Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Economie: les instabilités s'accroissent autant que la médiocrité du temps!

    Si nos sociétés humaines et, d'autant plus occidentales, se retrouvent aujourd'hui dans une situation calamiteuse c'est bien parce que la médiocrité est devenue la norme.

    Vous trouverez ici ( lisez-le avant de poursuivre ce billet ) une bonne définition de ceP1010142.JPG que peut être la médiocratie, la gouvernance des médiocres, mais où y est glissé toutefois cette hypothèse absurde du réchauffement climatique anthropogénique, preuve s'il en est que cette tendance traverse tous les espaces intellectuels, même là où celle-ci est reconnue dans sa substance.

    C'est bien cette médiocrité généralisée qui mène le monde à sa faillite, c'est bien l'impossibilité formelle de ceux qui ont à leur charge la vie publique et économique des pays de conceptualiser les effets temporels de leur décisions et actes, qui entraine le délitement progressif de la mondialisation heureuse et celle des pays.

    Cette brève dissertation de ce philosophe québécois, que j'ai découvert sur le site "les crises" de Monsieur Berruyer, nous montre ce court-termisme qui se retrouve à être la trame générale des sociétés s'étant répandu partout depuis maintenant de longues décennies.

    P1010159.JPGC'est, tout compte fait, cette longue médiocrité délétère qui constitua ce moyen-âge moderne consubstantiel au gras obscurantisme qui, telle une chape de crétinisme, a enveloppé la pensée humaine et dès lors la nôtre propre.

    Là se trouve cet affaiblissement de la pensée provenant de cette indétermination psychologique dont je vous ai longuement entretenu en Mars de cette années et qui, en ne sachant plus se déterminer en tant qu'Être Humain, rend notre espèce malade de ce non être.

    En un exemple vibrant, vous trouverez , sur le site de Businessbourse, l'annonce de la monté des prix des carburants, phénomène déjà remarqué lors du tout début de la crise dite des subprimes de 2017/2018, ce qui était prévisible mais ne semble pas être souligné par quiconque.

    Ce que j'avais prévu depuis des mois et dont je vous avais déjà entretenu: en raison des instabilités financières dues à la fragilité grandissante de l'industrie mondiale, des instabilités boursières et de la perte quasiment totale de la valeur nominale intrinsèque de quasiment toutes les monnaies, les spéculations monétaristes et boursières se reportent désormais sur les matières premières, dès lors sur le pétrole, mais aussi, bientôt, sur la nourriture sur les productions minières.

    ( Il y eu une telle situation il y a six mois environ qui s'était lentement rétablie par un accroissement des Q.E., mais depuis les dégradations industrielles et boursièresP1010042.JPG ne firent que s'amplifier, ceci d'autant plus que le gouvernement U.S. semble (je suis prudent) tendre à éliminer ses oligarques par leur faillite, d'où la monté des taux de la F.E.D. vers les 3%, la même monté qu'en 2007... )

    Ce qui ne pourra que générer deux effets convergents, une instabilité croissante des nations et la fermeture progressive des usines et autres manufactures.

    Dès lors, en raison de l'appauvrissement des populations, les bulles immobilières,  s'égayant ici et là, commenceront à se racornir, ce qui mettra à mal la situation financière des banques.

    Ceci sans compter d'autres bulles tout autant gigantesques, dont nombre se trouvent aux États-Unis-d'Amérique, entre-autre dédiées aux crédits pour les étudiants et à l'achat d'automobiles.

    En France, le crédit à la consommation a franchi une nouvelle étape où il est visible P1010177.JPGque les grands magasins se mettent à devenir banquier et en viennent à faire du crédit pour des dépenses de 50 euro et moins, ce qui est une preuve supplémentaire de cet appauvrissement généralisé.

    Ceci quand, dans le même temps, le gouvernement macronnien tend à vouloir restreindre, non pas des avantages, mais la masse des émoluments qui, jusqu'à maintenant, permettait à un ensemble de salariés de faire, cahin-caha, fonctionner l'économie du pays, à la S.N.C.F. notamment.

    Tout en voulant privatiser le chemin-de-fer français, quand l'exemple britannique ne peut que nous montrer à l'envi la plus totale inefficacité, parfois mortelle, d'une telle démarche, ne pouvant, là encore, que mener à réduire les capacités économiques du pays.

    En fait, même s'il a de très nombreux visages, dont celui des experts, des journalistes en vu, d'une classe politique et économique éreintée, même si une nouvelle équipe gouvernementale et législative, de même essence, nous avait étéP1010188.JPG sorti du chapeau, notre ennemi véritable se cache au fin fond de notre esprit et se nomme la médiocrité et son corolaire, l'obscurantisme.

    A nous donc de reprendre en main notre liberté, qui est de comprendre ses propres contraintes, et notre indépendance d'esprit, qui consiste à penser par soi-même en remettant en doute, ce qu'affirme avec raison Mr. Deneault, des évidences qui, en seconde lecture, ne peuvent que se révéler ne pas être telles qu'elles se présentent et telles que nous nous les représentons.

    Sinon, le moment me parait propice pour vous redonner, peut-être pour la dernière fois avant que le système économique globalisé n'explose, mes conseils (une partie est du copié-collé d'un texte précédent datant d'Avril 2017, déjà):

    Faites donc des réserves, ayant moi-même compté au minimum:

    -quelques jours, voire deux semaines de menues monnaies, ne serait-ce que pour quelques courses, le pain, notamment, ceci étant dû au fait que les banques ayant fait faillite, il faudra du temps pour que le gouvernement réagisse ou ne soit renversé, pour qu'enfin celles-ci soient nationalisées (il en sera de même pour les P1010234.JPGassurances, il vous faudra être prudent);

    -si vous avez des économies dans une même banque, répartissez dès aujourd'hui cette somme dans plusieurs autres, l'une peu disparaître mais pas l'autre;

