesses de déplacement y sont dès lors centrales dans toutes ces nouvelles questions stratégiques et tactiques.

     

    La position future de l'Europe et de la Russie:

    Cette confrontation entre la Russie et l'Union-Européenne est plus qu'une faute et une sottise, surtout que les agresseurs sont l'Union-Européenne et les États-Unis-d'Amérique.

    Hormis sa totale et ignoble inféodation à un gouvernement étasunien qui, en vérité, n'a que faire de cette union et de nos intérêts et même, tout au contraire, ne veut, inconsciemment, que la plus totale destruction de chaque pays ouest-eurasiatique ( le "Fuck the U.E." de Madame Nuland, est très explicite dans ses origines inconscientes), hormis cela, donc, rien ne vient justifier cette haine absurde de la Russie et de Monsieur Poutine qui nous est vomie à longueur de temps et de médiats par un journalisme bienpensant et du personnel politique en berne trahissant et les peuples, et, surtout, le simple bon sens géostratégique, géopolitique et économique (avec quelle force ces unions occidentales ruinées feront-elles pression, sans armée pour l'Europe et sans plus d'économie pour toutes deux?).

    Plus encore, l'alliance de fait des U.S.A. et de l'U.E. avec un gouvernement pro et néonazi ukrainien nous montre le total délitement intellectuel et moral de l'ensemble de leurs gouvernements.

    Laissons l'Allemagne à son ancien pré carré des empires centraux, laissons les pays scandinaves à leur autarcie, laissons ceux des Balkans se démener avec leur histoire, ils entreront bien assez tôt dans le giron russe.

    Tournons-nous résolument, nous, européens du sud, avec l'Angleterre, en un arc atlantico-méditerranéen, vers ce qui est nos réels intérêts: la Mer Méditerranée en alliance avec la Russie.

    Ni confédération, encore moins union, plutôt une fédération, ou mieux, plus solide, une alliance entre des pays indépendants, aux relations sereines, aux intérêts convergents et, pourquoi pas, parfois divergents,  relations d'égal à égal aux entraides mutuelles.

    Cela dit, cette alliance avec la Russie se fera, elle est inéluctable, indépassable: la Mer Noire, le canal de Suez, la Mer Méditerranée, la position maritime au sud pour la France et la Grande-Bretagne, les anciens liens en Amérique du Sud pour l'Espagne et le Portugal, stratégiquement central en Méditerranée pour l'Italie et la Grèce et au nord, aux deux ailes est, ouest de la grande Russie, la frontière de l’Arctique de l'océan Pacifique et de l'Atlantique.

    Autant pour les russes que pour cet arc antlantico-méditéranéen, cela permettrait, pour tous ces pays, de préserver ces deux canaux, Panama et Suez, de conflits possibles, d'intensités variés, ces deux passages étant indispensables à tous et, surtout, à la bonne marche du monde.

    De diminuer les risques d'un monde pouvant partir à vau-l'eau ne serait-ce le rôle d'un arc atlantico-méditerranéen et d'une Russie alliés?

    Les voyages spatiaux ne seraient-ils pas le véritable destin de l'humanité?

     

    THEURIC

     

  • Un triste sir en vêture piteuse.

    Serait-ce la levée du communiste poing?

    Ou la triste union d'une Europe perdue... :

     

    Voici que de sa fin, cette union en détresse
    Marque de bassesses son immédiat destin:
    Pauvre pantomime, pauvre maladresse,
    Pauvre pseudonyme aux songes enfantins.

    Serait-elle tant haït de vouloir conjurer,
    D’un miséreux hère, cette animosité
    Des peuples des pays dans l’U.E. emmurés?

    Vivons-nous une ère aux tant d’ambiguïtés
    Où l’esprit s’avilit de vues dénaturées,
    De puérils œillères, de tristes vacuités?

    Indigne fadaise d’une Europe en union
    Mettant mal-alaise la raison, la pensée:
    Cette geste piètre d’un porteur de fanion
    Attise nos mal-êtres d'inepties condensés.

     

     

    THEURIC

     

     

  • La marche du temps!

    En chaque chose et événement se confronte l'important et l'apparence.

    Le premier est ce qui fait signe du futur, le second représente les informations n'ayant juste que l'utilité de l'immédiat, voire simplement l'interprétation erronée d'une situation.

