Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Quand la médiocrité se fait politique.

    Bon ben, j'ai un petit peu de temps devant moi, enfin, je le prends, pour vous proposer un dernier texte avant mon départ en vacances.

    Je vais y revenir sur l'affaire benalla auquel j'avais fait cas il y a une petite semaine de cela.

    J'y avais exploré un ensemble d'hypothèses en en ayant privilégiée une: celle d'un fractionnement des puissances économiques nationales entre ceux que je dénomme les industriels bataillant contre l'ensemble de la sphère monétariste, en une sourde lutte s'exprimant lors de ce scandale.

    Ceci doublée de la confrontation, centrée sur la France, entre une Union-Européenne en voie de délitement devenue germanique et un empire U.S. en plein déclin (Allemagne qui, comme j'ai pu l'écrire, se retrouve piégée au-dedans de l'Union-Européenne, ne sachant plus quoi faire ni quelle position prendre pour la France).

    Je ne dis pas que ce phénomène n'existe pas, mais plutôt que ceci pourrait ne pas être à coup sûr à l'origine des tensions politiques auxquelles nous assistons et qui P1010786.JPGbientôt sera oublié par les médiats aux ordres, ou du moins, n'en serait pas la cause première.

    C'est en fait un deuxième scenario que j'explore avec vous, bien qu'il soit possible que les deux scenarii, celui du 21 et celui d'aujourd'hui, soient peu ou prou mêlés.

    Je vais donc m'essayer ici de comprendre ce qu'il se passe à l'aune de deux idées fortes: la médiocrité de l'époque au plus haut de la hiérarchie française, économique et politique, et, dès lors, de son corolaire logique, soit de leur incompétence la plus absolue.

    En l'espèce, ce n'est pas tant cette affaire qui suscite cet ensemble de réflexions mais d'en comprendre les soubassements, soit la position de ses acteurs en tant que groupes plus ou moins constitués.

    Le problème de Macron et de sa femme c'est qu'il ont l'impression d'être seuls, et que ce qu'il vient de se passer ne pourra que faire monter en eux un sentiment d'inconfort, ne pouvant que  mener à de la paranoïa si d'autres affaires de ce genre paraissaient, ce qui est fort probable.

    Cette impression de solitude a, pour origine, la trahison des patrons du journal Le Monde qui, comme je l'avais montré précédemment, ne put être acheté par ces deux milliardaires que grâce aux agissements pas très vertueux d'un Macron déjà fantasque, qui avait trahi, à cette époque, les journalistes de ce quotidien.

    Les services U.S., quand à eux, sont soit à l'origine de tout cela, soit furent, plus sûrement, agréablement surpris de la tournure que prennent les événements.P1010376.JPG

    Notre oligarchie  nationale doit être dans tous ses états, son plan de reprendre l'ascendant sur le macronisme a raté, ce que je montre plus bas, ce qui ne peut que mener à une discorde accentuée entre les deux clans dont je vous avais entretenu auparavant, les industriels et les monétaristes.

    Il est même possible que ce scandale ait remonté à la surface en raison d'une sorte d'accord momentané entre eux pour tenter d'éviter que cette fracture dans la synarchie ne s'élargisse, son but ayant été de reprendre la maîtrise de ce président imprévisible, devenu potentiellement dangereux.

    Ceci en se séparant de ce qu'il pourrait sembler être, pour eux, l'un de leurs agents essentiels, voire même le plus important au cœur de l’Élisée, Mr. Benalla, en une sorte de gambit de la reine en quelque sorte.

    Cet échec met à mal toute une stratégie dont notre président est le pion central, pion ayant pris son indépendance, sûrement sous les conseils de sa mère femme.

    Cette affaire nous a montré que la garde macronienne rapprochée ment à n'en plus pouvoir, or ce mensonge continue mène à une instabilité psychologique importante pouvant conduire, pour les plus fragiles, à un état psychotique qui, bien que léger, n'en sera que plus déstabilisant pour ce groupe.

    A ceci, il faut rajouter le fait qu'ils sont tous adeptes du néolibéralisme dont la base doctrinale est l'individualisme forcené, ce qui fait que pris individuellement et mis en face d'un danger patent, ce ne pourra qu'être un chacun pour soi, un sauve-qui-peut grandissant.

    Cette secte n'est donc pas bien solide, entre ceux qui pourraient très bien montrer des signes de désordres psychologiques et d'autres pouvant facilement se désolidariser d'un pouvoir qui, pour moi, est d'un naturel extrêmement fragile.

    P1010666 - Copie.JPGC'est pourquoi Monsieur Macron dû sortir pour haranguer ses troupes et leur montrer que tout cela n'était "qu'une tempête dans un verre d'eau".

    Parce qu'en effet, ce que craint le plus le couple présidentiel ce serait de voir s'évaporer le R.E.M., pour le reste il se croit à l'abri.

    Maintenant, ce que je vais expliquer c'est, entre-autre, en quoi, à mon sens, cet échec de l'oligarchie proviendrait de ce que ce plan a, et de beaucoup, trop bien fonctionné.

     

     

    Lire la suite

  • Exercice de style.

    Je vais m'y essayer en parlant ici de choses et d'autres sans vraiment de logique les rattachant.

    Je changerais juste de couleur du texte lorsque j'aborderai un nouveau thème.

    Par exemple, je peux vous dire que nous aurons bientôt une baisse du C.A.C.40 en raison de l'affaire Benalla, la raison en étant que le système n'aime pas trop les instabilités politiques.

    En fait cette affaire m'amuse comme un petit fou.

    Tiens, autre chose de que je peux en dire, nous ne sommes plus loin d'arriver au point de non retour, c'est à dire que le moindre élément supplémentaire sur cette affaire et plus personne ne pourra en éteindre l’incendie.

