Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

U.R.S.S. / U.S.A., d'un empire à l'autre.

Avant que je ne développe le thème du titre de ce billet, je ne peux pas faire autrement que de porter, sur cette première page, mes observations au sujet du dernier scandale élyséen: l'affaire Benalla.

L'un et l'autre de ces thèmes ont un lien, celui portant sur le fait que je montre qu'il est possible d'avoir un regard sur un avenir qui, naturellement, ne peut qu'être que grandement incertain (bien que pour le second je ne fasse pas de prédiction).

Or, bien que de toute prévision future nous ne pouvons en établir les détails, il est possible de saisir ce qui fait la dynamique historique du moment, en politique et en économie notamment, puis d'en extrapoler, il est vrai grossièrement, une suite logique et cohérente.

Ceci tant que cette dynamique ne se retrouve pas dans un processus de rupture événementiel menant à une situation chaotique toujours momentané.

Ce que je vous expose repose donc sur un ensemble d'hypothèses conceptuelles que je vous décris en même temps que de vous en proposer le résultat de ces réflexions.

P1000719.JPGAussi que sur une compréhension intuitive de la politique et de la psychologie humaine (dont nous sommes tous possesseurs) qui ne peuvent qu'être qu'intimement liées.

Ce sont ces trois socles qui composent cet ensemble réflexif, l'écrire me permettant de le développer.

Le syndrome de Cassandre ne provenant que du fait qu'un certain nombre de personnalités, dotées d'une intelligence souvent particulière (et non pas plus importante, juste différente bien que plus ouverte), dites à hauts-potentiels en raison du fait qu'elles n'ont pas, au contraire de la majorité des Êtres-Humains, que quelques centres d'intérêts, mais sont animé d'une curiosité multiforme, perçoivent et déduisent, plus ou moins inconsciemment, les liens qui s'établissent entre des circonstances passées, présentes et dès lors, pour elles,  futures;

Il y a syndrome de Cassandre, donc, parce que ces personnes ne pouvant pas se faire entendre, souffrent souvent de cette frustration.

Je vous propose donc cette première partie:

En ce début de grandes vacances scolaires, les événements se suivent à bonne allure et, contrairement à ce qu'il pouvait se passer il y a ne serait-ce que cinq ans, la population part infiniment moins hors de chez-elle ou ne va pas plus loin que de rendre visite à sa famille, les scandales d'été en ayant dès lors un écho autrement plus important qu'antérieurement puisque les gens regardent plus la télévision qu'avant.

Il est symptomatique que l'affaire Benalla, (un autre compère, un certain VincentP1010481 - Copie.JPG Crase, plus ou moins officier de la gendarmerie, ce ne serait pas clair, ferait aussi parti de cette violente mascarade) un conseiller du président de la République qui aurait tabassé un homme et rudoyé une femme le 1er Mai de cette année, ait été révélé par le journal Le Monde, jusqu'à présent le chantre du macronisme-philippard, étant d'une eurolâtrie américanolâtre, d'une pensée néolibérale, ainsi que d'une miso-Russie (de miso-, qui hait) jusqu'à présent irréductible (Le Parisien menant sa propre enquête, journal bien moins macroniste que le précédent).

D'autant plus quand nous savons que c'est grâce, entre autre, aux Manœuvres de Monsieur Macron, avec l'aide l'Alain Minc, que ses propriétaires actuels ont pu l'acquérir.

Mais que faisait donc ces deux gugusses  auprès de la police?

A mon sens ils jouaient au gendarme et au voleur comme Macron a joué aux soldats de plomb lors de sa rencontre avec les hauts gradés militaires.

Le Président ayant ainsi fait un petit cadeau à deux de ses protégés.

Ce Monsieur Benalla commençant à être considéré comme étant le mignon d'Emmanuel macron, ce qui pourrait être possible vu que la femme de ce dernier avait organisé quelque chose comme une gay pride à l’Élysée le 21 Juin dernier lors de la fête de la musique, ce n'est pas tant que cela puisse exister qui me pose problème mais plutôt qu'un tel événement, tout de même d'une éminente vulgarité, ait pu se produire dans le palais de l’Élysée.

Si notre président se veut d'être vulgaire, et bien soit, il nous l'a déjà montré mainte fois par le passé, mais auquel cas qu'il aille faire ça ailleurs et non pas au centre même du lieu symbolisant le pays, la nation et l'état et là où se décide l'avenir des français..

