Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'excentricité comme mode de pensée.

Le préfixe "ex-" renvoie ici au fait de porter "au-dehors", de mettre hors-de...", exprime donc, dans le mot "excentricité, de se placer hors du centre du cercle, d'en sortir.

Excentrer sa pensée ne consiste pas à sortir du cercle, mais plutôt à s'éloigner de son centre, voire même d'en agrandir la circonférence.

Sortir du cercle est, me paraît-il, de l'ordre de la folie, de la schizophrénie, du délire imaginaire...ou tout simplement, plus sainement, du résultat de l’œuvre artistique.  )

Il s'agit, je le concède, d'un exercice périlleux en ce sens où cela peut facilement générer une relative asocialité si l'époque ne se prête pas aux concepts novateurs et/ou aux idées inédites.

En revanche, cela permet de percevoir le monde et sa dynamique sous un angle nouveau, d'en rendre mieux compte de sa réalité.

Je ne saurais pas en apporter de recette constitutive, je ne saurais pas dire comment faire pour avoir une pensée excentrique, le faisant naturellement sans en rechercher l'effet.

Mais ce qui est remarquable c'est de constater combien ce centre s'est racorni autour d'un noyau dur composé de présupposés qui, pour nombre d'entre-eux, sont totalement insensés.

Je vais donc montrer ici la nécessité de cette excentricité pouvant permettre un développement d'idées autrement impossible, ceci par deux exemples.P1010791.JPG

Pour le moins, ceux qui se font appeler les gilets jaunes sont admirables.

Et il n'y a pas que le gouvernement français que cela affole, les gouvernements des pays de l'Union-Européenne, l'administration non élue de l'union aussi ne peuvent que craindre que cela ne s'étende comme il pourrait en être, de leur avis, d'une pandémie.

Déjà la Belgique et la Bulgarie en sont atteints et il se dirait même que l'Allemagne aurait aussi les leurs.

Dans le monde également nombre d'états doivent craindre que la même révolte des gueux, des sans-dents, des gens de rien ne s'établisse chez-eux.

Cette jacquerie, cette pas tout-à-fait sédition est donc admirable sur bien des points et la retenue de ses acteurs y est au premier chef, eux qui sont tant emprunt de colère et de désespoir montrent, à un macronisme ayant perdu la moindre légitimité, élu aux forceps d'une propagande éhontée, en ayant détruit, dans le même temps, tous les corps intermédiaires, des partis politiques aux syndicats, montrent dis-je à la face du monde l'esprit républicain d'un peuple qui, lentement, reprend sa légitimité.

Mais au-delà de cela, ce qu'il faut retenir d'abord de ce mouvement c'est que, du bas de l'échelle sociale, les français se reconnaissent en tant que peuple un et indivisible, c'est pourquoi la Marseillaise fut tant entonnée, il n'est, que de le constater, que d'observer une carte des blocages s'étendant partout en France.

Ce qui est dommageable, voire à terme dangereux, c'est le peu de représentants de l'immigration.

Mais allons plus loin voulez-vous et réfléchissons aux raisons qui font que les macronniaiseux se voient ainsi contraints d'augmenter les taxes sur l'essence et tentent, très maladroitement, de vendre des automobiles censément moins polluantes (ce qui reste à prouver), à moteur électrique ou hybride, en interdisant la circulation des voitures anciennes, ceci lié à la hausse du prix de la nourriture.

Tout cela étant inextricablement lié, la seule question de l'automobile se résumant P1010723.JPGau simple fait qu'il s'en vend de moins en moins puisque la population s'appauvrit.

L'origine de cette monté du prix des carburants vient des U.S.A. (et oui, de si loin) et de la remonté des taux de prêt du dollar par la F.E.D. et de la cessation des Q.E., du-moins ceux officiels, vous trouverez, là-dessus, mes réflexions dans mon billet précédent au niveau des œillets.

Ce phénomène, débuté avant les élections de Donald Trump, a diminué la quantité de monnaie mondialement disponible.

En effet, à chaque fois qu'il y a une baisse boursière, une perte dans une opération spéculative ou de tout autre chose de ce genre, l'argent ainsi disparue l'est pour de bon, il n'existe plus au sens stricte du mot, il est reparti dans le néant dont il fut extirpé par la banque centrale U.S..