    Il faut dire que ce personnage était peut-être bien le garde-chiourme de Macron à l'Assemblée-Nationale.

    Si mon hypothèse voulant que quelqu'un est emprunt de soumission en raison deP1010709.JPG deux émotions primaires le contraignant de manière complexe face à quelqu'un le dominant: la colère et la peur, alors, logiquement, un certain nombre de député d'En-Marche ne va pas tarder à réagir vivement à l'encontre de son parti et devant micro.

    Cela en raison du fait que la disparition de Banalla des bancs de l'assemblée fera disparaître la peur qu'il générait, n'en restant plus que la colère, ceci d'autant plus que Macron se trouve maintenant gravement affaibli.

    Je lis en ce moment un bouquin sur l'émergence du langage "La langue l'Adam", de Dereck Bickerton, vaste débat.

    J'ai bien des difficultés à en poursuivre la lecture puisque, à mon sens, ses présupposés de départ sont faux, il part du principe que l'homme s'est érigé de sa station debout dans la savane, ce qui est pour moi une incongruité.

    Comme j'ai pu déjà en faire mention dans un texte précédent datant de Mai de cette année, nos ancêtres auraient plutôt évolué au sein de mangroves qui se situaient dans la dépression de l'afar ou de Danakil, ce serait la même chose, et qui, si j'ai bien compris, subit, au fil des ères, des mouvements tectoniques importants et se situe en-dessous du niveau des océans.

    Sans compter les descentes et montés des eaux suivant les périodes glacières et inter-glacières.

    P1010510.JPGPour faire rapide, nous produisons des sons parce que nos si lointains ancêtres ne pouvaient pas voir les gestes de ses potes la tête sous l'eau et que, comme les dauphins, un son modulé et des claquements, de bouche pour le paléo-Homme, se propagent facilement dans la mer.

    Ces sons émis remplacèrent progressivement l'ensemble gestuel qu'expriment les grands singes, les bonobos et les chimpanzés.

    Du fait de la richesse de la nourriture, fruits de mer et des arbres, algues, poissons, voire certaines plantes et racines, ceci doublé de la difficulté, tout de même, de trouver leur pitance et aussi pour se déplacer (trouver son chemin au milieu des photophore ne devait pas être une mince affaire), le cerveau des proto-homos a dû évoluer, jusqu'à ce qu'il découvre le moyen d'apprivoiser le feu, et là le processus s'était accéléré.

    Comme, de plus, une forêt touffue comme l'est une mangrove ne permet pas de voir ses compagnons de loin, le son a remplacé progressivement le geste dont usent nos proches cousins (pas très germains, d'ailleurs).

    Puis de sons et de cris aux sens simples, de "nourriture ici" par exemple, ils étaient passés à "crabe" ou "poisson", puis à un truc du style "par là".

    Comme de plus l'odeur et le physique de chacun était invisible aux congénères sous l'eau, chaque individu devait avoir son propre son en une sorte de paléo-nom.P1010576.JPG

    Il y a quelques temps de cela, des drones, paraît-il, auraient survolé des centrales et des sites militaires nucléaires français en 2014.

    La question, dès lors, qui importerait mais à laquelle il serait quasiment impossible de répondre, ce serait "pourquoi".

    Une réponse, que je jugerais particulièrement naïve et sotte, serait de dire: "C'est pour nous prévenir que tout cela représenterait un danger pour l'humanité."

    Il m'a été donné de la lire plusieurs fois.

    Suivant ma façon d'aborder le problème posé par les E.I.N.T., les Êtres-Intelligents-Non-Terrestres, comme je les dénomme, plutôt que de celui d'extra-terrestre que je trouve gnangnan, à l'image de Macron, aborder le sujet sur une base politique me semble le plus logique en se demandant qu'elle serait le but de ces explorations.

    Puisqu'il s'agit bien que quelque chose de cet ordre, à la place d'un:"Coucou, je suis là, fermez vos centrales nucléaires, pauvres minables humains, ou alors vous allez détruire votre planète si fragile", planète et la vie qui l'abrite qui, d'ailleurs, se foutent royalement de nos agissements, ils en ont vu tout deux de bien pire.

    Là il faut faire preuve d'imagination et songer à toutes les éventualités possibles, comme:

    P1010593.JPG-de nouveaux venus curieux de voir ce que sont ces drôles de machines et installations, peut-être accompagnés d'une ou de plusieurs autres espèces plus anciennement installées près de chez-nous et leur servant de guide (c'est fou comme le nucléaire les intéresse depuis les années cinquante);

    -une réflexion militaire d'E.I.N.T. se demandant s'ils ne trouveraient pas là des idées pour des armes efficaces;

    -une visite touristique, eh oui, pourquoi pas;

    -se renseigner avant un envahissement, bof, je ne vois pas l'intérêt d'attendre près de 70 ans pour cela;

    -faire un ensemble de recherches anthropologiques, dans le sens propre du terme, par pure curiosité ou pour toutes autre raison;

    -... etc... .

    Il est possible que l'affaire Benalla (oui, j'y reviens) soit le début d'une attaque multiforme à l'encontre de l'Union-Européenne, dès lors contre aussi l'euro et l'O.T.A.N., entrepris par un ou plusieurs pays dont celui le plus important serait les États-Unis-d'Amérique trumpiens.

    N'oublions pas que les président U.S. avait proposé à Monsieur Macron, il y a un à deux mois de cela, de se désolidariser de l'union pour faire affaire avec les U.S.A. de pays à pays.

    Ce que le nôtre, de président, a rejeter avec un grand silence.P1010781.JPG

    En fait je pense qu'il y a désormais une attaque tout azimut sur l'oligarchie mondialisée et la France, comme je le dis depuis pas mal de temps déjà, se retrouve en première ligne bien malgré elle.

    Il faut dire que les français ont la réputation d'avoir le sang chaud.