Ce qui est notable c'est que l'oligarchie nationale et européenne n'ait pu que ne P1010448.JPGnous présenter que çà comme président en 2017, ceci après moult manipulations, soit quelqu'un purement à leur image: le ci-devant Macron.

Non pas une personne médiocre comme le sont Messieurs Sarkozy et Hollande, bien qu'ils soient tous deux pourvu d'une certaine intelligence.

Mais plutôt une personnalité sans grande personnalité, psychologiquement instable, ayant un âge mental réduit, aux pulsions et jouissances infantiles, facilement manipulable, n'ayant de la politique qu'une vision superficielle et fantasmatique et, surtout, au grand surtout, ne se rendant pas compte de la porté de ses actes, peut-être bien comme il peut en être de sa femme d'ailleurs.

C'est pourquoi je suppute plus loin un profond désaccord au sein même de cette oligarchie, certains s'éloignant, rejetant(?) ce groupe informel, et, dès lors, a lieu une scission ne pouvant qu'être suivit d'une sourde lutte interne dont nous pourrions en percevoir les commencements aujourd'hui, cette fête électro antérieure n'en ayant été que l'élément déclencheur.

Quand bien même je prends grand soin à analyser plus bas toutes les possibilités des raisons de la remonté de ce scandale.  )

J'avais annoncé il y a quelques temps, en Septembre 2017, que les oppositions deP1010450.JPG (la pseudo)gauche et de (la pseudo)droite n'attendait que le bon moment pour commencer à déchiqueter les députés du R.E.M., le gouvernement  et ses radios-éléments à pleines dents,  n'ayant su dire, naturellement, quelle serait la cause du déclenchement de cet hallali, peut-être en serions-nous là.

Mais au-delà de ce satisfécit personnel, quand bien même en attendrais-je les preuves formelles (ne sommes-nous pas mieux servis que par nous-mêmes?), il est remarquable de constater le possible magnifique changement d'opinion de ce journal et, donc, de ses propriétaires, Messieurs Pigasse et Niel.

Si c'est bien cela qu'il se passe, alors nous pourrions prévoir d'autres scandales qui surgiraient de manière impromptue en un crescendo continu, et il faudrait, en ce cas, relever de quel médiat cela proviendrait, ceux qui en amplifieraient l'impact, mais aussi ceux qui tenteraient d'en amoindrir les effets, pour savoir qui est avec qui.

C'est cela qui est le fait le plus important d'une histoire qui aurait pu, sinon, se diluer dans l'indifférence générale, ce qui semblait être le cas jusqu'à présent.

Cependant, que cette révélation ait été publiée peu de temps après le 14 Juillet, le 18 du mois, époque où un grand nombre de vacanciers part vers d'autres cieux, incident qui, c'est à noter, avait eu lieu deux mois et demi auparavant, pourrait très bien vouloir dire qu'il ne s'agirait que d'une manière, pour certains P1010665 - Copie.JPGoligarques, de faire pression sur le président, sans prendre en compte la forte diminution des départs en vacance.

Toujours est-il que cet événement marque, à n'en pas douter, deux choses:

-la première est qu'il y aurait possiblement des dissensions entre le gouvernement et l'oligarchie nationale, voire, plus sûrement, au sein même de l'oligarchie: toucher et fragiliser le pilier véritable de leur puissance, le pouvoir politique, marque à n'en  pas douter  un puissant mouvement interne de notre ploutocratie;

-la deuxième phénomène, là encore remarquable, est la prise de distance des ministres d'avec leur président, vu lors d'une question à l'une d'entre eux par un journaliste de B.F.M.télé, signe de l'affaiblissement considérable de la présidence.

Je ne serais pas surpris que ce neutre éloignement ait été décidé collégialement avec le premier d'entre-eux, Monsieur Philippe, bien qu'il soit possible, aussi, que commence, au-dedans de chaque ministère, une façon ou une autre de sauve-qui-peut bien plus anarchique.

Quoi qu'il soit de l'une ou l'autre de toutes ces possibilités, nous pouvons percevoir dès à présent que le délitement du R.E.M. et ce qui y est lié, est dorénavant avancé, ce qui ne peut que vouloir dire que celui-ci préexistait depuis quelques temps déjà, tout ceci advenant tout de même un tout petit peu plus d'un an après les élections législatives de Juin 2017, ce qui est peu, très peu même.