Or, le système ne peut dorénavant exister que si et seulement si ces pertes sont compensées par un apport de nouvelles monnaies, les fameux Q.E., sinon c'est l'effondrement de l'économie-monde à terme.

La raison en étant sa quasi-faillite puisque les banques et fonds d'investissement  ne survivent plus que grâce à ces opérations spéculatives hautement risquées, à des jeux d'écriture comptable cachant cette misère et à des prêts faits à des particuliers, des entreprises et des états pouvant de moins en moins les rembourser.

Vu que le dollar ne remplit que peu ou plus du tout cet office, bien entendu cette monnaie doit se trouver ailleurs et l'euro se trouve tout désigné pour le remplacer.

Il faut en effet savoir une chose, les bourses étasuniennes et européennes au moins se trouvent, en ce moment, dans une situation extrêmement préoccupante etP1010804.JPG peut-être même critique, ne cessant pas de faire du yoyo entre brusques descentes suivies de remontés.

Ce qui signe le fait que les acteurs boursiers s'en dégagent pour se reporter sur les matières premières, la baisse boursière, puis que les banques centrales ne font que boucher les trous causés par cette fuite (dans les deux sens du terme), la remonté boursière.

Mais étant donné la désindustrialisation mondiale n'allant qu'en s'accroissant, les matières premières industrielles, énergétiques comprises, ne sont plus intéressantes puisque leur prix ne fait que baisser en raison de cette destruction des usines et fabriques.

Ne reste plus, dès lors, que les produits de bouche sur lesquels reporter cette spéculation monétariste, ce qui génère, pour nous, de l'inflation ne pouvant elle aussi que s'accroitre, ce qui diminue d'autant nos capacités d'achat.   )

Pour revenir sur cet accumulation et hausse des taxes de tous genres, disparitions des aides d'état à la population, des impôts sur les grandes fortunes, privatisation de nos services publique, monté du prix de l'essence et du gasoil et tutti quanti..., la cause en est simple à comprendre:

Il s'agit dorénavant, pour nos employés bancaires gouvernementaux, ces zélotes zélés de la globalisation joyeuse en fin de partie, sous ordre de l'oligarchie monétariste, de l'U.E. et de la Germanie merkélienne, de compenser les pertes monétaires de la spéculation par l'argent frais provenant de nos impôts, amendes et autres ponctions, ceci sous couvert de remboursement des dettes ineptes, lutte P1010783.JPGcontre un réchauffement climatique fantasmatique, réductions hasardeux de l'action de l'état dans les processus économiques, ..., cet ensemble de justifications oiseuses que nos croquemitaines ridicules nous déblatèrent à ravir.

Il faut dire que la situation des banques européennes trop grosses pour être nationalisées faire faillite est réellement calamiteuse.

Quand à ce qu'il peut en être de la réduction des impôts locaux à laquelle nous eûmes droit au début de législature de Monsieur Macron, ce ne fut que la tentative malheureuse et poussive de faire remonter un P.I.B. national mal-en-point, idée idiote provenant sûrement d'un Jacques Attali ou d'un Alain Minc qui, ni l'un ni l'autre, n'ont jamais rien compris à l'économie, hormis le fric qu'ils se foutent dans leur fouille.

En fait, il faudrait refermer les frontières et se débarrasser de notre chère union pour que cela fonctionne, comme le font les britanniques en ce moment, mais ça, c'est une autre histoire.

Pour en revenir aux gilets jaunes, l'autre chose à en dire est que la propagande euro-atlantiste et germanique ne prend presque plus et les déclarations tonitruantes de nos chroniqueurs (qu'aiment les alsaciennes) ne donnent plus les résultats escomptés.

D'après ceux-ci, 77% de la population approuve toujours l'actions des gilétistes, connaissant le peu de probité des instituts de sondage, les 80 à 85% ne devraient pas être loin.P1020489.JPG

Comme de logique, le gouvernement et les partis politiques officiels (passant dans les médiats) commence à paniquer, en voulant éteindre l’incendie pour les uns, en voulant récupérer le mouvement pour les autres, ils ne cessent de jeter allègrement une huile bien chaude sur un feu commençant à ronfler joliment (un feu ronflant ce n'est pas un feu qui dort, tout au contraire) tout en continuant à se décrédibiliser à tour de bras.