    Faisons donc la liste, non exhaustive bien sûr, de ce qu'il se passe un petit peu partout:

    -la Russie poutinienne vend ses bons du trésor américains à tout va, ici et ;

    -la .F.E.D., la banque centrale U.S. ne cesse de remonter ses taux, pour faire simple, comme les prêt aux américains sont variables, ce qui veut dire qu'ils évoluent à la hausse ou à la baisse suivant les taux directeur de la banque centrale, ce qui donc fait que si ces taux augmentent, les particuliers et les entreprises devront plus d'argent au prêteur, ce fut la raison principale qui fit que nombres de particuliers U.S. se retrouvèrent ruinés en 2008, c'était ça qui avait mis les banques en danger;

    -le gouvernement italien refuse de ratifier l'accord de l'Union-Européenne d'avec le Canada, ce qui génère une belle crise dans l'U.E., si vous rajoutez à cela l'affaire Benalla, c'en devient croquignolesque;

    -les U.S.A. font pression partout dans le monde pour obliger les entreprises à rentrer au pays, ce qui s'appelle une guerre commerciale, et nous n'en sommes qu'au début;

    -les troupes U.S. rentrent au bercail, de ça je n'en ai que très peu de preuve, mais ça P1010832.JPGme semble tellement logique...;

    -Mr. Trump c'était montré intransigeant lors du dernier G7, en refusant de signer la déclaration collective (je ne sais plus comment çà s'appelle), à croire qu'il voulait le torpiller...;

    Pour l'instant je n'ai pas grand chose d'autre à raconter là-dessus, mais nous ne sommes qu'au début du processus, alors restons à l'écoute, d'autre nouvelles arriveront.

    L'économie mondiale ne cesse de se détériorer.

    Nous ne pouvons n'en avoir que très peu de preuve tant que nos magasins seront normalement achalandés.

    Mais, de manière indirecte, il est possible de percevoir l'état industrielle générale.

    Ainsi, l'évolution du prix du cuivre à la baisse est un bon facteur pour percevoir s'il y a désindustrialisation internationale.

    Ce qui, vous le voyez, est le cas, ce qui était prévisible lors de la remonté du prix du baril de pétrole.

    Vu que cette remonté n'a rien à voir avec une croissance industrielle, alors cela veut dire qu'une partie de la masse monétaire qui se trouvait dans la spéculation boursière se déverse actuellement dans les matières premières primaires: l'énergie et la nourriture.

    Ce dont personne ne peut se passer.P1010826.JPG

    Si des fonds d'investissement et de pension, ainsi que des banques, s'éloignent de la capitalisation boursière, cela ne peut que vouloir dire qu'en réalité les bourses, dont Wall Street et la City, se retrouvent dorénavant dedans d'immenses difficultés qui, pour l'instant, ne sont perceptibles que par une très petite minorité de ses acteurs.

    Ce processus ne pourra aller qu'en s'accentuant, mais peut rester en un développement pour l'instant lent.

    Lorsque l'espèce humaine partira voyager au loin au milieu des étoiles, Homo Sapiens Sapiens divergera inéluctablement en une multitude de genres différents.

    C'est que nous sommes loin, très loin même d'avoir épuisé tout notre potentiel évolutif.

    Il est bien difficile de déterminer dès à présent toutes les formes que cela prendra.

    Mais, au sujet de l'évolution, j'ai  en moi quelques hypothèses que je vous exposerai un jour, ce sera un texte peut-être long, mais surtout complexe, le sujet n'étant pas simple à développer.

    Toutefois je vous propose les bases qui me permirent de construire cet ensemble de réflexions, et elles sont extrêmement simples: l'automobile, l'ordinateur et P1010723.JPGl'aéroplane évoluèrent tous trois d'une manière similaire.

    Je vous laisse, sur ce, à vos réflexions.

    Moi qui n'écris qu'un à deux billets par quinzaine environ, je vais vous laisser poireauter trois semaines au moins, que voulez-vous, ce sont les vacances.

    Il faut dire aussi que l'écrit m'est difficile, je dois me concentrer puis corriger, et certains types de concentrations me fatiguent grandement, comme l'écriture, c'est pourquoi je fus un cancre d'écolier.

    Ceci sûrement dû à ce que ma mère avait gardé, lorsque je n'était encore qu'un fétus dans son ventre, la petite fille de sa meilleurs amie ayant attrapé la rubéole, ma mère l'ayant peut-être bien attrapée, elles avaient eu peur, à ma naissance, que j'aie été débile, aveugle ou un autre truc du même genre.

    Ben non, je suis juste un génie (oui, je sais je m'entretiens les chevilles) avec des capacités limitées de certains types de concentrations (parait-il que je n'ai marché qu'à deux ans, rigolo, non?).

    Alors un conseil, mesdames, faites-vous vacciner contre ça.

    Je vous quitte pour l'instant, faites vos réserves et prenez garde à vous, les temps qui viennent seront agités, à n'en pas douter.

     

     

    THEURICP1010840.JPG

  • U.R.S.S. / U.S.A., d'un empire à l'autre.

    Avant que je ne développe le thème du titre de ce billet, je ne peux pas faire autrement que de porter, sur cette première page, mes observations au sujet du dernier scandale élyséen: l'affaire Benalla.

    L'un et l'autre de ces thèmes ont un lien, celui portant sur le fait que je montre qu'il est possible d'avoir un regard sur un avenir qui, naturellement, ne peut qu'être que grandement incertain (bien que pour le second je ne fasse pas de prédiction).

    Or, bien que de toute prévision future nous ne pouvons en établir les détails, il est possible de saisir ce qui fait la dynamique historique du moment, en politique et en économie notamment, puis d'en extrapoler, il est vrai grossièrement, une suite logique et cohérente.