Preuve s'il en est d'une profonde fragilité originelle et multifactorielle de la P1010748.JPGRépublique En Marche, ne tenant son pouvoir véritable, jusqu'à présent, que grâce à une sphère médiatique à son service qui, pour une partie d'entre-elle, semble se liguer désormais contre ce parti (écoutez et regardez comment en parle Dominique Rizet, lui qui fut si longtemps l'avocat convaincu du macronisme: là c'est un flingage absolu).

Comme de naturel, les oppositions ne peuvent que profiter d'une telle faiblesse d'un  pouvoir en place, d'autant plus si, collectivement, les-dites oppositions ont une terrible aversion pour celui-ci, ce qui ne peut que le conduire progressivement à la panique, le menant ensuite à des erreurs répétées, sujets à de nouveaux scandales.

Quand, dans le même temps, si ce processus perdure, ne peut que générer un éloignement des députés et des ministres du R.E.M. de leur poste, voire, pour les plus sérieux d'entre-eux, à une révolte telle que cela ne pourra qu'être relayé par les médiats.

Tout ceci ne pouvant que mettre toutes les composantes de l'Union-Européenne dans un grand embarra, jusqu'à ce que, à un moment donné, elles en viennent à craindre, avec raison, une instabilité politique totale de la France dont elles ne pourraient rien et qui pourrait bien dissoudre l'union comme dans un bain d'acide.

P1010538.JPGDe fait et pour finir là-dessus, a été lancé un mécanisme qui, s'il perdure trop longtemps, ne pourra pas être arrêté, puisque celui-ci s'est infiltré au sein d'une tension sociale déjà importante, ce qui, peut-être, est le but recherché.

Je ne sais pas comment l'affaire Benalla se terminera, cela peut s'achever dans un flop discret ou à ce que s'accroisse ces tensions populaires jusqu'à ce que le gouvernement d'aujourd'hui se démette, voire à se que le président démissionne.

Comme vous le voyez, ce n'est pas tant le manque d'information qui est ici problématique, mais à ce que nous devons attendre des éléments suivant pour nous faire une idée exacte de ce qu'il se passe à l'intérieur de l'oligarchie, de ses déchirements et scissions internes et, ce, de par ce qu'il se dira dans les médiats et ce qu'il se passera dans le gouvernement et à l'Assemblée Nationale.

Toutefois j'émets une hypothèse: tout comme il en est en Grande-Bretagne et dans les États-Unis-d'Amérique, nous pourrions bien percevoir là un début de confrontation entre deux conceptions de l'économie, celle monétariste et celle industrielle, Monsieur Macron n'étant que le factotum de la première en tant qu'ancien banquier, ce serait pourquoi il serait cherché à le déstabiliser.

( Sa simple présence et ses frasques multiples ne pouvant que nous montrer queP1010523.JPG ceux que nous craignons tant, ces banquiers et ploutocrates qui le mirent à la place qu'il occupe, ne sont en fait que de pauvres types, sans scrupule, certes, mais aussi sans grande jugeote et, oserais-je le dire, sans grande intelligence, et dont les seuls pouvoirs ne sont que ceux des médiats, de notre croyance en leurs élucubrations et de la crainte qu'ils nous inspirent. )

Comme dit plus haut, si cette hypothèse est valide, alors nous devrions entendre parler d'autres frasques de l’Élisée, desquelles il est déjà fait cas sur internet et dont j'avais fait état dans l'un de mes textes précédents, tout comme seront ravivés les nombreuses dérives de certains députés de la majorité.

Quoi qu'il en soit, je ne pense pas que Monsieur Macron, de nature psychologiquement fragile, puisse longtemps résister à de telles tensions et ne serais pas le moins du monde surpris de le voir gravement décompenser, lui qui, déjà, montre des signes inquiétant d'état dépressif.

Ceci dit, je vous propose maintenant, en seconde partie, que nous allions voir en P1010484.JPGquoi l'effondrement passé de ce que fut l'U.R.S.S. ressemble, singulièrement en son inverse, à ce qu'il se passe maintenant dans ce qui est, toujours et pour quelques petits temps, l'empire U.S..

 

Il y a 27 ans disparaissait l'U.R.S.S..