Ce mouvement des gilets jaunes peut péricliter tout doucement ou continuer, d'ailleurs en suivant mon hypothèse de la rétrogression historique (en fin de page), celui-ci ressemble drôlement en un mixe de ce que fut le printemps des peuples en 1848 et de la commune de Paris, cela en un tout tout doux, tout comme Monsieur Macron a un petit air de Louis-Napoléon Bonaparte, dit Napoléon le petit par Victor Hugo, pas piqué des hannetons (je vous laisse à la joie de découvrir tout cela sur le net).

Je sens que la VI° république n'est pas loin, le plus amusant en cela c'est qu'il risque fort que ce soit Monsieur Asselineau et son parti l'U.P.R. qui pourraient bien en être les fondateurs.

Qui d'autre, en effet, sera encore présent lorsque le système économique monétariste mondialisé aura explosé?

Ah, autre chose là-dessus, messieurs-dames certains des immigrés vivant dans les banlieues, surtout noir et/ou musulmans, que le personnel politique avait mis en P1020198.JPGplace depuis plusieurs décennies dans ces ghettos (appelons un chat, un chat) pour se cacher à eux-mêmes l'existence de tant de blancs provinciaux ruraux pauvres ( sachant que les arabes sont des blancs, cela va de soi ), je vous conseillerais de cesser de vivre comme si vous passiez votre existence dans un état dans l'état.

Francisez-vous.

L'histoire à montré qu'en France il peut y avoir un long laissé-aller puis que, d'un coup, après un changement de régime, le nouveau pouvoir veuille reprendre les choses en mains, avec brutalité s'il le faut.

Or, vous faites parti de la société française, quelle que soit la façon dont vous êtes considérés, quoi qu'il s'en dise ou se laisse paraître, quoi que vous en pensiez, quoi que vous puissiez en supputer de sa véracité, que cela vous dérange, vous agace ou vous remplisse de joie, vous êtes français, ni plus, ni moins.

Alors, sachez que l'effondrement de l'économie-monde génèrera la nécessité de reconstruire la nation, ses usines, ses fabriques, son agriculture, et que tous les bras, toutes les intelligences seront dès lors requises parce que nécessaires.

Sans compter que ce pouvoir futur rejettera avec force ce misérabilisme hypocrite, ce racisme discret, ce vulgaire doudouisme, cette avilissante infantilisation dont vous êtes autant victime que vous en profitez, vous mettant alors dans une situation de port-à-faux si vous vouliez faire perdurer cette bassesse, ceci d'autant plus que votre religiosité de réaction n'aura plus de raison-d'être.P1020010.JPG

Il vous faudra donc, dès lors, vous adapter à une société, dans ce pays dont vous êtes, que parfois vous ne connaissez pas ou peu, mais dont vous faites parti, et, suivant les régions (lisez ou visionnez les vidéos d'Emmanuel Todd pour comprendre ça), à vous confronter à un racisme pouvant se révéler violent.

Pour finir sur ce sujet des gilets jaunes,  ce que craint le plus l'oligarchie ce serait la cristallisation de cette colère dans la population dans son entier, jusqu'aux classes-moyennes les plus hautes, d'où ses multiples tentatives pour discréditer ce mouvement.

Ce que marque justement celui-ci c'est que maintenant la soumission populaire aux désidératas oligarchiques euro-atlantiste a disparu, cette seule colère étant la marque de la disparition de la peur, puisque une soumission s'établit sur ces-dites émotions primaires, colère et peur.

Ce phénomène n'est que le début du processus de sauvegarde de la population, ensuite viendra le moment où s'établira une réflexion collective sur la nature de cette domination oligarchique, en un phénomène d'éloignement du brouillard conceptuel qu'elle avait généré et dedans lequel nous étions tous empêtrés.

Par nature, cela ne peut que prendre du temps: on ne se débarrasse pas ainsi d'une manipulation multidécennale, toutefois le fait même que de plus en plus de gens en viennent à commencer à en comprendre l'essence montre que l'Union-européenne n'en a plus pour longtemps.

P1020149.JPG 

Comme vous pouvez l'observer, en s'éloignant du centre de l'entendement collectif du monde, il est possible de percevoir un peu mieux la constitution des événements, leurs intrications dynamiques.