    Ceci tant que cette dynamique ne se retrouve pas dans un processus de rupture événementiel menant à une situation chaotique toujours momentané.

    Ce que je vous expose repose donc sur un ensemble d'hypothèses conceptuelles que je vous décris en même temps que de vous en proposer le résultat de ces réflexions.

    P1000719.JPGAussi que sur une compréhension intuitive de la politique et de la psychologie humaine (dont nous sommes tous possesseurs) qui ne peuvent qu'être qu'intimement liées.

    Ce sont ces trois socles qui composent cet ensemble réflexif, l'écrire me permettant de le développer.

    Le syndrome de Cassandre ne provenant que du fait qu'un certain nombre de personnalités, dotées d'une intelligence souvent particulière (et non pas plus importante, juste différente bien que plus ouverte), dites à hauts-potentiels en raison du fait qu'elles n'ont pas, au contraire de la majorité des Êtres-Humains, que quelques centres d'intérêts, mais sont animé d'une curiosité multiforme, perçoivent et déduisent, plus ou moins inconsciemment, les liens qui s'établissent entre des circonstances passées, présentes et dès lors, pour elles,  futures;

    Il y a syndrome de Cassandre, donc, parce que ces personnes ne pouvant pas se faire entendre, souffrent souvent de cette frustration.

    Je vous propose donc cette première partie:

    En ce début de grandes vacances scolaires, les événements se suivent à bonne allure et, contrairement à ce qu'il pouvait se passer il y a ne serait-ce que cinq ans, la population part infiniment moins hors de chez-elle ou ne va pas plus loin que de rendre visite à sa famille, les scandales d'été en ayant dès lors un écho autrement plus important qu'antérieurement puisque les gens regardent plus la télévision qu'avant.

    Il est symptomatique que l'affaire Benalla, (un autre compère, un certain VincentP1010481 - Copie.JPG Crase, plus ou moins officier de la gendarmerie, ce ne serait pas clair, ferait aussi parti de cette violente mascarade) un conseiller du président de la République qui aurait tabassé un homme et rudoyé une femme le 1er Mai de cette année, ait été révélé par le journal Le Monde, jusqu'à présent le chantre du macronisme-philippard, étant d'une eurolâtrie américanolâtre, d'une pensée néolibérale, ainsi que d'une miso-Russie (de miso-, qui hait) jusqu'à présent irréductible (Le Parisien menant sa propre enquête, journal bien moins macroniste que le précédent).

    D'autant plus quand nous savons que c'est grâce, entre autre, aux Manœuvres de Monsieur Macron, avec l'aide l'Alain Minc, que ses propriétaires actuels ont pu l'acquérir.

    Mais que faisait donc ces deux gugusses  auprès de la police?

    A mon sens ils jouaient au gendarme et au voleur comme Macron a joué aux soldats de plomb lors de sa rencontre avec les hauts gradés militaires.

    Le Président ayant ainsi fait un petit cadeau à deux de ses protégés.

    Ce Monsieur Benalla commençant à être considéré comme étant le mignon d'Emmanuel macron, ce qui pourrait être possible vu que la femme de ce dernier avait organisé quelque chose comme une gay pride à l’Élysée le 21 Juin dernier lors de la fête de la musique, ce n'est pas tant que cela puisse exister qui me pose problème mais plutôt qu'un tel événement, tout de même d'une éminente vulgarité, ait pu se produire dans le palais de l’Élysée.

    Si notre président se veut d'être vulgaire, et bien soit, il nous l'a déjà montré mainte fois par le passé, mais auquel cas qu'il aille faire ça ailleurs et non pas au centre même du lieu symbolisant le pays, la nation et l'état et là où se décide l'avenir des français..

    Ce qui est notable c'est que l'oligarchie nationale et européenne n'ait pu que ne P1010448.JPGnous présenter que çà comme président en 2017, ceci après moult manipulations, soit quelqu'un purement à leur image: le ci-devant Macron.

    Non pas une personne médiocre comme le sont Messieurs Sarkozy et Hollande, bien qu'ils soient tous deux pourvu d'une certaine intelligence.

    Mais plutôt une personnalité sans grande personnalité, psychologiquement instable, ayant un âge mental réduit, aux pulsions et jouissances infantiles, facilement manipulable, n'ayant de la politique qu'une vision superficielle et fantasmatique et, surtout, au grand surtout, ne se rendant pas compte de la porté de ses actes, peut-être bien comme il peut en être de sa femme d'ailleurs.

    C'est pourquoi je suppute plus loin un profond désaccord au sein même de cette oligarchie, certains s'éloignant, rejetant(?) ce groupe informel, et, dès lors, a lieu une scission ne pouvant qu'être suivit d'une sourde lutte interne dont nous pourrions en percevoir les commencements aujourd'hui, cette fête électro antérieure n'en ayant été que l'élément déclencheur.

    Quand bien même je prends grand soin à analyser plus bas toutes les possibilités des raisons de la remonté de ce scandale.  )

    J'avais annoncé il y a quelques temps, en Septembre 2017, que les oppositions deP1010450.JPG (la pseudo)gauche et de (la pseudo)droite n'attendait que le bon moment pour commencer à déchiqueter les députés du R.E.M., le gouvernement  et ses radios-éléments à pleines dents,  n'ayant su dire, naturellement, quelle serait la cause du déclenchement de cet hallali, peut-être en serions-nous là.

    Mais au-delà de ce satisfécit personnel, quand bien même en attendrais-je les preuves formelles (ne sommes-nous pas mieux servis que par nous-mêmes?), il est remarquable de constater le possible magnifique changement d'opinion de ce journal et, donc, de ses propriétaires, Messieurs Pigasse et Niel.