    -si vous achetez de l'or, de l'argent et/ou du platine, plutôt en petites pièces, conservez-les chez-vous, bien cachés, dans un trou au fond du jardin par exemple, mais sachez que cette monnaie ne vous servira que dès que le système économique du pays repartira et pas avant;

    -si vous avez beaucoup d'argent, même hors des frontières, transformez-le en matières premières et entreposez-les discrètement près de chez-vous, ou achetez des terres agricoles, des concessions minières dans votre propre pays, de petits objets d'art que vous mettrez dans votre maison, enfin, tout ce qui peut permettre à un pays de se refaire une industrie et à vous de ne pas trop perdre d'argent (de toute façon, vous en perdrez et beaucoup);

    -trois mois de nourritures pouvant se conserver, pâtes, riz, plutôt complet, légumes voire fruits secs, farine, sucre, huile, beurre, ...,plus des conserves si vous en avez la place, du café aussi, le temps que les acheminements de vivres reprennent, l'agriculture française existant encore (pour combien de temps?);

    -faites un potager, vous pouvez dès maintenant acheter les outils, des graines au plus tôt, faites le bêchage de printemps, semez  des tomates par exemple, pour avoirP1000816.JPG votre récolte au plus tôt;

    -si c'est possible, ayez des poules pour les œufs puis la viande, pour vous et aussi pour du troc;

    -comptez un an de produit de première nécessité, pour le corps (savon, shampoing...) comme pour la maison (javel ou vinaigre blanc, lessive, P.Q....), songez à ce que quasiment plus rien n'est produit en France;

    -ayez de quoi faire du troc pour deux à trois ans de ce qui n'est plus produit sur notre sol, soit presque tout, tout pourra faire l'affaire, des cigarettes pour les non fumeurs (les autres les fumeront), du chocolat, du café (là encore il sera dur de ne pas résister), mais aussi du papier, du cirage, du savon en rab, de la peinture, du bois de chauffe, des piles, des lampes..., etc..., enfin,  de tout ce dont nous avons tous besoin au jour le jour et dont nous ne faisons que des réserves limités;

    P1000749.JPG-le vélo et/ou le vélomoteur (le plus économe en essence), surtout si vous habitez loin des gares, le train continuant sûrement de rouler, seront une valeur sûre, songez que l'arrêt des transports internationaux signera celui des produits pétroliers, votre voiture restera donc au garage et les bus et cars au dépôt, l'essence et le gasoil sera réservé aux véhicules prioritaires et aux armées;

    -commandez un, voire deux chéquiers, les paiements électroniques pouvant cesser à un moment ou à un autre, rapidement (?) le chèque pourrait devenir le seul moyen de paiement pour un temps indéterminé, dès que le gouvernement d'alors auront rouvert les banques;

    -conservez convenablement tous vos papiers, attendez-vous, aussi, au moins à un ralentissement d'internet, les administrations, les banques et les assurances, aussi, pouvant les égarer lors de cette catastrophe, voire perdre leurs informations informatiques;

    -dès que les signes les plus évidents et marquants, pour ne pas dire angoissants, seront là, allez voir votre maire pour lui expliquer ce qu'il se passe, parce qu'il y a de fortes chance qu'il n'y comprenne rien, ceci pour qu'il commence à organiser autantP1000886.JPG les pénuries que les risques de désordres et débordements.

    C'est, en effet, dans les débuts de cet effondrement, au local, que l'organisation sera, dans un premier temps, le plus efficace.

    Mais surtout, surtout, surtout, pensez par vous-même, même si cela entre en contradiction d'avec les idées de l'air du temps, même si vous vous retrouvez à vous disputer avec vos proches, et même si vous êtes en désaccord avec ce que j'écris, je ne détiens aucune science infuse (ce qui est une évidence).

     

     

    THEURIC

  • Monsieur macron est désormais politiquement détruit!

     

    A-00-a-MacronTrump.jpg

    Oui, dorénavant, Monsieur Macron est, ad minima, politiquement détruit.

    Cette simple et terrible photo est explosive.

    ( En fait, si nous regardons bien Monsieur Macron, il est dans une situation, à ce moment là, de fonctionner, si je puis dire, sur un mode automatique, il plane en quelque chose de l'ordre de l'hystérie en retrouvant, en présence de Monsieur Trump, des réflexes enfantins.

    Sûrement cette photo fut-elle prise après leur allocution devant les caméras suivant leur réunion à la maison blanche.

    Que s'y est-il dit, quelle relation le président américain a-t-il entretenu avec celui français, seuls ceux qui étaient présents le savent, mais toujours est-il que le premier a pris, pour le second, la place de son père.

    Il a dû ne pas cesser de le féliciter, le louanger à longueur de temps, en tous cas nous pouvons observer Monsieur le Président de la République Française dans un état émotionnel puissant et déconnecté de son contrôle, de son auto-contrôle intérieur habituel.

    Remarquez également comment Monsieur Trump s'amuse de la situation, j'ai mêmeP1010215.JPG l'impression qu'il se dit: "Je n'ai pas perdu la main à mon âge, je l'ai bien eu, à mes bottes qu'il est, le marmot!".

    Comme j'avais pu l'expliquer il y a quelques textes auparavant, Monsieur Macron est quelqu'un d'infantile et psychologiquement fragile, nous en avons là encore une fois un exemple frappant.)

    Si, comme je le conçois et tel que je vous l'avais exposé dans mes deux billets précédents, les États-Unis-d'Amérique ont l'ambition, pour les raisons indiquées préalablement, de se replier sur leurs bases arrières en détruisant, dans le même temps, l'Union-Européenne par la déstabilisation de la France, alors cette photo là en serait la preuve formelle.

    ( A mon sens, ce serait également là que se trouverait la raison pour laquelle les Corée nord et sud se réconcilient.

    En effet, si l'empire U.S. se replie sur ses bases arrières et se dégage également de l'Asie, comme il le fait en Europe, il n'a plus besoin de cet état tampon d'avec la Chine que représentait la Corée-du-Sud.