Certes, cela complexifie singulièrement les choses, mais cela permet d'avoir une vision plus juste de la réalité et, de fait, d'agir avec une plus grande efficacité, tout simplement en posant un diagnostique préalable des instabilités perçues, de leurs origines jusqu'au moment présent.

Il faut savoir, en cela, qu'une crise, quelle qu'en soit le type, la profondeur et la violence, aura toujours ses effets amoindris si, en amont, avant son déclenchement, en est saisi le caractère et la dynamique et que, par la suite, l'est produite sciemment pour en contrôler, au moins partiellement, le cours.

Si cela s'avère impossible, du-moins cela permet-il de s'y préparer au mieux avant qu'elle ne se produise.

Maintenant je vous propose une réflexion théorique de la politique en m'essayant de débroussailler le sens des terminologies employées à tort et à travers sans que nous puissions en saisir véritablement les caractéristiques véritables.

 

Ainsi   sommes-nous bombardés de mots tels que gauche, droite, extrémisme, réformateur, radical un petit peu n'importe comment, nos chroniqueurs patentés etP1010735.JPG notre personnel politique (s'ils ont autant d'impôt que d'intelligence, ils ne doivent payer grand chose) ne semblant pas en comprendre grand chose.

Tout cela assis sur le terme de "valeur" utilisé à toutes les sauces, que tout le monde pense comprendre, mais que, j'en suis sûr, infiniment peu seront ceux pouvant dire précisément à quoi cela se rapporte.

En fait , cela fait depuis longtemps que l'on nous vend la politique comme il pourrait en être de pots de yaourt, c'est le fameux "pensons printemps" d'Emmanuel Macron, totalement débile, caricature publicitaire de tant de décennies de manipulations mentales, autrement appelé propagande, ce que les pervers narcissique nomment de la pédagogie.

Il est à remarquer l'hypocrisie de notre époque où ne sont plus employé les substantifs désignant la réalité de ce qu'il se pense et se fait, mais les enrobe de travestissements dénominatifs.

Ceci pour cacher à la population les raisons des agissements d'un ensemble de personnalités qui sont autant dans le déni des souffrances qu'ils causent, de leur immense incompétence, de leur obéissance servile, aux américains, aux allemands, aux eurocrates ou aux petits bonhommes verts, à n'importe qui pourvu qu'ils n'aient pas à réfléchir et à décider.

C'est pourquoi je me propose de donner du sens aux termes dont on fait usage en politique, suivit d'exemples rapides, cela vous permettant de vous faire une P1020031.JPGmeilleurs idée de ce qu'elle peut être, mais aussi pour vous aider, amis lecteurs, de mieux choisir votre camp, voire de rester neutre si cela est de votre choix.

 

Je commence donc par la "position", c'est à dire les notions de gauche et de droite qui, aujourd'hui, ne se rapporte à plus rien de cohérent.

Il faut savoir qu'au tout début de la révolution française,( court texte ), en 1789, pendant les états généraux, le roi, Louis XVI  se résolu, pour une question de droit de véto, à mettre à sa droite ceux qui étaient de son coté, à sa gauche ceux qui étaient contre.

Comprenez bien ce que cela veut dire:

-la droite représente tous les partis qui sont pour le pouvoir en place (soit, pour faire vite, l'U.E.€.O.T.A.N. plus l'oligarchie ploutocratique);

-la gauche tous les partis qui sont contre ce pouvoir en place;

-le centre tous les partis voulant concilier la gauche et la droite du moment.

Dès lors que nous comprenons cela, les notions de gauche et de droite d'aujourd'hui sont facile à définir, tous les partis qui sont pour l'Union- Européenne et l'O.T.A.N. sont de droite, tous ceux voulant que le pays en sorte sont de gauche.