    Si c'est bien cela qu'il se passe, alors nous pourrions prévoir d'autres scandales qui surgiraient de manière impromptue en un crescendo continu, et il faudrait, en ce cas, relever de quel médiat cela proviendrait, ceux qui en amplifieraient l'impact, mais aussi ceux qui tenteraient d'en amoindrir les effets, pour savoir qui est avec qui.

    C'est cela qui est le fait le plus important d'une histoire qui aurait pu, sinon, se diluer dans l'indifférence générale, ce qui semblait être le cas jusqu'à présent.

    Cependant, que cette révélation ait été publiée peu de temps après le 14 Juillet, le 18 du mois, époque où un grand nombre de vacanciers part vers d'autres cieux, incident qui, c'est à noter, avait eu lieu deux mois et demi auparavant, pourrait très bien vouloir dire qu'il ne s'agirait que d'une manière, pour certains P1010665 - Copie.JPGoligarques, de faire pression sur le président, sans prendre en compte la forte diminution des départs en vacance.

    Toujours est-il que cet événement marque, à n'en pas douter, deux choses:

    -la première est qu'il y aurait possiblement des dissensions entre le gouvernement et l'oligarchie nationale, voire, plus sûrement, au sein même de l'oligarchie: toucher et fragiliser le pilier véritable de leur puissance, le pouvoir politique, marque à n'en  pas douter  un puissant mouvement interne de notre ploutocratie;

    -la deuxième phénomène, là encore remarquable, est la prise de distance des ministres d'avec leur président, vu lors d'une question à l'une d'entre eux par un journaliste de B.F.M.télé, signe de l'affaiblissement considérable de la présidence.

    Je ne serais pas surpris que ce neutre éloignement ait été décidé collégialement avec le premier d'entre-eux, Monsieur Philippe, bien qu'il soit possible, aussi, que commence, au-dedans de chaque ministère, une façon ou une autre de sauve-qui-peut bien plus anarchique.

    Quoi qu'il soit de l'une ou l'autre de toutes ces possibilités, nous pouvons percevoir dès à présent que le délitement du R.E.M. et ce qui y est lié, est dorénavant avancé, ce qui ne peut que vouloir dire que celui-ci préexistait depuis quelques temps déjà, tout ceci advenant tout de même un tout petit peu plus d'un an après les élections législatives de Juin 2017, ce qui est peu, très peu même.

    Preuve s'il en est d'une profonde fragilité originelle et multifactorielle de la P1010748.JPGRépublique En Marche, ne tenant son pouvoir véritable, jusqu'à présent, que grâce à une sphère médiatique à son service qui, pour une partie d'entre-elle, semble se liguer désormais contre ce parti (écoutez et regardez comment en parle Dominique Rizet, lui qui fut si longtemps l'avocat convaincu du macronisme: là c'est un flingage absolu).

    Comme de naturel, les oppositions ne peuvent que profiter d'une telle faiblesse d'un  pouvoir en place, d'autant plus si, collectivement, les-dites oppositions ont une terrible aversion pour celui-ci, ce qui ne peut que le conduire progressivement à la panique, le menant ensuite à des erreurs répétées, sujets à de nouveaux scandales.

    Quand, dans le même temps, si ce processus perdure, ne peut que générer un éloignement des députés et des ministres du R.E.M. de leur poste, voire, pour les plus sérieux d'entre-eux, à une révolte telle que cela ne pourra qu'être relayé par les médiats.

    Tout ceci ne pouvant que mettre toutes les composantes de l'Union-Européenne dans un grand embarra, jusqu'à ce que, à un moment donné, elles en viennent à craindre, avec raison, une instabilité politique totale de la France dont elles ne pourraient rien et qui pourrait bien dissoudre l'union comme dans un bain d'acide.

    P1010538.JPGDe fait et pour finir là-dessus, a été lancé un mécanisme qui, s'il perdure trop longtemps, ne pourra pas être arrêté, puisque celui-ci s'est infiltré au sein d'une tension sociale déjà importante, ce qui, peut-être, est le but recherché.

    Je ne sais pas comment l'affaire Benalla se terminera, cela peut s'achever dans un flop discret ou à ce que s'accroisse ces tensions populaires jusqu'à ce que le gouvernement d'aujourd'hui se démette, voire à se que le président démissionne.

    Comme vous le voyez, ce n'est pas tant le manque d'information qui est ici problématique, mais à ce que nous devons attendre des éléments suivant pour nous faire une idée exacte de ce qu'il se passe à l'intérieur de l'oligarchie, de ses déchirements et scissions internes et, ce, de par ce qu'il se dira dans les médiats et ce qu'il se passera dans le gouvernement et à l'Assemblée Nationale.

    Toutefois j'émets une hypothèse: tout comme il en est en Grande-Bretagne et dans les États-Unis-d'Amérique, nous pourrions bien percevoir là un début de confrontation entre deux conceptions de l'économie, celle monétariste et celle industrielle, Monsieur Macron n'étant que le factotum de la première en tant qu'ancien banquier, ce serait pourquoi il serait cherché à le déstabiliser.

    ( Sa simple présence et ses frasques multiples ne pouvant que nous montrer queP1010523.JPG ceux que nous craignons tant, ces banquiers et ploutocrates qui le mirent à la place qu'il occupe, ne sont en fait que de pauvres types, sans scrupule, certes, mais aussi sans grande jugeote et, oserais-je le dire, sans grande intelligence, et dont les seuls pouvoirs ne sont que ceux des médiats, de notre croyance en leurs élucubrations et de la crainte qu'ils nous inspirent. )

    Comme dit plus haut, si cette hypothèse est valide, alors nous devrions entendre parler d'autres frasques de l’Élisée, desquelles il est déjà fait cas sur internet et dont j'avais fait état dans l'un de mes textes précédents, tout comme seront ravivés les nombreuses dérives de certains députés de la majorité.