Ce fut l'un des faits majeurs de cette époque.

Il est toutefois à remarquer une chose: il se passe aux U.S.A. des événements ressemblant bougrement à ceux qui avaient précédé cet effondrement de 1991 en Russie.

Comme j'ai pu l'exprimer déjà sur ce blog, Monsieur Trump est, dans le même temps, le réformateur impérial comme il y en a eu de nombreux dans la Rome antique, avec Roosevelt, c'est le second que je connaisse de l'empire U.S., mais aussi le reflet inversé de Monsieur Gorbatchev, le dernier dirigeant de l'U.R.S.S. de 1985 à 1991.

Ce reflet inversé (comme tout reflet) s'exprime de différentes façons, ici, politiquement, cela se perçoit dans la personnalité de ces deux personnage.

Par exemple Monsieur Gorbatchev avait et a toujours (il n'est pas mort) une certaine distinction et élégance, avec un respect scrupuleux des convenances internationales..

Donald Trump, quand à lui, fait preuve d'une superbe ostentatoire, est plutôt vulgaire et se moque comme de sa première chemise d'une quelconque bienséance, ainsi a-t-il fait attendre la reine du Royaume-Uni lors de sa dernière visite protocolaire et avait rudement rudoyé ses partenaires lors de la dernière réunion du G.7.

Mais tous deux font preuve de la même subtile intelligence.P1010527.JPG

Comme en politique, l'économie de ces deux pays font montre de ce reflet inversé à trois décennies intervalles.

Tout comme il en fut de la Russie soviétique de cette époque, les Etasunis se trouvent dans une situation économiquement déplorable.

Mais autant dans le premier chacun travaillait et gagnait son salaire, avait de quoi se loger, mais ne trouvait sur les étals des magasins que très peu pour pouvoir subvenir à ses besoins quotidiens (chacun se bricolait son potager), ou alors à un prix exorbitant (il se racontait, par exemple, que les boutiques de chaussure de tout un chacun ne recevaient des souliers que d'un seul pied, gauche ou droite, c'était selon, ou d'une seule pointure).

Autant dans les États-Unis-d'Amérique les magasins ferment les uns après les autres et les sans-abris, donc sans logement, fleurissent sur les trottoirs.

Nous pouvons percevoir ici une même pénurie mais leurs causes et leurs effets sont, là encore, inverses.

En U.R.S.S. il y avait une désorganisation de la société et si des chaussures étaient commandées par un magasin, peu importait qu'elles soient toutes de même pointure ou d'un seul pied, la seule chose qui importait c'est qu'il en soit livré le bon nombre, et encore, mais celles-ci  étaient fabriquées dans le pays même.

Aux U.S.A. l'immense majorité des chaussures sont fabriquées hors du pays, comme quasiment tout les biens manufacturiers, ce qui fait qu'il n'y en a quasiment plus P1010461.JPGd'usinées sur son propre sol (s'il y en a), dès lors les anciens ouvriers qui les fabriquaient sont de fait, pour la plupart, au chômage, les autre faisant de petits boulots mal payés, et dès lors tout le monde se retrouve à la rue ou habite des lieux insalubres (près de 40 % de chômeurs U.S.).

Tous deux se sont embourbés en Afghanistan, le premier s'en est retiré, le second remplace son armée de métier par ses mercenaires nationaux.

Tous deux ont un président tentant de réformer leur pays, provenant de leur oligarchie, politique pour le premier, économique pour le second.

Tous deux se retirent de l'Europe (bien que la Russie en fasse parti), le pacte de Varsovie fut délité par les populations, l'Union-Européenne se décompose par un désordre économique grandissant, avec des banques en voie de banqueroute, et un ensemble de désordres politiques (Ce qu'il se passe en France en étant caricatural).

( Bien que sur ce sujet vous remarquerez que l'Allemagne en soit toujours au centre, mais encore une fois d'une manière différente. )

A chacune de ces époques, les présidents soviétique et U.S. d'abord, Messieurs Gorbatchev et Reagan, puis russe et étasunien ensuite, Messieurs Poutine et Trump ensuite, se rencontrent en générant à chaque fois interrogations et reproches (non pas comme je l'avais sottement suggéré en une façon de nouveaux Yalta, mais plutôt, à mon sens, pour discuter du retrait des U.S.A. de ses possessions, comme il en fut à la fin des années 80 pour l'U.R.S.S.).