Ainsi, si nous considérons ce sens originel de la position politique des partis, les P1010611.JPGchoses vont de soi:

-sont de droite puisque ne voulant pas sortir le pays de l'U.E.€.O.T.A.N.: le R.E.M. (les radios-éléments ou radios-actifs, hi, hi, hi), le MoDem, L.R., U.D.I. P.S., F.I. (Mr. Mélenchon ayant annoncé qu'ils ne sortiraient pas de l'union et de l'organisation), R.N. (idem du précédent de la part de Mme. Le Pen), E.E.L.V. et le.... N.P.A.(amusant, non?);

-sont de gauche puisque voulant sortir le pays de l'U.E.€.O.T.A.N.: l'U.P.R. (étonnant, non?) plus quelques partis largement minoritaires et quasiment inconnus tel que le P.R.C.F. ou le ParDem, tous deux d'essence communiste (il est à remarquer qu'aucun ne passe dans les médiats officiels, hormis rarement de ceux étrangers pour le premier, nous pouvons percevoir là où se trouve le danger pour l'appareil euro-atlantiste et où se place la réalité des faits);

Le P.C.F. étant à mettre à part puisqu'une partie représentative de son bureau politique (son assemblée en quelque sorte) avait appelé à voter pour Mr. Asselineau lors des dernières élections nationales et que, de plus, il y a eu un remplacement de son premier secrétaire, donc pour ce parti c'est pour l'instant indécidable.

Il n'y a pas de centre dans la configuration politique actuelle.

                                          -----------------------

Ensuite vient "l'action", soit comment les partis politiques composent et agissent P1010589.JPGdans le temps avec et/ou contre ce pouvoir (la sphère néolibérale dans son ensemble), sa liste en est: extrémisme, réactionnaire, conservatisme, réformisme, progressisme, radicalisme, extrémisme et, plus ou moins à part, anarchisme, que j'étudierai en dernier, ceci suivit de quelques définitions complémentaires.

- réactionnaire: Comme son nom l'indique, il s'agit d'une réaction passéiste à une modernité donnée, en ce sens l'écologisme politique, E.E.L.V., est de ceux-là puisque voulant retourner aux temps passés de la charrue à bœufs, mais aussi le R.E.M. qui suit une politique thatchérienne des années 80 totalement déconnectée de la réalité présente, ainsi que celle menée par l'Union-Européenne de même base idéologique.

Vous remarquerez que ces deux mouvements sont liés, autant par l'U.E. que par leur doctrine et leur détestation de ce qui est, pour eux, de la populace, c'est pourquoi nous sommes appauvris sans que cela ne leur cause aucun souci autre que leur réélection (pour l'instant les classes-moyennes intermédiaires à hautes sont épargnées, mais cela ne saurait durer).

Le macronisme junkerien, alcoolisé ou non, sous ordre de Merkel, est par nature dans les extrêmes, ce n'est ni du fascisme, ni du nazisme, ni du communisme (si, si, ça se dit) et se doit de trouver son nom (pourquoi pas, justement, le macronnisme?).

C'est pourquoi il peut y avoir des désaccords entre le pouvoir législatif et exécutif et que Bennala avait de charge de contrôler ce premier.

L'extrémisme écologiste se fait appeler véganisme, encore une dénomination anglo-saxonne, mouvement d'auto-détestation de soi, où l'animal est plus aimé et respecté que l'Être Humain.P1010591.JPG

Comme vous le voyez, les mouvements réactionnaires sont proches des extrémismes.

- conservatisme: concerne les mouvements qui aimeraient que les choses restent en l'état, sans changement appréciable.

Cela concerne surtout les deux partis politiques qui furent au gouvernement avant les macronniaiseux, L.R. et P.S..

Eux sont infiniment plus américanolâtre que germanolâtre, c'est là que se situe essentiellement leur conservatisme et leur différents d'avec les précédents, c'est pourquoi, aussi, ils devaient être détruit avant que Macron ne soit élu.

Il est à remarquer qu'au-delà de leurs différences, tous, les réactionnaires et les conservateurs, sont régis par nos oligarques nationaux et l'U.E., d'où leurs multiples délires.

Ils ne sont pas encore vraiment en lutte ouverte mais cela ne saurait tarder.

L'un comme l'autre, de plus, sont soutenus par cette large partie des classes-moyennes intermédiaires à hautes infantilisées, au plus ou moins long cursus, totalement inculte en politique et dont le nombril représente leur limite philosophique.

Donc, nous pouvons considérer que le R.E.M. et E.E.L.V. sont de la droite réactionnaire et que le P.S. et L.R. sont de la droite conservatrice.

P1010841.JPG- Le réformisme: est, comme son nom l'indique, la part politique voulant, ou le plus souvent déclare vouloir, réformer le système en place.