    P1010329.JPGD'autres phénomènes de même type devraient se produire d'ici peu de temps, attendons de voir. )

    Et considérer Monsieur Trump comme étant un imbécile, même si il fait preuve, en effet, plus que d'une goujaterie, d'une vulgarité manifeste, c'est ne pas comprendre la subtile intelligence du bonhomme.

    C'est un vieux commercial de haut niveau, un manipulateur de première force, et ce type doit pouvoir, je l'imagine, mener quasiment tout le monde tel qu'il voudrait qu'il se conduise, il n'y avait plus que de poster, par avance, le photographe au bon endroit et qu'il connaisse le signal du bon moment.

    A n'en pas croire, tout cela, l'affaiblissement de Monsieur Macron, fut monté de toute pièce depuis le début, peut-être même depuis l'affaire Skripal (ce qui peut nous faire réfléchir à une entente "cordiale" entre la C.I.A. et le M.I.5).

    ( Les trois problèmes que représentent notre Président de la République pour ceux qui l'ont choisi est que, d'une part il ne comprend rien à la politique et, n'ayant aucune prudence, se laisse mener par le bout du nez avec une facilité remarquable, quand ce ne sont pas ses gaffes à répétition qu'il ne cesse de proférer.P1010361.JPG

    D'autre part son intransigeance idéologique l'amène à trop rapidement prendre et faire prendre des décisions qui ne peuvent qu'être néfaste au pays et donc à lui-même, cela en affaiblissant une Union-Européenne qui n'en demandait pas tant.

    Enfin, sa facile propension au mensonge peu subtile dont il est ensuite facile, pour la population curieuse, d'en démêler le stratagème.

    Quoi qu'il en soit, qu'une personnalité politique de premier plan puisse dire que le peuple dont il la charge, ici français, n'a pas de spécificité culturelle, ne peut qu'être qu'un profond crétin. )

    Affaire qui, au demeurant, a sûrement affaibli Madame May, la raison en serait de la remplacer pour quelqu'un de plus agressif envers l'union.

    Ceci suivit du bombardement de la Syrie suite au supposé gazage de sa population qui ne put, là également, qu'ébranler politiquement autant notre Président de la République que le Premier Ministre britannique (cela vaut bien la destruction d'une usine à liquide vaisselle et d'une centaine de pétards au million et demi de dollar P1010375.JPGl'unité, non?).

    Il se fait dire, part ailleurs, que le Président U.S. aurait voulu que le dit bombardement ait été infiniment plus offensif et que ce fut les militaires qui calmèrent ses ardeurs.

    A mon sens, cette petite historiette ne fut raconté que pour accroitre les craintes de leur camp que ces deux personnages, anglais et français, ne conduisent leur pays respectif dans des engagements militaires désastreux, contre les russes ou les chinois notamment.

    Dans le même temps le gouvernement étasunien nettoie ses écuries d'Augias, ce qui, là encore, est le processus naturel d'une période de réforme impériale.

    Et mène son oligarchie, la nôtre par la même occasion, à la ruine en augmentant les taux de la F.E.D. au-delà des 3 %, ce qui ne peut que conduire à cette faillite généralisée internationale dont je vous parle tant, cette augmentation des taux ayant été, en 2007, le détonateur de la crise dite des subprimes, et ce coup-ci il n'y aura pas qu'une seule banque trop grosse pour faire faillite à se retrouver en pleine banqueroute.P1010194.JPG

    Vous remarquerez l'extrême prudence de l'Allemagne, Madame Merkel ayant d'autres priorités infiniment plus urgentes à régler: la survie de la Deutschbank, la seule de Germanie trop grosse etc..., mais beaucoup plus imposante que toutes les autres européenne, françaises comprises.

    Peut-être que la chancelière allemande rajoutera quelques petites agaceries pour pourrir un petit peu plus la vie de notre éternel enfant de président, le fragilisant encore un peu plus, mais, contrairement à ce que j'ai pu le supposer, je ne pense pas que cela ira tellement plus loin.

    Néanmoins, je ne serait pas surpris que, bientôt, ce pays commence à faire de nombreuses réserves de toutes sortes en achetant et entreposant à tour de bras autant de la nourriture, du carburant, des matières premières et toutes de ces sortes de choses.

    ( La visite que Madame Merkel, chancelière allemande, a rendu à Monsieur Trump, juste après le départ de Mr. Macron, ne peut qu'interroger.

    Il est possible, mais là je ne fais que de poser des suppositions,  que Mme. Merkel vienne aux renseignements de ce que va faire notre impérial enfant et/ou de choisir la date à laquelle les banques trop grosses etc... devront être amenées à la faillite.

    Photo0001.jpgD'autres possibilités peuvent être envisagées, que tout simplement il puisse juste s'agir de hasard de calendrier, mais il est des moments où le hasard peut avoir bon dos. )

    Mais revenons à la France, je vous prie.

    Comme dit plus haut,Monsieur Macron, qui se voulait le réformateur de l'Union-Européenne et celui qui aurait rendu la France nouvel état États-Uni-d'Amérique ( fantasme, quand tu nous tiens ), est désormais politiquement détruit.

    (Il n'est plus Zeus, Louis XIV, voire Louis XVI, ni même Napoléon III, dorénavant il n'est plus affublé que du sobriquet de micron.)

    Certes, ce processus sera naturellement long à se développer, du-moins dans ses effets.

    Pour le moment, ce sont les rires populaires déclenchés par cette photo qui sont les plus destructeurs.

    De plus, les hommes ne peuvent que ressentir que du dédain pour celui qui se voudrait être dirigeant et ne se conduit, face à un autre chef de l'état, théoriquement son égal, que comme un mioche à peine dégrossi.

    Les femmes, de plus, ne peuvent qu'avoir qu'un profond dégoût pour cet enfant dans une enveloppe de grande personne.

    Quasiment asexué, donc.