Il est à remarquer que comme il en fut de certaines régions anciennement soviétiques, telles que la Biélorussie et l'Ukraine, qui prirent leur indépendance dès que se fût évanoui l'Union-des-Républiques-Socialistes-Soviétiques, des états U.S. ont aussi des velléités d'indépendance, comme il en est pour le Texas par exemple.

Notons également que comme il se trouvait des pays neutre entre le glacis Europe de l'est / Europe de l'ouest pendant la guerre froide, mais penchant plutôt vers laP1010498.JPG première qu'à l'endroit de la seconde, à l'image de l'Autriche et de ce qui fut la Yougoslavie, la Suisse, du coté ouest, reste d'une relative neutralité face à une Union-Européenne qui, désormais, se retrouvant sans maître véritable, en vient, comme je l'ai dit, à se déliter.

Observons enfin que comme la Russie et la Chine d'aujourd'hui se sont reconverties à un capitalisme exacerbé, le socialisme américain, proche en vérité de ce que fut le communisme européen, est en train de prendre une densité populaire importante, au moment même où les U.S.A. ne sont pas loin de leur annihilation.

Ce qui est intéressant dans tout cela c'est de comprendre pourquoi nous nous retrouvons à faire face à ce reflet inversé qui, que nous le voulions ou non, traverse toujours tout autant la France et l'Europe, mais aussi quasiment toutes les régions du monde.

Pour en comprendre les mécanismes, je me suis souvenu de ce que Carl Gustave Jung disait dans le livre :"Un Mythe Moderne": il y avait, et il y a encore, un lien symbolique existant entre la survenue d'O.V.N.I. aux formes rondes (les soucoupes volantes, le cercle étant le symbole de totalité), que ce phénomène ne soit qu'une hallucination ou qu'il soit réel, au même moment que la guerre froide a généré un phénomène de scission névrotique des Êtres Humains en cette époque, en raison de ce double système politique, collectiviste, communiste, représenté par le bloc de l'est, et un autre individualiste, capitaliste, représenté par le bloc de l'ouest.

Deux des fondements importants de notre détermination d'Être, j'écrivais antérieurement ceci sur ce sujet: " Notre détermination d'existence en tant qu'Être Humain se construisant pas à pas à deux niveaux intimement liés: individuelle (le qui je suis) et collective (le ce que je suis) et, ce, dès notre naissance.   " .

Chaque partie s'arcboutant sur son dogme, parfois devenu intransigeant, ne tournant qu'autour d'un même présupposé, celui voulant que l'économie ne peut qu'être que centrale à toute autre pensée et organisation politique, en intériorisant ce qui, en soi, était, suivant la doctrine adoptée, bon et mauvais.

Mais en fait aucun Être-Humain ne peut vivre l'un sans l'autre, sans individualité ou sans communautisme (néologisme nécessaire pour rendre compte de cette notion), chacun a son existence propre au titre que nous sommes tous différents les uns des P1010042.JPGautres avec une conscience aigüe de notre particularité d'être, tout comme nous vivons tous au sein d'un ensemble social, devenu il est vrai complexe, dans sa patrie, dans sa famille, au travail, dans ses loisirs, plongé dedans une composition de codes qui fait notre existence sociétale dans lequel nous nous reconnaissons.

Si l'un de ces deux composants indispensables au bon fonctionnement de notre psyché en vient à être diminué, individuellement ou collectivement, quelles qu'en soient les raisons, cela génère une indétermination de la personne ou de la société lui faisant perdre tout ou partie de son identité et donc de son intelligence.

Là se trouve l'origine de la monté en puissance d'une sottise collective, provenant de la médiocrité de l'époque, s'exprimant de diverses manières et dont Monsieur Macron est l'un des effets des plus caricaturaux en un exemple parmi tant d'autres.

Étant donné que certains pays et donc leur population sont allés dans un sens ou dans un autre, il ne peuvent, pour tenter de retrouver leur stabilité psychosociologique, que d'adopter l'idéologie inverse dès que l'intransigeance doctrinale de leur crédo aura conduit leur société à la faillite.

La particularité des pays européens c'est que les populations, d'une manière ou d'une autre suivant qu'ils se trouvèrent dans le bloc de l'est ou de l'ouest, se sont confrontées à ces deux doctrines contraires et en ont vécu, parfois dans leur chair, les limites intrinsèques et leur aspect débilitant, d'où cet effondrement idéologique en cours.