Vu que la France a perdu toute souveraineté en étant sous la domination bruxelloise, sous la double tutelle impériale étasunienne et allemande, cette réforme ne peut que concerner que l'Union-Européenne, ce qui, je le répète, ne peut se faire sauf à la détruire.

Les partis qui s'en déclarent sont les R.N., F.I. et N.P.A. pour l'essentiel.

Historiquement, les réformistes sont le plus souvent les corps mous de la politique puisque dès que ce réformisme devient véritablement militant, ils deviennent radical.

Vu qu'ils ne remettent pas en cause l'appartenance du pays à l'Union-européenne, tout juste remettent-ils en question l'oligarchie financière pour F.I. et N.P.A. et.... je ne sais pas quoi pour N.R., ils sont au mieux de simples idiots utiles, au pire de petits malins qui profitent des subsides que leur procure leurs postes dans les différentes assemblées.

Ils font donc partis, tous trois, de la droite réformiste.

Il y eut de la gauche réformiste d'antan, Jaurès, qui y croyait et ne voulait pas de la guerre, en est mort en 1914, ses bons camarades se rangèrent du coté des bellicistes son corps à peine froid.

Le Front Populaire en 1936 sous la III° République, socialiste/communiste/ radicaux de gauche, fut trahi par les socialistes lors de la défaite française en 1940 qui se rangèrent au coté de Pétain.P1020091.JPG

Puis l'Union de la Gauche en 1981, où l'on vit le pauvre Mitterrand déjà cancéreux se faire manipuler par la même bande d'américanolâtre, sous domination d'Attali, qui gouverna ensuite la nation de 2012 à 2017.

- le progressisme: concerne une vision future de la société dont Jaurès pouvait aussi se prévaloir, ainsi que ce que furent les Front Populaire puis l'Union de la Gauche, mais très vite l'un et l'autre se laissèrent entrainer dans des mécanismes réformistes, le premier par la scission entre les communistes, les socialistes et les radicaux, le second par l'effondrement de l'Union-Soviétique en 1991 qui fut précédé par le quasi effondrement du Parti Communiste.

Il n'y a pas, dorénavant, à proprement parler de mouvement progressiste en raison de notre appartenance à l'Union-Européenne, à ses dictâtes néolibéraux  et à l'impossibilité de toute action politique progressiste indépendante de l'état tant que nous restons dans cette union.

La raison en étant dès lors que nous sommes pris par l'urgence d'en sortir et de la multitude de reconstructions et reconstitutions industrielles et agricoles vers laquelle cela nous mènera inéluctablement.

- le radicalisme: lui, va chercher à la racine les origines des problèmes que rencontre la nation.

P1020229.JPGBon, une fois encore je vais être prosélyte de l'U.P.R., mais dans la logique partisane telle que je la conçois, le parti de François Asselineau ne peut qu'être considéré que comme radical.

Il est radical en ce sens où tout en remettant en cause l'U.E. et les  différentes forces qui s'y agitent, il utilise en plein le système institutionnel qui la structure, soit, ce qui au centre de son ensemble programmatique présidentiel et qui en fait découler le reste de son programme, la sortie de l'U.E. par l'activation du fameux article 50 de la constitution européenne.

Comme il peut en être du réactionnaire, le radicalisme est naturellement accompagné de ses extrêmes.

Là ils sont représentés par plusieurs partis politiques quasiment inconnus, dont les deux sus-nommés, le C.R.P.F. et le ParDem, d'obédience communiste, dont le programme est de considérer que la France doit sortir de l'Union-Européenne par un coup de force, sans, donc, activer l'article 50 de la pseudo-constitution européenne.

Nous pouvons donc considérer l'U.P.R. comme étant de la gauche radicale et le C.R.P.F. ainsi que le ParDem de la gauche extrême.

 

Il est à noter que:

-Il a existé tout au long de l'histoire démocratique du pays des droites progressistes,P1020268.JPG le gaullisme sous De Gaulle, radicaliste, le républicanisme radical de Georges Clemenceau sous la III° république.

Et des gauches conservatives, les partis radicaux dès qu'il y a eu la nette séparation entre l'église et l'état par les lois de laïcité de 1005 (ce qui a pris, il est vrai, du temps pour les voir disparaître) et réactionnaires, le P.C.F.  peu de temps avant 1991 conservant sa forte appétence pour l'U.R.S.S..