    Celles qui, par le passé, se sont pâmées pour ce godelureau ne pourront que rejeter ce freluquet paraissant sans virilité.P1010378.JPG

    Même si les autres partis politiques officiels doivent surveiller ces événements en espérant pouvoir se refaire lors des prochaines élections européennes, celui, de parti, qui en tirera tous les marrons du feu ne peut qu'être et avec raison l'U.P.R. de François Asselineau.

    La France-Insoumise, elle, si son président, Jean-Luc Mélenchon, a bien compris ce que peut être le sens de l'histoire, ne peut que se radicaliser en devenant plus anti-U.E. que le précédent, mais il lui en faudra en dépenser une énergie considérable pour faire oublier la multitude de ses errements d'antan.

    Les autres plongeront dans une frénésie, une exaltation pro-union qui risquerait bien d'être assez délirante, ce sera le F.N. R.N. (la Route National, après les marcheurs, quel aveu) pour lequel ces réactions pourraient bien être les plus excessives.

    Mais ce sera au sein du R.E.M. que ce rejet sera le plus violent: ils ont tous été P1010362.JPGtrompés et comme ils n'ont pas cette connaissance approfondie de la politique et que leur haine pour Macron sera bientôt inextinguible, ils se détourneront de lui.

    Bien sûr que non, ils ne vont pas lui fomenter quelques pièges dont les vieux de la vieille de la politique ont le secret, mais vont, pour beaucoup, lentement, rentrer chez eux en démissionnant tout simplement, parfois aussi en changeant de camp: ce sont des députés dépités qui, comme bientôt leurs électeurs, voteront avec leurs pieds.

    Cette photo fera, fait déjà le tour de la planète, et tout le mode se demandera: "Mais que la France est-elle devenue?"

    Notre nation a définitivement, avec ce président, perdu la face, et la population, de ça, ne le lui pardonnera jamais, à lui, certes, mais aussi à tous ceux qui l'entourent et le soutiennent.

    Le vieillard Attali avait dit de lui qu'il représente le vide politique du pays, bien qu'il ait oublié l'U.P.R., pour le reste, il avait raison, en omettant toutefois le fait que lui ne représente pas le vide mais le néant de la pensée politique et économique.

    Il crut, ce niais, que notre empereur de carnaval serait le sauveur de la France, si, si, c'est bien ça, quand en fait il ne fait que précipiter la fin de sa chère union.P1010143.JPG

    Et il y en  a d'autres comme lui, tant d'autres, à avoir cette pensée économique néolibérale du XIX° siècle, que Madame Thatcher avait relancé, il y a maintenant 47 longues années et donc les britanniques ne veulent plus.

    Ce n'est même plus une philosophie de vieillard mais celle de spectres.

    Politiquement Macron est détruit et c'est définitif, tous ses proches, du-moins les moins sots, ne peuvent que trembler d'angoisse, eux ont compris mais lui n'en a rien saisi.

    Sans compter que certains, de nos derniers grands industriels, commencent à avoir peur qu'il puisse leur arriver la même chose qu'à Alstom par exemple, vendu aux américains (ce que d'aucun désigne comme une vile traitrise macronnienne), comme il peut en être de l'entreprise Dassault, qui n'est pas des moindres et, ce, de tous points de vues.

    Pensez-vous vraiment que ce qu'il se passe en ce moment dans notre douce France ne les fasse pas discrètement réagir?

    Pensez-vous réellement que ce qu'il reste de nos vrais entrepreneurs ne Photo0016.jpgcommenceraient pas à se poser de sérieuses questions au sujet de l'Union-Européenne et de l'empire U.S.?

    Pensez-vous qu'en toute logique certains n'en seraient pas à estimer qu'il serait temps de remettre tout ce bazar économique débile à plat, quitte, pour un temps, de bouffer, tous, de la vache enragée, ce qui, de toute façon, se passera tôt ou tard?

    Ne pensez-vous pas que dorénavant la population française en a marre de toutes les trahisons et autres divagations et que la seule chose qui l'arrête encore c'est sa crainte de rompre avec le rêve américain sous forme d'Union-Européenne?

    Juste dans un an nous aurons les élections européennes, à peu près, et un an, en ce moment, c'est long, très long.

    Nous ne savons pas ce qu'il peut se passer entre temps, mais, en Mai 2019, il faudra que l'U.P.R. obtienne un résultat excellent.

    ( j'admire l'esprit politique du père Asselineau, il est vraiment, en cela, de cette subtilité que j'apprécie.

    C'est qu'il sait s'y faire le bougre, il est rafraichissant de songer qu'enfin, en France, nous avons affaire avec un vrai chef d'état. )

    Le terrain est mûr, il n'est plus à chacun que d'y semer ses graines.

     P1010077.JPG

     

    THEURIC

  • De la rétrogression historique à Macron: l'empereur sera-t-il bientôt déchu?

    A l'introduction qui vient, je le fais précéder de ce petit préambule de dernière minute qui me semble nécessaire.

    Ce fut hier, en effet, d'abord en regardant une vidéo de Monsieur Biberian que je ne retrouve pas, datant d'un mois (je vous conseille celle-ci pour celui qui ne connais pas grand chose aux atomes et de leur fusion et fission) traitant, lors d'une conférence, de la fusion froide, où il  y expliquait le conservatisme de ses paires face aux idées nouvelles.

    Puis c'est en songeant à l'accueil possible du billet que je vous propose aujourd'hui, que je me suis rendu compte que mon problème principal est que je sors doublement du cadre de référence conceptuel social de notre époque.

    Déjà en raison de mon statut auquel je ne fais que peu de cachotteries, j'ai le Certificat d’Étude Primaire en sa dernière année d'existence (allez-y voir, les jeunes, de quoi il en retourne), un C.A.P. horticole, été deux ans jardinier communal, pendant 25 ans conducteur de bus à la R.A.T.P. et entre les deux fait plein de petits boulots.

    DSC00065.JPGMais aussi du fait que je ne porte pas un regard habituel sur les événements et prend souvent des positions largement différentes de ce qu'il se dit sur tout un ensemble de sujets.