    Quoi qu'il en soit, je ne pense pas que Monsieur Macron, de nature psychologiquement fragile, puisse longtemps résister à de telles tensions et ne serais pas le moins du monde surpris de le voir gravement décompenser, lui qui, déjà, montre des signes inquiétant d'état dépressif.

    Ceci dit, je vous propose maintenant, en seconde partie, que nous allions voir en P1010484.JPGquoi l'effondrement passé de ce que fut l'U.R.S.S. ressemble, singulièrement en son inverse, à ce qu'il se passe maintenant dans ce qui est, toujours et pour quelques petits temps, l'empire U.S..

     

    Lire la suite

  • Du réensauvagement de l'ouest eurasiatique.

    Avant de ne commencer à aborder le thème de ce billet, je ne peux qu'exprimer mon admiration envers Tatiana Ventôse pour les quatre vidéos qu'elle fit au sujet de l'Islam sunnite salafiste, ceci autant pour la clarté de ses explications que pour son courage intellectuel.

    En cela, je l'ai déjà dit, elle n'est pas la seule.

    Dans ses films (je vous laisse vous en instruire, ils sont infiniment plus explicatifs que ce que je ne pourrais jamais faire) elle nous montre le double paradoxe devant lequel se retrouve autant le sunnisme traditionnel que le salafisme qui, à y regarder de près, est à l'égal de ce que fut le protestantisme face au catholicisme du XVI° siècle.

    La confrontation entre une église catholique faisant difficilement face à la modernité de l'époque, ici au-devant de l'invention de l'imprimerie et à l'égarement de l'église la menant à des paradoxes, et sa remise en cause protestante par une lecture littérale du livre saint, soit la Bible, ce qui mène de nouveau à des paradoxes insurmontables et irréductibles en raison de toutes les interprétations bibliques possible, d'où P1010789.JPGl'émergence d'une multitude d’obédiences protestantes au fil du temps.

    Mais ce salafisme, paru pour lutter dès le début contre la toute puissance européenne, fait, de plus, courir un risque supplémentaire au sunnisme puisque l'origine du premier provient d'un pays, l'Arabie-Séoudite, qui est, en cela, le plus rigoriste de tous, allié, depuis le début de sa création, d'abord quelques décennies à la Grande-Bretagne, puis, dès la sortie de la seconde guerre mondiale, à l'empire ultime que devint progressivement les États-Unis-d'Amérique.

    Or, plus encore que la perception des paradoxes catholiques générèrent le protestantisme puis que ceux de ces deux versions du christianisme menèrent à la sécularisation de l'Europe, les formes diverses de salafisme, leurs violences surtout tournées à l'endroit des musulmans, ceci doublé de cette alliance entre les U.S.A. et l'A.S., peuvent détruire de l'intérieur l'Islam Sunnite.

    Ce qui, singulièrement, pourrait très bien se produire au moment même où les sociétés européennes, en manque cruel de détermination, dans le sens que j'ai pu aborder auparavant, et d'identité, redécouvre leurs religions traditionnelles et leur patriotisme.

    Aidé en cela par un empire U.S. et un Royaume-Uni qui, tous deux, pour différentes raisons, veulent déliter une Union-européenne leur devenant désormais détestable.

    Quand à la Russie, elle se retrouve en ce moment au-devant de profondes indécisions géopolitiques sur beaucoup de sujets, dues à ce qu'elle se confronte entre des choix multiples.P1010799.JPG

    Ainsi, doit-elle ou non prendre l'U.E.€., si fragile et au bord de l'explosion, à son compte et, au-delà, risquer de détruire une Allemagne qui lui est utile, cette dernière ne pouvant plus exister sans l'union mais voulant sortir d'un euro qui la ruine.

    En fait, la Germanie se trouve au-devant de quatre options impossibles:

    -soit rester dans l'union et risquer de faire faillite à cause de l'euro et du target 2, ce qui risquerait de la scinder, puisque dans ce cas une partie au moins des länder prendraient leur indépendance du pouvoir central en un vieux réflexe historique;

    -soit sortir de l'euro, ce qui ne pourrait que mener à la destruction de l'Union-Européenne en raison de ses blocages institutionnels;

    -soit carrément faire sécession d'avec l'U.E., ce qui lui est idéologiquement, et même politiquement inacceptable;

    -soit encore de se débarrasser de l'Europe-du-Sud en conservant ce qui constituait, jusqu'en 1918, l'empire allemand.

    Cette quadruple impossibilité germanique place, de fait, la-dite Russie dans une profonde incertitude (elle n'est pas la seule, je suppute qu'il en est de même au sujet de la Chine), ce qui ne peut que vouloir dire que les russes se demandent s'ils doivent s'allier à cette dernière où, plutôt, patienter pour se tourner, dans le futur, résolument vers les pays d'une Europe-du-Sud il est vrai ruinée, mais débarrassée d'une union mortifère aujourd'hui déjà en grandes difficultés, et d'une Angleterre, largement fragilisée, toujours liée à son grand partenaire outre-Atlantique en totale déliquescence, mais entre lesquels surgissent des désaccords multiples?

    Ensemble représentant un intérêt géostratégique majeur.

    La raison de ce flou décisionnel de l'équipe poutinienne provient de ce que s'est ouvert, depuis peu, un immense champ de possibilités multiples, économiques, géopolitiques et géostratégiques, dont les contours sont pour l'instant difficilement discernables.

    Cela provenant de ce que l'empire U.S., ne pouvant plus assoir son hégémonie mondiale, en proie à d'immenses tensions politiques internes, au-dedans d'une situation économique épouvantable et dont le dollar perd progressivement tout intérêt en tant que monnaie de réserve internationale, n'a plus d'autre solution que de se retirer de ses interventions extérieures de toutes natures en en subissant le moins de dégâts possible.