L'anarchisme et, d'une façon moindre, le communisme en renouveau (la différence entre les deux c'est que le communiste est un anarchiste qui a besoin d'un chef) sont les deux mouvements politiques qui subsistent avec le patriotisme et le républicanisme (sous une forme ou une autre de gaullisme), le reste, la sociale-démocratie (P.S.), la démocratie-Chrétien, les libéraux de toutes sortes, le fascisme et les autres droites extrême du passé, ne sont plus que des reliques langagières ne relevant plus d'aucune logique politique.

-Il ne faut pas confondre athéisme et laïcité:

Le premier veut juste dire une non croyance en un dieu quel qu'il soit, ni n'est d'une quelconque religion.

Le second concerne le fait que l'état considère qu'aucune religion ne doit interférer avec la vie politique de la nation.

Tous ceux qui confondent l'un de l'autre ou extrémise la laïcité  ne peuvent qu'être P1020446.JPGconsidérer que comme des ignares et des imbéciles.

-Le capitalisme tel qu'il a existé est détruit en Occident par le néolibéralisme, il n'existe plus qu'en Russie.

 

Nous entrons dans un monde nouveau, non, pas celui archaïque sorti de l'imaginaire délirant des macronniaiseux, mais un monde futur dont il est difficile aujourd'hui de définir les contours.

A mon sens, le voyage spatial en sera au centre.

Mais pour l'instant celui-ci est bridé par le peu d'imagination doublé d'un fort conformisme de nos penseurs, scientifiques et ingénieurs.

Le moteur fusée, en effet, nous montre ses limites depuis plus de quatre décennies.

Il en est de même au sujet de notre production d'énergie qui est au centre des sociétés modernes.

Les sociétés humaines vivent un triple traumatisme présent ( bien que ceux passés comptent également ):

-un développement scientifique et technique extraordinairement rapide auquel les structures sociétales des peuples ont du mal à s'adapter;

-une phénoménale explosion démographique débuté il n'y a que deux siècle à peine aux effets similaires;

-suivant, un vieillissement des populations pas ou peu compensé par la natalité, ce qui accentue cette déstabilisation sociétale.P1020124.JPG

Ce stress des populations, ceci doublé des désordres économiques internationaux générés par les oligarques mondialisés, ne peuvent que s'exprimer, à terme, que par de la violence, en un phénomène autodestructeur.

De plus, l'effondrement économique qui vient fera baisser cette démographie d'échelle internationale par les manques en médicaments, en Europe par exemple, et par les disettes et famines vers lesquelles cela nous entrainera, par la cessation du commerce international et des échanges monétaires.

Ceci accompagné par la disparition prochaine de l'empire U.S. qui, quoi que nous en pensions, et je n'en pense pas que du bien, reste un élément stabilisateur en raison de sa puissance passée et de ses gesticulations.

Ce qui ne fera qu'accentuer ces tensions.

Seuls les états sont dans la capacité de réduire les effets de ce que nous pourrions bien appeler une catastrophe futur qui a déjà débuté, en Asie et en Amérique-du-Sud notamment.

Mais encore faut-il que, pour cela, ceux qui seront aux gouvernes de leur pays soient conscient des causes premières de ce qui les animeront, puis qu'ils en avertissent leur population.

P1020147.JPGSeule façon, à mon sens, pour en éviter le pire.

 

 

THEURIC

Commentaires

  • Bonjour.

    Bon bah, vu que j'ai une semaine chargée (surtout depuis l'éclatement des manifestations) je vais écrire un commentaire rapide et à l'arrache pour deux de vos articles et soyons fous dans la nuit.

    Tiens, on parle de moi, je vais me faire un micro-nom si on continu de parler de moi :D. Pour le pseudo "Hadès", c'est juste que je le trouve classe: "le maître des Enfers" ça en jette; Nergal est aussi pas mal dans le genre.