A ces effets mécaniques, si je puis dire, notre séparation d'avec les images symboliques due à leur utilitarisme et surexploitation propagandiste, politique et économique, publicitaire, d'un coté comme de l'autre, ainsi que de l'émergence de la recherche d'une pensée cohérente quand à nos origines et celle de l'univers, encore largement incomplète, mirent de coté les mythes et récits de la création en mettantP1010499.JPG dans un tout et rejetant nos symboles qui sont, en réalité, l'expression de notre structure mentale la plus profonde.

Celle qui fonde la première constitution de la contexture de notre esprit et, ce, dès notre naissance et qui, tout au long de notre vie, en protège le fonctionnement par un ensemble d'expressions imagées, les-dits symboles, en une compensation continuelle des nombreuses instabilités que chacun d'entre-nous ne peut que vivre tout au long de son existence.

Ainsi que des tensions que génère en nous, depuis longtemps, une forme ou une autre de société, en contradiction plus ou moins importante d'avec notre fonctionnement originel d'Homo Sapiens, Sapiens.

Tensions qui s’adoucissent et se consolent, par le corps ou par l'esprit, lors d'un rite religieux, après un rêve lorsqu'en est saisi le sens, une méditation, une promenade en un lieu nous renouant à nos lointains ancêtres, en racontant une histoire, par la parole ou l'écrit, imaginée ou vécue, en la lisant ou l'écoutant, etc..., et où ces symboles se déversent et nous relient à notre profondeur instinctuelle.

C'est bien parce que nous avons écarté, pour les raisons évoquées, ces constitutions archétypales que sont les symboles, ceci lié à cette scission névrotique montrée plus haut, que nous nous retrouvons perdus dans un univers devenu incompréhensible, en ayant gravement affaibli notre conscience et dès lors notre pensée.

Ce phénomène étant particulièrement puissant au plus haut de la hiérarchie des nations occidentales.

C'est pourquoi quelqu'un comme Emmanuel Macron fut élu, grâce à un ensemble de subterfuges et de techniques manipulatrices, ne pouvant qu'être que la représentation de ce que sont ceux qui firent tout pour le mettre en place à la magistrature suprême.

P1010577.JPGC'est pourquoi également ceux des oligarques qui, comme les patrons du Monde, ont su commencer à s'éloigner tout doucement de cette masse de croyances informes qui constitue ce que, faute de mieux, nous appelons le néolibéralisme, ne pourront que se sentir, au fur et à mesure qu'ils comprendront enfin les fondements de ce qui les animent, un apaisement égale à cette compréhension.

En tous cas, c'est le bien que je leur souhaite, à eux et à tout Être-Humain, surtout aux occidentaux et, bien sûr, ainsi qu'aux français, cela va de soi.

 

 

THEURICP1010537.JPG

Commentaires

  • Bonjour.

    Cette frustration du non écouté/entendu malgré les alertes et prévisions, je la connais bien, et dès que ça arrive il y a le "j'avais/il-elle-on a prévenu" d'un coté et "on aurait dù écouter" de l'autre, enfin au mieux car il y a aussi le "t'aurais du prévenir" (mauvaise fois), la tristesse et le morfond, la colère et j'en oublis sùrement.

    Pour ma part, je pense (à tort?) que la fenêtre d'effondrement économique se situe entre cet été 2018 au mieux et l'hiver 2019 au pire, bon aller je rajoute le printemps 2019 en option.

    La marmite populaire des moins de 40 ans bouillonne, je constate de plus en plus d'actes de désobéissance/défiance visible (même si c'est dilué).

    Les médias aux ordres sont imbriqués à la bombe atomique de ce machin qui sert de président, quand tout va péter, je vais rigoler pendant leur désintégration (les locaux et les noms seront peut-être pour tous ou une partie encore là mais plus les gens).

    Quand le navires des individualistes avides de fric et pouvoir coule, c'est chacun pour soit quitte à tuer l'autre qui gène le passage, qu'ils se fassent la guerre

    Une gay pride à l'Elysée, je ne suis ni contre les homosexuels et compagnie, ni même les noirs, mais ce genre d'évènement n'a rien à faire au Palais.

Écrire un commentaire

Optionnel