    Je sors donc doublement de ce cadre de référence et, en cela, je me retrouve à être provocateur sans que cela soit recherché de quelle que manière que ce soit.

    Si, ma seule provocation, si tant est que ça en soit une, est de montrer qu'il est possible de penser par soi-même quel que soit le niveau d'étude de chacun, le principal étant de s'instruire continuellement.

    Je conçois parfaitement que d'aborder des sujets comme il peut en être de l'évolution des ancêtres des singes ou de la présence des extraterrestres, que je nomme les E.I.N.T., les Être Intelligents Non Terrestres, peut surprendre, voire choquer.

    Mais je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas écrire sur ces thèmes qui sont tout aussi sérieux que bien d'autres.

    Le cadre de référence conceptuel social étant l'horizon collectif de ce qui fait sens.P1000898.JPG

    Je ne vais pas m'appesantir la-dessus, vous laissant aux deux lectures suivantes.

     

    J'avais largement commencé à écrire ce texte avant de retrouver le précédent dans mes archives, puis de vous le proposer avant-hier.

    Or, il s'est révélé ces deux-ci sont intimement liés.

    Cette rétrogression historique (en  fin de page), dont je vous avais déjà fait part à plusieurs reprises, entre-autre en vous faisant remarquer le retour de la barbe et la ressemblance entre le burkini et les vêtements de bain que portaient les femmes françaises à la fin du XIX° siècle, pourrait, là encore, s'exprimer par la confrontation, aujourd'hui seulement économique et politique, entre un diablement dérisoire Macron se prenant désormais pour une sorte de Napoléon III dit, par Victor Hugo, le petit, et une Madame Merkel très loin de ce que fut Bismarck.

    Certes, il n'y a rien à voir entre la Prusse de l'époque qui, grâce à Otto Von Bismarck, sut recomposer, de 1862 à 1871, le Saint-Empire-Romain-Germanique défunt sous la forme de l'Allemagne, ainsi que Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, aventurier qui tenta un coup d'état en 1840, fut élu Président de la II° République en 1848 et, en 1852, fut sacré empereur sous le nom de Napoléon P1010318.JPGIII, puis qui abdiqua lors de la guerre de 1870 après la défaite de Sedan.

    Et l'époque actuelle où, de Bismarck nous avons, en Allemagne, Madame Merkel, et en France, de Napoléon III nous en sommes revenu à ce pauvre Monsieur Macron, grandeur et décadence.

    Mais ce qui est remarquable c'est la singulière similitude qui semble prendre corps entre la fin de ce troisième quart du XIX° siècle et l'achèvement de la deuxième décennies du XXI°.

    Bon, bon, je sais, cette similitude paraît tirée par les cheveux, d'autant plus que rien pour l'instant n'est réellement en place, comme souvent je fais ici de la prédictivité en partant du principe que nous sommes entrés dans une phase de rétrogression historique avec, lié, une manière de répétitivité historique.

    Ce fut le refus du Gouvernement allemand de participer aux (petites) frappes en Syrie qui me fit me demander si, par hasard, la Germanie n'aurait pas saisi le repli stratégique qu'effectue l'empire étasunien (là encore, je n'en ai que des preuves peu assurées).

    Mais cela me paraît logique au vu de la situation économique catastrophique dedans laquelle se retrouve les États-Unis-d'Amérique et, comme le firent les romains en leur temps en Bretagne (la Grande-Bretagne d'aujourd'hui), les américains retirent discrètement leurs troupes de l'Europe, mais pas seulement de là.

    C'est pour cela que ce sont les forces spéciales françaises qui furent envoyées aiderP1010087.JPG les kurdes pro-américains à lutter contre l'armée turque, plutôt que celles étasuniennes.

    Donc, bientôt, la France et l'Allemagne vont se retrouver à se regarder en chien de faïence au sein de l'Union-Européenne.

    Allemagne qui semble vouloir quitter une Union-Européenne débutant sa débandade, ceci du fait de l'éloignement progressif de Tonton Sam, mais surtout de percevoir la faiblesse montante de l'empire.

    Elle ne peut donc, à mon sens, que de décider de reprendre sa souveraineté, d'autant plus que l'U.E. la met au-devant de risques économiques ne pouvant que s'aggraver avec le temps (Target 2).

    Mais son problème est que, même si une bonne part de sa population ne serait pas vraiment contre, son oligarchie, elle, ne peut que rester, au moins pour partie, résolument unioniste.

    De l'autre coté du Rhin nous avons le gouvernement Macron et son  président (allez jusqu'à la rose rose pour savoir comment je le perçois) qui de Zeus en fut devenu roi, puis de roi en est maintenant à prendre des allures impériales, décidant de tout, même des actions militaires.

    C'est pourquoi il en vient à être comparé à Napoléon III.

    Ce qui correspond à ce que j'affirme depuis quelques temps, nous entrons dans une P1010215.JPGphase de rétrogression historique, en voici, me semble-t-il, les mécanismes politique qui l'y accompagnent.

    Lire la suite

  • Réflexions sur la fin des empires.

    Voici un texte que j'avais publié pile-poil en Avril 2014, comme le temps passe (s'il repassait, ce serait bien pour mon linge), et, à l'aune de 2018, celui-ci me semble d'autant plus pertinent.

    Je le reprends donc et vais le retravailler pour le rendre plus précis.

    Mais, dans l'idée, je ne rejette rien des hypothèses de base que j'avais posé du processus en cours dans les Amériques.

    Ce pays, les États-Unis-d'Amérique, se trouve dorénavant en but à son déclin avancé, et si Monsieur Trump y fut élu en tant que président c'est en raison même de cette situation.

    Certes, ce billet est un essai consistant à démontrer (poil au nez) que ce qu'il se passe en ce moment, les égarements multiples en Syrie et en Ukraine notamment, n'est en rien surprenant mais est la résultante de la décadence impériale.