    Ca va sentir le brûlé et pour accompagner cette fiesta révolutionnaire populaire (Ho mon dieu qu'ils sont maléfiques, holala :D), je fais une petite liste de musiques bien metal de chez nos amis les métalleux:
    Mass Hysteria - Positif à bloc ( https://www.youtube.com/watch?v=Yv-Y7MPCYtc ).
    Mass Hysteria - Tout doit disparaître ( https://www.youtube.com/watch?v=dP2zYRs2h_w ).
    Mass Hysteria - L'enfer des dieux ( https://www.youtube.com/watch?v=jsJVmiqf8VA ).
    Mass Hysteria - Chiens de la casse ( https://www.youtube.com/watch?v=Nb9R11IBX7E ), je me reconnais la-dedans, c'est aussi pour ça que j'ai un comportement de rebelle depuis très très jeune.
    Smatch hit Combo - Factice ( https://www.youtube.com/watch?v=Oa-UaFlbFh0 ).
    Smatch hit Combo - Marche ou crève ( https://www.youtube.com/watch?v=pMcJD3JmmEI ).
    Dimmu Borgir - Progenies of the Great Apocalypse ( https://www.youtube.com/watch?v=wuoFVMVKE7E ).
    Sangdragon - Deep Dark ( https://www.youtube.com/watch?v=cYfO_fl_bJk ).
    Attention c'est assez fort, ça crache du décibels.

    J'ignore si je vais écrire un autre commentaire car là j'ai un peu l'esprit ailleurs, dans l'histoire et les étoiles. :)

  • Liste rapide à l'arrache de développements dans le spatial:
    - Moteurs-fusées cryogéniques Méthane-Oxygène M10.
    - Moteur à plasma VASIMR, il y a déjà un ou deux prototype(s) de 200 kW, objectif: 20 MW.
    - Moteur à plasma multi-annulaire (haute puissance), l'Allemagne y travaille.
    - Réacteur à fission nucléaire embarqué de faible puissance (mais mieux que les RTG), c'est le programme Kilopower de la NASA.
    - La Russie travaille aussi sur un réacteur nucléaire spatial, mais de forte puissance cette fois-ci.
    - Moteur à plasma avec collecteur de bussard pour satellite, par l'ESA, le collecteur récupère les gaz si le satellite est en orbite basse, le stocke dans un réservoir puis allume le moteur pour rehausser l'orbite.
    - Lanceurs récupérables, tout le monde y travail.
    - Nouvelles navettes spatiales, pareil.

    Liste à l'arrache de concepts et pistes dans le spatial:
    - Propulsion d'Alcubierre, piste hypothétique en cours d'étude mais c'est la seule qui ne viole pas le Modèle Standard.
    - Moteur EmDrive, assez controversée mais la NASA, le CERN, Roskosmos et l'agence spatiale Chinoise bossent dessus.
    - L'antigravité, le CERN y travail depuis longtemps pour découvrir le phénomène.
    - La cryogénisation, il faut encore continuer à étudier le corps humain mais ça suit son petit bonhomme de chemin.
    - Moteur à plasma à très haute température (de l'ordre du millions de degrés Kelvins), la NASA, le MIT et le CERN bossent dessus.
    - Moteur à fusion, une vue de l'esprit.
    Aboutira ou pas? J'en sais rien mais il faut que les recherches continuent.


    Il y en a encore beaucoup à lister mais voici l'essentiel, tout ça pour dire que nous sommes pas restés bloqués sur les moteurs chimiques et ioniques à basse puissance.

  • Là, cher Hadès, vous m'épatez et êtes bien de la trempe qu'il me semblait que vous êtes.

  • Je ne suis qu'un mec curieux et flemmard, il suffit d'apprendre, comprendre et mémoriser pour être tranquille pensant un moment, ça évite de perdre du temps à chercher encore et encore pour des trucs à la con. :D


    Pour l'antigravité, je me suis un peu gouré, c'est l'étude de la gravité avec Alpha-g et GBEAR ( https://home.cern/fr/news/news/experiments/new-antimatter-gravity-experiments-begin-cern ), mais d'après d'anciennes lectures qui datent d'il y a quelques années, le but final de toutes ces recherches c'est bien de découvrir une possible inversion dans la gravitation... mais gardons un doute là-dessus car la mémoire peu jouer des tours.

  • Je vous conseillerais d'aller voir ce que raconte Jean-Pierre Petit sur ce sujet, question remue-méninge c'est du nanan, comme aurait dit ma grand-mère (ce qui ne nous rajeunit pas mon brave monsieur).

Écrire un commentaire

Optionnel