    Ceci dit, le billet qui suit vient en réponse de celui, traduit en Français, que Dmitri Orlov a émis dernièrement et rendant compte d'une réalité européenne pour moi finissante, celle de la perte de courage et de volonté de la population ouest-européenne en raison de sa recherche de confort, ce qu'il appelle le cimetière européen.

    Europe, il est vrai, devenu un asile pour vieillard, ce qui ne génère pas, chez elle, du dynamisme et de la réactivité.

    Dmitri Orlov qui, quoi qu'il en soit, a, sur la grande majorité des sujets qu'il aborde, des positions à la fois sensées et pertinentes, celui-ci me semblant des plus remarquables.

    Or, ce que je vais tenter de montrer ici c'est que ce qu'il décrit, soit la situation des sociétés de l'U.E. d'avant que la décadence terminale de l'empire E.U.A. ne devienne évidence, phénomène advenue dès l'élection de Donald Trump à la magistrature suprême U.S., et que cette vision P1010709.JPGancienne est sur la voie d'être dépassée, du-moins en France.

    Mais que, surtout, ce phénomène conduit autant à la réémergence d'une activité intellectuelle européenne puissante (française, déjà, de ce que j'en sais), visible sur le W.E.B., mais aussi à la résurgence encore potentielle d'une brutalité sociétale et populaire, liée il est vrai également au retour à l'esprit de responsabilité,  au désir de prise de risque et, aussi, comme dit plus haut, au retour au patriotisme et à la religion traditionnelle.

    Cette résurgence de la brutalité d'une portion de la population n'est, pour l'instant, que peu visible, hormis lorsque les banlieues s'enflamment, ne pourra qu'être, bien plus tard, accompagnée de l'ancienne furia francese qui firent les délices des chroniqueurs d'antan.

    C'est à Monsieur Orlov que j'adresserai mes désaccords, ce qui sera amusant, d'autant plus que je ne pense pas que je serai lu par lui et encore moins que je lirai un commentaire écrit de sa main, ou du-moins une traduction d'icelle, moi qui ne connais de la langue anglaise que bulldozer, water-closet et bifteck pomme-frite.P1010829.JPG

    Lire la suite

  • De la logique intérieur.

    Comprendre un système c'est en saisir la logique intérieur.

    C'est ce que je m'essaie de faire ici.

    Vu que ce site est surtout dédié à la politique, créé à l'époque où, justement, cette pensée se retrouvait grandement récriée, c'est dès lors à deux niveaux que je tente de démêler les complexes écheveaux des-dits systèmes: ceux de la psychologie et de l'organisation, là ne me penchant que sur le premier.

    Bien qu'il soit impossible, en effet, d'analyser l'un sans questionner l'autre, ce que je ne cesse de faire dans ce blog, au risque, sinon, de rendre cette réflexion imprécise, voire caduque.

    Quand bien même mes réflexions tendent à être parcellaire, peut-être à l'image d'un puzzle, vu que je note mes idées au fur et à mesure que celles-ci arrivent à mon esprit, sans en faire un tout cohérent, ce dont je doute de pouvoir faire.

    Dans ce court billet, je vais donc vous en donner deux exemples basés sur mes propres bourdes.

    Ainsi, d'oublier, comme je l'avais fait dans mes deux derniers billets, que notre oligarchie nationale eurolâtre souffre d'une avarice maladive due à leur délire de vouloir à toute fin de dépasser, en tant que richissime, l'oligarchie étasunienne, fut une erreur.

    P1020055.JPGCeci parce que cela réduit ma perception de la dynamique interne prévalant au sein de toute cette mouvance néolibérale du pays et, au-delà, dans l'Union-Européenne.

    Ainsi s'explique les décisions de la magistrature macronnienne, en tant qu'employés de nos oligarques et des G.O.P.E. de l'union, mais aussi les justifications qu'il en a été porté, soit d'expliquer qu'ainsi ce seront les détenteurs de fortunes qui pourront bien mieux investir dans le pays, puisqu'une manne d'argent leur est offert.

    Mais aussi que la mise en concurrence des services publics ne pourra que les améliorer en en faisant baisser les prix.

    Du fait que les modèles britanniques et américains passés et présents nous montrent et démontrent l'inefficacité pleine et entière d'une telle approche, essentiellement contraire à ce qu'il en est et en sera, pour nous, en France, nous pouvons dès ce moment saisir en plein les très grandes faiblesses intellectuelles de cette ploutocratie, de l'administration de l'U.E. et de leurs commis.

    Ce qui, donc, nous démontre d'autant plus leur fuite-en-avant mortifère, en raison de l'accélération foudroyante de ces décisions, toutes provenant naturellement de l'Union-Européenne via ces fameux G.O.P.E., mais aussi de l'approbation discrète d'une oligarchie qui, peut-être, craint que, tout de même, cela ne soit, justement, trop rapide et trop voyant.

    Ils rentreront un tas d'argent, c'est vrai, mais en se conduisant ainsi, à terme, il ne pourront qu'entièrement le perdre, inéluctablement, s'ils ne se retrouvent pas, pour certains, en prison.

    Tout comme l'appauvrissement rapide de la Grèce entama une désindustrialisation mondiale qui, il est vrai, était déjà présente mais plutôt lente, celui actuel de la France, deuxième économie de l'U.E., ne peut qu'en accroitre la vigueur d'une manière considérable.

    Vous remarquerez, dans cette longue vidéo, la sincérité du conseillé du président de la République, intervenant dans la seconde partie au-delà des 38 mn 30 s.

    Ce qu'il dit est absurde et de la plus parfaite langue de bois, certes, mais en cela il est sincère, et comme j'ai pu déjà l'écrire, le pire se trouve là: la plus pure des âneries faite d'un galimatias de la plus pure sincérité.