    Nous vivons une période d'accélération constante, non pas tant des péripéties et circonstances en elles-mêmes, mais de l'évolution conjointe des états d'âmes collectifs et des déséquilibres économiques.

    Là se cache le soubassement véritable du dynamisme du monde, là se trouve la réalité humaine d'aujourd'hui.

    De fait, notre développement mental a subit un coup d'arrêt depuis environ soixante-dix ans, ce coup d'arrêt fut général à l'ensemble de l'humanité.

    Ce qui ne nous a pas empêché de déployer une technologie hors commune mesure avec ce qui avait pu se créer aux temps anciens.

    Ce qui n'a pas empêché, non plus, que des peuples prennent leur indépendance, ce qui n'a pas empêché bien des passions, des cris, des larmes et des souffrances, mais quoi qu'il en soit l'humanité est resté tout ce temps figé en lui-même.

    Mais les faits sont têtus: les immenses découvertes que nos aïeux firent avec des moyens dérisoires sont ô combien plus grandioses que celles qui se sont faites depuis les années quarante.

    Ce frein historique aux causes multiples, dont la principale vient de la confrontation d'un Janus fait de deux frères ennemis, deux unions, deux démocraties, populaire et libérale (dont nous étions le centre), l'U.R.S.S. et les U.S.A. qui avait envahi le monde.

    Janus en un rêve édénique du bonheur éternel d'une économie commune pour l'un, une économie libérale pour l'autre: la mise en commun et le particulier, le collectif et l'individuel, deux des traits les plus profonds de la psychologie humaine.

    C'est cette scission psychotique qui prend fin, scission qui, en vrai, avait déjà pris fin depuis 1991 avec la disparition de l'U.R.S.S., les U.S.A. ne survivant que grâce aux crédits dont ils s'étaient pourvu par un dollar devenu valeur de réserve mondiale.

    Nous n'avons eu deux décennies de répit qu'en raison de ce florilège de crédits.

    Et cela s'achève, se termine.

    Demain.

    Demain sera de deux périodes:

    D'abord cette fantastique entrave, en rompant, déversera sa formidable énergie psychique au cœur même de l'esprit des hommes, là sera la résurgence des passions anciennes qui nous entrainèrent, nous, européens, aussi que des japonais se voulant plus Occident qu'Orient, dans deux conflagrations dont le monde ne put que suivre.

    C'est là, en son centre, qu'en trente ans c'est scindé l'humanité.

    Et ce sera, dès lors, d'avant cette double explosion guerrières que nous retrouverons, que nous retrouvons déjà une unité mentale n'empêchant en rien toutes les folies et les affres de la violence.

    C'est ce d'abord là qui me fait craindre le pire du premier temps.

    Et combien ailleurs rêvent tant d'Europe qu'ils en viendraient à en copier les pires de nos défauts passés, les pires de nos dérives?

    Nous pouvons en percevoir les débuts en persistantes tensions dans ce si haut Himalaya, rochers vertigineux aux dédales de vallées dont l'intérêt n'est là que des frustrations passés pour des bouts de roches aux valeurs succinctes.

    En vrai, ce seront les ressources que chacun cherchera pour lui-même, le manque fut de toujours l'énergie de l'action.

    Aussi pourrions-nous voir ressurgir les terribles frénésies dont nos anciens émaillèrent de tant de turpitudes l'histoire européenne si, encore et toujours, se perpétuent, par nombre de chefs de gouvernements d'ici et d'ailleurs, ces actions malencontreuses et parfois pervers qui, déjà, fait s'ébrouer d’excitation les peuples de l'ouest eurasiatique.

    Des plus folles des sociétés, les pires sont celles d'Europe, et déjà son union en agasse les nations, fous et inconscients qu'ils sont, pauvres inconséquents.

    Ensuite.

    Ensuite le génie humain reprendra ses droits et nous nous émanciperons enfin du berceau de l'humanité: la Terre.

    Notre humanité commencera alors son existence d'adulte en une longue existence de voyages et de découvertes.

    N'oubliez pas, l’Éden existe mais seulement pour neuf mois,  après commence, non pas l'enfer, mais la vie, tout bonnement la vie.

     

    THEURIC