Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sonnets en entrain.

  Chantez les mots

En vos sons glorieux

 D'un verbe éprouvé

 

 

Le sonnet

 

Le sonnet est un art ô combien passionnant.

Deux quatrains, deux tercets en fondent le secret :

En quatorze vers l'ensemble s'en dirait

De l'âme obscure du poète flânant.

 

En dire énormément en de très peu de mots

Est là exercice d'esprit fort exaltant,

Aussi souffletant, des cœurs, de tous leurs maux.

 

Il est vrai y est pratique ardue, autant

Qu'il clame à notre ouïe fortissimo,

Tels de très courts chants, des hymnes éclatants.

 

Il est de la rigueur en en faisant beauté,

De sa brièveté faisant sonner les sons

Dont l'oreille perçois comme bonne façon

Le fond de son être, sa sensibilité.

                                             ---------------------------------------------

 

 

Quelle qu'en soit la raison,

De n'oublier la délicatesse

        Est vertu et grâce

 

 

La malveillance

 

Parfois homme ou femme, bien au-delà de tout âge,

Entre humeur et folie, surgit de l'indécence,

Des maux des mot, gestes brutaux, violence,

Vilenies d'un sort s'affirmant fol orage.

 

Autant que la femme doit respect à l'homme,

Autant que l'homme doit respect à la femme :

Montrez de l'élégance en tout optimum !

 

D'un très grand jamais ne se montrer infâme :

De l'un de l'autre, être bon au maximum,

Que l'on soit marié ou alors misogame.

 

Et puis homme et femme parfois volages,

Aimant en tous point les plaisirs des sens

Ont tous droit de vivre leur concupiscence

Sans qu'il n'y ait, surtout, précieux, moindre rage.

                                            ------------------------------------

 

 

 

 Que n'en comprenais-je

D'ouïr de belles musiques

  En leurs débuts abscons?

 

 

De l'apprentissage de la beauté

 

La beauté peut être de grande violence

Quant l'esprit l'ignore d'en être séparé.

Il veut ne pas la voir ou la contrecarrer,

De la dénier, la gloser en virulence.

 

Le beau est souvent de grande complexité

Et parfois d'un trait se fait l'œuvre géniale.,

Mais toujours l'art sublime l'intemporalité.

 

Or, s'y confronter quand, rompu au trivial,

Le vulgaire commun se vit à satiété,

Le cœur ne sais plus, grogne, tempête, râle.

 

Il faut du temps pour nous y familiariser,

Être tenaces, persévérants, acharnés,

Que cette chose étrange vienne s'incarner :

Plaisirs d'avant, d'après puissent se composer.

                                                   --------------------------------------

 

 

 

   Savoir être qui je suis

Plus que de toutes choses

Est magnificence de l'âme

 

 

Vive la Nation

 

Cette vidéo où se conte la nations

M'a tant plu et ému jusqu'aux larmes perlées

Que j'en sonne ce sonnet en mots corrélés :

Français nous sommes, y est la confirmation !

 

Blanc, jaune, noir ou violet nous sommes de patrie

Qui est celle qui choisi de vivre commun

La souveraineté en égale fratrie.

 

La France affirme le peuple suzerain,

La loi, bien public en anthropométrie,

La constitution nous en est le parchemin.

 

Des félons nous volent ces nôtres facultés,

Sans vertu ni raison, tyrans dérisoires.

Il n'est que de si peu que ce fait occulté

Trouve noblesse : la Nation, s'en prévaloir !

                               ---------------------------

 

 

 

Quiétude et constance suivent,

         En un profond soleil

         Les ondes vermeilles

 

 

La patience

 

La patience est la denrée admirable,

Soufflant de ce doux vent du temps respectable

Qui habille la geste de l'humain de bien

Se voyant se bâtir les horizons lointains.

 

Lentement se fondent les ordonnancements

D'une existence perdue de tous ses buts

Retrouvant son chemin au sein de maints tourments.

 

Après s'être égaré dans tous les azimuts,

Doucement se viennent les ères élégants :

Ô douceur de vivre suivant d'âpres luttes.

 

Je suis au temps suivant ces lancinant chagrins

Qu'une douleur pétrie ne me laissait de paix

S'évanouissant en lenteur en ses moindres aspects,

Puis me vivre serein en croissant mon entrain.

                                       -----------------------------------------------

 

 

 

Messieurs chantons la femme,

           Chantons l'amour,

           Chantons en cœur!

 

 

Aux femmes d'été

 

Que les femmes sont belles à l'été venu,

Plus belles encore qu'au printemps naissant.

Je croise ces beautés, m'en pâme, retenu

De ne vouloir froisser ces dames en passant.

 

Les bras se dénudent et les jambes aussi,

Les sourires embrasent leur beau visage,

Et des fois, je l'avoue, rient de mes facéties :

 

De mes galanteries en babillages,

De mes plaisanteries, idées, esprit, récit,

Entre légèreté et beaux badinages.

 

Je rime pour toutes ces dames qui, croisées,

M'ont ému, de l'âgée assise sur un banc,

La jeune contant mes achats, déjà blasée...,

Toutes m'émeuvent et, ce, éternellement.

 

 

THEURIC

Écrire un commentaire

Optionnel