     

    Ici vous pouvez observer l'authenticité plutôt sotte d'un personnage, Monsieur Carlier, qui, paraît-il, serait humoriste (lui qui ne m'a jamais, au grand jamais fait rire), et qui fut depuis des décennies l'un des multiples adhérents télévisuels de cette mouvance synarchique, montrant une position ambiguë face aux grévistes d'un magasin proche, si j'ai bien compris, de chez lui.P1020041.JPG

    Plutôt que de faire rire les rieurs, soient ceux qui, comme lui, ont, pour la majorité de leurs concitoyens, de cette fausse commisération bienpensante qu'ont ceux qui, bien qu'ils en pensent et en vivent l'inverse, se voudraient d'une gauche sociale;

    Ne vaudrait-il pas mieux que ce sieur aille à la rencontre de ceux-là qu'il ironise pour, ensuite, rendre compte à ses paires de la situation précaire dans laquelle vit une majorité des français, voire tout simplement les instruire de la meilleurs manière d'écrire et de parler, plutôt que de se moquer comme cela éhontément de quelqu'un qui fait ce qu'il peut avec ce qu'il a et, si j'ai bien compris, le fait bien.

    Si tant est qu'il en soit lui même capable, ce dont je doute fort: critiquer est aisé quand on prend le gueux de haut.

    Va-t-il déplorer la baisse de niveau d'instruction de nos contemporains?

    Bien sûr que non, et ce d'autant plus qu'elle se retrouve au plus haut de l'état ( moi-même ne cessant de me corriger ).

    Va-t-il critiquer la réalité de l'Union-Européenne et de l'oligarchie, sources premières de nos difficultés?

    Évidemment que non, déjà parce que cela ne ferait pas rire son publique, ses P1020059.JPGsemblables, mais aussi et surtout parce qu'il se retrouverait au chômage, et puis il l'aime tellement son union préférée.

    Comme nous le montre son cher et génial président, Mr. Macron, il lui faut être fort avec les faibles et faible avec les puissants.

    Là encore je n'avais pas pris suffisamment en compte ce fait capital: Guy Carlier et ceux qui l'entourent nous montre là, lors de son intervention dans cette radio, la violente dissonance cognitive qui agite une partie des classes-moyennes intermédiaires à hautes, ce qui est audible en ce qu'il se sent obligé d'adoucir, en fin de texte, un discourt pour le moins violent qu'il tient à l'endroit du meneur de cette grève.

    Cette dissonance cognitive provenant de ce que les-dites classes-moyennes sont pris entre deux forces opposées tenant à leur idéologie complexe et contradictoire:

    -européiste et néolibérale d'un coté, avec tout ce que cela sous-entend;

    -de l'autre un humanisme mal structuré, réducteur, racialiste (il ne peut y avoir de français pauvres, surtout s'ils sont blancs), méprisant, condescendant, parce que essentiellement émotionnel.

    C'est cette impossibilité structurelle, tenant plus à la résultante d'une propagande impériale (U.S.) s'étendant sur trois à quatre décennies, dont le but était de détruire, chez les européens et, donc, les français, les notions de nation et de patrie, qui conduit à tous ces égarements et à une perte structurelle d'identité.

    Ce qui a généré une déstabilisation culturelle et sociale de ces deux classes sociales, étendue à l'ensemble de la population, ainsi qu'une position sociologique paradoxale, qui mène à cette indétermination psychologique que j'avais exploré par trois fois, , ici et , raison pour laquelle le public de Mr. Carlier a ainsi pu rire de si bon cœur, mais, ce, avec uneP1020054.JPG culpabilité discrète et sûrement inconsciente.

    Perte d'identité de plus compensée par le rejet culpabilisant des classes considérée comme inférieures, rejet lui aussi compensée par cet humanisme réducteur tourné, pour l'essentiel, envers les immigrés, tout en oubliant, par aveuglement, la part de la population la plus pauvre qui, pour certaine d'entre elle, souffre aussi grandement de manques, voire de disette.

    C'est pourquoi le silence qui entoura la toute fin de cette bêtise, où le chroniqueur avait, maladroitement, plaidé en faveur de cette grève, ne peut que nous indiquer que cela avait naturellement rassurés les autres intervenant en les déculpabilisant de leur amusement, amusement lui-même provenant de cette même culpabilisation (c'est fou ce que l'esprit humain est complexe).

    Étant entendu qu'une part de mes lecteurs sont eux-mêmes de cette classe-moyenne intermédiaire ou haute, économique et/ou intellectuelle, cela va de soi, ce qui ne peut qu'être rassurant pour l'avenir, moi-même m'étant laissé prendre par cette propagande, et il me fallut bon temps pour m'en défaire.  )

    Cette dissonance cognitive, telle que je vous l'ai décrite, ne pouvant s'achever collectivement que quand ceux pris dans ses rets se retrouveront déclassés et/ou ruiné, ou angoissés dans leur crainte de l'être, par les exigences d'une Union-Européenne dorénavant germanique, tendant à la maniaquerie idéologique.

    Allemagne qui, dès maintenant, se confronte aux mêmes réflexes autodestructeurs que d'antan, ceux-ci s'étendant sur quatre siècle et, ce, depuis le début de la guerre de trente ans en 1618.

     

    Ces deux illustrations nous montrent qu'il nous faut faire tout notre possible de percevoir, sinon l'ensemble de ce qui compose un système complexe, du-moins ceux d'entre-eux qui en sont les plus représentatifs, afin d'en conceptualiser au mieux la logique intérieur.

    Parce que c'est cette logique là qui peut permettre d'en comprendre la dynamique interne et, de ce fait, d'en percevoir, autant que faire se peut, l'évolution future.

     

     

    P1020120.JPGTHEURIC

     

    P.S.: Vous trouverez ci-joint un billet, datant un peu, le 30 Mai 2017, où j'y avais exploré les effets, à mon sens les plus durs, de la catastrophe économique qui vient.