    Cependant nous, en tant que colonisés sous la bannière de l'Union-Européenne, nous nous devons impérativement de nous débarrasser des sédiments culturels P1010325.JPGU.S. qui, depuis de longues décennies, se sont largement stratifiés en générant, en nous, un état d'acculturation prononcé.

    Ceci étant d'une nécessité absolu (poil au...dessus) ou, sinon, nous nous retrouverions, lorsque le système économique U.S., et dès lors mondialisé, aura cessé tout fonctionnement, au-devant d'immenses difficultés psychosociales, ceci parce que notre libération du joug étasunien ne proviendrait pas d'une décision suivit d'une action collective, mais de la simple survenue d'aléas se situant hors de notre volonté.

    Ce que nous pouvons déjà percevoir dans le milieu oligarchique national et européen où, par exemple, aucune réaction ne s'y fait montre lorsque les bourses U.S., pour se renflouer, ponctionnent, sans vergogne aucune, les richesses du C.A.C.40 français ou du D.A.X. allemand (je ne retrouve plus la vidéo qui, sur Businessbourse, en faisant état).

    Ce manque de réaction est compréhensible en raison même de l'angoisse montante chez nos élites économiques, mais aussi politique et journalistique, en raison de leur confuse compréhension de cette fin prochaine.

    N'oublions pas, en effet, que, si chacun de nous et aussi collectivement nous agissions sur notre milieu (poil aux yeux, cil), le milieu, par nature, agit tout autant sur nous en un échange continuel.

    Une domination telle que peut l'être celle impériale structure autant les sociétés asservies que chacun des individus qui les composent, au même titre que l'empire et sa population en viennent à être ordonnancé, de moindre façon, par les peuples dominés.P1010362.JPG

    Ces élites des pays colonisés ont, plus que tout autre, la crainte en une disparition impériale puisque leur pouvoir ne s'assoie désormais que par sa seule existence: l'empire ne peut exister que si et seulement si il est aidé par l'autorité en place, ou du-moins se disant telle, cette dernière en en tirant tout son bénéfice.

    C'est pourquoi les oligarques eurolâtres, mais surtout américanolâtre, se laisse piller sans que nul ne moufte: ils savent que la disparition de l'impérium signera de manière définitive leur hégémonie sur leur nation, ainsi payent-ils le prix de leur survie.

    Mécanisme que nous pouvons, là encore, remarquer tout au long de l'histoire.

    Un dernier point remarquable en ce préambule, l'extraordinaire ressemblance entre ce que fut l'empire (poêle à frire) romain et celui américain, surtout dans cette relation que le premier avait établi avec la Grèce antique et celle que le second a construit avec l'Europe et peut-être d'avec la Russie qui se considère toujours comme la descendante de l'Empire-Romain-d'Orient, de Byzance.

    Or, tout comme l'empire romain le fit en son époque, l'empire américain est en train de se replier sur ses bases arrières, ce qui est l'une des raisons, la principale peut-être, pour laquelle elle est en train de déstabiliser la France pour qu'elle en vienne au France-quitte, ceci dans l'esprit de détruire l'Union-Européenne.

    Ce que l'Allemagne, désormais, sait pertinemment et qui serait à son relatif avantage.

    D'ailleurs, l'une des raisons pour lesquelles il y eut ce bombardement en Syrie, à cause d'un supposé usage de gaz de combat de la part de l'armée syrienne qui ne tient pas la route, fut justement d'affaiblir grandement un Monsieur Macron qui, décidément ne comprend rien à la nature de la politique et qui a pris là des risques incommensurable, sur les bons conseils de Madame May (au joli mois, poil aux doigts).

    Le texte, donc, que je vous propose en seconde partie, consiste à une explication des raisons pour lesquelles un empire est, par nature, mortel.

    Parce que, en toute chose, il est bien de détenir une compréhension théorique du contexte de la complexité qui nous confronte pour résoudre au mieux les problèmes qu'il peut nous causer, bien que, bien sûr, il puisse être possible de s'en passer, ce qui serait dommage puisque cela P1010412.JPGnous permettrait de nous en faciliter la tâche.

    Lire la suite

  • Ouf, la relève est prête.

    2008 fut une date charnière.

    Certes, il aurait fallu que le pouvoir politique de l'époque cassât les reins des banquiers et oligarques occidentaux qui nous avaient conduit au bord de la faillite généralisée.

    En revanche personne n'était prêt à prendre la relève, en France, d'un personnel politique déjà autant inapte qu'inepte, ni de pouvoir restaurer une économie nationale, européenne et mondiale déjà au bord de l’asphyxie.

    Ni même de remplacer ce fatras d'idéologues de tous poils, surtout journalistes, P1010194.JPGpolitologues et économistes qui, obéissants autant à l'oligarchie euro-atlantiste monétaristes qu'à leurs dogmatismes néolibéraux, ne cessent, dès que la population ne réagit pas de la manière qui leur sied à telle ou telle décision gouvernementale, de se ruer en meute dans les médiats porter leurs bonnes paroles en usant tous des mêmes expressions propagandistes.

    Nous en voyons et en entendons l'exemple type en ce moment même en raison des grèves, dont les chemineaux de la S.N.C.F. sont les fers de lances, qui, progressivement, semblent se propager partout dans le pays.

    Or, aujourd'hui, il est possible d'observer sur internet un ensemble de jeunes qui, contre vents-et-marées, seuls ou en équipes, quelques-uns dans l'indigence, montrent une détermination intelligente pour renouveler une parole journalistique indépendante de toute oppression oligarchique.

    D'autres font de la politique, à l'Union-Populaire-Républicaine ou à France-Insoumise (pas si insoumis que cela, pour l'instant), renvoyant l'oligarchie à leur asile pour vieillard, sinon dans les faits, du-moins, pour l'instant, dans l'esprit et le propos.

    Certains diffusent des cours de vulgarisation sur tel ou tel point scientifique, font des recherches sur des thèmes à peine abordés, remettent en question des vérités si établies que les reposer sur la table c'est faire preuve de provocation.

    Il y en a aussi qui rénovent un art qui, en ce moment, s'est égaré au-dedans d'une vulgarité dont nous pouvons percevoir les détestables effets jusque dans la production monétaire de l'Union-Européenne (observez les billets de l'union) et de notre nation.P1010202.JPG

    Et cette jeunesse, ma foi, me ravit.

    J'étais, jusqu'il y a peu, désappointé par le fait que seuls de vieux barbons, auxquels je dois commencer à ressembler  avec mes 59 berges, seuls eux, dis-je, paraissaient avoir une libre parole, une indépendance d'esprit, une dissidence aux influences à la doxa du politiquement correcte néolibéral.

    Il n'en est rien, cela est fort bien.

    Et je me réjouis de ce renouveau.

    Il est vrai que je peux être en désaccord avec tel ou  tel, ceux soutenant l'existence d'un réchauffement climatique anthropogénique par exemple, mais qu'importe, ils pensent par eux-mêmes et c'est cela qui compte.

    Qui sont-ils?

    Je ne rends visite sur leur site qu'à peu, mais en deux exemples:

    Une Tatiana Ventôse ou à l'équipe du "fil d'actu" auquel elle participe, dont l'attention est porté de renouveler un journalisme indépendant.

    Celle-ci devant faire un boulot de manutentionnaire pour gagner sa vie, ce qui ne peut qu'être considéré que comme dérisoire au vu de sa personnalité et de son intelligence et fait comprendre la colère qui l'habite.

    P1010257.JPGOu celle dont le pseudonyme est "Vue Autrement", travaillant avec celui qui s'exprime sous le surnom de "Penseur Sauvage", la première s'étant présenté aux dernières élections législatives sous la bannière de l'U.P.R..

    Il y en a bien d'autres que j'ai pu visionné sans retenir leur nom ou leur pseudo, traitant de toutes sortes de sujets et vraiment ils font du travail de qualité avec, il faut le souligner, très peu de moyens.

    Si j'ai un reproche à leur faire, il serait de deux ordres:

    Qu'ils cessent d'user d'un anglo-américain devenu d'une vulgarité criante puisque, justement, la politique suivit en France l'est en raison même de son appartenance à la colonie de l'empire U.S. qui se fait appelé l'Union-Européenne, la France n'étant, après tout, qu'à l'image du Vietnam au sein de l'Indochine de l'époque des colonisations française.

    Cet usage, inconscient, je le conçois, affirmant par là même notre appartenance impériale, se décoloniser doit d'abord et avant tout commencer par nous détacher de notre déculturation passée.

    Étant entendu que, dorénavant, la langue anglaise est devenue le langage international comme il en fut, par le passé, du latin en Europe.

    Toutefois, il est à noter que lorsqu'un tel idiome en est venu par être partagé par tous, les élites du moment, pour conserver leur domination, même simplement intellectuelle, en viennent à utiliser une autre langue d'échange, plus complexe et ardue à apprendre.

    Et quelle langue autre que le français réunirait ces conditions, autant de par son orthographie, sa conjugaison que de sa haute précision lorsqu'il en est fait usage dans ses plus complètes délicates subtiles difficultés?

    La langue française devenant déjà, à mon sens, la langue intellectuelle internationale par excellence, comme il en fut hier du grec en Europe en réaction à ce que le "commun" de l'époque en venait à devenir, lui aussi, latiniste.

    Qu'ils évitent, aussi, autant que faire se peu, d'utiliser de la grossièreté, cette inélégance réduit d'autant la porté de leurs réflexions journalistiques, philosophique que politique.

    Sinon, à tous les autres jeunes, s'il y a un conseil que je me permettrais de vous donner, si vous êtes dans la situation de faire des études prolongées, choisissez plutôt les domaines du type de ceux de la technique, des lettres ou scientifiques.... et fuyez tout ce qui a trait au monétarisme et au commerce.P1010269.JPG

    Le premier parce qu'il disparaîtra bientôt (sans que je ne sache quand), le second parce qu'il y a pléthore de vendeurs et de commerciaux et que, quand il s'agira de rebâtir un tissu industriel dans notre pays, le technicien, le tourneur-fraiseur, l'électro-mécanicien, le charpentier, l'ingénieur, l'agriculteur et infiniment d'autres métiers de la sorte seront demandés, contrairement à ceux sus-nommés qui, par la mode de l'idéologie actuelle, deviennent majoritaires sur les bancs des université.

    Et risquent de beaucoup de devenir pour partie inutile.

     

     

    THEURIC

     

    P1010327.JPG

  • Des médailles et des enfants.

    Préambule en dernières minutes:

    Je ne parlerai que peu et rapidement ici des grèves actuelles, je l'ai déjà fait par deux fois, lors de mon billet précédent, puis en Septembre quand j'en annonçais la forte éventualité.

    J'y avais écrit ceci, après en avoir expliqué les raisons:

    (En France, si j'ai raison dans ce que je viens de vous exposer, une multitude d'incidents, de manifestations, de grèves, d'événements parfois brutaux, parfois singuliers, s'y passeront, suffisamment amples pour que les médiats en parlent.

    Le gouvernement macronien ne va pas cesser de faire des bourdes, parfois du propre chef de tel ou tel ministre, parfois en raison de conseils faussement judicieux provenant dont on ne saura qui.)

    Maintenant les événements suivent leur cours, l'opération de déstabilisation de la France ayant débuté (dire que je doutais, à l'époque, de sa réalité, que je ne faisais qu'imaginer tout ça).

    A un moment donné le domaine privé se mettra également en grève, la fourniture d'essence par exemple, plus tard, les policiers embrayeront probablement à leur tour, puis il est possible que même les militaires suivent.

    Le but suivit est double, terrifier le pouvoir et générer le chaos dans l'économie du pays.

    P1010236.JPGJe l'ai dit, ce sont l'équipe de Madame Merkel, l'Union-Européenne, l'euro et la Banque Goldman Sachs qui sont visés, la France n'en étant qu'un outil pour parvenir à ces fins.

    Macron prend pour l'instant son pied, lui qui croit être l'homme de la situation, capitaine au-devant de la tempête, d'autant plus que vu que les gens sérieux furent sûrement écartés des administrations qui importent, les informations qui lui sont communiquées ne peuvent qu'être partielles, voire fausses, il croit pouvoir contrôler la situation mais ce n'est qu'un vœu pieux: il ne fera que bourdes sur bourdes.

    Son mouvement, le R.EM., est fragile, bricolé à la-va-vite, sans réelle cohérence politique et dont nombre d'adhérents rendent leur carte, écœurés, avec, de plus, une partie de ses élus de l'Assemblée Nationale, déçue de voir comment tout cela se passe, risque de fuir dès que la situation deviendra inquiétante, sans compter des ministres pouvant aussi filer à l'anglaise pour les mêmes raisons.

    Maintenant rien ni personne ne peut arrêter ce processus, il se poursuivra jusqu'à sa conclusion ultime pouvant aller jusqu'à la cessation de fonctionnement de l'économie mondialisée.

    En revanche, et là se trouve la raison de cette brève intervention, je crains, j'ai le profond sentiment que nos manipulateurs aient oublié une toute petite chose, celle d'avoir prévu quoi faire après avoir déstabilisé notre pays, d'ailleurs il est possible qu'ils s'en foutent royalement.

    Ce n'est pas tant que j'attende d'eux quoi que ce soit, sauf à ce qu'ils nous oublie un peu en nous lâchant la grappe, surtout en ce qui concerne l'empire U.S., mais que cela risque de nous conduire à une situation très compliquée et plutôt chaotique.

    C'est que les anglo-saxons ont perdu la main, ce qui est visible depuis leurs actionsP1010224.JPG militaires en Afghanistan et surtout en Irak puis en Syrie par jihadistes interposés.

    Alors, Monsieur Asselineau, étudiez les scenarii plausibles, possibles et probables, l'époque se prête à toutes les conjectures.

     

    Retour à l'avant-propos du thème de ce billet.

    En soi, l'enfant est  irresponsable en raison même de sa juvénilité, et il le sais, il sait sa profonde inconnaissance des lois sociales, humaines.

    Il sais, au plus profond de lui, de son besoin irrépressible de devenir Humain, de devenir un Être Humain à l'image des adultes qui l'entourent, il en a une soif instinctuelle de l'apprendre, d'en être éduqué, de s'en instruire, ce que j'appelle l'adanthropisme.

    Mais souvent ce qu'il pense être des adultes ne sont, en réalité, que des grandes personnes, ce qu'il sait aussi confusément, savoir qui, au fil des années, tend à être refoulé puisque ce sont ses modèles qui vont contribuer à psychologiquement le forger, parfois bien au-delà de sa puberté.

    Ces grandes personnes, bien que majeures, n'en sont pas moins restés plus ou moins immatures, ce qui veut dire qu'elles n'ont pas su ou pas pu acquérir leurs capacités de responsabilité d'être, autant de l'Être Soi que de celui de vivre en société.

    C'est cette irresponsabilité qui mène à une soumission qui ne peut que varier suivant l'histoire de chacun.

    P1010230.JPGLa question restant de savoir si, dans une société complexe telle que le sont celles modernes d'aujourd'hui, une part de soumission à l'autorité ne serait pas nécessaire à son bon fonctionnement.

    Comment donc nous accorder en nous le respect normal aux lois, à ceux qui en sont les porteurs, à ceux qui, aussi, nous ordonnent quoi faire et quand, en entreprise entre-autre, de jauger et juger de la bienséance de ces lois, de leurs porteurs et de ceux qui nous  commandent, leur conformité d'avec l'essence démocratique, de la souveraineté du pays et de la nation, de l'estime de soi et de l'autre aussi, et de conserver en  nous la plus entière liberté, indépendance et responsabilité d'Être?

    Sinon en devenant adulte, c'est à dire d'être et de devenir responsable autant de ses actes, de ses paroles et de ses pensées, dans le sens d'être dans la volonté de les comprendre dans leur réalité et non pas de se laisser aller à se justifier en se mentant autant à ses propres yeux qu'à ceux de nos semblables.

    Ce qui veut dire s'assumer en tant qu'être pensant.

    Être adulte est donc d'abord être responsable au-devant de soi-même puis au-devant des autres, l'inverse ne pouvant être vrai parce que c'est en nous qu'est constitué notre considération du monde.

    En ne pouvant provenir de quiconque d'autre hors de soi.

    Certes,  la famille puis les structures sociales au-dedans desquelles nous avonsP1010206.JPG grandi et mûri, ainsi que celles où nous vivons, structurent également notre esprit, c'est pourquoi en comprendre, en être conscient, même de manière succincte, les composantes est en cela nécessaire.

    C'est en cela que la réelle liberté est de comprendre ses propres contraintes.

    Ici, la question qui doit vous agiter le mental, amis lecteurs, doit être: "Mais où donc veut-il en venir?"

    Comme il en est souvent sur ce site, je m'entretiens avec vous de politique et, par cet avant-propos, de faire la distinction entre devenir adulte ou rester dans l'infantilité irresponsable de la grande-personne.

    En seconde partie, je vais montrer la preuve qu'en effet ceux qui nous gouvernent, politiquement et économiquement, ne le sont en rien adultes et, encore moins, responsables.

    Certes, ils le sont et le restent, responsables de leurs actes et de leurs paroles, ad minima au-devant de la loi, mais aussi, face au pays, de la cohérence de ce que peuvent être la patrie, la république, la démocratie, l'état, la nation, et, ce, de ce que fut notre passé, de ce qu'est notre présent tout comme de ce qu'il en sera de notre futur par nature encore indéfinissable.

    Mais nous, nous sommes responsables de nous mêmes, de notre individualité, et non pas de l'individualisme, ferment de cette infantilisation qui fait le sujet P1010325.JPGindirecte de ce billet.

    Alors, je vous prie, allons y voir:

    Lire la suite